Écrit par : Paracelse   Catégorie : Écritures Alchimie

Cette Écriture est discutée dans une conférence donnée à l’origine sur Gnostic Radio: Urim et Thummim.

Urim et Thummim ont montré qu’ils sont faits par l’Art, et sont les mêmes avec l’Esprit Universel, corporatif et fixe.

Par Paracelse

La Vérité semble enterrée, car elle produit peu de fruit; mais elle est grande, et prévaut, de rendre toutes choses manifestes autant que possible pour les hommes; car dans le sens commun et la raison, tous s’accordent dans les mystères jamais: afin que nous ne parlions pas de Science sans Connaissance, qui brise les Portes d’Airain et coupe les Barres de Fer, aux yeux de la Compréhension, pour que les trésors des ténèbres puissent être ouverts, et l’Épée brillante et ardente découverte, qui tourne dans tous les sens pour garder les transgresseurs hors du Paradis.

Car si nous considérons en quoi les Corps Célestes et Terrestres s’accordent, nous trouverons quelque chose d’objectif dans les Corps inférieurs, par lesquels ils communiquent leur Vertu Céleste et leur Influence; que l’Art préférée imite, pour produire une substance glorieuse de Formes connexes, et de Clarté, Vertu et Beauté au-delà de l’expression.

Les Mathématiciens disent: Les Influences Célestes détiennent et gouvernent chaque Corps naturel, et par de nombreuses unités collectent une quantité subsistant sans ombre: car les Vertus réelles affectent d’être spécifiques; et en tant que feu vivant, donne vie à d’autres choses: quelle substance centrale des Vertus Célestes ou Forme des Métaux est le sujet de ce court Discours.

Que l’Urim et le Thummim, qui ont été donnés sur la montagne, ne peuvent être prouvés qu’ils sont le potentiel de la création, peuvent apparaître; car c’étaient des substances, le Nom entier et les Essences se prédisaient l’un l’autre, étant des termes convertibles, le Nom et l’Essence: les mots signifient Lumière et Perfection, Connaissance et Sainteté, aussi Manifestation et Vérité, de même que Science et Essence font une Perfection. Il est probable qu’ils étaient avant que la loi ne soit donnée; car le Dieu Tout-Puissant a commandé à Noé de faire une Lumière plus claire dans l’Arche, que certains prennent pour une Fenêtre; d’autres, pour la cambrure et la courbure du Pont supérieur, une Coudée: mais le texte dit, le Jour et la Nuit ne cesseront plus; Il semble, cela a alors cessé: et s’il s’agissait d’une ou plusieurs Fenêtres, est incertain: mais lorsque les Fenêtres du Ciel ont été ouvertes et que l’Air s’est assombri en déversant de la Pluie, le Soleil ne donnant pas sa Lumière, mais a interdit l’Esprit génératif des Créatures dans l’Arche, à quelle clarté extérieure peut-on s’attendre?

C’est pourquoi certains des Rabbins disent: Le mot Hébreu Zohar, que la Chaldée traduit Neher, ne se trouve pas dans l’Écriture, sauf à cet endroit : de sorte que, comme le mot, il semblait être une Lumière rare, et ce qui est généralement mis en doute être, le Créateur a ordonné à Noé de faire par l’Art. D’Autres Docteurs Hébreux disent: C’était une pierre précieuse accrochée dans l’Arche, qui éclairait toutes les Créatures vivantes qui s’y trouvaient. C’est ce que le plus grand Carbuncle ne pouvait pas faire, ni aucune pierre précieuse uniquement naturelle.

Mais l’Esprit Universel, fixé dans un Corps transparent, brille comme le Soleil dans la gloire, et donne suffisamment de Lumière à toute la Pièce pour lire: il est donc très probable que c’était la Lumière que Dieu a ordonné de faire, de donner la Lumière à toutes les Créatures vivantes: car elle est d’une durée perpétuelle.

Et tandis que Tubal-Cain est dit être un Maître parfait de chaque Artificier en Laiton et en Fer, que certains détiennent, contient la décoction entière et parfaite de la Vertu Métallique, où la Vertu Centrale est le plus abondant, et rend l’heureux plus admiré, qui marchent au milieu des Pierres de Feu; Car là où il y a deux choses d’une même Nature, le chef doit être compris: c’est pourquoi dans la mention des Feux, le Feu pur est préféré. (Ézéchiel 28.16)

Le Voile Écarlate dans le Temple semblait toujours en mouvement, et signifiait le Feu pur, génératif et fixé dans des Corps plus clairs, comme Urim et Thummim : Bien que les Essences ne soient pas sans grande difficulté manifestées en elles-mêmes, mais la Vision plus claire de celle-ci rend la possibilité incontestable; comme à la Prière d’Elisha, son Serviteur vit le Char et les Chevaux de feu autour de son Maître, qu’il ne voyait pas auparavant; ainsi sont-ils apparents lorsque l’invisible est rendu visible.

