La Mort

Il est primordial de comprendre en profondeur et dans toutes les régions du mental ce qu’est, réellement, la mort en elle-même ; ainsi seulement est-il possible de vraiment comprendre de façon intégrale ce qu’est l’Immortalité.

Voir le corps humain d’un être cher étendu dans un cercueil ne signifie pas que l’on a compris le mystère de la mort.

La Vérité c’est l’inconnu, d’instant en instant. La Vérité sur la mort ne peut être une exception.

Le Moi veut toujours, naturellement, une assurance contre la mort, une garantie supplémentaire, quelque autorité qui se charge de nous assurer une bonne position et une certaine forme d’immortalité au-delà du sépulcre terrifiant.

Le Moi-même, le Je, n’a pas envie de mourir. Le Moi veut continuer. L’Ego a très peur de la mort.

La Vérité n’est pas une question de croire ou de douter. La Vérité n’a rien à voir avec la crédulité ni avec le scepticisme. La Vérité n’est pas une question d’idées, de théories, d’opinions, de concepts, de préjugés, de suppositions, d’affirmations, de négociations, etc. La Vérité sur le mystère de la mort n’est pas une exception.

La Vérité sur le mystère de la mort ne peut être connue qu’à travers l’expérience directe.

Il s’avère impossible de communiquer l’expérience réelle de la mort à celui qui ne la connaît pas.

Un poète peut écrire de beaux livres d’Amour, mais il s’avère impossible de communiquer la Vérité sur l’Amour à des personnes qui n’en ont jamais fait l’expérience ; de la même façon, nous disons qu’il est impossible de communiquer la Vérité sur la mort à des personnes qui ne l’ont pas éprouvée dans leur vécu.

Celui qui veut savoir la Vérité sur la mort doit faire des recherches, expérimenter par lui-même, scruter comme il faut, c’est ainsi seulement que nous pourrons découvrir la signification profonde de la mort.

L’observation et l’expérience de plusieurs années nous ont permis de saisir que cela n’intéresse pas les gens de comprendre réellement la signification profonde de la mort ; la seule chose qui intéresse les gens, c’est de continuer dans l’au-delà et c’est tout.

Beaucoup de personnes désirent continuer par le moyen des biens matériels, du prestige, de la famille, des croyances, des idées, des enfants, etc., et quand elles comprennent que n’importe quel type de continuité psychologique est vain, passager, éphémère, illusoire, alors, se sentant sans garanties, en insécurité, elles frémissent d’épouvante et d’horreur, elles s’emplissent d’une infinie terreur.

Les gens ne veulent pas comprendre, ne veulent pas saisir que tout ce qui continue se développe dans le temps.

Ces pauvres gens ne veulent pas comprendre que tout ce qui continue devient mécanique, routinier, ennuyant.

Il est important, il est indispensable de nous rendre pleinement conscients de la profonde signification de la mort, c’est seulement ainsi que disparaît la crainte de cesser d’exister.

En observant attentivement l’humanité, nous pouvons constater que le mental se trouve toujours embouteillé dans le connu et veut que ce qui est connu continue au-delà de la tombe.

Le mental embouteillé dans le connu ne pourra jamais expérimenter l’inconnu, le Réel, le Vrai.

Ce n’est qu’en rompant la bouteille du temps au moyen de la méditation correcte que nous pouvons expérimenter l’Éternel, l’Intemporel, le Réel.

Ceux qui désirent continuer ont peur de la mort, et leurs croyances et théories leur servent seulement de narcotique.

La mort en elle-même n’a rien de terrifiant, c’est quelque chose de très beau, sublime, ineffable, mais le mental embouteillé dans le connu ne peut se mouvoir que dans le cercle vicieux qui va de la crédulité au scepticisme.

Lorsque réellement nous devenons pleinement conscients de la signification profonde de la mort, nous découvrons alors par nous-mêmes, au moyen de l’expérience directe, que la vie et la mort constituent un tout, une unité indivisible.

La mort est le réservoir de la Vie. Le sentier de la Vie est formé par les traces des sabots du cheval de la mort.

La Vie est Énergie déterminée et déterminante. De la naissance jusqu’à la mort, différents types d’énergie coulent dans l’organisme humain.

Le seul type d’énergie auquel l’organisme humain ne peut résister, c’est le Rayon de la Mort. Ce rayon a un voltage électrique très élevé. L’organisme humain ne peut résister à un tel voltage.

Tout comme un rayon de foudre peut déchiqueter un arbre, de même, lorsque le Rayon de la Mort circule à travers l’organisme humain, il le détruit inévitablement.

Le Rayon de la Mort connecte le phénomène de la mort avec le phénomène de la naissance.

Le Rayon de la Mort engendre des tensions électriques très intimes et une certaine note-clé qui a le pouvoir déterminant de combiner les gènes à l’intérieur de l’œuf fécondé.

Le Rayon de la Mort réduit l’organisme humain à ses éléments fondamentaux.

L’Ego, le Moi énergétique, continue malheureusement dans nos descendants.

Cela qu’est la Vérité sur la mort, cela qu’est l’intervalle entre la mort et la conception, est quelque chose qui n’appartient pas au temps et que nous ne pouvons expérimenter qu’au moyen de la science de la méditation.

Les professeurs des écoles, collèges et universités doivent enseigner à leurs élèves le chemin qui conduit à l’expérience du Réel, du Vrai.