Écrit par : Gnostic Instructor   Catégorie : Évolution Cosmique dans la Bible

Dans cette conférence, pénétrons plus en profondeur, afin de mieux comprendre le sujet de la création de l’être humain. Rappelez-vous que le mot anthropogenèse est dérivé des mots anthropos, qui en Grec signifie « être humain » et genèse, qui en Grec signifie « création ».

L’univers descend et s’étend à partir de la 0 ou 7e dimension, l’Espace Abstrait Absolu. L’Espace Abstrait Absolu est divisé en trois aspects: Ain (אין), Ain Soph (אין סוף), et Ain Soph Aur (אין סוף אור); l’Infini Cosmique Immanifesté Père, Mère, Fils. L’Ain Soph Aur (אין סוף אור), le Fils Immanifesté, contient le mot Aur (אור), qui se prononce « Or », et qui signifie « lumière » en Hébreu.

Si vous observez les trois aspects de l’Absolu, vous verrez que chacun d’eux contient le mot Ain (אין). Ce mot Ain (אין) est formé par les lettres Aleph-Iod- Nun (-final). Cette lettre (ן) Nun (-final) se rapporte aux trois aspects. Quand nous disons lumière (Aur אור en Hébreu) dans l’Espace Abstrait Absolu, nous disons AIN (אין) Soph Aur (סוף אור), qui est la lumière de l’Absolu Solaire. Cet Absolu Solaire est la première manifestation de l’Espace Abstrait Absolu, qui est appelé Ain Soph.

Berashyth בראשית

En Araméen, le mot pour feu est Nur (נור). Il est écrit avec les lettres Nun-Vav-Resh. Ce mot pour feu en Araméen est associé au mot « lumière », Aur אור en Hébreu. C’est pourquoi, lorsque nous prononçons le premier mot de la Genèse, Berashyth בראשית, nous divisons ce mot en trois parties: Bar- בר, Esh- אש, Ith- ית.

Bar- בר (Beth-Reish), en Araméen, signifie « fils ». Le mot Esh- אש (Aleph-Shin) en Hébreu signifie « feu »; ce mot, comme vous pouvez le voir, est associé au mot Araméen Nur (נור), qui signifie « feu ». Fait intéressant, le mot Naur (נאור) en Hébreu signifie « illuminé ». Ainsi, en ajoutant l’élément air (Aleph א) au feu (Nur נור), nous devenons Naur (נאור) illuminés; autrement dit, alchimiquement parlant, c’est en faisant monter les feux de Nur avec le souffle d’Aleph que nous nous développons spirituellement.

Ainsi, les deux premières syllabes du mot Berashyth בראשית peuvent être traduites par « Fils du Feu » ou « le Soleil illuminé ». C’est pourquoi, lorsque nous examinons le mot Berashyth, nous découvrons qu’il est énoncé: Fils du feu, ou Soleil illuminé, qui se réfère à l’Ain Soph Aur, l’Absolu Solaire, car lorsque le feu se lève, l’illumination en est le résultat. L’Absolu Solaire est le Protocosmos, le premier cosmos, le Fils, le Christ, qui existe dans cette 0 ou 7e dimension, dans l’Espace Abstrait Absolu; il est lié aux soleils spirituels, qui sont impossibles à voir avec un télescope, car le télescope ne peut voir que les soleils physiques, pas les soleils spirituels. Chaque système solaire a son Absolu Solaire particulier. Le soleil physique que nous avons n’est que l’expression physique de ce Soleil Spirituel. Il est remarquable de voir l’affinité ésotérique des mots Anglais sun (soleil) et son (fils).

Souvenez-vous que le soleil physique est le corps physique du Soleil Spirituel ou de l’Absolu Solaire; il se rapporte à Tiphereth-Jacob-Israël. Les 12 tribus se rapportent aux 12 constellations du zodiaque et les neuf cieux sont les neuf Sephiroth entre Malkuth et l’Ain Soph Aur ou Absolu Solaire, à savoir: Kether, Chokmah, Binah, Chesed, Geburah, Tiphereth, Netzach, Hod et Yesod.

La descente du rayon de la création de l’Absolu Solaire dans le monde de Malkuth est représentée dans la Genèse par la descente des 12 tribus (archétypes) d’Israël en Égypte; à travers les 4 Yugas ou 4 Rondes Cosmiques dans l’arc descendant. Nous appelons ce processus involution. Et l’Exode est l’ascension des 12 tribus (archétypes) de Malkuth à l’Absolu Solaire ou Ain Soph Aur ; à travers les 4 Yugas ou 4 Rondes Cosmiques dans l’arc ascendant. Nous appelons ce processus révolution.

Cependant, il est important de faire la différence entre l’ascension mécanique de la nature à travers les Yugas respectifs, ou densités de matière, et la révolution spirituelle de l’acquisition des corps solaires du véritable être humain. Alors que l’ascension de la nature macrocosmique à travers les niveaux successifs de création, en atteignant tout le fond, le Kali Yuga ou Ronde Terrestre est une inévitabilité de la nature, la création du véritable être humain, la naissance des corps solaires, ou Manavas n’est pas.

Malkuth-Égypte est notre physicalité, Kali Yuga

Yesod est la Bodhichitta, Dwapara Yuga

Hod est le Corps Astral Solaire, Treta Yuga

Netzach est le Corps Mental Solaire, Satya Yuga

Tiphereth, le Corps Causal est Moïse ou Arjuna unis à Geburah et Chesed, notre Monade, guidé par le Glorian des Cosmocréateurs, Christ ou Krishna, notre Père qui est aux Cieux.

Binah, Chokmah et Kether sont Shiva, Vishnu, Brahma, nos trois forces Logoïques au sein de ParaBrahman l’Ain Soph, ils forment le Tetragrammaton.

La première émanation de l’Absolu Solaire est le Theomertmalogos. Ce mot Theomertmalogos est un mot composé qui rassemble les deux mots Grecs Theos et Logos – qui signifient respectivement « Dieu » et « Parole » – par l’action du mot Hébreu Meritma מרתמה, qui signifie « harnais » (de métiers à tisser). Ainsi, le mot Theomertmalogos est un mot composé qui se rapporte à la première activité spirituelle du Logos de l’Absolu Solaire dans le métier à tisser de Theos.

« Le « Theomertmalogos » tisse et détisse son propre métier à tisser avec une sagesse infinie. Toute la nature est le métier à tisser de Dieu. » – Samael Aun Weor, La Pistis Sophia Dévoilée.

Le mot Berashyth בראשית, auquel nous nous référons, contient une troisième syllabe, qui est « It » ou « Ith, Ioth ». Ce mot Ioth-ית, Iod-Tav, signifie « qui » en Araméen. Le mot « qui » en Hébreu est Mi מי, Mem-Iod. Donc, ce mot Berashyth se réfère à la première émanation de l’Absolu Solaire, qui est le Fils de la Lumière, qui est Ioth- ית « qui » en Araméen.

Ce Ioth-ית (« qui ») est un mot très intéressant, car en Araméen, ils disent qu’It ית (Ioth, Iod-Tav) peut également signifier « qui ». Ces mots qui et qui sont essentiellement le même mot. Ce « qui » est un mot interrogatif, car ce n’est pas quelque chose de concret, quelque chose que nous pouvons décrire; c’est quelque chose qui n’a pas de forme, c’est sans forme. Nous dirons que c’est cette entité sans forme qui donne forme à la substance, qui est l’ « Akash » cet élément qui existe dans l’espace. Nous l’appelons matière noire, qui est liée à l’énergie noire. Elle est noire dans le sens où elle n’est pas compréhensible pour notre intellect.

En Sanskrit, il y a un mot qui décrit cette substance ou entité inexistante d’une manière concrète, et ce mot est Shiva. Shiva signifie littéralement « qui n’est pas ». Ainsi, le Theomertmalogos est Shiva, « qui n’est pas », et aussi Ioth-ית (Iod-Tav, « Qui ») en Araméen. Il est très intéressant de voir la relation de l’Araméen, de l’Hébreu et du Sanskrit, qui nous montre que le mot Berashyth se réfère à cette dimension 0, qui se rapporte à l’Espace Abstrait Absolu, celui dont l’univers a émergé.

