Écrit par : Gnostic Instructor   Catégorie : Runes

La Rune Wunjo est une Rune de joie… une Rune de félicité, de bonheur et de joie. Il ressemble à la lettre P de l’alphabet Latin et à la lettre Rho de l’alphabet Grec.

wunjo

Nous avons placé le visage de Tonatiuh entre les différents symboles de ces Runes afin de vous montrer ce qui est également caché dans le visage de Tonatiuh (le cinquième soleil du calendrier Aztèque). Si vous observez, vous verrez que la Rune Wunjo est cachée dans la langue – c’est la ligne qui se trouve entre la bouche de Tonatiuh, avec la langue qui est la partie triangulaire de la Rune. Ceci est lié au vent, ce qui en Français est lié à une expression qui signifie «aller». C’est également lié au souffle, qui émane de la langue de Tonatiuh, et qui apporte de la joie. Ceci est lié, bien sûr, à la Parole.

wunjo-aztec

Si vous êtes observateur, vous verrez que cette Rune ressemble aussi à la Rune Thorn – mais ne la prenez pas par erreur. La Rune Thorn a l’épine – ou l’angle – au milieu de la ligne; précisément, comme vous le voyez ici, dans la langue de Tonatiuh, qui est au milieu de la ligne horizontale. Cependant, la Rune Wunjo est précisément à la toute fin de la langue… de la ligne verticale ou à la toute fin du flux de la ligne horizontale, du symbole. Mais en utilisant notre imagination, nous voyons que cette Rune est liée à la bouche, au centre, qui est la Parole. Comme nous l’avons dit plusieurs fois, cela se rapporte aux Trois Forces Primaires, que nous avons très largement expliquées dans la conférence précédente (Jera).

Aujourd’hui, nous allons entrer dans le sujet de cette Rune, qui se rapporte à la joie. Tout en bas du visage de Tonatiuh, vous trouverez la Rune Wunjo entre les Rune Gebo. La Rune Gebo est aussi appelé Gibor, ou Gebur, et est le X. C’est le symbole du Seigneur Christ dans l’alphabet Grec. Le Seigneur Christ est symbolisé par le X, qui est le Chi de l’alphabet Grec, et la lettre Rho, qui est le P de l’alphabet Latin – cela désigne les premières lettres du mot «Christ».

Nous trouvons aussi ce symbole merveilleux dans l’alphabet Nordique: le Gebo, qui est le X, et le P, qui est le Wunjo. Le Wunjo est la joie, ou la félicité, du Seigneur… le feu qui émerge du X, de la merveilleuse Swastika que nous avons expliqué dans les conférences précédentes.

Nous devons comprendre que chaque Rune se rapporte à une autre, parce que les Runes sont les symboles qui émergent de la Parole de Dieu… de cette langue que nous avons indiquée être la Langue d’Or. Les symboles runiques sont la racine de l’alphabet Hébreu, de l’alphabet Latin, de l’alphabet Grec et de nombreux autres alphabets. C’est un très ancien alphabet primitif, et se trouve inclus dans le calendrier Aztèque. Ce calendrier a été réalisé par des Maîtres qui connaissaient cet alphabet cryptique, que nous étudions du point de vue Gnostique.

Vous pouvez voir que cette Rune a les mêmes forces, ou les mêmes aspects, du cercle que nous avons vu dans la conférence précédente, et qui était en rapport avec Shen, Chi et Jing. Ce sont les trois énergies qui circulent et qui émanent du Divin Inconnaissable. Ce symbole est également au centre même de cette Roue du Dharma du Bouddhisme.

tree-of-life-dimensions-color-2Si vous observez la Rune Wunjo, vous verrez qu’il montre trois forces unies. Mais si vous observez la première ligne – la ligne verticale – de la Rune Wunjo, vous comprendrez que la première force (appelée Shen, ou dans la Kabbale s’appelle Kether) émerge d’une autre force que nous appelons l’Ain Soph. C’est précisément ce que nous devons comprendre quand nous voyons cette ligne verticale – que c’est une ligne qui nous montre l’Ain Soph, qui est notre propre étoile particulière… le fond même de notre propre Être. De cela émane ce qui dans la Kabbale s’appelle Kether. De Kether émane Chokmah, qui est le Fils, et Binah, qui est le Saint-Esprit, bien sûr, les Trois Forces Primaires dans l’Ain Soph Abstrait Absolu, qui est la joie.

En d’autres termes, cette merveilleuse Rune renferme quatre forces, comme vous pouvez le voir: une invisible et trois visibles. C’est le fameux Tetragrammaton, qui dans la Kabbale est expliqué avec le premier triangle de l’Arbre de Vie – Kether, Chokmah et Binah – qui émerge de l’Ain Soph.

Quand nous étudions le Zohar, qui est la Kabbale pure, les Maîtres (ou Rabbis, comme nous disons en Hébreu) expliquent que le Grand Visage appelé Kether – qui dans ce cas est au centre du calendrier Aztèque – ne montre que le côté droit. Ce côté droit est le côté qui est lié à l’univers, parce que la gauche est cachée. La gauche, bien sûr, est la partie qui se rapporte à l’Ain Soph. En d’autres termes, pour que nous puissions expérimenter l’Ain Soph en nous, nous devons aller directement à Kether, qui est son aspect visible… parce que l’Ain Soph est l’aspect invisible de Dieu. De l’Ain Soph émerge ce que nous appelons Aelohim, la Séité qui est le feu obscure; une lumière qu’il est possible de voir seulement dans un état de Samadhi, dans un état de félicité, dans un état de joie. C’est précisément ce que renferme cette Rune… car l’Ain Soph est la racine même de tout ce que nous sommes.

Le Bouddha a déclaré qu’il y a trois choses éternelles dans l’univers. Ce sont l’Espace, le Nirvana et le Karma. Le Karma est la cause de l’univers. Le Karma est une loi, ou force, qui reste au repos dans l’Ain Soph, dans cet Espace Abstrait. Il reste en repos dans cette béatitude qui s’appelle Paranirvana, qui est au-delà du Nirvana qui est dans l’univers. C’est un autre terme que nous devons comprendre dans cette conférence; au-delà du Nirvana qui est éternel dans l’univers, se trouve Paranirvana, qui est aussi un synonyme de Paranishpana, qui est toujours en relation avec l’Absolu. Dans l’Hindouisme, ils appellent aussi cela Parabrahma. Brahma, dans l’Hindouisme, est l’esprit universel de vie, Parabrahma est au-delà de cela; c’est l’Espace Abstrait. Cette Rune enseigne ce mystère, qui est exprimé dans le calendrier Aztèque.

Nous devons observer le calendrier Aztèque afin de comprendre pourquoi nous affirmons toujours que Tonatiuh est le cinquième soleil. Autour du cercle de Tonatiuh, nous trouvons les quatre autres carrés qui nous dirigent vers les quatre soleils précédents (ou les quatre éléments), qui existaient avant ce soleil actuel, qui est le cinquième.

Mais si nous approfondissons cette étude de la Rune Wunjo, nous découvrons qu’elle se rapporte à l’Ain Soph et aux Trois Forces Primaires. Les Trois Forces Primaires de ces trois lignes de la Rune Wunjo se rapportent aux trois choses principales qui sont éternelles: l’Espace, le Nirvana et le Karma. Le Karma est l’origine de l’univers – l’univers existe à cause du Karma, cause et effet. Et, bien sûr, le Karma en tant que loi, est représenté parmi les nombres comme le numéro cinq. Le numéro cinq se rapporte à Tonatiuh… c’est pourquoi nous avons dit qu’il est le cinquième soleil. Mais le nombre cinq est également lié à la cinquième force, qui est Karma – l’origine de l’univers.

Cette planète Terre – et n’importe quelle planète dans notre système solaire et dans n’importe quel système solaire, dans cette galaxie et dans n’importe quelle galaxie – a son origine dans le Karma, cause et effet. C’est pourquoi ceux qui ont ciselé cette merveilleuse pierre – le calendrier Aztèque – ont placé le cinquième soleil au milieu… pointant vers le fait que le Karma, le nombre cinq, est l’origine de tout… même l’origine de notre propre existence individuelle particulière.

La Loi du Karma est représentée dans ce système solaire par le Dieu, ou Monade, qui était adoré en Égypte… Anubis. Maintenant, de nos jours, Anubis est vulgarisé dans de nombreux films Hollywoodiens. Anubis est un grand Être qui existe dans les dimensions supérieures de la nature et qui gouverne cette loi.

Lorsque vous examinez l’Arbre de Vie, vous découvrez que la cinquième Sephirah parmi les dix Sephiroth s’appelle Geburah, la justice. C’est le cinquième soleil. C’est pourquoi nous sommes maintenant dans la cinquième race racine gouvernée par le cinquième soleil, qui se rapporte également au Karma. De ce point de vue, nous devons comprendre la relation de cette loi avec les nombres. Parce que quand nous allons dans l’étude des sept soleils, nous découvrons que le quatrième – qui est Michael, le Logos du Soleil – est également lié à la Justice… il est également lié à la Loi. Nous avons déclaré dans des conférences précédentes que le Soleil est lié à cette Loi qui est appelée la Loi Trogoautogéocratique Cosmique Commune… la loi qui signifie la nourriture réciproque de toutes les unités de l’univers.

Cette loi agit conformément au Karma, conformément à la loi de la balance. Cette loi agit à différents niveaux dans différents royaumes… et aussi avec Geburah. Comme nous l’avons expliqué dans nos conférences précédentes, dans notre physicalité, Geburah est liée à la systole / diastole – la puissance, la puissante force qui se contracte et s’étend, et qui pousse le sang à travers notre organisme. Si nous comprenons cela, alors nous devons également comprendre que Geburah – le cinquième soleil – se rapporte à cette force qui émane de l’Absolu, qui se contracte et s’étend avec ces deux lois que nous appelons le Jour Cosmique et la Nuit Cosmique ; le Mahamanvantara et le Mahapralaya dans l’aspect macrocosmique.

