Écrit par Samael Aun Weor          Catégorie: Médecine Ésotérique et Magie Pratique

« La vanité des érudits ne vient pas du ciel, mais ils l’apprennent les uns des autres et, sur cette base, ils édifient leur église. » – Paracelse, Fundam Sap. Frangm.

Dans un magazine de Berlin, Bruno Noah déclare textuellement ce qui suit:

« Son excellence, le recteur de l’Université de Halle, Sir Professor Dr. Hahne déclare dans son discours 2-2-1934: ‘J’ai le courage suffisant de me déclarer publiquement en faveur de l’Astrologie, et qu’il est temps de reconnaître l’Astrologie en tant que science. Je regrette de ne pas m’être préoccupé auparavant d’astrologie.’ »

Il est prouvable que l’honorable corps des médecins de Berlin a pu évaluer la déclaration autorisée du Dr Hahne. Bien sûr, ce médecin n’est ni un opportuniste « snob » ni un imposteur Galéniste. L’astrologie est une science qui remonte à l’époque des premiers âges de l’humanité. Toutes les très anciennes écoles de médecine buvaient à cette fontaine de sagesse inépuisable. Puisque c’est un fait, et certainement un fait véritable, la reconnaissance tardive de ce médecin Allemand ne confère aucun mérite à l’astrologie. Cependant, sa reconnaissance est méritoire.

Les Indiens Arhuaco de la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie, ont « l’astrologie et la médecine » comme système infaillible et indispensable de leurs enseignements médicaux. L’astrologie et la médecine font partie d’un seul et même organisme complexe. Puisqu’ils n’ont jamais ignoré l’astrologie, ils n’ont aucun regret. Par conséquent, utiliser l’une de ces deux parties (astrologie et médecine), ou étudier l’un de ces deux éléments sans tenir compte de l’autre, est anachronique et anti-scientifique.

Le Dr Walter Krish de Stralsund déclare:

« Dr. Krumm-Heller a fondé une nouvelle théorie sur les organes des sens qui ouvre de nouveaux horizons pour la physiologie sensorielle. On a beaucoup parlé maintenant du sixième sens et il a été constaté qu’il doit être recherché dans la quatrième dimension. »

Le système médical des Indiens Arhuaco de la Sierra Nevada de Santa Marta est analogue à celui des Lamas du Tibet. Ainsi, en ce qui concerne la physiologie sensorielle et l’anatomie humaine, ils sont dans une position envieuse par rapport aux grandement vantards de la sapience moderne.

Les médecins Arhuaco étudient la médecine pendant treize ans et le temps minimum pour les médecins Lama du Tibet est de douze ans.

L’étudiant en médecine Arhuaco reste « cloîtré » précisément pendant treize ans dans une habitation de deux pièces. Ses études sont initiées à l’âge de sept ans et il obtient son diplôme à vingt et un ans. La nourriture de l’étudiant est administrée à travers une fenêtre et les enseignements de son instructeur ainsi que les plantes médicinales sont administrés à travers une autre fenêtre. L’enseignant qui en sait le moins est celui qui commence à lui enseigner et l’enseignant qui en sait le plus est celui qui est le dernier. Le nombre d’instructeurs varie en fonction des cours de formation qu’il reçoit. Chaque enseignant a son propre sac de plantes. L’étude des plantes est liée à leurs élémentaux et à leurs pouvoirs occultes. C’est la science ancienne de l’Élémentothérapie.

Pendant la nuit, à l’extérieur de sa demeure, le disciple est instruit par les enseignants d’Astrologie et de Magie Pratique. Pour recevoir cette instruction, il doit développer la clairvoyance ou le sixième sens, ce qui a été intuité par le Dr Krisch de Stralsund.

La procédure pour développer la clairvoyance que les étudiants en médecine Arhuaco utilisent est la suivante:

Le disciple se tient immobile, contemplant une étoile du ciel, tout en tenant un roseau à la main. Ensuite, il s’efforce de percevoir la place que son enseignant lui souhaite. Après un certain temps de pratique quotidienne, il n’y aura vraiment aucun endroit sur terre, aussi éloigné soit-il, que l’étudiant ne verra pas depuis la Sierra Nevada de Santa Marta.