C’est pourquoi, lorsque nous parlons de la phrase Berashyth Bera Elohim, nous devons analyser la traduction normale, qui déclare: « Au commencement, Dieu créa ». Mais, la traduction littérale de Berashyth est: Berashyth (« le fils du feu », « qui ») Bera (« créa ») Elohim (« Les dieux et les déesses »). Ce mot Elohim אלהים est aussi un mot composé, formé par les mots Eleh אלה, qui signifie « ces » en Hébreu; et le mot Im ים, Yam, Iod-Mem, qui à l’envers est le même « qui » (Mi מי), mais manifesté.

Le mot « qui » en Araméen, Ioth-ית, n’est pas manifesté, mais le mot Yam, ים Im, Iod-Mem, est le même Mi מי (« qui ») mais manifesté, et est uni au mot Eleh אלה, qui signifie « ces ». Alors, le mot Elohim אלהים est au pluriel, car le mot Eleh אלה « ces » est au pluriel. Ce Eleh אלה (« ces ») sont les éléments qui se rapportent à la création, que la Genèse appelle Elohim אלהים.

De ce point de vue abstrait, on voit clairement que les Elohim אלהים existent dans HaSchamayim השמים et HaAretz הארץ, qui en Hébreu signifie, les « cieux et la terre ». Le mot HaSchamayim השמים englobe le mot Mayim, Maim מים, qui signifie « eaux » en Hébreu. Ainsi, lorsque nous désignons HaSchamayim השמים, la traduction courante est « dans les cieux ». Mais, la traduction ésotérique correcte serait, « dans le feu «  ש Shin » des eaux au-dessus. »

La lettre Shin ש symbolise « feu » en Hébreu, et le mot HaMayim המים signifie « les eaux ». Ainsi, Schamayim, qui est traduit par « ciel » est lié à ces éléments, Eleh אלה (« ces »), archétypes, qui sont dans cette dimension que nous appelons les 6e et 7e dimensions de l’univers. C’est pourquoi, « Au commencement créa Elohim אלהים Ath Ha-Schamayim » s’est produit dans cette dimension, qui est au-delà du monde tridimensionnel. Ha-Aretz est la Terre, la matière comme substance, qui est toujours sans forme, mais qui prend forme selon la loi du karma.

En synthèse:

בראשית ברא אלהים את השמים ואת הארץ

« Berashyth Bera Elohim Ath Ha-Schamayim Ve’Ath Ha-Aretz »

Ce qui est traduit par « Au commencement, Dieu créa les Cieux et la Terre » est en réalité une description de la façon dont, à partir de l’Absolu Solaire, le Theomertmalogos exploite ces fils ou archétypes solaires au-dessus, dans la dimension 0, et en-dessous, sous la forme de la matière, qui est appelée la Terre, notre physicalité, le métier à tisser de Dieu.

Puisque c’est très important pour nous de comprendre – parce que, comme nous l’avons dit, l’univers descend et s’étend de la 0 ou 7e dimension, l’Absolu, à la 6e dimension, appelée le Monde Causal – voici quelque chose de très important que nous devons aborder: dans l’Absolu, nous trouvons ce que nous appelons l’Ain Soph, qui signifie en Français « l’illimité ». Chacun, individuellement, a son propre Ain Soph, une particule de cet Espace Abstrait Absolu. Dans cet Ain Soph, on retrouve 3 particules, 3 atomes plus précisément. Ce ne sont pas des atomes tridimensionnels, mais ce sont des atomes dans le sens où ce sont de petites particules de cet Espace Abstrait Absolu. Ces trois particules, que tout Ain Soph a dans son sein, ce que nous appelons la Trinité, ou le Triamatzikamno, la loi du trois, la loi qui crée. Cette loi du Triamatzikamno doit descendre dans la 6e dimension, le Monde Causal, pour être active dans l’univers; active dans le sens pour exercer cette création.

De toute évidence, ces trois aspects de l’Ain Soph, avec l’Ain Soph, sont ce qui dans la Kabbale sont appelés le Tetragrammaton: Iod-Hei-Vav-Hei יהוה, le nom sacré de l’Immanifesté. De ces trois aspects de l’Absolu, l’Ain Soph, émerge le Tetragrammaton, mais seuls les trois aspects de ces quatre apparaissent dans la 6e dimension, car l’Ain Soph n’est pas manifesté.

L’Ain Soph est-ce qui est également appelé en Hébreu Elah אלה. Ce mot Elah אלה – qui s’écrit exactement de la même manière que Eleh אלה (« ces »): Aleph-Lamed-Hei – signifie « Déesse ». Alors l’Ain Soph elle-même est cette Déesse, ou aspect féminin de la création, qui contient dans son sein, ces trois aspects que nous nommons, Père-Fils-Saint-Esprit, ou Brahma-Vishnu-Shiva, ou Kether, Chokmah, Binah, qui ont la capacité de créer. Sans ces trois aspects (le Triamatzikamno), la création ne peut exister, car la loi du trois crée.

Un exemple simple ici, dans ce monde tridimensionnel: un homme est le père, une femme est la mère, quand ils s’unissent sexuellement par la troisième force (Shiva), alors la création émerge, et le fils apparaît. Bien sûr, dans l’univers, ce fils, lié à l’Espace Abstrait Absolu, est appelé l’Ain Soph Aur, l’Absolu Solaire. C’est pourquoi, dans de nombreuses conférences, lorsque nous nous référons à l’Absolu Solaire, nous nous référons au Christ, le Christ Cosmique, qui est le Fils. Ce Christ est le résultat de la loi du trois, qui a agi dans les jours cosmiques précédents.

L’Absolu Solaire contient tous ces Cosmo-Créateurs qui émergent dans n’importe quel système solaire, pour que ce système solaire existe. Cet Ain Soph Aur est ce que nous appelons le Christ Cosmique. Ils se rapportent aux Monades, unités cosmiques, qui sont pleinement développées; ou, comme on dit, auto-réalisé. Par conséquent, ils assistent l’Absolu Solaire afin d’aider ces particules de l’Absolu qui ont encore besoin d’exprimer le Triamatzikamno dans l’univers. Mais, il y a aussi des particules inconscientes qui ont ce pouvoir de création, mais qui ne connaissent pas encore la création ou comment créer; par conséquent, à l’intérieur de ces Ain Sophs et des trois particules de l’Absolu, les Cosmo-Créateurs engendrent une particule d’eux-mêmes qui sait créer. Cette particule est appelé, en Sanskrit, Brahma.

Nous avons notre propre Brahma particulier dans l’utérus de l’Ain Soph. Mais, ce Brahma est une particule de l’Absolu Solaire, qui forme dans l’utérus de l’Ain Soph les quatre particules. C’est quelque chose que nous devons comprendre: lorsque cette quatrième particule entre dans l’utérus de l’Ain Soph, alors cette particule aide au développement du pouvoir de création, à travers cet Ain Soph particulier.

Le Cosmo-Créateur est celui qui exerce cette aide. C’est pourquoi, quand cet Ain Soph se manifeste dans la dimension zéro, nous y voyons cinq aspects; quatre qui se rapportent à sa propre idiosyncrasie, plus le 5e qui est appelé Brahma, dans l’univers. Une chose est Brahma dans l’Absolu, qui est une particule de Parabrahma, et une autre chose est cette particule qui se manifeste dans l’univers; ce Brahma est un enfant de Vishnu. Vishnu est le même Christ Cosmique, cette sagesse qui contient la connaissance de l’univers, le Protocosmos, l’Absolu Solaire: c’est Vishnu.

Cette image de Vishnu avec Lakshmi représente un Cosmo-Créateur avec 12 serpents ou 12 Aeons auto-réalisés, en d’autres termes, un Ain Soph Paranishpanna, quelqu’un qui a auto-réalisé Lakshmi, l’Ain Soph.

C’est pourquoi nous voyons dans de nombreuses représentations de Vishnu qu’il flotte dans l’espace, dans les eaux de l’espace, avec sa femme Lakshmi. Depuis le nombril de Vishnu, une fleur de lotus est créée, et au-dessus de cette fleur de lotus se trouve Brahma, qui fait partie de ce Vishnu.

