Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Paix Inverentielle!

Ce soir, il y a eu de merveilleuses et extraordinaires présentations artistiques ici. La dernière fait allusion de manière emphatique à la libération de l’être humain. Mes sincères félicitations vont de ce podium aux frères Gnostiques qui ont joué ce drame. Je dois également remercier les chanteurs pour la merveilleuse musique avec laquelle ils nous ont divertis ce soir.

En me concentrant spécifiquement sur le drame que vous venez tous de voir dans cette pièce de théâtre je vais donner un discours bref, mais clair et précis.

Certes, comme vous l’avez tous vu allégorisé ici, à l’intérieur de chaque personne, à l’intérieur de chacun d’entre nous, il y a beaucoup de personnes. Cela, précisément cela, appartient à la psychologie révolutionnaire. Mon livre, intitulé Traité de Psychologie Révolutionnaire, paraîtra bientôt.

Au nom de la vérité, nous devons reconnaître que nous n’avons pas d’individualité définie. Je dirais clairement qu’à l’intérieur de chaque personne vivent beaucoup de gens. Cela pourrait être rejeté par les fanatiques de la dialectique matérialiste, mais cela ne pourrait jamais être rejeté par des personnes vraiment intelligentes.

La colère, la cupidité, la luxure, l’envie, l’orgueil, la paresse et la gourmandise, avec toutes leurs ramifications, constituent au fond une série de « Moi » successifs qui vivent à l’intérieur de nous ici et maintenant.

À l’intérieur de nous, il n’y a pas actuellement d’individualité authentique. Personne n’est la même personne même une demi-heure. Si je pensais que l’un de vous était la même personne pendant une demi-heure, évidemment, pas seulement je vous abuserais, mais, pire encore, je me ferais aussi du mal.

Nous n’avons donc pas une individualité authentique. Le soi qui jure aujourd’hui l’amour éternel envers une femme est ensuite remplacé par un autre soi qui n’a rien à voir avec ce serment. Le soi qui jure aujourd’hui un amour éternel pour une cause est ensuite remplacé par un autre soi qui n’a rien à voir avec cette cause.

J’ai souvent répété que notre Mouvement Gnostique est un train en mouvement. Certains passagers montent dans une gare et en descendent dans une autre; très rare est la personne qui atteint la station finale.

En effet, dans la réalité de la vérité, les gens n’ont pas de Centre de Gravité Permanent; à l’intérieur de chaque personne il y a beaucoup de gens. Cela explique aussi la Doctrine des Multiples. Ceci explique également avec force les contradictions multiples qui ont lieu dans notre psychisme.

Si nous pouvions nous voir tels que nous sommes dans un miroir de pleine longueur, nous deviendrions fous. Nous sommes pleins de terribles contradictions. À peine affirmons-nous quelque chose que nous le nions; dès que nous offrons une amitié à quelqu’un, nous sommes leurs ennemis; à peine sommes-nous enthousiasmés par une affaire que nous la jetons.

Nous n’avons pas de continuité dans les objectifs. Parfois, nous disons « Je vais étudier la médecine ou le droit », puis nous changeons d’avis et disons: « Non, non, la médecine ne m’intéresse plus, je vais trouver autre chose à étudier. » Parfois, nous disons: « Je vais rejoindre les rangs de la Gnose, je vais travailler pour la Révolution de la Conscience », malheureusement, quelqu’un nous offre un verre, ou une personne du sexe opposé apparaît sur notre chemin et le château de cartes s’effondre ou quelqu’un nous décrit peut-être la possibilité de gagner beaucoup d’argent et de réaliser des profits, alors les magnifiques intentions que nous avions sont laissées en ruine.