Si vous vous regardez en rapport avec cette conférence, nous dirons que nous sommes en ce moment – puisque nous sommes physiquement vivants – dans notre propre jour particulier, Manvantara, jour cosmique. Rappelez-vous que «Maha» signifie grand… donc Manvantara est le Jour Cosmique, et Mahamanvantara est le Grand Jour Cosmique. Nous sommes maintenant dans notre propre Manvantara. Quand nous mourrons, parce que finalement nous mourrons, alors nous entrerons dans notre propre Pralaya. C’est précisément le rythme de la force du cinquième soleil, qui donne et prend, à différents niveaux. Nous expliquons cela physiquement pour que nous puissions comprendre… cela s’explique dans notre propre physicalité.

Lorsque nous parlons de ce cinquième soleil, nous devons comprendre qu’il agit à travers la langue, à travers le Logos, la Trinité… et qu’il agit conformément à la loi de l’Absolu. Nous devons donc dire que, dans notre propre ciel particulier, nous trouvons deux soleils liés à l’Arbre de Vie ; le soleil se rapporte à Tiphereth (le quatrième soleil) et au soleil lié à Geburah, qui est le cinquième. Les deux soleils se rapportent au sang, au pouvoir de la vie, et c’est ainsi que nous devons les comprendre ou les entendre.

C’est pourquoi, près du visage de Tonatiuh, qui est le cinquième – Geburah – nous voyons les deux puissantes griffes qui serrent Tiphereth, qui est un cœur… les deux puissantes griffes qui forcent le cœur à travailler avec son pouvoir de systole et diastole. Évidemment, Geburah est au-delà de Tiphereth ; mais les deux sont une force qui travaille ensemble. Et c’est pourquoi, quand nous entrons dans notre cœur, nous devons nous concentrer sur cette puissante force qui nous donne la Volonté, qui est Geburah, afin que nous puissions l’acquérir spirituellement.

Si vous observez le calendrier Aztèque, au centre vous trouverez la Rune Gibor et la Rune Wunjo, si vous déplacez le soleil vers la droite pour le voir clairement. C’est encore le même symbole du Christ: le Chi et le Rho, de l’alphabet Grec, symbole du Seigneur en activité. Cela signifie que la force puissante de l’Ain Soph doit être active à travers les Trois Forces Primaires de l’univers, qui, dans notre physicalité, sont liées aux trois cerveaux.

Ces trois cerveaux sont situés le long de la colonne vertébrale, qui est la ligne verticale sur la Rune Wunjo. Les trois cerveaux sont liés à cette épine, ou triangle, au-dessus de la Rune – c’est de cette façon que nous devons le voir. Pourquoi au-dessus? Parce que dans le cerveau nous avons les trois atomes qui se connectent à ces trois parties du corps. Rappelez-vous que nous avons toujours déclaré que l’atome du Père est dans la racine magnétique du nez, l’atome du Fils est dans la glande pituitaire, et l’atome du Saint-Esprit dans la glande pinéale.

C’est le triangle au-dessus de la Rune Wunjo qui peut nous donner la joie, la béatitude, ou l’expérience de Samadhi, si nous savons comment illuminer la ligne verticale – qui est liée à notre colonne vertébrale. Nous faisons ceci pour que les trois cerveaux nourrissent les trois atomes qui leur sont liés… et pour mettre en activité le chakra Sahasrara, qui s’appelle le chakra couronne. Ce chakra couronne est lié à l’Ain Soph, à notre propre individualité particulière.

Si vous observez alors, toutes les Runes liées à cette pierre mystérieuse, nous voyons qu’elle nous montre non seulement les prophéties relatives aux différentes races racines qui ont déjà existé – et la cinquième qui existe, et les deux qui existeront dans le futur – mais qu’elle montre aussi les différentes forces en relation avec la manifestation de l’univers… les différentes forces que nous devons savoir gérer avec la science de l’Alchimie.

Donc, ces trois forces qui agissent à travers nos trois cerveaux et aussi dans l’univers, se rapportent aux trois énergies que dans le Taoïsme nous appelons Shen, Chi et Ying, et que nous devons gérer, manipuler, dans les différentes pratiques que nous effectuons pour que nous puissions avoir la joie de tout type de Samadhi… tout type d’expérience hors du corps. C’est pourquoi il est nécessaire de savoir que chaque énergie liée à Shen, Chi ou Ying (Alchimie) est indispensable pour que nous puissions expérimenter l’un de ces éléments – ou archétypes – que nous avons à l’intérieur et dont nous avons parlé dans différentes conférences.

Nous avions expliqué comment les énergies se rapportent à nos systèmes, et comment ces archétypes sont à l’intérieur de nous. Mais il nous faut avoir la joie, le plaisir d’expérimenter à l’intérieur de nous ces archétypes qui font partie de notre Être. Cette conférence va dans notre intellect, pour que nous puissions comprendre comment l’Être – l’Esprit, notre Individualité particulière – se rapporte à ces archétypes. Mais comprendre cela seulement à travers l’intellect ne suffit pas. Nous devons avoir accès à un aspect pratique de cela, et bien sûr, cette Rune est liée à ce que nous appelons la Méditation. Ce n’est que par la technique de la Méditation que nous pouvons expérimenter ces éléments que nous avons tous à l’intérieur et que nous devons développer.

Maître Samaël Aun Weor, dans le livre Magie Gnostique des Runes, nous donne une explication sur l’Ain Soph. Il a déclaré:

«Au-delà de la machine organique (notre corps physique) et des trois aspects (personnalité, ego et essence) qui se manifestent à travers elle, il existe de nombreuses substances, forces et principes spirituels qui émanent de l’Ain Soph.»

Maintenant écoutez: quand nous parlons de l’Ain Soph, nous disons qu’il est en relation avec la glande pinéale. Mais si nous comprenons que de l’Ain Soph émerge le Rayon d’Okidanokh, qui est cette lumière que nous avons expliqué dans la conférence précédente, qui est appelée le Fils, le Christ, et qui se rapporte à l’Ain Soph Aur – l’Absolu Solaire – alors nous devons comprendre que l’Ain Soph Aur se rapporte aux organes sexuels. Car souvenez-vous que de l’Ain Soph – qui se rapporte au chakra Sahasrara, le chakra couronne – émane les Trois Forces Primaires qui, nous l’avons expliqué, se rapportent à l’Arbre de Vie, le Rayon de la Création.

tree-over-body-colorDans l’Arbre de Vie, vous voyez comment de l’Ain Soph émerge de l’Ain Soph Aur, et de lui émerge Kether, et ensuite Chokmah, Binah, Chesed, Geburah, Tiphereth, Netzach, Hod, Yesod, et enfin Malkuth. Mais dans Malkuth, il va directement au centre même de la Terre: la Neuvième Sphère. La Neuvième Sphère au centre de la Terre est directement liée à Yesod – nos organes sexuels. C’est pourquoi quand nous nommons Yesod, nous avons dit les organes sexuels… nous avons dit que c’est le centre même de notre propre particularité.

Mais Yesod est également lié à notre propre Corps Vital, qui est appelé le Corps Éthérique, et c’est quelque chose que vous devez saisir pour comprendre ces symboles, parce que cet Arbre de Vie synthétise beaucoup, et c’est seulement en utilisant notre intuition que nous le saisissons.

Donc, la fin du Rayon de la Création est dans la Neuvième Sphère – le centre même de la Terre, et cette Neuvième Sphère se rapporte à Yesod. Donc, il y a la fin même du Rayon de la Création qui émerge de l’Ain Soph. En d’autres termes, l’Ain Soph Aur se termine au centre même de la planète Terre, qui se rapporte à notre propre sexualité.

C’est pourquoi nous avons dit que l’Ain Soph Aur est le Christ même… et que Yesod est la force Christique, la lumière Christique, que nous avons dans nos organes sexuels. Comprenez donc que l’Ain Soph Aur, qui s’appelle le Christ Cosmique, doit retourner à sa propre origine, et ce retour est ce que nous appelons la transmutation, la sublimation du Seigneur, du Christ, pour que nous puissions revenir dans l’Ain Soph, Christifié. Ce Rayon Cosmique – le Rayon de la Création – crée selon le Karma quand il descend… mais quand il monte, quand il revient à l’Ain Soph, il crée selon la Volonté, en accord avec notre propre force individuelle, notre propre Conscience.

Nous accomplissons ceci avec cette fameuse loi qui s’appelle la Loi Trogoautoegocratique Cosmique-Commune, dans laquelle nous nourrissons notre Ain Soph particulier avec notre propre travail particulier d’Alchimie… le travail que nous devons accomplir avec les Trois Facteurs de la Révolution de la Conscience. C’est précisément ce que nous montre la Rune de Joie, Wunjo, que nous devons utiliser la science du souffle, le vent, pour naviguer dans notre colonne vertébrale vers ces différentes îles, ou chakras – comme Ulysse dans l’Odyssée de Homère – afin de retourner à notre propre île, ici dans la glande pinéale, et de faire le Grand Œuvre.

Et pendant le voyage, Neptune va nous tester. Rappelez-vous que Neptune, le Seigneur des Eaux, est un symbole de Binah, l’Esprit Saint, qui est à l’origine des mondes, des bêtes, des Dieux et des êtres humains. Donc, pour retourner cette force de l’Ain Soph Aur, du sexe à la glande pinéale, c’est un travail que chaque initié doit accomplir. Mais puisque c’est le Saint-Esprit qui contrôle à partir de la glande pinéale les organes sexuels, qui est Neptune dans la mythologie Grecque – ou mieux dit Romain, parce que chez les Grecs c’est Poséidon – le même Poséidon, Neptune, contrôle les eaux sexuelles, avec tous les poissons, spermatozoïde et ovule… que nous devons transmuter. Et c’est précisément caché dans l’histoire d’Ulysse, et dans toutes ces mythologies que nous trouvons dans différentes parties du monde.

Ce trident de Neptune se rapporte aussi à cette merveilleuse Rune. Si vous observez la Rune et le triangle au-dessus… si vous ouvrez le triangle, vous faites un trident – un trident qui symbolise l’homme avec un bras ouverts, avec la tête au milieu, qui s’appelle la Rune Man. Donc, la Rune Man – le trident – debout représente (ou est associé à) cette Rune, Wunjo, avec laquelle nous devons travailler… parce que nous affirmons toujours que nous devons travailler avec les trois facteurs – pas deux – trois. Ces trois facteurs sont nécessaires.