Certains pensent que l’Urim et Thummim n’étaient pas artificiels, car on dit dans le texte qu’ils doivent être mis dans la bretelle, mais ne pas être faits: mais ce point peut être éclairci en observant les différents types de fabrication, comme entre ces choses faites avec les mains, et ces choses qui ne sont rendues visibles que par effet: car là où la Vertu naturelle et habituelle se rencontrent, la perfection est plus absolue par une sorte de nouvelle Génération, comme le pur Soufre du Métal, par une puissance intérieure s’auto-purge par ébullition; non par les causes premières et lointaines, mais par la seconde et plus récente, dont les Philosophes disent: Le secret de tous les secrets est d’une telle disposition, qui ne peut être perfectionnée avec les mains; car c’est une transmutation des choses naturelles, d’une chose à une autre. Aussi, dit-on, l’Artiste prend des Esprits impurs, et par Sublimation, Nature et Art, les nettoie en corps purs et fixes: de sorte que la Nature corporelle prédomine éternellement: et étant plus que la perfection pour d’autres choses.

Maintenant que ces perfections ont leurs débuts à partir de deux Lumières, le Texte et les anciens Philosophes le montrent clairement; mais l’ignorance et la matière des Éléments sont les Portes de Fer, qui doivent être coupées en morceaux, avant que l’invisible ne soit rendu visible.

Car l’Urim et Thummim naturel, les Philosophes affirment, ce qu’ils ont vu et fait: et qu’ils n’ont rien fait d’autre que ce qu’ils ont fait avant, et savaient: de sorte qu’une connaissance parfaite est particulièrement nécessaire pour faire un Art parfait: c’est pourquoi nous devons considérez les moyens d’atteindre cet objectif.

Le Seigneur a donné à Bezaliel la sagesse, la compréhension et la connaissance: ce sont les moyens: car l’or est dissous par la Sagesse, dans la Contrition, l’Assation et le Feu. Le but est d’inventer des œuvres en Or, Argent et Laiton; qui ne doit pas être compris selon le son des mots, mais selon l’intention de toute distillation, extraire la partie intérieure et manifester la vertu centrale: car là où la perfection de la matière est glorieuse, la perfection de la forme est plus glorieux. (Exode 31.3,4.)

Le Soleil et la Lune sont comme les Parents de tous les corps inférieurs et les choses, qui devient plus proches en vertu et en température, sont plus excellentes: Le Mouvement et la Vertu du Soleil vivifient tous les corps inférieurs, et on dit que la forme pure du Soleil terrestre est tout Feu; et c’est pourquoi le Soleil céleste communique plus de Vertu: c’est pourquoi la qualité incorruptible du Soufre pur étant digérée dans la chaleur extérieure, a aussi un pouvoir royal sur tous les corps inférieurs: car le Soleil infuse son influence en toutes choses; mais surtout dans l’or: et ces corps naturels ne manifestent jamais leurs vertus, jusqu’à ce qu’ils soient rendus spirituels.

Un des Rabbins dit: Ils ont fait dans le second Temple Urim et Thummim; à la fin, ils pourraient constituer les huit Ornements, bien qu’ils ne se soient pas renseignés par eux, parce que le Saint-Esprit n’était pas là; et tout prêtre qui n’a pas parlé par le Saint-Esprit, et sur lequel la divine Majesté ne repose pas, ils ne s’enquièrent pas par lui: il en est ainsi du Pain Sacramentel, qui n’a pas de signification avant la Consécration.

Mais ces hommes avaient l’esprit de Bezaliel, et ont fait ces corps spirituels naturels: quelle Teinture souverain, disent certains, Si purifie, et fait en sorte que l’humeur radical abonde, que les Enfants de la quatrième Génération, (oui, comme certains disent, au dixième) percevra l’effet d’une telle santé parfaite de leurs Ancêtres.

D’autres disent: que s’ils ont une fois achevé cet Art, et doivent vivre mille ans, ils pourraient donner ce qu’ils voudront, et quand ils le voudront, sans danger de diminution; comme un homme qui a du Feu peut donner à son Prochain sans se blesser.

Marcus Vasso a dit: Il y avait beaucoup plus de mystères dans les Cérémonies Flamines, puis ils ont compris. Vesta signifiait la Terre pure et le Feu interne: dont il est dit, Vesta est la Terre et le Feu. La Terre porte le nom, tout comme le Feu: Vesta est les deux.

« Ainsi est montré dans un travail accompli par le feu,

la puissante Vesta, et sa pure Tenue. »

La philosophie n’est rien d’autre que l’étude de la Sagesse considérée dans une Nature créée, aussi bien soumise au sens, comme invisible, et par conséquent matérielle; et le Corps central de Sagesses est l’ombre de l’Essence centrale de Sagesses; et l’Interprétation morale ne peut jamais exclure les effets réels de la démonstration oculaire: mais là où la raison a l’expérience, la Foi n’a aucun mérite; et sans Foi il n’y a aucune connaissance de quelque chose d’excellente; car la fin de la Foi est la Compréhension.

