Écrit par : Gnostic Instructor  Catégorie : Sacrements de l’Église Gnostique

Le sacrement du baptême est le commencement pour l’initié, pour l’aspirant à la lumière. Afin de comprendre ce sacrement, de comprendre l’antique rituel du baptême, il est important que vous ayez écouté et compris les deux conférences précédentes appelées les «  Sacrements de l’Église Gnostique  », car c’est là que vous serez informé et instruit dans la nature de l’Église Gnostique. Ce n’est qu’en comprenant ce que l’Église Gnostique est et n’est pas que vous pouvez alors comprendre les sacrements de cette église.

Pour vous rappeler le contenu de ces conférences, permettez-moi de dire que l’Église Gnostique n’est pas de ce monde. Le chef suprême ou patriarche de l’Église Gnostique est Aberamentho, que cette humanité connaît sous le nom de Jésus le Christ ou Yeshua. Lorsqu’il est descendu dans un corps physique il y a environ deux mille ans, il a institué une grande forme d’aide afin d’aider les âmes qui travaillent sur elles-mêmes dans le monde physique. L’aide qu’il a instituée et établie par ses grandes œuvres et par ses disciples est précisément les sacrements. C’est à travers les sacrements de l’Église Gnostique que la conscience peut aspirer vers la lumière, incarner cette lumière, la manifester.

Le baptême est un antique rituel qui appartient à l’Église Gnostique, mais c’est un rituel bien plus ancien que cette race Aryenne actuelle. C’est un rituel qui a été présent dans toutes les races qui ont habité cette planète et celles qui ont habité les planètes antérieures à celle-ci. Il a été connu sous de nombreux noms, et dans les nombreuses branches et visages de l’Église Gnostique, le baptême a toujours été présent. Lorsque, à l’époque de notre développement en tant que race, l’Église Gnostique a livré ses enseignements dans les pays de l’Inde ou du Moyen-Orient ou en Égypte ou au Tibet, le rituel du baptême a toujours été présent, bien que, bien sûr, dans ces cultures et temps et lieux, il n’était pas connu sous ce nom particulier. C’est pourquoi lorsque nous effectuons une analyse comparative des différentes traditions ou histoires du monde, nous pouvons toujours trouver des rituels liés à l’eau, liés à la purification et à l’initiation.

Le baptême comme terme et comme rituel est le plus identifié à cette époque au Christianisme et à ses nombreuses variétés: Catholique Romaine et Orthodoxe et Protestante. Mais toutes ces formes de baptême sont dérivées de la même source, qui a été enseignée par Jésus quand il s’est incarné sur cette planète il y a deux mille ans. Le baptême qu’il a enseigné dans ses Évangiles, qui a été effectué par Jean, était un rituel qu’il a acquis et appris en Égypte – un rituel qui a été effectué en Égypte, et qui a été effectué depuis l’Antiquité en Inde. C’est pourquoi lorsque vous observez les pratiques et les traditions de l’Inde, vous verrez de nombreuses variétés de baptême – comment les yogis ou les disciples seront bénis avec de l’eau par les prêtres de n’importe quel temple.

Nous voyons les rituels du baptême dans le Bouddhisme. Nous le voyons chez les Mayas. Chez les Mayas, c’est particulièrement frappant, car les jeunes enfants sont amenés chez le prêtre qui les exorcise des mauvais esprits et les bénit avec de l’eau bénie lorsque les enfants sont prêts à entrer dans la puberté. Ce rituel était en place avant que la religion Chrétienne ne soit apportée aux Amériques. Cela a une signification très profonde.

Nous trouvons également le baptême sous d’autres formes; par exemple dans la culture Romaine, nous voyons le bain sacré, ou dans la culture Juive avec le Mikveh, le bain sacré où la personne ira se purifier en se baignant. On retrouve ces bains sacrés dans toutes les cultures: chez les Grecs, chez les Turcs, parmi toutes les anciennes traditions.

Le baptême est un symbole universel. Les pratiques physiques du baptême, les rituels physiques, sont symboliques, et ils sont généralement donnés aux enfants. « Enfants » est également un terme symbolique. Dans les églises Chrétiennes, les bébés sont amenés à être baptisés, et cela symbolise les bébés de l’initiation : les néophytes, les disciples, les personnes spirituellement jeunes dans l’enseignement, qui veulent être initiées à cet enseignement, entrent dans cet enseignement. Ils reçoivent le baptême des eaux. Dans les églises Chrétiennes, le prêtre exorcise les mauvais esprits en effectuant des prières pour rejeter les mauvais esprits qui habitent le corps de cet enfant. C’est symbolique du but même du baptême, et lorsque cette eau est placée sur la tête de l’enfant, c’est un symbole que nous devons comprendre.

Le thème commun à toutes les formes de baptême a deux aspects:

  1. c’est une bénédiction au moyen de l’eau
  2. c’est une purification

Le rituel du baptême symbolise comment, grâce aux bénédictions des eaux, nous pouvons devenir purs, nous pouvons nous débarrasser des impuretés psychologiques et spirituelles, et c’est pourquoi il est si répandu dans toutes nos traditions mondiales.

Mais en relation avec l’Église Gnostique, notre but dans cette conférence n’est pas d’analyser et de comparer toutes ces diverses traditions. Au lieu de cela, notre but est d’aller à la racine et de comprendre la signification pratique du baptême et son importance en tant que sacrement, en tant que quelque chose de sacré.

En Hébreu, l’eau est symbolisée par la lettre Hébraïque מ Mem. Mem est la treizième lettre de l’alphabet Hébreu. Mem, en tant que caractère ou lettre, peut représenter le nombre treize, mais peut également représenter l’eau comme une force, comme un élément. Ceci est très, très significatif, car la base entière de la tradition Juive ou Hébraïque et la base entière des traditions Chrétiennes reposent sur une compréhension de la langue Hébraïque. Les auteurs, les libérateurs, les patriarches, qui ont donné ces traditions étaient des maîtres de la Kabbale. La langue Hébraïque est l’écriture symbolique qui code l’enseignement de la Kabbale. Donc, pour comprendre le baptême, que ce soit en tant que Mikveh Juif ou Hébreu ou baptême Chrétien, nous regardons en arrière à la racine, qui est l’Hébreu, et nous devons voir la signification de l’eau.

Daath: Connaissance et les Eaux de la Création

Si vous avez étudié des religions du monde, vous saurez que l’eau est toujours au commencement de toute création. Dans chaque tradition mondiale, nous trouvons de l’eau au commencement. En Égypte:

« Nu représente la masse aqueuse primitive à partir de laquelle tous les dieux ont évolué, et sur laquelle flotte l’écorce de « millions d’années » contenant le soleil [Christ]. Les titres principaux de ce dieu sont ‘Père des dieux’ et ‘engendré de la grande compagnie des dieux’. » – Le livre des Morts: Le Papyrus d’Ani, par E.A. Wallis Budge [1895]

Dans la Genèse, ou Bereshit, le premier passage des traditions Chrétienne et Juive, nous constatons que l’eau est dans la toute première phrase, comme racine, comme fondement d’où tout émerge. La Bible dit:

בראשית ברא אלהים את השמים

Bereshit bara Elohim et hashamayim

qui est traduit généralement par:

Au commencement, Dieu créa les cieux…

Les mots « cieux » sont שמים shamayim, qui est généralement traduit par cieux, mais le sens littéral est « eaux supérieures ». C’est très important:

  • shamayim: eaux supérieures

Quand vous lisez dans n’importe quelle Bible Française, « ciel », vous lisez réellement « eaux supérieures ».

Donc, c’est ici, dans la toute première phrase, « Dieu crée les eaux supérieures et la terre. »

בראשית ברא אלהים את השמים ואת הארץ

Bereshit bara Elohim et hashamayim ve’et ha’arets.

La terre [ארץ] symbolise vous et moi, ce qui émerge, en d’autres termes, la matière. La « terre » est un symbole; la terre philosophale, ou le corps. Cela se reflète dans notre naissance physique: notre terre (corps physique) émerge des eaux (utérus) de notre mère.

La phrase suivante dit:

« La terre était sans forme et vide, avec des ténèbres à la surface des profondeurs, mais l’esprit de Dieu se déplaçait sur la surface de l’eau. »

Ce qu’il est important de comprendre ici, c’est la nature de « l’esprit de Dieu ». Au-dessus de ces eaux (qui doivent encore se former) se trouve l’esprit, le רוח Ruach, qui signifie également « souffle, vent ». C’est le « vent de Dieu » ou le « souffle de Dieu », le Ruach Elohim.

  • רוח Ruach: esprit, vent, souffle
  • אלהים Elohim: אל el (dieu masculin) + אלה eloah (Déesse féminine) = elohim

C’est très intéressant quand on compare cela à l’Hindouisme. Lorsque nous examinons les écritures les plus anciennes et les plus grandes que l’humanité connaisse, qui est le Rig Veda, nous découvrons que la base de la création est un grand fleuve appelé Sarasvati, et ces eaux sont les eaux d’où toute création émerge. Hamsah, le cygne flottant sur ce fleuve; c’est un oiseau sacré qui est pur et blanc. Hamsa est l’oiseau sacré de Sarasvati. Sarasvati est la Mère Divine. Ces eaux symbolisent donc son utérus, les eaux vivifiantes de l’utérus de la Mère Divine sur lesquelles flotte l’esprit, l’oiseau, le souffle, la hamsah.

Sarasvati, il est important de le noter, est la Déesse de la connaissance dans l’Hindouisme. Connaissance, ou intelligence, est très importante dans la Bible et dans chaque tradition. Connaissance en Hébreu est Daath, et c’est ce que nous étudions (Gnose, Daath, connaissance). Intelligence en Hébreu est Binah, qui est la troisième sephirah (sphère) sur l’Arbre de Vie, et nous savons que la Mère Divine est l’épouse de Binah; Elle est l’aspect féminin de Binah.

C’est de Binah que le Saint-Esprit (ruach) se divise en Abba et Aima (Père-Mère) afin de créer dans Daath (connaissance). C’est ainsi que la création se produit.

Nous étudions la Gnosis, qui est Grec pour « connaissance », et c’est Daath, les eaux de la création, le corps même de la Mère Divine. Son essence, c’est cela.

Ainsi donc, dans la Bible, il est dit que l’Elohim (Père-Mère) divise les cieux d’en haut des eaux d’en bas, divise les eaux en deux eaux.

« Dieu [Elohim, qui est pluriel] a dit: ‘Il y aura un ciel au milieu de l’eau, et il séparera entre l’eau et l’eau.’

Dieu [Elohim] fit le ciel, et il sépara l’eau en-dessous du ciel de l’eau au-dessus du ciel. Il en est resté ainsi.

Dieu [Elohim] nomma le ciel « Ciel ». C’était le soir et c’était le matin, un deuxième jour. »

En Hébreu, le mot ici pour ciel est en réalité רקיע Rakia, qui signifie littéralement « propagation » ou « étendue » et est généralement traduit par « firmament ».

Le Père-Mère place un espace ou une étendue entre les eaux. En d’autres termes, dans le sixième verset de la Genèse, l’Elohim séparent les שמים shamayim des מים mayim, les eaux supérieures des eaux inférieures, et mettent entre eux un espace ou une étendue.

Cela constitue la base à partir de laquelle nous pouvons comprendre le baptême. La Genèse déclare que Dieu (le Père-Mère) crée le ciel et la terre; les cieux, en Hébreu, sont shamayim, qui signifie eaux supérieures. Sur les shamayim flotte l’oiseau sacré, l’esprit, le cygne hamsah, qui est le Ruach Elohim, en Hébreu, l’esprit des Elohim; l’esprit de Dieu, le souffle de Dieu. Alors Dieu sépare les eaux. Il place un espace entre les cieux et les profondeurs: entre les shamayim, les eaux supérieures au-dessus et les mayim, qui sont les eaux inférieures, et entre eux se trouve cette étendue ou cet espace.

