Écrit par : Gnostic Instructor          Catégorie : Commencer Ici et Maintenant

Souvent, lorsque nous parlons de la fin du monde, ou de la fin de la civilisation, de l’Apocalypse, beaucoup d’émotions sont suscitées en nous. Nous pouvons devenir solennels. Cela peut être approprié: c’est une question sérieuse. Nous devons rechercher ce qui apparaît dans notre mental lorsque nous commençons à parler de l’apocalypse, de la grande catastrophe ou du cataclysme. Quelles bulles à la surface de notre mental? Habituellement, beaucoup de sentiments: peur, sentiment d’insécurité, quelque chose d’inconfortable en nous. Nous ressentons une répulsion ou une aversion à vouloir parler de tels sujets, des sentiments inconfortables apparaissent que nous éviterions assez souvent. Ceci est courant dans notre culture moderne de ne pas vouloir parler de ces choses, ou même d’être accusé d’être un semeur d’épouvante et de répandre la peur. Où est la source de la peur? D’où vient-elle?

Lorsque nous parlons de préparation à l’Apocalypse Gnostique, nous pouvons d’abord réfléchir à la façon de nous sauver, comment sauver cette civilisation, notre petit monde, nos objets matériels, sauver notre vie.

Le mot apocalypse ou apokalupsis (ἀποκάλυψις) est Grec et signifie « dévoiler » ou « le dévoilement », « révéler ». Quand nous en parlons, quelque chose est dévoilé en nous. Nous commençons peut-être à ressentir cette insécurité.

Dans le Bouddhisme, ils parlent des deux vérités, de la doctrine des deux vérités… très profondes. Toutes les écoles du Bouddhisme le traitent d’une manière un peu différente. Ils ont des concepts métaphysiques et philosophiques différents liés à ces deux vérités. Plusieurs fois, ces deux vérités sont traduites en Français par « Vérité Relative » et « Vérité Ultime » ou « Vérité Empirique » et « Vérité Absolue ». Une traduction préférable de ceci est: « Vérité Relative » est «Vérité Obscurcie ». Le mot « obscurci » signifie « récurer quelque chose » et « ob » signifie « mettre par-dessus ». La « Vérité Obscurcie » est la vérité sur laquelle quelque chose est placé dessus. Si nous empruntons un mot Grec, apocalypse, la « Vérité Apocalyptique » est la vérité qui se dévoile lorsque l’obscurcissement est supprimé.

Samael Aun Weor parle souvent de l’Apocalypse ou de la catastrophe finale. Il écrit:

« Les mondes physique, psychologique et spirituel correspondent conjointement les uns aux autres à travers les Trente-deux Chemins de lumière qui sont les marches sacrées de la Sainte Échelle. La Grande Catastrophe qui approche a des conséquences; physique, psychologique et spirituel » – Message du Verseau

Nous allons jeter un œil à ces trois aspects: physique, psychologique et spirituel.

Nous sommes souvent très curieux: « Que va-t-il se passer? » Dans ces études, nous parlons de la « Fin des Temps ». Maître Samael Aun Weor a écrit plusieurs livres sur ce sujet tels que La Race Aryenne Condamnée (Le Chemin Étroit), Le Message du Verseau, ainsi que diverses conférences. Il est important de comprendre où vont notre culture, notre civilisation et notre monde sur le plan physique. Ce qui est plus important pour nous, c’est de regarder notre processus psychologique et spirituel parce que la véritable apocalypse est quelque chose de psychologique et de spirituel. La vraie vérité, la Vérité Ultime, c’est que nous sommes tous physiquement ici, nés, nous aurons une vie et nous mourrons. Telle est la nature de ce que nous sommes actuellement. La nature de cette civilisation passera. Déclarer quelque chose comme « nous allons tous mourir » n’est qu’un simple fait. Qu’est-ce que cela a à voir avec la catastrophe finale ou l’apocalypse finale? Si nous allons tous mourir de toute façon, pourquoi est-il important de regarder cela dans une perspective mondaine?

Une fois, j’ai été interrogé par un étudiant au sujet de certaines de ces prophéties. J’ai donné une réponse qui a essayé de couper, ou j’ai essayé de couper à travers ces obscurcissements, j’ai dit juste ce fait, « nous allons tous mourir » et que nous devrions être plus préoccupés par ce qui se passe psychologiquement parce que tout va mourir de toute façon. Cette réponse a causé beaucoup de détresse à l’étudiant. Nous allons tous mourir; nous allons mourir physiquement: cela va arriver. Que ce soit ou non dans un cataclysme ou par un autre processus, de notre propre cause naturelle ou accidentelle. Nous devrions être plus préoccupés par ce qui se passe psychologiquement plutôt que par trop nous préoccuper physiquement du moment et de ce qui va se passer. Malheureusement, beaucoup de gens enseignent et parlent de ce sujet en se basant sur la peur. Beaucoup d’enseignants peuvent même parler en se basant sur la peur et peuvent aussi la transmettre inconsciemment aux étudiants. Ceci est une erreur. C’est une chose d’être choqué; avoir un choc de la conscience, d’avoir un moment d’éveil parce qu’on lui présente cette vérité non obscurcie et de l’utiliser comme motivation pour poursuivre notre travail, pour terminer le dévoilement. C’est autre chose de travailler basé sur la peur.