Voyez: Brahma a, au commencement, 5 têtes. Ces 5 têtes de Brahma sont ce que nous expliquons ici: les 3 particules dans l’utérus de l’Ain Soph, plus cette particule donnée par Vishnu afin d’aider cet Ain Soph particulier dans la création. Les quatre, ou en d’autres termes, les cinq têtes de Brahma se rapportent aux trois aspects de l’Absolu, plus l’Ain Soph, qui n’est pas manifesté, et la 5e, qui est cette particule des Cosmo-Créateurs.

Nous déclarons toujours qu’une manière simple de comprendre ces 5 têtes de Brahma est d’associer ces 5 têtes aux 5 sens, dans le corps physique. La vue est la première tête; l’audition, la deuxième tête; l’odorat, la troisième; le goût, la quatrième; et le toucher est la cinquième. De toute évidence, le sens du toucher est associé à la parole, car, c’est à travers la parole qu’Elohim אלהים crée. N’oubliez pas qu’il est écrit:

« Au commencement était la parole, et la parole était avec Dieu, et la parole était Dieu. » – Jean1: 1

Ainsi, au commencement, la création est toujours active à travers la parole. C’est pourquoi nous comprenons que la parole, le larynx, est associée à Shiva-Shakti, au Theomertmalogos. Cette 5e tête est associée à la parole. Mais seuls les dieux peuvent créer avec le pouvoir de la parole, le Pentalpha.

C’est pourquoi, lorsque Brahma se manifeste dans l’univers, la 5e tête, qui se rapporte au pouvoir de l’Ain Soph Aur, se manifeste dans les organes génitaux et non dans le larynx; tous deux sont liés au pouvoir créateur homme-femme de Shiva-Shakti. Tel qu’il est écrit:

« Or, le serpent (Ida ou cordon ganglionnaire serpentin gauche qui relie les organes génitaux au cerveau) était plus subtil que toutes les vies (חית) du champ (organisme physique) que Jéhovah Elohim (Binah) avait fait (dans Yesod). Et il a dit à la femme (organes génitaux masculins ou féminins, qui recueille dans les ovaires ou les testicules les énergies de l’Arbre de Vie), Oui, Elohim a-t-il dit: Vous ne mangerez (cueillerez) pas de chaque arbre (système nerveux) du jardin (Malkuth)?

Et la femme (organes génitaux masculins ou féminins, qui recueille dans les ovaires ou les testicules les énergies de l’Arbre de Vie) a dit au serpent (Ida ou cordons ganglionnaire serpentin gauche du caducée de mercure), Nous (organes génitaux masculins ou féminins) pouvons manger (cueillir) le fruit des arbres (système nerveux) du jardin (Malkuth, organisme physique):

Mais du fruit (spermatozoïde ou ovule) de l’arbre (organes sexuels féminins et masculins, à savoir phallus chez l’homme et vagin chez la femme, respectivement) qui se trouve au milieu du jardin (physicalité), Elohim a dit: Vous n’en mangerez pas (comme le font les bêtes), et vous ne le toucherez pas (avec la masturbation), de peur que vous ne mouriez (à travers l’involution, la seconde mort en enfer).

Et le serpent (Ida ou cordon ganglionnaire serpentin gauche qui relie les organes génitaux au cerveau) a dit à la femme (organes génitaux masculins ou féminins, qui recueille dans les ovaires ou les testicules les énergies de l’Arbre de Vie), Vous ne mourrez pas sûrement (à travers l’involution, la seconde mort en enfer, si vous pratiquez le Vajroli Mudra Blanc et le Maithuna):

Car Elohim sait que le jour où vous en mangez (transmutez le sperme en énergie) (comme le fait Elohim), alors vos yeux (pinéale et pituitaire) seront ouverts, et vous serez comme Elohim, connaissant le bien et le mal.

Et quand la femme (organes génitaux masculins ou féminins, qui recueille dans les ovaires ou les testicules les énergies de l’Arbre de Vie) a vu (compris) que l’arbre était bon pour la nourriture (spirituelle), et qu’il était agréable à la voir (pour la pinéal et le pituitaire), et un arbre à désirer pour rendre sage, (mais) elle (l’organe sexuel, malheureusement ne pouvait pas contrôler le spasme des bêtes et) a pris du fruit (à travers l’orgasme) de celui-ci, et a mangé (comme les bêtes), et a donné aussi à son mari (le cerveau) avec elle; et il (le cerveau) a mangé (a expérimenté l’orgasme des bêtes). » – Genèse 3: 1-6

Par conséquent, seulement 4 têtes se manifestent au commencement de la création, car c’est Brahma qui doit apprendre à créer, avec le pouvoir de la parole de sa cinquième tête manquante, qui, dans ce cas, se rapporte au Tetragrammaton, le pouvoir immanifesté de l’Ain Soph et ses 3 particules dans l’Absolu.

Ces quatre têtes manifestées de Brahma se rapportent également aux 4 Yugas. Le pouvoir de création de Brahma se manifeste dans différentes dimensions. Quand la Monade de l’Ain Soph reçoit Brahma des Cosmo-Créateurs dans son sein, il descend dans la 6e dimension, le Monde Causal, avec seulement quatre têtes. Ensuite, il continue de descendre et de s’étendre dans le cercle de l’Éternité, la 5e dimension. Dans la 5e dimension, ce Brahma commence la création dans ce que nous appelons le Satya yuga, et continue à descendre et à s’étendre dans le même cercle de l’Éternité (5e dimension) dans le Plan astral ou Treta yuga.

Dans la 5e dimension, nous trouvons deux plans principaux: le Plan Mental et le Plan Astral ou Émotionnel. Dans nos conférences précédentes, nous avons expliqué la Ronde Saturnienne et la Ronde Solaire; c’est dans le cercle de l’Éternité (5e dimension) que se développent les Rondes Saturnienne et Solaire. On les appelle le Satya yuga et le Treta yuga en Sanskrit.

Dans la 5e dimension, le cercle de l’Éternité, Brahma descend et étend sa création dans le cercle du Temps, qui est la 4e dimension, le Dwapara yuga. Et, à partir de la 4e dimension (le cercle du Temps), Brahma descend et s’étend dans le monde tridimensionnel, le monde physique, le Kali yuga.

Toute cette descension et extension, dans différentes dimensions, est faite dans le but de créer l’Être Humain, qui en Sanskrit est appelé Manu. En Sanskrit, le mot Manvantara signifie « un âge, une époque, un aéon » ou, une « durée de vie d’un Manu », où les Manavas ou les humains sont créés. En d’autres termes, un Manvantara est un âge ou une durée de vie d’un Manu nécessaire à la création de Manavas ou d’humains, qui commence dans le Plan Mental dans le cercle de l’Éternité, puis descend dans le cercle du Temps (4e dimension), et enfin atteindre le monde physique (3e dimension). Puis, à la fin de cette descension, ou involution, il commence à monter du monde physique dans la 4e dimension (cercle du Temps) et se terminant lors du retour dans le cercle de l’Éternité afin de compléter un circuit entier ou Mahakalpa, à travers toutes ces dimensions mentionnées.

Donc, voyez que Brahma descend de la 7e ou zéro dimension, du Protocosmos (le 1er cosmos, l’Absolu Solaire) à travers la 6e dimension dans la 5e dimension, 4e dimension, jusqu’à apparaître finalement dans le monde tridimensionnel dans lequel nous sommes en ce moment. Nous devons comprendre que le temps de ces cycles dont nous parlons est symbolique. Vous ne pouvez pas donner des mesures exactes à ces cycles d’expression de la création, car ils descendent des dimensions supérieures dans le monde tridimensionnel. C’est ainsi que nous devons comprendre l’Anthropogenèse: elle commence par le haut, vers le bas.

Lisons maintenant le Zohar, concernant les origines occultes des Elohim אלהים, qui, comme nous l’avons dit, Berashyth créa.

