Écrit par : Yeshe TsogyalCatégorie : Écritures Bouddhistes

Au huitième siècle après J.C., Padmasambhava (Guru Rinpoché) le Maître Indien de Tantra, a donné l’enseignement suivant à son épouse et disciple Yeshe Tsogyal. Bien que ce texte soit très ésotérique et difficile à comprendre pleinement, il est très précieux. En particulier, ce passage ressort, mais doit être compris dans son contexte; dans le Tantra, bodhichitta est un terme ésotérique pour l’énergie sexuelle.

« S’il y a fuite de bodhichitta, la Lumière Immuable du Bouddha est tuée, et comme il n’y a pas de présence supérieure à qui un tel crime peut être reconnu et ainsi expié, il en résulte un karma tel que celui de l’Enfer de l’Avichi. Par conséquent, avec le pouvoir de rétractation, dessinant ‘l’amour’ avec l’énergie de base de la force de vie, je le tenais dans le pot de mon ventre, et maintenant le souvenir du plaisir non contaminé par la luxure, me débarrassant du samadhi créé par le mental sans me glisser dans un instant de torpeur, j’ai expérimenté l’ascension de la conscience. »

En d’autres termes, en retenant l’énergie sexuelle, la conscience est éveillée.

Yeshe Tsogyal raconte son expérience et les instructions qu’elle a reçues comme suit:

La Troisième Initiation

Obéissant aux instructions du Guru, scellant mon corps comme une lampe à beurre allumée, je me suis appliqué à la méditation jusqu’à la Conscience, la valeur de l’initiation, était devenu fort. Au début, j’étais opprimé par l’angoisse, mais plus tard, les sons des syllabes dans les points focaux des nerfs psychiques ont résonné spontanément; J’ai acquis une pleine conscience et un contrôle parfait de mon souffle vital et des flux d’énergie, et une connaissance instinctive et immédiate de la façon de les utiliser; J’ai atteint l’intuition de la signification de l’essence-semence en tant que mahamudra; et le potentiel de la chaleur du plaisir transcendant a été pleinement réalisé. Par la suite, les mouvements capricieux de l’énergie karmique se sont calmés, l’énergie de la Conscience injectée dans le nerf médial; et quelques signes de maîtrise se sont produits.

Cependant, le Guru m’a enjoint de ‘ne pas manger l’orge jusqu’à ce qu’elle soit mûre’, que mon initiations n’étaient pas encore terminés. Donc, avec une plus grande foi en Guru Rimpoche qu’au Bouddha lui-même, je lui ai adressé la parole ainsi:

O Vénérable Orgyen Rimpoche,

Supérieur des Bouddhas passés, présents et futurs,

À moi-même et aux autres êtres mesquins et humbles,

je vous prie d’accorder l’Initiation Suprême.

Alors le Guru est apparu comme le mandala du Heruka Rouge, et de la syllabe HUNG dans son cœur des faisceaux de lumière rouge extrêmement féroces rayonnant et se concentrant à nouveau dans son mandala, il a pris l’Absolu Heruka dans sa main comme une lance, et il a répondu :

RAM HAM!

Écoutez sans distraction,

Dakini Tsogyelma, Reine Kuntuzangmo, écoutez

attentivement.

Si vous souhaitez que la graine infuse votre mandala intérieur,

offrez votre mandala de délice mystique.

Si vous parlez de cette méthode, votre Samara est cassé.

Moi, la fille Tsogyel, j’ai sombré sous les apparences mondaines, et ayant glissé dans la nudité du pur plaisir, j’ai oint mon mandala de délice avec les cinq substances sacrées, et ai fait une nouvelle pétition:

Buddha Héro de Pure Plaisir, faites ce que vous voulez.

Guru et Seigneur de pur plaisir,

avec une véritable énergie et joie, je vous implore d’injecter

la graine dans le mandala intérieur.

Et je garderai le secret de la méthode avec ma vie.