La devise de toute cette civilisation pourrait être « La recherche de la sécurité ». Nous recherchons la sécurité; comment la poursuivre? Nous obtenons un emploi, nous accumulons des richesses pour ne pas être pauvres. Nous avons peur de ce qui va se passer. Nous voulons la sécurité physique. Nous avons peur que les gens ne nous aiment pas, peur de ne pas être aimés, peur d’être abandonnés et même d’être spirituellement abandonnés. De nombreux étudiants demandent: « J’ai pratiqué ces enseignements et les choses empirent », ou « J’ai l’impression que les choses empirent » ou « J’ai l’impression que Dieu m’a abandonné ». J’ai vu cette déclaration de nombreuses fois; la peur de l’abandon. Quel est l’antidote à cela?

Évidemment, il y a un travail psychologique dont on parle souvent et qu’on répète de nombreuses fois; d’avoir besoin d’analyser, de comprendre, d’éliminer notre ego, d’éliminer notre peur. Quand nous voyons cette peur ou une insécurité ou un sentiment d’inconfort, nous ne pouvons pas la fuir, il serait insensé de s’enfuir, il serait préférable de s’asseoir avec, de la voir surgir et disparaître dans notre conscience, dans notre propre mental. Si vous êtes éveillé, si vous vous éveillez dans un rêve et que vous vous retrouvez plongé sous l’eau, généralement, si nous ne sommes pas éveillés, que faisons-nous? Nous avons peur. Nous voulons nous hisser au sommet et respirer de l’air. Si vous deviez vous éveiller à cela, si vous vous éveilliez à votre peur, vous vous rendriez compte que vous rêvez, et il n’y aurait aucun mal à boire l’eau. Apprendre à respirer dans de nouvelles circonstances est vraiment le défi. Nous devons respirer, dans et à travers nos peurs. La comprendre. Si nous fuyons cela, si nous basons nos aspirations spirituelles sur la peur, quel pourrait être le résultat? Nous devons baser notre travail sur l’amour, la sagesse et la compassion. Comment pouvons-nous obtenir cela?

Dans le Bouddhisme, ils parlent de l’impermanence des phénomènes, de la vacuité des phénomènes et de l’interdépendance des phénomènes. Ils parlent également de compassion et de bienveillance. Nous pouvons résumer cela à partir d’un contexte Occidental comme l’amour et la sagesse. Nous devons baser notre travail sur ces facteurs, mais nous ne pouvons vraiment savoir ce que signifie aimer que si nous comprenons vraiment ce qu’est l’impermanence et ce qu’est la vacuité. Il n’y a pas de raccourci là, car sans cette base, nous serons toujours confus quant à notre situation.

Que signifie baser notre travail sur la compassion et l’amour?

Toutes choses passent. Rien n’existe pour toujours. Rien n’existe en soi. Nous croyons comprendre cela, mais si ces sentiments de peur, si ces sentiments d’insécurité atteignent le sommet et que nous avons la chance d’entrer en contact avec eux, nous devons supposer qu’il existe ce sentiment d’insécurité. Quelle en est la base? C’est une base de permanence, de l’ego voulant se maintenir, par conséquent, nous ne l’avons pas encore compris. Ces sujets sont très intéressants, non seulement pour apprendre une théorie ou un concept, ce qui est utile, mais pour le baser sur la façon dont nous nous rapportons à ces faits. Quels sont les faits de notre monde? Si vous avez lu certains de ces livres ou certaines des autres conférences, nous avons toute une série de conférences sur le Livre de l’Apocalypse. Comme mentionné précédemment, il existe des livres sur les grandes catastrophes. Si nous regardons, nous voyons que nous avons eu la première Guerre Mondiale, qui était censée être à l’époque, la « Guerre pour Mettre Fin à Toutes les Guerres », mais en fait ce n’était que le commencement. Elle a jeté les bases d’une autre Guerre Mondiale très peu de temps après. La question est: « Y aura-t-il une autre Guerre Mondiale? » C’est très intéressant d’envisager cela.

Tout d’abord, immédiatement, qu’est-ce qui monte en nous? Peur? Cela devrait nous motiver à éveiller notre conscience. La question que je pose est « Comment pourrait-il ne pas y avoir une autre Guerre Mondiale? » Si vous analysez les vraies causes et conditions profondes; il ne s’agit pas de politique et de frontières, mais de peurs humaines. Il s’agit de la recherche de la sécurité. Il s’agit de moi et d’une autre personne. Nous tuerons quelqu’un d’autre pour cette sécurité. Est-ce que tout cela a changé? Avons-nous changé notre conscience humaine dans cette civilisation? Ces facteurs ont-ils été dissous? Je remettrais cela en question. Si nous savons que ces facteurs ont été impliqués dans l’aboutissement de la guerre dans le passé, qu’est-ce qui la changerait pour l’avenir?

Nous souhaitons tous cet Âge d’Or. Nous voulons l’Âge d’Or. Nous voulons cette sécurité. Nous parlons d’un Âge d’Or. Tous ces autres philosophes et mystiques du Nouvel Âge supposent, à tort, qu’un Âge d’Or peut arriver d’un tas de détritus pourris; qu’un Âge d’Or de paix et de lumière peut provenir de notre état d’esprit en ce moment, mais il n’y a aucun fondement pour cela.