J’ai vu beaucoup de gens dans ce chemin Gnostique qui venaient nous écouter il y a quinze, vingt, vingt-cinq et même trente ans, qui ont soudainement disparu, puis qui sont maintenant vieux sont revenus en disant: « Je vais être un Gnostique, je veux suivre le chemin de la Révolution de la Conscience, je veux me battre pour me libérer… « 

Tout le monde va et vient; il n’y a pas de Centre de Gravité Permanent. Nous sommes de véritables marionnettes émues par des ficelles invisibles. Comme vous l’avez vu dans la pièce de théâtre, chacun de nos soi nous contrôle à l’aide de cordes invisibles.

On a dit que Marie-Madeleine avait sept démons en elle et que Jésus, le grand Kabir, les avait sortis de son corps. Ce sont les sept péchés capitaux. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas beaucoup d’autres egos. Virgile, le poète de Mantoue, a déclaré: « Même si nous avions mille langues pour parler et un palais d’acier, nous ne pourrions pas les nommer toutes… » Voilà comment nos défauts sont innombrables!

Alors, ce que vous avez tous vu représenter ici ce soir sous forme de pièce de théâtre a une réalité.

La Doctrine des Multiples affirme que nous n’avons pas un « Je » individuel, mais beaucoup de « Je ». Il y a le « J’aime », le « Je déteste », le « Je suis jaloux », le « Je suis amer », le « J’ai des ressentiments », le « J’ai la luxure », le « Je vais me venger » le  » Je suis un homme d’affaires », le « J’ai besoin d’argent », etc., etc., etc.

Tous ces multiples « Moi » se disputent, ils se battent pour la suprématie, chacun d’entre eux veut être le maître, le meilleur, le seigneur du manoir.

Nous ressemblons vraiment à une maison pleine de serviteurs, chacun de ces serviteurs se sentant le maître, aucun d’entre eux ne se sent petit, chacun veut commander.

Alors, où est notre véritable réalité? Lequel est notre individualité authentique? La pièce de théâtre de ce soir a été claire et objective pour ceux qui sont vraiment prêts à comprendre.

La Conscience est la chose la plus digne que nous ayons à l’intérieur de nous. Malheureusement, elle est embouteillée, mise en bouteille dans tous ces « Moi » qui habitent à l’intérieur de nous.

Vous allez maintenant comprendre pourquoi les gens ont la Conscience endormie. Néanmoins, tout le monde se croit éveillé. Si tout le monde présent réalisait vraiment qu’il dorment, vous cesseriez tous d’être des machines, vous deviendriez des gens éveillés.

Il y a quelque temps, j’ai été témoin d’un incident inhabituel dans la rue au milieu du District Fédéral [Mexico]. Je parle d’un jeune homme qui travaillait à la société Light and Power. Ce jeune homme est descendu calmement dans la rue. En passant près d’un bâtiment situé dans un coin, un morceau de matériau qui faisait partie de la corniche du bâtiment est tombé comme un éclair sur sa tête. Le jeune homme a été assommé, jeté à terre, éventuellement mort. Ses compagnons l’ont recueillit entre la vie et la mort et l’emmenèrent.

Il n’y a rien d’étonnant à cela, n’est-ce pas? Une partie de la corniche d’un vieil immeuble tombe sur quelqu’un et l’assomme, parmi tant d’humanité, cela semble normal; il s’agit d’un accident et ce n’est vraiment pas nouveau.

Ce qui est un roman ne se trouve pas là-dedans, non mes chers frères et sœurs Gnostiques, ce qui est un roman, c’est la multitude, parmi un nombre considérable de personnes qui se sont rassemblées sous les ruines de ce bâtiment pour regarder, et c’est ces personnes qui se sont placées dessous, juste en-dessous de ce morceau de corniche afin de regarder droit vers le haut. C’est ce qui m’a laissé étonné. Nous avons ici l’état d’inconscience dans lequel se trouve l’humanité.

Je me souviens aussi de quelque chose d’extraordinaire qui s’est passé il y a 20 ans. Il est arrivé que pendant que j’étais sur un marché appelé « Mercado Gomez » dans la Colonie Fédérale de Mexico, un magasin de dynamite a soudainement explosé. Tant de choses volaient dans les airs ; il semblait que la terre avait frémi; poussière, ruines, désolation….