Un autre nom que nous pourrions appliquer aux shamayim serait prana, qui est un mot Sanskrit qui signifie force-vie, force de vie. Et nous disons cela parce que c’est de cette eau supérieure des shamayim que la force de vie émergera. Ici, nous avons l’utérus de la Mère Divine qui est ces eaux supérieures de la création et de là vient la création elle-même.

Mayim: Les Eaux Inférieures

Pour vraiment comprendre la signification de cela, nous devons approfondir un peu ces mots, de quoi ils sont faits, de quoi ils sont constitués. La lettre Hébraïque מ Mem est le symbole pour eau, et שמים shamayim et מים mayim sont fabriqués à partir de la lettre Mem.

Mayim, ou les eaux inférieures, est Mem-Iod-Mem; c’est également très important. En d’autres termes, le י Iod est entre deux mayims, entre deux eaux.

Iod est la dixième lettre Hébraïque. C’est la plus petite lettre; c’est un point, une goutte, un grain; c’est presque juste un atome. Le Iod symbolise l’homme. C’est pourquoi nous avons dix doigts et dix orteils.

Nous sommes ce point dans les eaux placées là par notre père à travers l’acte sexuel – ce spermatozoïde qui est entré dans les eaux de l’utérus de notre mère; et nous étions là dans le mayim, le Iod, la graine flottant entre les eaux, entre le ciel et la terre, dans Éden.

C’est l’une des significations de l’Éden; l’utérus est Éden. Le terme Hébreu Éden signifie littéralement « délice, extase, félicité » et lorsque nous étions dans l’utérus, nous l’avons vécu. Dans l’utérus, nous étions dans le bonheur. Nous étions une pure conscience, dans le bonheur, profitant de la vie dans les eaux de notre mère. Mais ensuite nous prenons naissance et entrons dans le monde physique, et tout change. Par la suite, nous cherchons toujours à restaurer cette félicité que nous connaissions dans l’utérus, et nous savons que d’une certaine manière cette félicité peut être trouvée dans le sexe, mais sans la connaissance (Daath) de la doctrine secrète, nous ne trouvons pas la félicité que nous recherchons.

Le Iod symbolise l’homme, et ce Iod (la dixième lettre) est l’Arbre de Vie: les dix sphères de la Kabbale, que nous devons perfectionner en nous-mêmes, nous devons nous développer en nous-mêmes.

Schamayim: Les Eaux Supérieures

שמים Shamayim est mayim avec une lettre supplémentaire à l’avant: ש Shin. Shamayim est orthographié Shin-Mem-Iod-Mem. Le Shin est très important. Si vous avez écouté le cours sur les lettres Hébraïques, vous saurez pourquoi.

Shin ressemble à un petit trident; il a trois points, et ces trois points sont les trois sphères supérieures de l’Arbre de Vie. Ces trois sont Christ: Kether, Chokmah et Binah, en un. Shin représente la trinité. C’est ainsi que vous pouvez voir que les sha-mayim sont ces eaux supérieures qui existent au-dessus, là où est le Christ. Les trois lettres de Shin, les trois bras de Shin, dans ces eaux supérieures.

L’Arbre de Vie lui-même cartographie tout cela. Lorsque nous regardons l’arbre d’un point de vue macrocosmique, comme une carte de l’univers, nous pouvons voir ces eaux supérieures au-dessus, dans Daath, qui est juste en dessous de la trinité supérieure. Et c’est dans Daath, ces eaux supérieures, où ces trois forces, incarnées dans Shin, créent. De là se dédouble tout le reste de l’arbre.

Ici, nous pouvons voir l’espace qui existe entre les eaux supérieures et inférieures, où Dieu sépare les shamayim des mayim.

« [Et Ra dit]: « J’ai fait les cieux et la terre, j’ai ordonné les montagnes, j’ai créé tout ce qui est au-dessus d’eux, j’ai fait l’eau, j’ai fait naître la grande et large mer, J’ai fait le « Taureau de sa mère », d’où jaillissent les délices de l’amour [sexe]. J’ai fait les cieux, j’ai étendu les deux horizons comme un rideau, et j’ai placé l’âme des dieux à l’intérieur d’eux. Je suis celui qui, s’il ouvre les yeux, fait la lumière, et s’il les ferme, les ténèbres naissent. Sur son ordre, le Nil se lève, et les dieux ne connaissent pas son nom. J’ai fait les heures, j’ai créé les jours, j’avance les fêtes de l’année, je crée le déluge du Nil. Je fais le feu de la vie [Christ], et je fournis de la nourriture [manne] dans les maisons. » – Le Livre Égyptien des Morts: Le Papyrus d’Ani

Yesod: La Fondation de la Vie

Les mayim sont en bas dans Yesod. Yesod est la neuvième sphère de l’Arbre de Vie, et ce sont les eaux inférieures, les eaux inférieures ou Éden. Yesod, la neuvième sphère: le mot Yesod signifie « fondement », car il est le fondement de la vie.

Quand nous regardons l’Arbre de Vie, la Kabbale, du point de vue microcosmique, nous placerons alors ce symbole de dix sphères superposées au corps humain. Ensuite, nous pouvons voir que les eaux supérieures, shamayim, les trois sphères supérieures et Daath, sont liées à la tête, au cerveau. Autour de votre cerveau, il y a des eaux très importantes dont la constitution est très similaire aux eaux de l’utérus et aux eaux du sexe. Plus important encore, la glande pinéale, le régent de notre système endocrinien, est centré dans le cerveau et est la racine du chakra couronne, qui est la source du halo de tous les saints.

Les eaux inférieures, Yesod, apparaissent directement sur les organes sexuels. De toute évidence, c’est pourquoi Yesod signifie « le fondement ».

Alors maintenant, vous voyez la relation entre mayim et shamayim dans notre corps physique.

Yesod est le fondement de la vie. C’est à travers le sexe que toute vie existe: à travers Yesod, la neuvième sphère, à travers les organes sexuels. Et c’est ici que notre propre Iod, la graine, a été placée dans l’utérus de notre mère physique et notre corps physique a émergé. La vie est rendue possible à travers le fondement de la vie, Yesod, le sexe.

2: 7 Dieu [Adonay Elohim] forma l’homme [Adam] à partir de la poussière du sol [Adamah], et insuffla dans ses narines un souffle de vie. L’homme [Adam] est devenu une créature vivante. [Hébreu: Vayitser Adonay Elohim et-ha’adam afar min-ha’adamah vayipach pe’apav nishmat chayim vayehi ha’adam lenefesh chayah.]

Le mot Hébreu pour sol ou terre, Adamah, est lié à Adam, le mot Hébreu pour homme. Les deux mots sont également apparentés à adom, signifiant rouge, et dam signifiant sang.

2: 8 Dieu [Adonay Elohim] planta un jardin dans Éden à l’Est. Là, Il placa l’homme [Adam] qu’Il avait formé. [Hébreu: Vayita Adonay Elohim gan-be’Eden mikedem vayasem sham et-ha’adam asher yatsar.]

Il est intéressant de savoir que, dans la Bible, Adam a été placé dans Éden, dans Yesod. Yesod, comme tout dans la Bible, a plusieurs niveaux de signification. Yesod est Éden, qui est microcosmiquement lié au sexe, mais c’est aussi la quatrième dimension, l’Éden macrocosmique, et c’est là qu’Adam et Eve ont été initialement placés. Mais pour nous, nous devons le regarder de notre point de vue microcosmique afin de comprendre le baptême.

2: 9 Dieu [Adonay Elohim] fit pousser du sol [adamah] tout arbre agréable à regarder et bon à manger, [y compris] l’Arbre de Vie [Ets haChayim] au milieu du jardin, et le Arbre de la Connaissance [Ets haDa’at] du bien et du mal. [Hébreu: Vayatsmach Adonay Elohim min-ha’adamah kol-ets nechmad lemar’eh vetov lema’achal ve’Ets haChayim betoch hagan ve’Ets haDa’at tov vara.]

Microcosmiquement (en relation avec nous, le Iod dans les eaux), l’Arbre de Vie est nous, à la fois spirituellement et physiquement, avec un accent particulier sur notre colonne vertébrale, la colonne centrale de l’arbre. Nous sommes un Arbre de Vie et nous avons besoin d’eau pour grandir et devenir spirituellement féconds.

Microcosmiquement, l’Arbre de la Connaissance (Daath ou da’at) est centré dans notre gorge, et comme vous vous en souvenez depuis la puberté, la gorge a une relation mystérieuse avec le sexe. Rappelez-vous, les Elohim créent en parlant. « Et Dieu dit: Que la lumière soit… »

2:10 Un fleuve coula de l’Éden pour arroser le jardin. De là, il s’est divisé et est devenu quatre grands fleuves. [Hébreu: Venahar yotse me’Eden lehashkot et-hagan umisham yipared vehayah le-arba’ah rashim.]

Les fleuves de la vie émergent de l’Éden (Yesod). Quand vous regardez dans la Bible, vous voyez que du jardin viennent les fleuves et il a été divisé en quatre têtes, en quatre manières. Cela a une signification très profonde et des niveaux de signification que nous n’avons pas le temps d’explorer en profondeur aujourd’hui. Mais, il est utile de savoir que ces quatre fleuves sont liés à deux canaux d’énergie (Ida et Pingala, Adam et Eve, rasana et lalana) qui longent la colonne vertébrale, deux dans chaque parent, faisant quatre fleuves présents à notre conception.

En-dessous de Yesod, nous voyons Malkuth, qui est de l’Hébreu pour « le royaume ». Notre propre royaume est notre corps physique.

Lorsque nos parents physiques ont conçu nos corps physiques, les eaux de l’Éden coulaient de Yesod, les organes sexuels, de Malkuth, le corps physique. Voyez-vous cela – les eaux de Yesod coulaient de Malkuth, et une création physique s’est produite. Ceci est également caché dans la structure du mot mayim – qui est les deux Mems ou les deux eaux de nos parents, et le Iod (graine ou homme) entre eux. Il y a un transfert qui se produit dans mayim et cela est lié à la naissance à n’importe quel niveau.

Ce qui est important à comprendre pour nous, c’est que c’est la naissance de la manière habituelle. Le baptême est une initiation à une autre façon de naître.

Porter l’Eau

Le mot שמים shamayim peut être lu avec un autre sens. Schmayim (ciel ou les eaux supérieures) est écrit Shin-Mem-Iod-Mem. Mais, s’il y a un espace entre le Shin et le mayim, alors vous le liriez comme ש מים sa-mayim, qui signifie « porter de l’eau ». Et c’est très important: porter de l’eau. C’est le baptême. Le baptême est un processus de portage des eaux et se rapporte spécifiquement aux eaux supérieures, schamayim.

Que se passe-t-il dans le baptême, sinon l’élévation des eaux de bas en haut? Dans la tradition Chrétienne, le prêtre ramasse l’eau, souvent à partir d’une coquille de conque ou d’un bassin, des eaux en dessous, les ramasse jusqu’à la tête de l’enfant et verse les eaux sur la couronne, où se trouve ce chakra. la glande pinéale qui est liée aux shamayim, les eaux supérieures. Ainsi, le rituel du baptême dans la tradition Chrétienne symbolise la façon dont nous effectuons « sa-mayim », porter les eaux de mayim au ciel. Comment cela se fait-il et pourquoi?

