Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Commençons notre conférence et j’espère que tout le monde y accordera le maximum d’attention.

Ce soir, je vais parler des mystères de la vie et de la mort. C’est l’objectif clair de cette conférence. Nous allons faire une différenciation complète entre la loi de l’éternel retour de tout, la loi de la transmigration des âmes, et la loi de la réincarnation, etc…

Le moment est venu de divulguer tout cela, afin que les étudiants Gnostiques soient bien informés.

Il est évident que la première chose que nous devons savoir dans la vie est: d’où venons-nous, où allons-nous, quelle est la raison de notre existence? Pourquoi existons-nous? etc…

Incontestablement, si nous voulons savoir quelque chose sur le sort qui nous attend et sur la vie elle-même, il est indispensable, tout d’abord, de savoir ce que nous sommes. C’est urgent, impossible à reporter et indéfendable.

Les Corps Physique et Vital

Le corps physique en soi n’est pas tout ce que nous sommes. Notre organisme est composé d’organes, et chaque organe est composé de cellules; à son tour, chaque cellule est composée de molécules et chaque molécule d’atomes. Si nous divisons un atome, nous libérerons de l’énergie. Les atomes sont composés de quarks qui tournent autour des électrons, des protons, des neutrons, etc. Tout cela est connu en physique nucléaire.

Séquentiellement, le corps physique est essentiellement composé de différents types et sous-types d’énergie; c’est très intrigant. La pensée humaine même est composée d’énergie. Du « néopallium », du cerveau rayonne un type spécifique d’ondes qui peuvent être judicieusement détectées. Nous savons déjà que les scientifiques peuvent mesurer les ondes mentales avec des instruments sophistiqués très fins (appelés électroencéphalographe) et ces pensées peuvent être mesurées en microvolts. Donc, essentiellement, notre organisme se résume en différents types et sous-types d’énergies.

Ainsi, la matière n’est rien d’autre que de l’énergie cristallisée; c’est pourquoi Albert Einstein a déclaré: « La masse relative d’un corps dépasse sa masse nette d’une quantité égale à son énergie cinétique, divisée par C au carré. » Il a également affirmé emphatiquement que « l’équivalent énergétique d’une masse est égal à la masse multipliée par la vitesse de la lumière au carré ». Par conséquent, la soi-disant matière n’est rien d’autre que de l’énergie cristallisée.

De plus, le corps physique a une base organique vitale. Je me réfère emphatiquement au Linga-Sarira de la Théosophie, la condensation électromagnétique bio-thermique. Chaque atome du corps vital pénètre chaque atome du corps physique, le faisant vibrer et étinceler. En effet, le double vital ou corps vital est un type de double organique.

Par exemple, si le bras de ce double vital se détache du bras physique, nous sentons que notre main s’endort. Lorsque ce bras vital pénètre à nouveau dans le bras physique, lorsque chaque atome du corps vital pénètre dans le corps physique, il produit une vibration, la vibration que l’on ressent lorsque le bras s’endort et il faut éveiller ce bras, ressentant, comme on dit, une sorte de sensation « d’épingles et d’aiguilles ».

Bien, si le corps vital était définitivement retiré d’une personne physique et si ce corps vital n’était plus attaché au corps physique, alors la personne physique mourrait. Ainsi, le corps vital est en effet intéressant. Néanmoins, le corps vital n’est rien de plus que la partie supérieure du corps physique. C’est, peut-on dire, la partie tétra-dimensionnelle du corps physique. Les Védantistes considèrent les corps vital et physique comme un tout, comme une unité.

L’Égo

Un peu plus loin au-delà de ce corps physique avec sa base organique vitale, nous avons l’ego. L’ego en soi est une conjonction de différents éléments inhumains que nous portons à l’intérieur de nous-mêmes. Il est évident que ces éléments sont dénommés colère, cupidité, luxure, envie, orgueil, paresse, gourmandise, etc., etc., etc. Tant les défauts que nous avons que Virgile dans son Énéide, livre six, a déclaré:

« Non, même si j’avais cent bouches, cent langues et des gorges d’airain, inspirées des poumons de fer, je ne pourrais pas la moitié de mes horribles crimes décrire, ni la moitié des punitions que ces crimes ont subies. » – L’Énéide

Donc, l’ego n’est rien de plus que cela.

Néanmoins, certaines personnes intronisent leur ego dans leur cœur, elles en font un autel, elles l’adorent. Ces gens sont sincères mais se trompent, car ils supposent que l’ego en soi est quelque chose de divin; et en effet, à ce sujet, ils se trompent parfaitement.

D’autres divisent le « Moi » en deux parties: « Moi supérieur » et « Moi inférieur », et ils veulent que leur « Moi inférieur » soit contrôlé par leur « Moi supérieur ». Les gens ne veulent pas prendre conscience que la « section inférieure » et la « section supérieure » ne sont que deux parties de la même chose.

Le « Moi » en soi est le temps, le « Moi » en soi est un livre aux multiples volumes, dans le « Moi » nous retrouvons toutes nos aberrations, tous nos défauts, tout ce qui fait de nous de véritables animaux intellectuels au sens le plus complet du terme. D’autres affirment que le « Moi supérieur » est le « alter ego » divin et l’adorent, c’est en effet juste une autre façon de trouver des évasions pour sauver le « Moi » afin de le diviniser. Malheureusement, le « Moi » est seulement le « Moi », et c’est tout.

La Mort

La mort elle-même est, en effet, une soustraction mathématique de fractions; une fois l’opération mathématique effectuée, il ne reste que les valeurs. Ces valeurs sont positives et négatives; elles sont aussi bonnes et mauvaises. L’éternité avale, dévore ces valeurs. Dans la lumière astrale, ces valeurs s’attirent et se rejettent conformément aux lois du magnétisme universel. Ces valeurs ne sont que les éléments inhumains qui constituent l’ego. Ces éléments inhumains se brisent parfois entre eux ou s’attirent ou se rejettent simplement.

La mort elle-même est le retour au point de départ originel. Une personne est ce qu’est sa vie. Si une personne ne travaille pas sur sa propre vie, si elle n’essaye pas de la modifier, elle perd évidemment son temps misérablement parce qu’une personne n’est rien de plus que ce qu’est sa vie. Nous devons travailler sur notre propre vie pour en faire un chef-d’œuvre.

La vie est comme un film; à la fin du film, nous emmenons le film dans l’éternité. Une fois dans l’éternité, nous revivons le film de notre vie qui vient de se terminer.

Pendant les premiers jours de cette revivre, les défunts voient surtout la maison où ils sont morts et ils y habitent même. Si quelqu’un décède, par exemple, à l’âge de quatre-vingts ans, celui-ci pourra voir ses petits-enfants, prendre place à table, etc.; en d’autres termes, leur ego sera parfaitement convaincu qu’ils sont encore physiquement vivants et il n’y a rien au monde qui puisse les persuader de prendre conscience du contraire.

Malheureusement, pour l’ego, rien ne change. L’ego voit la vie comme elle a toujours été, par exemple, assis à table dans la salle à manger, il lui demandera sa nourriture habituelle. Évidemment, ses proches ne le verront pas, mais le subconscient de ses proches répondra, ce subconscient mettra la nourriture nécessaire sur la table. Il est évident que ce ne sera pas de la nourriture physique car cela serait impossible, mais ce seront des formes mentales très similaires à la nourriture que la personne décédée consommait.

Le désincarné peut assister à son enterrement mais il ne penserait jamais que l’enterrement est lié à lui. Il pensera que l’enterrement se rapporte à une autre personne, à quelqu’un d’autre qui est décédé, mais il ne croirait jamais que l’enterrement se rapporte à lui. Il se sent tellement vivant qu’il ne soupçonne même pas à distance qu’il est mort. S’il sort dans la rue, il verra les rues absolument de la même manière qu’il les a vues de son vivant. Rien ne peut lui faire penser que quelque chose lui est arrivé.

S’il se rend dans une église, il verra le prêtre accomplir le rituel de la messe, il en fera partie et repartira plus tard parfaitement convaincu qu’il est vivant. Rien ne peut le convaincre qu’il est physiquement mort. De plus, si quelqu’un lui affirmait qu’il est physiquement mort, il sourirait avec scepticisme et, avec incrédulité, il n’accepterait pas cette affirmation.

Rétrospection Après la Mort

Dans le monde astral, le défunt doit revivre toute l’existence qu’il vient de terminer physiquement, mais il la revivra à travers le temps et d’une manière si naturelle que le défunt – identifié à elle – apprécie vraiment chacun des âges de sa vie déjà finie. Par exemple, s’il avait quatre-vingts ans, il profitera un moment de ses petits-enfants, prendra place à la table du dîner, s’allongera sur le même lit, etc., mais au moment où il passera, il s’adapte aux autres circonstances de son existence.

Bientôt, il sentira qu’il a soixante-dix-neuf ans ou soixante-dix-sept ans, soixante ans, etc.; et s’il vivait dans une maison différente à l’âge de soixante ans, il vivra à nouveau dans cette même maison et répétera les mêmes mots qu’il avait l’habitude de faire et même son aspect psychologique prendra l’aspect qu’il avait quand il avait soixante ans.

Si à l’âge de cinquante ans, il vivait dans une autre ville, il se verra revivre sa vie dans cette autre ville et dans cette autre maison et ainsi de suite. Pendant ce temps de revivre, son aspect psychologique et sa physionomie subiront une transformation en fonction de l’âge qu’il revit. Par exemple, à l’âge de vingt ans, il aura exactement la même physionomie qu’il avait quand il avait vingt ans. À l’âge de dix ans, il se verra comme un enfant, et au moment où il terminera la revue des événements de sa récente existence physique, alors sa vie aura été réduite aux additions et soustractions et aux opérations mathématiques. Tout cela est très utile pour la conscience.

Dans cette condition, le défunt devra se présenter devant les tribunaux de la justice objective ou de la justice céleste. Ces tribunaux sont complètement différents de la justice subjective ou terrestre. Dans les cours de justice objective, seules la loi et la miséricorde règnent en toute honnêteté. Il est évident qu’à côté de la justice, il y a toujours de la miséricorde.