Les Rabbins tiennent chaque commencement naturel pour être soit matière, soit cause de la matière, à savoir, les quatre Éléments. Mais ici les commencements doivent être bien compris; car il y a des commencements de Préparations, et des commencements de Composition, et des commencements d’Opération: car il a été ordonné à l’Artiste de concevoir le travail en Or: c’est-à-dire de l’objet à la possibilité: car si la matière est glorieuse, la forme doit être plus glorieuse: et bien que la Nature spirituelle soit plus opérante, la Nature corporelle doit cependant prédominer éternellement: de sorte que rendre le corporel spirituel, et le spirituel corporel, est toute la portée de l’intention; cependant le spirituel n’est pas le premier, mais le naturel: car la corruption doit revêtir l’incorruption et l’immortalité de la mortalité: car ce qui est d’une grande durance, et le plus abondant en Vertu excelle le plus dans la gloire et la beauté, et le plus apte à faire l’Urim et Thummim: car le pouvoir et l’honneur sont dans son Sanctuaire.

Mais parce que les plus grandes choses ne se font pas par la force ou par l’habitude de la doigter; comme aussi parce que l’intellect est plus excelent que le sens: c’est un travail d’une seconde intention, et le commencement sur la vertu des Éléments; c’est une Eau de Putréfaction pure, brillante et plus claire: car la perfection de tout Art (proprement dit) exige une nouvelle naissance, car ce qui est semé n’est vivifié que s’il meurt: mais ici la mort est prise pour mutation, et pas pour pourrir sous les mottes.

Maintenant, nous devons donc prendre la Clé de l’Art, et considérer que le secret de chaque chose est sa Vie: La Vie est une Vapeur, et dans la Vapeur se trouve la merveille de l’Art: tout ce qui a de la chaleur, agitant et se déplaçant en lui-même par la Transmutation intérieure, est dite vivante: cette Vie que l’Artiste cherche à détruire et à restaurer à une Vie éternelle, avec Gloire et Beauté. Cette Vapeur est appelée, l’Esprit végétal, parce qu’elle est de degré de chaleur avec le Végétal le plus chaud; et étant décocté jusqu’à ce qu’il brille comme l’Acier le plus brillant, vous verrez de grands et merveilleux secrets, non par la séparation des Éléments par eux-mêmes, mais par la prédomination et la victoire de ce Feu pur, qui, comme le Soleil Céleste, n’entre pas matériellement; mais avec l’aide du Feu Élémental, envoie son influence et son impression de forme.

Ici, nous devons observer la différence des perfections: car bien que vous ayez maintenant la Fontaine d’un blanc complet; mais vous n’êtes pas plus que votre plaisir principal, qui est la Fontaine de Vie, et le Centre du Cœur, l’Esprit universel, qui vit dans l’humidité radicale, et qui vivifie naturellement, et est la Semence masculine du Soleil Céleste: voici cette Règle a fait du bien, sauf si vous semez dans l’Or, vous ne faites rien. Par conséquent, nous devons tenir compte de ce que nous entendons par Or, dont il existe trois sortes: Vulgaire, Chymique et Divin; qui est donc ainsi appelé, parce que c’est un Don spécial de Dieu. Les Théosophes sont persécutés, par un régime exact et par certaines formes de prières à certains moments, à obtenir l’Ange du Soleil pour être leur Guide et Directeur.

Les Philosophes conseillent de prendre la matière semblable au-dessus de la Terre, que la Nature a faite sous la Terre: les Autres, rechercher le trésor le plus précieux d’une chose vile: tout ce qui est facilement convenu, si bien compris: car dans les lignes suivantes, le même Auteur dit: La chose vile vient du Sperme d’Or, moulé dans la matrice de Mercure par une conjonction primordiale. D’autres affirment qu’Azoch et Ignis sont suffisants pour cette haute perfection: lequel Azoch parmi les Allemands est Argent ; chez les Macédoniens, Fer ; chez les Grecs, Mercure ; chez les Hébreux, Étain ; chez les Tartares, Laiton; chez les Arabes, Saturne ; et chez les Indiens, Or. Tout ce qui est diversifié dans la Nature, est potentiel dans une composition: et par le duel de Spiritus, l’Or Céleste obtient la victoire sur tout le reste, et se fait (mais pas avec les mains) un corps brillant comme le Soleil dans la gloire, qui est appelé, Ens omnis privationis expers, ou Thummim. Telle est la Clé qui a fait la pure Fontaine, et d’elle a été faite lui-même; la belle Femme aimant tant l’Homme rouge, elle devint une avec lui et lui rendit toute gloire; qui, par son pouvoir Royal et sa Qualité de campagne, règne éternellement sur la quadruple Nature; mais si quelqu’un doit comprendre que l’Or commun ou Chymique est la substance de ce corps sacré, il se trompe beaucoup; car un Esprit glorieux n’apparaîtra pas, sauf dans un corps de son espèce.

Bien que le pur Manchet soit fait du meilleur Repas, le Blé n’est pas exclu; et ainsi on dit que le Pain est des deuxième et plus récentes causes, plutôt que de la plus éloignée: cependant, ce qui est fait par l’effet, dans un cours successif, est aussi certain que ce qui est fait avec les mains.