Les femmes couraient hors du marché avec leurs enfants. Les marchands quittaient leur poste sans se soucier ni de l’argent ni de la marchandise. Puis il se passa quelque chose d’extraordinaire: les pompiers arrivèrent – de bons serviteurs de l’humanité, les « mangeurs de fumée » comme nous les appelons toujours ici, désireux, oui, de donner même la dernière goutte de sang pour leurs semblables, puisque c’est ainsi que sont ces hommes qui souffrent, qui se sacrifient vraiment pour le peuple.

Quand je les ai vus arriver dans leurs camions avec les sirènes et les cloches qui sonnaient, je ne pouvais que m’exclamer: « Parmi tous ceux qui entrent actuellement dans l’endroit qui a explosé, aucun n’en sortira vivant! » Et aussitôt dit, aussitôt fait, la deuxième explosion est survenue et ces hommes ont été réduits en miettes. Ils n’ont jamais été retrouvés. La seule chose qui pouvait être trouvée était la botte d’un sergent.

Bien sûr, ils ont reçu beaucoup d’éloges pour leur mérite, leur courage et ils le méritent vraiment, mais il y a quelque chose de plus: il ne fait aucun doute que ces hommes dormaient. Oui, leur Conscience était profondément endormie. S’ils étaient éveillés, ils auraient su qu’ils étaient en train d’entrer dans un magasin de dynamite.

Alors, les pauvres gens dorment, et c’est parce qu’ils ont malheureusement la Conscience dans tous ces « Moi » que nous portons à l’intérieur de nous et qui personnifient nos défauts.

Nous sommes de pauvres machines contrôlées par des cordes invisibles, ces « Moi » nous ont entre leurs mains. C’est ce que la performance de ce soir a représenté de manière aussi claire et merveilleuse.

Plusieurs fois dans le cosmos infini, il y a une catastrophe. Il se peut qu’une planète entre en collision avec une autre, puis que les forces cosmiques de cette catastrophe atteignent la Terre, elles touchent les machines humaines, les blessant, et des millions d’êtres humains se lancent dans la guerre contre des millions d’êtres humains, élevant des drapeaux et des bannières disant: « Je vais me battre pour la liberté, pour la démocratie », etc., etc., etc.

Ce sont des millions de machines luttant contre des millions de machines, toutes inconscientes, toutes endormies. Ils ne réalisent pas que ce qui se passe, c’est qu’ils ont été blessés, touchés par des courants électriques de très haut voltage.

Et que pouvons-nous dire au sujet du Solioonensius? Il arrive que parfois le soleil Baleooto s’approche de notre système solaire. Lorsque cela se produit, notre système solaire a une réaction formidable: il met en mouvement une grande force électrique de haut voltage, et la Terre entière, pour ainsi dire, reçoit un voltage de forces extraordinaires. Conséquence ou corollaire, des machines humaines inconscientes, sans savoir quoi faire, sans ressentir la moindre responsabilité morale, se lancent dans les grandes révolutions.

C’est comme cela que la Révolution de 1917 a éclaté. Et alors, qu’est-il arrivé? Le Tsar et la Tsarine ont été sacrifiés et la tête du Tsar, collée sur un poteau, a défilé dans les rues de Moscou.

Un Solioonensius similaire s’est produit dans l’Égypte antique. Entre dynasties, il y avait de tels Solioonensius, et les gens se sont violemment opposés à leurs dirigeants. Nous pouvons encore nous souvenir du cas inhabituel de l’une de ces révolutions ivres et sanglantes. Les gens, pendant le Solioonensius, ont tué tous leurs dirigeants et leurs corps ont été attachés à un câble de fer, un collier macabre qui a ensuite été attaché à un certain nombre de taureaux et jeté dans le Nil.