Trois chemins possibles sont ouverts devant le défunt:

  1. Vacances dans les mondes supérieurs (ce chemin est pour ceux qui le méritent vraiment).
  2. Retourner dans un nouveau ventre de manière immédiate ou progressive.
  3. Descendre dans les mondes infernaux. Pour accomplir la Seconde Mort qui est mentionnée dans l’Apocalypse de Saint Jean et dans l’évangile du Christ.

De toute évidence, ceux qui parviennent à monter vers les mondes supérieurs connaissent une période de grand bonheur.

Les Chemins des Morts: Vacances dans les Mondes Supérieurs

Normalement, l’âme, ou la conscience, est piégée dans le « Moi » de la psychologie expérimentale, dans l’ego, qui, comme nous l’avons déjà dit, est formé par différents éléments inhumains.

Mais, il arrive que ceux qui montent vers les mondes supérieurs abandonnent temporairement leur ego. Dans ces cas, l’âme, la conscience ou l’Essence – ou la terminologie que nous voulons y mettre – est libérée de cet horrible donjon, qui est l’ego, le « Moi », afin de remonter vers le fameux Devachan qui est mentionné par les Hindoustani. Le Devachan est une région de bonheur ineffable située dans le monde du mental supérieur de l’univers.

Dans cette région, les âmes jouissent d’un bonheur authentique. Là, ils retrouvent leurs proches, ceux qui étaient morts auparavant; ils y rencontrent, pourrait-on dire, les âmes de leurs proches. Plus tard, la conscience, l’Essence, ou l’âme (ou la terminologie que nous voulons y mettre), abandonne également le monde du mental pour pénétrer dans le monde des causes naturelles.

Le monde causal est grandiose, merveilleux. Dans le monde causal résonnent toutes les harmonies de l’univers. Dans cette région, on ressent vraiment les mélodies de l’infini. Il arrive que chaque planète ait plusieurs sons, et tous additionnés ensemble se synthétisent en une note; c’est la note clé de la planète. La conjonction des notes clés de chaque monde sonne merveilleusement dans l’immense chœur de l’espace étoilé, et cela produit une joie ineffable dans la conscience de tous ces êtres qui jouissent du bonheur du monde causal.

Dans le monde causal, nous trouvons également les seigneurs de la loi, ceux qui punissent et récompensent les personnes et les pays. Ici, nous trouvons les véritables humains, les humains causaux. Nous les trouvons travaillant pour l’humanité. Dans le monde des causes naturelles, nous trouvons les principautés, les princes des éléments, les princes du feu, de l’air, des eaux et de la terre.

Dans le monde des causes naturelles, la vie palpite avec une intensité. Le monde causal est beau. Dans le monde des causes naturelles, un bleu profond, intense comme une nuit remplie d’étoiles et illuminée par la lune, brille constamment. Je ne veux pas dire avec cela qu’il n’y a pas d’autres couleurs, il y en a d’autres, mais la couleur fondamentale de base est un bleu intense, profond comme une nuit brillante et étoilée.

Ceux qui vivent dans cette région sont heureux dans le sens le plus transcendantal du terme; cependant, tôt ou tard, toute récompense se termine. Toute récompense a une limite, et le moment vient, bien sûr, où l’âme qui a été dans le monde causal doit revenir, revenir et descendre, inévitablement, pour entrer dans le « Moi » de la psychologie expérimentale. Plus tard, ces types d’âmes sont connectés à l’ovule fécondé afin de former un nouveau corps physique. Une fois réincorporés, ils réapparaissent dans le monde physique.

Les Chemins des Morts: Les Mondes Infernaux

L’autre voie est pour ceux qui descendent vers les mondes infernaux. Ce sont des gens qui ont déjà accompli leur temps, leur cycle de manifestation, ou qui étaient très pervers. Sans aucun doute, ces personnes involuent dans les entrailles de la Terre.

Dans sa Divine Comédie, Dante Alighieri parle des neuf cercles Dantesques, et il voit ces neuf cercles à l’intérieur de la Terre. Parmi les ancêtres de l’Anahuac, dans le grand Tenochtitlan, ils parlent clairement du Mictlan, la région infernale, qu’ils localisent également à l’intérieur de notre globe terrestre.

Parmi les ancêtres de l’Anahuac, comme nous l’avons vu dans leurs codex, passer par le Mictlan était obligatoire. Ils l’ont simplement considéré comme un monde de probation, où les âmes sont testées, et une fois qu’elles auront traversé les neuf cercles, elles pourront incontestablement entrer dans l’Éden, en d’autres termes, le Paradis Terrestre.

Pour les Soufis Mahométans, l’enfer n’est pas un lieu de punition, mais d’instruction et de purification de la conscience.

Pour le Christianisme, dans tous les coins du monde, l’enfer est un lieu de punitions éternelles sans fin, cependant, pour le cercle secret du Christianisme – c’est-à-dire la partie cachée de la religion Chrétienne – c’est différent. Dans la partie cachée de tout mouvement Chrétien, dans sa partie intime ou secrète, nous trouvons la Gnose. Ainsi, le Gnosticisme universel voit l’enfer non pas comme un lieu de punitions éternelles sans fin, mais comme un lieu d’expiation, de purification et d’éducation pour la conscience.

De toute évidence, il y a de la douleur dans les mondes infernaux, car à l’intérieur de la Terre, la vie est terriblement dense, en particulier dans le neuvième cercle, où nous trouvons, pourrait-on dire, le noyau concret d’une matière terriblement dure; là les souffrances sont indescriptibles. Quoi qu’il en soit, ceux qui entrent dans l’involution submergée du règne minéral doivent tôt ou tard faire l’expérience de ce que les Évangiles Christiques appellent la Seconde Mort.

Lorsque le Gnosticisme universel a étudié cette question des enfers Dantesques, il n’a jamais pensé que la punition n’a pas de limite. Nous considérons que Dieu, étant éternellement juste, ne pourrait jamais collecter de personne quelque chose de plus que ce qu’il doit déjà, car toute faute, même si elle est vraiment grave, a son prix. Une fois ce prix payé, nous considérons qu’il serait absurde de continuer à payer. Même ici, dans notre justice terrestre, qui n’est pas parfaite mais une justice subjective, nous pouvons voir que si quelqu’un va en prison pour une transgression déterminée, une fois que le condamné a payé la peine, le condamné est libre. Ainsi, même les autorités terrestres n’accepteraient pas qu’un condamné reste en prison après avoir payé son temps. Cependant, il y a eu des cas de condamnés très à l’aise en prison, qui, le jour de la liberté, n’ont pas voulu sortir; alors ils ont dû être enlevés de force.

Ainsi, chaque faute, aussi grave soit-elle, a son prix. Si les juges terrestres le savent, combien plus la justice divine le saurait-elle? Même les fautes les plus graves ont leur prix, mais une fois le prix payé, nous avons le ticket pour la liberté.

Si les choses n’étaient pas comme cela, alors Dieu serait un grand tyran, et nous savons très bien qu’à côté de la justice divine, il y a toujours de la miséricorde. Nous ne pouvons en aucun cas qualifier Dieu de tyran; à supposer que ce serait similaire au blasphème, et franchement, nous n’aimons pas le blasphème.

Ainsi, dans les enfers Dantesques, la Seconde Mort est la limite de la punition. Que les enfers soient appelés Tartare en Grèce ou Averno à Rome, Avitchi en Inde ou Mictlan dans l’ancien Tenochtitlan, cela n’a pas vraiment d’importance. Chaque pays, chaque religion, chaque époque ou culture, a connu l’existence des enfers et ils l’ont toujours intitulé avec un nom.

Pour les anciens habitants des grandes Hespérides, les enfers sont la demeure de Pluton, comme on peut le constater à la lecture de la divine Énéide de Virgile, le poète de Mantoue. Ainsi, les enfers sont les régions caverneuses dans lesquelles le Troyen Énée a trouvé Didon, la reine qui, si amoureuse d’Énée, s’est suicidée par amour, après avoir juré fidélité aux cendres de Sychaeus.

La Seconde Mort est vraiment douloureuse. L’ego sent qu’il se brise en plusieurs morceaux, que ses doigts tombent, que ses bras se perdent. Il souffre d’une formidable syncope; puis quelques instants plus tard, l’Essence, l’âme emprisonnée à l’intérieur de l’ego, prend la forme d’une figure infantile; il devient alors un gnome ou un pygmée afin d’entrer dans l’évolution des élémentaux minéraux.

Il existe différentes classes d’élémentaux dans la nature. En tant qu’autorité dans ce domaine, nous avons Franz Hartmann, qui a écrit un livre très intéressant intitulé précisément « Les Élémentaux »; nous avons également le grand docteur Philippus Aureolus Theophrastus Bombastus von Hohenheim, Aureolus Paracelsus.

Essentiellement, les élémentaux sont la conscience des éléments. Nous savons très bien que les éléments (le feu, l’air, l’eau, la terre) ne sont pas seulement quelque chose de simplement physique, comme le supposent de nombreux ignorants, mais les véhicules d’une conscience simple et vierge, primogène pourrait-on dire, dans le sens le plus transcendantal du terme. Ainsi, les élémentaux sont les principes conscients des éléments, et rien d’autre.

La Roue de la Vie

Maintenant, continuons notre explication. Évidemment, ceux qui ont traversé la Seconde Mort devront émerger à la surface du monde, afin de relancer de nouveaux processus évolutifs qui devront évidemment commencer à partir du minéral, de la pierre, et qui se poursuivra dans le végétal, et cela continuera dans l’animal jusqu’à ce qu’il ait enfin accès à la vie humaine. Ensuite, l’état humain ou humanoïde qui était autrefois perdu sera alors reconquis.

C’est vraiment fascinant de voir ces gnomes ou pygmées à l’intérieur des rochers, ils ressemblent à de petits nains, avec leurs gros livres et leurs longues barbes blanches. Évidemment, cela, que nous affirmons, le déclarer au XXe siècle semble très étrange parce que les gens sont devenus si compliqués, leur mental est tellement dévié des simples vérités de la nature qu’il leur est difficile d’accepter facilement ces choses. Il s’agit plutôt d’un type de connaissances qui doit être accepté par ceux qui n’ont pas un intellect compliqué, c’est-à-dire par des personnes simples et naturelles.