Le Feu du Sexe

Voici où cela devient encore plus intéressant. Le secret est dans Yesod, car dans ces eaux de Yesod se trouvent latents les pouvoirs du Shin. Vous vous souvenez qu’au commencement, Dieu a créé שמים shamayim, les cieux, mais vous devez analyser shamayim un peu plus profondément. Ce mot est traduit par « cieux » mais signifie littéralement « eaux supérieures », mais pourquoi sont-elles supérieures? Pourquoi shamayim est-il supérieur au mayim? Parce qu’il a ש Shin. Shin est le caractère Hébreu pour feu. Les shamayim, les cieux, les eaux supérieures sont supérieures parce qu’en elles, à leur tête, conduisant ces eaux, commandant ces eaux, est le feu, le Shin: Christ. La lettre Shin a trois bras ou branches qui représentent les trois parties de la trinité. C’est pourquoi ces eaux sont supérieures.

« Je [Christ] suis venu pour envoyer du feu [ש Shin] sur la terre [corps]; et que vais-je faire, s’il est déjà allumé [négativement, par votre sexualité lubrique]?

Mais moi [Christ] j’ai un baptême avec laquelle être baptisé [à l’intérieur de vous]; et comment suis-je restreint jusqu’à ce qu’il soit accompli!

Supposez-vous que je sois venu pour donner la paix sur la terre? Je vous le dis, non; mais plutôt la division [car le Christ ne peut pas se mélanger aux feux de la passion animale]… » – Luc 12: 49-51

Dieu sépare les eaux entre inférieur et supérieur. Dans les eaux inférieures, nous avons le Iod, la graine et au sommet des trois bras du Shin se trouvent trois Iods. En effectuant le sa-mayim, le portage de l’eau, l’initié qui reçoit le sacrement du baptême, apprend à prendre le feu du sexe et à l’élever, à le transformer.

Le feu est la racine du sexe. Nous savons que le sexe se produit dans les eaux sexuelles de l’homme et de la femme, les deux Mems des mayim. Et lorsque ce contact sexuel remue, les eaux bouillent parce que dans l’eau se trouve le feu, – mais c’est un feu brut, non transformé, non géré, sans contrôle conscient. Cette eau peut brûler. Cette eau peut créer physiquement, et elle peut créer dans l’esprit, et c’est ce que Jésus a enseigné dans la Bible.

« Jésus [Yeshua] répondit et lui dit: « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. »

Nicodème lui dit: « Comment un homme peut-il naître lorsqu’il est vieux? Peut-il entrer une deuxième fois dans le ventre de sa mère et naître? »

Jésus répondit: « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau [mayim] et d’Esprit [ruach sur les schamyim], il ne peut pas entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. » – Jean 3: 3-6

Dans nos organes sexuels, nous avons de la chaleur, du feu. C’est la base d’une tradition très célèbre en Asie appelée « le yoga de la chaleur psychique ». C’est Tummo, qui est l’un des Six Yogas de Naropa, et est l’une de leurs principales traditions de l’école Kagyu de Bouddhisme Tibétain. La base de cette technique de yoga Tummo ou chaleur intérieure, est que le yogi doit conserver l’énergie sexuelle, doit contenir ce feu et la transformer dans le corps. Ils apprennent une technique de respiration (comme le pranayama, qui signifie atteler le vent) exploiter les forces des shamayim, le prana; ainsi, ils apprennent à générer et à gérer la chaleur dans le corps. C’est là que nous obtenons les célèbres histoires de yogis dans les montagnes de l’Himalaya, dans le froid glacial, ne portant rien d’autre qu’un pagne, et qui n’ont pas froid. En fait, ils font leurs exercices de respiration et font fondre la neige autour d’eux. C’est le yoga Tummo, et tout est basé sur le feu dans les eaux de l’énergie sexuelle.

Fait intéressant, le mot Tummo signifie « celle qui terrifie l’ego ». L’eau sexuelle est l’eau de la Mère Divine, et le feu dans cette eau est Durga, Kali, Sarasvati, la Mère Divine qui vainc l’ego.

Lorsque nous apprenons à maîtriser ce feu, nous devons apprendre à contrôler le Shin, le feu. Nous le contrôlons par la volonté. C’est ainsi que nous apprenons à unir notre propre Shin à notre propre mayim et à créer shamayim à l’intérieur. C’est ainsi que nous créons les eaux supérieures. Le rituel du baptême symbolise cela. Et le livre de la Genèse est une exposition de ce processus.

  • Genèse: gén-erer, gen-re, en-gen-drer

Genèse est création, comment créer. Le pouvoir de la création est dans le sexe, dans le feu. Et donc la Genèse, avec ses sept jours de création, décrit sept étapes pour créer Adam, l’homme. « Homme » dans cet usage ne signifie pas un homme. Cela signifie Adam: la racine, l’homme, l’âme, l’homme parfait qui demeure en Éden. Être l’homme parfait, c’est avoir un mental parfait. Être une âme diamant, être un Bouddha. Et la Genèse explique cela; à travers les jours de la Genèse, nous étudions cela.

Le baptême est l’initiation à ce processus. Les rituels physiques du baptême symbolisent le commencement de la création de l’homme réel à l’intérieur de nous-mêmes. Le baptême symbolise seulement un travail que nous devons effectuer en nous-mêmes, sexuellement et psychologiquement.

Il n’est pas nécessaire que vous passiez par une initiation physique au baptême. Ce n’est pas obligatoire; le baptême est symbolique. Ce qui est nécessaire pour entrer au ciel, shamayim, c’est de contrôler le feu, le Shin, dans votre propre mayim. Et c’est pourquoi ce rituel du baptême a toujours été donné.

Le Baptême de Jésus

Dans les Évangiles Chrétiens, nous avons une description du rituel du baptême, que je vais vous lire, afin que nous puissions approfondir la compréhension de ce que signifie ce rituel. Dans le livre de Matthieu, chapitre 3, il est écrit:

« En ces jours vint Jean-Baptiste, prêchant dans le désert de Judée, et disant: « Repentez-vous, car le royaume des cieux [shamayim] est proche.

« Car c’est celui dont parlait le prophète Ésaïe, disant: la voix de celui qui crie dans le désert, disant: Préparez la voie du Seigneur, rectifiez ses chemins. » [La voie du seigneur ici est Christ: Shin.]

Et le même Jean avait ses vêtements de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour de ses reins, et sa nourriture était des sauterelles et du miel sauvage. Puis est sortit vers lui Jérusalem, et toute la Judée, et toute la région du Jourdain et furent baptisés de lui dans le Jourdain, confessant leurs péchés. »

Le Jourdain est un fleuve. Jean le baptiseur se tient dans le fleuve et verse de l’eau sur tous ceux qui se repentaient de leurs péchés et se préparaient à la venue du Christ [feu], en eux-mêmes.

Mais quand il a vu beaucoup de Pharisiens et de Sadducéens venir à son baptême, [les Sadducéens représentent les intellectuels qui ne font rien d’autre que théoriser, et les Pharisiens représentent les croyants qui ne font rien d’autre que croire], il leur a dit: « O génération de vipères, qui vous a averti de fuir la colère à venir? »

« Produisez donc des fruits pour le repentir:

« Et ne pensez pas dire en vous-mêmes, ‘Nous avons Abraham comme père’: car je vous le dis, Dieu est capable de ces pierres d’élever des enfants à Abraham.

« Et maintenant aussi la hache est posée à la racine des arbres [de vie]: donc tout arbre [de vie] qui ne produit pas de bons fruits est coupé et jeté au feu [du Christ rendu négatif, inversé, aussi connu sous le nom de Lucifer, le « porteur de lumière »].

L’arbre dont nous parlons ici est l’Arbre de Vie (Kabbale), notre propre Arbre de Vie à l’intérieur. Il nous faut porter de bons fruits, sinon le feu nous consumera. Il est facile de voir comment le feu du sexe peut « nous consumer », car à cette époque, beaucoup en souffrent.

Quel est le fruit? Tout le monde sait, dans la Bible, que Dieu dit: « soyez féconds ». Et comment faites-vous pousser des fruits, sinon à partir de la graine? Et quelle est cette graine? C’est un Iod: la graine sexuelle. Le Iod représente l’homme ou le phallus.

En Hébreu, le mot pour graine est « zera » et c’est aussi le mot pour semen.

La seule façon de faire pousser des fruits est à partir d’une graine. La seule graine que nous avons à l’intérieur est la graine sexuelle. La graine sexuelle peut produire des fruits physiques (enfants) ou des fruits spirituels (l’âme).

Nous devons faire pousser les fruits à partir du Iod et des mayim, qui sont dans Yesod (sexe). Le fruit spirituel (l’âme) se développe lorsque nous redirigeons le fleuve de vie qui coule de l’Éden. Au lieu que ce fleuve coule vers l’extérieur dans le désert, expulsant Adam et Eve du paradis, nous pouvons rediriger le flux vers le haut et vers l’intérieur dans l’Arbre de Vie et nourrir l’arbre. Alors, l’arbre donne tous les fruits.

Le livre de l’Apocalypse dit:

« Et il m’a montré un pur fleuve d’eau de vie [sans luxure ni passion animale], limpide comme du cristal, sortant du trône de Dieu [les eaux, qui sont autant dans le ciel que dans l’être humain] et de l’Agneau [Christ].

Au milieu de la rue de celui-ci, et de chaque côté du fleuve, il y avait l’Arbre de Vie [les dix Sephiroth], qui portait douze sortes de fruits, et produisait ses fruits chaque mois: et les feuilles de l’arbre étaient pour la guérison des nations.

Et il n’y aura plus de malédiction; mais le trône de Dieu et de l’Agneau sera en lui; et ses serviteurs le serviront:

Et ils verront son visage; et son nom sera sur leur front [chakra ou église de la clairvoyance].

Et il n’y aura pas de nuit là-bas; et ils n’ont besoin ni de bougie, ni de lumière du soleil; car le Seigneur Dieu leur donne de la lumière [Shin, le feu qui illumine la conscience]: et ils régneront pour toujours et à jamais. »

Il y a douze sortes de fruit, qui sont liées à nos douze sens: cinq physiques et sept non physiques. Les sept sens non physiques sont activés lorsque les sept églises d’Assiah (les sept chakras) sont éveillées. Ces fruits sont la façon dont nous interagissons avec toutes les autres dimensions de la vie.

Adam et Eve dans la Bible ont pu manger du fruit de l’Arbre de Vie, et ils pouvaient voir Dieu, parler avec Dieu et marcher avec Dieu. Ils avaient ce fruit dans leurs mains, le fruit de l’Arbre de Vie. Ils n’avaient pas abusé du fruit de la connaissance. Le fruit du sexe.

Continuons donc avec les Écritures sur le baptême. Jean poursuit:

« En effet, je vous baptise d’eau pour le repentir: mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, dont je ne suis pas digne de porter les souliers: il vous baptisera du Saint-Esprit et du feu… »

Jean parle du Christ qui est le Shin, le feu. Il déclare clairement que le Christ-Shin viendra comme résultat du baptême. En d’autres termes, le Shin peut être géré et exploité à travers la pratique de « shamayim », porter les eaux de bas en haut.

Le Christ est un feu qui peut créer ou détruire. Ce feu est symbolisé en Inde sous le nom de Shiva, et si vous regardez les images de Shiva, il a toujours une fontaine émergeant de la couronne de sa tête, de la glande pinéale, qui symbolise les eaux sexuelles transmutées qui jaillissent des eaux de son cerveau, sa glande pinéale, le haut de la colonne vertébrale. Cette eau ardente de shamayim est ce qui peut purifier nos péchés. Le feu peut nous sauver. Le feu est supérieur aux eaux du Jourdain, ce avec quoi Jean baptise ses étudiants.