Un violent Solioonensius a produit un autre cas similaire. À cette époque, afin de former un nouveau gouvernement, un système barbare a été mis en place. Cela exigeait que l’homme qui possédait la plus grande quantité d’yeux humains placés dans des vases gigantesques puisse devenir Pharaon et, bien sûr, vous pouvez imaginer combien de victimes il y avait, combien de personnes restaient sans leurs yeux bien-aimés.

Entre une dynastie et une autre, il y avait des cas inhabituels et ceux-ci étaient toujours dus au Solioonensius.

Et que pouvons-nous dire de la Révolution Française? Des millions de personnes y ont péri. Marie Antoinette et Louis XVI ont perdu la tête. La guillotine ne respectait personne, pas même Guillotin, le macabre inventeur d’une arme aussi horrible; pas même Robespierre, qui avait voulu faire une révolution extraordinaire. Cet homme sinistre a dû monter sur l’échafaud et il a écrit « Credo Uni Deo » de son propre sang sur la pierre de la potence.

La Révolution Française n’aurait jamais éclaté s’il n’y avait pas eu Solioonensius.

Que pourrions-nous dire aussi des taches du soleil? Nous savons très bien que cela se produit périodiquement. Ce sont les taches du soleil qui ont provoqué la guerre de 1914-1918. Ce sont les taches du soleil, facilement et très clairement visibles de tous les observatoires du monde, qui ont rendu les gens si agités et frustrés, qui les ont entraînés dans les batailles de la Seconde Guerre Mondiale.

Mais les gens qui ont une Conscience parfaitement endormie, qui ne savent rien de ces choses, qui n’y croient pas du tout, lèvent leurs drapeaux, arborent leurs bannières pour se battre pour la démocratie, pour créer un monde meilleur, etc., etc., etc.

Alors les gens dorment profondément, et ils continueront à dormir jusqu’à ce qu’ils résolvent de mettre fin à tous ceux qui personnifient nos erreurs et que nous portons à l’intérieur de nous ici et maintenant.

Nous pensons que nous sommes des individus alors que nous ne sommes que des machines. Nous n’acceptons jamais d’être appelés « machines », nous ne pouvons pas accepter le fait que nous sommes considérés comme étant endormis. Nous sentons que nous sommes éveillés, très éveillés, mais en réalité nous sommes endormis.

Vous comprendrez maintenant pourquoi le Christ, là dans le Calvaire, s’est exclamé: « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Si ceux qui l’avaient crucifié étaient éveillés, vous pouvez tous être absolument sûrs qu’ils ne l’auraient pas crucifié. Qui, quel éveillé oserait crucifier le Seigneur de Gloire? Quelle personne éveillée oserait, par exemple, empoisonner un Gautama, le Bouddha Shakyamuni? Quelle personne éveillée aurait osé donner du poison à Milarépa, ce puissant initié du Tibet? Seuls des gens qui dorment sont capables de ces choses!

En poursuivant ces discussions, je dis: nous devons nous éveiller! Avant tout, nous devons accepter la Doctrine des Multiples.

Je ne veux pas vous faire accepter cette doctrine d’une manière dogmatique ici. Je veux seulement vous inviter à l’acceptation par le biais d’une réflexion analytique approfondie. Ce sera suffisant si nous comprenons que nous sommes pleins de terribles contradictions. Il suffit de savoir que nous ne sommes pas la même personne même une demi-heure.

Nous réalisons nous-mêmes nos contradictions, mais nous les mettons de côté en essayant d’équilibrer notre mental pour nous tromper nous-mêmes.

Si nous acceptions nos contradictions, si nous acceptions qu’un moment, nous disions une chose et qu’un autre moment, nous disons autre chose, aujourd’hui, nous jurons notre amour et demain nous haïssons, nous deviendrions franchement fous.

C’est pourquoi nous préférons nous tromper nous-mêmes et formuler des phrases aussi lucides que: « Bien, parce que maintenant j’ai réfléchi… », « Bien, parce que j’ai pensé qu’il valait mieux ne pas le faire de cette façon, il vaut mieux le faire autrement, » etc. C’est comme cela que nous nous leurrons: « Oui, c’est parce que je suis très attentionné… », « Oui, c’est parce qu’en analysant les choses, c’est mieux pour moi de cette façon et non comme je l’avais pensé en premier. » Quelle manière insensée de nous leurrer, n’est-ce pas?