Quoi qu’il en soit, je veux vous dire que les élémentaux minéraux en transition vers l’évolution de la plante deviennent vraiment intéressants. Chaque plante est le corps physique d’un élémental végétal. Les élémentaux des plantes sont conscients, ils sont très intelligents et il y a de grands ésotéristes qui savent les manipuler ou les manœuvrer par la volonté; ils sont en effet beaux. Ceux qui les connaissent peuvent, grâce à leur aide, contrôler les éléments de la nature.

Plus loin après, les élémentaux végétaux, nous avons les élémentaux du règne animal. Sans aucun doute, seuls les élémentaux végétaux avancés ont le droit d’entrer dans les organismes animaux. L’évolution dans le règne animal commence toujours dans des organismes simples, mais selon le processus évolutif, la vie animale devient également plus compliquée au point que l’élémental animal peut gérer des corps organiques plus complexes. Plus tard, ils peuvent reconquérir l’état organique humain qu’ils ont perdu dans le passé.

Dans l’état organique humain, l’élémental, l’Essence, la conscience, l’âme (ou la terminologie que vous souhaitez utiliser pour la définir ou l’expliquer) reçoit à nouveau 108 existences pour la réalisation de leur Soi Intérieur.

Si la réalisation du Soi Intérieur de l’Être n’est pas réalisée pendant les 108 existences, alors la roue de la vie continue de tourner et l’Essence doit redescendre dans les entrailles du règne minéral dans le but d’éliminer les éléments indésirables qui, sous une forme ou une autre adhéré à la psyché, donc le même processus d’involution est répété.

En conclusion, la roue tourne 3000 fois. Si dans les 3000 cycles (chacun ayant 108 existences humaines à leur apogée), l’Essence n’atteint pas la réalisation, chaque porte est alors fermée et l’Essence, transformée en élémental innocent, se replonge dans le sein de la Grande Réalité, en d’autres termes, dans le Grand Alaya de l’univers, dans l’Esprit universel de vie, ou Parabrahman, c’est ainsi que la Grande Réalité est dénommée par les Hindoustani.

C’est ainsi que vivent ceux qui descendent dans les entrailles de la Terre après la mort.

Ainsi, nous pouvons voir qu’après la mort, certaines âmes montent vers les mondes supérieurs pour vivre certaines vacances, tandis que d’autres descendent dans les entrailles de la Terre; et il y en a encore d’autres qui reviennent de manière graduelle ou immédiate dans un nouveau ventre, autrement dit, ils se réincorporent, ils réapparaissent, ils reviennent, afin de répéter leur existence ici dans ce monde physique. Lorsque l’âme revient ou se réincorpore, elle répète physiquement les événements de sa vie antérieure.

Nous avons déjà vu que la mort elle-même est le retour au point de départ d’origine, et nous avons déjà expliqué qu’après la mort, dans l’éternité, dans la lumière astrale, nous devons revivre la vie physique que nous venons de terminer. Maintenant, je vais vous dire que lorsque notre âme reviendra, nous devrons répéter physiquement une fois de plus dans un nouveau corps, dans une nouvelle vie physique, l’intégralité de notre précédente existence physique.

Question: Vénérable maître, vous avez parlé de l’involution des âmes ou Essences à l’intérieur de la Terre et par la suite de leur évolution à sa surface à travers les règnes minéral, végétal et animal. Vous avez également déclaré que les essences humaines doivent revenir 108 fois après la mort physique. Est-ce la doctrine de la transmigration de l’âme ?

Samael Aun Weor: Non! Je viens de mentionner la loi de la transmigration des âmes en ce qui concerne les âmes qui ont accompli le cycle de 108 existences humaines et la nécessité pour elles de descendre dans les entrailles du monde. Postérieurement, j’ai déclaré qu’une fois l’ego mort, ces âmes pourraient à nouveau évoluer des organismes minéraux aux organismes humains. Telle est la doctrine de la transmigration de l’âme.

Maintenant, je commence à parler de la doctrine de l’éternel retour de tout avec cette autre loi qui est appelée la doctrine de la récurrence.

Retour et Récurrence

Si, au lieu de descendre dans les entrailles du monde, l’âme retourne ici au monde physique de manière progressive ou immédiate, il est évident que l’âme devra répéter dans sa nouvelle existence la même vie, la vie qui vient de se terminer.

Vous pourriez dire que la situation est très ennuyeuse. Pourtant, nous répétons tous ici ce que nous avons fait dans notre précédente existence, dans notre retour passé. Il ne fait aucun doute que c’est vraiment extrêmement ennuyeux! Mais, nous sommes les seuls à blâmer parce que, comme je l’ai dit, une personne est ce qu’est sa vie; ainsi, si nous ne modifions pas notre vie, nous devrons la répéter sans cesse.

Nous mourons et encore une fois nous obtenons un autre corps physique. Pourquoi? Afin de répéter la même vie, puis nous mourons à nouveau, ensuite, nous retournons à nouveau dans un nouveau corps pour répéter la même chose. Cependant, le jour où nous devons porter notre chanson ennuyeuse à un autre endroit arrive, alors ce jour-là, nous devrons descendre dans les entrailles du monde, jusqu’à la Seconde Mort. Ainsi, nous ne pouvons pas éviter de telles répétitions. Ces répétitions sont connues sous le nom de loi de la récurrence. Tout se passe comme avant. Mais pourquoi, vous pourriez demander? Pourquoi faut-il répéter la même chose? Bien, cela mérite une explication.

Tout d’abord, je veux que vous sachiez que le « Moi » n’est pas quelque chose d’autonome ou auto-conscient, ou quelque chose, pourrait-on dire, très individuel. En effet, le « Moi » est une somme de nombreux « Moi », c’est une pluralité.

La psychologie courante et actuelle, la psychologie moderne, conçoit le « Moi » comme une totalité. Mais, nous concevons le « Moi » comme une collection de nombreux « Moi », parce que l’un est le « Moi » de la colère, un autre est le « Moi » de la cupidité, un autre est le « Moi » de la luxure, un autre est le « Moi » de l’envie, un autre est le « Moi » de la paresse, un autre est le « Moi » de la gourmandise. Ainsi, il existe différents « Moi ». Il n’y a pas un seul « Moi », mais de nombreux « Moi » à l’intérieur de notre organisme.

Il est évident que la pluralité du « Moi » est le fondement de la doctrine du multiple, qui est enseignée dans le Tibet Asiatique.

Le grand Kabir Jésus a confirmé cette doctrine des nombreux « Moi ». Il est écrit qu’il a retiré sept démons du corps de Marie-Madeleine. Il ne fait aucun doute que ce sont les sept péchés capitaux: la colère, la cupidité, la luxure, l’envie, l’orgueil, la paresse, la gourmandise. Chacun de ces démons est le chef d’une légion; c’est pourquoi, comme je l’ai répété à plusieurs reprises, Virgile a déclaré:

« Non, même si j’avais cent bouches, cent langues et des gorges d’airain inspirées des poumons de fer, je ne pourrais pas énumérer la moitié de mes horribles crimes ni la moitié des punitions que ces crimes ont subies. » – L’Énéide

Chaque défaut est un « Moi » en soi; nous avons donc de nombreux Moi-défauts. Si nous qualifions ces Moi-défauts comme des démons, nous ne nous trompons pas.

Dans l’évangile Christique, Jésus demande à un homme à l’esprit impur:

« Quel est ton nom? Et il répondit, disant: Mon nom est Légion: car nous sommes nombreux. » —Marc 5: 9

En effet, en profondeur, le vrai nom de chacun de nous est Légion; ainsi, chaque Moi-démon de cette légion veut contrôler le cerveau, veut contrôler les sept principaux centres de notre machine organique, chaque « Moi » veut être renommé, lutter pour la gloire, monter au sommet de l’échelle, se faire remarquer, etc.

Chaque Moi-démon est comme une personne à l’intérieur de notre corps. Si nous devions dire que dans notre personnalité il y a beaucoup de gens, nous ne serions pas trompés; en effet, c’est comme cela.

Par conséquent, la répétition mécanique des différents événements de nos existences passées est certainement basée sur la multiplicité du « Moi ».

Expliquons cela avec des faits concrets: Supposons que dans une existence passée, à l’âge de 30 ans, nous nous sommes battus avec quelqu’un dans une taverne (quelque chose de commun dans la vie). De toute évidence, le Moi-défaut de la colère était le personnage principal de cet événement. Après la mort, ce défaut continuera d’exister dans l’éternité, ainsi dans notre nouvelle existence physique ce Moi-défaut restera dans les profondeurs de notre subconscient, en attendant l’âge de trente ans pour retourner dans une autre taverne. À l’intérieur de notre Moi-défaut, il y a du ressentiment, qui est une impulsion qui désire rencontrer la personne impliquée dans cet événement précédent. De même, l’autre personne, qui a été impliquée avec nous dans cet événement tragique de la taverne, a également son propre « Moi » qui veut se venger et qui reste au fond du subconscient de cette personne, attendant pour le moment afin d’entrer en activité. Lorsque l’âge de trente ans arrive, le « Moi » de la personne, le Moi-colère, le « Moi » qui a participé à cet événement tragique passé, dit de l’intérieur du subconscient: « Je dois rencontrer cet homme. » D’un autre côté, l’autre « Moi » depuis le subconscient de l’autre personne dit: « Je dois trouver cet homme » et télépathiquement les deux « Moi » décident de se rencontrer dans une autre taverne. Alors, finalement, dans leur nouvelle existence, ils se rencontrent physiquement, personnellement et répètent l’événement comme il est arrivé dans leur précédente existence. Tout cela a été fait sans l’intervention de notre intellect, sous la conscience de notre raisonnement. Nous avons simplement été entraînés dans une tragédie, nous avons été inconsciemment amenés à répéter la même chose.