Il est écrit dans le Zohar, citant Ésaïe 40:26:

« Levez vos yeux en haut, et voyez qui a créé « ces choses », (אלה דברים Eleh Debarim; aussi – ces paroles), »

Souvenez-vous que le mot « ces » en Hébreu est Eleh, Aleph-Lamed-Hei.

« Levez (Mah מה vers Mi מי dans) vos yeux en haut. Où? Vers l’endroit où tous les yeux sont tournés. Il y a le Petach Aiyanim (פתח עיניים), ou ouverture des yeux (les chakras Ajna et Sahasrara, la racine du nez, qui relie la glande pituitaire à la glande pinéale – la demeure de Neptune – Shiva, le Dieu de – HaMayim המים – les eaux). » – Zohar

Ce Petach Aiyanim (פתח עיניים) est une phrase intéressante. Le mot Petach (פתח) contient de nombreuses significations, dont les principales sont « ouvrir, développer, grandir, améliorer », mais aussi, fait intéressant, « porte d’entrée ». Le mot Aiyanim (עיניים) signifie « yeux », du mot (et de la lettre) Ayin (עין), qui signifie « œil ». Ainsi, en synthèse, nous pouvons dire que cette phrase signifie le développement ou l’ouverture de nos yeux, ou mieux dit, nos sens internes dans chacune des sept cornes ou moelles épinières des sept corps du véritable être humain, nos portes intérieures vers l’entendement, la compréhension, la prise de conscience. C’est pourquoi il est écrit:

« Et je vis, et voici, au milieu du trône (système nerveux central) et des quatre bêtes (4 têtes de Brahma, 4 Évangiles, 4 Yugas, à savoir, aigle ailé, lion ailé, ange ailé, taureau ailé), et au milieu des (24) anciens (des 12 signes du zodiaque), se tenait un Agneau (feu du Bélier, dans la cinquième tête de Brahma) comme s’il avait été tué, ayant sept cornes (moelles épinières) et sept yeux (sens intérieurs), qui sont (gouvernés par) les sept Esprits de Dieu (les sept cosmocréateurs) envoyés dans tous (les quatre Yugas de) la terre. » – Apocalypse 5: 6

« Là, vous reconnaîtrez le mystérieux Ancien qui les a créés (avec le pouvoir de la parole) et qui fait l’objet de recherches. Et qui est-il? Il est Mi מי (qui en Hébreu signifie « qui ») qui est appelé le sommet des cieux au-dessus, car toutes choses existent par sa volonté. Parce qu’il est l’objet caché et invisible après lequel tous cherchent. C’est pourquoi cet être mystérieux est appelé Qui (qui est Iod-Mem, Yam ים, à l’envers: Mi מי), et au-delà de lui cherchent en vain.

Rut à l’autre extrémité est un autre être connu sous le nom de Quoi! (qui en Hébreu est Mah מה). » – Zohar

Comme vous le voyez, ce Mi מי et Mah מה ensemble, à l’envers, forment le mot HaMayim המים, qui signifie « les eaux ». Mais, lié à ce Qui qui a créé « Ces », afin de former le mot Elohim אלהים, nous trouvons que le livre de la Genèse (un mot Hébreu qui signifie « création ») déclare ce qui suit, dans Genèse 2: 4:

« Ces (Eleh אלה – Aleph-Lamed-Hei) sont les générations des cieux et de la terre lorsqu’elles ont été créées (Behibaram בהבראם – par Abraham – Brahma), au jour où le Jéhovah Elohim (Binah-Shiva) a fait la terre et les cieux. » – Genèse 2: 4

Comme vous pouvez le voir ici, nous avons dit que Jéhovah Elohim est Binah. Binah est la troisième Sephirah de l’Arbre de Vie, qui est appelée le Saint-Esprit dans le Christianisme, et Shiva dans l’Hindouisme. Il est dit ici que le mot, quand ils ont été créés, en Hébreu, est Behibaram בהבראם. Behibaram בהבראם, selon le Zohar, est un anagramme, qui signifie « Par Abraham ב’אברהם ». Mais, aussi, si nous disons que les cieux et la terre ont été créés par Abraham, alors nous comprenons cela quand nous voyons qu’Abraham אברהם est le même Bramah בראמה des Hindous.

Brahma בראמה et Abraham אברהם ont les mêmes lettres. Selon le Zohar, Abraham se rapporte à la Sephirah Chesed (notre Intime); les Hindous associent la création à Brahma, et Brahma, nous l’avons dit, est l’Intime, cette particule qui a été insérée dans notre Ain Soph, pour apprendre la création, comment créer.

Ainsi, Behibaram, « par Abraham », peut également être traduit par: « par Brahma ».

« Ce (Ces, Ceux-ci) sont les générations des cieux et de la terre, par Brahma, au jour où Shiva a fait la Terre et les cieux. »

Voyez-vous que les deux parties de la Trinité sont impliquées? Selon le Zohar et ce verset: les cieux et la terre ont été créés par Abraham au jour où Jéhovah Elohim a fait la terre et les cieux… cela signifie que le pouvoir de Shiva, qui ne se manifeste pas, se manifeste lorsque Brahma crée à travers les trois forces primaires du Triamatzikamno.

« Ces, Ceux-ci » (Eleh אלה, Aleph-Lamed-Hei) sont les trois premières lettres de Elohim אלהים. Si vous regardez la fin du mot Elohim אלהים, vous trouvez les lettres Iod-Mem, qui forme à l’envers le mot Mi מי (« qui »), le même Saint-Esprit. Ainsi, « Qui a créé ceux-ci » n’est pas une question, mais une affirmation, que « Qui » (le Saint-Esprit, la force créatrice de Jéhovah Elohim) a créé les cieux et la terre par Brahma ou Abraham si vous le souhaitez.

Dans la Bible, nous trouvons le même mystère que nous trouvons dans le Rig Veda, concernant la création par Brahma et Shiva; Shiva, qui crée à travers Brahma, qui est une extension, un dédoublement de Vishnu. Vishnu observe la création à travers Brahma, et Brahma exécute la création à travers Shiva, c’est le sens de ceci.

En termes Hébreux, nous dirions qu’Abraham accomplit l’œuvre de Jéhovah Elohim, ou Jéhovah Elohim, à travers Abraham, crée les cieux et la terre, dans notre propre microcosmos particulier, mais aussi dans le macrocosmos. Rappelez-vous qu’Abraham, Brahma est une extension de l’Ain Soph Aur, à l’intérieur de notre Monade. En d’autres termes, Brahma (Abraham) est une particule ignée du Christ, notre Intime dans notre cœur.

Avant la création du véritable être humain, la psychologie des gens est enveloppée et enveloppée dans les ténèbres et le chaos règne en maître parmi l’humanité, comme il est écrit,

« Et la terre était sans forme et vide. » – Genèse 1: 2

Cela signifie que la substance de la matière était sans forme et vide.

« Et les ténèbres étaient sur la surface de l’abîme, et l’esprit d’Elohim s’est déplacé sur la surface des eaux. » – Genèse 1: 2

Cette déclaration nous dit clairement que le corps humain est la seule forme humaine que nous ayons, car notre psychologie est enrôlée et enveloppée de ténèbres.

« Et la terre (notre physicalité) était sans forme et vide. » – Genèse 1: 2

Cela signifie qu’il n’y a rien dans notre corps qui puisse être appelé « humain », il n’y a que des ténèbres sur la surface des profondeurs (notre psychologie). Mais, au plus profond de nous-mêmes, le Ruach Elohim se déplace sur la surface des eaux. C’est quelque chose de très important à comprendre. Cet Esprit, ce Ruach Elohim est Chesed ; cet Esprit est Brahma, cet Esprit est Abraham, que par la parole Behibaram crée les cieux et la terre, en vertu du Saint-Esprit, Shiva, celui « qui n’est pas » mais qui pourrait devenir l’être humain à l’intérieur de nous, si nous savons appliquer les pratiques Tantriques.