Jean poursuit:

« Dont le van est dans sa main, et il purgera complètement son plancher, et ramassera son blé dans le grenier; mais il brûlera l’ivraie avec un feu inextinguible. »

Ce qu’il décrit ici, c’est le processus par lequel le feu du Christ purifie. Il descend et purifie pour nettoyer le temple du Seigneur. C’est pourquoi il est si important pour nous de comprendre la nature du Shin (feu sexuel) en nous-mêmes.

Shin est le feu sexuel. Lorsque nous abusons de notre feu sexuel, nous devenons consummés. Cela se produit de plusieurs manières: parfois nous devenons dépendants du sexe, des sensations du sexe, qui nous amène à rechercher plus d’intensité et donc les gens entrent dans des pratiques sexuelles plus dégénérées jusqu’à ce qu’ils finissent par se détruire eux-mêmes par trop de fornication, par la maladie, par l’épuisement de toute énergie.

Nous savons que le pouvoir est dans l’énergie sexuelle: la force. C’est pourquoi on disait toujours aux guerriers et aux combattants depuis l’Antiquité: « Avant une bataille, ne couchez pas avec votre femme », car ils savaient que le guerrier qui avait expulsé sa graine serait faible sur le champ de bataille. C’est pourquoi les boxeurs, les combattants et les athlètes en ces temps observent également la continence avant d’avoir un grand match, car ils savent que l’énergie sexuelle leur donne de la force. Il est intéressant d’examiner la racine des mots viril (ayant un pouvoir sexuel) et vertueux (ayant une pureté morale); ils viennent de la même racine:

  • Viirya: (Sanskrit) « vitalité, enthousiasme, semen », la racine des mots « viril, vertu, vira (guerrier). »

L’histoire continue:

« Puis Jésus de Galilée vint à Jean au Jourdain, pour être baptisé de lui.

Mais Jean lui a interdit, en disant: « J’ai besoin d’être baptisé de toi, et tu viens à moi? »

Et Jésus répondant lui dit: « Accepte qu’il en soit ainsi maintenant, car c’est à nous d’accomplir toute justice (vertu) ». Alors il l’a accepté. Et l’a baptisé. »

Pour bien comprendre cela, nous devons nous référer à l’Arbre de Vie. Si vous avez étudié le cours Le Chemin du Bodhisattva, le sens ici vous sera parfaitement clair.

Le vrai nom de Jean est Jah-hanan. Ce n’est pas Jean; Jean est un nom Français ou Latin. Son véritable nom est Jah-hanan.

  • Jah a trois lettres et représente le triangle supérieur, le Logos, qui est le Christ.
  • Hanan signifie « grâce ».

La grâce du Christ est la Bodhichitta. Bodhichitta est un mot Sanskrit qui a des significations très profondes.

En surface, cela signifie « la sagesse du mental qui s’éveille ». Bodhi est sagesse; chitta est mental. Mais dans le Tantra, Bodhichitta est un aveugle, un voile; c’est un masque pour cacher quelque chose de plus profond. Dans le Bouddhisme Mahayana et Tantrayana, la Bodhichitta est « l’aspiration à être au service des autres ». Et c’est pourquoi ils prient: « Tant que l’espace dure, que je continue à exister pour aider les autres. » C’est un pur acte de service désintéressé. La Bodhichitta est un pur amour Christique. La Bodhichitta est un amour pur, un amour conscient. C’est la traduction au niveau de la surface.

Dans le Tantra Bouddhiste, Bodhichitta signifie « énergie sexuelle ».

C’est pourquoi Jean, Jah-hanan, est dans le Jourdain, dans Yesod. Jah-hanan représente la Bodhichitta: cette force pure, parfaite et compatissante du Christ, qui se tient dans les eaux sexuelles de la vie, afin de baptiser les initiés qui deviendraient un avec Christ.

Bodhichitta est une énergie psychique, une force psychologique qui s’exprime à travers les corps de l’âme, les sept corps. C’est pourquoi le nom Jah-hanan peut être désorganisé comme IEOUAMS: les sept voyelles. Ces sept voyelles symbolisent les sept chakras primaires, les sept corps, les sept notes.

Bodhichitta est donc un symbole très profond.

Dans cette histoire, Jean représente l’initié, l’homme, l’homme complet fait à l’image de Dieu, et c’est pourquoi il dit qu’il n’est même pas digne de tenir les souliers du Christ, Jésus.

Jésus (Yeshua: « sauveur ») vient d’en haut. Jésus, sur le chemin du Bodhisattva, peut descendre et s’incarner dans la Bodhitchitta, dans l’homme qui est préparé. Mais avant cela, Yeshua (Christ) ne peut pas entrer, car cette énergie est trop intense. Seule la Bodhichitta qui est développée est prête à recevoir cette énergie incroyable et peut recevoir le Christ et l’incarner et l’exprimer. Le baptême symbolise ce processus, et ce symbolisme est basé sur:

  1. élaborer les mayim inférieures, élevant les eaux jusqu’à la couronne
  2. à partir de ce mayim de Yesod, créer l’homme: l’homme solaire, le véhicule du Christ, Héraclès, le Bodhisattva
  3. une fois cet homme créé, alors le Christ peut descendre dans le Jourdain et s’incarner à l’intérieur de l’âme. C’est le baptême – le baptême d’eau et de feu

Tout cela est synthétisé dans cette très brève histoire. Elle a des niveaux et des niveaux et des niveaux et des niveaux de signification. Le baptême n’est pas une seule chose. Dans cette conférence, nous parlons en synthèse.

« Et Jésus, lorsqu’il fut baptisé, monta tout de suite hors de l’eau [inférieure] [Éden / Yesod]: et voici, les cieux [shamayim / Daath] lui furent ouverts, et il vit l’Esprit de Dieu [Ruach Elohim] descendant comme une colombe. »

Et qui est la colombe sinon le cygne Hamsah? C’est le cygne de pureté, l’oiseau de l’Esprit Divin, la Mère Divine, Sarasvati. C’est le cygne Kala-hamsah, comme on l’appelle aussi, ou « le cygne du temps ». Hamsah signifie « cygne » et kala signifie « temps ».

Kalachakra Tantra

Vous connaissez peut-être le terme kala d’une tradition appelée Kalachakra. Chakra signifie « roue », donc Kalachakra signifie « la roue du temps ».

Kalachakra est un Tantra, une Écriture qui a été donnée par le Bouddha et qui a été préservée au Tibet pendant une longue période. Ces dernières années, le quatorzième Dalaï-Lama a mené de nombreux rituels pour initier les gens au Kalachakra Tantra. C’est très intéressant pour nous de le connaître, car en cours d’initiation au Kalachakra, le rituel dure treize jours. Vous souvenez-vous de la lettre Hébraïque Mem? C’est la treizième lettre de l’alphabet Hébreu et symbolise l’eau.

Au cours de ces treize jours, le disciple qui est initié au Kalachakra passe par sept initiations. Rappelez-vous que le nom Jean, Jah-hanan, est organisé en sept voyelles liées au sept chakras et sept corps. Dans chacune de ces sept initiations, les disciples reçoivent une bénédiction d’eau. Le lama, le prêtre, arrose de l’eau sur les disciples et tamponne de l’eau sur leurs chakras pour les préparer à la pratique du Kalachakra.

Cela devient plus intéressant lorsque vous comprenez que l’image principale du Kalachakra est une grande peinture du père et de la mère en union sexuelle. Le père est appelé yab en Sanskrit; la mère est appelée yum. Leur union est Kalachakra, la roue du temps, d’où émerge la création.

Les disciples du Kalachakra sont tenus de prononcer une série de vœux. Le vœu principal? Ne jamais libérer l’énergie sexuelle. On dit au pratiquant initié du Kalachakra que tout son succès dans la réalisation et la pratique des pratiques rituelles et secrètes du Kalachakra dépend de ne jamais émettre d’énergie sexuelle du corps, de ne jamais avoir d’orgasme. C’est la base de la tradition. S’ils perdent cette énergie, cela s’appelle une faute, une rupture du vœu, et cela arrête leur progression. Vous pouvez donc voir dans Kalachakra ce que nous enseignons ici dans la Gnose. Le Kalachakra est une forme de baptême.

Mais revenons à notre histoire sur Jean et Jésus: lorsque cette colombe (le cygne Kala-hamsah) est descendue et s’est allumée sur Jésus (l’illuminant dans la glande pinéale), c’est le pouvoir du Shin, de l’esprit, du Ruach: le souffle de vie qui remplit l’âme de vie, de lumière, d’illumination.

« Et voici, une voix venue du ciel a dit: « Voici mon Fils bien-aimé, en qui je me réjouis. »

Le fils est Christ. Un Bodhisattva est un Fils, car un Bodhisattva incarne le Christ.

Cette histoire est donc profondément symbolique. Ce que nous voyons dans l’histoire – en synthèse -, c’est comment en effectuant le sha-mayim, le portage de l’eau, nous entrons dans shamayim, le ciel. Jean symbolise l’âme, l’initié lui-même, qui, par ses propres efforts, ramasse les eaux du fleuve de la vie, l’eau sexuelle, et l’amène à sa tête (à travers la transmutation sexuelle) et se baptise. C’est ainsi que le Christ émerge à l’intérieur de nous.

Transmutation Sexuelle

La pratique de la transmutation sexuelle se fait de plusieurs façons.

Un(e) célibataire peut transmuter son énergie sexuelle. Un(e) célibataire ne peut pas créer l’homme, l’âme.

Un(e) célibataire peut être baptisé(e) et peut entrer dans les mystères liés au baptême. Quand ils reçoivent ce rituel (de quelque tradition que ce soit), ce qu’ils reçoivent et acceptent, c’est un pacte avec l’Église Gnostique, avec le Christ; c’est un pacte de Magie Sexuelle, ou prêtrise, car rappelez-vous, « magie » vient de « mag », qui est prêtre. Le pacte du baptême est une promesse que l’initié répondra aux exigences de la Magie Sexuelle, qui sont de transformer les feux de la sexualité en shamayim: les eaux ardentes du ciel.

Pour achever cette transformation, nous devons être mariés. Seuls un homme et une femme unis peuvent pleinement activer, développer et contrôler et transformer les eaux du sexe. Seuls un homme et une femme unis dans le sexe peuvent concevoir et donner naissance, que ce soit physiquement ou spirituellement.

Un(e) célibataire n’a qu’une seule polarité, homme ou femme, donc il/elle ne peut pas créer la vie.

C’est dans la connexion des deux Mems de mayim que le Iod peut être transformé. Comme je vous l’ai dit, la lettre Iod représente l’homme. Donc, si nous écrivons la lettre Iod, nous voyons l’homme, ou en d’autres termes, Adam. Pour que l’homme (Adam) achève le sha-mayim, élabore le Shin (feu), il a besoin d’une femme. Il a besoin d’approcher l’Arbre de la Connaissance: le sexe, qui est le domaine de Jah Hevah: יהוה IHVH. Jah-hevah (Iod-Hei-Vav-Hei) est Adam et Eve.

  1. י Iod: phallus ou homme
  2. ה Hei: utérus
  3. ו Vav: l’homme ou la colonne vertébrale
  4. ה Hei: femme

Aussi:

  • י Iod: homme (Adam)
  • הוה Hei-Vav-Hei: Eve

Ici, nous voyons Adam et Eve, homme et femme. Pour que ces deux, homme et femme entrent dans le shamayim (ciel), ils ont besoin du Christ. Personne ne vient au Père que par le Fils.

« Jésus lui dit: « Je [Christ: le feu] suis le chemin, la vérité et la vie: nul ne vient au Père que par moi ». » – Jean 14: 6

Le feu est le chemin.