Maintenant, regardons un autre cas où un homme qui, à trente ans, a eu une histoire d’amour avec une dame. Après cette affaire, le « Moi » de cette affaire reste vivant; ainsi, après la mort, il continue de vivre dans l’éternité. Quand nous revenons, quand nous nous réincorporons dans un nouvel organisme physique, ce « Moi » qui a causé l’affaire continue d’être vivant au fond de l’inconscient; en d’autres termes, au sein des niveaux inconscients de notre vie, de notre psyché, ce « Moi » attend pour le moment pour entrer dans une nouvelle activité. Ainsi, quand l’âge de trente ans arrive, quand l’âge de cette histoire passée revient, alors le « Moi » entre à nouveau en activité et dit: « Bien, maintenant c’est mon temps, maintenant je vais trouver la dame de mes rêves. » De même, le « Moi » à l’intérieur de la dame de ses rêves dit la même chose: « C’est le moment, je trouverai ce monsieur. » Ainsi, en-dessous de l’attention de leurs raisonnements, leurs deux « Moi » organisent télépathiquement la rencontre. Ainsi, sans l’intervention de notre intelligence et le mystère de notre conscience intellectuelle, chacun entraînera la personnalité physique et l’affaire se répète à nouveau.

C’est bien ainsi que les choses nous arrivent. Et même si cela semble incroyable, en effet, nous ne faisons rien: tout nous arrive, comme quand il pleut, ou quand il tonne.

Si, dans une précédente existence, on avait un problème avec l’immobilier, par exemple une maison, alors le « Moi » de ce problème restera vivant après la mort. Dans la nouvelle existence, ce « Moi » sera caché dans les niveaux du mental attendant le moment pour entrer en activité. Donc, si ce problème est survenu dans la vie passée à l’âge de cinquante ans, alors dans cette vie présente à l’âge de cinquante ans, le « Moi » dirai « c’est mon moment » et l’autre personne avec qui on a eu ce problème dira certainement: « C’est mon moment. » Ainsi, ils se rencontrent à nouveau lors d’un événement similaire, et ils répètent la scène.

Par conséquent, cela indique que nous n’avons même pas de libre arbitre. Tout nous arrive, je le répète, comme quand il pleut ou il tonne.

Il y a un petit espace de libre arbitre, mais il est très petit. Imaginez un instant un violon à l’intérieur de son étui. Il y a très peu d’espace pour que ce violon puisse se déplacer. C’est comme l’espace dans lequel notre libre arbitre doit se déplacer, ce qui est presque rien; il n’y a donc qu’un petit espace de libre arbitre, presque imperceptible. Mais, si nous savons l’utiliser, alors il nous est possible de nous transformer radicalement et de nous libérer de la loi de la récurrence, mais il faut savoir en profiter. Comment?

Bien, ce n’est que dans la vie pratique, en devenant un peu plus attentifs à nous-mêmes, que notre petite marge de liberté sera utilisée.

Quand on accepte que l’on a sa propre psychologie, alors on commence à s’observer soi-même, et quand on commence à s’observer soi-même, alors on commence à devenir différent du reste du monde.

Dans la rue, à la maison et à notre travail, c’est là que les défauts que nous portons cachés s’épanouissent spontanément, et si nous sommes aussi alertes et vigilants qu’un gardien en temps de guerre, nous pouvons les voir.

Un défaut découvert doit être poursuivi au moyen d’une analyse approfondie, d’une réflexion et d’une méditation intime de l’Être, dans le but de le comprendre.

Quand on comprend tel ou tel Moi-défaut, alors on est prêt à le désintégrer atomiquement.

Est-il possible de désintégrer un défaut? Oui, c’est possible, mais nous avons besoin d’un pouvoir supérieur au mental, parce que le mental en lui-même ne peut fondamentalement altérer aucun défaut psychologique. Le mental peut le classer sous différents noms et le passer d’un niveau de l’entendement à un autre, ou le cacher à lui-même ou à d’autres personnes, il peut le justifier ou le condamner, etc., mais il ne peut jamais l’altérer radicalement. Nous avons besoin d’un pouvoir supérieur au mental, un pouvoir qui peut désintégrer n’importe quel Moi-défaut. Ce pouvoir est latent à la base de notre psyché. Il est nécessaire de connaître ce pouvoir pour apprendre à l’utiliser.

Devi Kundalini & la Désintégration des Défauts

En Asie, en Inde, ce pouvoir est appelé Devi Kundalini, le serpent igné de nos pouvoirs magiques. Dans le grand Tenochtitlan, elle était appelée Tonantzin. Au Moyen Âge, les alchimistes lui ont donné le nom de Stella Maris, la Vierge de la Mer. Chez les Hébreux, elle était appelée Adonia. Parmi les Crétois, elle était connue sous le nom de Cybèle. Parmi les Égyptiens, elle était Isis, « celle dont aucun mortel n’a levé le voile ». Parmi les Chrétiens, elle est Marie, ou Maya, c’est-à-dire Dieu la Mère.

Nous pensons depuis longtemps à Dieu comme au Père, mais il vaut également la peine de penser à Dieu comme la Mère, comme l’amour, comme la miséricorde. Dieu la Mère vit au fondement de notre psyché, c’est-à-dire qu’elle est dans l’Être. Je peux vous dire que Dieu la Mère est une partie séparable du Saint-Esprit, Elle est notre propre Être, mais dérivée.

Néanmoins, faites la distinction entre l’Être et le « Moi ». L’Être et le Moi sont incompatibles, ils sont comme l’eau et l’huile. Ils ne peuvent pas être mélangés.

L’Être est l’Être et la raison d’être de l’Être, c’est d’être l’Être lui-même. L’Être est ce qui est, ce qui a été et ce qui sera toujours. C’est la vie qui palpite dans chaque atome, tout comme elle palpite dans chaque Soleil.

Ainsi, Dieu la Mère est une variante de notre propre Être. Cela signifie que chacun de nous a sa propre Mère Divine particulière et individuelle. Les Hindoustani l’appellent Kundalini. Je suis d’accord avec ce terme, et je considère que pendant que nous méditons profondément, nous pouvons invoquer la Mère Divine Kundalini et la supplier de désintégrer le Moi-défaut que nous avons parfaitement compris au moyen de la méditation. Après notre supplication, la Mère Divine procédera et la désintégrera, elle la réduira en poussière cosmique.

Lorsqu’un défaut est désintégré, il libère l’Essence psychique, car à l’intérieur de chaque défaut, il y a un pourcentage d’Essence psychique piégée. Ainsi, lorsqu’un défaut est désintégré, l’Essence spirituelle est libérée. Si deux défauts sont désintégrés, bien, plus d’Essence spirituelle sera libérée, et si la totalité des défauts psychologiques que nous portons à l’intérieur est désintégrée, alors nous libérerons complètement la conscience.

La Vérité

Une conscience libérée est une conscience qui est éveillée. Une conscience éveillée est une conscience qui verra, entendra, touchera et percevra les grands mystères de la vie et de la mort. C’est une conscience qui pourra expérimenter – par elle-même et directement – ce que nous appelons la réalité, ce que nous appelons la vérité, ce qui est au-delà du corps, des affections et du mental.

Lorsque Pilate a demandé au grand Kabir Jésus: « Quelle est la vérité? » Jésus est resté silencieux. Lorsque la même question a été posée au prince Siddhartha, le Bouddha Gautama Shakyamuni, il a tourné le dos et s’est éloigné. La vérité est l’inconnaissable de moment en moment, d’instant en instant. Ainsi, ce n’est qu’avec la mort de l’ego que vient ce qui s’appelle la vérité.

La vérité est quelque chose qui doit être vécu comme quand on met un doigt dans une flamme et qu’on brûle. Peu importe à quel point cela peut paraître attrayant, une théorie sur la vérité n’est pas la vérité. Aussi respectable et vénérable qu’elle puisse être par rapport à la vérité, une théorie ou une opinion n’est pas non plus la vérité. Toute idée que nous pouvons avoir de la vérité n’est pas la vérité, même si l’idée est très éblouissante. Toute thèse que nous pourrions étayer sur la vérité n’est pas la vérité non plus. La vérité doit être vécue, je le répète, comme quand on met le doigt dans une flamme et qu’on brûle.

La vérité est au-delà du corps, des affections et du mental, et ne peut être vécue qu’en l’absence du « Moi » psychologique. Lorsque le « Moi » n’est pas éliminé, l’expérience de la réalité est impossible.

L’intellect avec des idées ou des théories très étonnantes sur la vérité, aussi brillantes qu’elles puissent paraître, n’est pas la vérité. Comme Goethe, l’auteur de Faust, l’a dit:

« Toute théorie, cher ami, est grise, mais l’arbre de vie doré jaillit toujours vert. »

Donc, pour libérer l’Essence, nous devons désintégrer le « Moi » psychologique. Ce n’est qu’ainsi que nous expérimenterons la vérité.

Dans Jean 8:32, Jésus le Christ a dit:

« Et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. »

Nous devons en faire l’expérience directement. En effet, lorsque quelqu’un parvient à détruire l’ego, il se libère de la loi de la récurrence et fait de sa vie un chef-d’œuvre, un devient un génie, un illuminé, au sens le plus complet du terme.

Quand quelqu’un libère sa conscience, il connaît évidemment la vérité. Mais la conscience doit être libérée. Mais, si l’ego psychologique n’est pas éliminé, la libération de la conscience est impossible. Ceux qui adorent le « Moi » sont égocentriques et instinctifs par nature. Les mythomanes adorent le « Moi » parce qu’ils sont mythomanes; les mégalomanes adorent aussi le « Moi » parce qu’ils sont mégalomanes. Le « Moi » est adoré par ceux qui sont paranoïaques, parce qu’ils sont paranoïaques.

La vie à la surface de la Terre serait différente si nous éliminions tous l’ego, le « Moi », car alors la conscience éveillée de chacun d’entre nous irait rayonner de l’amour et il y aurait la paix sur la surface de la Terre.

La paix elle-même n’est pas une question de propagande ni quelque chose en rapport avec les accords de paix, ni les armées, ni l’O.N.U., ni quelque chose du genre. La paix elle-même est une substance qui émane de l’Être, qui émane de l’intérieur des entrailles de l’Absolu.