« Les réactionnaires pseudo-ésotéristes et pseudo-occultistes supposent qu’ils peuvent éveiller la Kundalini au moyen du brahmacharya ou du célibat forcé. Tous les initiés des écoles de mystère authentiques savent, par expérience directe, qu’il est impossible d’atteindre l’éveil et le développement des sept degrés de pouvoir du feu sans les pratiques Tantriques. Il existe deux types de brahmacharya (abstention sexuelle): solaire et lunaire. Le Brahmacharya Solaire est obligatoire pour tous ceux qui sont déjà nés dans les mondes supérieurs avec des corps solaires, c’est-à-dire pour ceux qui ont quitté la Neuvième Sphère. Le brahmacharya lunaire est pratiqué par de nombreuses personnes sincèrement erronées, par de nombreux ignorants qui n’ont jamais travaillé dans la Neuvième Sphère, qui n’ont pas construit les corps solaires, qui sont sans auto-réalisation. La pratique du brahmacharya lunaire est nuisible à ceux qui n’ont pas construit les corps solaires parce qu’ils sont chargés de vibrations affreusement mauvaises et terribles. » – Samael Aun Weor, Lumière venant des Ténèbres

Ce mot Brahmacharya signifie « la manière dont Brahma gère les énergies du corps physique ». Brahma est le seul qui peut créer le Manu, le véritable être humain, ces éléments qui se rapportent à la matière, au mental et à ce qu’on appelle, Manavas, qui n’est rien d’autre que les corps solaires intérieurs qui sont créés lorsque nous appliquons les pratiques Tantriques.

Nous devons expliquer Brahmacharya, car il existe deux types de Brahmacharya: le Brahmacharya lunaire et le Brahmacharya solaire. Le Brahmacharya lunaire est pour les débutants, pour les éléments qui n’ont pas de corps solaire, car la physicalité doit être entraînée afin que nous sachions comment manipuler les forces, les énergies de Shiva, le Saint-Esprit, Jéhovah Elohim dans nos corps. Jéhovah Elohim, Shiva, Binah, le 3e Logos, crée à travers les eaux du Tantrisme. Rappellez-vous:

« Et l’Esprit d’Elohim planait sur la surface des eaux. » – Genèse 1: 2

« Les eaux » sont appelées HaMayim המים en Hébreu. En lisant HaMayim המים à l’envers, nous trouvons Mi מי (« qui ») et Mah מה (« quoi »). Ces deux mots sont cachés dans les eaux. Quelles eaux? En nous, le liquide céphalo-rachidien est appelé Mi מי, et le liquide sexuel génital est appelé Mah מה.

Donc, ce sont les deux polarités de l’énergie sexuelle, qui se rapportent aux deux serpents du Caducée de Mercure. Quand nous lisons que l’Esprit d’Elohim s’est déplacé sur la surface des eaux, nous devons comprendre qu’ils parlent des fluides de la création, qui dans l’organisme humain sont liés au liquide céphalo-rachidien et au liquide génital. C’est ce que nous appelons HaMayim המים, qui à l’envers est Mi מי et Mah מה, la présence du Saint-Esprit en nous.

C’est pourquoi Paul de Tarse déclare:

« Quoi (Mah מה)? ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, qui (Mi מי) vous avez de Dieu (Elohim אלהים), et vous n’êtes pas les vôtres? » – 1 Corinthiens 6:19

Paul se réfère habilement à Mi מי et Mah מה en Grec, à savoir, Ay-ἤ et Hos-ὅς, respectivement, les deux polarités de Shiva-Shakti dans notre physicalité. HaMayim המים, les eaux, ces fluides sont le véhicule de toutes les énergies qui circulent dans notre physicalité. Quand quelqu’un commence à manipuler, à travers le pranayama et d’autres exercices différents, à travers des pratiques yogiques, ils commencent à apprendre à travailler intelligemment avec et à utiliser ces forces de Shiva-Shakti à l’intérieur. Rappelez-vous qu’être yogi, c’est apprendre à unir (Yug en Sanskrit) les Mi מי et Mah מה, les pouvoirs créateurs positif et négatif, ou masculin et féminin de notre corps. Nous devons apprendre à les gérer; c’est ce qu’on appelle Tantra.

Mais, la principale manipulation des énergies du corps, qui est appelée Tantra, se fait via le Maithuna. Qu’est-ce que le Maithuna? C’est la manière dont l’homme et la femme ensemble, dans l’acte sexuel, manipulent leurs propres eaux, Mi מי et Mah מה, HaMayim המים, afin de créer, ou mieux dit, pour que leur Brahma particulier, individuel, qui est l’Intime, apprenne à manipuler les forces de Shiva-Shakti dans le corps physique et à créer les Manavas, qui dans l’ésotérisme sont le Corps Astral Solaire, le Corps Mental Solaire et le Corps Causal Solaire.

Une fois que ces corps solaires sont créés à l’intérieur, Brahma continue sa création à la manière solaire. C’est ce qu’on appelle le Brahmacharya solaire. Avant d’entrer dans le Brahmacharya solaire, nous devons pratiquer le Brahmacharya lunaire; en d’autres termes, nous devons travailler individuellement, en tant que moine ou nonne célibataire. Ceci afin d’apprendre comment gérer les énergies du corps en tant que yogi ou yogini, individuellement, se préparant pour le Maïthuna, qui est la manière dont les Manavas sont créés.

Pour que la création se produise, les deux polarités, homme et femme, Yin et Yang doivent être unies dans l’acte sexuel. Ceci parce que les Manavas, les êtres humains, sont créés de la même manière que la physicalité, le corps physique est créé. Mais la procédure est différente.

N’importe qui peut créer un corps physique, en s’unissant dans l’acte sexuel; nous tous, tous nos corps physiques sont les enfants de l’acte sexuel. Mais, les Manavas sont le résultat de la transmutation du spermatozoïde et de l’ovule en énergie, dans l’acte sexuel même entre mari et femme. Là, nous voyons les deux polarités. Tel est le mystère de la création, de la création solaire, Surya: le feu crée.

Il y a certains yogis, comme Yogananda, qui pensaient pouvoir créer les Manavas, les corps solaires, simplement en pratiquant le Kriya yoga; les pratiques qui vous permettent d’expérimenter beaucoup de choses à travers la Kriya. Mais, il a refusé le mariage lorsque son gourou Sri Yukteswar lui a offert l’opportunité de se marier, pensant qu’il pouvait s’auto-réaliser et créer tous les Manavas à travers l’abstention sexuelle, ou ce qu’on appelle le célibat Chrétien. C’était une grosse erreur. Personne ne peut créer les corps solaires à travers le célibat. C’est impossible.

Rappelez-vous qu’il est dit que Marie (Malkuth), qui était un nonne, est tombée enceinte du Saint-Esprit, et le Saint-Esprit n’agit que dans l’acte sexuel en tant que Shiva-Shakti, à travers le Maïthuna. Il existe de nombreux yogis et yoginis qui pratiquent le Brahmacharya, mais le Brahmacharya lunaire, et ils développent certaines facultés spirituelles positives, mais ils ne peuvent pas créer les corps solaires avec cette méthode. Seul le Maïthuna solaire peut créer. Après cela, vous pouvez pratiquer le Brahmacharya solaire si vous le souhaitez; en d’autres termes, si vous voulez continuer dans le chemin, appelé le Chemin Spirale du Nirvana à travers de nombreux Mahamanvantaras, vous pouvez continuer ainsi, sans la nécessité de l’acte sexuel. Cela est appelé Brahmacharya Solaire pour Nirvanis, mais seulement après avoir créé les Manavas, pas avant. Avant, cela est appelé le Brahmacharya lunaire, qui est en fait le Brahmacharya que tout le monde pratique sans connaître le mystère de Brahma. Le Brahmacharya solaire est le fonctionnement correct de Mi מי (Shiva) dans le Mah מה (Shakti) d’Abraham ou de Bramah à travers « ces » (Eleh אלה) manavas ou corps solaires de tout Elohim אלהים.

Brahma et Saraswati

« Les Nirvanis travaillent sous la direction de leurs Pères Stellaires. L’Intime de chaque être humain est (Brahma) un enfant d’un génie sidéral (de Génie, le Logoi de l’Absolu Solaire) et il y a autant de Pères (Brahmas ou Intimes) au ciel qu’il y a d’êtres humains sur terre. » Samael Aun Weor

Mais, le rayon d’Aelohim, le Christ Cosmique, Vishnu, l’Absolu Solaire ne s’incarne que dans les Nirvanis qui renoncent au Nirvana et empruntent le Chemin du long et amer devoir.