Le premier facteur est appelé la chasteté : la transmutation de la libido sexuelle, de Yesod à Kether, afin de créer les Quatre Corps, les Corps Solaires, de l’être humain. Le Corps de Libération, qui s’appelle le corps physique, avec le Corps Vital, est un corps physique immortel, qui est représenté par l’Hydrogène. Ensuite, au-dessus, nous devons créer le Corps Astral représenté par l’Azote. Ensuite, le Corps Mental, qui est représenté par l’Oxygène. Et au sommet d’eux le Causal, qui est lié au Carbone. Le Carbone, l’Oxygène et l’Azote, ensemble avec l’Hydrogène, sont les quatre atomes graines que nous devons créer, ou que l’Ain Soph – qui est notre propre étoile atomique – doit avoir pour retourner victorieux dans le sein du Père, l’Ain.

Rappelez-vous que l’Ain est au-delà de l’Ain Soph. Nous avons notre Ain Soph particulier, et si vous voulez entrer dans le sein de l’Ain, qui est le Père non-manifesté, nous avons besoin d’Hydrogène, de Carbone, d’Oxygène et d’Azote dans notre Ain Soph particulier, parce que dans l’Alchimie, ou dans la Kabbale, nous savons que chaque Ain Soph – parce que chacun d’entre nous a le sien – a trois atomes, ou atomes primaires. Ces trois atomes sont liés aux Trois Forces Primaires: Kether, Chokmah, Binah ; Père, Fils, Saint-Esprit; Brahma, Vishnu, Shiva; Odin, Balder et Thor, qui se rapporte à la Rune Thorn dans l’alphabet Nordique, ou l’Edda. Et Shen, Chi et Ying dans le Taoïsme – comme nous l’avons déjà expliqué.

Ces forces sont là à l’intérieur de l’Ain Soph, en attendant que nous les mettions en activité. Mais pour qu’elles soient en activité, elles doivent descendre de l’Espace Abstrait dans notre propre physicalité. Le corps physique devient le temple dans lequel ces trois forces travaillent dans nos trois cerveaux. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont à l’intérieur, en tant que forces ou énergies avec lesquelles nous devons travailler… et nous travaillons avec les Trois Facteurs.

Et dans tous les cas, nous travaillons avec les trois facteurs. Afin d’avoir la joie d’entrer dans le Royaume des Cieux – comme le disent les Évangiles – il est nécessaire de renaître. Seul le Rayon de la Création peut créer en nous les véhicules nécessaires qui sont ces quatre atomes graines dont nous parlons – Hydrogène, Oxygène, Azote et Carbone – qui nous donnent accès au Royaume des Cieux. Cela signifie créer des corps internes avec l’énergie créatrice de Poséidon, le Saint-Esprit.

Naître de nouveau – comme Maître Jésus l’explique dans les Évangiles – n’est pas une question de croire ou d’appartenir à une secte quelconque. Il s’agit de mettre en activité les Trois Forces Primaires de notre physicalité… parce que la physicalité que nous avons est ce qu’on appelle Adamah en Hébreu, qui est traduit comme «le sol» dans le livre de la Genèse.

Dans le livre de la Genèse, il est dit que Jehovah Elohim a créé Adam de la poussière d’Adamah, de la poussière du sol. Cela, bien sûr, se rapporte directement à notre physicalité – Adamah est notre physicalité. Et cet Adam doit sortir de cette physicalité au moyen de l’Alchimie… c’est-à-dire, naître de nouveau. Parce que ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’esprit est esprit. Il est nécessaire d’être né par l’eau et l’esprit. Et nous avons expliqué que les eaux sont les eaux de Poséidon… les eaux sexuelles, les eaux créatrices qui doivent être contrôlées par notre propre Esprit particulier.

Cet Esprit est Gedulah-Chesed… c’est notre propre Monade particulière, ou notre Individualité particulière. Cette Monade, cette Individualité, est connectée au Rayon de la Création, à l’Ain Soph Aur dans les organes sexuels. Pour que notre propre Individualité, notre propre Monade, notre propre Esprit, crée ces corps à l’intérieur de nous, Chesed doit descendre à la Neuvième Sphère – Chesed doit descendre dans Yesod et travailler avec les feux Akashiques de l’Ain Soph. Chesed doit entrer en contact avec l’Espace Abstrait Absolu, à travers cette lumière qui est l’Ain Soph Aur, qui est dans nos organes sexuels; et de là, de l’Ain Soph Aur, Chesed travaille avec les Trois Forces Primaires.

Lorsque les époux-initiés sont sexuellement connectés, l’homme représente la force positive, la femme la force négative et l’acte sexuel la force neutre; ce sont les Trois Forces Primaires qui travaillent en Alchimie afin de créer… afin de travailler avec le facteur appelé «Naître de nouveau».

Mourir est le deuxième facteur. Pourquoi est-ce le deuxième facteur? Laissez-moi vous rappeler que dans les Évangiles de Jésus-Christ, il a dit

«Celui qui veut venir après moi doit se renier, prendre sa croix tous les jours et me suivre.»

Ce sont les trois facteurs. La Croix est le symbole de la Rune Gebo, sur laquelle si nous plaçons la Rune Wunjo, cela nous donne la joie de renaître… c’est la Croix. Mais se renier implique aussi les trois forces.

Si une vertu est une force positive, et qu’un défaut est une force négative, alors qu’est-ce que la force neutre? Dans le facteur de la mort, il y a les trois forces là… La vertu est celle que nous voulons conquérir, mais souvenez-vous qu’elle doit être une vertu avec Conscience, que nous synthétisons dans l’amour. Amour est la loi, mais amour conscient. Évidemment, le défaut, qui est le contraire de la vertu, est quelque chose qui ne devrait pas exister, mais qui existe malheureusement en nous.

Alors, quelle est la force neutre dont nous avons besoin pour réconcilier le défaut avec la vertu dont nous avons besoin, la Conscience qui est piégée dans le défaut? Comment appelons-nous cette force neutre qui donnera accès à l’éveil de la Conscience? C’est ce qu’on appelle la compréhension. Nous devons comprendre. Ce n’est pas seulement en nous reniant fanatiquement que nous allons mourir psychologiquement… c’est la compréhension dont nous avons besoin, parce que nous avons des vertus que nous ne savons pas utiliser, nous les utilisons mécaniquement. C’est pourquoi la Méditation est une technique dont nous avons besoin pour comprendre.

Et, bien sûr, dans le troisième facteur qui est appelé sacrifice pour l’humanité, la charité – Chesed, qui est ce que le Seigneur appelle «suivez-moi» (suivez votre Intime, parce que la Loi du Seigneur, l’Intime est le sacrifice, la charité), nous avons aussi les trois facteurs. Vous êtes le facteur passif – vous écoutez mon facteur actif. Je donne la conférence, j’affirme ici, et vous écoutez… vous êtes au niveau passif. Nous avons donc besoin d’une force conciliatrice qui unit ma conférence à votre écoute. Et cela s’appelle «questions», «doutes», afin de l’unir à votre Conscience… pour que cette conférence ait un effet. Donc, les questions et les doutes sont le troisième facteur.

Je me souviens, il y a longtemps, quand le Maître Samaël Aun Weor était encore physiquement vivant, il y avait un individu qui se vantait d’être éveillé intérieurement et accusant les autres de dormir. Il disait: «Je le sais, parce que je suis éveillé!» J’ai trouvé tel ou tel garçon très endormi dans les plans internes. Tout le monde le croyait, parce que personne n’avait la capacité d’investiguer sur ce qu’il affirmait.

Je lui ai demandé dans les plans internes «que devons-nous faire pour nous éveiller?

Et il a dit «travaillez avec les trois facteurs, et ne suivez personne». C’était son conseil réel, oui: «ne suivez personne.»

«Bien, ai-je dit, si je dois suivre ce conseil, je n’ai pas besoin de vous suivre.»

Si vous voulez comprendre exactement les trois facteurs… Bien, d’une certaine façon, la déclaration était juste – travaillez avec les trois facteurs, oui. Et puis il a dit «ne suivez personne» – faux. Nous devons suivre le Christ… parce que nous ne pouvons pas le faire nous-mêmes. «Ne suivez personne»? Qu’est-ce que c’est? Non, nous devons suivre le Christ Rouge. Nous devons suivre l’Avatar, celui qui est connecté avec le Seigneur. C’est pourquoi le Maître Samaël a livré ses livres et a écrit ses livres pour que nous puissions comprendre la doctrine… il est un avec le Seigneur.

Ainsi, les Trois Facteurs de la Révolution de la Conscience sont cachés dans cette joie. Parce qu’en travaillant avec «reniez-vous», «prenez quotidiennement votre croix», «et suivez-moi» – le troisième facteur – est la joie d’entrer dans le Royaume des Cieux.

Rappelez-vous, nous devons suivre le Seigneur: «suivez-moi», a dit le Christ Cosmique à travers les lèvres du Maître Jésus de Nazareth, qui dans la Bible, sur la planète Terre, représente le Christ Cosmique.

Donc, c’est pourquoi Maître Samael Aun Weor, qui est un avec le Seigneur, avec le Christ Cosmique, a dit:

«Les corps physique et vital doivent obéir à l’âme. L’âme doit obéir à l’Intime et l’Intime (Chesed) doit obéir au Glorian. Corps, Âme et Esprit doivent se transformer en un très pur et parfait univers à travers lequel peut être exprimé la majesté du Glorian (Christ).» – Médecine Occulte et Magie Pratique.

«Au-delà de la machine organique (corps physique) et des trois aspects (Essence, Personnalité et Ego) qui se manifestent à travers elle, de nombreuses substances, forces et principes spirituels existent qui émanent de l’Ain Soph comme une synthèse finale.» – La Magie Gnostique des Runes

Ainsi, les principes spirituels existent à l’intérieur de nous. Il est dit «au-delà de la machine organique», oui, parce qu’ils sont à l’intérieur de notre espace psychologique, ce sont les archétypes que nous devons utiliser. Ils existent en nous comme une synthèse finale.

Mais, quel est cet Ain Soph? Nous répondons de manière abstraite en disant l’Ain Soph est l’Absolu «Rien» sans limites.

Ce qui signifie, l’Ain Soph est Rien dans l’univers, mais c’est quelque chose à l’intérieur de l’Absolu; c’est notre véritable individualité.