Alors avec trois doigts remuant la poussière de pollen du lotus, j’ai offert mon mandala au mandala du corps du Guru avec une danse intense de serpent. Le mandala de l’espace dynamique ayant rassemblé en lui la nature du Grand Pema Heruka lui-même au moyen du crochet du point focal du membre inférieur, l’Absolu Heruka, son magnifique vajra flamboyant [éditeur: phallus] en état de rapacité et d’abus violent, ses rides se décroissaient, projetant sa pleine émanation, prit le commandement du trône de lotus [éditeur: vagin] avec un rugissement de rire méprisant qui inondait les apparences de gloire, les transformant en pur plaisir. Ainsi, il m’a révélé le Mandala du Soleil Flamboyant de l’Espace Intérieur Radiant, me conférant un pouvoir.

Dans ce mandala d’union mystique, de Moyens Habiles et de la Perspicacité, dans ce mandala rayonnant de l’Être Pur et de la Graine de Lumière – l’Être Pur de la Sublime Terre Pure des Quatre Herukas, les maîtres des quatre points focaux, et la Graine de Lumière qui est la réalité de cent millions de syllabes germes – on m’a conféré l’initiation et le renforcement des quatre joies.

Des ondes de béatitude du centre du front de notre union, dans la sphère de l’expérience intense de la Conscience de la joie, est né un paradis blanc divisé en trente-deux terres pures moindres. Dans chacune de ces terres pures se trouvait un Heruka blanc en union mystique avec son Épouse entourée de centaines de milliers, un nombre incalculable, d’Herukas et de leurs Épouses identiques au principal. Au centre de ce vaste mandala se trouvait le Maître de tous les Herukas, le principal Heruka et son épouse dans la Conscience de la joie duquel j’ai reçu l’initiation. Grâce à cette joie, la passion de la colère a été purifiée, le corps nettoyé de toutes traces d’actions habituelles et de schémas de réaction, un aperçu des éléments du chemin d’application a été acquis et j’ai pu agir au profit des sept mondes des dix directions. À ce niveau, on m’a conféré le nom initiatique secret, Tsogyel la Déesse Blanche du Pur Plaisir (Dechen Karmo Tsogyel).

En conséquence, au centre de la gorge se trouvait un paradis jaune divisé en seize terres pures dans chacune desquelles se trouvait un Heruka Jaune en union avec son épouse entourée de centaines de milliers de Herukas identiques au centre du front. Au milieu de ce mandala se trouvait le Maître de tous les Herukas jaunes, Ratna Vira et son Épouse, dont j’ai reçu l’initiation dans toutes les potentialités infinies de la joie supérieure. Ainsi, la passion du désir a été purifiée, toutes les traces d’action et de réaction ont été éradiquées, et j’ai acquis une perspicacité de tous les éléments du chemin de l’accumulation, obtenant la capacité d’assister les vingt mondes des dix directions. Ici, j’ai reçu le nom secret de Tsogyel, la Déesse Jaune Augmentant la Qualité (Yonten Gyeje Sermo Tsogyel).

De la même manière, dans le paradis bleu-noir du centre du cœur composé de huit terres moins pures se trouvaient huit Herukas Bleu-Noir en union avec leurs épouses entourées d’innombrables ressemblances comme ci-dessus. Au centre se trouvait le maître de tous les Herukas Bleu-Noir, le Heruka principal, Bouddha Vira et son Épouse, qui m’initia au mahamudra de la joie suprême. Ainsi, toutes les graines de passion inhérentes au mental ont été éradiquées, et j’ai acquis une perspicacité des éléments du chemin de la libération et de la capacité d’assister les vingt-six mondes des dix directions. On m’a donné le nom de Libérante Samaya Tsogyel (Drolje Damtsik Tsogyel) à cette époque.

En conséquence, dans le paradis rouge du centre de l’intestin, dans les soixante et une terres pures moindres, se trouvaient soixante et un Herukas en union mystique avec leurs épouses, entourés de centaines de milliers de formes identiques, au centre desquelles se trouvait le principal de tous, le Heruka Rouge et son épouse, dans la conscience de joie innée desquels j’ai reçu l’initiation. Ainsi, toutes les traces d’attachement émotionnel et les schémas d’action et de réaction du corps, de la parole et du mental indifférenciés ont été éradiqués, et avec une perspicacité des éléments du chemin de la pureté absolue, j’ai acquis la capacité de profiter de l’univers infini et illimité. Ici, j’ai reçu le nom secret, Conscience sans Limite Tsogyel (Taye Yeshe Tsogyel).

