Écrit par Samael Aun Weor          Catégorie: Médecine Ésotérique et Magie Pratique

« Celui qui peut guérir les maladies est un médecin. Ni les empereurs, ni les papes, ni les collèges, ni même les écoles supérieures ne peuvent créer des médecins. Ils peuvent accorder des privilèges et faire passer une personne qui n’est pas médecin comme si elle était médecin. Ils peuvent accorder à cette personne la permission de tuer, mais ils ne peuvent pas lui donner le pouvoir de guérir. Ils ne peuvent pas faire de cette personne un vrai médecin, à moins qu’une telle personne n’ait déjà été ordonnée par Dieu. » – Paracelse

Pour être un vrai médecin, il est nécessaire d’avoir de la sagesse. Le mot sagesse (wisdom) est dérivé de vid, videre (voir) et de dom (jugement). Ainsi, la sagesse fait allusion à ce que l’on peut voir avec les sens de l’âme et de l’Intime ; aux sages jugements qui doivent se fonder sur les perceptions ultra-sensorielles et non pas simplement sur l’intellectualisme dogmatique ou la vaine suffisance professionnelle, déjà en déclin et en décrépitude. Par conséquent, comment une personne qui n’a pas encore développé sa clairvoyance peut-elle atteindre la sagesse? Comment une personne qui n’est pas médecin pour elle-même peut-elle être médecin pour les autres? Comment une personne qui n’est pas saine d’esprit dans son cœur peut-elle guérir les autres?

Cinquante pour cent des cliniques médicales (il n’y a pas de péché d’exagération ici) sont des bordels simulés. Sinon, laissez les cinquante pour cent des médecins innocents en témoigner.

La dame aristocratique et l’humble paysanne adultèrent dans les cliniques médicales. Le rougissement des jeunes épouses ou des vierges timides ne peut prévaloir pour arrêter l’indignation de ces médecins qui voient et touchent ce qui est secret et interdit. En effet, ils le font à cause de leur libido réprimée ou insatiable (que Freud appelait « l’appétit sexuel »); jamais auparavant ils n’avaient eu une telle opportunité de dévorer la chasteté des femmes et sacrifier leur intégrité!

Un médecin authentique doit être absolument chaste et juste, ou du moins tendre dans son cœur. Par conséquent, est-il sage de travailler de cette manière, contre les lois morales? Est-ce la culture? Est-ce la civilisation? Comment pourrait-on appeler ce comportement?

Lorsque des êtres humains dotés d’une intelligence supérieure sont apparus sur la Terre, ils ont permis à ce pouvoir suprême (l’Intime) de travailler sans résistance en eux. Ainsi, ils ont appris leurs premières leçons de Lui. Tout ce qu’ils avaient à faire était de l’imiter, mais pour reproduire les mêmes effets par un effort de volonté individuelle, ils se trouvaient obligés de développer dans leur constitution humaine un pouvoir créateur, la Kundalini (nommé Kriyashakti dans la terminologie occulte).

Pour être médecin, le feu du Saint-Esprit est nécessaire. Ce feu est le résultat des transmutations de nos sécrétions sexuelles au moyen du serpent.

Comment quelqu’un dont l’âme est tachée à cause de l’amour du profit et à cause d’une soif insatiable de fornication servir de véhicule d’expression pour l’Intime?

L’Intime en nous est notre Maître intérieur, notre Dieu, notre Être réel, notre Esprit, notre Soi supérieur, notre Père qui est en secret. L’Intime est une flamme ineffable du grand brasier. Il est un fragment de l’Absolu dans notre cœur. Selon Moïse, l’Intime en nous est le Ruach Elohim, qui a semé les eaux au commencement du monde. L’Intime est la Monade de Carpocrate, le Daimon de Socrate, la Séité des Tibétains, le Gandarva Silencieux ou Musicien Céleste des Hindous. L’Intime est notre Père à l’intérieur de nous, l’Âme est le Fils et le Saint-Esprit est la force sexuelle qui est nommée Kundalini et est symbolisée par le serpent.

L’être humain devient un authentique médecin oint de Dieu lorsqu’il développe dans sa constitution humaine le pouvoir du feu. De cette façon, le divin Intime s’exprime à travers l’oint. Il peut alors effectuer des guérisons étonnantes.

Un être humain pourrait théoriquement étudier l’organisme humain et ses maladies. Cependant, cela ne signifie pas qu’il a le pouvoir de guérir, puisque personne ne peut recevoir ce pouvoir des hommes, mais seulement de Dieu.

Dans le pays ensoleillé de Khem, là-bas à cette époque révolue de l’Égypte ancienne, les malades n’étaient pas emmenés dans des cliniques médicales. Ils étaient emmenés dans les temples augustes et sacrés où la sagesse hiératique était cultivée.

Par conséquent, les malades étaient sortis sains d’esprit et sains des temples. Une léthargie des éternités pèse sur les anciens mystères. Le verbe délicieux des anciens Sages (qui ont gravé leur sagesse dans d’étranges reliefs sur des murs invaincus) semble y être perçu dans cette lointaine distance, dans la nuit profonde des âges. Les rues avaient des sphinx millénaires qui contemplaient silencieusement des milliers de pèlerins venus de terres distinctes à la recherche de santé et de lumière. Les visages étaient fauves à cause du soleil ardent de l’heureuse Arabie. Les gens venaient de Chaldée, les marchands Judaïques venaient de Cyclope ou de Tyr, les vieux yogis venaient de la terre sacrée des Vedas… La médecine était toujours sacrée. La médecine a toujours été le patrimoine béni des mages.

Les malades en ces temps perdus de l’Égypte ancienne se couvraient d’arômes dans les temples, et le verbe ineffable des saints Maîtres les remplissait de vie. Quand tout cela se produisait, la grande prostituée (l’humanité) n’avait pas encore engendré l’Antéchrist ou la fausse science et le pontife de toutes les abominations de la terre ne s’était pas encore assis sur ses sept collines.

En ces âges pleinement développés, et sous ces colonnades sacrées, le prêtre de Saïs s’exclama:

« Hélas, Solon, Solon, mon fils! Le jour où les hommes se moqueront de nos hiéroglyphes sacrés viendra. Ainsi, ils diront que nous, les anciens, adorions des idoles. »

Les cliniques médicales seront abolies à l’Ère du Verseau. Des sanctuaires de guérison seront ouverts partout. Peu importe si nous devons tolérer avec stoïcisme les coups de griffes de la bête, dont le nombre est 666. À la bataille, enfants de la lumière, pour nos idées, pour le triomphe de la vérité et de la bonté, à la bataille!

Ce chapitre est tiré de Médecine Ésotérique et Magie Pratique (1978) par Samael Aun Weor. Les éditions imprimée et numérique de Glorian Publishing (une organisation à but non lucratif) sont illustrées pour vous aider à comprendre et comprennent des fonctionnalités telles qu’un glossaire et un index. Achetez le livre, et vous-même et les autres en bénéficierez.