Après être tombés de l’unité, nous gémissons sous le fardeau de la division, mais trois composent l’union; d’abord temporaire, puis éternellement fixée. Celui qui connaît une chose pleinement, doit savoir ce que c’était, est et sera; donc connaître les différentes parties d’un cours successif n’est pas une mince affaire, et l’honneur n’est pas non plus minime dans l’utilisation correcte de la Créature.

L’Air transformé en Eau par son propre mélange devient du Bois; et le même Bois, par l’Eau, est transformé en Pierre. Une Source en Italie appelé Clytinus, rend blancs les bœufs qui la boivent: Et la Rivière en Hongrie transforme le Fer en Cuivre. À quelle excellence les choses peuvent-elles atteindre par la vertu habituelle, ou quelle puissance lorsque la Nature et l’Art font une perfection, qui est capable de s’exprimer?

Si vous désirez par l’Art avoir une chose d’une douceur et d’une odeur admirables, vous prendrez une substance de qualité similaire, pour l’exalter dans une telle excellence: la qualité propre du Feu et de l’Air est la douceur; elle n’est que appropriée dans la Terre et dans l’Eau: quels corps trouverons-nous, là où ils sont le plus abondants, sur lesquels travailler? Comme les Corps Célestes ne donnent pas de Teinture, ils sont pourtant plus abondants dans la Teinture. L’Air est la cause de la Vie; Le Mercure est l’Air coacté, Éthéré et vraiment Homogène, qui après un fort se fige et se fixe: on l’appelle un Or brut, et Or apposé, et Mercure mûrit. Et bien que la qualité brute soit froide et sèche; et certains tiennent pour l’excellence de sa température, Qu’il est tout Feu, ou semblable à lui, par lequel il est dissous: cependant, il est en général prouvé, ces corps sont les plus abondants dans le Feu et l’Air purs, dont la Qualité propre est la douceur. Par conséquent, ce sont les sujets les plus aptes à fabriquer le parfum le plus précieux du monde: et compte tenu du fait que la clarté et la luminosité sont le centre de chaque chose, et ces corps ont à la fois le centre et les superficies plus clairs et brillants, quand ils sont purifiés par l’Art, et les corps rendus spirituels, et ces Esprits corporalisés à nouveau, ils doivent nécessairement être des Corps de plus grande ou plus claire Lumière et Perfection: comme on compare un Corps glorifié à un plus claire lanthorn avec un cône en lui, en disant: plus un homme excelle en Vertu, plus ou moins était le Cône. Mais l’œuvre ne peut se manifester sans la destruction de la forme extérieure et la restitution d’un meilleur; qui sont les substances glorieuses de l’Urim et Thummim, qui dans leur être et leur usage physique, préserve le Temple du Corps de l’Homme incorruptible. Certains observent non seulement la différence entre Liquéfaction et Solution: mais tous les Corrosifs ou Opérations violentes, la Nature déteste, car il ne peut y avoir de Génération sauf des Natures semblables, vous ne pouvez pas non plus avoir les précieux Spermes sans Père et Mère. Et bien qu’un seul Véhicule soit suffisant pour perfectionner l’Enfant dans l’Utérus; cependant la Nature a fourni plusieurs seins pour le nourrir, et différents moyens pour l’exalter à la force d’un homme. La manière dont l’Or doit être brûlé, que le Feu ne peut pas consumer, est discutable, mais chaque exaltation de cet Esprit souverain, ajoute une Vertu et une puissance décuplées: alors prenez une partie de cet Esprit, qui est devenu aussi insensible que la poussière, et sur l’Or fondu il transforme tout en poudre; qui étant bu dans du vin Blanc, ouvre la Compréhension, augmente la Sagesse et fortifie la Mémoire: car voici la Veine de la Compréhension, Fontaine de la Sagesse et la Rivière de la Connaissance.

On dit que la Vérité de chaque chose est sa Nature incorruptible; car rien ne restera éternellement visible au dernier feu, sinon ce qui est de pure Vertu et de pureté essentielle. La Vérité et la Science ne sont pas guidées par le hasard ou la Fortune; mais l’Esprit de Dieu guide par la Main de la Raison. Et il semble que les Prophètes apprécient ces Pierres de Feu: certaines signifient la Pierre des Ténèbres; et pour ainsi dire, le Feu s’est manifesté: les autres, la Pierre d’Étain; et Ézéchiel, les Pierres de Feu atteintes par la Sagesse: qu’il diffère des Pierres précieuses naturelles, comme le Feu pur du Feu commun. Que la modestie permette donc cela possible, dont il ne comprend pas la terminaison et les degrés: ni refuser les Eaux de Shiloah, parce qu’elles vont lentement; car ceux qui pataugent dans les Eaux profondes ne peuvent pas aller vite.