Le Christ en dit autant:

« Je [Christ] suis venu pour envoyer du feu [Shin] sur la terre [adamah]… »

Le Christ est venu pour envoyer du feu sur la terre, le corps. C’est lui qui fournit ce feu du sexe. Cela vient du Christ. Par conséquent, lorsque l’homme et la femme s’unissent sexuellement [י + הוה] et exploitent le pouvoir du sexe, alors la lettre Shin émerge entre eux au milieu de leur union, alors vous avez un nouveau mot:

יהשוה Yeshua, Jésus, le Christ.

Lorsque vous mettez la lettre ש Shin, le Christ, au milieu de l’homme et de la femme, le yab et le yum, vous épelez le mot Yeshua ou Jehoshua, qui indique Jésus, le Christ. Par l’union sexuelle, par la coopération sexuelle, par la maîtrise du feu sexuel, le sauveur naît.

Il convient également de noter le mot Hébreu משיח Messiah, qui signifie « l’oint »:

Ce mot est constitué par:

  • מ Mem: les eaux
  • ש Shin: les feux
  • י Iod: l’homme ou le phallus
  • ח Cheth: justice ou « séparer » (les eaux)

Jésus a déclaré que pour entrer au ciel, nous devons naître de nouveau, d’eau et d’Esprit. Nous devons naître de mayim (eau) et de Shin: feu. Lorsque nous prenons au sérieux le pacte du baptême et que nous unissons l’homme et la femme dans l’acte sexuel pour transformer le Shin, alors cette énergie (le feu et l’eau) est transformée et monte la colonne vertébrale vers le cerveau (schamayim), et c’est ainsi que le serpent est élevé sur le bâton, que le fils de l’homme est ressuscité dans le désert.

« Et comme Moïse a élevé le serpent [kundalini] dans le désert, de même le Fils de l’homme doit être élevé… » – Jean 3:14

Le Christ est ressuscité à partir des eaux inférieures aux eaux supérieures et cela est appelée Kundalini : le feu de la Pentecôte qui s’est allumé sur les têtes des apôtres dans le livre des Actes.

« Et soudainement, un son venant du ciel [schamayim] vint comme un vent puissant et violent [ruach], et il remplit toute la maison où ils étaient assis.

Et il leur apparut des langues fendues comme du feu, et elle était assise sur chacun d’eux.

Et ils étaient tous remplis du Saint-Esprit… » – Actes 2: 2-4

Ce feu de la Pentecôte est Shin, le feu du Christ. Lorsque ce feu monte dans la colonne vertébrale et remplit le cerveau de nos propres shamayim personnels, la glande pinéale est saturée d’une énergie à très haut voltage, qui est ce feu venant du sexe.

Ici, nous voyons dans le microcosme de notre corps, la relation entre les mayim de Yesod et les shamayim des eaux autour du cerveau. Même les scientifiques savent que les eaux qui entourent le cerveau sont chimiquement similaires aux eaux du sexe. Cette énergie est transférée à travers des canaux vitaux (les fleuves de l’Éden) dans la colonne vertébrale et sature le cerveau avec ce que dans l’Hindouisme on appelle Ojas, qui est le feu.

Ojas est l’énergie sexuelle transformée. Ils disent en Inde qu’un homme qui a beaucoup d’Ojas dans son cerveau est extrêmement puissant, magnétique, performant, intelligent, brillant, attrayant pour les autres, est un prophète. Et cela est symbolisé dans l’histoire du baptême, lorsque Jésus se lève des eaux, la colombe des shamayim se pose sur sa tête et Jésus monte dans les shamayim, Jésus symbolisant cette énergie transformée.

Eau Vive

Dans les Évangiles, il est écrit:

« Au dernier jour, ce grand jour de la fête, Jésus [Yeshua, le Sauveur] s’est levé et a crié en disant: « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Celui qui croit en moi, comme le dit l’Écriture, de son ventre couleront des fleuves d’eau vive. »

L’eau vive en Hébreu est mayim-hayim. Nous trouvons des références à l’eau vive à travers les Écritures dans les traditions Chrétienne et Hébraïque. La définition superficielle de l’eau vive est « eau douce », mais ce n’est pas le vrai sens, et il est facile d’arriver au vrai sens. Où pouvez-vous trouver des « eaux de vie » – à partir de quelles eaux la vie émerge-t-elle? Évidemment, ce sont les eaux du sexe: les eaux du ventre et les eaux du semen. Lorsque ces eaux sont croisées, la vie émerge.

Jésus dit que nous devons naître de nouveau de l’eau et de l’Esprit. « Ce qui est chair naît de la chair et ce qui est esprit naît de l’esprit. » Il existe deux formes de naissance: physique et spirituelle. En exploitant l’eau vive, nous exploitons le Christ au sein des mayim. Et c’est pourquoi il est dit dans le livre des Proverbes:

« Bois des eaux de ta propre citerne et des eaux vives de ton propre puits. Que ta fontaine soit bénie et ait la joie de la femme de ta jeunesse.

En d’autres termes, conservez votre énergie sexuelle et les eaux de votre propre fontaine revitaliseront votre propre Arbre de Vie. Nous savons que c’est la bonne interprétation, car dans le livre de Lévitique (Vayikra) écrit par Moshe (Moïse), il a écrit:

« Lorsqu’un homme décharge du semen, il doit plonger tout son corps dans un Mikvah (un bain rituel), puis reste impur jusqu’au soir. »

C’est très clair. La libération de l’énergie sexuelle produit une impureté, une saleté. C’est ce qu’on appelle la « fornication ».

Le mot « fornication » est mal traduit et mal défini depuis des centaines d’années. Mais quand vous connaissez la doctrine ésotérique, vous savez que la fornication se réfère à l’orgasme.

Cet enseignement est caché dans de nombreuses écritures.

« Quiconque émet du semen en vain mérite la mort. » – Talmud: Tractate Niddah Folio 13a, Chapitre II

« Il est interdit d’émettre du sperme à gaspiller, et ce péché est plus grand que tout autre péché de la Torah. » – Even Haezer Siman 23

« Les gouttes ne doivent pas être éjaculées. » – Un Manuel de Pratique sur les Six Yogas de Naropa: Prendre la Pratique en Main par Jey Lama Tsongkhapa

« La goutte [d’énergie sexuelle] qui descend [de l’intérieur vers l’organe sexuel] doit être retenue [pas d’orgasme], inversée,

Et diffusée aux sites appropriés. » – Versets Vajra de la Tradition Chuchotée par Naropa

La grande épouse de Padmasanbhava (Guru Rinpoché), qui s’appelait Yeshe Tsogyal, était une princesse au Tibet qui pratiquait le Karmamudra avec lui. Karmamudra signifie « sceau d’action » et est la pratique sacrée de la transmutation entre l’homme et la femme. Dans l’un de ses enseignements, elle a dit:

« Si l’essence de la graine est perdue, en réalité, le karma de tuer un Bouddha est engagé. À tout prix, gagnez en maîtrise de soi. »

La décharge de l’énergie sexuelle produit de la douleur, produit de la souffrance, produit une perte de vitalité ou d’énergie vitale. C’est ainsi que nous tuons notre propre Bouddha intérieur, comment notre propre arbre est privé de fruits et sera abattu.

Quand Adam et Eve ont mangé le fruit de l’arbre de la connaissance (le sexe), ils ont découvert la douleur et la souffrance.

« La femme a vu que l’arbre [de la connaissance: le sexe] était bon à manger et désirable pour les yeux, et que l’arbre était attrayant comme moyen d’acquérir l’intelligence [le Saint-Esprit]. Elle a pris un peu de son fruit et l’a mangé. Elle en a également donné à son mari et il en a mangé.

Les yeux de chacun d’eux s’ouvrirent et ils réalisèrent qu’ils étaient nus. Ils ont cousu ensemble des feuilles de figuier et se sont fais des pagnes. » – Genèse / Bereshit 3: 6-7

[…]

« Il a dit à Adam: « Vous avez écouté votre femme et mangé de l’arbre pour lequel je vous avais spécifiquement donné des ordres, en disant: « N’en mangez pas ». Le sol [adamah] sera donc maudit à cause de vous. Vous en tirerez de la nourriture avec angoisse tous les jours de votre vie.

Il produira pour vous des épines et des chardons, et vous mangerez l’herbe des champs. » – Genèse / Bereshit 3: 17-18

[…]

« Dieu [Adonay Elohim] a dit: ‘L’homme est maintenant devenu comme l’un de nous connaissant le bien et le mal. Maintenant, il doit être empêché d’avancer sa main et aussi de prendre de l’Arbre de Vie. Il [peut] le manger et vivre éternellement [dans le péché]!’

Dieu [Adonay Elohim] a banni [l’homme] du Jardin de l’Éden, pour travailler la terre [adamah] d’où il a été pris.

Il a chassé l’homme [Adam] et a placé les cherubim à l’Est de l’Éden, avec la lame de l’épée tournante, pour garder le chemin de l’Arbre de Vie. » – Genèse / Bereshit 3: 22-24

C’est ainsi que la souffrance a commencé à cause des abus sexuels. La souffrance peut être éliminée en utilisant le sexe correctement. En d’autres termes, nous avons quitté Éden (bonheur) à cause du sexe. Nous retournons au bonheur par le sexe.

Certains Kabbalistes disent que les Cherubim sont des anges de destruction et de mort. L’homme ne peut retourner en Éden (bonheur) que par la mort, et avant de le faire, il doit passer par ces anges du purgatoire (Bachya) et être approuvé: les causes du premier péché doivent avoir été complètement éliminées. Certains Kabbalistes disent également que ces anges doivent approuver toute approche de l’Arbre de Vie afin d’obtenir une vision; en d’autres termes, la mort du péché à l’intérieur de nous (nos egos) accorde le bienfait des visions intérieures. C’est pourquoi il y a des Cherubim sur l’Arche (Exode 25:18) et dans la vision d’Ézéchiel (Ézéchiel 1: 5, 10:15).

Nous devons être guéris parce que nous sommes tous des enfants de la fornication. Nous tous, sans exception. Nous devons être guéris de nos erreurs passées et entrer dans les mystères, et c’est pourquoi nous avons besoin du baptême.

Par le baptême en nous-mêmes, sexuellement et psychologiquement, nous nous engageons à changer. C’est un pacte, un vœu, d’apprendre à respecter la force du Christ, l’intelligence (Binah) de Dieu, le Saint-Esprit, qui est dans nos propres eaux sexuelles. Nous devons apprendre à respecter cette force et à suivre les lois de Dieu – les lois qui se reflètent dans toutes les traditions anciennes, mais obscurcies et perdues par l’égoïsme des hommes.

Les Eaux Curatives

Concernant cette guérison, nous trouvons une Écriture dans le livre de Jean 5:

« Maintenant, il y a à Jérusalem près du marché aux moutons une piscine, qui est appelée dans la langue Hébraïque Bethesda, ayant cinq porches. »

Bethesda signifie « la maison de la cascade ».

« Dans ces porches gisait une grande multitude de gens impuissants, impuissants, faibles, affaiblis, aveugles, arrêtés, flétris, attendant le mouvement de l’eau.

Car un ange descendit à une certaine saison dans la piscine et remua l’eau: celui qui, le premier après le trouble de l’eau est intervenu, a été guéri de la maladie qu’il avait.

Et il y avait un certain homme qui avait une infirmité, trente-huit ans.