Image

« Je dis à mes Arhats qu’il vaut mieux entrer sur le Chemin du devoir long et amer. Je leur dis que le Chemin Logoïque Nirvanique (le Chemin Spiral) nous offre de nombreux paradis, mais elle est dangereuse… Il y a des millions de Dieux chargés de compromis karmiques très sérieux. Il y a des millions de dieux qui n’ont pas pu entrer dans le bonheur ineffable de l’Absolu (Solaire). Le Chemin du devoir long et amer nous conduit directement à la lumière incréée de l’Absolu. » – Samael Aun Weor

Rappelez-vous que Brahma est assis au sommet de la fleur de lotus qui jaillit du nombril de Vishnu. Vishnu est l’Absolu Solaire. C’est ainsi que nous comprenons comment la création se produit à travers Brahma, mais c’est parce que Vishnu assiste Brahma dans la création des corps solaires, et Brahma effectue ce travail à travers l’activité de Shiva-Shakti. Eux trois sont associés dans la création des Manavas.

De plus, la création de la physicalité est quelque chose que nous devons comprendre très profondément. Le corps physique n’apparaît pas seulement, d’une ronde à l’autre. Rappelez-vous que dans l’utérus, pendant la grossesse, la femme (Malkuth) récapitule pendant neuf mois tous les niveaux et états des cycles cosmiques précédents, selon les Yugas des Hindous et selon les neuf sephiroth ou sphères au-dessus de Malkuth, dans l’Arbre de Vie.

Maître Samael Aun Weor explique en synthèse à ce sujet. Si nous étudions La Révolution de Belzébuth, nous découvrons ce que le Maître Samael Aun Weor a déclaré à ce sujet. Mais avant d’entrer dans cette citation du Maître Samael Aun Weor, il dit qu’un Mahamanvantara est composé de « grands cycles humains ». Ces cycles que le maître Samael a numérotés comme la Ronde Saturnienne, la Ronde Solaire, la Ronde Lunaire et la Ronde Terrestre, dans l’Hindouisme sont appelées Mahamanvantaras. Yuga signifie « un âge, un aéon » en Sanskrit.

Il y a quatre Yugas. Le développement de tout Yuga est appelé un Mahamanvantara. Ainsi, un Mahamanvantara est composé de « grands cycles humains » ou 8 Mahamanvantaras, gouvernés par un Manu particulier ou un être surhumain (les Dieux ou Elohim), qui sont des images microcosmiques à petite échelle de leurs Mahamanvantaras respectifs d’environ 4 320 000 années cosmiques. Leur longueur symbolique respective, kabbalistiquement, sera alors de 4 pour Satya, 3 pour Treta, 2 pour Dwapara et 0 ou 1 pour Kali; ces nombres ajoutés entre eux donnent toujours le nombre 9, leur dénominateur commun.

Les Satya, Treta, Dwapara et Kali Mahamanvantaras durent respectivement 1,728,000 (qui est = 9), 1,296,000 (qui est = 9), 864,000 (qui est = 9) et 432,000 (qui est = 9) années cosmiques, respectivement. Tous se développent de manière circulaire et la somme de leurs chiffres est toujours de neuf, et sont donc des sous-multiples de 25 920 (une année sidérale) = 9, qui est la durée du cycle de précession des équinoxes, qui est également un nombre circulaire.

Le Satya yuga est appelé la Ronde Saturnienne; le Treta yuga est appelé la Ronde Solaire; le Dwapara yuga est appelé la Ronde Lunaire; et le Kali yuga est appelé la Rond Terrestre, ceci du point de vue macrocosmique.

Maître Samael Aun Weor déclare:

« Les êtres humains de l’époque de Saturne (la Ronde Saturnienne, le Satya yuga) utilisaient des corps astraux et ils étaient de grande stature. À cette époque, nos corps humains modernes n’étaient que des germes avec la possibilité de se déployer.

Les « Intimes » humains actuels (nos propres Esprits, Brahmas ou Abrahams) n’étaient que des étincelles virginales qui animaient le règne minéral. » – Samael Aun Weor, La Révolution de Belzébuth

Ainsi, le développement de notre physicalité actuelle a commencé dans la Ronde Saturnienne, lorsque nous n’étions que des germes, et notre Abraham-Brahma a commencé à en apprendre davantage sur la création dans le règne minéral.

« À l’approche de la nuit cosmique de l’époque Solaire, après des millions d’années, les Quatre Seigneurs de la Flamme ont doté les Intimes (Esprits) humains actuels d’une Âme Spirituelle ou Corps Bouddhique, qui est le corps de l’intuition. » – Samael Aun Weor, La Révolution de Belzébuth

C’est dans ce Corps Bouddhique que les Cosmo-Créateurs ont implanté « ces »; en d’autres termes, les archétypes qui ont besoin de se développer consciemment, à travers l’action de notre propre Brahma particulier, l’Esprit.

« Le véhicule de l’intuition est directement lié au cœur. En conséquence, le cœur est le centre de l’intuition. Son chakra (Anahata) ou la fleur de lotus tourne et brille d’une beauté extraordinaire. Sept centres atomiques existent dans ce chakra Anahata, qui servent d’instruments aux sept grandes hiérarchies cosmiques, afin qu’elles agissent sur notre merveilleux organisme. » – Samael Aun Weor, La Révolution de Belzébuth

De cette façon, nous dirons que nous parlons de l’organisme physique. À cette époque, notre Brahma, notre Intime animait le règne végétal. Le règne végétal sait magnifiquement transmuter la lumière solaire; c’est pourquoi les hiérarchies solaires enseignent à Brahma, l’Esprit de chacun de nous, comment transmuter, en utilisant le symbolisme des plantes… souvenez-vous du Jardin d’Éden, où tout est symbolisé par les plantes, par les arbres.

« Comme nous l’avons déjà dit dans notre livre intitulé Le Mariage Parfait ou La Porte pour Entrer dans l’Initiation, le cœur du Soleil est construit comme le cœur de notre organisme humain. Tout comme sept hiérarchies existent dans le Soleil qui dirigent les sept rayons cosmiques, sept cerveaux existent dans notre cœur qui appartiennent aux sept grandes hiérarchies cosmiques.

Le Soleil a un noyau central atomique, qui est l’Atome Noûs, et cet atome est la demeure de Brahma à l’intérieur de nous. Cet atome est le premier centre vital qui fonctionne dans le fœtus, et aussi le dernier atome qui cesse de vivre dans notre organisme. » – Samael Aun Weor, La Révolution de Belzébuth

Comme vous le voyez, le développement de ces Mahamanvantaras est lié au développement de notre physicalité actuelle. Maître Samael dit:

« Pendant la période Lunaire (qui en Sanskrit est appelée le Dwapara yuga), les corps physiques de notre humanité actuelle ont atteint un degré élevé de perfection. Nous avons acquis le Corps Astral (lunaire) (corps protoplasmique) pendant cette période.

Nous, les êtres humains des temps présents, étions les animaux de la période Lunaire (Dwapara yuga). » – Samael Aun Weor, La Révolution de Belzébuth

Nous devons comprendre que cette forme humaine que nous avons acquise de nos jours est le résultat du développement des jours cosmiques précédents, ce que nous appelons Mahamanvantaras, en d’autres termes, nous disons que les 3 Mahamanvantaras précédents plus ce Mahamanvantara actuel sont les 4 Yugas, à savoir le Satya yuga, le Treta yuga, le Dwapara yuga et le Kali yuga.

Le Kali yuga est ce que l’on appelle, dans La Révolution de Belzébuth, « la Ronde Terrestre ». Il est très important pour nous de comprendre ce qu’est la Ronde Terrestre, car elle est égale au Kali yuga. Le Mahakalpa tout entier est la descente de la vie à travers de nombreuses dimensions. Nous avons déclaré que la descente des Yugas commence au niveau du Plan Mental, qui est la 5e dimension, le cercle de l’Éternité. Du Plan Mental, nous entrons dans la Ronde Solaire, le Treta yuga.

