Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Commençons notre discussion que nous pourrions dénommé « Intuition ». Tout d’abord, nous devons commencer par le fondement: l’être humain. D’où sommes-nous venus? Où allons-nous? Quelle est la raison de notre existence? Pour quoi existons-nous? Pourquoi existons-nous? Voyez, nous avons ici beaucoup de questions que nous devons clarifier et résoudre.

Un enfant naît et, de fait, il reçoit un corps physique sous une forme gratuite; c’est évident. Ce corps physique est merveilleux. Il compte environ 15 000 x un million de neurones au service de l’enfant et cela ne lui coûte rien.

Le Mental Sensoriel

Pendant que l’enfant grandit, son mental sensoriel s’ouvre peu à peu. Ce mental sensoriel en lui-même et par lui-même fournit des informations à l’enfant par le biais de perceptions sensorielles externes et c’est précisément avec les informations fournies par de telles perceptions que le mental sensoriel élabore toujours le contenu de ses concepts; à cause de cela, notre mental actuel ne peut jamais rien savoir de la réalité. Ses processus de raisonnement sont subjectifs; ils se déplacent dans un cercle vicieux: le cercle des perceptions sensorielles externes; c’est évident.

Vous allez maintenant comprendre vous-même, peut-être un peu plus clairement, ce qu’est le raisonnement subjectif en soi, mais une différenciation complète entre le raisonnement subjectif et le raisonnement objectif doit être faite.

Il est évident que l’enfant doit suivre tous les processus éducatifs: jardin d’enfant, primaire, secondaire et université. Le raisonnement subjectif se nourrit de toutes les données que lui confèrent ces différentes institutions scolaires. Mais, en réalité, aucun établissement d’enseignement ne peut donner à un enfant, à un jeune ou à un adolescent des données existantes sur ce qui n’appartient pas au temps, sur ce qu’est la Réalité.

En vérité, les spéculations du raisonnement subjectif aboutissent toujours à l’intellectualisme, au champ absurde de l’utopisme ou, dans le meilleur des cas, à de simples opinions de type subjectif, mais jamais à l’expérience de la vérité, jamais expérimenter ce qui ne vient pas du temps.

D’autre part, le raisonnement objectif, qui honteusement ne reçoit aucune instruction parce qu’aucune école ne l’enseigne, reste abandonné. Sans aucun doute, les processus du raisonnement objectif nous conduisent évidemment vers des postulats exacts et parfaits.

L’enfant est toujours subjectivement éduqué d’un endroit à l’autre; pour lui, aucune forme d’instruction supérieure n’existe. Toutes les données, toutes les questions scolaires, toutes les questions de famille, etc. que les sens accordent au mental subjectif de l’adolescent, sont purement empiriques et subjectives, et cela est pitoyable.

Vers le début, l’enfant n’a toujours pas perdu sa capacité d’étonnement. Il est évident que l’enfant s’émerveille de tous les phénomènes: un beau jouet éveille en lui cet étonnement et, avec ce jouet, l’enfant joue. Cette capacité d’émerveillement disparaît à mesure que l’enfant grandit, à mesure que son mental sensoriel reçoit des données de l’école et du collège. Enfin, l’instant où l’enfant devient un jeune arrive et perd complètement cette capacité d’étonnement.

Malheureusement, les données que l’on reçoit dans les collèges, les écoles et les centres éducatifs ne servent qu’à nourrir le mental sensoriel, et rien d’autre. De cette manière, avec ces systèmes éducatifs d’écoles, d’académies et d’universités, la seule chose que nous pouvons vraiment réaliser est de nous faire une personnalité artificielle.

Pour rendre compte de ceci, en réalité, le savoir étudié en Sciences Humaines ne servira jamais à former l’être humain psychologique. Au nom de la vérité, nous devons dire clairement que les sujets actuellement étudiés dans les instituts d’enseignement n’ont aucun rapport réel avec les parties distinctes de notre Être. Par conséquent, ces sujets servent uniquement à:

Premièrement: Falsifier la connaissance des cinq cylindres de la machine organique.

Deuxièmement: Éloignez de nous la capacité d’étonnement.

Troisièmement: Développer le mental sensoriel.

Quatrième: Former une fausse personnalité à l’intérieur de nous.