Ainsi, la paix ne peut exister sur la surface du monde ni la véritable tranquillité dans tous les recoins de la Terre tant que les facteurs psychologiques qui produisent les guerres sont toujours vivants en nous. Il est clair que tant que le facteur qui produit la discorde continuera d’exister dans notre intérieur, il y aura toujours de la discorde dans le monde.

Les masses sociales sont le prolongement de l’individu, ainsi ce qu’est une personne est la société. Ainsi, le gouvernement est ce qu’est la société et, par conséquent, le monde. Si un individu se transforme, si une personne élimine les éléments de la haine, de l’égoïsme, de la violence, de la discorde, etc. – en d’autres termes, si quelqu’un parvient à éliminer son ego pour que sa conscience soit libérée – alors, ce qui apparaîtra en lui est ce qu’on appelle l’amour. Si chaque personne qui vit à la surface de la Terre éliminait son ego, alors les masses sociales seraient des masses d’amour. Il n’y aurait ni guerres ni haine. Par conséquent, la véritable paix ne peut pas exister dans le monde tant que notre ego continue d’exister.

Certains affirment qu’à partir de 2001 ou 2007, une ère de fraternité, d’amour et de paix viendra. Mais, réfléchissant à haute voix, je me demande, et même je vous le demande, d’où pensez-vous qu’une telle ère de fraternité, d’amour et de paix entre « hommes de bonne volonté » va venir? Croyez-vous peut-être que l’ego psychologique avec ses haines, sa rancœur, ses envies, ses ambitions, ses convoitises, etc., peut créer une ère d’amour et de bonheur? Pensez-vous vraiment que cela pourrait se produire? Évidemment pas!

Par conséquent, il est nécessaire de mourir en nous-mêmes pour que la paix règne vraiment dans le monde. Oui, ce que nous avons d’inhumain doit être détruit – à savoir la haine, l’envie, l’horrible jalousie, la colère qui nous rend si abominables, la fornication qui nous rend si bestiaux, etc.

Comprenez que si ces facteurs psychologiques continuent d’exister dans notre psyché, le monde ne peut pas être différent, au contraire, il s’aggravera, car avec le temps l’ego deviendra plus puissant, plus fort. Ainsi, à mesure que la violence se manifestera de plus en plus dans l’ego, le monde deviendra plus ténébreux. Ainsi, au rythme où nous allons, si nous ne travaillons pas psychologiquement sur nous-mêmes, le jour arrivera où nous ne pourrons plus exister, car nous nous détruirons violemment.

Si l’ego devait continuer à se renforcer indéfiniment, comme nous le sommes maintenant, le moment viendrait où personne ne pourrait avoir de sécurité dans sa vie, même pas chez lui. Dans un monde où la violence est pleinement développée, personne ne se sent en sécurité. Je crois donc fermement que la solution à tous les problèmes du monde est l’élimination du « Moi ».

•••

[Ici commence une autre conférence sur un thème similaire.]

Concernant la mort ou l’élimination, demain nous fêterons une fête annuelle très importante, et il est clair qu’une explication de cette fête est nécessaire. Ainsi, expliquons clairement le Jour des Morts (le Jour du Toussaint), une fête liée aux mystères de la vie et de la mort qu’il semble nécessaire d’expliquer.

Le Chemin

Vous savez très bien, mes chers frères et sœurs, que le chemin secret, le chemin dont Jésus le Christ a parlé est étroit, difficile, c’est pourquoi il a dit:

« Entrez par la porte étroite: car large est la porte et vaste est le chemin qui mène à la destruction, et nombreux sont ceux qui y entrent: parce que étroite est la porte et resserré est le chemin qui mène à la vie, et rares sont ceux qui la trouvent. » —Matthieu 7:13, 14

Hermès Trismégiste, le trois fois grand dieu Ibis de Thot, incarnation vivante du dieu Osiris, nous a accordé la merveilleuse science de l’alchimie.

Au Moyen Âge, cette science hermétique est passée du monde Arabe aux terres d’Europe, puis l’enthousiasme pour l’art hermétique s’est réveillé partout. La doctrine d’Hermès contient – autant par essence que par la puissance – les plus grandes clés et les connaissances les plus pures qui nous permettent de suivre le « chemin étroit » mentionné par Jeshua ben Pandira, Jésus le Christ. Nous savons très bien que dans son existence passée, avant d’accomplir sa mission en terre sainte, le grand Kabir Jésus était Yeshuah, le Fils de Nun.

Sans aucun doute, « Beaucoup sont appelés mais peu sont choisis. » Certes, on peut compter sur les doigts d’une main ceux qui ont de la persévérance pour atteindre l’objectif final. Heureusement, nous avons le corps de doctrine, les principes, les bases, qui, bien étudiés et expérimentés, nous permettent de marcher sur le chemin du tranchant du rasoir.

Ceux qui nous ont apporté la doctrine étaient toujours de grands avatars. Les avatars sont des cristallisations Logoïques, car il est impossible de concevoir un messager qui descend des hauteurs qui n’est pas une émanation, une cristallisation ou une manifestation du Logos dans notre monde.

Donc, ayant ainsi les bases, il faut faire le travail alchimique. Ce n’est que de cette manière qu’il est possible d’atteindre la libération finale.

Sans aucun doute, mes chers frères et sœurs, l’espèce humaine est soumise à la loi de l’éternel retour. Nous avons déjà répété à plusieurs reprises que chaque cycle de manifestation, chaque cycle à son apogée, se voit octroyer 108 existences humaines. Ainsi, l’éternel retour nous accorde, nous assigne, 108 existences humaines, et si pendant ces 108 existences humaines nous n’atteignons pas la réalisation de notre Soi, il est évident que nous restons alors soumis à la loi de la métempsychose de Pythagore ou la transmigration des âmes. Je me réfère donc à la loi de la transmigration des âmes citée par le grand avatar Krishna de l’Hindoustan, qui a vécu environ 3 000 ans avant Jésus.

Les âmes qui n’atteignent pas la réalisation de leur Soi pendant leurs 108 existences humaines devront évidemment involuer dans le règne minéral submergé jusqu’à atteindre la Neuvième Sphère. Là, ils deviennent de la poussière cosmique; en d’autres termes, ils traversent la Seconde Mort qui a été mentionnée avec une grande sagesse par le grand Kabir Jésus.

Après la Seconde Mort – en d’autres termes, après la mort de tous les éléments inhumains que nous portons à l’intérieur – l’Essence, l’âme ou principe immortel, s’échappe, émerge à la surface, à la lumière du Soleil, afin de re-initier un nouveau voyage ou une nouvelle évolution qui devra évidemment partir de la pierre, et qui se poursuivra dans le végétal, et ensuite passer à l’état animal, jusqu’à finalement reconquérir l’état humanoïde qui était auparavant perdu. Lorsque l’âme reconquiert l’état humain ou humanoïde, la loi lui attribue à nouveau 108 existences humaines. Si l’âme atteint la réalisation du Soi dans ce nouveau cycle d’existence, merveilleux! Mais, si l’âme échoue, il est évident que le processus devra être répété.

Ainsi, mes chers frères et sœurs, soit nous réalisons la réalisation du Soi, soit nous devons rester errants dans la vallée du Samsara, en nous incorporant dans cette grande roue fatale qui tourne 3 000 fois. Évidemment, après la dernière rotation, les opportunités se terminent et ceux qui n’ont pas atteint la réalisation de leur Soi – c’est-à-dire l’adeptat – devront s’immerger dans l’Esprit Universel de Vie, mais sans maîtrise. Ils auront le bonheur, mais sans adeptat. Ils atteindront la félicité, mais ils n’atteindront pas la réalisation de leur Soi. Ils seront simplement transformés en élémentaux de l’univers, et c’est tout!

Il ne fait aucun doute, mes chers frères et sœurs, que les 3 000 rotations de la roue sont très douloureuses.

Ceux d’entre nous qui ont étudié en profondeur la doctrine liée à la réalisation du Soi Intérieur sont parvenus à la conclusion que toutes les âmes humaines ne sont pas capables de réaliser la réalisation de leur Soi.

Il est également vrai et toute vérité que pas toutes les Monades ou étincelles divines qui ont émané des entrailles de l’esprit universel de vie s’intéressent à la maîtrise. Lorsqu’une étincelle divine aspire vraiment à la maîtrise, elle exerce une pression sur son âme, son Essence et se bat pour y parvenir.

Dans ce monde, nous voyons beaucoup de gens, des millions d’âmes humaines, qui n’ont aucun intérêt à la réalisation de leur Soi Intérieur. Quelqu’un pourrait s’opposer à la déclaration précédente et dire que ces gens ne connaissent pas la Gnose ou le corps de doctrine. C’est exact jusqu’à un certain point, mais quand nous divulguons les enseignements partout, certaines personnes viennent à l’appel et d’autres sont simplement indifférentes, et ce sont malheureusement la majorité.

Donc, nous savons quand il y a de l’inquiétude et de l’aspiration. Si quelqu’un veut atteindre l’adeptat, il travaille. Quand quelqu’un a cette aspiration, évidemment son Soi intime le pousse de l’intérieur, ils travaillent en secret, il est dans l’inquiétude. Mais qui le pousse? Sa propre étincelle divine, son véritable Être, car l’étincelle elle-même veut atteindre la maîtrise. Mais je le répète, pas toutes les étincelles virginales aspirent à la maîtrise.

Ainsi, lorsque la fête du Jour des Morts (le jour du Toussaint) arrive, il faut y réfléchir.

La grande loi n’abandonne pas ceux qui n’aspirent pas à la maîtrise, ni ne quittent ceux qui se battent pour y parvenir et échouent. L’omniprésent prend soin de toutes les créatures et n’abandonne personne.

Dans les temps anciens, les mystères funéraires avaient une importance particulière.

L’Égypte était très avancée dans le domaine de l’embaumement et de la momification. Il ne fait aucun doute que les momies en Égypte sont extraordinaires. Ils ont également atteint la préservation des corps vivants, non pas par l’hibernation, mais par un type de momification qui a permis aux corps physiques de vivre pendant des milliers d’années.