Si nous voulons construire un bâtiment, nous avons besoin d’une bonne fondation. La fondation doit être bonne. Vous ne pouvez pas construire une structure merveilleuse sur une fondation défectueuse. Sur quoi repose cette culture? Où est la fondation? Où est l’épicentre de tout ce monde, dans les villes, dans les affaires, dans les grandes villes dans les quartiers d’affaires? Ces grandes villes sont comme d’énormes chakras transformant l’énergie. Notre civilisation est basée principalement sur la transmission d’argent. Que se passe-t-il dans ces endroits? Ce n’est pas de l’amour et de la compassion, ce sont des personnes identifiées à ce monde. Ce n’est pas vraiment basé sur quoi que ce soit, non?

Si nous regardons ce que l’humanité a appris, a-t-elle appris la valeur de l’impermanence? Nous avons fait tomber deux bâtiments à New York. Quelle catastrophe c’était! Quelle éruption d’émotion cela a provoqué chez chaque individu, dans la nation et dans le monde. Qu’en avons-nous appris? Qu’est-ce qui est différent maintenant? Qu’est-ce qui est différent dans la psyché qu’avant? Cela nous a-t-il appris une leçon? En savons-nous plus sur l’impermanence maintenant? Je pense que c’est une bonne question à se poser. Où suis-je? Que puis-je supposer aujourd’hui? Où en est mon travail aujourd’hui, psychologiquement? Est-ce que je vois à travers les yeux de l’impermanence? Est-ce que je vois à travers cela? Quel est mon quotidien?

J’estime que nous n’en avons rien appris. Nous avons été blessés, nous avons souffert, nous avons été peiné, nous avons eu peur et nous nous sommes mis en colère. En tant que majorité, en tant que culture, c’était la réponse. Puis nous nous sommes réinstallés là où nous voulions être à nouveau. Le voile s’est légèrement levé. Cela nous a bouleversés, nous nous sommes fâchés et nous essayons très fort de remettre le voile. Ce sont des signes. C’est là que va la société. Est-ce décevant d’en parler? D’une Vérité Conventionnelle, peut-être. Qu’en est-il de la Vérité Ultime, la Réalité? Pourquoi avons-nous si peur de la mort? Nous voulons la voiler; nous voulons la couvrir. Nous ne voulons pas examiner cette partie de la société. Nous sommes attachés à la naissance. Nous devrions pouvoir voir ces deux phénomènes comme un simple continuum. Pour une vie bien vécue, la mort en est la célébration.

Dans les traditions qui parlent, qui ont plus de, qui articulent plus clairement les cycles de naissance et de mort, il est dit que lorsque cette âme entre dans ces royaumes entre la vie et la mort, cette âme subit divers processus. Nous les avons résumés dans d’autres conférences, je n’y entrerai donc pas. Comme Samael Aun Weor déclare souvent cette âme sera attirée, soit par les forces karmiques, soit par la fascination, dans un nouvel utérus pour revivre dans cette vallée d’amertume, et pourtant nous la célébrons. Je ne dis pas que nous nous trompons là-dessus. Je dis que nous devons examiner le continuum complet de ce qu’est la naissance et la mort. Cette vie n’est qu’un intermédiaire entre deux autres points d’extrémité et ces points d’extrémité sont juste entre deux autres points d’extrémité. Tout est un bardo – tout est un continuum, une transmission.

Réellement, le contenu majeur de cette conférence n’est pas de parler de certains faits et prophéties et de tout mettre ensemble et de former un synopsis intellectuel. C’est quelque chose qui peut être utile, mais qui est déjà bien décrit dans de nombreux autres livres. Nous n’en parlerons que d’un point de vue général. Premièrement, si nous parlons de l’aspect physique de l’Apocalypse, si nous continuons sur le courant de la conscience que je parlais, nous pouvons regarder la prophétie de Melchisédec. Je vais le lire pour vous. Sa prophétie est la suivante,

« Les hommes (ou mieux dit les mammifères rationnels) oublieront progressivement leurs âmes pour ne prendre soin que de leur corps. La plus grande corruption régnera sur terre.

Les hommes ressembleront à des bêtes féroces, assoiffées du sang de leurs frères.

La demi-lune s’assombrira et ses adeptes tomberont en guerre perpétuelle. Les plus grands malheurs tomberont sur eux et ils se battront les uns les autres.

Les couronnes des rois, grands et petits, tomberont; un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit. Une terrible guerre entre tous les peuples éclatera.

Les océans rugiront. La terre et le fond des mers seront couverts d’os.

Des royaumes disparaîtront, des populations entières mourront… Famine, maladie, crimes non couverts par les lois, jamais vus, ni rêvés par les hommes…

Ensuite, les ennemis de Dieu et de l’Esprit Divin qui reposent en l’homme lui-même viendront. Ceux qui lèveront la main contre les autres périront également.

Les oubliés et les persécutés ressusciteront plus tard; ils seront le centre de l’attention du monde entier.

Il y aura des ténèbres épaisses, d’horribles tempêtes. Les montagnes, jusque-là arides, seront couvertes de forêts.

La Terre sera secouée. Des millions d’hommes échangeront les chaînes de l’esclavage et des humiliations contre la faim, la peste et la mort.

Les routes seront bondées de monde, marchant au hasard d’un endroit à l’autre.