Par conséquent, il devrait être clairement compris que le mental sensoriel ne peut produire aucune transformation radicale de quelque manière que ce soit à l’intérieur de nous. Il est très pratique de comprendre que le mental sensoriel ne peut jamais nous sortir de l’automatisme et de la mécanicité dans lesquels nous trouvons les peuples du monde entier, même s’ils semblent être des êtres d’un mental très cultivé.

Être un animal humain, un animal intellectuel est une chose, mais être un véritable Homme Psychologique en est une autre. Naturellement, quand j’utilise le mot « Homme », je veux aussi dire Femme. Mais cela doit être clairement compris.

L’Homme et la Femme Psychologiques

Nous sommes nés avec un corps physique merveilleux, mais nous devons vraiment faire quelque chose de plus. Former un corps physique n’est pas difficile, car nous en héritons, mais former un Homme Psychologique est très difficile. Nous n’avons pas besoin de travailler sur nous-mêmes pour former un corps physique, mais il est très évident que nous devons travailler sur nous-mêmes pour former un Homme Psychologique.

En fait, pour créer un Homme Psychologique, qui est un véritable Homme au sens le plus complet du terme, nous devons organiser le psychisme qui est désorganisé.

Le Maître Gurdjieff a déclaré que la machine organique n’avait pas de psychologie. Je suis fortement en désaccord avec lui à ce sujet. Une psychologie existe réellement au sein de toute machine organique que nous appelons à tort « homme ». Le fait est que cette machine est très désorganisée. S’il est vrai que nous voulons créer le véritable Homme, qui est l’Homme Psychologique, alors il est urgent, impossible à reporter et à différer d’organiser cette psychologie à l’intérieur de l’animal intellectuel.

Voyons alors la différence entre l’animal intellectuel, appelé à tort Homme, et le véritable et authentique Homme Psychologique. Si nous voulons créer un tel Homme à l’intérieur, nous devons travailler sur nous-mêmes. Néanmoins, il y a une lutte à l’intérieur de nous parce que le mental sensoriel est l’ennemi évident du mental supérieur.

Le mental sensoriel est identifié à n’importe quelle circonstance; par exemple, si nous nous trouvons soudainement à un somptueux banquet et que nous nous identifions beaucoup à la nourriture, nous nous convertirons en gloutons; ou si nous nous identifions au vin, nous finissons par être ivres. Si nous voyons devant nous une personne du sexe opposé fascinante et intéressante, nous deviendrons très identifiés à cette personne et nous finirons par forniquer ou, simplement, nous serons transformés en adultères. Créer l’Homme Psychologique dans ces circonstances, de cette manière, n’est pas possible.

Si d’une certaine manière nous devons commencer le travail de création de l’Homme Psychologique, cela viendra d’un véritable travail sur nous-mêmes, sans jamais nous identifier à aucune circonstance, tout en nous observant d’instant en instant, de moment en moment.

Il y a des gens qui se trompent sur le chemin. Il y a des sociétés, des écoles, des ordres, des loges, des religions, des sectes qui prétendent organiser la psyché humaine au moyen de certaines maximes d’or. Certaines communautés prétendent réaliser quelque chose qu’elles appellent « purifications » ou « sainteté » au moyen de telles maximes. Il est urgent d’analyser tout cela.

Il est évident que tout type de maxime éthique ou religieuse ne peut jamais servir de modèle aux événements distincts de la vie. Par exemple, une maxime structurée selon une logique supérieure, comme celle d’Ouspensky, ne créera jamais vraiment un nouveau cosmos, ni une nouvelle nature. Il serait absurde de nous soumettre strictement à une maxime dans le but d’organiser notre psychisme. Cela signifierait évidemment la conversion de nous-mêmes en esclaves.

Par conséquent, il convient de réfléchir à de nombreux catalogues éthiques et codes moraux considérés comme des maximes d’or.

De plus, il y a beaucoup à analyser avant d’entrer dans le travail d’organisation de la psyché. Par exemple, une annonciation démonstrative, même si elle est très sage et parfaite, pourrait indiscutablement être fausse ou, pire, intentionnellement fausse.

En conséquence, pour anticiper une transformation à l’intérieur de nous, nous devons devenir un peu plus individualistes. Je ne dis pas de devenir égoïste: cela doit être compris. Nous devons apprendre à mieux penser, de manière plus indépendante et parfaite, autrement que par de nombreux dictons sacrés, de nombreuses maximes d’or et, comme déjà mentionné, des aphorismes que tout le monde considère comme parfaits. Ces maximes ne serviront jamais de modèles de mesure pour réaliser la transformation authentique et pour organiser la psyché à l’intérieur de nous-mêmes.