Pour obtenir les Trésors de la Nature, vous devez suivre la Nature uniquement, qui ne donne pas le même temps à chaque génération; mais comme la jument a dix mois, l’éléphant trois; ou comme certains disent, neuf ans et cinquante ans avant la conjonction: soyez donc patients dans une œuvre de la Nature; car à elle seule est promise la Victoire; et les principales erreurs dans l’Art sont la hâte et la morosité. (Ésaïe 8.6)

La Régénération de l’Homme et la Purification des Métaux ont les mêmes degrés de Préparation et d’Opération, jusqu’à leur plus haute Perfection. Les premiers commencements de la Transmutation ou de la Naturation, est la plus petite mesure de Soufre pur, avec à la fois Richesse et Honneur dans la main gauche, et la longueur dans la droite. Dans les Générations naturelles, la forme prépare la matière, mais il existe des Préparations précédents. Il faut distinguer les commencements de la Transmutation: certains sont commencés de Préparation, et certains sont commencés de Composition. Les commencements de la Préparation, dans le puits des Larmes, qualifient la froideur et la matité de la disposition brute, et apprivoisent et soumettent la qualité effrayante du vol rapide, et changent la couleur de cette Liqueur éternelle, tournant l’intérieur vers l’extérieur, et ajoutant de la chaleur par le Soufre interne du Corps Homogène,qui est au moyen de l’Eau changée, parce que l’Eau par l’Eau, ne peut être extraite seule; cependant elle est exclue dans la conclusion: car, bien que ce soit une préparation nécessaire à l’altération suivante, il ne s’agit que du servile et du passif, qui a la première opération, étant préservé indemne de poids et de pureté.

Les commencements de la Composition sont ces Opérations et Changements intérieurs, qui suivent ce déluge brûlant, qui, en se mélangeant avec du Soufre fixe, dissout l’entêtement de cette Urne; et à l’aide de la chaleur extérieure, le Soufre intérieur est excité par l’Opération, et purifie la substance mais seulement à une blancheur pâle, plus blessante que profitable au Corps de l’Homme: ce que c’est, apparaîtra ensuite.

Encore une fois, le Soufre doit être distingué: le Soufre blanc et le Soufre vivant ou ressuscitant: le Soufre blanc est de la même Opération, et se perfectionne en retenant, et guérit presque toutes les maladies, et se teint de blanc ad infinitum.

En sachant cela, même les hommes les plus naturels ont cru à la Résurrection, sont devenus sobres, tempérés et patients; pas de doute: au centre du blanc complet, repose la Pierre rouge de la plus grande joie.

Ceci a amené les hommes à condamner à juste titre toutes les Cimentations, Calcinations et Citrinations; étant illuminés par l’objet glorieux, qui est aussi clair qu’un Miroir Cristal.

Faire revivre le Soufre est le secret des secrets et la gloire du monde entier, et uniquement propre à ceux que le Créateur a adaptés par voie de disposition naturelle; car ils ne mortifient pas seulement, mais purifient un corps pur, en le vivifiant avec la même forme essentielle; et on dit qu’ils font un Corps spirituel, parce qu’il n’y a pas de corruption qui résiste à l’Esprit; mais la Nature corporelle, étant entièrement soumise, est, avec l’Esprit, éternellement fixée dans un Corps transparent brillant comme le Soleil. Par conséquent, la conclusion doit être comprise du second, et non du premier: car si un homme n’a jamais autant de Soufre blanc, s’il n’a pas de ce Soufre ravivant, il est aussi loin du précieux Esprit, qui a le pouvoir sur tout, comme n’importe quel autre: car seul ce qui est de la Nature du Soleil brillera comme le Soleil dans la gloire.

Un Synode de Philosophes nous conseille, dans la recherche des trésors de la Santé et des Richesses, de montrer notre affection à la Justice et à la Prudence; comme Salomon, demandant la Sagesse, les Richesses lui ont été données en surplus. Cherchons donc la Vertu céleste, qui est le centre de toutes choses; ainsi sera-t-il facile de manifester l’Esprit souverain de Santé et de Richesse: car le Soufre Végétal, est le premier mouvement dans la Nature; et seule la Nature Mercurielle a le pouvoir de Vie et de Mort Métalliques.

Le Mercure brut est à l’origine une vapeur provenant de l’Eau et de l’Air, de la plus forte composition coactée; ou de l’Air lui-même, avec un Esprit Mercuriel par Nature, volant, Éthérique et Homogène, ayant les Esprits de chaleur et de froid; et par les chaleurs extérieures et intérieures, se fige et se fixe.

L’Or est également un Feu fixe, ou Mercure mature, et peut être rendu plus volitif que le Mercure ; mais uniquement par divers Mercures. De Mercure est la Nature mise au travail, le Corps fixe détaché, le Soufre végétal créé et l’Esprit universel fixé. Car l’Autorité des Écrivains anciens, des Raisons Divines et Naturelles, nous assurent que ceci, et nul autre, est la vraie voie pour manifester ces Lumières, dans lesquelles le Créateur a amassé vertu et puissance.

Mais c’est objecté, les Philosophes ne sont pas d’accord entre eux.

Réponse. Les instruments à cordes diverses font une douce harmonie, s’ils sont bien accordés: mais leurs lecteurs cherchent plutôt à les dominer, puis par une douloureuse industrie à leur trouver le consentement.

Objet. Affirmer les Contraires ?

Réponse. L’Artiste son intention est de convenir des contraires.