Lorsque Jésus [Yeshua], le voyant allongé là et sachant qu’il était maintenant depuis longtemps dans ce cas, il lui dit: « Veux-tu être guéri? »

L’homme impuissant lui répondit: « Monsieur, je n’ai pas d’homme, quand l’eau est trouble, pour me mettre dans la piscine: mais pendant que j’arrive, un autre marche devant moi. »

En d’autres termes, voici un homme impuissant. Nous utilisons maintenant le mot impuissant par rapport à la faiblesse sexuelle, n’avoir aucun pouvoir sexuellement. De nos jours, cela devient de plus en plus fréquent chez les femmes et les hommes, mais personne n’ose demander pourquoi. C’est parce qu’ils ont perpétuellement, provoqué une dépendance, gaspillé leur énergie sexuelle jour après jour, épuisant leur propre Arbre de Vie, de sorte que leur propre Arbre de Vie, leur propre âme, leur propre corps, se dessèche, meurt, devient cancéreux, malade, alors le feu viendra le nettoyer à travers la mort et la souffrance, afin qu’ils puissent réessayer plus tard.

Cet homme impuissant se trouve au bord de la piscine à la maison de la cascade, ce qui signifie qu’il sait quelque chose sur le baptême. Il sait que les eaux peuvent le guérir, mais il n’a pas « d’homme » pour le mettre à l’eau. En d’autres termes, il n’a pas de Jean-Baptiste. Il n’a pas de baptiseur; il n’a ni Bodhichitta ni Bodhisattva; il n’a pas créé l’âme. Alors, que dit Jésus?

Yeshua, le Sauveur, lui dit: « Lève-toi, prends ton lit et marche. »

Le sens est explicitement clair:

« Lève [ton Shin dans tes propres eaux] toi, et prends ton lit [de mariage, ton lit de Tantra, ton lit de transmutation entre homme et femme], et marche [sur le chemin de la rédemption, du retour en Éden]. »

Et de cette façon, vous créerez l’homme.

« Et aussitôt [par le Christ] l’homme fut guéri, et prit son lit, et marcha: et le même jour était le Sabbath. »

Vous savez dans la Bible, dans la Genèse, le Sabbath est le jour où Dieu se repose. Pourquoi? Parce qu’il a créé l’homme.

Dans la tradition Hébraïque, le baptême est caché dans la pratique de la Mikvah. La Mikvah est un bain rituel. Les Juifs et les personnes qui adhèrent à cette tradition se baigneront régulièrement; tout au long de leur vie, ils vont dans des piscines sacrées et se baignent et cette histoire en est le reflet. Bien sûr, dans la plupart des cas, les pratiquants de cette tradition ne connaissent pas le sens ésotérique: qu’en nous baignant dans les eaux sexuelles, nous pouvons être nettoyés de l’impureté.

Ils ont une prière qu’ils répètent quand ils vont au bain:

Kuma Adonai Veyafutzu Oyevehha, Veyanusu Misanehha Mipanehha.

Lève-toi Iod-Havah et que tes ennemis soient dispersés et que ceux qui te haïssent fuient devant toi. – Nombres 10: 35

C’est bien sûr symbolique.

« Lève-toi, oh Seigneur. » Nous avons besoin du Seigneur, du Christ (Iod, Hei, Vav, Hei), du Shin, dans notre sexe, pour s’élever le long de la colonne vertébrale – de l’énergie sexuelle, des organes sexuels, de la colonne vertébrale à la glande pinéale, et en faisant cela disperser les ennemis du Seigneur, qui sont dans notre propre mental: l’ego, notre propre luxure, notre orgueil, notre colère, notre envie, nos péchés d’adultère et de fornication.

« ..et que ceux qui te haïssent fuient devant toi (et la conquête de la terre devient instantanée.) » La terre est la terre, la terre est nous. Nous avons besoin du Seigneur pour conquérir notre terre, pour être le commandant en chef de notre maison, pour être le prêtre de notre temple. C’est ce que dit cette prière et cela révèle la relation entre le baptême et le pardon des péchés.

Le Pardon des Péchés

Il y a beaucoup de Chrétiens qui croient à tort que dès qu’ils sont baptisés, leurs péchés sont pardonnés et ils sont faits. Ils ont reçu un baptême, et maintenant ils vont aller au ciel. Aussi simple que cela. Nulle part dans les Évangiles elles ne disent cela. C’est une interprétation malheureuse. Les Évangiles affirment le contraire: que seuls les parfaits entrent dans le ciel. Le Christ a dit:

« Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes: je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir. » – Matthieu 5:17

« Car je vous dis que si votre justice [vertu] n’excède pas la justice des scribes [intellectuels] et des Pharisiens [croyants], vous n’entrerez en aucun cas dans le royaume des cieux. » – Matthieu 5:20

« Vous avez entendu qu’il a été dit par ceux d’autrefois: Tu ne commettras pas d’adultère: Mais je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. » – Matthieu 5: 27-28

« Soyez donc parfaits, comme votre Père qui est au ciel est parfait. » – Matthieu 5:48

Sommes-nous parfaits pour entrer au Ciel? Pas tant que nous avons à l’intérieur de nous les causes du crime: orgueil, colère, luxure, envie, jalousie, etc.

« Mais les craintifs et les incroyants, les abominables, les meurtriers, les prostitués, les sorciers, les idolâtres et tous les menteurs auront leur part dans le lac qui brûle de feu et de soufre: qui est la seconde mort. » – Apocalypse 21: 8

Nous le sommes tous. Nous sommes tous des fornicateurs, des adultères, des voleurs et des meurtriers parce que nous savons que le Christ a dit:

« Même si vous regardez une femme avec luxure, vous avez commis un adultère avec elle dans votre cœur. »

… ce qui signifie que vous ne pouvez pas entrer au ciel. Cela est vrai de tous les crimes.

Nous ne pouvons pas entrer dans les shamayim tant que nous commettons ces crimes dans le mental. Tant que le potentiel de criminalité est à l’intérieur, nous sommes imparfaits et nous avons une maladie: une maladie de la psyché.

Pour être pardonné de ces maladies, pour gagner le droit d’entrer au ciel, nous devons devenir doux et pauvres, ne pas être riches psychologiquement, mais n’avoir aucune de ces possessions dans le mental. Et c’est le grand secret de l’énergie sexuelle. Cette même énergie, ce feu, que nous utilisons pour créer une naissance physique, crée également la naissance sexuelle, la naissance spirituelle à l’intérieur. Cette même énergie est le créateur et le destructeur. Shiva est le dieu créateur et destructeur, le Saint-Esprit. Ce feu du Saint-Esprit peut vaincre les Égyptiens. N’est-ce pas? Les Égyptiens symbolisent nos propres égos, tous nos péchés, toutes nos erreurs. Lorsque nous exploitons ce feu, nous apprenons à l’utiliser pour éliminer l’ego.

C’est pourquoi, dans le livre du Lévitique, il est dit que lorsqu’un homme a une émission de semen, il doit se laver dans la Mikvah, dans le bain sacré de transmutation et être impur jusqu’au soir. Le soir est un symbole de mort. C’est alors que le soleil se couche et que l’obscurité arrive. En d’autres termes, nous serons impurs jusqu’à ce que l’ego soit mort. Il ne dit pas que la Mikvah, le bain, le baptême vous purifieront de vos péchés, il dit que le soir le fera. Et le soir c’est la mort. Ce n’est que par la mort de l’ego que la propreté vient. La Mikvah, le baptême aide, car c’est là que nous exploitons cette force afin de la diriger contre l’ego.

La Mort de l’Ego

Cette mort comporte trois phases essentielles:

  1. La transmutation est la première étape. Nous devons transmuter l’énergie sexuelle, nous efforcer réellement dans notre propre baptême, « boire » spirituellement ces eaux à l’intérieur, les recycler, les restaurer, nous régénérer.
  2. La deuxième étape est la méditation: auto-réflexion, auto-enquête. C’est le processus par lequel nous apprenons à connaître notre ennemi. Nous devons étudier notre ennemi, qui est notre propre mental. Une fois que nous connaissons cet ennemi et que nous commençons à voir les profondeurs de cet ennemi, non seulement les caractéristiques physiques et superficielles, mais les Klipoth, notre propre mental subconscient, inconscient et infra-conscient, qui ne sont pas visibles du monde physique, alors nous pouvons commencer à prier pour l’élimination de ces ennemis. Ils ne peuvent pas être éliminés si nous ne les avons pas compris. En d’autres termes, si nous gardons à l’intérieur de nous le potentiel de commettre un crime, ce péché ne peut pas être pardonné parce que la cause du péché est toujours là. Nous devons comprendre pleinement le crime et comprendre pleinement pourquoi nous n’avons jamais besoin de le répéter. Lorsque cette compréhension est complète, ce crime peut être supprimé, cette source.
  3. Élimination, mort. Jean-Baptiste est décapité. L’ego est mort.

Ce qui est intéressant, c’est que la transmutation de cette énergie est une pratique qui a plusieurs formes. J’en ai mentionné un, qui est l’union du mari et de la femme qui est appelé Tantra, Maithuna, Urdvureta, Karmamudra – ces différents noms font référence aux pratiques des couples.

Pour les célibataires, il existe une variété de pratiques appelées en Sanskrit Pranayama. L’un des principaux que nous enseignons dans la Gnose est appelé Ham-Sah, qui est également le nom de cet oiseau sacré, le Ruach Elohim, qui flotte sur les eaux de Shamayim.

Lorsque nous exploitons cette énergie, nous commençons à donner à notre propre Être Intérieur [les Cherubim] le pouvoir de porter des fruits sur notre arbre. Lorsque nous transmettons la puissance du Shin à notre Dieu et que nous renforçons cet arbre et devenons féconds à l’intérieur, notre propre Être Intérieur peut utiliser cette énergie pour détruire notre ego, et c’est ainsi que le Christ devient notre Sauveur. « Personne ne vient au Père que par moi » signifie que personne ne vient au Père que par le Shin, par le feu, par le Christ, par l’énergie sexuelle. Et cette énergie détruit l’ego et nous libère de la souffrance.

Cela explique l’histoire du dieu Indra dans le Rig Veda. Indra a dans sa main un Vajra, qui signifie « coup de foudre », mais ce coup de foudre symbolise un phallus, l’organe sexuel, et ce Vajra est le principal symbole du Vajrayana, qui est le Tantra au Tibet. Le coup de foudre, le phallus, est le Iod Hébreu; c’est l’outil principal d’Indra, le Iod, la force sexuelle. Or dans le Rig Veda, le démon Vritra a volé toutes les eaux de la terre. En d’autres termes, l’ego a volé notre eau sexuelle. Indra, qui est lié à ce triangle supérieur ci-dessus, tue le démon Vritra en utilisant le Vajra. Et quand il le fait, toutes les eaux sont retournées sur la terre et la vie recommence.

Ce que cela implique pour nous, c’est que nous devons travailler; ce n’est pas quelque chose qui peut être réalisé du jour au lendemain. Cela demande beaucoup d’efforts. Nous ne sommes pas sauvés simplement parce que nous croyons en quelque chose. Nous devons nous transformer. C’est pourquoi le baptême, qui est lié à Yesod, est le fondement du temple. Yesod signifie fondement. Le baptême est le fondement de l’Église Gnostique.

Pour entrer dans l’Église Gnostique, vous devez être baptisé. Cela ne signifie pas que vous devez passer par un rituel physique; cela signifie que vous devez être baptisé à l’intérieur, sexuellement. En d’autres termes, vous devez devenir chaste et entrer dans le chemin de la chasteté, et à partir de cela, vous frappez à la porte de l’initiation et pouvez entrer dans l’Église Gnostique.

Sur cette note, nous terminerons la conférence avec une courte écriture du Rig Veda. Mais pour comprendre cela, permettez-moi d’expliquer un dernier point. Dans le Rig Veda, Shin est appelé Agni, qui signifie feu.