Le développement Mental et Émotionnel de ces Yugas se produit dans l’Éternité, la 5e dimension. Mais, lorsque les Yugas continuent de descendre dans la 4e dimension, alors commence le Dwapara yuga, qui est l’âge du bronze. Rappelez-vous, nous parlons ici du Mahakalpa, car ces 4 Yugas se développent dans différentes dimensions, à différents niveaux. Chaque race racine de n’importe quel ronde, par exemple, de la Saturnienne (qui avait 7 races racines); chaque race racine se développe autour de la ceinture zodiacale, mais la Ronde Saturnienne s’est développée au niveau de l’Éternité.

Prenons cet exemple pour comprendre ce qu’est un Mahakalpa. Ce que nous appelons l’hiver dans l’hémisphère nord, c’est l’été dans le sud. Mais, lorsque l’hiver commence dans le sud de la planète, nous avons l’été ici dans le nord. Ainsi, comme vous pouvez le voir, les quatre saisons d’une année se produisent deux fois, sous différentes latitudes de la planète. Les quatre saisons au nord commencent à une certaine époque, ou à un certain temps, tandis qu’au sud, elles se développent à l’inverse.

Ce que nous appelons ici l’automne, c’est le printemps là-bas; ce que nous appelons l’hiver, c’est l’été pour eux, etc. etc. En d’autres termes, les quatre saisons se produisent deux fois en un an. En fonction de la partie de la planète où nous vivons, cela déterminera la saison que nous vivrons à un moment donné. Il y a toujours quatre saisons, mais elles se produisent dans des précessions différentes.

L’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre provoque les quatre saisons d’une année que nous vivons. La Terre précèsse, ce qui signifie que l’axe de rotation oscille ou change de direction dans tout le Mahamanvantara.

Un Mahamanvantara est la quantité exacte de temps sidéral nécessaire à l’ensemble du système solaire pour orbiter autour du Soleil Alcyone dans un cercle de 360 degrés à travers les 5e, 4e et 3e dimensions.

L’oscillation de cette Terre est un comportement mesurable très précisément puisque la direction de l’axe de rotation se déplace dans un cercle de 360 degrés. Cette oscillation est appelée « précession ». L’axe de rotation précèsse très lentement à travers l’espace, un laps de temps qui est de 25 920 années terrestres.

La position de la Terre se déplace d’un degré environ toutes les 20 minutes dans chaque orbite autour du Soleil dans un cercle de 360 degrés. Ainsi, si nous divisons 360 degrés = 518400 minutes par 20 minutes par sa rotation autour du Soleil, nous obtiendrons les 25920 années de la terre nécessaires pour une année sidérale.

Par conséquent, l’orientation du pôle nord de la Terre, par rapport au Soleil, n’est pas fixée à la période orbitale de la Terre autour du Soleil en raison des précessions de la Terre.

Ceci est également utilisé pour déterminer le premier jour du printemps et de l’automne, appelés équinoxes vernal et automnal, appelés précession des équinoxes.

Une similitude pour comprendre les précessions de la Terre par rapport aux quatre saisons et aux Yugas est la suivante: l’Argentine est dans l’hémisphère sud et le Canada est dans le nord, donc leurs saisons sont opposées. Quand c’est le printemps (Satya yuga) au Canada, c’est l’automne (Dwapara yuga) en Argentine, et vice-versa. De même quand c’est l’été (Treta yuga) au Canada, c’est l’hiver (Kali yuga) en Argentine, et vice-versa.

Ainsi, au fur et à mesure que les saisons se déplacent sur l’orbite de la Terre autour du soleil, les Yugas d’un Mahakalpa, d’un Mahamanvantara et d’un Manvantara se déplacent à un endroit différent de l’arc ascendant de 180 degrés d’un cercle de 360 degrés.

Cette année sidérale orbitale est également mesurée par rapport aux positions des 12 constellations du zodiaque par rapport à neuf sphères célestes à travers lesquelles la conscience est arrondie à travers 108 vies: 12 x 9 = 108. Cela donne un très bon système de référence ésotérique pour mesurer les mouvements ésotériques du Soleil, Tiphereth, autour des 12 constellations du zodiaque en relation avec l’Ennéagramme ou les neuf Sephiroth de l’Arbre de Vie, dans le monde de Yetzirah, le monde de la Formation.

Un Mahamanvantara est alors 1 année sidérale de 25 920 années terrestres, au cours de laquelle le système solaire tourne autour du Soleil Alcyone du début à la fin dans un cercle de 360 degrés. Un Mahamanvantara a 7 races racines et chaque race racine est un Manvantara avec la même longueur de 25 920 années sidérales.

De la même manière, lorsque nous parlons des Mahamanvantaras, nous devons comprendre comment les Puranas illustrent cela. Les Yugas se rapportent à l’année cosmique. L’année cosmique, ou année sidérale, dure (selon ce calcul) 25 920 années cosmiques. J’ai dit cosmique parce que ces années cosmiques se produisent dans les 5e, 4e et 3e dimensions, dans le Mahamanvantara, dans les rondes cosmiques et dans chaque race racine.

Rappelez-vous que dans la dernière conférence, nous avons déclaré que la race racine protoplasmique, la race polaire, était une récapitulation du Satya yuga, la Ronde Saturnienne; la race racine Hyperboréenne était une récapitulation de la Ronde Solaire, le Treta yuga; la Race Lémurienne était une récapitulation de la Ronde Lunaire, le Dwapara yuga. Mais, cette ronde s’est passée dans une autre dimension, de même que les races racines.

La première race racine qui a existé dans ce monde tridimensionnel était la race racine Atlante; cette race racine a été la première à être complètement liée au Kali yuga ou à la Ronde Terrestre. En ce moment, nous sommes dans la 5e race racine de la Ronde Terrestre, qui est appelée, parmi les Yugas, le Kali yuga du Mahakalpa. Nous sommes tout au bas du Mahamanvantara, ou Mahakalpa. C’est pourquoi, dans l’Hindouisme, ils déclarent que le Kali yuga est toujours en activité; oui, en relation avec le Mahakalpa, le Mahamanvantara. Le Kali yuga se terminera par la 7e race racine de cette Ronde Terrestre, qui est appelé le Kali yuga, du point de vue du plus grand cycle, le Mahakalpa.

Bien sûr, la 6e race racine, qui approche, aura ses propres Yugas, dans une octave supérieure. La 7e race racine aura les mêmes Yugas, dans une autre octave. Mais, ils se développeront dans le Kali yuga du Mahakalpa. C’est pourquoi la 5e ronde, qui débutera après la 7e race racine de cette Ronde Terrestre, la 4e ronde, se développera dans la 4e dimension. Cette 4e dimension est liée à ce Yuga appelé le Dwapara yuga, car lorsque l’arc commence son ascension vers le haut, alors les Yugas sont répétés, à l’envers, tout comme les saisons se répètent sur notre planète de différentes manières en fonction de la partie de la planète que nous habitons. Si vous vivez en Australie, vous comprendrez ce que je veux dire… parce que l’Australie vit aussi les quatre saisons, mais d’une autre manière.

Nous dirons qu’il existe deux types de quatre saisons en un an. De la même manière, nous dirons qu’il y a en fait 8 Yugas dans le même Mahamanvantara, mais d’une manière différente. Nous avons expérimenté les Yugas de manière descendante; maintenant, le Mahakalpa fera à nouveau l’expérience des Yugas, mais maintenant de manière ascendante.

Sept Races Racines

Ainsi, nous allons maintenant retourner du Kali dans le Dwapara, puis dans le Treta, et enfin dans le Satya yuga du Mahakalpa. Mais, en ce moment, nous sommes tout en bas, le Kali yuga, ou ce que nous appelons la Ronde Terrestre, qui doit avoir ses propres sept races racines; et chaque race racine doit avoir ses propres 8 Yugas. C’est quelque chose d’important à comprendre, car les Mahamanvantaras se produisent à la fois de manière descendante et ascendante. C’est le grand cercle. C’est pourquoi nous déclarons que chaque race racine se développe en 25 920 ans, ce qui, kabbalistiquement additionné, est de 9. Vous pourriez dire qu’il est écrit que le Mahamanvantara ou Mahakalpa a 311 040 000 000 selon d’autres calculs… mais, si vous faites l’addition du chiffres de ce nombre, nous trouvons toujours le nombre 9. En d’autres termes, à chaque ronde, chaque race racine, chaque sous-race est liée aux quatre saisons, aux quatre Yugas, dans des temps cosmiques différents, qui sont toujours symboliques.

