Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

À l’intérieur de nous, il y a une partie cachée de notre propre ego qui n’est jamais visible. Comme la Lune a deux faces, une visible et une cachée, nous avons de la même manière une partie occulte invisible.

Tout d’abord, je veux que vous compreniez que, puisqu’il existe une Lune physique, il existe aussi une Lune Psychologique. Cette Lune Psychologique est portée à l’intérieur de nous; c’est l’ego, le « Moi », le moi-même.

Le face visible, avec quelques observations, peut être vu par tout le monde. Mais il y a une face invisible de notre Lune Psychologique qui ne peut être observée facilement. Malheureusement, l’Essence n’a pas illuminé la partie cachée de notre propre Lune Intérieure. En réalité, nous vivons dans une petite région de notre Conscience.

Nous avons créé un portrait de nous-mêmes. Lorsque la Conscience, en tant que rayon de lumière, pénètre dans cette face invisible, la face cachée de nous-mêmes, le portrait que nous avons créé de nous-mêmes, se désintègre, elle est réduite en poussière cosmique.

Il est regrettable que nous ne vivons que dans une petite partie de nous-mêmes et que nous ignorons beaucoup de choses sur nous-mêmes. La face cachée de cette partie inconnue est normalement très profonde et nous devons la connaître. Cela sera possible si nous projetons la lumière de notre Conscience sur celle-ci.

Cette face cachée est importante car c’est dans cette partie que se trouve l’origine de nos erreurs, d’innombrables réactions mécaniques, notre avarice. Évidemment, tant que nous n’aurons pas illuminé ce côté occulte avec les rayons de la Conscience, nous ne nous relationnerons pas correctement, pas seulement avec nous-mêmes, mais aussi avec nos semblables. Quand on illumine la face cachée de notre propre Lune Psychologique, il est possible de connaître ses propres erreurs; alors seulement, il est possible de voir notre prochain correctement. Cependant, quand on n’illumine pas cette partie cachée de soi avec la Conscience, on projette par erreur tous ses défauts psychologiques sur les autres.

Si nous sommes radins, nous pensons que tout le monde est comme cela. Si nous avons beaucoup de haine, nous verrons tout le monde de cette façon. Si nous sommes envieux, nous croyons aussi que les autres sont envieux. Si nous sommes violents, nous ne comprenons pas la violence des autres; nous croyons que nous avons raison et que les autres pas.

Lorsque nous ressentons de l’antipathie envers quelqu’un, il est évident que le défaut que nous avons intérieurement est chez cette personne et que nous la projetons à tort.

Pourquoi ressentons-nous de l’antipathie envers quelqu’un? Pourquoi voyons-nous en lui un défaut qui nous agace?

Bien que cela semble incroyable, même si nous ne l’accepterions pas, la vérité est que nous avons également ce défaut et que nous ne faisons que le projeter sur nos semblables.

Quand on comprend, il est évident que l’on veut éliminer l’élément découvert. Lorsque nous observons des défauts chez notre prochain, il est certain que ces défauts peuvent être trouvés sur la face cachée de notre Lune. Par conséquent, il est regrettable que nous ayons des relations incorrectes avec les autres.

Si nous entretenons des relations incorrectes avec nous-mêmes, il est évident que nous nous relationnerons incorrectement avec les autres. Si nous nous relationnons correctement avec nous-mêmes, nous nous relationnerons correctement avec les autres; c’est évident. En conséquence, une fois que l’on comprend cela, on se rend compte à quel point on marche par erreur sur le chemin de la vie.

Nous protestons parce que les autres ne font pas attention et nous croyons que c’est la raison pour laquelle les autres ne vont pas bien; juste parce qu’ils ne font pas attention. Celui qui fait attention se sent agacé d’observer quelqu’un qui ne l’est pas. Si nous observons attentivement, nous nous rendrons compte que nous ne faisons pas attention; nous réaliserons que le défaut que nous voyons chez les autres existe aussi dans la face inconnue de nous-mêmes. Celui qui croit être très prudent peut découvrir qu’il n’est pas aussi prudent qu’il le croit et qu’il existe un désordre en lui-même qu’il ignore, n’accepte pas, ne croit pas avoir et ne comprend pas. Donc, il vaut la peine de connaître cette face inconnu de soi-même.