Le fait est d’organiser la psyché intérieure et nous devons abandonner tout rationalisme subjectif pour aller au fond des choses. S’attaquer à nos propres erreurs telles qu’elles sont sans les justifier ne signifie pas que nous devons les fuir. Ne comptez pas les excuser. Il est nécessaire de devenir plus sérieux dans l’analyse. Nous devons être plus judicieux, plus complet.

Si nous ne cherchons vraiment pas l’évasion, nous pouvons travailler sur nous-mêmes pour parvenir à l’organisation de l’Homme Psychologique et cesser d’être des animaux intellectuels, comme nous le sommes actuellement.

L’Auto-observation psychologique est fondamentale. En vérité, il est nécessaire de s’observer d’instant en instant, de seconde en seconde.

Quel est le but de l’Auto-observation? La découverte de nos différents types de défauts psychologiques. Mais, ils doivent être découverts sur le terrain, en les observant directement et judicieusement, sans évasion, sans justification, sans aucune forme d’évasion.

Une fois qu’un défaut a été découvert, alors, et seulement alors, nous pouvons le comprendre, et lorsque nous essayons de le comprendre, nous devons, je le répète, être sévère avec nous-mêmes. Nombreux sont ceux qui, lorsqu’ils tentent de comprendre une erreur, la justifient ou l’évitent ou tentent de la dissimuler à eux-mêmes. Ceci est absurde.

Il y a quelques petits frères et sœurs Gnostiques qui, lorsqu’ils découvrent tel ou tel défaut en eux-mêmes, commencent avec leur mental, comme nous le dirons mental théorique. C’est très grave parce que – comme je l’ai déjà dit et je le répète encore en ce moment – les spéculations du mental purement subjectif les jettent forcement dans le champ de l’utopisme; c’est évident.

Par conséquent, si une erreur est ce que nous voulons comprendre, il faut éliminer les spéculations subjectives et, pour les éliminer, il est nécessaire d’observer directement l’erreur. C’est seulement ainsi que, grâce à une observation correcte, il est possible de corriger la tendance à la spéculation.

Une fois que nous avons compris intégralement tout défaut psychologique dans tous les niveaux du mental, on peut alors avoir le luxe de le briser et de le désintégrer, de le réduire en cendres, en poussière cosmique. Néanmoins, nous ne devons jamais oublier que le mental en lui-même ne peut modifier radicalement aucun défaut. Le mental par lui-même peut étiqueter n’importe quel défaut avec des noms différents, transmettre des défauts d’un niveau à un autre, les cacher de lui-même ou les cacher d’autres défauts, mais il ne peut jamais désintégrer un défaut.

Plusieurs fois, j’ai enseigné ici que nous avions besoin d’un pouvoir supérieur au mental, un pouvoir qui puisse véritablement réduire en cendres tout défaut de type psychologique. Heureusement, ce pouvoir existe au plus profond de notre psychisme. Je parle clairement de Stella Maris, la Vierge de la Mer, une variation de notre propre Être. Elle est une dérivée de notre Être. Si nous nous concentrons sur cette force variante qui existe dans notre psyché, force que certaines civilisations nomment Isis, d’autres Tonantzin, d’autres Diane, etc., nous serons assistés et le défaut en question pourra être réduit en poussière cosmique.

Une fois que tout agrégat psychologique, la personnification vivante de telle ou telle erreur, a été désintégrée, quelque chose est libéré: c’est ce qui est appelée Essence. Il est clair qu’à l’intérieur de n’importe quelle de ces bouteilles appelées «agrégats psychiques», il existe une Essence ou une Conscience animée, embouteillée. Ainsi, en cassant telle ou telle erreur, le pourcentage d’Essence qui a été placée ou embouteillée là est libérée.

Chaque fois qu’un pourcentage d’Essence Bouddhique est libérée, le pourcentage de Conscience augmente comme un fait. De même, pendant que nous brisons ces agrégats psychiques, le pourcentage de Conscience éveillée va se multiplier et lorsque la totalité des agrégats psychiques est réduite en cendres, de même la Conscience s’éveillera dans sa totalité.