Les Indiens de l’État de Bolivar (Colombie) développent le sixième sens avec la procédure suivante: à six heures après le méridien, l’aspirant place une bouteille de rhum, une horloge, une bougie allumée et une assiette avec de la nourriture sur le sol en dessous d’un arbre qui pourrait être un « Guasimo » (Guazuma ulmifolia Lamarck), un olivier, un « Totumo » (calebasse, Crescentia Cujete L.) ou un trèfle. L’aspirant consomme la nourriture pendant qu’il regarde fixement et pénétrant le rhum, la bougie et l’horloge.

Ces Indiens effectuent toujours ces pratiques le visage tourné vers le soleil couchant et ils prononcent le Credo Chrétien rempli de foi. Les Jeudis et Vendredis sont les jours spéciaux pour les effectuer.

Les organes sensoriels de nos sens sont les sources d’informations de notre mental. Lorsque ces sens sont plus fins, nous avons une meilleure perception des choses qui nous entourent. Par conséquent, notre jugement conceptuel est plus exact.

Le physicien Allemand Alfred Judt soutient qu’un individu « pur sang » entend huit octaves complètes de la note Sol, avec deux lignes de fréquence (96,825), ou avec des lignes de fréquence de 24 787 200. La mesure pour les Européens de sang-mêlé est beaucoup moins dans leur zone auditive basse ou haute.

Les Aborigènes de sang pur ont des sens plus fins. Si nous y ajoutons l’éveil de la clairvoyance, ou le sixième sens situé dans la glande pituitaire, alors une perception sensorielle plus pénétrante et une source pure d’informations objectives sont atteintes. Ceci est impossible à obtenir pour les étudiants des facultés de médecine officielles en raison du manque de méthodes appropriées.

Les Indiens Arhuaco et les Lamas Tibétains connaissent en profondeur l’anatomie humaine. Les textes de l’anatomie officielle manquent de l’anatomie des corps internes de l’être humain, septuple dans sa constitution interne.

Voyez, ici les sept corps de l’être humain:

  1. Corps Physique
  2. Corps Vital
  3. Corps Astral
  4. Corps Mental
  5. Corps de Volonté
  6. Corps de la Conscience
  7. Espiritus (l’Intime)

L’illustre Maître Paracelse les classe comme suit:

  1. Le Limbus
  2. Le Mumia
  3. Les Archaous
  4. Le Corps Sidéral
  5. Adech (l’homme interne ou le Corps Mental fait de la chair d’Adam)
  6. Aluech
  7. Corps de l’Intime

Ce sont les sept organismes constitués de matières distinctes ou de degrés de subtilisation, que tout enseignant de médecine pourrait percevoir s’il pouvait développer sa clairvoyance avec les procédures qui sont données ici dans ce livre.

Une étude de l’anatomie doit embrasser dans sa conjonction les sept corps de l’être humain dans toutes ses interrelations pour qu’elle soit complète.

Emmanuel Kant, le grand philosophe Allemand, admet que le nisus formativus, le Corps Astral, ou Linga Sarira des Théosophes, existe.

Ces organes internes distincts de l’être humain agissent sur nos glandes endogènes et sur nos hormones. On ne peut pas être médecin sans connaître en profondeur le nisus formativus auquel se réfère Emmanuel Kant.

Le Dr Krisch a conclu que l’odorat, la vue, l’ouïe et d’autres sens de l’être humain fonctionnent au moyen d’oscillations électromagnétiques.

Lakosky, le grand sage Russe, fondateur de la Théorie Émanative, est arrivé à la conclusion que tout rayonne et que tout est énergie.

Il est absolument impossible d’être médecin dans toute sa signification sans être clairvoyant, et sans avoir étudié l’anatomie, la biologie et la pathologie des sept corps de l’être humain.

Le Maître Paracelse déclare:

« Il existe deux types de chair, la chair d’Adam (le corps physique) qui est la chair terrestre, qui est grossière. La chair qui n’est pas dérivée d’Adam est d’une espèce subtile. Il n’est pas fabriqué à partir d’une matière grossière et il peut pénétrer à travers tous les murs sans avoir besoin de portes ou de trous. Néanmoins, les deux espèces de chair ont leur sang et leurs os et les deux diffèrent également de l’Esprit. » – Paracelse, De Nymphis

Ces corps internes énergétiques de l’être humain sont des organismes matériels, que le médecin doit connaître en profondeur pour diagnostiquer les maladies sans aucune erreur, sans commettre aucune bêtise.