Quand on projette la lumière de la Conscience sur cette face inconnue, on change complètement. Quand on découvre qu’on est violent, on apprend à tolérer la violence des autres et il devient possible de se dire: « Je suis violent, alors pourquoi je critique cette personne? » Quand on comprend qu’en réalité on est injuste envers soi-même, on apprend à tolérer l’injustice des autres.

On dit dans la Gnose qu’il faut apprendre à recevoir avec plaisir les actions déplaisantes de nos semblables, mais il ne serait pas possible de réellement recevoir avec plaisir cette action déplaisante, si on ne les connaissait pas. Pour connaître cette action, nous devons projeter un rayon de lumière sur ce côté obscur de nous-mêmes, du côté duquel se trouvent toutes les actions déplaisantes que nous avons et que nous projetons sur les autres. Par conséquent, lorsque nous connaissons nos actions déplaisantes, nous apprenons à tolérer les actions déplaisantes de nos semblables.

Évidemment, pour cristalliser le Christ Cosmique en soi, il faut inévitablement apprendre à recevoir avec plaisir les actions déplaisantes des autres; ce n’est que de cette manière que le Seigneur de Perfection pourra se cristalliser petit à petit.

Il est nécessaire de comprendre que le Seigneur de Perfection ne se cristallise en nous qu’à travers la force de la Sainte Négation (le Second Logos). Il y a trois forces importantes à l’intérieur de nous. La première est la Sainte Affirmation (+), la seconde est la Sainte Négation (-) et la troisième est la Sainte Conciliation (=).

Pour cristalliser, par exemple, la Sainte Conciliation (la troisième force, le Saint-Esprit, la force neutre), il est nécessaire de transmuter l’énergie créatrice; c’est ainsi que cette force merveilleuse se cristallise dans les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être.

Pour cristalliser la seconde force, la force du Seigneur de Perfection, du bienheureux, de notre Seigneur le Christ, il est nécessaire d’apprendre à recevoir avec plaisir les actions déplaisantes de nos semblables.

Et pour cristalliser en nous la première force, la Sainte Affirmation, il faut savoir obéir au Père dans les cieux comme sur la terre.

Le Soleil Sacré Absolu, duquel émane toute vie, veut cristalliser en chacun de nous ces trois forces de la nature et du cosmos: la Sainte Affirmation, la Sainte Négation et la Sainte Conciliation.

En analysant la Sainte Négation, le Christ, nous comprenons qu’il faut « se renier soi-même » (Matthieu 16:24). Je répète; nous devons apprendre à recevoir avec plaisir les actions déplaisantes de nos semblables. Mais comment est-il possible de le faire si nous ne connaissons pas nos propres actions déplaisantes?

Par exemple, si nous avons de la colère et que nous savons qu’elle existe en nous, si nous en avons pris Conscience, il est évident que nous excuserons ce défaut chez d’autres et qu’il en résultera de meilleures relations avec nos semblables.

Quand nous avons l’envie et reconnaissons que nous l’avons, qu’elle existe dans la face cachée de notre Lune Psychologique, nous apprenons à pardonner les manifestations déplaisantes de l’envie chez les autres.

Si nous sommes pleins d’orgueil et que nous savons que nous avons ce défaut, que nous sommes vains et que nous le reconnaissons, nous apprenons à voir la personne vaine avec plus de compréhension. Nous ne voulons pas critiquer parce que nous savons que nous avons les mêmes défauts en nous.

Si un homme pense qu’il est honnête et incapable de mentir et que tout à coup quelqu’un l’appelle menteur, évidemment s’il a accepté que le menteur existe dans la partie sombre de sa Lune Psychologique sous une forme inconsciente, il ne se sentira pas offensé et saura être plus tolérant avec son prochain.

Beaucoup pensent qu’ils ont un comportement libéral correct. Cependant, si tout à coup quelqu’un leur dit qu’ils ne sont pas aussi libéraux et corrects, ils pourraient se sentir offensés. Bien, s’ils ont appris à projeter leur Conscience sur le côté occulte d’eux-mêmes, alors ils finiront sûrement par se rendre compte qu’ils ne sont pas vraiment libéraux et corrects comme ils le pensaient et qu’au fond d’eux se trouvent l’injustice et l’intolérance, etc. Si quelqu’un essayait de les offenser, ils ne se sentiraient pas offensés, car ils sauraient que ce qu’ils disent est la vérité.