Objet. Ils excluent l’or et le mercure de la création de la pierre.

Réponse. Parce que leur matière brute provient de la destruction de la forme extérieure.

Objet. Ils disent que la Vertu des Éléments est leurs Matériaux.

Réponse. Juste en ce qui concerne leurs commencements sur des corps purs.

Objet. Tous leurs secrets proviennent d’une chose vile commune aux riches et aux pauvres.

Réponse. Les choses précieuses corrompues sont les plus viles; et la Science est commune aux riches et aux pauvres, et utilise beaucoup la Calcination ou la Poussière.

Objet. Aucun Métal n’est requis pour la fabrication de la Pierre.

Réponse. Comme aucune partie de l’homme à la fabrication de l’homme.

Objet. Une chose, un Verre, un Four suffit.

Réponse. C’est vrai, quand deux choses d’un même genre sont adaptées et satisfaites.

Objet. D’une Racine sort du blanc et du rouge.

Réponse. Même en tant qu’homme et femme d’un seul utérus.

Objet. La Pierre est végétale, animale et minérale.

Réponse. Juste: nœuds et plusieurs on dit qu’elle est végétale, parce que dans la maturation elle se multiplie en vertus et en quantité: on dit qu’elle est animale, parce qu’elle augmente son espèce; et on dit qu’elle est minérale, parce que son original provient du Métal ou de leur Minéral. On se souvient ici de l’Évêque d’Otrecht, qui a perdu la vie pour avoir découvert son secret. Pourquoi devrions-nous empêcher la distribution la plus élevée, qui n’a pas rendu la connaissance héréditaire, mais a enveloppé les choses dans le secret, afin que nous puissions faire une différence dans l’être, dans l’être et dans l’utilisation? La Nature est même jalouse de sa suprématie, et abhorre de voir le sensible avant les Trésors intellectuels préférés.

Cela montre le commencement et la fin de l’Art, Lux fata est justo cum rectis animo latitia: Marquez ce que vous semez, car telle est votre récolte. La lumière est semée sur la Terre pure; et du grain commence à pousser des oreilles à trois nœuds, certains à quatre; mais l’oreille ne bourgeonne jamais jusqu’à ce que les nœuds aient grandi. Et quelle valeur donne ce nouage ou cette fixation, considérez; car par méditation vous pouvez voir; en sentant cela vous pouvez savoir; en sachant, vous vous réjouissez; en vous réjouissant, vous adhérez; en adhérant, vous possédez; en possédant, vous jouissez de la Vérité: c’est-à-dire de l’usage incorruptible rendu visible. Prenez donc garde à votre valeur: car,

« Une partie de ces choses que votre mental peut vous inciter à faire,

et une partie votre meilleure partie peut vous apprendre à faire. »

La fabrication de l’Urim et Thummim, et la perfection de l’Élixir, est comparée à juste titre à la quadruple Création de l’Humanité: Adam de la Terre, Eve d’Adam, Abel des deux et Jésus-Christ d’une Vierge: ainsi l’homme appelé pierre vivante, produit cet Esprit conquérant éternellement pierreux et ardent appelé l’Élixir, de leur propre Terre seulement, leur Adam de leur Ève ; de leur Vierge à la fois, d’elle seulement l’Esprit souverain et universel, qui vivifie et préserve toutes les Créatures vivantes, et élève l’Artiste de la poussière pour se tenir parmi les Princes.

La vie sans péché, c’est la sagesse manifestée dans la chair: un Corps sans ombre, c’est l’Esprit universel collectif. L’Urim et Thummim étaient des Signes saints dans le brest-plat pour interroger Dieu dans le Temple. L’Urim naturel et le Thummim sont une qualité visible dans un Corps plus clair, qui préserve le Temple du Corps de l’Homme incorruptible.

N’est-il pas prophétique que tous les hommes considèrent sagement les œuvres de Dieu, jusqu’à la fin, ils sachent comment les valoriser correctement, et faire juste la différence entre les choses corporelles et spirituelles et les Esprits collectifs? Car, bien que les Esprits n’aient pas de place, ils ne parviennent pas à remplir toutes les parties, par le contact de leur Vertu, et dans l’usage altère à la fois la qualité et la quantité: la connaissance parfaite et distincte dont, manifestent nécessairement les choses recherchées par le propre et qualités appropriées; et des causes à l’effet, ouvre la beauté intérieure d’une essence vraie et naturelle, aussi clairement qu’en voyant que vous voyez; et montre aussi la fin finale, privative et parfaite de tout acte particulier: qui est le plus riche des Trésors intellectuels, parce que la Science et l’Essence ne font qu’un; et où les différents travaux, et successives sont apparentes, le temps n’a pas besoin d’être limité (comme les hommes de Bethulia,) car seulement à Elisha sa Prière, les yeux de ses Serviteurs se sont ouverts pour voir les choses invisibles, ce que tout ce qui monte à la gloire fera. (Psaume. 64,9. Psaume. 111,8).