Connaître la chimie officielle ne vaut rien si la « chimie occulte » est inconnue. Il est inutile de connaître la biologie extérieure, si la « biologie interne » des sept corps de l’être humain est inconnue. De la même manière, il est inutile de connaître uniquement l’anatomie extérieure sans connaître « l’anatomie interne ». Dans le laboratoire, l’étude théorique de la Bactériologie serait vaine sans microscope.

Il est absurde d’étudier la médecine sans avoir préalablement développé une clairvoyance positive, qui permet de voir et de manipuler les sept corps de l’être humain.

Les méthodes de diagnostic de la science officielle sont insuffisantes. Pour cette raison, la majorité des patients meurent sans savoir quelle était leur maladie.

L’Indien Jeronimo Montaño plaçait une boule de cristal sur le cou du malade, ce qui lui permettait de voir l’organisme à travers mieux que les rayons X. Lorsqu’il fallait diagnostiquer un patient éloigné, il lui suffisait d’humidifier sa boule de cristal avec du rhum et de l’envelopper dans les vêtements du malade. Ainsi, de cette manière singulière, il savait ce qu’était la maladie et il pouvait la diagnostiquer avec certitude.

À une occasion, deux personnes sceptiques ont apporté le chapeau d’un homme mort à l’Indien Jeronimo afin qu’il puisse leur dire à qui appartenait le chapeau. Ainsi, Jeronimo a pris le chapeau dans ses mains et a invité les deux sceptiques dans sa clinique. Puis, d’une voix forte, il leur dit: « Voici, le propriétaire de ce chapeau est ici. » Les deux sceptiques sont devenus choqués quand ils ont vu le défunt homme de l’expérience assis sur une chaise.

J’aimerais voir un étudiant qui est dans sa dernière année d’école de médecine diagnostiquer quelqu’un en présence d’un « mama » de la Sierra Nevada de Santa Marta. Ce serait drôle, très drôle…

Lors de la finalisation des études de médecine, l’étudiant d’Arhuaco est examiné par l’ensemble de ses enseignants et en présence du gouvernement des Indiens de la Sierra. Un par un, chaque enseignant l’examine avec son sac de plantes. Les astrologues l’examinent en astrologie, les magiciens l’examinent en magie pratique, etc.

L’examen sur les plantes est lié à l’occultisme de celles-ci, c’est-à-dire à l’Élémentothérapie, qui est ignorée des botanistes. Les écoles de médecine des Lamas du Tibet Oriental le font à leur manière. L’une de leurs spécialités est l’Osmothérapie, ou la guérison par les parfums.

Nous avons copié la prière suivante d’un livre de prière Lama, qui est mentionné par Krumm-Heller:

« Des fleurs sublimes, des chapelets choisis de petites fleurs, de la musique et des onguents au parfum délicieux, des lumières resplendissantes et les meilleurs parfums, j’apporte aux victorieux (les Bouddhas) de magnifiques tuniques et des parfums extra-fins, des petits sacs remplis de baguettes aromatiques coupées, qui sont en nombre égal aux montagnes de « Miru » et à toutes les plus belles créations, j’apporte aux vainqueurs. »

Frhr. Von Perckammer a peint une illustration qui est mentionnée par le Dr Krumm-Heller. Dans cette illustration apparait un Lama qui se trouve sur le patio de Yungho-Kung, dans le Temple de la Paix Éternelle. Il présage à côté d’un encensoir.

Les parfums ne sont jamais absents au sein du couvent des Lama des Cent Mille Images de Maitreya. Le Dr Rudolf Steiner affirme que l’emploi des parfums pour la guérison des maladies a un passé très lointain et un avenir splendide. Leadbeater a dit que nos péchés et nos fautes rebondissent dans le Corps Astral et qu’ils peuvent être éliminés par l’action de certains parfums. Chaque vice a ses propres larves qui sont attachées au Corps Astral. Ainsi, la guérison totale de ces vices n’est obtenue que par la désintégration de ces larves au moyen de certains parfums.