Si nous brisons juste cinquante pour cent des éléments inhumains indésirables, nous posséderons évidemment cinquante pour cent de Conscience Objective, éveillée. Mais si nous parvenons à détruire cent pour cent de nos éléments indésirables, nous atteindrons – en fait et pour notre propre droit – la Conscience Objective à cent pour cent. Ainsi, basée sur des multiplications incessantes, notre Conscience brillera chaque fois davantage; c’est évident.

Nous voulons atteindre l’éveil absolu, ce qui est possible si nous marchons sur le chemin correct. Si nous faisons le contraire, alors cela sera impossible. C’est clair.

En tout cas, de la même manière que nous diminuons les éléments psychiques indésirables que nous portons dans notre intérieur, des siddhis ou facultés lumineuses distinctes s’épanouiront dans notre psyché, et lorsque l’annihilation Bouddhique aura été accomplie, nous atteindrons vraiment l’Illumination la plus absolue.

Ce mot « Annihilation Bouddhique » dérange beaucoup d’autres organisations déterminées de type pseudo-ésotérique, pseudo-occulte. Pour nous, au lieu que ce mot nous rend malade, il nous plaît vraiment, car atteindre la Conscience à cent pour cent est ce que nous désirons ardemment.

Il y en a beaucoup qui aimeraient atteindre l’illumination; il y en a beaucoup qui se sentent amers, qui souffrent dans les ténèbres, qui souffrent à travers les circonstances amères de la vie.

L’illumination est une chose à laquelle nous aspirons, mais l’illumination doit avoir une raison d’être; la raison d’être de l’illumination est le Dharmadatu. Ce mot d’origine Sanskrit semble très étrange aux oreilles des personnes présentes. Dharmadatu vient du mot racine « Dharma ».

Les Trois Facteurs

Quelqu’un peut désintégrer les éléments psychiques indésirables que nous portons dans notre intérieur, mais néanmoins, sur cette seule base, nous ne pouvons pas obtenir une illumination radicale, car autre chose entre en jeu ici: le troisième facteur de la révolution de la Conscience : le sacrifice pour l’humanité.

Si nous ne nous sacrifions pas pour l’humanité, atteindre l’illumination absolue ne sera pas possible, car je le répète, la raison de l’illumination est le Dharmadatu.

Il est évident que si nous désintégrons l’ego, nous recevrons notre paiement. Il est vrai, réellement vrai, que si nous créons les corps existentiels supérieurs de l’Être, nous serons payés. Nous ne pouvons pas nier que si nous nous sacrifions nous-mêmes pour nos semblables, nous serons payés. Tout cela est indéniable.

Par conséquent, pour atteindre une illumination absolue, nous devons travailler avec les trois facteurs de la révolution de la Conscience :

NAÎTRE; signifie la création des véhicules existentiels supérieurs de l’Être;

MOURIR; signifie la désintégration de l’ego dans sa totalité;

et le SACRIFICE POUR L’HUMANITÉ.

Voilà les trois facteurs de la révolution de la Conscience.

Quoi qu’il en soit, comme je vous le disais, nous devons savoir travailler sur nous-mêmes. Nous devons organiser l’Homme Psychologique à l’intérieur de chacun de nous. Tout d’abord, avant d’atteindre l’illumination absolue, l’Homme Psychologique doit naître à l’intérieur de nous et il naît à l’intérieur de nous lorsque la psyché est organisée. Il est nécessaire d’organiser la psyché à l’intérieur de nous-mêmes ici et maintenant.

Énergie et la Création des Corps Supérieurs

Si nous travaillons correctement, nous organiserons la psyché. Par exemple, si nous ne gaspillons pas les énergies du centre émotionnel, si nous ne gaspillons pas les énergies du mental, ou les énergies du cerveau moteur / instinctif / sexuel, il est évident que nous créerons ou construirons, donnons forme au deuxième corps psychologique avec les économies de telles énergies à l’intérieur de nous: c’est le corps des émotions, appelé Eidolon [Corps Astral Solaire].

Sans aucun doute, si nous nous libérons du mental sensoriel, nous parviendrons en réalité à épargner les énergies intellectuelles. Avec de telles énergies, nous pouvons nourrir le troisième corps psychologique ou mental individuel [Corps Mental Solaire].