Il se tenait autrefois, Rien ne mérite l’amour d’un honnête homme, sauf la Beauté intérieure: Par conséquent, ils considéraient que l’Amour ou l’Affection naturelle était la première cause ou le premier mouvement: comme la chaleur et la Vertu du Soleil, et de tout les Cieux, ont du pouvoir sur toutes les choses créées sous le Ciel, et par leur influence et leur rayonnement, toutes choses augmentent, grandissent, vivent et se conservent; et par leur renfoncement, ils pleurent et se fanent, tombent et s’affaissent; cependant ils n’en ont pas besoin, toute leur force étant surtout dans les choses imparfaites; car un corps de tempérament égal reçoit peu d’altération des Constellations, parce que la Terre a reçu la Vertu avant que les Cieux ne soient ornés du Soleil, de la Lune et des Étoiles: c’est pourquoi cela doit être distingué dans la Raison: ainsi est éloigné en place, et différentes choses dans l’être, et dans l’être et l’utilisation: car le changement de qualité a apporté la confusion, et un meilleur changement la Rénovation.

Les Historiens affirment, le Fleuve Nilus ne s’évaporent pas, en raison de la longue décoction sous le Soleil, mais est l’Eau la plus saine et Médicinable; et la terre Voisine commence à augmenter de poids le 17 Juin, (et pas avant) même alors quand le Fleuve commence à monter: quelle sympathie de l’Eau et de la Terre lointaines, par la puissance du Ciel, n’est pas contre la Nature, bien que hors de portée ordinaire. Par conséquent, pour un casting de premier plan, observons la concorde des corps métalliques; qui, comme les premiers Homme et Femme, n’ont pas plusieurs commencements, mais sont tous issus d’une vapeur Sulfureuse, qui, à l’aide d’Influence, d’Instrument, de Digestion et de Vertu Masculin et Féminin, associant des qualités propres et appropriées, ils obtiennent leur perfection par la puissance de l’Ordonnance de Dieu: cependant, comme chaque Terre ne cède pas comme le Métal, de même chaque Métal ne cède pas comme la Vertu centrale: Par conséquent, selon cet ordre de création, chaque chose doit augmenter dans son genre propre, (pas en divers) et le temps rend le nombre infini.

Les Anciens lisant le grand Volume du Livre de la Nature, ne trouvent aucun abrégé pour assimiler la Majesté de la Nature, sauf l’Homme et la Pierre; tous deux appelés, Pierres Vivantes: Mortification, Purification et Exaltation difficile originelles entières, ont une valeur infinie. Puis observez aussi un Soleil Céleste et Terrestre, qu’ils mettent en parallèle avec l’Homme, qui parce qu’ils sont seuls capables d’un véritable tempérament, ce qui est certainement possible, bien que rarement apprécié.

Mais pour gagner ce précieux Trésor de Vie et de Santé, nous devons faire des provisions suffisantes, comme les hommes qui traitent avec de grandes personnes; car l’Or est le Seigneur des Pierres et le plus noble des Métaux; et par son propre régiment, il se multiplie à l’infini. C’est pourquoi Geber, dans son Livre de la Deundation, dit: Dans l’Or, il y a dix parties de chaleur, dix parties d’humidité, dix parties de siccité : quelle triple perfection fait une unité absolue, Corps, Âme, et Esprit, étant éternellement vivifié, parce que l’unité est une qualité générique de tout ce qui est un, et est un effet de la Forme qui la produit: car de toutes sortes de Gouvernements, dix est le plus parfait: et pour la substance naturelle, aucune composition ne ressemble à l’Or; car c’est un tempérament parfait et un mélange égal; le miracle de la Nature, une Étoile Céleste, un Soleil Terrestre, la Fontaine de Vie, le Centre du Cœur, la vertu secrète de tous les Corps Célestes et Terrestres, la Semence Masculine et Universelle, première et la plus puissante de la Nature Sulfureuse, la grand Secret du Créateur Tout-Puissant. Il a la plupart de la Forme et de l’Entité; donc la plupart de la Vertu et de l’Opération: en lui les Eléments sont élémentisés. On l’appelle Soufre et Soufre-Feu: oui, on dit que qu’il est tout Feu, ou semblable à ce dans lequel il se dissout. Et comme la Lumière est le Centre du Ciel, et l’Âme du Monde, donc la Luminosité est le Centre, et la Vertu Céleste, la Forme de l’Or; dont le mélange admiré, rien de tout à fait naturel ne peut se dissoudre, ni rien d’artificiel, si ce n’est qu’il s’accorde avec lui dans la matière et la forme, et reste avec lui dans la reconstitution. Cette Influence verticale, entre potentiellement, et habite dans l’humidité radicale; et rien d’autre, que ce soit du Ciel ou de la Terre, ne nourrit le Cœur: cependant il n’est pas visible, avant que la Vertu ne soit égalée; car il y a la meilleure concorde là où elle est la plus abondante: mais où monterons-nous pour égaler ce miracle de la Nature?

