Catégorie: Gnostique

Traduit par G.R.S Mead

I.

Lorsque, un tout petit enfant, j’habitais

Dans la Maison du Royaume de mon Père,

Et dans la richesse et les gloires

De mes Éleveurs, je me réjouissais,

De l’Est, notre Maison, mes Parents

M’envoya avec des provisions pour le voyage.

En effet de la richesse de notre Trésor,

Ils m’ont attaché une charge.

Elle était grande, mais était-elle si légère

Que tout seul je pouvais la supporter.

II.

L’or du pays de Beth-Ellaya,

Argent de Gazak le Grand,

Calcédoine d’Inde,

[Opales?] Aux teintes irisées de Kãshan.

Ils m’ont entouré d’Adamant [aussi]

Qui a le pouvoir de couper même le fer.

Ma Glorieuse Robe, ils m’ont enlevé

Qui, dans leur amour, ils m’avaient forgé,

Et mon Manteau Pourpre [aussi]

Qui a été tissé pour correspondre à ma stature.

III.

Et avec moi, Ils ont [alors] fait un pacte;

Dans mon cœur l’ont écrit, pour ne pas l’oublier:

« Si tu descends en Égypte,

Et de là tu apportes la seule Perle –

« [La Perle] qui se trouve dans la Mer,

Dur par le Serpent qui respire fort –

« [Alors] tu mettras ta Robe

Et ton Manteau qui va dessus,

« Et avec ton Frère, Notre Deuxième,

Tu seras Héritier de notre Royaume. »

IV.

J’ai quitté l’Orient et je suis descendu

Avec deux Messagers [avec moi];

Car le chemin était dur et dangereux,

Car j’étais jeune pour marcher.

J’ai traversé les frontières de Maish~ n,

Le mart des marchands Orientaux,

Et j’ai atteint le Pays de Babel,

Et entra dans les murs de Sarbãg.

Plus bas, je suis allé en Égypte;

Et de moi se séparèrent mes escortes.

V.

Tout de suite je suis allé au Serpent;

Près de son logement, je me suis installé,

Pour emporter ma Perle

Pendant qu’il devrait dormir et somnoler.

J’étais seul là, oui, tout seul;

Pour mes compagnons de logement un étranger.

Cependant, j’y ai vu un noble,

Du pays de l’Aube mon parent,

Un jeune homme juste et bien favorisé,

Fils de Grandes; il est venu et il m’a rejoint.

VI.

Je l’ai fait mon compagnon choisi,

Un camarade, pour avoir partagé mes marchandises avec.

Il m’a mis en garde contre les Égyptiens,

« Ne te mélange pas avec les impurs.

Car je m’étais habillé comme ils étaient,

Qu’ils pourraient ne pas deviner que j’étais venu

De loin pour décoller la Perle,

Et réveiller ainsi le Serpent contre moi.

VII.

Mais d’une occasion ou d’une autre

Ils ont appris que je n’étais pas de leur pays.

Avec leurs ruses, ils ont fait ma connaissance;

Oui, ils m’ont donné leurs vivres à manger.

J’ai oublié que j’étais le fils d’un Roi,

Et est devenu esclave de leur roi.

J’ai tout oublié concernant la Perle

Pour laquelle mes Parents m’avaient envoyé;

Et du poids de leurs victuailles

Je m’enfonçai dans un profond sommeil.

VIII.

Tout cela qui arrivait maintenant,

Mes Parents ont perçu et étaient inquiets.

Il a ensuite été proclamé dans notre Royaume,

Que tout cela accélère vers notre Porte –

Rois et Chefs de Parthe,

Et de l’Orient tous les Princes.

Et voici le conseil auquel ils sont venus:

Je ne devrais pas rester en Égypte.

Et pour moi, ils ont écrit une lettre;

Et à chaque Noble son Nom a été fixé:

IX.

« De nous – Roi des Rois, ton Père,

Et ta Mère, Reine du pays de l’Aube,

« Et de Notre Deuxième, ton Frère –

À toi, Fils, en-bas en Égypte, notre Salutation!

« Lève-toi de ton sommeil,

Écoute les paroles de Notre Lettre!

« Souviens-toi que tu es le fils d’un Roi;

Vois qui tu as servi dans ton esclavage.

Bethink toi-même de la Perle

Pour laquelle tu as voyagé en Égypte.

X.

« Souviens-toi de ta Glorieuse Robe,

Ton Splendide Manteau, souviens-toi,

« À mettre et à porter comme parure,

Quand ton Nom peut être lu dans le Livre des Héros,

« Et avec Notre Successeur, ton Frère,

Tu peux être Héritier de Notre Royaume. »

Ma Lettre était [sûrement] une Lettre

Le Roi avait scellé de sa Main Droite,

« Contre les Enfants de Babel, les méchants,

Les Daimons tyranniques de Sarbãg.

XI.

Il a volé sous la forme de l’Aigle,

De toutes les tribus ailées, le roi-oiseau;

Il a volé et est descendu à côté de moi,

Et transformé en discours tout à fait.

À sa voix et au son de ses ailes,

Je me suis réveillé et je suis sorti de mon sommeil profond.