Lorsque je me prononce contre le mental sensoriel, je veux que les frères et sœurs comprennent clairement que je ne mets pas de côté ma reconnaissance de l’utilité du mental sensoriel; nous devons vivre dans un équilibre parfait tout en sachant conduire le mental supérieur et savoir conduire le mental sensoriel. Si l’on ne sait pas conduire le mental sensoriel, on oublie qu’il est nécessaire de payer le loyer, qu’il existe un besoin de manger pour exister, on oublie qu’il faut s’habiller et ne pas errer dans les rues avec une négligence totale, sans accomplir ses devoirs dans la vie. Par conséquent, le mental sensoriel est nécessaire, mais il est nécessaire de savoir le conduire intelligemment avec équilibre, ce qui signifie: le mental supérieur et le mental sensoriel doivent être équilibrés dans la vie.

Certaines personnes ne se préoccupent que du mental sensoriel. Par exemple, certains ermites qui vivent dans les cavernes de l’Himalaya oublient qu’ils ont un mental sensoriel. Négliger ce mental comme cela est absurde. Le mental sensoriel doit fonctionner sous une forme équilibrée pour pouvoir accomplir ses devoirs dans la vie.

Identification

La lutte entre le mental supérieur et le mental sensoriel est effrayante. Souvenons-nous du Christ quand il jeûnait dans le désert. Un démon s’était présenté devant lui et lui a dit: « Tous les royaumes du monde te seront accordés, si tu t’agenouilles et que tu adores devant moi. » En d’autres termes, c’est le mental sensoriel qui le tente.

Le mental supérieur répond en disant: « Satan, Satan, il est écrit que tu dois obéir et adorer le Seigneur ton Dieu. »

Jésus n’a jamais laissé le mental sensoriel le dominer, mais cela ne veut pas dire que le mental sensoriel est inutile, il se trouve qu’il est nécessaire de le contrôler. Il doit marcher en parfait équilibre avec le mental supérieur.

Lorsqu’on s’efforce d’organiser l’Homme Psychologique, il va sans dire qu’une terrible lutte se déroulera entre les deux mentals, entre le supérieur, qui est le psychologique, et le sensoriel. Le mental sensoriel ne veut pas être impliqué dans quoi que ce soit en relation avec le mental supérieur. Le mental sensoriel prend plaisir lorsqu’il s’identifie à une scène de luxure ou à un événement douloureux de la rue, ou lorsqu’il s’identifie à un verre de vin, etc. et que le psychologique s’y oppose violemment. Je vais illustrer cela avec un exemple.

Je voyageais dans une voiture; quelqu’un d’autre conduisait cette voiture. Nous roulions dans la voie de gauche, et dans la voie de droite, une femme conduisait un autre véhicule; soudain, elle changea de direction avec l’intention d’aller dans un supermarché qui se trouvait du côté gauche de la rue. Il est évident que pour rouler dans la voie de droite, elle aurait dû tourner de manière plus correcte pour aller au supermarché. Si le supermarché était du côté droit, elle se serait retournée à droite sans problème. Ne s’intéressant absolument pas à cette situation, cette dame a alors tourné à gauche: elle a bien sûr fini par s’effondrer sur la voiture dans laquelle nous roulions.

Les dommages pour sa voiture n’étaient pas si graves, ils étaient minimes. Mais voici la partie intéressante de l’histoire: la voiture dans laquelle se trouvait mon insignifiante personne était conduite par quelqu’un qui reconnaissait que ce n’était pas de sa faute et que ce n’était vraiment pas de sa faute, il n’était pas coupable de s’être écrasé contre cet autre véhicule qui est soudainement apparu devant lui. Naturellement, il a présenté son allégation à la dame en question. Mais cette dame insistait sur le fait qu’elle avait raison. Bien sûr, c’était manifestement absurde; tout agent de la circulation aurait immédiatement disqualifié ses demandes.

Néanmoins, elle a insisté pour appeler la compagnie d’assurance afin de régler le problème. Au bout de quelques heures, la compagnie d’assurance n’est pas arrivée et cette dame a insisté pour qu’elle reçoive un paiement de 300 pesos (le pesos étant la monnaie du Mexique), c’était plus ou moins le coût de la réparation de son véhicule qu’elle a elle-même détruit.

Les occupants de la voiture dans laquelle je me trouvais et le conducteur étaient vraiment énervés, et même si quelqu’un parmi aurait pu la payer, ils n’étaient pas en mesure de le faire. Telle était la colère qu’ils avaient. J’ai décidé, pour ma part, de ne pas m’identifier à cette circonstance, car notre discipline psychologique, notre judo psychologique, nous enseigne que dans de tels cas, il ne faut pas s’identifier. Il est évident que je suis resté serein conformément à notre judo psychologique.