Les Historiens nous parlent d’une Liqueur éternelle de la plus forte coaction, plu du ciel: voici comme une descente: elle est appelée Hyperion, ou Fille du Soleil, un Corps de même poids et Vertu que l’Or; beau, plus clair, rapide, seulement coagulé et apporté de l’Empire de l’humidité, pour convenir à la personne, qui dans sa Nature grossière montre une forte affection et transforme le plus noble des Métaux en sa propre couleur. Par conséquent, l’Artiste étudie comment dissiper ces deux.

Et d’abord dénuder la Dame de ses vêtements glacés, afin qu’elle ait la première activité, et liquéfie son Seigneur enchaîné: alors sont-ils tous deux au pouvoir de l’Art pour le mieux.

On objecte que Cet Hermodactyle ou Hydromel né au Ciel est d’une Nature si obstinée et incorrecte qu’elle ne conservera en aucun cas la meilleure impression.

Considérez, Ses noms signifient matière mixte de qualité contraire, peuvent donc être séparés: et bien que sa condition obscure originelle, parce qu’elle est inconnue par les affections innées et la subsistance; car c’est un Corps Aérien, ou l’Air lui-même avec l’Esprit Mercuriel, subsistant de chaleur interne et de froid externe. D’autres disent: Il est composé de l’Esprit du Monde, constitué dans le sein de la Terre, et apte à recevoir les qualités et les propriétés de toutes les choses naturelles, sous forme d’impression de cire; et étant composé d’Esprits, le poids est d’une plus grande merveille. D’autres disent, c’est un Sperme brut pas suffisamment décocté, (mais pour ne pas être profané.) D’autres l’appellent un Or immature, qui se tue lui-même, ainsi que le Père et la Mère, pour engendrer un Enfant pur: par elle ils vainquent le Feu: elle est la perfection de la Médecine Universelle: quelle Conformité, quelle Similitude, quelle Identité elle a avec l’Urne Métallique, étant la matière originelle et la substance de celle-ci, et pouvant être coagulée au tempérament égal de l’Or, est comme la blancheur de la Neige. C’est pourquoi les Anciens magnifient le plus Béni, qui a créé une telle substance et lui a donné des propriétés qu’aucune autre chose dans la nature ne possède; mais nous voyons que c’est une matière vitale, qui a une Humidité superflue, des Qualités propres et appropriées, des Accidents séparables et inséparables. Par conséquent, le séparable peut être enlevé: à quelle fin, elle est incluse dans un Puits de Larmes, que la Aquosité peut être vaporisée, ou par une longue Décoction par la Sécheresse vaincue.

Alors, pour ainsi dire, il se fige, se fixe et devient plus apte à la durée et à l’extension: car tout ce qui est contraire au naturel, affaiblit; et comme par ses semblables, se nourrit: mais la chaleur est contraire au froid, et la propriété naturelle de la chaleur brûlante est de s’affaiblir et de sécher. L’Eau douce ajoute puissance et chaleur: la chaleur augmentée devient Feu; et le Temps transforme la force en Corruption.

Cette substance glutineuse a la chaleur naturelle, à partir de laquelle est la Vie et la Mort des Éléments.

Par conséquent, comme le Feu commun amène toutes choses à sa propre Nature, de même le Feu extérieur agissant sur la chaleur intérieure, il obtient nécessairement la victoire.

Par conséquent, si vous pouvez croire que la chaleur et la sécheresse doivent vaincre le froid et l’humidité, ce parcours linéaire et successif, caché à tout le monde, vous est ouvert.

Par conséquent, comme la Nature se plaît en Concorde, ainsi les Amoureux et les Chercheurs dans les Natures Travaillent, doivent être d’un esprit constant et résolus à la manière de Gideon de courir la Ville Meroz., ne refusant pas d’aider le bien public, puis le Mariage: car la Princesse ne démasque jamais sa Vierge-Beauté, sauf à celui qui a l’habileté et le pouvoir de l’épouser dans un lit d’Amour; ce que personne ne peut faire, avant la spoliation de la forme extérieure: mais les Obstacles enlevés, et la Nature mise au travail, le Décret extérieur en nécessite l’effet: pour être maintenant chaud, et blyth, et apte pour la nouvelle Génération, et martelé avec son Seigneur, râpé à la poussière, sa douceur surnaturelle trompe le sens, et ils se conduisent passionnément l’un l’autre en Exil, et dans leurs embrassades tombent dans un son, jusqu’à ce que leurs Corps dissous montrent la corruption; et les plus purs, corrompus, sont plus vils.

L’Artiste les trouvant hors de leur Paradis Indien, corrige leur vertu centrale; et les élevant de la Terre, les conduit le chemin épineux vers le triple bonheur, et par une épreuve ardente, purifie la Quantité, et change la Qualité, et les amène ainsi à un repos parfait, par lequel ils ont pouvoir sur les corps des Hommes et des Métaux, et sont couronnés en témoignage de leur dignité et de leurs Territoires illimités.

Considérant maintenant la rareté de la vraie Connaissance, l’Honneur et la Dignité des choses désirées; quel Esprit est si ignoble de penser beaucoup au Coût ou au Temps, quand ce qui est recherché est le plus excellent de tous les Trésors Terrestres!

FINIS.

Traité Doré
Catégories : Alchemy