Il est très important d’observer ce côté caché, le côté dans lequel existe le critique, le censeur. Soyons sincères, explorons nous nous-mêmes, illuminons ce côté caché de notre psyché et nous verrons que les défauts que nous critiquons chez les autres existent aussi en nous-mêmes.

Le censeur et la critique existent par manque de compréhension. Pourquoi censurons-nous les autres? Que critiquons-nous chez les autres? Nos propres défauts; c’est ce que nous critiquons.

C’est triste de savoir que nous projetons nos défauts psychologiques sur les autres. Il est triste de savoir que nous voyons les autres tels que nous sommes réellement. C’est quelque chose que nous devons comprendre. Nous avons tous tendance à croire que nous sommes parfaits, mais nous n’avons jamais eu l’idée d’observer l’autre côté de la Lune, notre Lune Psychologique, ce côté qui n’est jamais visible.

Le temps est venu de nous explorer nous-mêmes sérieusement, d’illuminer le côté caché de nous-mêmes afin de vraiment connaître le côté invisible. Lorsque nous illuminons ce côté, nous découvrons avec horreur les faits psychologiques que nous n’accepterions pas normalement, des faits que nous croyons ne pas avoir.

Par exemple, si un honnête homme est appelé un voleur, c’est une offense. Cependant, pourquoi devrait-il se sentir offensé? L’offensé pourrait même réagir violemment. Le fait qu’un homme honnête puisse se sentir offensé quand on l’appelle voleur montre qu’il n’est pas honnête. S’il était vraiment honnête, il ne se sentirait pas offensé. Si cet homme illuminait la face sombre de sa Lune Psychologique avec la lumière de la Conscience, il découvrirait les « Moi » d’un voleur. Impossible! Comme c’est horrible! Mais c’est la vérité. Ils existent et nous ne le soupçonnons même pas à distance. Je l’ai observé quand je travaillais à l’élimination de l’ego dans le Monde Causal. J’étais émerveillé; je n’avais jamais pensé avoir le « Moi » d’un voleur mais j’ai trouvé une légion. Impossible! Je ne vole jamais; pas même cinq cents. Comment pourrait-il y avoir le « Moi » d’un voleur? Bien, impossible ou pas, ils étaient là. Je dois vous dire que dans la vie de tous les jours, quelqu’un pourrait laisser exposé un trésor d’or pur: je ne prendrais même pas une pièce de monnaie (même s’il est dit que devant un coffre ouvert, même les plus justes échouent). Je suis sûr que dans ce sens je n’échouerais pas, même s’il laissait de la poussière d’or, je ne prendrais même pas un milligramme. Cependant, avec douleur, j’ai découvert qu’au fond de moi se trouvait un « Moi » d’un voleur. Lorsque je les observais avec le sens de l’auto-observation psychologique, je les ai vus s’échapper (comme le voleur qui vole et s’échappe, des visages horribles de voleurs) et j’étais horrifié de moi-même. Mais je n’ai pas honte de l’avouer; si je ne l’avouais pas, ce serait un signe qu’ils sont toujours en vie. L’hypocrite a tendance à cacher ses propres défauts, je n’ai donc aucun inconvénient à le confesser. J’ai eu ces « Moi » même en vivant une vie honnête. Qu’est-ce que je devais faire? Les désintégrer, les réduire en poussière cosmique.

Oui, mes amis, à l’intérieur, du côté caché, on a des monstruosités inénarrables et indescriptibles. Par conséquent, quand quelqu’un se lave les mains en disant: « Je suis un homme bon, je ne vole même pas cinq centimes, j’ai fait tant d’actions charitables, je suis un bon mari, bon père, bon fils, je ne tue pas, Je ne vole pas, je ne suis pas Adultère, alors je suis un saint », il est un candidat sûr pour l’abîme et à la Seconde Mort.

Aucun de nous ne devrait croire qu’il est un saint parce que, dans la partie cachée de soi-même, dans la partie invisible, on a des monstruosités indignes et horribles.

Malheureusement, les gens vivent dans une petite partie d’eux-mêmes et ne voient pas l’image globale, ils n’en voient qu’une petite partie. Tout le monde a créé le portrait d’une personne honnête et charitable. Nous avons adapté notre existence en fonction de ce portrait et à partir de ce portrait, nous agissons et réagissons constamment.