Les plus grandes, les plus belles villes disparaîtront dans le feu… Une, deux, trois. Sur dix mille hommes, un survivra, et il sera nu, privé de raison et manquant de force pour construire un abri ou trouver de la nourriture. Et ces hommes survivants aboieront comme des loups furieux, ils dévoreront des cadavres et mordront leur propre chair, et ils défieront Dieu pour le combat.

La Terre sera déserte, et même Dieu partira… Seules la mort et la nuit seront sur la Terre vide.

Ensuite, j’enverrai un groupe de personnes (l’Armée du Salut Mondial), jusqu’alors inconnue, qui, avec des mains fortes, enlèveront les mauvaises herbes du champ cultivant du vice, et conduiront les quelques fidèles à l’Esprit de l’homme dans la bataille contre le mal.

Ils trouveront une nouvelle vie sur Terre, purifiée par la mort des nations.

– Prophétie de Melchisédec

Nous devons prendre les réponses que nous ressentons à l’intérieur de nous-mêmes lorsque nous lisons quelque chose comme ça. Nous devons aller directement à la réalité. Nous devons entrer directement dans la vérité non dissimulée et travailler avec elle. Ne pas simplement lire ceci et simplement se détourner ou lire ceci et être submergé de tristesse ou de peur. Voyez plutôt comment cela peut nous aider à être libéré. Voyez comment cela peut nous aider à transformer ou à révolutionner notre conscience.

Le mot « catastrophe » signifie « une révolution ». Cela doit provoquer une grande catastrophe dans notre mental, une révolution de notre mental. Nous pouvons nous en souvenir, non pas parce que nous essayons d’être morbides, mais parce que nous y voyons un noyau de vérité et c’est seulement avec ce noyau de vérité que nous pouvons nous diriger vers la lumière. Il existe un groupe de maîtres appelé la Muraille Gardienne de l’Humanité. C’est un groupe d’êtres hautement ascensionnés, des maîtres ressuscités, qui gèrent le karma de la Terre entière. Muraille Gardienne de quoi?

C’est la muraille gardienne de notre propre karma. Une telle muraille peut nous aider à cultiver quelque chose. Sans cette muraille gardienne, tout se serait déjà produit. Tout le karma aurait déjà provoqué la grande catastrophe et la calamité. Nous devrions être reconnaissants. Nous pouvons transformer ces sentiments en gratuité, en concentration sur un seul point.

Couper à travers toutes nos envies et aversions pour ces désirs quotidiens absurdes, des choses avec lesquelles nous perdons notre temps, couper à travers, et profiter de l’ici et maintenant, nous éveiller. Nous apprenons à méditer. Nous apprenons à travailler et à cultiver notre mental avec une science. La science ne se soucie pas de ce que vous croyez ou de combien vous priez Dieu; peu importe combien vous faites ce travail et cet effort. Bien sûr, Dieu en fait partie – mais Dieu est scientifique.

Il y a eu une analogie que j’ai récemment entendue concernant la Première Guerre Pondiale, alors je vais en parler. Je pense que c’était la première année de combat, la veille de Noël. Les gens s’entre-tuaient la veille de Noël, et presque tous les combattants étaient Chrétiens. La veille de Noël, les deux camps, tous les combattants, avaient ce désir spontané de ne pas se battre, alors ils se sont arrêtés. Ils ont chanté des chants de Noël. Je pense qu’ils ont joué au football à Noël. Puis le lendemain, tous les généraux voulaient les forcer à recommencer à s’entre-tuer avec des mitrailleuses et du chlore gazeux et ils ont refusé. Ils ont dit: « Je m’amusais juste avec mes frères, maintenant vous voulez que je le tue? Je refuse. » Ainsi, les généraux ont simplement déplacé les armées dans différentes parties de la ligne, puis les combats ont continué et ils ont recommencé à s’entre-tuer.

Quand nous enseignons la méditation, nous enseignons plus que simplement atteindre un bel état de conscience. Nous apprenons à méditer; nous pouvons cultiver notre mental. Nous pouvons atteindre un état d’équilibre mental où le mental devient très stable. C’est une très belle expérience. Mais nous enseignons aussi plus que cela. De nombreuses écoles n’enseignent que cela. Elles ne feront qu’enseigner: vous vous détendez, vous avez un bel d’esprit, et c’est bien. C’est bien, mais finalement ça finit. Vous revenez et sur votre chemin la bataille continue.

Lorsque nous atteignons cet état d’esprit, c’est comme une trêve dans notre propre mental. Les deux choses ne se battent plus; nous avons un petit répit. Il est appelé samatha dans de nombreuses traditions: équilibre mental. Si nous ne combinons pas cela avec la perspicacité, si nous ne combinons pas cela avec la recherche de nous-mêmes, alors c’est la même chose que la petite analogie; la guerre s’arrête, nous avons de jolies petites vacances mais vous ne faites rien pour regarder les causes pour lesquelles les gens s’entre-tuent. Si vous atteigniez la méditation, si vous atteigniez l’équilibre mental, c’est très bien, mais si vous ne regardez pas en vous-même et n’analysez pas la cause et les conditions de votre propre mental, alors vous sortirez de la méditation et la bataille des contraires se poursuivra.