Où est notre individualité? Aujourd’hui, nous disons une chose et demain une autre, aujourd’hui nous entendons une chose et demain une autre. Quelle est notre vraie continuité d’objectif?

À l’intérieur de nous vivent beaucoup de gens, beaucoup de fantômes de nous-mêmes, beaucoup de « Moi ». Chacun de ces « Moi » est une personne complète en lui-même. C’est-à-dire que plusieurs personnes vivent dans un corps humain. Le « Je déteste » y habite, le « J’aime », le « J’envie », le « Je suis jaloux », le « J’ai la luxure », etc., etc., etc.

Il y a aussi, on pourrait dire, des « Moi » prestidigitateurs capables de produire des bruits, des sons, de soulever des tables, de faire toutes sortes d’actes de jonglerie; cela est bien connu des spécialistes de la magie pratique et du psychisme expérimental.

Mais si nous n’analysons pas, si nous ne réfléchissons pas à la Doctrine des Multiples, si nous la rejetons simplement, « simplement parce que », si nous ne nous laissons pas ouverts à ce qui est nouveau, aucun changement n’est alors possible.

Lorsque nous acceptons la Doctrine des Multiples, nous avons la possibilité de changer. Lorsque nous acceptons la Doctrine des Multiples, nous sommes vraiment résolus à éliminer ces « multiples » qui habitent notre intérieur, dans le but de libérer la Conscience et de l’éveiller radicalement. Avant tout, il devient nécessaire d’accepter la Doctrine des Multiples.

C’est précisément dans la vie pratique que nous pouvons nous découvrir nous-mêmes. La vie pratique est un merveilleux gymnase psychologique où nous pouvons nous découvrir nous-mêmes en relation avec nos semblables, avec nos amis, en relation avec nos collègues, à la maison, au bureau. Si nous sommes alertes et vigilants comme un guetteur en temps de guerre, nous nous découvrons nous-mêmes.

Un défaut découvert doit être correctement jugé, analysé, étudié et ensuite dissous, désintégré. L’observation, le jugement et l’exécution sont les trois phases du travail visant à mettre fin à tous ceux que nous portons à l’intérieur de nous et qui, au fond, nous torturent.

Premièrement, il a été dit que des espions en guerre sont découverts, deuxièmement, ils sont jugés et troisièmement, ils sont confrontés au peloton d’exécution. Voilà comment nous devons procéder avec ces « Moi » que nous portons à l’intérieur de nous. Premièrement, découvrez-les en relation avec nos semblables, deuxièmement, étudiez-les, troisièmement, désintégrez-les.

Lorsque nous avons découvert un « Moi », cela vaut la peine de l’analyser, mais pour le processus de désintégration, nous avons besoin d’une force supérieure au mental. Le mental lui-même ne peut éliminer aucun défaut, il ne peut pas l’altérer radicalement. Le mental ne peut que transmettre des défauts d’un niveau à un autre, les cacher à lui-même ou à d’autres, les justifier, etc., mais ne peut fondamentalement pas les altérer.

Nous devons éliminer les défauts psychologiques de notre psychisme, et cela n’est possible que si nous faisons appel à un pouvoir supérieur au mental.

Ce soir, ici, dans la pièce de théâtre, la Mère Divine est apparue. Dans la pièce de théâtre, nous voyons comment Adam gémit, plaide, demande à la Mère Divine de désintégrer tel ou tel défaut psychologique. Elle arrive avec sa lance, blesse l’erreur, la transforme en poussière cosmique. Voilà comment nous devons procéder.

Cette Mère Divine que toutes les religions aiment, Dieu Mère, existe à l’intérieur de nous ici et maintenant. Il faut faire appel à cette adorable Mère, il faut Lui demander de nous aider. Elle peut, avec son pouvoir magnifique, éliminer de notre psyché les défauts que nous avons observés, d’une part, et jugés, d’autre part.