Dans la partie cachée se trouvent l’avarice, les censeurs, les critiques; mais on pense qu’on est parfait. Par conséquent, il convient de réfléchir à tout cela. Tout le monde le soupçonne, mais personne n’ose se regarder face à face avec sa face cachée, là où existent les faits qui produisent la discorde dans le monde: la censure, la critique, la violence, l’envie, etc.

L’envie, par exemple, est devenue l’axe de cette civilisation. Si quelqu’un a une petite voiture et voit ensuite une belle voiture passer devant lui, il dit: « Mec, je veux être dans une meilleure situation, je verrai si je peux avoir une meilleure voiture. » Pourquoi veut-il une meilleure voiture? À cause de l’envie, de l’envie qui habite la face cachée de sa Lune Psychologique invisible. Malheureusement, je le répète, l’envie est devenue le ressort secret de l’action et c’est vraiment regrettable.

En conséquence, avec nos progrès dans l’auto-exploration psychologique, nous deviendrons de plus en plus conscients de nous-mêmes.

Le moment est venu de comprendre que si nous ne connaissons pas cette face cachée de nous-mêmes, nous nous relationnerons incorrectement avec notre prochain. Il est nécessaire d’apprendre à mieux se relationner avec nous-mêmes afin d’améliorer nos relations avec les autres. Comment pouvons-nous se relationner correctement avec les autres si nous ne nous relationnons même pas correctement avec nous-mêmes?

Dans le travail sur nous-mêmes, il y a des étapes très difficiles. Il arrive que lorsque nous travaillons sur nous-mêmes, nous changeons. De toute évidence, cette transformation est mal comprise par nos semblables. Nos semblables ne veulent pas changer; ils vivent piégés dans le temps, ils sont le résultat de nombreux jours passés et, quand nous changeons, ils nous jugent erronément. C’est quelque chose que l’étudiant Gnostique doit savoir.

Dans le monde, de nombreux codes moraux sont écrits. Cependant, quelle est vraiment la morale? Les codes moraux sont-ils utiles pour éliminer l’ego? Peuvent-ils illuminer le côté invisible de soi-même? Ces codes moraux peuvent-ils nous aider à atteindre la sanctification? Ils ne peuvent rien faire de cela. La morale est un fruit de la coutume, d’un lieu et d’une époque. Ce qui est moral à un endroit est immoral à un autre; ce qui était moral à une époque ne l’est pas à une autre. Par conséquent, qu’en pensez-vous? Qu’est-ce qui est vraiment moral?

Dans la Chine antique, il était correct de tuer le père quand il était vieux et incapable de prendre soin de lui-même. Que pourrions-nous dire lorsqu’un homme tue son père? Parricide, n’est-ce pas?

La moralité est un esclave du lieu, de la coutume et de l’ère. Alors, quelle utilité pourraient avoir les codes moraux écrits dans le monde? Dans quelle mesure ces codes moraux brillants pourraient-ils être utiles? Ces codes peuvent-ils éliminer l’ego? Peuvent-ils illuminer la face cachée de notre Lune Psychologique? Non! Ils ne sont pas utiles. Sur le chemin de l’élimination de l’ego, nous semblerions « immoraux » au premier abord.

Quel genre de moralité devons-nous suivre? Quelle est la morale si les codes sont inutiles?

Il y a un type de morale qui a été un jour condensée par les Tibétains dans les Paramitas. Il est dommage que les Paramitas n’aient pas été traduites des langues Orientales; j’ai essayé de les trouver et je ne les ai pas trouvés. Une vraie éthique; qui pourrait comprendre cette éthique? Peut-être que vous pourriez, peut-être pas. [Éditeur: les Paramitas sont maintenant disponibles sous une forme synthétisée dans divers textes. Lisez notre entrée dans le glossaire pour plus d’informations. Les Paramitas sont discutées en détail dans le cours Le Chemin du Bodhisattva]

Si vous changez, il peut arriver que des gens se retournent contre vous. Si l’un de vous change, il se peut que nous le désignions tous comme « immoral », comme une mauvaise personne, « regardez ce qu’il a fait! » C’est-à-dire que les censeurs apparaissent et que c’est parce que les gens veulent voir l’initié pris au piège dans le passé et ne veulent en aucun cas le voir changer, développer quelque chose de nouveau. Lorsque l’initié change, il est mal compris et jugé à tort. L’ego est le temps et l’ego des autres ne peut accepter que quelqu’un puisse s’échapper du temps; ils ne l’acceptent en aucune façon.