Les Eaux de la Vie

« Eaux, vous êtes celles qui nous apportent la force vitale. Aidez-nous à trouver de la nourriture pour que nous puissions envisager une grande joie.

Laissez-nous partager la sève la plus délicieuse que vous ayez, comme si vous étiez des mères aimantes.

Allons directement à la maison de celui pour qui vos eaux nous donnent la vie et nous font naître.

Pour notre bien-être, que les déesses soient une aide pour nous, que les eaux soient à boire. Laissez-les faire pour que le bien-être et la santé nous envahissent.

Maîtresse de toutes les choses qui sont choisies, dirigeantes de tous les peuples, les eaux sont celles que je supplie pour une cure.

Soma m’a dit que dans les eaux se trouvent tous des remèdes et Agni qui est salutaire à tous.

Eaux, donnez votre cure comme une armure pour mon corps, afin que je puisse voir le soleil (Christ) pendant longtemps.

Eaux, emportez loin de moi tout ce qui a mal tourné en moi, que ce soit ce que j’ai fait dans une tromperie malveillante ou tout mensonge auquel j’ai juré.

J’ai cherché les eaux aujourd’hui; nous nous sommes joints à leur sève. O Agni (feu) plein d’humidité, viens m’inonder de splendeur. »

Questions et Réponses

Q: Que diriez-vous aux couples qui sont ensemble depuis de nombreuses années qui disent « eh bien, vous savez, nous avons eu des orgasmes, et nous avons forniqué, et nous sommes toujours ensemble, et nous nous aimons,… et aussi aux médecins et professeurs qui disent que l’orgasme, que ce soit par des rapports sexuels ou par la masturbation, est une bonne chose…

R: Eh bien, nous disons qu’ils ne peuvent connaître que ce que leurs sens physiques leur disent, ce qui est très limité. Ils ne sont pas membres de l’Église Gnostique; ils n’ont pas éveillé leur conscience et ils ne sont pas entrés dans l’initiation. Ils ne connaissent rien aux qualités de l’esprit; ce sont les Pharisiens et les Sadducéens de la Bible qui croient et théorisent, mais ne savent pas. Il existe de nombreuses théories, et nous sommes libres de croire ce que nous aimons, et d’utiliser les données ou le raisonnement que nous voulons pour justifier nos comportements, mais si nous voulons entrer au ciel, Shamayim, nous devons compter sur ceux qui ont été là, qui connaissent ce domaine – et ce sont les grands prophètes, les avatars. Ils enseignent tous universellement: n’atteignez pas l’orgasme. C’est la base de l’enseignement, la base de la tradition. Et beaucoup de gens trouvent des millions d’excuses pour lesquelles ils ne peuvent pas abandonner l’orgasme, pourquoi ils devraient le faire, pourquoi il est sain. Et c’est très bien; ils sont libres de le faire. Ils doivent juste en supporter les conséquences. Il est triste qu’ils aient choisi d’ignorer les causes de la souffrance.

Q: Que diriez-vous d’un Yogi élevé comme Yogananda qui vient et donne les enseignements à l’Occident et n’a jamais pris de femme… Quelqu’un en Occident regarde sa vie et voit qu’il n’a jamais pris de femme et ils ont cette impression que,… rester célibataire évidemment…

R: Eh bien, pour comprendre le point de vue de la variété des yogis qui ont enseigné le yoga, nous devons garder à l’esprit qu’il existe plusieurs niveaux d’enseignement. Le Bouddhisme Tibétain lui-même est organisé à de nombreux niveaux, tout comme l’Hindouisme. Yogananda était un pratiquant de Kriya Yoga, mais il a refusé les enseignements supérieurs; il les a rejetés. Son instructeur, qui était marié, voulait initier Yogananda aux enseignements supérieurs et lui a dit: « Il est temps pour toi d’avoir une femme », et Yogananda s’est éloigné et a dit non, il ne le voulait pas. Et c’était son droit.

Nous avons tous le droit de choisir la façon dont nous voulons aborder le chemin, mais en cela nous devons garder à l’esprit: nous n’obtiendrons que ce que nous gagnons, en fonction de ce que nous faisons. Nous n’obtenons que les conséquences de nos actions. Si nous voulons entrer dans les niveaux les plus élevés, nous devons utiliser les meilleures pratiques. C’est assez simple.

Naturellement, nous devons être prêts à travailler à ces niveaux. Dans les âges passés, l’humanité n’était pas préparée à ces enseignements et ils étaient donc gardés secrets et donnés uniquement à ceux qui étaient préparés. C’est pourquoi, au cours des siècles et des siècles, tous les étudiants de toutes les traditions, Orientales et Occidentales, ont dû d’abord éveiller leur conscience. S’éveiller: avoir des capacités conscientes au-delà des sens physiques. Une fois qu’ils ont développé cela, ils ont pu comprendre cette doctrine.

Maintenant la fin de l’âge est venue; le temps presse. En tant qu’acte de compassion, l’Église Gnostique a autorisé la diffusion publique de cette connaissance, afin que ceux qui en profiteront puissent et ceux qui ne l’auront pas, aient ce libre arbitre. Ils sont libres de choisir.

Q: Qu’en est-il des gens qui pratiquent le Tantra, pas nécessairement au sein de l’Église Gnostique,… et s’ils s’abstiennent de l’orgasme, mais pour d’autres raisons,… évidemment toujours bénéfiques, non? mais ils ne gagnent probablement pas… Quels effets cela aurait-il sur eux?

R: La question concerne ceux qui pratiquent la rétention d’énergie sexuelle, mais plus comme curiosité ou comme expérience.

Ils ont besoin de savoir que Dieu n’est pas mécanique. Dieu est une intelligence. Le Christ est une grande intelligence; la Mère Divine est une grande intelligence. Et la Kundalini, ou Candali, ce feu sacré qui s’éveille à partir des pratiques du Tantra, est l’intelligence même de Dieu. C’est Shin, c’est le feu du Christ, qui est pure sagesse. Ce feu ne s’éveillera pas sans en satisfaire spécifiquement les exigences. C’est impossible. Il y a beaucoup de gens qui écrivent des livres, enseignent des cours, facturent de l’argent, voyagent et enseignent ceci et cela sur le Tantra et la transmutation, etc. etc. Et ils peuvent faire toutes les pratiques du Tantra qu’ils veulent et transmutent leur énergie sexuelle, ils peuvent lire autant de livres qu’ils le souhaitent et s’initier à n’importe quelle tradition, mais s’ils ne satisfont pas aux exigences du Christ, ils n’éveilleront jamais la Kundalini.

La Kundalini est une force de moralité, de pureté, de sainteté. Cela signifie qu’elle s’éveille par rapport à la destruction de notre ego, à notre capacité à entrer consciemment en harmonie avec les lois du Christ – et par Christ je veux dire cette force, pas la Chrétienne, pas une force Chrétienne, mais Christ: Chenresig, Avalokiteshvara, Krishna, Quetzacoatl, Kukulkan, Kuan Yin, Herakles, Jupiter, ce sont tous des noms du Christ….

Nous pouvons être de n’importe quelle tradition et nous pouvons pratiquer cette technique dans n’importe quelle religion, mais à moins de satisfaire aux exigences morales, ce feu ne peut pas s’éveiller.

Il y a des gens qui jouent à des jeux, qui couchent avec différents partenaires, qui pratiquent la transmutation, mais psychologiquement, ils sont toujours des voleurs et des meurtriers et des adultères et des menteurs parce que l’ego est toujours vivant en eux. Donc, en eux, il n’y aura pas de rédemption.

Rasputin en est un excellent exemple. Raspoutine était un moine en Russie qui a appris les pratiques de transmutation et est allé en Russie et les enseignait et pratiquait avec de nombreuses femmes; il a éveillé beaucoup de pouvoir, mais en tant que démon. C’est précisément le grand danger de cette technique et pourquoi elle a été gardée secrète; pourquoi il était nécessaire que les gens éveillent d’abord leur conscience, afin de voir les réalités de l’ego et les réalités du karma.

Le karma est réel; c’est la cause et l’effet. Quand je dis que nous devons respecter la loi, c’est cela: cause et effet.

Cette technique est extrêmement puissante, mais doit être utilisée en harmonie avec la loi de cause à effet. En d’autres termes, si nous commençons à transformer cette énergie, mais nous ne la dirigeons pas pour détruire l’ego, il y a une création qui se produit, il y a une naissance qui se produit: c’est la naissance d’un démon, d’un diable.

Q: Cela signifie-t-il que… c’est vraiment évident maintenant… c’est peut-être pour cela que cela a été gardé secret pendant si longtemps, que certaines personnes ne voudront pas l’utiliser de cette manière…

R: C’est vrai. C’est pourquoi dans le livre Les Mystères Majeurs, Samael Aun Weor a déclaré très clairement:

« … de la Gnose, on devient soit un Ange soit un diable.

Après un faux pas, beaucoup continuent de rouler vers le bas dans l’abîme et finalement les cornes poussent sur eux et ils deviennent des démons. Telle est la remarquable réalité de la Gnose.

Car dans beaucoup de sagesse, il y a beaucoup de griefs: et celui qui augmente la connaissance augmente la douleur. – Ecclésiaste 1:18

Par conséquent, arrière, gens curieux!

Par conséquent, arrière, profanateurs! La Gnose est une épée à double tranchant, elle défend et donne vie aux humbles et vertueux; mais, elle blesse et détruit les curieux et les impurs. »

L’un ou l’autre, pas d’exception, pas de flou, rien au milieu; il n’y a pas de milieu entre eux. Vous choisissez l’un ou l’autre. Si vous utilisez ces pratiques, si vous utilisez cette sagesse, vous vous éveillerez, mais conformément à vos actes, conformément à vos œuvres, pas à vos intentions. Et c’est une chose formidable que les gens oublient.

Nous avons tous cette personnalité qui croit que lorsque nous nous relions au bon enseignement ou au bon enseignant, nous serons sauvés et tout ira bien parce que, « j’ai trouvé la vraie chose et maintenant je vais aller bien ». Je suis désolé, mais ce n’est pas vrai! Nous irons bien conformément à nos travaux, aussi simple que cela. Samael en a donné quelques exemples, notamment dans Le Mystère de la Fleur d’Or.

« Ingrat envers ses bienfaiteurs, avec beaucoup de travail en tant que chevalier, néanmoins, Brutus a accepté la Gnose et le Sahaja Maithuna…

Sans se restreindre à la connaissance d’une cause, mais tournant le dos au Guru (Maître), il a travaillé en vain dans la Forge Ardente de Vulcain parce que Devi Kundalini ne récompense jamais la trahison…

Même si l’on travaille très sérieusement avec le Yoga Sexuel, le serpent igné de nos pouvoirs magiques ne gravira jamais la colonne vertébrale des traîtres, meurtriers, adultères, violeurs et pervers…

Devi Kundalini ne devient jamais complice du crime; le Feu Sacré monte selon les mérites du cœur.

La Magie Sexuelle est essentielle, mais sans sainteté, l’accomplissement spirituel est impossible…

Brutus s’est lamentablement trompé en pensant que la Kundalini était mécanique; la Mère Divine est très exigeante…

Pour les indignes, toutes les portes sont fermées, sauf celle du repentir. Malheureusement, Brutus ne voulait pas frapper à cette porte, et au lieu de s’élever par le canal rachidien, le Feu Sacré fut jeté du coccyx se transformant en l’abominable organe Kundabuffer: la queue de Satan…

Une nuit étoilée dans les mondes supérieurs, tout en discutant avec mon grand ami le radieux Ange Adonaï, qui a maintenant un corps physique, j’ai reçu une nouvelle extraordinaire.