Cependant, le temps passait, deux heures et peut-être beaucoup plus. Nous avons attendu parce que l’agent d’assurance ne se présentait pas. À la fin, cette dame – très respectueusement – s’est approchée de moi parce qu’elle a vu que j’étais la seule personne sereine: le reste des occupants étaient tous très bruyants. Elle a dit: « Monsieur, si vous me donneriez au moins 300 pesos, nous pourrions en finir avec cette discussion, car je perds mon temps. En fait, nous perdons tous notre temps. »

« Mais si vous observez les positions des deux voitures, vous verrez que vous veniez de la voie de droite et si vous vouliez tourner à gauche, vous auriez dû être dans la voie de gauche; cependant, vous aviez l’intention d’entrer dans le supermarché par la voie de droite lorsque celle de gauche était déjà occupée. Il n’est pas possible d’essayer d’entrer de cette façon. Tout agent de la circulation vous disqualifierait. »

« Mais monsieur, que faisons-nous en perdant notre temps, puisque l’agent d’assurance ne vient pas. »

« O.K., prenez vos 300 pesos et partez dans la paix sacrée, il n’y a plus de problème. Continuez votre chemin. »

Il est évident qu’il y avait une protestation générale des autres; ils étaient très indignés non seulement contre cette dame, mais aussi contre moi. Tel était l’état dans lequel ils se trouvaient et ils ne pouvaient rien faire d’autre que de protester. Ils étaient absolument identifiés à l’événement et bien sûr, ils m’ont jugé fou, etc., etc., etc., etc. Bien sûr, une des occupants s’est adressé directement aux dames dans le but de les insulter parce qu’elles étaient nombreuses, celle qui conduisait et ses connaissances. Je me suis approché et j’ai dit à cette dame: « Allez-y, partez dans une paix sainte et ne faites pas attention à leurs insultes.

Bien, cette femme est partie très heureuse et de loin m’a fait une dernière salutation, puis la voiture avait disparue dans les rues de la ville. Nous aurions pu attendre trois, quatre ou six heures, voire tout l’après-midi, et peut-être même jusqu’au soir où nous aurions pu attendre jusqu’à ce que l’agent d’assurance arrive enfin pour arriver à un arrangement insensé.

Réellement, il n’y avait pas de problème grave. Les dégâts de sa voiture étaient minimes; bien que les occupants de l’autre voiture aient de l’argent, ils n’étaient nullement disposés à la payer. Ils étaient tellement identifiés à la scène qu’ils n’avaient manifestement aucune envie, comme on dit, de se tordre le bras. Je les ai certainement sauvés de beaucoup de problèmes et de détails odieux. Peut-être même que je les ai sauvés d’aller en cour; j’ai évité pour eux cinquante mille actes stupides, actes amers et disputes. Mais ils étaient tellement identifiés à cet événement qu’ils ne réalisèrent pas le bien que je leur faisais. C’est comme cela que les gens sont.

Par conséquent, mes chers amis, en réalité, vous devez vraiment comprendre que s’identifier aux circonstances pose toujours des problèmes. Il est absurde de s’identifier aux circonstances, complètement absurde, car les énergies sont gaspillées. Avec quelles énergies organiserons-nous le Corps Astral si nous nous laissons conduire par des explosions de colère, des explosions de rage effrayante et des irritations qui n’ont pas de raison d’être? Et tout cela parce que nous nous identifions aux circonstances.

Avec quelles forces peut-on se donner le luxe de créer un mental individuel, si vraiment on gaspille les énergies intellectuelles en les gaspillant dans la folie, comme l’événement dont je viens de parler?

La création du deuxième corps nous invite à épargner les énergies émotionnelles, et la création d’un troisième corps (que l’on peut appeler le corps intellectuel ou le mental individuel) nous fait comprendre la nécessité de d’épargner notre énergie mentale.

Maintenant, alors, si nous n’apprenons vraiment pas à laisser de côté les antipathies mécaniques, si nous sommes toujours pleins de mauvaise volonté envers notre prochain, avec quelles énergies créerons-nous le quatrième corps psychologique, le Corps de la Volonté Consciente (Corps Causal)?

Il est nécessaire de créer tous ces véhicules de qualité supérieure si nous voulons vraiment créer l’Homme Psychologique à l’intérieur de nous-mêmes, ou lui donner forme ou le construire à l’intérieur de nous-mêmes.