J’ai été expulsé de la maison de mes parents parce que j’avais résolu de changer. Ils m’ont beaucoup tourmenté: les règles des enseignants, les pincements aux oreilles, les coups à la tête parce que je ne dominais pas ces enseignements qui leur étaient fondamentaux. J’ai été expulsé de chez moi, de l’école, de partout. La conclusion est que j’étais une nuisance et tout cela parce que je changeais; je ne voulais pas rester coincé dans le temps. Donc, j’ai été condamné comme hérétique, méchant. Ils m’ont même persécuté presque à mort en tant que « ennemi numéro un » de la religion officielle. Je me suis mis « hors de la vague »; ils ne pouvaient pas me pardonner du fait que je ne voulais pas suivre leurs croyances.

Si l’un de vous change, vous pouvez être sûr que les autres vont vous critiquer. Nous sommes dans le Lumisial mais nous voulons voir même le Maître marcher selon des règles pré-établies dans le temps. Je suis sûr que vous ne me regarderiez pas avec plaisir si je sortais de ces schémas. Vous avez vos codes et si je m’échappais de ces codes, que se passerait-il? Vous n’aimeriez pas cela, et vous diriez peut-être: « Regardez ce qu’il fait, et il est un Maître. »

Bien, c’est ce qui s’est passé. Pourquoi? Parce que je ne voulais pas accepter les codes, parce que je ne voulais pas rester pris au piège dans le temps, parce que je ne voulais pas être pris au piège de leurs codes moraux.

Certains d’entre vous suivent les Dix Commandements et de là, vous ne quittez pas. D’autres suivent des codes plus ou moins établis par vos proches dans le temps. Certains d’entre vous suivent des règles de comportement qui ont été apprises dans différentes écoles pseudo-ésotériques et pseudo-occultes. Lorsque l’un de vous ne se comporte pas selon les codes que vous avez établis dans votre mental, alors il est indigne, une personne mauvaise. Voyons donc à quel point il est difficile de réaliser l’auto-réalisation Intérieure de l’Être.

Selon l’usage de l’Auto-observation, on connaît cette face cachée, sachant qu’il y a à l’intérieur des faits que nous ne connaissions pas, des éléments que nous n’avions même pas soupçonnés à distance.

Lorsque nous éliminons ces faits, nous entamons des transformations psychologiques qui se reflètent évidemment chez notre prochain. Ces changements sont mal compris par eux car ils ne veulent pas accepter quelqu’un qui ne se comporte pas selon les normes préétablies, avec les codes.

Il arrive que dans le travail, nous devons souvent être « immoraux ». Quand je dis cela, il faut le comprendre. Je n’utilise pas ce mot dans le sens où vous le connaissez, au sens négatif. Je veux utiliser ce mot dans un sens positif et constructif. Je veux dire que nous devons éviter les codes expirés de certaines moralités qui n’ont pas de base solide. Par exemple, je préviendrai quelqu’un parce qu’il est arrivé à la fin du cours: « Ce n’est pas correct, regarde tout le bruit que tu as fait, tu dois arriver à l’heure, le cours commence à neuf heures., etc. » Bien, le chemin est normalement très difficile, il est étroit et droit. De chaque côté il y a des abîmes horribles, mais aussi de merveilleuses ascensions et des descentes effrayantes.

Il y a beaucoup de chemins ; certains d’entre eux apportent la domination de zones déterminées de l’univers, c’est-à-dire que l’on devient une divinité ou un Cosmocréateur (parlant dans le style Hindoustani). D’autres vont dans divers cieux. Il y a des chemins qui s’échappent du chemin central et qui ont une merveilleuse apparence de sainteté mais qui vont à l’abîme et à la Seconde Mort. Il est difficile de ne pas se perdre, et la norme est de s’y perdre plusieurs fois à cause de codes moraux déterminés.

Alors qu’est-ce qu’on doit faire? Nous devons nous auto-explorer de manière constante et nous censurer avant de censurer quelqu’un d’autre.

Avant d’être violent avec les autres, nous devons nous explorer nous-mêmes afin de connaître notre propre violence, cette violence intérieure qui existe même si nous pensons ne pas l’avoir.