Alors le Guru m’a demandé de pratiquer de cette manière: ‘Dans le mandala ultime des quatre joies, accordez-vous les quatre initiations et les renforcements dans les quatre niveaux de conscience pendant sept jours. Ensuite, visualisez l’ascension de « l’amour » comme Conscience.’

Donc, maintenir intacte la progression des quatre joies à travers la Conscience-amour qui est la valeur de cette initiation, mon expérience s’est intensifiée, augmentant de hauteur en hauteur. S’il y a une fuite de bodhichitta, la Lumière Immuable du Bouddha est tuée, et comme il n’y a pas de présence supérieure à qui un tel crime peut être reconnu et ainsi expié, il en résulte un karma tel que celui de l’Enfer d’Avichi. Par conséquent, avec le pouvoir de la rétraction, dessinant ‘l’amour’ avec l’énergie de base de la force vitale, je l’ai tenu dans le pot de mon ventre, et en maintenant le souvenir du plaisir non contaminé par la luxure, me dépouillant du samadhi créé par le mental sans toutefois glisser dans un instant de torpeur, j’ai expérimenté l’ascension de la Conscience.

En liant la bodhichitta dans le lotus de l’utérus, toute ignorance était purifiée, et en supprimant les mille quatre-vingts mouvements d’énergie karmique au premier moment, la Conscience de la double omniscience de la quantité et de la qualité devint le chemin de la vision, et j’atteignis le premier degré d’illumination et certains des pouvoirs extra-sensoriels ont émergé. Alors la bodhichitta a été établie et liée dans le centre d’énergie secret et la motivation et la volonté ont été purifiées, et en inhibant les flux d’énergie de la deuxième jonction, j’ai obtenu le deuxième degré. Puis en liant la bodhichitta entre le secret et les centres intestinaux la conscience a été purifiée, et en liant les flux d’énergie de la troisième jonction, j’ai obtenu le troisième degré. De la même manière, en liant la bodhichitta au centre de l’intestin, le nom et la forme ont été purifiés, et lorsque les flux d’énergie de la quatrième jonction ont été arrêtés, j’ai atteint le quatrième degré; et le mental capable à la fois de samsara et de nirvana, de conscience et de joie innée, purifiés, j’ai accompli l’essentialité d’être du Bouddha. Liant la bodhichitta entre les chakras de l’intestin et du cœur les six champs sensoriels ont été purifiés et les énergies de la cinquième jonction bloquées, j’ai atteint le cinquième degré. Puis en liant la bodhichitta au centre du cœur, purifiant le contact sensoriel, les flux d’énergie de la sixième jonction se sont arrêtés et j’ai atteint le sixième degré; mental endormi ordinaire et joie spéciale purifiée, j’ai atteint le but absolu de l’être du Bouddha, être vide. Entre les centres du cœur et de la gorge la bodhichitta était liée et le sentiment était purifié, et en arrêtant les flux d’énergie de la septième jonction, j’atteignis le septième degré. Puis en liant la bodhichitta au centre de la gorge, purifiant le désir et l’attachement, les flux d’énergie de la huitième jonction se sont arrêtés, j’ai atteint le huitième degré; le rêve et la joie suprême purifiés, j’atteignis le but de l’être du Bouddha de jouissance visionnaire consommée. Liant la bodhichitta entre les centres de la gorge et du front, l’enthousiasme sensuel était purifié, et en inhibant les énergies de la neuvième jonction, j’atteignis le neuvième degré. Lant la bodhichitta dans le centre du front, l’existence transmigratoire était purifiée et, en obstruant la sortie d’énergie au dixième point, j’atteignais le dixième degré; quand la conscience des cinq portes sensorielles au réveil du sommeil, les veines et les nerfs du corps et la conscience de la joie avaient été purifiés. J’ai atteint le but de l’être du Bouddha d’apparition inoxydable. Puis liant la bodhichitta entre le front et les centres de la couronne, la renaissance a été purifiée, et les flux d’énergie de la onzième jonction contenue j’ai atteint le onzième degré. Puis rétractant et liant la bodhichitta au centre de la couronne, les douze éléments interdépendants du samsara, y compris la vieillesse et la mort, ont été purifiés, et arrêtant les vingt et un mille flux d’énergie de la douzième jonction, luxure, le sommeil, le rêve et l’éveil – les quatre états impurs du mental – ont été purifiés, et après avoir purifié les nerfs psychiques du mental, les flux d’énergie et l’essence-semence, ainsi que les quatre joies, j’ai atteint le douzième degré.