‘Cet homme (Brutus)’, a déclaré l’ange, ‘s’est éveillé dans le mal et pour le mal.’

Je l’ai confirmé quelques jours plus tard en le rencontrant dans les mondes supérieurs… »

Cet homme a pratiqué la Magie Sexuelle avec sa femme et a pensé que simplement à cause de cela, il s’éveillerait en tant que prophète ou ange dans les mondes internes, en tant que maître blanc. Il s’est éveillé, et il s’est éveillé en tant que maître, mais dans le mal, et il ne le savait pas. Il pensait qu’il allait bien. Il a continué à penser qu’il allait bien jusqu’au jour de sa mort. Et il avait éveillé la conscience, et il avait des pouvoirs, et il avait de nombreux disciples qui se battaient encore bec et ongles pour protéger son héritage et ses enseignements. Et c’est très triste.

Q:… le vrai mariage est un pacte… la mort de l’ego… et on me dit depuis de nombreuses années que vous devez encore y aller… coutumes… se marier dans une église ou un hôtel de ville… pourriez-vous clarifier tout l’aspect du mariage?

R: Nous allons approfondir le mariage, avec le sacrement du mariage, quand viendra cette conférence. Mais juste en synthèse, le mariage se produit dès que l’union sexuelle se produit. La Bible dit qu’ils seront une seule chair, et c’est le mariage. C’est aussi simple que cela, mais nous traiterons du reste dans une conférence ultérieure.

Q: Selon les enseignements et les écritures qui relèvent du terme Gnosticisme, il y avait ce genre de structure élitiste selon laquelle certaines personnes sont nées avec étincelle… et d’autres non? Comment cet enseignement répond-il à cela?

R: C’est vrai; cette étincelle qui nous donne la capacité d’éveiller la conscience est ce Iod, le point. Mais ce Iod n’est pas seulement l’énergie sexuelle, c’est la conscience, c’est notre essence. Il y a des gens qui sont nés dans le monde physique qui n’ont pas cette étincelle à l’intérieur. Ils sont ce que nous appellerions des « coquilles », Klipoth, des démons. Ce sont des gens, des gens physiques, qui se promènent et font des choses, mais qui n’ont pas de conscience, aucun sens du bien et du mal. Ils sont là juste pour agir comme des véhicules du karma. Ce sont des démons dans des corps physiques. Ce sont des gens que nous voyons constamment aux nouvelles, qui marchent dans nos rues et travaillent avec nous et parlent avec nous, jouent à des jeux et se moquent de nous et font des films et de la télévision, et font beaucoup de choses, et nous les adorons en tant que célébrités et comme de grands écrivains et de grands auteurs et musiciens et chefs spirituels, et ceci et cela. Ils ressemblent à tout le monde, mais ils n’ont pas de conscience et ils ne savent pas qu’ils sont cela. Mais le fait est que ce sont ce que nous appelons des perdus, car ils ont déjà abandonné leur propre Dieu intérieur et choisi le crime à la place.

Le danger est là pour nous de devenir comme cela aussi. Plus nous persistons à produire des actions nuisibles, plus nous enfermons notre propre conscience dans l’ego, dans le karma, dans la luxure et la colère et l’orgueil. Lorsque notre conscience est complètement enfermée dans le crime, alors notre propre Être Intérieur dit: « Je ne peux rien faire maintenant, il n’y a pas de graine que je puisse utiliser pour faire pousser un bon arbre. » C’est pourquoi le Christ dit qu’il abattra ces arbres et les brûlera. Cette combustion est dans Klipoth où l’ivraie, la coquille, qui se détache du blé, est enlevée et brûlée. À l’intérieur de cette graine, le blé, il y a le noyau de la conscience, mais cette âme ne peut plus se racheter, ils n’en veulent pas. Ils sont tellement piégés et emmêlés que, par compassion, Dieu a institué l’abîme. Et ces graines sont passées à travers ces niveaux de l’enfer afin de purifier toute cette impureté, puis après quelques milliers d’années de souffrance, elles peuvent réessayer.

Q: Donc, ces gens qui sont perdus… existe-t-il un moyen de le combattre…?

R: Il y a toujours la porte de la rédemption. Il y a toujours la porte du repentir. Elle est toujours là. Et c’est pourquoi nous voyons des anges travailler même dans les plus bas niveaux de l’enfer essayant de sauver des gens. La rédemption est toujours là; mais c’est très peu probable, car vous devez garder à l’esprit que le karma est une énergie qui se déplace dans une certaine direction, et lorsque vous avez institué une énorme quantité de force entraînant la conscience dans cette direction, qui est de plus en plus matérialiste, il est hautement improbable qu’elle change soudainement de cap. Cela peut arriver, mais il faut beaucoup de force pour la repousser dans l’autre sens. Ainsi, lorsque nous nous sentons devenir plus lourds et plus denses et plus profonds et descendre et s’aggraver, nous devons travailler deux fois plus dur pour revenir à la lumière.

Q: Vous avez dit que la transmutation et la méditation… la transmutation a de multiples objectifs et aspects. Est-ce exact, avez-vous dit que l’on est l’élimination de… se connaître d’abord pour éliminer les « Moi »,

R: Eh bien, ce que je donnais il y avait trois étapes: la transmutation, la méditation et l’élimination. La transmutation ayant différents aspects signifie qu’il existe différentes pratiques, soit en tant que célibataire, soit en couple. Et elle a des objectifs différents, à la fois pour rajeunir le corps, pour créer l’âme, et aussi pour détruire l’ego.

Q: Pourrions-nous réellement nuire en présentant cette connaissance, en particulier la clé de la transmutation à des personnes qui ne sont peut-être pas prêtes à recevoir cette connaissance? Ou sommes-nous au moment de la fin de sorte que nous devons vraiment la donner librement?

R: Nous sommes entrés dans l’Ère du Verseau et c’est l’ère de celui qui apporte l’eau. Cette eau est la connaissance incarnée par Sarasvati, la Mère Divine, qui est la Déesse de la connaissance, l’intelligence. C’est le moment où la connaissance doit être donnée librement. C’est pourquoi Samael Aun Weor a écrit tous ses livres et a donné tous ses enseignements et conférences, pour donner cette connaissance librement et ouvertement à l’humanité parce qu’ils en ont besoin.

« Il est urgent de dévoiler pour enseigner. Il est nécessaire de prêcher l’Évangile du Royaume dans toutes les nations du monde. Prêcher sans dévoiler équivaut à ne pas enseigner. » – La Magie Gnostique des Runes

C’est une grande erreur de cacher cette connaissance. La dissimulation de cette connaissance appartenait à l’ère des Poissons, qui a pris fin. À l’ère des Poissons, les poissons se cachent dans les eaux. À l’ère du Verseau, les eaux se déversent en abondance.

Maintenant, sachant cela, nous devons également comprendre comment fournir l’eau. Vous ne voulez pas étouffer quelqu’un dessus. Vous devez fournir l’eau à la personne pour la restaurer et en bénéficier, ce qui signifie que nous devons disposer de moyens habiles pour le faire. C’est quelque chose que nous devons évaluer en fonction de notre propre tempérament, de notre propre particularité, mais surtout de la capacité du récepteur.

Si le récepteur a une très petite tasse, vous ne pouvez pas y insérer un gallon d’eau, vous pouvez seulement lui donner une cuillerée ou une tasse. Et en tant qu’enseignant ou étudiant de cet enseignement qui veut aider les autres, vous devez apprendre à évaluer en fonction de votre intuition et de votre meilleur jugement comment aborder chaque personne.

C’est pourquoi Samael Aun Weor a écrit une variété de livres, avec une variété de niveaux de profondeur. Certains d’entre eux sont assez simples et adaptés aux personnes préparées à ce niveau. Certains d’entre eux sont extrêmement directs et intenses car il y a des gens qui en ont besoin.

En cette ère du Verseau, en général, nous devons donner la connaissance, pas la cacher. Elle doit être mis à disposition, car les gens la recherchent, partout. Malheureusement, ce qu’ils trouvent habituellement, c’est la magie noire, le mensonge, la pornographie et la tromperie.

Q:… la signification de Jean-Baptiste donnant l’eau dans le désert..

R: C’est pourquoi dans l’Évangile que je lis, Jean-Baptiste donne l’Évangile du Baptême dans le désert. Il symbolise le Prophète, l’Initié, le Bodhisattva qui enseigne aux autres comment transmuter. Le désert est la vie, c’est Malkuth, c’est ce monde.

Il nous faut enseigner; il est nécessaire que toutes les écoles qui appartiennent à l’Église Gnostique mettent cette connaissance à la disposition du public; c’est le dessein du Christ à cette époque. Ce n’est plus pour cacher la connaissance. C’est de la donner afin que le plus d’âmes possible puissent entrer en rédemption.

Si nous refusons la connaissance aux gens, nous commettons un crime. C’est pourquoi j’ai déclaré explicitement: le baptême est la pierre angulaire de l’Église Gnostique: la transmutation sexuelle. Si une Église Gnostique ou une école Gnostique (qui se dit Gnostique) n’enseigne pas publiquement la transmutation, elles ne sont pas Gnostiques.

Q:… l’enseignant publiquement mais n’enseignant pas la mort de l’ego

R: Eh bien, c’est un autre problème. Quand je dis transmutation, je veux dire la pratique entière, ces trois phases: transmutation, élimination et méditation. Il ne suffit pas de retenir ou de restreindre l’énergie sexuelle: nous devons la transmuter puis l’utiliser. La transmutation complète ne se produit que lorsque nous tuons l’ego. C’est alchimique; la putréfaction et la mort de l’ego doivent se produire, sinon l’âme ne peut pas naître.

Q:… qu’en est-il des exercices de respiration pour la transmutation…

R: Oui, il y en a beaucoup. Ce serait la transmutation, les exercices de respiration, les pranayamas.

Q:… y a-t-il seulement les pranayamas, ou est-ce juste un exercice de respiration?

R: Eh bien, comme je l’ai dit, il existe de nombreuses formes de transmutation; il existe de nombreuses façons de transmuter l’énergie sexuelle.

Pour un(e) célibataire, le plus puissant est un exercice de respiration comme un pranayama. Mais nous avons aussi des pratiques runiques et des pratiques Tibétaines appelées Yantra Yoga. Un(e) célibataire qui retient l’énergie sexuelle peut transmuter de nombreuses manières, même en écoutant consciemment de la musique classique ou en faisant consciemment de l’art, car il s’agit d’un processus créatif qui peut utiliser l’énergie créatrice et peut la transformer. Le chant des mantras est une pratique de transmutation. Il existe de nombreuses variétés, mais le pranayama est le plus direct. C’est là que nous exploitons le vent à travers la volonté consciente et le recyclons dans le corps.

Q: Ces deux Mems de mayim pourraient symboliser également les deux eaux de chaque gonade de l’homme ou de la femme, avec le Iod l’organe sexuel…

R: Oui, cela aurait du sens. Le point est que les deux Mems de mayim peuvent représenter les gonades des testicules masculins et les ovaires de la femme où le Iod est l’organe sexuel. Oui c’est vrai.

« Et Jésus [Christ] vint et leur parla, disant: « Tout pouvoir m’est donné dans le ciel [schamayim] et sur la terre [adamah].

« Allez donc, et enseignez toutes les nations, en les baptisant au nom de [Shin]: le Père, et le Fils, et le Saint-Esprit:

« En leur apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé: et voici, je suis toujours avec vous jusqu’à la fin du monde. Amen. »

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : Sacrament of Baptism

Sacrements de l'Église Gnostique (2)
Sacrement de Pénitence