Néanmoins, il est nécessaire d’être précis et concret, afin de comprendre: l’Ain Soph est notre atome super divin, ce qui est singulier, spécial, spécifique, authentique et super-individuel. Cette définition signifie que dans la synthèse finale, chacun de nous n’est rien de plus qu’un atome de l’Espace Abstrait Absolu, l’étoile atomique intérieur qui a toujours souri sur nous.

Un certain auteur a dit: «Je lève les yeux vers le plus grand, vers les étoiles, dont, pour moi, toute l’aide doit venir, mais je suis toujours les conseils de mon étoile intérieure.»

Ainsi, cette Étoile Intérieure est notre propre Ain Soph particulier. Mais rappelez-vous, avant de se fonder sur notre propre étoile particulière, nous devons être loyal, fidèle, à notre propre Gourou ou Maître. Dans ce cas, le Maître Samaël Aun Weor, parce qu’il est celui qui nous aide dans les plans internes; donc nous ne sommes pas seuls, nous expliquons ici, grâce à nos conférences sa doctrine… une doctrine que vous pouvez lire dans les différents livres de Maître Samaël Aun Weor, qui a la joie d’être un avec le Christ Cosmique – il est un Maître autorealisé.

Quand nous affirmons cela, les gens nous demandent toujours «pourquoi dites-vous que le Maître Samaël Aun Weor est un avec le Christ Cosmique? Parce que vous l’avez lu dans ses livres? Bien, cela est une question très pertinente.

Maître Samaël Aun Weor a expliqué dans ses différents livres comment il a atteint l’union avec le Christ Cosmique… non seulement dans ce jour cosmique, mais dans les précédents jours cosmiques. Mais personnellement, bien sûr, si je parle avec beaucoup d’emphase, c’est parce que j’ai expérimenté – à travers les clés et pratiques, exercices, que le Maître Samael nous a donné au Mexique – la vérité que nous parlons ici.

Grâce à lui nous comprenons beaucoup de choses, parce que nous sommes expérimentés dans la pratique et nous avons la foi. Mais nous voulons aussi que vous ayez cette foi, cette sécurité dans cette doctrine… et cela est seulement atteint lorsque vous rencontrez directement ce que le Maître Samael a enseigné dans ses livres. Continuons la lecture de ce qu’il a dit dans le Livre des Runes, et après cela je vais vous expliquer ma propre expérience particulière liée à ce qu’il parle. Il a dit:

celestial

«Il est clair que cet atome super divin n’est pas incarné, mais se trouve être en relation intime avec le chakra Sahasrara, le lotus aux mille pétales, le centre magnétique de la glande pinéale.

Je l’ai directement expérimenté l’Ain Soph lorsque j’étais dans l’état de très profonde Méditation. Un jour (la date et l’heure n’a pas d’importance), j’ai atteint cet état qui est connu en Inde comme Nirvikalpa-Samadhi, où mon âme a été totalement absorbée dans l’Ain Soph, et capable de voyager à travers l’Espace Abstrait Absolu.

Ce voyage a commencé dans ma glande pinéale et a continué dans le sein profond de l’espace éternel. Ainsi, je me suis vu au-delà de toute galaxie de matière ou d’antimatière; J’étais tout simplement converti en un atome auto-conscient.

Comme j’étais heureux en l’absence du «Moi», au-delà de ce monde, au-delà du mental, au-delà des étoiles et des anti-étoiles. Ce que l’on ressent pendant l’expérience du Samadhi est inexprimable. Il est compréhensible seulement par l’expérimentation [si nous pratiquons ce qu’il enseigne].

Donc, je suis entré à travers les portes d’un temple en état d’ivresse extatique, puis j’ai vu et entendu des choses que les animaux intellectuels ne sont pas autorisés à comprendre.

Je voulais parler avec un prêtre divin, et il est évident que je parvins à cela pour que je puisse consoler mon cœur douloureux.

Un parmi plusieurs de ces atomes auto-réalisés de l’Ain Soph (Espace Abstrait Absolu) a augmenté sa taille et a assumé la figure vénérée d’un ancien des jours devant ma présence inhabituelle.

Ensuite, les mots spontanés qui résonnaient dans l’espace infini émergea de mon larynx créateur, et j’ai consulté au sujet de quelqu’un que je connaissais dans le monde des formes denses.

La réponse de ce Maître atomique très illustre fut certainement extraordinaire. «Le mental est pour nous, les habitants de l’Ain Soph, ce que le règne minéral est pour vous.» Et il ajouta: «Par conséquent, nous examinons le mental humain de la même manière que vous examinez un minéral».

Au nom de la Vérité, je dois dire que cette réponse m’a causé un grand étonnement, admiration, et surprise.» – Samaël Aun Weor

Comme vous le voyez ici, le Maître dit qu’à travers la Méditation, vous pouvez entrer dans Nirvikalpa-Samadhi, donc chacun d’entre nous peut le faire; et si j’affirme que chacun d’entre nous peut le faire, c’est parce que j’ai vécu exactement la même chose que le Maître décrit. Dans l’état de Méditation, je suis entré dans cet état aussi. Cependant, ce que j’ai vécu dans cet état par rapport au mental était différent. J’ai suivi les mêmes règles qu’il enseigne dans ses livres, et qu’il m’a appris personnellement, pour expérimenter mon propre Ain Soph particulier. Dans mon cas, ce que je voulais était de faire face à mon propre Ain Soph particulier – et certainement je l’ai réalisé. Alors, comme il a été absorbé dans l’Espace Abstrait j’ai aussi été absorbé.

Ainsi, de l’Espace Abstrait mon atome particulier, ou une étoile, a émergé devant moi. Il ne parlait pas. Dans ce cas, je fus stupéfait devant ma propre individualité là dans cet Espace Abstrait. Il ne parlait pas; il a juste bougé sa main et a fait emménager du Néant une table. J’ai vu la table, et du Néant, il a également fait émerger un morceau de papier et un crayon. Ensuite, j’ai compris: quelque chose va se passer ici, ou être écrit sur ce papier blanc avec le crayon. Et il avança, et me regarda en silence… et il a écrit sur le morceau de papier «attention avec la mythomanie». Et puis le papier a disparu, le crayon a disparu, la table a disparu, et il a également disparu… ainsi, tout était à nouveau Néant. Puis je suis retourné dans mon corps physique.

Je ne pouvais pas oublier une telle expérience… parce que là le Maître a expliqué dans ce Livre des Runes la chose exacte que j’ai vécu. Mais ce que j’ai reçu était différent, parce que le Maître à ce moment-là a voulu savoir au sujet d’une certaine personne qui avait besoin d’être assisté – il avait besoin de l’assistance d’un atome de l’Ain Soph pour faire ce qu’il avait à faire. Si vous lisez le livre Magie Gnostique des Runes, vous y trouverez ce dont je parle.

Donc, mon Ain Soph particulier m’a mis en garde contre la mythomanie. La table qui est apparu là, j’ai compris, était liée aux Sephiroth Netzach, Hod, Yesod et Malkuth… ce que nous appelons le Quaternaire Inférieur, qui est lié à l’homme terrestre. En d’autres termes, avec moi – celui qui est ici devant vous: corps physique, corps vital, corps émotionnel, et mon mental, que je me sers maintenant pour enseigner cela. Mais bien sûr, celle qui a expérimenté cela était ma Conscience, pas mon mental… mon mental a reçu l’information une fois je suis retourné dans ma physicalité. Ensuite, j’ai compris que je devais contrôler mon propre mental particulier, mon propre homme terrestre particulier – matière – pour ne pas tomber dans la mythomanie.

homer-simpson-wallpaper-brain-1024

«Nous ne pouvons pas assez insister sur quelque chose de très pénible que nous avons pu vérifier à travers de nombreuses années d’observation constante et d’expérience.

En langage clair, je voudrais me référer à la mythomanie, une tendance marquée chez les personnes affiliées à différentes écoles métaphysiques.

Après quelques hallucinations, les gens qui semblent être très simples, deviennent du jour au lendemain des mythomanes.

Sans aucun doute ces personnes avec les psychés subjectives parviennent presque toujours à prendre les imprudents par surprise, et ils deviennent à leur tour leurs partisans.

La mythomanie est comme un mur sans une base, une légère poussée suffit pour qu’elle devienne des gravats.

La mythomanie est d’avis que les questions de l’occultisme sont des questions «aussi facile que la tarte aux pommes», et d’un instant à l’autre, il déclare qu’il est Mahatma, un Maître ressuscité, un Hiérophante, etc.

Le mythomane a généralement des leurres impossibles et souffre toujours de ce qu’on appelle «la folie des grandeurs».

Ces personnes se présentent comme des réincarnations de Maîtres ou de fabuleux héros légendaires de la fiction.

Cependant, il est clair que nous soulignons quelque chose qui mérite explication.

Les centres égoiques de la subconscience des animaux, qui, à travers leurs interrelations suivent certains groupes mentaux, peuvent provoquer par association et des réflexes imaginaires quelque chose comme «esprits» qui sont presque invariablement seulement des formes illusoires, personnifications du même ego pluralisé.

Il est pas rare pour un agrégat psychique de prendre la forme de Jésus-Christ, afin de délivrer de faux oracles…

Chacune de ces nombreuses entités qui constituent ensemble ce qu’on appelle l’ego peut, si elle le souhaite, prendre la forme d’un Mahatma ou Guru, et donc quand le rêveur revient à un état de veille, il dira de lui-même: «Je suis Auto-réalisé, je suis un Maître.» – Le Mystère de la Floraison d’Or par Samaël Aun Weor

Mythomanie peut être divisé en deux mots. Le mot «mythe»… bien, nous parlons de mythes à plusieurs reprises, expliquant les différents mythes de différentes religions et philosophies… et «manas» ou «manie», le mental. Dans ce cas, la mythomanie est liée au mental qui se vante de connaître les mystères. Parfois, «mythe» signifie mentir… ou le mental qui ment.

Alors, quel est ce mental qui ment? Bien sûr, c’est la tendance que nous tous, les Gnostiques – et chaque groupe ésotérique a – se vanter de choses qui se rapportent à l’Esprit. Parfois, nous avons certaines expériences et pensons que nous (en tant que mental) sommes déjà des Maîtres, sans comprendre que la maîtrise est uniquement liée à Chesed – à notre propre Esprit particulier… et que le mental est seulement un instrument. Le Corps Astral est seulement un instrument… et la physicalité est aussi un instrument, dans lequel nous avons la personnalité. Alors, bien sûr, depuis cette temps, je remarquai non seulement ma propre Individualité particulière, mais d’autres Individualités d’autres initiés… qui se vantent trop au sujet d’eux-mêmes.