Même maintenant, ces corps physiques existent toujours, sous terre au pays des Pharaons, certains sous les pyramides ou dans des endroits secrets. Ce sont des corps vivants de maîtres qui datent de 3 000 à 4 000, et même 10 000 ans avant Jésus-Christ. Au bon moment, ces maîtres entreront à nouveau dans leurs corps physiques qui dorment sous terre, et apparaîtront sous la lumière du Soleil, comme il est écrit dans le Livre des Morts, afin d’initier dans le monde une nouvelle Ère Néptunio-Amentine.

Séquentiellement, en revenant à la base de ce sujet concernant la libération, tout comme les Égyptiens, les Tibétains, les Aztèques et les Mayas ont enseigné qu’il est possible de parvenir à la libération après la mort afin de ne pas retourner dans ce monde affligé, mais sans auto-réalisation. De toute évidence, il y a ceux qui ont procédé de cette manière; ils l’ont fait, mais sans la réalisation de leur soi.

Puisque ceux qui parviennent à la réalisation de leur Soi sont peu nombreux, il est toujours conseillé de savoir comment s’échapper de cette douloureuse vallée du Samsara.

Ainsi, pour parvenir à la libération, ce n’est pas obligatoire, il n’est pas indispensable d’attendre la 3000ème rotation de la roue du Samsara. Par conséquent, ceux qui aspirent à la libération peuvent y parvenir même s’ils n’atteignent pas l’adepta, car tous les êtres humains ne sont pas nés pour devenir des adeptes ou pour devenir des mahatmas ou des Logos. Ainsi, il y a toujours une porte pour s’échapper pour ceux qui se sentent incapables d’accomplir le Grand Œuvre.

Évidemment, si après le 3000ème cycle nous devons être restaurés dans l’esprit universel de vie en tant que simples élémentaux de la nature sans la réalisation du Soi – en comprenant que ce sera le cas pour nous si nous ne travaillons pas vraiment sur nous-mêmes – alors il est préférable que nous soyons libérés une fois pour toutes de cette roue fatale. Ainsi, de cette manière, nous éviterions les terribles souffrances de cette vallée de larmes à chaque cycle de manifestation et descendrions 3000 fois dans les mondes infernaux.

Les Deux Voies de Libération

Il y a deux façons de parvenir à la libération, deux façons de nous libérer de cette vallée du Samsara. La première est de devenir auto-réalisé, transformé en mahatmas ou Logos; la seconde, en tant que simples élémentaux, sans la réalisation du Soi Intérieur.

Chacun doit réfléchir et choisir un chemin pour lui-même. Une fois sélectionné, nous devons être sérieux, car une fois que nous avons franchi le chemin secret, il n’est pas possible de revenir en arrière.

C’est pourquoi, dans les mystères Tibétains, lorsque quelqu’un va recevoir l’initiation, les prêtres jouent de leurs trompettes en os humains, tout en avertissant le néophyte: « Arrêtez! N’essayez pas de marcher sur le chemin qui suit après le seuil. Rappelez-vous que le chemin de l’initiation est plein de larmes, de douleurs et de souffrance… Vous pouvez toujours être heureux avec la religion qui vous a été enseignée et vivre dans les cieux de la nature, dans le pays des devas, des dieux saints! Pourquoi insistez-vous pour suivre le chemin secret? »

Si malgré tout cela le néophyte dit: « Rien ne peut m’arrêter, je marcherai sur le chemin du tranchant du rasoir. Je vais suivre le chemin de la réalisation intérieure, rien ne peut me repousser », évidemment, il ou elle recevra l’initiation. Mais s’il vacille, il devra alors rechercher de force l’émancipation commune au moyen de la « compréhension », qui est un type de libération sans la réalisation du Soi. Il ne deviendra pas un Soleil (pour régner dans un jour cosmique), mais il se contentera d’être une petite étoile (dans l’esprit universel de vie).

Ainsi, le chemin de l’émancipation par la compréhension ne nous transforme pas en dieux, il nous permet seulement de nous échapper et de vivre dans l’esprit universel de vie en tant qu’élémentaux, pour toujours.

Ainsi, on n’est pas obligé d’attendre le 3000ème cycle de la roue du Samsara. Ceux qui ne veulent pas vivre, ceux qui sont désenchantés de la vie, ceux qui ont bu du calice de l’amertume et ne se sentent pas préparés pour marcher sur le chemin qui les transformera en dieux au-delà du bien et du mal, peuvent marcher sur le chemin du moindre efforts, le chemin qui ne peut les transformer qu’en élémentaux, en petits bouddhas élémentaux, le chemin qui nous permet de retourner à jamais dans la Grande Réalité.

Évidemment, ceux qui n’atteignent pas la réalisation et qui ont terminé leur cycle de manifestation doivent normalement descendre dans les entrailles de l’abîme et souffrir terriblement pour passer par la Seconde Mort. Après cette mort vient l’émancipation de l’Essence, qui, transformée en élémental, initiera une nouvelle évolution.

Donc, ce que nous devons faire naturellement – mieux dit, ce que la nature devra faire pour nous dans les entrailles de la terre – peut être fait volontairement par nous ici et maintenant; c’est ainsi que nous pouvons éviter la descente dans les entrailles de l’abîme. Si la nature doit désintégrer notre ego, le moi-même, mécaniquement dans l’abîme, nous pouvons le faire ici à la place. De cette façon, nous éviterons la nécessité de nous immerger dans les abîmes effroyables du règne minéral submergé. Si après avoir subi la Seconde Mort, nous allons être transformés en élémentaux, il vaut mieux être transformé en élémental ici et maintenant, et éviter de traverser cette vaste amertume. Donc, il y a de la miséricorde, car le Père Éternel Cosmique Commun, l’Omnimiséricordieux, n’abandonne jamais personne.

Il y a des mystères extraordinaires en relation avec la mort.

Pour ceux qui veulent vraiment l’émancipation, pour ne jamais revenir, pour toujours, il est indispensable de commencer par connaître la doctrine de la dissolution de l’ego, du « Moi », du moi-même, du soi-même.

Il n’est pas possible d’exiger d’une créature humaine l’élimination radicale de l’ego, ici et maintenant, si elle n’est pas préparée. Mais il est possible pour n’importe quelle créature, si c’est ce qu’elle veut, d’éliminer son ego, le « Moi », même si ce n’est que partiellement fait, car après la mort physique, elle peut continuer à effectuer le reste du travail.

Mais – voici le grand « mais » – si notre conscience est endormie, nous devrons quand même revenir. Alors que devons-nous faire pour éviter de retourner dans cette vallée de larmes? Nous devons éveiller la conscience ! Mais quand devons-nous l’éveiller: après notre mort, ou maintenant? Il est clair que nous devons travailler ici et maintenant pour éveiller la conscience ! Existe-t-il une science qui nous permettra de réaliser l’éveil de la conscience ? Oui, il y en a, et nous l’avons enseigné, et nous continuerons à l’enseigner dans nos différentes conférences.

Ainsi, celui qui s’éveille peut choisir son chemin. Celui qui s’éveillera pourra continuer son travail après la mort physique, et s’il ne veut pas revenir, il ne reviendra pas.

Mais, comment quelqu’un endormi peut-il éviter le retour, la réintégration dans cette vallée de larmes? Est-ce impossible ? Non ! Donc, d’abord, il faut s’éveiller. Une fois éveillé, nous pourrons continuer le travail après la mort physique.

Tests Après la Mort Physique

Il est évident que le défunt éveillé sera soumis à des tests, s’il ne veut pas être réintégré dans un nouvel organisme physique.

Tout d’abord, après la mort, l’âme passe trois jours à travers un évanouissement, une sorte d’évanouissement; après ces trois jours, l’âme se sent rafraîchie, ravivée.

Si la défunte est vigilante et alerte, si elle n’a vraiment pas la conscience endormie et si elle a vraiment des aspirations, elle pourra éviter la réincorporation dans cette vallée d’amertume. Et, je le répète, si elle ne veut pas être réincorporée, elle sera testée.

Sa Mère Divine et son Père Divin qui sont en secret (ou le Père-Mère dans leur totalité, puisque chacun a son Père Divin qui est en secret et sa Mère Divine Kundalini) la testera. Ils prendront, devant elle, une forme terrible, une figure supra-humaine, avec l’intention de tester la défunte; mais si elle reste ferme comme l’acier, il est certain qu’elle sera victorieuse. Néanmoins, ce n’est pas le seul test, il y en a beaucoup d’autres.

Le défunt qui ne veut pas être réincorporé ne devrait ressentir aucune attirance pour ses proches, car l’attachement aux frères, sœurs, fils, filles, etc., entravera son aspiration. Quand il ressent de l’attirance pour ses proches bien-aimés qu’il a laissés dans le monde, il est clair qu’il reviendra, il se réincorporera à nouveau. Ainsi, si nous ne voulons pas revenir après la mort physique, il faut n’avoir aucun attachement envers ceux que nous avons laissés dans cette vallée des larmes. Après la mort, la nature a de nombreux systèmes pour nous faire revenir, et c’est quelque chose que nous devons comprendre.

Tout d’abord, il n’est pas sans importance que vous sachiez qu’après la mort, nous devons revoir l’existence physique qui vient de se terminer. Nous partirons du dernier moment, celui qui a précédé notre agonie.

Nous aurons l’envie de vivre dans la même maison que celle dans laquelle nous avons vécu avant notre mort. Nous voudrons marcher dans les mêmes rues que nous avions l’habitude de marcher. En d’autres termes, nous voulons collecter toutes nos actions, et nous les collectons lors de l’examen des différents âges de l’existence physique que nous venons de terminer.

Il est clair qu’il ne s’agit pas d’une simple rétrospection intellectuelle.

Après la mort, il faut dépeindre de manière vivante, revivre tous les événements, situations et événements de la vie physique passée, et pendant qu’on les revit, on assume les mêmes aspects que l’on avait à chacun de ses âges. Si l’on meurt en étant aîné, on se verra comme une personne âgée. Après cela, être une personne d’âge moyen, être un jeune adulte, plus tard un adolescent, et enfin un enfant. Ainsi, de cette façon, on revivra l’intégralité de son existence ressentie dans le but de trouver un équilibre entre ses bonnes et ses mauvaises actions.