Nous devons d’abord observer et ensuite juger, avant de demander à la Mère Divine d’éliminer tel ou tel « Moi » psychologique de notre intérieur. Si nous voulions éliminer les « Moi » basés uniquement sur l’analyse, nous ne pourrions pas le faire. Nous devons utiliser le pouvoir de la Mère Divine. Elle fait partie de notre Être Intérieur divin et subliminal et si nous l’invoquons avec pureté de cœur, elle nous aidera.

C’est donc le chemin évident à suivre pour la désintégration du Moi. Puisqu’il y a un pourcentage de Conscience dans chacun d’eux, si nous les désintégrons, dans la mesure où nous continuons à les désintégrer, la Conscience qui y est embouteillée sera libérée.

Et quand la totalité des « Moi » a déjà été désintégrée, quand Adam pécheur peut lever son épée en haut afin de crier: « Vive la Libération! » comme cela a été décrit ici, ce soir, dans une pièce de théâtre, la Conscience dans sa totalité sera libérée, éveillée.

Avoir éveillé la Conscience est quelque chose d’extraordinaire. Quand on a éveillé la Conscience, on peut faire l’expérience de la vérité directement, ici et maintenant. Quand on a éveillé la Conscience, on peut voir, entendre, toucher et ressentir les grandes réalités de la vie et de la mort. Ceux qui ont la Conscience éveillée peuvent se souvenir de leurs vies antérieures. Ceux qui ont la Conscience éveillée peuvent expérimenter, de manière directe, ce qui est réel.

Avant tout, nous devons faire l’expérience de la vérité. Jésus le Christ a dit: « Connaissez la vérité et elle vous rendra libre. » La vérité n’est pas une question de théories, d’opinions ou d’idées. Une opinion, aussi respectable soit-elle, n’est rien d’autre qu’une opinion et n’est jamais la vérité. Toute idée que nous avons de la vérité n’est pas la vérité. Tout concept logique que nous pouvons créer à propos de la vérité n’est pas la vérité.

La vérité doit être expérimentée, par exemple lorsque l’on met son doigt dans la flamme et qu’elle est brûlée, ou que l’on avale de l’eau et s’étouffe. La vérité est une question d’expérience directe vécue, pas une question de théories.

Le rationalisme subjectif peut construire de très beaux concepts, mais ce n’est pas la vérité. Deux personnes en train de débattre peuvent parler de merveilles…

Que peut faire la raison? La raison peut faire n’importe quoi. Avec la raison, nous pouvons transformer une puce en un cheval ou un cheval en une puce. Et alors?

La raison peut construire des merveilles. Si nous écoutons deux personnes qui discutent, l’une spiritualiste et l’autre matérialiste, le spiritualiste serait en mesure d’exposer toute doctrine avec une logique merveilleuse et extraordinaire, et le matérialiste, par antithèse, par opposition, pourrait créer un beau théorie analytique, logique, parfaite. Et quoi? Laquelle de ces deux théories – toutes deux logiques, toutes deux structurées sur la base d’une dialectique rationnelle – est la vérité? La raison couvre tout! Le processus psychologique de l’un et de l’autre peut être très judicieux, respectable et quoi que vous souhaitiez, mais ce n’est pas la vérité. Je répète que la vérité doit être expérimentée comme lorsque l’on met un doigt dans le feu et qu’on le brûle.

« Connaissez la vérité et elle vous rendra libre », a déclaré le Christ. Désintégrez les « Moi », réduisez-les en poussière cosmique et la Conscience sera libre, éveillée!

Alors et seulement alors, nous pourrons expérimenter de manière claire ce qui est la Vérité, ce qui est Réel, ce qui peut nous rendre libres ici et maintenant!

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : Precariousness of the Human Psyche

Le Sérieux dans le Travail Ésotérique
L'Organisation de la Psyché