Nous avons besoin de plus qu’un simple équilibre mental. Nous avons besoin de perspicacité, de connaissances imaginatives, de connaissances intuitives, de clairvoyance. Nous devons apprendre à sortir du corps, nous devons apprendre à nous éveiller dans nos rêves pour regarder, voir, acquérir des connaissances. C’est pourquoi nous enseignons dans cette tradition plus qu’une certaine étape de méditation : nous devons changer. Il y a cette citation que Maître Samael écrit: « Changer est fondamental… ».

Si notre vie ne change pas, si nous ne regardons pas en arrière et ne voyons pas comment nous avons changé pour le mieux, alors nous devons vraiment analyser ce qui se passe. Au jour le jour, il est très difficile de voir cela, mais si vous regardez en arrière un an, six mois ou deux ans, ou cinq ans, et vous pouvez voir quel genre de personne vous étiez. Si vous voyez que vous avez développé quelque chose là, alors c’est bien, c’est du progrès, c’est évident. Nous devons toujours être prudents, nous devons continuer à examiner nos problèmes de plus en plus.

C’est pourquoi la seconde Guerre Mondiale, et maintenant l’inévitable autre Guerre Mondiale, va se produire, car tout ce que nous recherchons, ce sont des vacances. Nous cherchons à nous échapper, à échapper à notre vie. Comment s’échapper?

Nous allons dans un autre pays où il fait beau et chaud et nous pouvons nous asseoir sur la plage pendant un moment. Des vacances peuvent être bien, appropriées. Je ne dis pas totalement que les vacances ne sont jamais appropriées; ils nous rafraîchissent pour que nous puissions vivre la vie. Si cela nous aide à continuer à regarder en nous-mêmes, tant mieux. Mais surtout, les gens veulent juste s’échapper. Nous voulons juste nous échapper juste pour nous échapper. Si nous ne nous évadons pas avec des vacances physiques, nous voulons nous évader avec des vacances mentales, des vacances émotionnelles. Nous souhaitons nous asseoir devant un écran et nous endormir pour ne pas avoir à nous soucier de nos problèmes de ce monde. Nous cherchons à nous concentrer et à nous identifier avec un drame sur un écran. Ou nous voulons atténuer, ou même couvrir, nos problèmes avec plus de substances intoxicantes.

Nous sommes déjà intoxiqués par notre état d’esprit mais nous voulons y mettre de l’alcool. Notre société aime l’alcool, la cocaïne, la marijuana, les analgésiques. Il y a une épidémie d’analgésiques lancée par les médecins. Les gens adoraient tellement les analgésiques qu’ils ne peuvent pas arrêter de les prendre. L’héroïne a fait un grand retour, pourquoi? Parce que notre mental a envie. Nous voulons oublier. Nous ne voulons pas de douleur. Nous croyons que notre douleur est due à quelque chose maintenant (contemporain) mais notre douleur est due à l’envie d’hier. Chaque fois que nous nous identifions, ou que nous avons envie de quelque chose, nous semons une petite graine dans notre mental, et nous ne savons pas quand cette graine va se concrétiser. Toute cette douleur que nous pourrions recevoir lorsque nous obtenons la vérité dévoilée, ce n’est pas parce que la vérité est douloureuse, c’est parce que notre état d’esprit a été semé et conditionné dans un tel mensonge que la vérité fait mal. Nous y mettons les graines nous-mêmes avec des actions passées, avec des actes passées. Nous avons cultivé un état d’esprit basé sur les désirs, basé sur la permanence. Nous pensons que tout sera le même demain qu’hier. Quand ce n’est pas le cas, on n’aime pas ça, ça fait mal.

La douleur n’est pas à l’extérieur. La douleur est notre état d’esprit conditionné.

Dans Le Chemin Étroit Samael Aun Weor écrit,

« Une nuit d’été, j’étais dans cet état qui est connu dans le monde Oriental comme Nirvi-Kalpa ou Samadhi; ce qui m’est arrivé pendant cette Méditation était très profond; c’était quelque chose de merveilleux.

Devant moi, le troisième aspect de la Prakriti a pris la forme affreuse et terriblement divine de Proserpine ou Hekate, puis elle m’a parlé dans une langue à signification apocalyptique: « Cette civilisation perverse de vipères, cette Grande Babylone, sera détruite, et dans toutes ses villes, pas pierre sur pierre ne restera. Le mal du monde est si grand qu’il a même atteint le ciel. Il n’y a aucun remède pour cette humanité; elle est totalement perdue.

Puis, débordant de terreur, j’ai prononcé: « Oh, ma Mère, nous sommes dans une impasse. »

Alors avec une parabole, Proserpine m’a demandé: « Veux-tu faire une alliance avec moi? »

« Oui, ma Mère, je suis disposée à remplir cette alliance », avec une grande détermination sortit cette réponse de mes lèvres.