Maintenant, je veux que vous sachiez, mes chers frères et sœurs, que l’Être est composé de différentes parties. Chacun de nous a son propre Être, formé de plusieurs parties.

Par exemple, à l’intérieur de nous-mêmes, il y a une partie de notre Être que nous pouvons appeler le « bon ange ». Il y a aussi une autre partie que nous pouvons appeler le « mauvais ange ». Comprenez que ce que nous appelons « mauvais » ici, n’est pas vraiment mauvais, il prend juste note et rend compte de toutes nos mauvaises actions personnelles, tout comme le bon ange prend note et rend compte de nos bonnes actions. Ainsi, les bons et les mauvais anges ne sont pas des personnages extérieurs, non, ils font partie de notre propre Esprit individuel, de notre propre Être intime. Par exemple, après la mort, le bon génie comptera avec de petites pierres la quantité de bonnes actions que nous avons faites, et nous verrons également le mauvais génie (rappelez-vous qu’il est appelé « mauvais » en raison du fait de compter nos mauvaises actions, puisque c’est juste une partie de notre Être) en comptant avec de petites pierres noires nos mauvaises actions, mais ce compte ne se fera qu’après que nous ayons revécu intérieurement de manière rétrospective notre récente existence physique.

Par conséquent, la totalité de l’existence qui vient de se passer est réduite à des nombres, à des ajouts de bonnes et de mauvaises actions. Évidemment, à la fin de la rétrospection et après la balance, l’inventaire que notre propre Être a fait de nos bonnes et mauvaises actions, nous serons jugés par les seigneurs du karma qui détermineront le type d’existence qui nous attend dans le futur.

Cependant, si nous ne voulons pas être réincorporés, nous devons nous être préparés psychologiquement pendant toute notre existence physique. Si nous sommes éveillés, nous pourrons alors nous défendre, nous pourrons alors supplier notre Mère Kundalini pour le pardon de nos erreurs. Nous pourrons alors nous concentrer sur une autre partie de notre Être appelée le Grand Miséricordieux. Alors, l’aide, la miséricorde nous sera accordée. Mais, si notre karma est extrêmement mauvais, si nous étions extrêmement pervers dans la vie, alors évidemment nous devrons entrer dans l’involution submergée dans les mondes infernaux, et il n’y aura pas d’autre solution, ou à tout le moins nous devrons être réincorporé une fois de plus contre notre volonté. Si le karma n’est pas si mauvais, s’il y avait plus de bonnes que de mauvaises actions, si durant la vie nous étions vraiment préoccupés par l’élimination de l’ego, le moi-même, si nous étions charitables, nous aurons le droit de nous défendre, avec le capital cosmique de notre côté.

Fermeture des Utérus-portes

Il faut cependant ne pas être attiré par les utérus humains. L’esprit humain peut traverser une montagne et rien ne peut l’arrêter; la seule chose qui puisse l’arrêter est un utérus; voilà, c’est le problème. Le vent du karma hurlera, un ouragan froid approchera du défunt. De multiples apparitions d’êtres terribles tenteront de l’effrayer, mais s’il reste ferme dans son aspiration de ne pas revenir, il pourrait devenir triomphant. Mais s’il se sent encore en danger de tomber dans un utérus humain, il devra apprendre à fermer les utérus-portes, et il existe de nombreux systèmes pour ce faire: dans les mondes intérieurs, le défunt sent soudain qu’il pleut, qu’il y a des tonnerres et des éclairs, des éclairs tombent du ciel lors d’une tempête. C’est la loi du karma qui essaie de le connecter à un utérus. S’il reste serein et immuable, il fermera un utérus. Celui qui n’est pas entraîné courra en essayant de trouver refuge dans une caverne, en essayant d’éviter la tempête, il le fait et quand il essaiera de revenir en dehors de cette caverne, il aura l’impression d’être lié à cette caverne. Oui, il est maintenant connecté à un utérus, à un embryon. Cette caverne était un utérus. Il est donc nécessaire d’apprendre à fermer les utérus-porte, si nous ne voulons pas être réincorporés.

Le défunt qui ne veut pas être réincorporé verra également de nombreuses créatures (hommes et femmes) s’accoupler. S’il est soudainement attiré par une maison déterminée, et s’il éprouve de la sympathie pour l’un des époux et de l’antipathie pour l’autre, de toute évidence, il devra revenir et être réincorporé.

Autre exemple, le défunt qui éprouve de la sympathie pour le membre féminin d’un couple va certainement renaître avec un corps masculin, et vice versa. S’il éprouve de la sympathie pour le membre masculin d’un couple et répudie la femme, il y naîtra évidemment avec un corps féminin.

Nous sommes donc attirés vers des lieux ou des maisons déterminés conformément à la loi du karma, et si nous dépassons la sympathie et l’antipathie, si au cours de notre vie nous avions pratiqué pour contrôler ces sentiments, nous n’entrerions alors dans aucun embryon humain, nous n’entrerons dans aucun utérus.

Un autre système pour éviter de tomber dans un utérus est d’apprendre pendant la méditation profonde comment atteindre en nous le calme et le silence du mental afin de réaliser l’irruption du Vide Illuminant à l’intérieur de nous. Si nous apprenons à nous maintenir dans le Vide Illuminant, nous éviterons l’attraction de n’importe quel utérus, nous fermerons les utérus.

Ceux qui aspirent à être libérés pendant la vie, même à l’état élémental, sans la réalisation de leur Soi, doivent être instruits dans ce but, ils doivent se battre pour l’élimination de leur ego, de leur « Moi », de leur moi-même, ils doivent marcher sur le droit chemin, fouler le chemin de la sanctification, éveiller leur conscience, apprendre à vivre consciemment dans les mondes supérieurs.

Pour éveiller la conscience, il est nécessaire de travailler ici et maintenant. Nous avons enseigné la science pour l’éveil de la conscience, c’est écrit dans mes livres; vous l’avez lu, mais ce qui compte vraiment, c’est de le pratiquer.

Ceux qui apprennent à éviter l’attrait de la vallée du Samsara pourront renaître après la mort non pas dans un corps physique, mais renaître dans un paradis, dans un type de royaume supérieur. Cela pourrait être dans le domaine de Gautama Shakyamuni, le domaine d’Amitabha, ou dans le domaine de Maitreya, ou dans le domaine des cheveux longs, ou dans le domaine du bonheur suprême; tout cela se rapporte à une naissance supra-normale.

Il y a aussi ceux qui renaissent dans l’enfer; c’est le cas de ceux qui ont déjà mis fin à leur cycle physique de naissances et de morts.

Cependant, ceux qui aspirent à la libération peuvent renaître de manière supra normale, dans n’importe lequel de ces royaumes des mondes supérieurs. Lorsque nous arriverons à renaître dans l’un de ces royaumes, nous nous consacrerons alors intensément au travail d’élimination des éléments inhumains que nous portons à l’intérieur. Notre objectif sera de nettoyer notre Essence, de la rendre transparente comme du cristal sans l’adhérence de la poussière terrestre. Il est évident que ceux qui procéderont de cette manière doivent avoir déjà suivi une formation ésotérique ici dans le monde physique.

Étapes du Chemin Mineur

Il est écrit que ce qu’un maître fait à un degré plus élevé pour atteindre l’Adeptat, pour devenir un Dhyani-Choan, un Kumara, un Mahatma, est fait, mais, dans une moindre mesure, par celui qui n’aspire pas pour la réalisation du Soi, mais qui veut simplement éviter la vallée du Samsara.

Il est écrit, et c’est ainsi que la puissante sagesse orientale la soutient, que le chemin est divisé en quatre étapes, à savoir:

La première que nous pourrions désigner comme l’étape du disciple ou « chela ». La seconde, l’étape de l’initié ou une personne qui est « initiée ». La troisième étape de l’arhat ou de l’homme parfait et la quatrième étape du mahatma, ou grande âme. Ces quatre étapes sont représentées dans de nombreux temples et monuments anciens. On peut voir ces étapes dans la Pyramide du Soleil, à Teotihuacan, etc.

Donc, ce que le maître doit faire à plus grande échelle doit être fait à plus petite échelle par celui qui veut éviter la vallée du Samsara, cette vallée des larmes. Si le maître est devenu un grand bouddha, un dieu, alors celui qui veut éviter cette tragique vallée deviendra un bouddha élémental.

Si un système solaire existe dans le macrocosme, un système similaire existe également dans une molécule, non? Qu’est-ce qu’une molécule? Une molécule n’est-elle peut-être pas un système solaire en miniature? Par conséquent, ce que l’adepte fait au moyen de la réalisation du Soi, c’est de se transformer en un cosmocréateur, en un Dhyani-Choan, un enfant de la flamme, un Kumara, est également fait par le dévot mais d’une manière moindre, ainsi se transformant en un bouddha élémental, également par quatre étapes mais de manière naissante.

Par conséquent, après s’être libérée de la poussière de la Terre, l’Essence progressera en quatre étapes:

Nous pouvons appeler le premier l’étape de Nirmanakaya; veuillez comprendre que cela ne signifie pas que par ce nom, nous entendons un élémental est un Nirmanakaya qui a renoncé au Nirvana de manière consciente et positive, ni quoi que ce soit de la sorte, mais cet élémental vivra dans une sorte de vide illuminant similaire à celui du Nirmanakaya, donc cet élémental sera développé dans cet environnement.

La deuxième étape, même si nous l’appelons l’étape Sambogakaya, est liée à l’expérience d’un niveau encore plus profond de Vide illuminé encore plus profond, accompagné de sagesse. L’élémental ne jouira pas d’un corps de Sambogakaya parce que cet élémental ne l’a jamais créé, mais il passera par un état analogue ou similaire, dans son retour à la Grande Réalité.

La troisième étape est l’étape Adikaya, une intelligence illuminée par l’Esprit. Ce ne sera pas l’intelligence d’un Logos, ni d’un Hermès Trismégiste, ni d’un Kumara, mais seulement d’un élémental innocent.