« En vérité, les quantités d’années attribuées à un jour cosmique sont symboliques. La nuit cosmique arrive lorsque le rassemblement des âmes parfaites est terminé, ce qui signifie que le jour cosmique est absolument parfait. » – Samael Aun Weor, La Pistis Sophia Dévoilée

Le point principal ici est que dans la Kabbale, l’être humain parfait, qui est créé dans les sept niveaux, est appelé Adam אדם. C’est-à-dire l’être qui est placé dans le Jardin d’Éden. Ce nom Adam אדם s’écrit Aleph-Daleth-Mem : Aleph א vaut 1, Daleth ד vaut 4 et Mem ם est 40. Si vous faites l’addition de ces nombres, vous avez le nombre 9. La Kabbale est lié aux nombres, et les nombres sont des entités vivantes.

Il est écrit dans le livre de l’Apocalypse que les élus qui seront sélectionnés seront au nombre de 144 000, et ce nombre encore, ajouté kabbalistiquement, est de 9. C’est parce que 9 mois sont nécessaires pour créer un corps humain. 9 se rapporte également la 9e sphère, Yesod. Nous travaillons dans Yesod, pour créer Adam, qui est lié aux Manavas, le véritable Manu, qui doit émerger à travers ces 9 périodes, que ce soit des mois, des années ou des aéons.

Le Mahamanvatara est composé de 7 cycles humains, dans lesquels les Manavas sont créés. Le nombre 9 se rapporte à Adam, selon la Genèse. Selon le livre de l’Apocalypse, les élus seront au nombre de 144 000 = 9.

« Et j’entendis le nombre de ceux qui étaient scellés: et il y eut cent quarante-quatre mille de toutes les (12) tribus des enfants (archétypes) d’Israël. » – Apocalypse 7: 4

Cela nous invite à réfléchir sur la 9e sphère, Yesod, qui est la demeure de Binah ; le cerveau sexuel-instinctif-moteur est gouverné par Binah, le Saint-Esprit, Jéhovah Elohim, qui en Sanskrit est appelé Shiva, et est lié aux forces créatrices, aux fluides créateurs sexuels. Ce fluide sexuel est HaMayim המים, que nous répétons écrit à l’envers, est Mi מי et Mah מה. Mi מי et Mah מה sont les fluides de notre corps. Mi מי sont les fluides masculins positifs du cerveau et de la colonne vertébrale; Mah מה sont les fluides des organes génitaux ; le cerveau intellectuel est gouverné par Brahma; et le cerveau émotionnel est gouverné par Vishnu, à la fois dans le corps féminin et masculin. Cela nous invite à réfléchir.

Telles sont les eaux sur lesquelles Brahma, le Ruach Elohim doit créer: « Behibaram, ce sont les générations des cieux et de la terre. » Pour cela, nous avons besoin d’un corps physique. Alors, en synthèse, voyez-vous que toute la création est faite pour créer le véhicule parfait, qui en Kabbale est appelé Malkuth, qui attirera les éléments nécessaires et les placera dans ces deux eaux, Mi מי et Mah מה, HaMayim המים, qui sont dans notre physicalité. Cette physicalité dont nous héritons dans cette Ronde Terrestre est le développement de la Ronde Saturnienne, de la Ronde Solaire, de Ronde Lunaire et enfin de la Ronde Terrestre, dans laquelle nous avons tous notre corps physique actuel. C’est un long développement depuis la 5e dimension, à la 4e et enfin à la 3e. Ce corps nous est donné dans le but de créer Adam, dans le but de créer les Manavas à l’intérieur de nous.

Heureusement, le Soleil a déposé dans les glandes sexuelles la graine nécessaire pour créer l’humain authentique. Cette graine pourrait se développer si nous coopérons avec le Soleil. Alors, nous ne serions plus de simples machines à parler comme nous le sommes actuellement, puisque nous nous transformerions en véritables humains, en rois et reines de la création…

En effet, même si nous nous présumons être des humains, nous ne sommes en réalité que de simples animaux intellectuels condamnés à vivre la tristesse de la vie. Mais, la graine du véritable humain existe dans nos glandes. Oui, une telle graine peut nous transformer en humains solaires. Cette graine peut germer en nous si nous coopérons avec le Soleil et ses idées solaires. Le Soleil a créé cette race racine non seulement pour être utile à l’économie de la nature, mais aussi avec l’intention claire d’atteindre une récolte d’humains solaires…..

La graine existe, mais elle peut être perdue, et c’est normal car cette graine est très difficile à germer. Nous devons développer cette graine. Nous pouvons le faire si nous coopérons avec le Soleil.

Le « secretum secretorum » de l’auto-réalisation intérieure de l’Être réside dans le sexe. Cependant, nous ne devons pas nous scandaliser devant le « secretum secretorum ». Habituellement, quand les gens pensent au sexe, ils ne se souviennent que de leurs vices, de leur lascivité, de leur sale fornication, leurs abominables adultères…

Le travail (alchimique sexuel) est très délicat. C’est pourquoi il est déclaré dans l’Apocalypse de Saint-Jean que ni les fornicateurs ni les adultères ne pourront entrer dans la nouvelle Jérusalem. C’est évident.

Les fornicateurs et les adultères s’éloignent très loin du saint Soleil Absolu, ainsi les émanations du Soleil Sacré Absolu ne les atteignent pas, ils ne touchent pas leurs germes-graines sexuels. Leurs germes-graines se tournent alors vers l’involution, et sont finalement perdus… – La Récolte du Soleil par Samael Aun Weor

À chaque ronde, à chaque jour cosmique, différents développements se produisent, afin que nous puissions hériter de cette physicalité humaine, qui nous a été donnée gratuitement. Mais, si nous ne profitons pas de ce laboratoire que la Grande Loi nous a donné, si nous jouons avec, alors nous perdons l’opportunité de créer le véritable être humain à l’intérieur de nous, car le véritable être humain doit avoir un Corps Astral qui appartient au cercle de l’Éternité; un Corps Mental qui appartient également au cercle de l’Éternité; et le Corps Causal qui appartient à la 6e dimension, à la Monade. C’est ce que nous devons avoir, pour devenir un véritable être humain, pour entrer dans le chemin du Brahmacharya solaire. Nous pratiquons le Brahmacharya solaire après avoir vécu le Maïthuna, l’acte sexuel, Tantra, entre homme et femme, pour créer les Manavas.

Malheureusement, de nos jours, les gens jouent avec l’ADN et avec les sexes. La création du véritable être humain ne se produit que lorsque le véhicule, le métier à tisser de Dieu, l’instrument, le laboratoire de Shiva, le Saint-Esprit, que la nature nous donne gratuitement est parfait. Non modifié par la chirurgie. S’il est modifié par la chirurgie, nous perdons l’occasion de créer le véritable être humain à l’intérieur, et, le seul sort que nous ayons, sera l’involution; la destruction non seulement de ce corps physique, mais des corps protoplasmiques dans la cinquième dimension inférieure; la physicalité et les corps protoplasmiques qui nous ont été donnés dans d’autres rondes cosmiques. Ainsi, n’ayant d’autre choix que de rentrer « dans une nouvelle ère » dans un autre cycle de « nouvelle race racine » sur la roue du Samsara afin de construire de nouveaux corps physiques et protoplasmiques à partir des règnes minéral, végétal, animal et humanoïde, en tant que Yugantar, une sorte de joug pour ces âmes qui n’a pas vaincu l’état humanoïde dans cette race racine Aryenne de Kaliyuga.

« Ce serait une grande tragédie si un Samson de la Kabbale se laissait endormir par la pécheresse Dalila (Lilith)! » – Eliphas Levi

Catégories : Evolution Cosmique dans la Bible