Alors Proserpine, la Reine des Enfers et de la Mort, reprit la parole avec une parabole et me dit: « Ouvre l’impasse, et je les tuerai. »

J’ai immédiatement répondu: « J’accepte, ma Mère, ma dame. »

Le moyen de sortir de cette impasse passe par la mort. Nous devons comprendre une telle déclaration, à la fois physiquement et psychologiquement, car lorsque nous regardons la civilisation, lorsque nous regardons cette humanité, nous devons aussi avoir cette analogie des villes à l’intérieur de nous, de toute l’humanité intérieure, de tous les gens. Que devons-nous faire? Nous devons travailler avec la Mère Divine. Il n’y a pas d’autre moyen pour une nouvelle vie que par la mort. Il existe de nombreuses images de Kali ou de divers aspects féroces de la force divine féminine qui a la capacité de décapiter, la capacité de travailler le serpent et l’énergie pour décapiter notre ego. On peut voir ici sur cette image; elle a un collier de têtes décapitées et une jupe de membres. C’est très horrible. Que ressentons-nous quand nous voyons cela? Psychologiquement, nous devrions envisager cela. C’est un symbole très profond et significatif sur lequel nous pouvons méditer.

Beaucoup de grands yogis et Bouddhas méditaient constamment sur la mort. Padmasambhava aurait médité dans les cimetières et il est un très haut maître Christifié. Je ne recommande pas nécessairement de méditer dans les cimetières, en fait, je ne le recommande pas – mais le symbole est là. Méditer sur notre propre mort – quelle idée nouvelle, une chose très profonde à faire, et je recommande cela. Je recommande de méditer sur votre propre physicalité, l’impermanence de votre propre corps.

Personnellement, j’espère que lorsque ce corps meurt, il est incinéré. J’espère que cela brûle pour libérer cette énergie. Pouvez-vous vous asseoir et méditer sur ce processus et visualiser ce processus? Pas d’une manière égoïque ou macabre, mais simplement en le visualisant objectivement, ce processus. Qu’est-ce qui apparaît dans votre mental: la peur, l’attachement, l’inquiétude? Si nous voulons éviter ce processus, alors pourquoi sommes-nous ici? On suppose que nous sommes ici pour travailler sur notre peur, travailler sur nos attachements et travailler sur notre inquiétude.

Voici donc une pratique qui peut être très utile. Nous devrions pouvoir passer à travers cette pratique et être utiles; non seulement cela, mais cela devrait nous aider à atteindre un état de conscience. C’est très efficace pour aller droit au but. Nous sommes incroyablement attachés à notre propre image physique. Comme il est curieux que nous soyons attachés à notre propre image physique et pourtant nous n’avons aucune idée de notre image psychologique. Notre psychologie a plus de permanence. Notre constitution psychologique est également finalement impermanente, c’est quelque chose d’autre sur lequel nous devons méditer.

Si nous regardons l’aspect psychologique, l’Apocalypse psychologique, à partir d’une conférence intitulée « Alcyone et les Émotions Négatives » écrit le Maître,

« Il n’y a jamais eu de concentration plus grandiose dans le ciel comme celle du 4 Février 1962.

Ne soyons donc pas surpris que d’un instant à l’autre notre système solaire entre dans les anneaux d’Alcyone. Nous devons nous préparer maintenant.

Beaucoup ne résisteront pas aux radiations et mourront!

La matière physique deviendra plus radioactive, plus fluorescente, et cela sera d’une certaine manière utile pour notre travail spirituel.

Il est clair que nous devons revoir notre conduite quotidienne. Nous devons devenir plus réfléchis, plus prudents avec nos jugements critiques, et surtout très prudents avec nos émotions négatives.

Lorsque nous sommes dans le domaine même de la psychologie, nous trouvons de nombreux troubles chez les personnes.

Tout le monde est entraîné par des émotions négatives, et c’est très grave.

Il n’y a rien de plus nocif pour un développement interne profond que les émotions négatives. »

« Il n’y a jamais eu de concentration plus grandiose dans le ciel comme celle du 4 Février 1962. » Il parle du début de l’Ère du Verseau,

« Ne soyons donc pas surpris que d’un instant à l’autre notre système solaire entre dans les anneaux d’Alcyone. Nous devons nous préparer maintenant. Beaucoup ne résisteront pas aux radiations et mourront! La matière physique deviendra plus radioactive, plus fluorescente, et cela sera d’une certaine manière utile pour notre travail spirituel. »

La phrase suivante, il écrit: « Il est clair que nous devons revoir notre conduite quotidienne. Nous devons devenir plus réfléchis, plus prudents avec nos jugements critiques, et surtout très prudents avec nos émotions négatives. Lorsque nous sommes dans le domaine même de la psychologie, nous trouvons de nombreux troubles chez les personnes. Tout le monde est entraîné par des émotions négatives, et c’est très grave. Il n’y a rien de plus nocif pour un développement interne profond que les émotions négatives. »

J’ai trouvé cela très profond, il parle d’un sujet et passe immédiatement aux émotions négatives. Cette radioactivité est à la fois matérielle et psychologique. Nous allons nous préoccuper de l’aspect psychologique.

Ce qui se passe, c’est une polarisation. Les eaux sont séparées. Le blé se sépare de l’ivraie. Une énergie se produit et nous sommes soit propulsés vers le haut, soit propulsés vers le bas. C’est la vraie chose qui devrait nous préoccuper: comment nous nous comportons psychologiquement.

C’est un fait que nous allons tous mourir, tout dans la société va disparaître, mais une autre chose est l’Apocalypse du monde et la nouvelle humanité. Que ce n’est pas seulement que nous mourrons physiquement mais les âmes de ce monde vont être poussés dans une direction ou une autre. Les énormes vagues de l’humanité vont descendre pour être recyclées, afin d’être appropriées pour la nouvelle Terre. Seules les personnes qui peuvent résister, dans ce sens où nous disons ces émotions négatives, résistent à cette énergie, en fait, prennent cette énergie qui peut provoquer une plus grande activité dans notre mental et la libérer afin que nous puissions aller sur le courant ascendant. Il dit que « tout le monde est entraîné par des émotions négatives, descendant ».