Dans la quatrième étape, ce bouddha élémental aura la récompense que les Dharmakayas reçoivent. Enfin, cette Essence pure unie à la Monade s’immergera pour toujours dans le suprême Parabrahma, ou en d’autres termes, dans le grand océan de l’esprit universel de vie, dans la très pure Alaya de l’univers. Ce bouddha élémental ne sera pas un dieu, mais seulement une étincelle de l’Éternel. Il sera libéré de la roue des naissances et des morts. Ainsi, bien qu’il n’ait pas atteint la réalisation de son Soi, il n’en sera pas moins une étincelle de divinité sans la réalisation de son Soi, sans maîtrise, mais heureux, et c’est tout.

Ainsi, tout le monde n’est pas vraiment prêt à marcher sur le chemin étroit et resserré qui mène à la lumière, et c’est quelque chose sur lequel nous devons réfléchir. Ceux qui ne sont pas préparés, ceux qui dans leur conscience sentent qu’ils ne sont pas capables, peuvent alors se consacrer à l’élimination de leur ego et à l’éveil de leur conscience et se consacrer sérieusement à marcher sur le chemin de la sainteté.

La dernière pensée du mourant est définitive. Si le mourant ne veut pas revenir, s’il ne veut pas être réincorporé, il peut s’échapper et ne pas revenir, mais seulement si le karma n’est pas vraiment mauvais, car il y a des gens qui ont un karma très dur à cause de leur perversités qu’ils devront naturellement revenir.

La partie la plus grave de cette affaire est que la majorité des âmes devront descendre au lieu de renaître et de revenir dans ce monde; oui, ils devront transférer leurs existences, qu’ils le veuillent ou non, vers les mondes infernaux, donc malheureusement c’est le cas pour la majorité des âmes.

Ainsi, mes chers frères et sœurs, en cette nuit, à l’occasion de la vêpres du Jour des Morts, nous devons réfléchir. Nous devons mettre la main droite sur notre cœur et nous demander: « Est-ce que je veux vraiment marcher sur le chemin du tranchant du rasoir et travailler à la réalisation de mon Soi Intérieur? » Si je ne suis peut-être pas capable, si ce n’est pas mon aspiration, si mon aspiration est de quitter ce monde pour toujours, alors je prendrai une résolution. Ainsi, nous devons commencer par l’éveil de notre conscience, travailler avec nos systèmes afin d’atteindre un tel éveil de soi, dissoudre l’ego au moyen de l’enseignement que nous avons donné d’une manière positive, claire et didactique.

Donc, nous sommes devant le dilemme: si nous suivons le chemin du tranchant du rasoir qui nous mènera vers la réalisation du Soi Intérieur, ou si nous ne le suivons pas. Si nous ne sommes pas capable de le suivre, si nous sentons que nous ne sommes pas capables, alors il vaut mieux prendre la résolution de ne pas retourner dans cette vallée des larmes pour toujours. Nous seuls, nous devons choisir le chemin, personne ne peut le faire pour nous. C’est la fin de cette conférence. Si l’un des frères ou sœurs veut poser une question, il peut le faire en toute liberté.

Question: Maître, vous disiez que certaines Monades sont intéressées par la réalisation du soi et d’autres non, même si elles émanent toutes de l’Absolu. Je pensais que tous avaient le devoir de s’auto-réaliser. Pourriez-vous en parler?

Samael Aun Weor: J’entends les paroles d’une personne et je répondrai avec plaisir. Tout d’abord, mes amis, je veux que vous compreniez que Dieu, l’esprit universel de vie, n’est pas dictatorial. Si ce qui est la réalité, qui est la vérité, qui n’appartient pas au temps, était dictatorial, quel pourrait être notre destin? Amis, Dieu respecte en lui-même sa propre liberté. Avec cela, je veux vous dire que parmi le noyau de la divinité, il n’y a pas de dictatures. Chaque étincelle divine, chaque Monade a la liberté absolue d’accepter ou de rejeter le chemin de la maîtrise. Est-ce clair?

Question: Avec votre explication, maître, pourrions-nous dire que la Monade est responsable lorsque l’Essence va dans l’enfer?

Samael Aun Weor: Je vois dans l’auditorium une dame qui, avec sincérité, a posé une question, et il est évident que j’apprécierai d’y répondre.

Mesdames et Messieurs, quand une Monade divine veut la maîtrise, il est évident que pour y parvenir, elle doit travailler avec intensité sur son Essence de l’intérieur, des recoins les plus profonds. Il est clair que si la Monade n’a pas intérêt à atteindre la maîtrise, elle n’éveillera jamais dans l’Essence aucune aspiration intime. Évidemment, dans ce cas, l’Essence sans aucune aspiration, emprisonnée dans l’ego, entrera dans les mondes infernaux. Ma réponse est donc catégorique: la Monade est coupable de l’échec de l’Essence.

Si la Monade travaillerait vraiment l’Essence, il est évident qu’elle ne descendrait jamais au Tartare comme un échec. Au Tibet millénaire, le Bardo Thodol guide les personnes décédées qui veulent parvenir à la libération et ne pas retourner à l’amertume du monde. Dans la terre sacrée des Pharaons, de nombreuses âmes ont échappé au manteau du Samsara après avoir travaillé sur l’élimination de l’ego. De terribles épreuves attendent les défunts qui ne veulent pas retourner dans ce monde. Lorsqu’ils réussissent ces tests, ils peuvent entrer dans les royaumes suprasensibles. Dans ces régions, ils sont instruits et aidés afin de s’immerger joyeusement comme des enfants innocents dans le Grand Océan. Beaucoup de ces âmes reviendront à l’Âge d’Or, après le grand cataclysme, afin de continuer à travailler à lla réalisation de leur Soi Intérieur.

Évidemment, il est intelligent de se retirer à temps, avant la fin de notre cycle d’existence. Il est préférable de se retirer de l’école de la vie plutôt que d’être expulsé. L’involution immergée dans les entrailles de la Terre, dans le ténébreux Tartare, est certainement très douloureuse…

•••

[Questions connexes d’autres conférences]

Question: Vénérable maître, si le corps physique est incinéré ou non, cela a-t-il quelque chose à voir avec la libération?

Samael Aun Weor: Non! Bien qu’il soit souvent conseillé d’incinérer le corps, car toute attraction que l’âme peut ressentir après la mort est coupée lorsque le corps physique a été incinéré. Néanmoins, ce n’est pas un facteur très sérieux. Certaines âmes peuvent ressentir une certaine attirance pour le corps: elles vont et viennent à la recherche de leur corps, elles peuvent vouloir y entrer, elles regretteront de l’avoir perdu; bien sûr, ces âmes sont éligibles pour retourner dans le monde.

D’autres ne ressentent aucune attirance pour leur corps physique et préfèrent définitivement partir; tout dépend de la vie que nous avons eue.

Mais, cependant, il est souvent approprié d’incinérer le corps, de cette façon l’âme perd avec son véhicule la plus petite attraction, même l’attraction la plus subtile que l’âme pourrait ressentir vers le corps est en fait coupée lorsque le corps est brûlé…

Question: En ce qui concerne les femmes enceintes, qu’en est-il du genre sexuel?

Samael Aun Weor: Il y a un facteur qui affecte grandement la question du genre sexuel, et qui se rapporte à ce qu’on appelle « antipathie » et « sympathie ». Cela vient définir beaucoup, définir pratiquement nous pourrions dire, le genre sexuel que l’âme aura dans sa nouvelle naissance physique.

Par exemple: après la mort, nous ressentons de l’attirance pour un certain ménage (parfois ce sera le domicile de notre propre famille, de nos descendants, etc.). Alors cette âme s’approche d’un couple de ceux que nous ressentons par la loi du destin, du karma, pour être entraînés vers eux, et surtout au moment où ils copulent, l’âme ressentira, ou le défunt ressentira, pour parler clairement, une attirance spécifique pour un genre particulier. Si l’âme ressent une attirance pour la femme qui copule, l’âme peut y naître, y être piégée, l’âme reste liée à sa graine d’ovule et aura un corps masculin. Mais si vous ressentez plus d’attraction, plus de sympathie, de l’amour pour le père et de l’antipathie pour la femme avec laquelle l’homme copule, alors évidemment l’âme reste liée à cette graine masculine et aura donc un corps féminin. Observez que les enfants mâles sont plus attirés par leur mère. Observez, d’une manière très spéciale, comment les filles ont plus d’amour pour leur père… Cette question de sympathie et d’antipathie que nous voyons chez les filles envers leurs pères et les garçons envers leurs mères a déterminé leur sexe. Cette sympathie existe non seulement après la naissance, elle existe aussi avant la naissance de l’âme, car c’est cette sympathie qui nous a amenés à l’existence.

Lorsque l’âme ressent une sympathie spécifique pour la mère, elle naît avec un corps masculin. Si la sympathie est très spéciale pour le père, l’âme naît avec un corps féminin.

Donc, si le défunt ne veut pas revenir, il devra savoir dépasser les sympathies et les antipathies; si l’âme ne veut pas revenir…

Question: Vénérable maître, dans votre livre Médecine Ésotérique et Magie Pratique, vous dites que les cimetières sont des salles de magie noire et que nous ne devons pas enterrer nos morts dans ces cimetières, puis en répétant la même question précédente, il vaut toujours mieux incinérer le corps?

Samael Aun Weor: Oui, il vaut toujours mieux les incinérer. Et naturellement, dans les cimetières, il y a dans la dimension intérieure, dans la cinquième dimension, dans la région moléculaire, certaines tanières de magie noire et des personnages de la « main gauche », des ténébreux, qui habitent généralement dans les cimetières, et qui même utilisent les fantômes des morts pour nuire aux vivants.

Beaucoup de choses inquiétantes se produisent dans les cimetières, sur lesquelles j’ai parlé dans mon livre Médecine Ésotérique et Magie Pratique.

Apprendre davantage: lisez Au-delà de la Mort.

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : A Talk on the Mysteries of Life and Death

Représentations Mentales
Questions au sujet du Chemin
Catégories : Conférences de Samael Aun Weor