Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Les Mystères Majeurs

Sur la terre d’Egypte, Jésus entra comme étudiant des Mystères dans une pyramide, et une vestale à la blanche tunique lui remit les premiers papyrus, pour qu’il les étudie.

Il y a deux Arbres dans l’Eden : l’Arbre de la Science du bien et du mal et l’Arbre de la vie. L’Arbre de la science du bien et du mal, c’est le Sexe ; l’Arbre de la vie, c’est l’Etre. Toute véritable doctrine culturelle doit étudier minutieusement les deux Arbres, car l’étude d’un seul Arbre à l’exclusion de l’autre donne une connaissance incomplète et inutile.

A quoi sert d’étudier l’Etre si nous ne connaissons pas le Sexe ?.

A quoi sert d’étudier le Sexe, si nous ne connaissons pas l’Etre ?.

Ces deux Arbres appartiennent à l’Eden et ils ont les même racines.

Ce sont là les deux piliers fondamentaux de la Loge Blanche : la Sagesse et l’Amour. La Sagesse est l’Arbre de la Science du bien et du mal ; l’Amour est l’Arbre de la vie. En Egypte, la doctrine des deux Arbres était étudiée en profondeur.

L’ombre fatale de l’Arbre de la vie, c’est le Moi. L’ombre fatale de l’Arbre de la connaissance, c’est la fornication. Les gens prennent les ombres pour la réalité.

Celui qui en finit avec le processus du Moi réalise l’Etre en lui-même. Celui qui en finit avec la fornication se convertit en un Christ.

Jésus passa par de terribles purifications dans le temple, et un Maître l’instruisait quotidiennement. Un jour, en descendant un escalier, Jésus fut tenté par une femme ; il en sortit victorieux, car il vainquit la tentation. Le Maître fut éprouvé maintes fois, la lutte contre le Moi fut terrible. Le Boddhisattva était tombé, lors d’une réincarnation passée. Jésus dut élever ses cinq Serpents tombés. Les sixième et septième Serpents sont ceux du Maître.

Aucun Maître ne tombe ; ce qui tombe, c’est le Boddhisattva. Le Boddhisattva, c’est l’âme de la volonté, l’âme humaine. L’âme humaine est revêtue des quatre corps de péché, qui sont les corps physique, éthérique, astral et mental. La Couleuvre de chacun de ces quatre corps de péché était tombée, et Jésus dut élever de nouveau ces quatre Serpents.

Le cinquième Serpent, qui est celui de l’âme humaine, était aussi tombé, et Jésus dut l’élever également. Il s’était réincarné des milliers de fois sur notre terre et il était tombé. Le Fis de Dieu resplendissait de gloire, mais le Fils de l’homme était tombé, et il se releva.

Le Fils de Dieu est le Christ interne de tout homme qui vient au monde.

Jésus étudia dans le collège d’Initiés. A cette époque, un ténébreux personnage de l’Ombre faisait la guerre aux Initiés d’Egypte ; mais les Initiés restèrent fermes dans la Lumière.

Un instructeur enseigna à Jésus les grands Mystères du Sexe. Il y avait, à l’intérieur de la pyramide, une chambre nuptiale royale.

C’est dans cette chambre du temple que Jésus pratiqua la Magie sexuelle avec sa femme ; cette femme prêtresse était une femme blanche aux cheveux blonds, une belle âme ; c’était une très haute Initiée du temple. Jésus était un homme et un Dieu. En tant qu’homme, c’était un être complet et il avait donc sa femme.

Pendant la transe de Magie sexuelle, Jésus vocalisait les syllabes sacrées Inri, Enre, Onro, Unru (ounrou), Anra, de la façon suivante : Iiiii Nnnnn Rrrrr Iiiii, Eéééé Nnnnn Rrrrr Eéééé, Ooooo Nnnnn Rrrrr Ooooo, Uuuuu Nnnnn Rrrrr Uuuuu, Aaaaa Nnnnn Rrrrr Aaaaa.

Le Maître vocalisait ces syllabes en soutenant longuement le son de chacune des lettres qui les composent, en allongeant le son de chaque lettre. Le mantra Inri éveille le sixième sens situé dans l’espace entre les sourcils ; l’homme peut alors lire les pensées d’autrui et voir toutes les choses des mondes internes. Le mantra Enre éveille l’ouïe magique ; l’homme peut alors entendre à mille lieues de distance et entendre les voix des mondes internes. Le mantra Onro a le pouvoir d’ouvrir l’intuition, située dans le coeur ; l’intuition est le septième sens et a son siège dans le coeur et dans la glande pinéale ; c’est la Voix du silence dans le coeur. Dans la glande pinéale, il y a le sens de la Polyvoyance, ou vision intuitive ; l’intuitif voit tout et sait tout, il est omniscient, il est puissant. Le mantra Unru éveille notre sens de la télépathie, et nous pouvons alors percevoir à distance les pensées des gens ; ce sens est situé au-dessus du nombril, dans le plexus solaire. Le mantra Anra éveille nos chakras pulmonaires grâce auxquels nous pouvons nous rappeler nos réincarnations passées. Ces sens ressemblent à des fleurs de lotus dans le corps astral.

Jésus fit tourner ces fleurs de lotus durant la pratique de Magie sexuelle.

Pendant la Magie sexuelle, l’homme et la femme unis sexuellement sont remplis d’électricité et de feu cosmique, c’est le moment approprié pour éveiller la Kundalini et faire tourner les chakras, disques ou roues magnétiques du corps astral. Avec la force sexuelle, nous pouvons éveiller tous les pouvoirs du corps astral. Avec la force sexuelle nous nous convertissons en Anges.

Le Maître vocalisait aussi le grand mantra Aum ; ce mantra se prononce, ésotériquement, Aom ; on ouvre bien la bouche pour le A, on l’arrondit pour le O, et on la referme pour le M. Tout est engendré avec le A, est en gestation avec le O et naît avec le M.

Celui qui veut naître doit entrer dans le ventre d’une femme afin d’avoir le droit de naître.

Il faut allonger chacune des lettres du Aom et en soutenir le son.

Le Maître Jésus vocalisait aussi le mantra Iao pendant la transe de Magie sexuelle.

Jésus savait se retirer à temps pour éviter l’éjaculation séminale ; c’est ainsi qu’il éveilla tous ses pouvoirs occultes.

Le mantra Iao est vocalisé en prononçant longuement chacune des voyelles séparément. Iao a le pouvoir d’éveiller le Serpent sacré.

Jésus a su aimer la femme ; c’est ainsi qu’il éveilla le feu sacré de l’Esprit et traversa les trente-trois chambres sacrées du temple.

Dieu resplendit sur le couple parfait.

Il n’y a rien de plus beau que la femme ; les jouissances de l’Amour nous convertissent en Dieux.

Quand la femme sait aimer, elle se convertit en une Déesse.

Quand l’homme sait adorer, il se convertit en un Dieu.

La passion charnelle teinte l’aura d’une couleur rouge sang sale ; mais lorsque nous dominons la passion, cette couleur se transmute en la couleur rose rouge.

Mieux vaut aimer que théoriser. Mieux vaut adorer, aimer et s’étreindre que lire des théories compliquées. Mais vous devez tuer le « Satan ».

Goethe a dit : « Toute théorie est grise, seul est vert l’arbre aux fruits d’or qu’est la vie ».

La Sainte Famille fuit en Egypte
Les Trente-trois Chambres du Temple
Catégories : Les Mystères Majeurs