Si les gens pouvaient vivre de manière plus consciente, tout serait différent. Malheureusement, nous avons créé de nombreux portraits de nous-mêmes parce que nous vivons dans une petite partie de nous-mêmes. Lorsque nous projetons notre Conscience sur cette partie invisible, les portraits sont réduits en poussière cosmique parce que nous changeons. À quel point les autoportraits que nous avons créés sont-ils petits et déformés? Jusqu’où sont ces portraits de ce que nous sommes réellement! Je pensais à haute voix; vous faisiez partie de mes propres réflexions.

À quel point nous sommes avares, nous ne soupçonnons pourtant pas, même à distance, que nous sommes avares, mais que nous avons une avarice dans notre face cachée!

Parfois, nous pensons que si les Groupes Ésotériques Gnostiques étaient meilleurs, nous nous sentirions plus heureux. Nous voulons même un monde idéal pour y travailler. Nous pensons que si nous pouvions aller à la montagne ou dans les profondes vallées, nous pourrions travailler mieux. Ce n’est pas utile. À quel point serait-il utile d’être dans une caverne, alors qu’en nous, nous avons tous ces faits tels que l’envie, la luxure, la haine, etc., etc., etc.

Nous, ceux qui sont présents ici, ne sommes pas parfaits, nous ne sommes pas des agneaux apprivoisés. Nous ne sommes pas parfaits, seul le Père est parfait. C’est évident.

Aujourd’hui, je vois beaucoup d’amis réunis au cours de cette réunion – bien, j’exagère beaucoup: je vois un petit groupe de frères et sœurs. Êtes-vous sûr de faire partie d’un noyau de fraternité, d’amour et de beauté? Y a-t-il quelqu’un ici qui ne critique jamais les autres? Et quand vous êtes ensemble dans une assemblée, êtes-vous sûr de ne jamais bavarder entre vous? Vous êtes assis ici comme de petits saints, mais au fond de vous vivent des envies, des bagarres, des haines, des critiques erronées, etc., et vous le savez, mais tout le monde voit les défauts chez les autres et non pas en soi. Personne ne réalise que la faute qu’il observe chez les autres existe à l’intérieur de lui-même. Très peu sont les frères et sœurs qui savent réfléchir à ces choses, peu sont ceux qui savent comprendre.

Pourquoi voudrions-nous quelque chose d’idéal, un monde idéal, où personne ne pourrait haïr, dans lequel tout le monde pourrait être un frère ou une sœur, dans lequel tout le monde voulait la sagesse et l’amour? Y a-t-il une raison de le souhaiter? En réalité il n’y en a pas.

Si le groupe se trouve dans la Troisième Chambre, il symbolise et représente précisément la vie au-delà, la vie au-delà de cette salle.

Vous savez que la vie, le train de l’existence, l’humanité en général, est pleine de terribles défauts; vous savez que les multitudes sont pleines de colère, de cupidité, de luxure, d’envie, d’orgueil, de paresse et de gloutonnerie, etc., etc., etc. Ce n’est pas une humanité idéale. Alors pourquoi voulons-nous que ce petit groupe soit idéal? Ce petit groupe représente cette humanité, ces multitudes, ces millions de personnes qui existent dans le monde. Ici dans ce petit groupe se trouvent les mêmes erreurs que les multitudes. Par conséquent, dans ce petit groupe il y a une école merveilleuse, il y a un gymnase psychologique extraordinaire.

Est-ce qu’un ami a dit quelque chose de critique à quelqu’un d’autre? Celui qui a parlé devrait investiguer sur lui-même pour voir cette partie occulte de lui-même, ce côté invisible, afin d’observer et de savoir pourquoi il a censuré son semblable.

Une sœur a-t-elle dit quelque chose à propos d’une autre femme? Au lieu de la critiquer, mieux vaut qu’elle explore cette partie de la Lune qui est invisible. Ensuite, elle se rendra certainement compte que l’erreur qu’elle observe chez la femme existe également dans sa propre partie cachée, dans la partie invisible. De cette façon, il serait plus utile de cesser de critiquer et d’utiliser ce gymnase pour notre auto-découverte.

Dans un petit groupe, toute l’humanité est représentée (ce qui est merveilleux, extraordinaire) et un précieux gymnase est nécessaire à l’auto-découverte. Si un groupe était parfait, alors il n’y aurait aucune nécéssité pour ce groupe. Pourquoi? Si tout le monde était parfait, pourquoi devrions-nous avoir ce groupe?