Nous savons bien que celui qui possède le corps physique, un deuxième corps de type émotionnel / psychologique, un troisième corps de type mental individuel et enfin un quatrième corps de type volitif conscient peut s’offrir le luxe de recevoir les principes animiques pour se convertir en un Homme; c’est incontestable. Mais vraiment, si on gaspille ses énergies motrices, vitales, émotionnelles, mentales et volitives en s’identifiant à toutes les circonstances de la vie, il est évident qu’il ne pourra jamais organiser les corps psychologiques. Ils sont indispensables pour que l’Homme apparaisse à l’intérieur de chacun d’eux.

Par conséquent, lorsque je parle de l’organisation de la psyché, il faut comprendre que nous devons savoir gérer et utiliser ces énergies. Nous ne devrions pas nous identifier, ni nous oublier, afin de ne pas gaspiller nos énergies bêtement. Quand on s’oublie soi-même, alors on s’identifie et quand on est identifié, on ne peut pas donner forme à la psyché: on ne peut pas faire en sorte que la psyché se structure intelligemment en elle-même parce qu’on gaspille bêtement les énergies. Comprendre cela est urgent, mes chers frères et sœurs.

Par conséquent, un véritable Homme ou une véritable Femme est celui ou celle qui a épargné ses énergies et qui a construit les corps existentiels supérieurs de l’Être au moyen des mêmes énergies. Un véritable Homme est celui qui a reçu ses principes animiques et spirituels; Un Homme parfait est un Homme qui a désintégré tous les éléments psychiques inhumains. Un Homme réel est celui qui a formé l’Homme intérieur en lui-même au lieu de ces éléments indésirables (ego).

Par conséquent, ce qui compte, c’est l’Homme intérieur. Cet Homme intérieur reçoit son paiement; la Grande Loi le paye, parce que cet Homme intérieur est éveillé et parce qu’il a désintégré l’ego. C’est l’Homme véritable, réel, qui se sacrifie pour ses semblables. Évidemment, c’est comme cela qu’il atteint l’illumination.

Donc, créer l’Homme est un début; c’est ce qui est fondamental, et cela est réalisé en organisant la psyché. Mais beaucoup se préoccupent exclusivement du développement de pouvoirs ou de siddhis inférieurs au lieu de se consacrer à l’organisation de leur propre psyché intime, ce qui est vraiment absurde. Où allons-nous commencer? Avec l’organisation de la psyché? Ou le développement des pouvoirs inférieurs? Qu’est-ce que nous voulons? Nous devons être judicieux dans l’analyse, judicieux dans nos aspirations. Si ce sont des pouvoirs que nous recherchons, nous perdons notre temps misérablement. Je crois que ce qui est fondamental est l’organisation de notre psyché inférieure, c’est fondamental.

Si vous comprenez ceci en vous-mêmes et travaillez sur vous-même, vous pourrez alors donner forme à la psyché, alors l’Homme réel, le véritable Homme naîtra à l’intérieur de vous.

Intuition

Vous devez comprendre cela. Au lieu de rechercher des siddhis inférieurs ou des pouvoirs inférieurs, comme nous l’avons dit, il vaut mieux donner forme à la psyché.

Il existe un pouvoir transcendantal qui naît à l’intérieur de tout être humain qui a véritablement travaillé sur lui-même. Je veux, dans une forme emphatique, faire référence à l’intuition, et je le mentionne pour que vous cessiez de convoiter des pouvoirs. Mais quelle est cette faculté? On nous a dit que cette faculté est liée à la glande pinéale; je ne nie pas cela. Mais ce qui est important, c’est d’expliquer quelles sont ses fonctions.

Comment allons-nous définir l’intuition? C’est une perception directe de la vérité sans le processus déprimant des options. Bien, c’est une bonne définition, mais je l’ai trouvée très naissante. Cette définition est utilisée par toutes les petites écoles pseudo-ésotériques et pseudo-occultes qui sont partout. L’analyse nous invite à aller beaucoup plus loin dans ce domaine.

Qu’est-ce que l’intuition? C’est la faculté d’interprétation. Peut-être que Hegal avec sa dialectique a essayé de la définir en se basant sur la philosophie Chinoise de la race jaune.