Des statues de Bouddha fabriquées avec du bois de santal parfumé existent à Pékin, au Tibet et dans le cloître Mongol d’Erdoni Dsu. Ces statues restent enveloppées d’herbes aromatiques qui sont utilisées pour effectuer des guérisons à distance. Ces statues sont nommées « Dscho » (écrit « je ») à cause de l’abréviation de « jebe » qui signifie Seigneur ou Maître. Ils sont également à Lhassa, la capitale du Tibet.

« Tschima-Purma » est le nom de certaines boules en tissu remplies d’herbes aromatiques que les Tibétains et les Mongols accrochent au plafond de leurs temples à des fins de guérison.

Krumm-Heller nous mentionne dans un de ses livres que Lama Rintschen a pratiqué la médecine à Berlin avec les essences qu’il a apportées du Tibet; il n’a jamais acheté un seul médicament à Berlin. Comme Huiracocha nous le dit, sa mission était de prendre soin des résidents Mongols.

Les études sévères de la médecine Himalayenne et Trans-Himalayenne comprennent l’élémentothérapie, l’osmothérapie, l’anatomie des sept corps, l’astrologie et la chimie occulte. Chaque Lama-médecin est un clairvoyant. En effet, vraiment, on ne peut pas être médecin sans être clairvoyant.

Écoutez ceci, messieurs de la médecine officielle. Le diagnostic par percussion et auscultation et la manière dont un aveugle se déplace et marche sont analogues. Utiliser le sens du toucher pour s’orienter dans un diagnostic est absolument incertain et puéril.

Les médecins Arhuaco et Lama n’ont pas besoin de ces méthodes désuètes de diagnostic de la médecine officielle pour quoi que ce soit, car elles ne sont bonnes que pour les aveugles.

Les médecins Arhuaco et Lama ont développé le sixième sens, la clairvoyance. Ainsi, ils peuvent voir directement les causes de la maladie et ses effets dans les organes internes.

Une ville souterraine existe dans les jungles profondes de l’Amazonie. Certains yogis occidentaux y habitent. Les trésors sacrés de l’Atlantide submergée sont conservés avec zèle dans cette ville mystérieuse. Ces sages médecins yogis sont les gardiens zélés de la très ancienne sagesse médicale.

Une autre ville mystérieuse existe également dans les jungles épaisses de Californie. Cette ville ne sera jamais découverte par les « civilisés » de ce 20e siècle. C’est ici qu’habite une race survivante de l’antique Lémurie. Cette race est le plus ancien dépositaire du précieux trésor de la sagesse médicale.

De même, divers sanctuaires de médecine basés sur « l’art royal » de la nature existent en Amérique Centrale. Ainsi, dans notre monde, il n’y a pas de pénurie de lieux secrets où cette sagesse médicale est cultivée et étudiée. L’être humain connaissait cette sagesse autrefois, lorsqu’il vivait loin de cette atmosphère vicieuse de la vie urbaine.

Les épidémies mettent le monde en deuil. La mort avance triomphalement et de façon dévastatrice partout. Le pouvoir transitoire de la médecine allopathique est en train d’abdiquer devant l’avalanche de douleur humaine.

L’heure pour revenir à la Nature, l’heure pour se retirer à la campagne pour apprendre les enseignements que je donne dans ce livre est arrivée.

Ainsi, dans la paix profonde des forêts, c’est là que nous devons établir des pépinières de sagesse médicale, semblables à ces sanctuaires du Tibet et de la Sierra Nevada de Santa Marta.

Jeunesse au génie, humanité sans défense, gens insatisfaits, allons au combat avec ce drapeau reconquis que je lève en haut vers tous les vents! Allons lutter contre l’exclusivité scientifique! Allons à la guerre contre tout ce qui est nuisible et désuet!

À la bataille pour le Verseau! À la bataille pour la nouvelle ère!

Ce chapitre est tiré de Médecine Ésotérique et Magie Pratique (1978) par Samael Aun Weor. Les éditions imprimée et numérique de Glorian Publishing (une organisation à but non lucratif) sont illustrées pour vous aider à comprendre et comprennent des fonctionnalités telles qu’un glossaire et un index. Achetez le livre, et vous-même et les autres en bénéficierez.