Ce groupe existe parce que nous ne sommes pas parfaits. Nos erreurs, les erreurs de tous les frères et sœurs additionnés sont les erreurs de l’humanité. C’est la représentation de l’humanité. Faisons donc bon usage de cette école et au lieu de censurer quelqu’un, censurons en nous l’erreur que nous observons chez d’autres. Cette erreur doit être utilisée comme exemple pour la Conscience, elle nous permettra de savoir que nous avons cette erreur dans notre côté caché. Observez l’utilité d’une école ésotérique, d’une école de régénération.

C’est une école de régénération et nous sommes stupides lorsque nous quittons l’école et nous essayons de trouver l’humanité idéale. Où allons-nous la trouver? Dans quelle partie du cosmos?

Il y a une humanité divine, oui, mais ce n’est pas une humanité commune. Le Cercle Conscient de l’Humanité Solaire, le cercle qui travaille dans les Centres Supérieurs de l’Être, c’est l’unique humanité que j’appellerais idéale.

Comment pouvons-nous appeler idéal le fils de notre prochain? Comment pouvons-nous appeler Pierre, Paul, Steven, Jim, Calvin et Joseph idéal? Cependant, nous avons tous besoin d’eux. Les erreurs du prochain nous sont très utiles. Nous pouvons les utiliser comme indications. Si je découvre que telle personne est pleine d’envie, je dois réfléchir un peu, je censure la vie de cette personne, et cela indique que je l’ai au fond de ma Conscience, dans cette partie invisible.

Il faut savoir qui est le censeur, qui est le « Moi » du critique. Cela vaut la peine de réduire ce « Moi » en poussière cosmique.

Question: Que pourriez-vous expliquer sur les Gorgones?

Samael Aun Weor: Les Gorgones? Que voulez-vous savoir sur les Gorgones? Virgile, le poète de Mantoue, n’en a-t-il pas parlé dans l’Énéide? Dante n’a-t-il pas parlé d’elles dans la Divine Comédie? Que voulez-vous savoir sur les Gorgones? Les Gorgones avec leur venin ne sont rien d’autre que les Trois Furies dont parle Virgile dans son Énéide. Elles existent là. Là elles sont, terribles dans l’Ésotérisme Christique.

Le premier nous pourrions appeler Judas, le démon du désir; le second nous pourrions l’appeler Pilate, le démon du mental et le troisième nous pouvons l’appeler Caïphe, le démon de la mauvaise volonté.

Maintenant, ce qui compte vraiment, c’est que chacun d’entre nous décapite les Trois Gorgones que nous avons à l’intérieur. Elles appartiennent au côté caché, au côté invisible.

Question: Lorsque vous avez mentionné le code moral, je pense qu’il peut exister le danger de vouloir transformer la Gnose, les enseignements Gnostiques en un code moral. Si nous vivons conformément à l’enseignement mais que nous ne le comprenons pas, nous ne vivons pas selon le véritable sens de l’enseignement. Est-ce possible?

Samael Aun Weor: Oui. Et je remarque que nos amis du Mouvement Gnostique ont une forte tendance à écrire des codes moraux et que tout le monde a tendance à vouloir que ces codes soient respectés. Tout le monde veut établir des codes moraux dans le Mouvement pour que tous les frères et sœurs s’y adaptent. En fin de compte, ces codes sont absurdes, rances, arriérés, et deviennent des bouteilles dans lesquelles le mental reste piégé, alors le travail d’élimination de l’ego échoue. Il arrive que dans ce travail, il soit nécessaire de faire des choses qui pourraient sembler « immorales », qu’il faut parfois sortir de la norme à laquelle tout le monde est soumis.

Il arrive que quand on pense que tout va bien, on va mal et justement quand on va bien, les autres pensent qu’on va mal. C’est la nature de ce chemin ; il y a beaucoup de vertu chez les méchants et beaucoup de méchanceté chez les vertueux. Il y a des dangers énormes. Il peut arriver que l’on puisse aller dans une allée que l’on pense être la bonne mais il arrive que l’on quitte le vrai chemin.

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : The Hidden Face of our Psychological Moon

Catastrophe Finale
Types d'Écoles Spirituelles