Si je vous parle de cette expérience, c’est parce qu’elle est directement contre moi. Ce n’est pas quelque chose qui va m’édifier en relation avec ma personnalité, mais pour me décliner. Lui, mon Étoile Intérieure, a dit : «attention à la mythomanie», parce que c’est précisément le problème parmi de nombreux Gnostiques – qu’ils se vantent trop de leur Être. Avoir l’ego vivant est très mauvais, parce que cette Rune Wunjo a aussi un aspect négatif, qui est ce plaisir – plaisir égoïste, plaisir mondain – que l’ego acquiert l’orgueil mystique dans la profondeur du mental… se vantant toujours avec la vanité mystique que nous sommes ceci ou que nous sommes cela.

Bien sûr, expérimenter des choses spirituelles est nécessaire… mais pas de se vanter de le faire. Parce que de cette manière nous tombons dans le danger de devenir un mythomane… pensant que celui qui est capable de dévoiler les mystères est nous. Dans mon Cas – par exemple – Je médite toujours, car à travers la Méditation je découvre beaucoup de choses… J’ai le bonheur, la joie, la Wunjo. Mais je me souviens toujours l’avertissement de mon Étoile Particulière, dans lequel je dois comprendre et assimiler que ce n’est pas mon mental, mais mon Intime qui sait.

En ce moment, il vient dans mon mental Ulysse. Quand il se vantait de la conquête de Troie, Poséidon écoute sa vantardise et dit: «ok, tu insulte les Dieux, car tu te vante de quelque chose que tu n’as pas fais – nous l’avons fait. Et puis, quand il est dans tous ses ennuis dans le voyage vers la glande pinéale, vers l’union avec son âme divine, il dit: «pourquoi vous me traitez comme ça? Et Poséidon dit, «parce que tu dois comprendre que sans les Dieux… les hommes ne sont rien» donc sans les Dieux l’homme n’est rien… et l’homme, manas, se rapporte au mental.

Lorsque notre mental se vante de quelque chose – «oh, c’est parce que je l’ai fait» ou «c’est parce que nous l’avons fait», ou quoi que ce soit – non… nous ne sommes que des véhicules. Une fois, dans les plans internes, j’ai entendu quelqu’un qui dit: «un tel Maître, ou Monade, agit par ces mains»… et je voyais les mains, et il est arrivé que ces mains étaient attachées à deux bras croisés de quelqu’un d’autre. Cela signifie que les mains de cette personne (Tiphereth) étaient le véhicule de ce Maître (Chesed et Geburah), mais Tiphereth n’est pas le Maître. Et ceci est quelque chose que vous devez comprendre et saisir… ne confondez pas la personnalité et la physicalité avec l’Être Intérieur, avec l’Ain Soph, avec les Trois Forces Primaires. Parce que c’est la profondeur de notre propre élément divin: l’Ain Soph et les Trois Forces Primaires – le Père, le Fils et le Saint-Esprit… qui est notre propre élément divin.

Mais en dessous, nous ne sommes que des véhicules. Même notre propre Monade est un véhicule du Seigneur. Mais au-dessous de la Monade se trouve la table, le carré. Comme lorsque nous sommes assis, nous disons: «Je vais m’asseoir à la table», de même, l’Être dit: «Je vais m’ asseoir à ma table. Et quelle est la table? C’est vos corps mental, astral, vital et physique. Vous devez le servir, alors vous vous plier et dites, «oui, je suis votre table. Écrivez tout ce que vous voulez écrire» … mon Ain Soph m’a dit: «Sois prudent avec la mythomanie. Ne crois pas que parce que je suis en train d’écrire sur ton dos – parce que je donne la conférence à travers ta bouche- que c’est toi qui le fait! Comprends cela, comprends cela, et ait la joie d’être un avec moi.

«Par conséquent, l’Intime dit ceci au mental: «Ne dis pas que tes yeux sont tes yeux, parce que je vois à travers eux. Ne dis pas que tes oreilles sont tes oreilles, parce que j’entends à travers eux. Ne dis pas que ta bouche est ta bouche, parce que je parle à travers elle. Tes yeux sont mes yeux, tes oreilles sont mes oreilles, ta bouche est ma bouche. Voici comment l’Intime parle au mental.» – Rose Ignée par Samaël Aun Weor

Quand on tombe dans l’hérésie de la séparativité – en croyant que c’est le mental qui sait, et non l’Être – alors nous tombons dans la mythomanie. Comme nous l’avons dit dans les cours précédents, pour être un mythomane vous n’avez pas besoin de ne pas avoir atteint la maîtrise… les gens pensent que seuls les Maîtres ne sont pas des mythomanes, mais nous devons comprendre que même le mental d’un Maître peut devenir un mythomane.

Je dis cela pour que vous compreniez ce qui vient dans mon mental… quand nous étions au Mexique avec le Maître Samaël Aun Weor, il y avait cette personne qui savait qu’il était Bodhisattva tombé – et le Maître lui a aussi corroborées qu’il était en effet un Bodhisattva tombé. Par cela je veux dire un véhicule d’un Maître dans les temps anciens, mais que maintenant il était tombé.

Et cet individu était dans chaque conférence, quand c’étaient avec le Maître, lui demandant, «mais un Bodhisattva ceci et cela… qu’il a la capacité, et est plus en contact avec les Maîtres, parce qu’il a fait le travail dans des vies passées… donc il est capable de comprendre plus de connaissances que les gens ordinaires.»

Et le Maître a dit: «oui, c’est vrai…» Réunion suivante de la Troisième Chambre, avec le Maître Samael, la même personne demandait encore une fois la même chose. Et le Maître a expliqué de différentes manières… mais cette personne était toujours en train de signaler qu’il était un Bodhisattva tombé.

La dernière fois qu’il a demandé, je me souviens, le Maître Samael se mis debout (parce qu’il était toujours assis pour donner la conférence) et dit: «Ok, arrêtons cette mythomanie, parce que ce n’est pas bien! Même moi ici – en répétant et expliquant des choses – parce que je suis aussi un Bodhisattva, je ne veux pas tomber dans la mythomanie. Alors ne tombons pas dans la mythomanie… trop se vanter de nous-mêmes. Il est seulement nécessaire de parler de ce que nous devons parler.

Mais nous devons comprendre comment l’ego peut se nourrir avec des sentiments de plaisir, le bonheur et la joie et les mêler à l’intérieur de nous (ce qui est lié à la Rune Wunjo), ou de penser que «oh, je suis grand, ou que je suis un homme sage parce que les gens qui m’admirent le disent. C’est également de la mythomanie.

Nous avons – de nombreux dirigeants de nombreux groupes – se vantent de beaucoup de gens; ils remarquent qu’il y a beaucoup de personnes intéressées par le Gnosticisme qui les suivent… qu’ils sont des milliers… c’est de la mythomanie – se sentant fier, se vanter d’être beaucoup. S’il y a beaucoup de personnes ayant une connaissance de cette doctrine et écoutent à la conférence, c’est parce que chacun d’entre nous est guidé par sa propre Étoile qui nous pousse à la doctrine. Nous sommes seulement des organisateurs, aidant les gens à se suivre eux-même… ou comme nous l’avons dit une fois à un autre Gnostique, si nous devons suivre quelqu’un, nous devons suivre Samaël Aun Weor, qui n’a pas l’ego. En dessous de lui il y a beaucoup d’Hasnamussen.

hanasmussen

Lié à הנס (Hanas-la magie) ou הסנה (Hasna-le buisson) מוזן (Muzen nourri); ceux qui sont nourris avec la magie, le buisson, la joie ou des merveilles, avec la Rune Wunjo, voici une autre anecdote.

Dans le Nord du Mexique, j’étais assis devant le Maître Samaël Aun Weor qui était avec sa femme, le Maître Litelantes. Parce que je suis préoccupé par beaucoup de choses qu’il m’a dit en privé, je lui ai demandé: «Maître, dis-moi franchement. Suis-je un Hasnamuss? Et il a dit: «Oui, tu l’es».

Eh bien, rien de nouveau pour moi! Et puis le Maître Litelantes regarda, et dit: «nous sommes tous Hasnamussen, et nous tous vous aidons à répandre la doctrine dans le monde – les Hasnamussen vous aident! dit-elle.

Et puis le Maître a dit: «C’est vrai – des Hasnamussen m’aident à répandre la doctrine partout dans le monde… mais cela ne supprime pas le fait qu’ils sont Hasnamussen! Et c’est vrai, et j’ai dis: «bien Maître, au moins nous savons que nous sommes tous Hasnamussen. Mais s’éveiller avec un double centre de gravité», le Maître a dit: «… c’est différent.»

Être un Hasnamuss avec un double centre de gravité est très grave, car alors vous vous éveillez dans le mal et pour le mal, tandis qu’en même temps votre Être est un maître. Voilà donc ce que nous devons comprendre, que nous pouvons tomber dans le double centre de gravité si nous nous vantons trop de notre Être… et les gens le font à cause du fait que le Maître l’a fait. Je veux dire, il ne se vantait pas… on l’avait ordonné – parce qu’il est l’Avatar- d’écrire et de dire des choses que l’initié ordinaire ne dit pas.

Si vous suivez ou écoutez le Dalai Lama, par exemple, il s’assoit juste en bas et dit: «Si vous venez à moi parce que vous voulez que je vous guérisse, vous avez tort, parce que je ne suis pas un guérisseur. Et si vous me demandez qui je suis, je suis un simple moine – c’est ce que je suis.  Et c’est une très sage réponse – il est un simple moine… mais son Être Intérieur n’est pas un simple moine, il est quelque chose d’autre, il est un Maître. Mais il était très centré, ne se vantant pas de lui-même… parce que c’est faux. Dire: «Je suis le Maître tel ou tel» ou «mon Être Intérieur est de cela, de ceci». Pourquoi? Pourquoi devons-nous parler? Le Maître avait besoin d’en parler parce que l’humanité avait besoin de connaître la source de la doctrine que nous délivrons. Donc, nous n’avons pas besoin de se vanter de notre Être. Sauf si c’est ordonné, dans des cas particuliers, comme dans les exemples que je vous ai raconté.