Ainsi j’ai été doté de l’Être Pur du Bouddha et de toutes les qualités du Bouddha: j’ai été transformée en l’Être Pur qui fonctionne pour imprégner toutes les créatures de l’univers infini de la valeur et du sens de l’existence, et j’ai acquis la capacité innée de comprendre et employez n’importe laquelle des qualités du Bouddha à volonté.

En l’espace de six mois, j’avais atteint le but des trois initiations, et mon Guru m’a dit plus loin:

Femme humaine et Dakini,

Jeune fille au corps parfaitement mûri,

Un corps chanceux doté des dix et deux fois

six conditions d’aisance.

Un corps endurant et courageux,

Grande Mère de la Sagesse, Sarasvati,

Dakini au visage de Sow, Maîtresse des Mystères,

Maintenant que l’élixir de soi et des autres a brassé,

Et la porte des mystères mûrissants

vous a été ouverte,

Ô Grand Être, prenez un Époux!

Mais j’ai préparé une offrande de ganacakra avec mon corps et mes biens, et je l’ai rendue à Guru Rimpoche avec cette pétition:

Vénérable Seigneur d’Orgyen, Crane-Guirlande Habile,

Tige des Mystères, Vajradhara,

Votre vaste générosité est au-delà de la gratitude;

Tout ce qui vous donnera de la joie,

je jure de vous donner insouciance du corps ou de la vie.

S’il vous plaît, accordez-moi l’initiation finale,

La Parole de Renforcement de Dzokchen –

Que le Guru confère le Quatrième aujourd’hui!

‘Le moment n’est pas venu pour vous de pratiquer la méthode sans effort d’Ati’, répondit Guru Rimpoche. ‘Persévérez dans votre pratique sur le chemin des mystères mahayana. Maintenant, fille, sans époux, un partenaire de moyens habiles, il n’y a aucun moyen que vous puissiez découvrir les mystères du Tantra. C’est un peu comme ceci: si un pot n’est pas cuit, il ne supportera pas l’usage; dans une zone sans bois, le feu ne brûlera pas; s’il n’y a pas d’humidité pour soutenir la croissance, il est inutile de planter un plant. Rendez-vous donc dans la vallée du Népal où se trouve un jeune de seize ans avec une taupe sur le sein droit, qui est une émanation du héros de Bouddha Hayagriva appelé Atsara Sale. Il y a erré depuis Serling en Inde. Trouvez-le, faites-en votre allié, et vous découvrirez bientôt le royaume du pur plaisir.’

Ainsi, ayant reçu l’injonction prophétique de mon Guru, avec un bol d’or et une livre de poussière d’or, je suis parti seule pour la vallée du Népal.

Extrait de « Danseur du Ciel: La Vie Secrète et Chants de la Dame Yeshe Tsogyel » de Keith Dowman (Penguin Books – 1989) (Fructification et Bouddhéité, pp.155-7); La biographie de Yeshe Tsogyel (Bod kyi jo mo ye shes mTsho rgyal gyi mdzad tshul rnam par thar pa gab pa mngon byung gyud mangs dri za’i glu ’phreng), un texte révélé (terma) attribué à l’origine à Gyelwa Jangchub et Namkhai Nyingpo et révélé par Taksham Nuden Dorje; traduit par Keith Dowman et Choepel Namgyel.

Catégories : Bouddhiste