Nous croyons, ou souvent je l’ai vu dit; que nous entrons dans un Nouvel Âge, nous obtenons de l’aide, nous entrons dans un Âge d’Or, et nous allons être aidés. C’est vrai mais l’aide vient comme ceci: l’activation de notre ego. Allons-nous utiliser cette activation pour en prendre davantage conscience, nous en séparer et le détruire? Ou allons-nous utiliser cette activation de l’ego pour profiter davantage de nos luxures et de nos identifications, car nous allons grossir l’ego de cette façon? Voilà ce qui se passe. Si vous regardez la société, elle commence déjà à être polarisée dans cette dimension du Verseau; ivresse par les plaisirs sensuels ou ivresse par l’ivresse divine: cette polarisation commence déjà.

Sur ce sujet, avec comment gérer les émotions négatives, comment se préparer psychologiquement à l’apocalypse psychologique, il y a un texte dans le Bouddhisme Tibétain, c’est un texte d’entraînement du mental. Il s’appelle la « Roue des Armes Tranchantes Frappant Efficacement le Cœur de l’Ennemi ». Je voulais en lire quelques parties afin de générer une bonne motivation. Cela commence par,

« Je vous rends un hommage sincère, Yamantaka; » Yama est l’être tenant le Bhavachakra – la Roue du Samsara, très féroce, c’est le seigneur de la mort. « Tanka » signifie « éliminer » donc Yamantaka est le « tueur de la mort », ou le « terminateur de la mort ».

Je vous rends un hommage sincère, Yamantaka;

Votre colère est opposée au Grand Seigneur de la Mort.

(1) Dans les jungles de plantes vénéneuses se pavanent les paons,

Bien que des jardins de médecine de beauté se trouvent à proximité.

Les masses de paons ne trouvent pas les jardins agréables,

Mais prospérent grâce à l’essence des plantes toxiques.

(2) De la même manière, les braves Bodhisattvas

Restent dans la jungle des préoccupations du monde.

Peu importe la joie des jardins d’agrément de ce monde,

Ces courageux ne sont jamais attirés par les plaisirs,

Mais prospèrent dans la jungle de la souffrance et de la douleur.

(3) Nous passons toute notre vie à la recherche du plaisir,

Mais, tremblons de peur à la simple pensée de la douleur;

Ainsi, puisque nous sommes des lâches, nous sommes encore malheureux.

Mais les braves Bodhisattvas acceptent volontiers la souffrance

Et gagnent de leur courage une vraie joie durable.

(4) Maintenant, le désir est ici la jungle des plantes vénéneuses.

Seuls les courageux, comme les paons, peuvent prospérer avec de telles nourritures.

Si des êtres lâches, comme les corbeaux, voulaient l’essayer,

Parce qu’ils sont avides, ils risquent de perdre la vie.

(5) Comment quelqu’un qui se chérit plus que les autres

Prendre la luxure et ces poisons dangereux pour la nourriture?

S’il essayait comme un corbeau d’utiliser d’autres illusions,

Il perdrait probablement sa chance d’être libéré.

(6) Et ainsi les Bodhisattvas sont assimilés aux paons:

Ils vivent d’illusions – ces plantes toxiques.

Les transforment en essence de la pratique,

Ils prospèrent dans la jungle de la vie quotidienne.

Tout ce qui est présenté, ils acceptent toujours,

Tout en détruisant le poison du désir qui s’accroche.

(7) L’incontrôlable errance à travers les rondes de l’existence

Est causée par notre saisie de l’ego comme réel.

Cette attitude ignorante annonce le démon

D’un souci égoïste pour notre seul bien-être:

Nous recherchons une certaine sécurité pour notre propre ego;

Nous voulons seulement du plaisir et évitons toute douleur.

Mais maintenant, nous devons bannir toute contrainte égoïste

Et prendre volontiers les difficultés pour le bien de tous.

C’est un très beau poème. Je crois qu’il y a environ quatre-vingts ou cent versets. Nous pouvons voir à quel point cela correspond tout à fait à notre travail. C’est très inspirant, c’est la culture d’une attitude. Il existe une école Tibétaine, ou une série de textes, appelée « formation mentale ». Une autre traduction de cela est « formation à l’attitude ». Nous cultivons un certain type d’attitude, et c’est une attitude de Bodhisattva.

Le Bodhisattva peut transformer les poisons, mais nous ne pouvons pas le transformer d’un point de vue égoïste, nous ne pouvons pas le transformer en vivant comme un corbeau, le corbeau est un symbole ici, le corbeau étant un type de vision égoïste du monde. Nous devons, ce que nous appelons dans cette tradition, transformer les impressions, transformer les poisons.

Sur cette diapositive, c’est Yamantaka, très féroce. Il a de nombreuses armes tranchantes dans toutes ses mains. Il piétine de nombreux ennemis vaincus en dessous. Il montre sa force, sa virilité. Il a une couronne de crânes. Il est très féroce mais c’est un très bon et cher ami sur le chemin. Je citerai une autre section, commençant par le verset quarante-neuf,

(49) Comme c’est vrai ce que j’ai dit sur l’intérêt égocentrique,

Je reconnais clairement mon ennemi maintenant.