Pour moi, je l’ai pris et l’ai embrassé;

J’ai desserré son sceau et je l’ai lu.

Tel qu’il se tenait dans mon cœur écrit,

Les mots de ma Lettre ont été écrits.

XII.

Je me suis souvenu que j’étais le fils d’un Roi,

Et mon rang a longtemps aspiré à sa nature.

Je me suis repensé à la Perle,

Pour laquelle j’ai été envoyé en Égypte.

Et j’ai commencé [alors] à le charmer,

Le terrible Serpent qui respire bruyamment.

Je l’ai endormi et sommeillé,

Lui chantant le Nom de mon Père,

Le Nom de notre Deuxième, [mon Frère],

Et [Nom] de ma Mère, la Reine de l’Orient.

XIII.

Et [là-dessus] j’ai arraché la Perle,

Et se tourna vers la maison de mon Père.

Leurs vêtements sales et impurs

Je me suis déshabillé et laissa dans leur pays.

À la façon dont je suis venu, je me suis trompé,

À la Lumière de notre Maison, au pays de l’Aube.

Sur la route, j’ai trouvé [là] devant moi,

Ma Lettre qui m’avait réveillé –

Comme avec sa voix, elle m’avait réveillé,

Alors maintenant avec sa lumière, elle m’a conduit –

XIV.

Sur le tissu de soie, en lettre de rouge [?],

Avec une apparence brillante devant moi [?],

M’encourageant avec ses conseils,

Avec son amour, elle me faisait avancer.

Je suis sorti; j’ai traversé Sarbãg;

J’ai laissé le pays de B~ bel sur ma main gauche;

Et j’ai atteint Maishan le Grand,

Le rendez-vous des marchands,

Cela couche dur au bord de la mer.

XV.

Ma Glorieuse Robe que j’avais enlevée,

Et mon Manteau dont elle était couverte,

En bas des Hauteurs d’Hyrcanie,

Là, mes Parents m’ont envoyé,

Par les mains de leurs Distributeurs de Trésors

Qui était digne de confiance avec elle.

Sans que je rappelle sa mode, –

Dans la Maison de mon Père, mon enfance l’avait quittée, –

Aussitôt, dès que je l’ai vu,

La Gloire ressemblait à moi-même.

XVI.

Je l’ai vu en tout de moi,

Et m’a vu en tout, –

Que nous étions deux en distinction,

Et pourtant encore une fois une ressemblance.

J’ai aussi vu les Trésoriers,

Qui pour moi l’avait abaissé,

Étaient deux [et pourtant] d’une même ressemblance;

Car un Signe du Roi était sur eux –

Qui à travers eux m’a rendu la gloire,

Le Gage de ma Royauté [?].

XVII.

La Glorieuse Robe tout enchevêtrée

Avec une splendeur étincelante de couleurs:

Avec de l’Or et aussi avec du Béryl,

Calcédoine, teintée d’iris [Opales?],

Avec des Sards de différentes couleurs.

Pour correspondre à sa grandeur [?], en outre, elle avait été achevée:

Avec des joyaux adamantine

Toutes ses coutures étaient décollées.

[De plus] l’Image du Roi des Rois

Était représenté entièrement tout cela;

Et comme avec les Saphirs au-dessus

Était-t-elle réalisée dans une couleur hétéroclite.

XVIII.

Je l’ai vu d’ailleurs, tout ça

Les mouvements de la Gnose abondent;

Je l’ai vu plus loin

Prêt à parler.

J’ai entendu le son de sa Musique

Ce qu’il chuchota en descendant [?]:

« Le voici l’actif dans les actes!

Pour qui j’ai été élevé avec mon Père;

« Moi aussi j’ai ressenti en moi

Comment cela avec ses œuvres a ciré ma stature. »

XIX.

Et [maintenant] avec ses mouvements Royaux

Se déversait-il vers moi,

Et se hâta entre les mains de ses Donateurs,

Que je pourrais [le prendre et] le recevoir.

Et moi aussi, mon amour poussé en avant

Courir pour le rencontrer, le prendre.

Et je me suis étendu pour le recevoir;

Avec sa beauté de couleur, je me suis parée,

Et mon Manteau de couleurs scintillantes

Je me suis entièrement enveloppé.

XX.

Je m’en suis habillé et je suis monté

À la Porte de la Salution et de l’Hommage.

J’ai baissé la tête et rendu hommage

À la Gloire de Celui qui l’avait envoyé,

Dont les ordres que j’avais [maintenant] accomplis,

Et qui avait aussi fait ce qu’Il avait promis.

[Et là] à la Porte de Ses fils de Maison

Je me suis mêlé à Ses Princes;

Car Il m’avait reçu avec joie,

Et j’étais avec Lui dans Son Royaume;

XXI.

À qui l’ensemble de Ses Serviteurs

Avec des voix douces, chantent des louanges.

* * * * *

Il avait promis qu’avec lui à la Cour

Du Roi des Rois, je devrais accélérer,

Et emportant avec moi ma Perle

Devrais avec lui être vu par notre Roi.

L’Hymne de Judas Thomas l’Apôtre,

dont il a parlé en prison, est terminée.

Catégories : Gnostiques