Vous pouvez également découvrir l’Ain Soph, Kether, Chokmah, Binah, et tous les Sephiroth de l’Arbre de Vie si vous méditez. Pourquoi? Parce que nous sommes tous structurés de la même manière. Mais il y a la tendance en nous de trop idolâtrer quelqu’un d’autre. Avoir la vertu de gratitude est bien – car nous devons être reconnaissant – mais ce n’est pas bon de vous oublier. Rappelez-vous: «vous n’aurez pas d’autres Dieux devant moi! dit votre Ain Soph, votre Kether – Chokmah – Binah à l’intérieur de vous, ce qui signifie que vous devez aimer votre Être Intérieur, et respecter les autres Dieux… mais d’abord, votre Être Intérieur.

Ceux qui demandent qu’ils soient adorés sont des mythomanes, et si vous les adorez vous nourrissez leurs mythomanie, donc vous les blessez. Nous devons comprendre cela… afin de ne pas blesser l’autre. Et pour cela, nous devons méditer.

Avec cette Rune, Wunjo, il y a une pratique que le Maître Samael donne, et qui puise précisément dans la nécessité pour nous d’expérimenter à travers la Méditation notre Être particulier, ou tout ce que vous voulez expérimenter. Et cela est une Méditation avec le mantra Wu… le bruit du vent. Nous disons cela parce que réellement la Rune Wunjo est liée avec un W de l’alphabet Latin. Ainsi, il ressemble à un P dans l’alphabet Latin, mais elle est réellement un W parmi les Runes.

Donc, ce mantra Wu est très bon. C’est le mantra que j’ai utilisé pour expérimenter ce que je vous ai dit. Nous avons le problème que notre mental parle trop. Si vous fermez vos yeux et allez dans la Méditation… et votre mental commence à vous parler – le chat «bla bla bla bla». C’est précisément votre mental parlant de quelque chose – au sujet de ce que vous lisez, ou de ce que vous avez dit, et il y a un grand scénario dans votre mental… et vous perdez votre temps.

Vous êtes bien sûr avec le Mudra, le pouce et le doigt uni… dans cette position qui est toujours affiché dans la publicité. Mais à l’intérieur, vous faites un film de James Bond de vous-même… et le mental est toujours en train de vous dire que vous êtes un héros ou une héroïne… que vous êtes le numéro un.

Et pendant ce temps, vous avez les yeux fermés, vous êtes détendu… mais vous pensez baloney. Alors vous devez attaquer votre mental – «Veux-tu parler, veux-tu se vanter de toi? Fais le. Mais voici la seule chose que je veux que tu prononce: wuuuuuuuuuu…. wuuuuuuuuuuu…» qui est le son de l’ouragan… le son de l’Ain Soph, de la Parole. Et cela est un mantra qui agit comme de la dynamite qui entre dans votre mental. Les pensées, les conversations qui viennent – analysez les. Et comprenez que votre mental est seulement un véhicule… votre mental n’est pas vous. Le véritable vous est votre Être et votre Être ne se vante jamais de lui-même, parce qu’il n’a pas besoin de cela. C’est le mental qui fait cela.

Alors oui, prononcez wuuuuu et dites: «Mental- shut… Je ne veux pas t’écouter. Écoute juste ceci: wuuuuu» Et rappelez-vous de votre Être… Le Maître dit toujours que lorsque vous méditez, vous devez vous rappeler votre Être. Mais votre Être n’est pas votre mental… votre mental est juste un perroquet qui aime trop parler, et il doit se taire. Quand le mental est silencieux, et seulement wuuuuuu est entendu à l’intérieur de vous, alors vous pouvez vous concentrer sur ce que vous voulez vous concentrer, et l’expérience viendra comme un bonheur, comme Wunjo pour vous… comme une joie, un bonheur.

Et c’est précisément ce que nous voulons pour avoir la foi… parce que la foi est cette énergie qui est construite après ce type d’expérience. Vous vous éveillez et vous avez cette force en vous… mais vous devez comprendre le problème de la mythomanie. Et n’oubliez pas ceci: même si c’était un enseignement pour moi, c’est aussi pour vous… «faites attention à la mythomanie». Parce que quand vous méditez et que vous vous relaxez, vous avez de belles expériences. J’ai eu beaucoup d’expériences avec tous les Sephiroth de l’Arbre de Vie. Mais je n’ai pas créé l’Arbre de Vie, il était déjà là avant l’expérience.

Ainsi, c’est de la compréhension que vous avez besoin – même après Wunjo, le bonheur, Samadhi – quand vous vous rappelez ce que vous avez entendu, ou ce qu’ils vous ont appris… vous devez analyser cela, et comprendre et mettre de côté votre mental en tant que mental. Dites au mental «ce n’est pas ton affaire – tu es juste un véhicule de mental, mais tu n’êtes pas le Maître. Le Maître est à l’intérieur, et tu ne l’es pas».

Et rappelez-vous que, parce que le long de ce Chemin- travaillez avec les trois facteurs de Wunjo, de joie – vous vous développerez… et l’ego a toujours la tendance de parler de cela. Mais si ce n’est pas nécessaire d’en parler, gardez juste le silence… si cela est nécessaire, alors dites-le. Mais rappelez-vous toujours que vous devez méditer après cela.

Questions et Réponses

Avez-vous des questions? Rappelez-vous que dans le troisième facteur, je suis la force affirmative, je suis en train d’enseigner. Vous êtes la passive, vous recevez. Mais les questions sont nécessaires afin d’avoir la compréhension.

Public: Cela se rapporte à quelque chose que vous avez parlé au début de la conférence, où le Bouddha a déclaré qu’il y a trois choses permanent – l’espace, le Karma, et nirvana – je pense que Samael a dit cela aussi. Est-ce que cela veut dire que ces choses existent même pendant le Grand Pralaya?

Réponse: Oui. Mais nous devons comprendre que le Grand Pralaya, ou Mahapralaya – la Grande Nuit Cosmique – existe dans différentes unités de l’univers, différentes parties de l’univers… pas dans l’univers entier. Parce que quand nous pensons au Mahapralaya, la Grande Nuit Cosmique, nous pensons que tout l’univers est en lui, non? Non… juste une partie. Une unité ou un groupe pourrait être dans Mahapralaya, tandis que d’autres parties de l’univers sont dans Mahamanvantara – actives. Ce n’est donc pas une «heure zéro», comme beaucoup de gens pensent… que tout sera au repos. Non, seulement une partie de ce tout.

Par exemple, en ce moment, nous sommes dans notre propre Jour Cosmique particulier – nous sommes vivants physiquement… mais cela ne veut pas dire que nous allons mourir à la même date. Certains vont bientôt mourir et d’autres plus tard, ils entreront dans différents Pralaya à des époques différentes… la même chose se produit avec l’univers. Maintenant ce Karma est en suspens lorsque le Pralaya commence… il est en suspens parce que pour que le Karma soit payé, il a besoin du Jour Cosmique. Le Jour Cosmique existe à cause de Karma – afin de payer ce que les Dieux doivent ou ce que nous devons. Ainsi, à la fin, bien sûr, tout est au repos… mais il finira par être actif, à cause du Karma.

Par exemple, il y a des Monades qui ont créé les corps existentiels de l’Être – les Corps Vital, Astral, Mental et Causal – mais qui sont entrés dans leur développement à travers le Chemin Spiral. Il y a deux chemins pour payer le Karma… et pour être libre de cet univers, nous devons payer ce que nous devons.

La Chemin Directe est la doctrine que nous enseignons ici dans cette école, parce que cette école appartient à Samaël Aun Weor, qui marche sur le Chemin Direct. Nous suivons donc le Chemin Direct… et c’est la façon dont nous payons ce que nous devons, en une vie. Le Chemin Direct est très accéléré, mais cela ne signifie pas que tous les gens qui nous écoutent – chaque Monade – suivront le Chemin Direct.

Maître Samaël Aun Weor, au Mexique, a donné une conférence, et a dit: «Ma doctrine est une doctrine du Chemin Direct, parce que je suis un marcheur du Chemin Direct… mais je sais que beaucoup d’entre vous prendra le Chemin Spiral. Bien, pour ceux qui prennent le Chemin Spiral, nous devons leur dire «au revoir», parce que je suis un marcheur du Chemin Direct, et je n’ai rien à voir avec le Chemin Spiral. Et oui, beaucoup de Gnostiques qui atteignent ce niveau de maîtrise a pris le Chemin Spiral. Et généralement, ceux qui se vantent tant d’eux-mêmes.

Le chemins Direct ou Spiral sont des moyens pour payer le Karma, les trois facteurs. Dans le Chemin Direct, vous travaillez avec les trois facteurs chaque jour, tout le temps. Mais dans le Chemin Spiral, vous travaillez avec les Trois Facteurs très doucement… quand vous le voulez. Vous travaillez dans cette vie un peu… vous mourez, puis à l’Âge d’Or vous vous réincarnez à nouveau, et vous travaillez un peu sur votre Karma. Et comme ça, à travers des millions de Mahamanvantaras, vous allez à l’Absolu… tandis que le marcheur du Chemin Direct va directement, plus rapidement. Chaque Monade a sa liberté de payer son Karma d’un seul coup dans le Chemin Direct, ou dans le Chemin Spiral. Ceci est à la Volonté de Dieu… de chacun d’entre nous.

Donc, il y a beaucoup de Monades que lorsqu’ils atteignent la maîtrise- la Cinquième Initiation – ils vont le long du Chemin Spiral, car le Chemin Direct est très douloureux. Il est écrit dans les quatre évangiles que celui qui prend le Chemin Direct doit renoncer à ses pouvoirs… ce qui signifie tout ce bonheur, cette joie, ce bonheur que les Monades du Spiral reçoivent quand ils entrent dans le Chemin Spiral… le marcheur du Chemin Direct renonce à cela.

Pourquoi? Parce que le Seigneur sera incarné en lui afin de payer ce Karma avec lui. Le Seigneur prendra ce Karma dans sa propre chair, et c’est précisément ce qu’on appelle le Sacrifice du Seigneur. Ce n’est pas en croyant en lui que le Seigneur ôtera les péchés du monde… les péchés du monde sont votre propre Karma. Mais cela ne se produit que si vous prenez le Chemin Direct. Si vous prenez le Spiral, le Seigneur ne s’incarne pas. Les Monades du Chemin Spiral ne renoncent pas à leur pouvoir – ils les aiment. Mais celui qui est sur le Chemin Direct entre dans sa Nuit Cosmique, ou nuit spirituelle… il doit faire sa propre lumière. Et c’est précisément le point.