Une impératrice Chinoise ne comprenait pas très bien cette question d’intuition. Un homme sage lui expliqua que c’était la faculté d’interprétation. Cette définition est correcte, mais elle n’a pas compris. Puis le sage lui apporta une bougie allumée et la plaça au centre de la salle. Il plaça également autour de celle-ci dix miroirs. Il est clair que la flamme de cette bougie se reflétait dans un miroir; cette flamme projetait à son tour une flamme sur un autre miroir, et cet autre miroir la projetait sur un autre, et celui-ci sur un autre. Ainsi, ils ont remarqué que ces dix miroirs projetaient mutuellement la lumière l’un sur l’autre. Un merveilleux jeu de lumières s’est formé, un jeu d’interprétation. Alors l’impératrice comprit. Voyez la faculté de l’intuition.

Si quelqu’un a réussi l’Annihilation Bouddhique, si quelqu’un a réussi la construction des corps existentiels supérieurs de l’Être, s’il est vraiment un véritable Homme au sens le plus transcendant du terme, alors la faculté d’interprétation sera un fait à l’intérieur de lui..

Prenons en compte que l’on est contenu dans le cosmos. J’ai dit que l’on fait partie de l’ensemble. Il y a beaucoup de choses dans l’homme microcosmique, néanmoins la totalité du soi n’est qu’une partie du tout.

Nous savons déjà, par exemple, qu’au sein de l’Ayocosmos, c’est-à-dire de l’Infini, le Macrocosmos est contenu. Dans le Macrocosmos, la Voie Lactée, le Deutérocosmos, le système solaire est contenu. Dans le Deuterocosmos, le soleil cosmique est contenu et dans ce soleil cosmique, la Terre du cosmos, le Mésocosmos, est contenue. De même, dans le Mésocosmos se trouve l’homme Microcosmos, et dans l’homme Microcosmos, la vie de l’infiniment petit, le Tritocosmos.

À l’intérieur d’un cosmos, il y a un autre cosmos, et dans ce cosmos, il y en a un autre, et au total nous avons sept cosmos, et ceux-ci sont contenus les uns dans les autres. Par conséquent, il y a à l’intérieur de nous un cosmos inférieur (il est clair que c’est le Tritocosmos) et un cosmos supérieur (et il est maintenant clair que c’est le Mésocosmos). Nous sommes entre un cosmos supérieur et un cosmos inférieur. Nous sommes également très liés à nos parents depuis qu’ils nous ont créés; de même nos enfants et nos petits-enfants viennent de nous-mêmes. Nous nous interprétons tous mutuellement.

Sans aucun doute, mes chers amis, l’existence de quelque manière qu’elle soit, c’est-à-dire sa naissance, son développement, sa mort, continue de se refléter aussi bien dans le véritable Homme qui a atteint l’Annihilation Bouddhique. Par conséquent, cet Homme peut dire: « Je connais l’histoire de cette planète. » Tout le Mahamanvantara peut se refléter dans l’ongle d’un Homme authentique et cela se refléterait avec une telle exactitude que ce Bouddha n’ignorerait rien.

Tout ce qui pourrait se produire au sein d’une nation tout entière pourrait se refléter dans la psyché d’un Homme ou d’une Femme ayant traversé l’Annihilation Bouddhique: cela se refléterait avec une telle exactitude, avec une telle précision, avec un tel détail, que celui-ci n’ignorerait pas même l’événement le plus insignifiant.

Par conséquent, déduisez vous-même et déduisez ce que j’ai dit de ce qu’est l’intuition: la faculté d’interprétation.

Si nous réalisons le reflet de l’histoire de cette galaxie à l’intérieur de nous, pouvons-nous ignorer quelque chose qui y est lié? Bien sûr que non. La galaxie avec tous ses processus se reflète naturellement dans notre psychisme, mes chers frères et sœurs, tout comme la bougie dans l’exemple que je vous ai donné, se rapportait aux dix miroirs illustrant l’histoire de l’Impératrice.

Si toutes les circonstances peuvent être réfléchies dans la psyché d’un Bouddha de Contemplation, parce que celui-ci n’a plus d’agrégats psychiques inhumains à désintégrer, alors celui-ci atteint, de fait, par le biais de l’Intuition, ce que nous définirions comme Conscience.

Atteindre l’Illumination est possible, mais n’oubliez pas, mes chers amis, que l’Illumination a ses lois. La raison de l’Illumination est le Dharmadatu, en d’autres termes: le Dharma.

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : The Organization of the Psyche

Précarité de la Psyché Humaine
La Loi du Pendule