Il y a d’autres Monades qui ne veulent pas la maîtrise, et ils préfèrent payer leur Karma en annihilant l’ego, en suivant la doctrine de l’annihilation de l’ego. On appelle cela le chemin intermédiaire, dans lequel ils ne créent pas les Corps Solaires – ou les Corps Existentiels de l’Être – mais payent juste le Karma en annihilant l’ego. Ceci est un chemin qui est très rare, car il a beaucoup d’épreuves à travers lesquels nous devons passer.

L’autre manière de payer le Karma est la façon dont l’humanité choisit dans ses milliards: entrer dans l’Enfer. L’Enfer existe parce que le Karma doit être payé – c’est la vérité. Il a un début et une fin, mais tous les cent ans vous payer une facture en Enfer. Ainsi, les maîtres du Karma existent. Il y a des millions de maîtres du Karma… non seulement ce système solaire, mais beaucoup d’autres systèmes solaires ont des maîtres de la Loi… et ils travaillent avec la Loi. Et vous marchez le Chemin Direct, les Maîtres du Karma sont derrière vous avec un fouet: «Marchez! Vous avez choisi le chemin, marchez! Payez ce que vous devez! Si vous prenez le Chemin Spiral, les Maîtres du Karma apparaîtront à vous – éventuellement – et disent: «Ok, maintenant vous devez payer cela. Peut-être dans votre prochaine vie vous allez payer la chose, mais maintenant il faut souffrir un peu… pas trop.»

Ceux qui n’ont jamais choisi le Chemin Direct ou Spiral, qui choisissent le Chemin Lunaire – l’Enfer, l’Avèrne – entrent dans les Abymes pour payer ce qu’ils doivent. Voilà pourquoi il existe neuf couches… sept couches principales dans lesquelles vous payez ce que vous devez. Vous entrez dans toutes les couches et tous les cent ans un Maître de la Loi vient et dit, «voici une autre facture que vous devez payer», jusqu’à la Neuvième Sphère et êtes désintégré. Si vous êtes complètement désintégré, c’est parce que vous n’avez aucun Karma à payer. Mais cette descente est très douloureuse. Ici, dans ce monde physique, nous souffrons en cette époque et vous savez cela. Cette planète Terre souffre physiquement, à cause du Karma. Mais ce que nous devons ne va pas être payé que dans ce niveau physique. Si nous choisissons d’entrer dans l’Enfer, eh bien, tous les cent ans vous payer quelque chose de votre Karma.

Public: Que faire si tous les cent ans, vous ne devez rien?

Réponse: Quand je dis «tous les cent ans», je ne parle pas de tous les cent ans de la Terre, physiquement, ici. Quand je dis «tous les cent ans», cela signifie que, après un certain nombre de vies, les 108 vies que vous recevez dans ce plan physique pour choisir le chemin que vous voulez choisir… que ce soit le Spiral ou Direct ou que ce soit avec les Trois Facteurs de la Révolution de la Conscience… mais si vous avez reçu la doctrine et dites : «Je m’en fout», «Je ne veux pas suivre ceci et cela, je veux juste vivre la vie, Je veux juste être un bon citoyen», alors dans la dernière vie – la 108e vie – vous entrez en Enfer pour payer ce que vous devez. Les gens ordinaires qui étaient bien endurent environ 800 ou 1000 ans en Enfer afin de payer ce qu’ils doivent, et sont désintégrés.

Mais cela dépend de la quantité de Karma que vous avez, afin de supporter dans chaque cercle le temps, avec votre âme bien sûr – nous parlons de l’âme ici, pas du corps physique. Donc, tous les cent ans, nous payons une certaine quantité de Karma que nous devons. Et si nous étions de bonnes personnes – si nous n’avons pas fait trop de mal dans ce monde – bien, alors en 800 ans, vous payez l’ensemble.

Public: Donc, pour éviter cela…?

Réponse: Pour éviter cela, vous devez choisir le chemin afin de payer ce que vous devez, par votre propre volonté. Si vous dites «Je ne veux pas payer le Karma que je dois d’une manière mécanique en Enfer, je veux payer par ma propre volonté»… pour cela vous devez entrer dans l’Initiation. L’Initiation vous est appliquée et accommodée conformément à votre propre Karma. Ensuite, vous devez payer cela dans les différentes étapes, à travers les initiations: neuf Initiations des Mystères Mineurs, et sept Initiations des Mystères Majeurs… et de cette façon vous payez. Et à un certain niveau – la Cinquième Initiation – vous devez choisir comment payer ce que vous devez: de la manière Spirale ou de la manière Directe… et c’est une autre chose.

Mais d’abord vous devez travailler avec les Trois Facteurs de la Révolution de la Conscience, afin de payer ce que vous devez. Chasteté, l’annihilation de l’ego – qui est la cause du Karma – et sacrifice pour l’humanité.

Question: Est-ce que les marcheurs du Chemin Spiral prennent-ils finalement le Chemin Direct pour entrer dans l’Absolu?

Réponse: Pas nécessairement. Mais le problème est que les marcheurs du Chemin Spiral, quand ils reviennent dans chaque réincarnation, ont le danger de tomber, à cause du mental, le diable. Le diable peut dire: «ok, je suis l’unique», et le Bodhisattva peut tomber… c’est le problème auquel les marcheurs du Chemin Spiral font face.

Le Maître Samael a déclaré: «Seuls ceux qui ont une forte volonté ne tombent jamais dans chaque réincarnation». Mais généralement, l’âme humaine, avec le mental, tombe amoureux et fornique… et puis il perd tout. Cela se produit avec de nombreux marcheurs du Chemin Spiral. Il peut y avoir des Maîtres du Chemin Spiral qui ont une forte volonté et ne tombent jamais, mais c’est très rare. Le Chemin Spiral est le chemin des hasnamussen, parce que tout le monde est un hasnamuss tant qu’il a l’ego. Même si c’est de 3%, il est hasnamuss. Seuls ceux qui n’ont aucun ego, à 100%, ne sont pas hasnamussen.

Alors, parfois, ils sont en danger de tomber dans le double centre de gravité, comme le cas d’Andraméleck. Il est un maître, et son Être Intérieur l’a envoyé pour continuer son travail, et l’âme humaine a commencé à pratiquer la magie noire… et maintenant le Maître a le problème que son Âme est un maître de la Loge Noire, et il est un Maître de l Loge Blanche… un double centre de gravité. Il est l’un des chefs des hasnamussen.

Question: Si vous êtes sur le chemin et sortez de la vie, avez-vous encore besoin d’aller en Enfer?

Réponse: Laissez-moi vous dire une chose que nous devons comprendre, saisir. Les cent huit vies sont seulement pour les animaux intellectuels, c’est-à-dire pour ceux qui n’ont aucun Corps Existentiel. Il suffit de créer le Corps Astral pour être hors de ces 108 vies.

Donc, si vous créez votre Corps Astral, vous entrez sous d’autres lois – mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas entrer en Enfer. Vous pouvez toujours aller vers le bas, mais pas par les 108 vies qui sont donnés à toute âme, à toute Essence. Si vous entrez dans le chemin, et que vous êtes à votre 108e, les Maîtres de la Loi peut vous donner une 109e, 110e, 111e, pour que vous puissiez faire, parce que vous avez la volonté de le faire.

Mais si vous êtes Jeune – crois-moi – si vous pratiquez les Trois Facteurs, vous pouvez créer au moins le Corps Astral… et vous êtes hors des 108. D’autres lois vous obtiendront… mais si vous ne le faites pas, vous pouvez aussi aller en Enfer. Andraméleck, par exemple, est en Enfer. Il est un Trône tombé. Ainsi, le danger de tomber en Enfer existe aussi longtemps que nous avons l’ego, et si nous ne sommes pas sérieux.

Mais si nous sommes sérieux, cela n’a pas d’importance si nous avons terminé notre 108e vie en tant qu’animaux intellectuels… car alors la Loi peut nous donner une 109e, 110e etc, afin de continuer dans le travail que nous effectuons et faisons.

Question: Être fidèle à son Guru… qu’est-ce que cela englobe? Et est-il préférable de ne pas suivre un enseignant en plus de notre propre?

Réponse: Être fidèles à nos propres Guru signifie à Samaël Aun Weor… parce qu’il est le Guru des Gnostiques. Voilà pourquoi les livres existent… c’est la raison pour laquelle il a écrit ses livres – la doctrine est là pour que nous la suivons. En-dessous de lui, se trouvent différents initiés à différents niveaux… mais nous avons l’ego. Si vous voulez être fidèle à votre instructeur, ou au Guru qui vous enseigne, vous devez comprendre qu’il a l’ego, et que tout ce qu’il dit doit être médité, analysé – cela doit être corroborés avec les enseignements du Maître Samaël Aun Weor.

Il y a beaucoup qui atteignent le niveau de maîtrise et enseignent quelque chose qui ne va pas avec ce que le Maître a enseigné. Voilà pourquoi nous avons traduit les livres du Maître Samaël Aun Weor. Sinon, nous enseignerions seulement en Anglais, et disons «suivez-nous» – c’est ce que le Maître Samael a enseigné. Non, nous traduisons tous les livres.

Lisez les livres, étudiez les livres, parce qu’il est le Guru – ou Guruji, comme on dit en Sanskrit – des Gnostiques. Et nous tous en-dessous faisons nos efforts pour vous guider mais rappelez-vous – par exemple dans mon Cas – j’ai l’ego. Mon Être est grand, est puissant, mais c’est Lui… Je ne le suis pas. Je suis la table sur laquelle a été écrite «fais attention à la mythomanie.» Et je dois faire attention à cela. D’autres ne font pas attention, ils aiment être adoré… seul Dieu doit être adoré.

Et nous devons bien sûr être fidèle à notre propre Guru – Par exemple, être reconnaissant à l’instructeur qui vous enseigne – être reconnaissant à cet instructeur. Non pas parce qu’il est un maître ou parce qu’il ne l’est pas, mais parce que vous devez développer cette vertu de gratitude… et rappelez-vous, c’est le Troisième Facteur.

Nous vous demandons toujours des dons dans nos conférences et sur le site, et les gens disent, pourquoi demandez-vous? Parce que nous voulons que vous avancez! Si vous ne donnez pas, vous ne recevez pas. Nous vous donnons la possibilité de donner afin d’avancer. Rappelez-vous l’amour est loi, mais l’amour conscient.

Pourquoi ne prenons-nous pas un prêt de 100 000 $ de la banque et faire ce que nous devons faire, et oublier les Gnostiques… ils ne donnent jamais. Nous pourrions le faire, et faire une grande entreprise, mais nous avons dit «non, laissez-les donner»… et ils doivent enseigner, ils ont dû apprendre qu’ils devaient donner aussi. Parce que si nous ne demandons pas de l’aide, nous prendrions tout le Dharma pour nous, et alors vous serez assis, en train de recevoir les conférences, pratiquer des exercices… mais si vous ne donnez rien, vous serez contrecarrés, parce que vous devez payer ce que vous devez.

Nous pourrions le faire, alors tout le Dharma serait pour nous, et nous irons comme des fusées! Mais non, nous devons vous donner aussi l’opportunité, pour vous d’aider.

Question: Vous continuez à dire «suivez les gourous», mais sur le dos des livres, il dit que le Maître a dit: «ne me suivez pas, je suis juste un poteau indicateur, atteignez votre propre Auto-réalisation». Alors, qu’est-ce que cela signifie par «poteau indicateur»? Les outils que nous avons?

Réponse: Quand le Maître dit: «Je ne suis qu’un panneau de signalisation», il parlait de son mental, de sa personnalité à cette époque. Quand j’ai rencontré le Maître physiquement, au Mexique, je l’avais déjà vu et rencontré à plusieurs reprises dans les plans internes… donc je savais qui il était. Quand j’ai rencontré sa personnalité – son corps physique Mexique – je savais que quelque chose était le corps physique, la personnalité, et une autre chose était son Être Intérieur.

Donc, quand je dis «Je suis Samaël Aun Weor», je parle du Logos. Je parle de cet Être sans ego. Je ne parle pas de la personnalité qui a existé… parce que la personnalité a été désintégrée, brûlée en cendres, et est celui qui a dit : «Je ne suis qu’un poteau indicateur. À ce moment-là, lorsque le Maître a écrit cela, il avait affaire à son ego, et il a été isolé et caché. Pourquoi? Parce que la Loi dit, «si nous te permettons de voir tous les étudiants, tous les jours, tu nourriras ta fierté, parce qu’ils vous aiment beaucoup.» Ainsi, le Maître ne nous a permis de le voir physiquement que lorsque son ego a été complètement annihilé.

À cette époque, il méditait des heures et des heures avant ce congrès que nous avions à Guadalajara en 1976. Pourquoi méditait-il quand il n’a plus l’ego? Parce qu’il a dit: «Je veux méditer afin de ne pas être en danger de construire à nouveau ce que j’ai annihilé. Parce que je sais que les Gnostiques viennent ici, et ils aiment la doctrine, et ils aiment mon Être. Et si je ne suis pas attentif, je reconstruirai l’ego de fierté». Donc, il était très conscient à ce moment-là afin de ne pas construire à nouveau l’ego. Parce qu’il a vu que c’était un danger… surtout si quelqu’un vous loue, et alors l’ego de la fierté pousse très gras.

Voilà pourquoi le Maître a dit à ce moment-là: «Je suis un poteau indicateur». C’est vrai, parce qu’un Bodhisattva est seulement un poteau indicateur – quelqu’un qui livre la doctrine, la connaissance. Mais tôt ou tard, nous mourons, nous disparaissons. Sinon, nous allons tomber dans l’erreur du Christianisme qui vénère encore la personnalité du Maître Jésus, et interprète la Bible selon le Maître Jésus il y a 2000 ans… et pense que parce qu’ils croient en cette personnalité, ils sont sauvés.

Nous ne voulons pas tomber dans la même erreur, et le Maître a compris cela. Il ne voulait pas que les Gnostiques tombent dans cette erreur, ou pensent que, en l’adorant nous entrons au ciel… ça ne marche pas. Et s’il vient à nous et nous aide, nous devons le mériter. Mais rappelez-vous que ce panneau de signalisation est un Bodhisattva, et quand j’ai dit, nous suivons Samael, je parle du Logos. Pour cela, vous devez l’expérimenter… méditer, et comprendre ce que c’est, afin d’avoir la certitude de le dire.

Lorsque nous disons que nous devons le suivre, nous ne parlons pas de sa personnalité ou de sa photographie – même si nous pouvons avoir une photographie pour se rappeler ce qu’il était quand il était vivant au Mexique. Mais une chose est Samael et une autre chose est Samaël Aun Weor… et une autre chose est le corps physique qui a existé à ce moment-là. Alors, s’il vous plaît comprenez cela, saisissez cela, parce que cela est nécessaire pour être fidèle au Guru, le Guruji Samaël Aun Weor… et être reconnaissant envers l’instructeur qui vous apprend. Parce que si vous êtes reconnaissants à l’instructeur qui vous enseigne, vous aidez cet instructeur à aider. Aidez votre instructeur à aider. Telle est la principale chose ici.

Mais rappelez-vous que tant que nous sommes vivants, égoïstement parlant, nous ne méritons pas des louanges – seul Dieu mérite des louanges.

Question: Est-il nécessaire d’avoir le mental complètement réduits au silence pour comprendre l’ego? Je ne suis pas encore là…

Réponse: Non… seulement dans les niveaux supérieurs. Lorsque vous commencez à comprendre votre ego, vous commencez à comprendre votre ego dans le niveau intellectuel – vous commencez en utilisant votre intellect et en analysant des choses. Mais après avoir compris à ce niveau vous devez approfondir, à un autre niveau, puis un autre niveau, et un autre niveau.

Il y aura le temps où vous voulez saisir ce que le Maître a appelé la «signification profonde» de ce que vous méditez. Mais pour attraper cette signification profonde sur laquelle vous méditez… oui, vous devez entrer au-delà des 49 niveaux du mental.

Mais quand vous commencez, ne pensez pas que vous devez être dans le silence du mental pour comprendre l’ego. Ce serait absurde. Le silence vient quand vous comprenez, quand vous analysez, quand vous êtes toujours attentif. Parce que dans la compréhension d’un ego, d’autres egos parlent à l’oreille. Cela arrive à moi… et je semble très bien concentré sur un ego particulier, et tout d’un coup j’entends un autre ego parler, essayant de prendre mon attention à d’autres choses. Et je ne me soucie pas, je veux juste comprendre cela, et je suis en train de m’analyser moi-même. En utilisant, bien sûr, le processus de compréhension en relation avec ce que j’analyse.

Mais pour s’attendre à cela je dois être dans un silence complet… eh bien, si j’attends, je vais d’abord m’endormir et je peut oublier, parce qu’il y a trop d’egos. Lorsque vous démarrez, vous avez beaucoup. Mais bien sûr, si vous avez la possibilité d’atteindre le silence du mental, lorsque vous apportez cet ego pour être analysé, cet ego est votre mental… et il va commencer à parler, «plus de silence pour vous, Je suis là».

Question: N’étant pas clairvoyant, est-il possible de connaître l’état de notre Karma?

Réponse: La clairvoyance est active dans chacun d’entre nous dans des différents niveaux. L’imagination est la voyance même. Pour connaître votre Karma, et à quel niveau il est, pratiquez donc le mantra Wu. Méditez là-dessus et priez votre Dieu Intérieur, «Mon Père, mon Dieu, montrez-moi mon Karma s’ils vous plaît.

Si vous êtes bien concentré, votre Être vous apportera l’expérience afin de vous montrer votre Karma. La clairvoyance, ou l’intuition, ou la polyvoyance – ou n’importe quoi – seront développés au cours de cette Samadhi. Dans n’importe quel Samadhi, le chakra Sahasrara entre en activité et tous les chakras… et alors vous voyez ce que vous devez voir.

Cela amène dans mon mental une autre expérience – qui est très drôle – qui m’est arrivé. Il y avait certains doutes au sujet de mon comportement par rapport à quelque chose qui est lié à ma vie privée. Ainsi, un certain Maître est venu dans le plan astral pour me parler à ce sujet. Je discutais avec le Maître et je dis «bien, ceci et cela est arrivé, et c’est précisément la vérité… mais en ce moment où je parlais, je sentais la pression de mon Être, d’en haut, entrant et me donnant une super lucidité… ce que je voudrais toujours avoir.

Avec tous mes chakras en activité, et je connaissais le plan astral 100%… et j’étais vraiment émerveillée. Et puis le Maître m’a questionné et a regardé dans mes yeux – et puis il a vu mon Être Intérieur, et puis il a dit: «ok, je comprends. Ensuite, le Maître s’est retiré.

Et moi, hurlant dans le plan astral à mon Être Intérieur: «s’il vous plaît, je vous promets que si vous me gardez, éveillé de cette façon, je serai bien. N’enlevez pas votre lumière de moi, je vous le promets! Et je me suis agenouillé. Mais, la lumière a été prise, peu à peu. Et je criais «Non! Criant en vain «s’il vous plaît, je vous le promets!»

De toute évidence, il n’a pas confiance en moi… il a tout pris! Et je suis à nouveau au même niveau. Et quand je me suis réveillé, j’ai dis : «Je comprend – vous ne me faites pas confiance. Et croyez-moi, si j’étais mon père, je ne me ferais pas confiance non plus.» Je dois mourir, parce que Dieu ne donne pas ses pouvoirs au diable. Et qui est le diable? J’étais le diable! Je suis le diable.

Donc, quand vous entrez en Samadhi, votre Être vous donne en ce moment ce que vous avez besoin, pour découvrir ce que vous avez besoin. Mais après cela, il enlève son pouvoir du diable, et dit: «maintenant le diable doit mourir».

Donc, ne vous inquiétez pas que vous n’êtes pas clairvoyant, pas intuitif… car au moment où vous avez besoin, votre Être vous donner cela… si vous le méritez.

Plus de questions? Eh bien, allez pratiquer votre «Wu». Merci beaucoup.

 

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : Rune Wunjo

Catégories : Runes