Je reconnais clairement le bandit qui pille,

Le menteur qui attire en prétendant qu’il fait partie de moi;

Oh quel soulagement d’avoir vaincu ce doute!

(50) Et ainsi Yamantaka, tournez avec une grande puissance

La roue des armes tranchantes des bonnes actions maintenant.

Tournez-le trois fois dans votre aspect courroucé

Vos jambes écartées pour les deux degrés de vérité,

Avec vos yeux ouverts pour la sagesse et les moyens.

(51) En montrant les crocs des quatre grands adversaires,

Dévorez l’ennemi – notre cruelle préoccupation égoïste!

Avec votre puissant mantra chérissant les autres,

Démolissez cet ennemi qui se cache à l’intérieur!

(52) Courant frénétiquement à travers la jungle enchevêtrée de la vie,

Nous sommes pourchassés par les armes tranchantes des torts que nous avons commis

Revenant sur nous; nous sommes hors de contrôle.

Ce méchant sournois et mortel – l’égoïsme en nous,

Se trompant soi-même et tous les autres aussi

Capturez-le, capturez-le, féroce Yamantaka,

Invoquez cet ennemi, faites-le sortir maintenant!

(53) Battez-le, battez-le, arrachez lui le cœur

De notre compréhension de l’ego, notre amour pour nous-mêmes!

Piétinez-le, piétinez-le, dansez sur la tête

De ce concept perfide de préoccupation égoïste!

Arrachez le cœur de ce boucher égocentrique

Qui abat notre chance d’obtenir la libération finale!

La libération finale, bien sûr, étant Nirvana. Je recommande vraiment de lire un texte comme celui-ci si vous vous sentez dans le mauvais état d’esprit: si vous vous sentez abattu ou entraîné par des émotions négatives. Il existe différentes manières de cultiver des émotions positives. Lire un poème comme celui-ci ou d’autres livres du Maître.

C’est une façon de cultiver une attitude positive, de ne pas être abattu par nos émotions négatives, de ne pas prendre une vision très morne et déprimante du travail. Parfois, nous pouvons entrer dans ce mode. Certains étudiants prennent une partie de l’humilité que nous sommes censés cultiver pour être humbles, et ils se fouettent presque sans cesse: c’est-à-dire causer plus de douleur, vraiment mal parler d’eux-mêmes de manière inappropriée. Ils prennent un aspect très morne d’essayer de faire le travail. Ils manquent qu’ils sont une Essence, qui est une partie de l’Esprit, une partie de Dieu, ils ont une mérite et une valeur; mais pas seulement en tant que personnalité, en tant qu’ego. Nous devons également cultiver la bonne vue là. Comme je l’ai dit, c’est un très bon texte. Vous pouvez lire le tout à différents endroits en ligne si vous le recherchez. C’est vraiment bien.

Dans le Livre de l’Apocalypse, il y a de nombreux symboles. Dans Apocalypse 1:11, il parle d’envoyer la parole; l’écrire dans un livre et l’envoyer aux églises qui sont en Asie. En réalité, ce mot Asie est ce que nous appelons un faux kabbalistique ou un symbole d’Assiah; qui est le monde physique, qui est lié aux corps physiques et vitaux, et même notre âme. Ces sept églises sont liées à nos sept chakras. Nous en avons parlé à plusieurs reprises dans le passé.

Le dernier aspect de cette Apocalypse dont je veux parler: nous avons parlé physiquement, psychologiquement jusqu’à présent et spirituellement est le troisième aspect. Spirituellement est le plus manifestement élevé.

Il y a beaucoup de gens qui ont fait de nombreuses interprétations différentes de l’Apocalypse. L’interprétation importante n’est pas tant physiquement, mais ce qui se passe psychologiquement et spirituellement, c’est la chose importante. Psychologiquement, nous commençons par écrire dans un livre. Ce livre est écrit avec nos actions, avec nos actes. Nous sommes ce livre, et nous commençons à activer ou nous envoyons les paroles ou ces actes aux Sept Églises, nous activons ces centres dans notre corps.

Dans l’Apocalypse, il est écrit,

« Et j’ai vu dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit à l’intérieur et à l’arrière, scellé de sept sceaux. Et j’ai vu un ange fort proclamant d’une voix forte, qui est digne d’ouvrir le livre et d’en enlever les sceaux? Et aucun homme au ciel, ni sur terre, ni sous la terre, n’a pu ouvrir le livre, ni le regarder. » – Révélation 5: 1-3

Ces sept sceaux ne peuvent être ouverts par aucun homme. Cet aspect de l’Apocalypse est lié à une révélation spirituelle, un dévoilement spirituel. L’essence même, au cœur même de la substance même de notre réalité, nous pouvons dire se trouve le Christ. Cet agneau à sept yeux et sept cornes qui existe à la racine de tout. Les sept sceaux sont notre processus de purification spirituelle. Nous ne voulons pas atteindre les sept sceaux en relation avec ces sept serpents de feu dont nous parlons souvent. Il y a les sept serpents de feu, puis il y a les sept serpents de lumière. Seule la personne qui dépasse les étapes d’être un humain, ou de devenir un surhomme ou les étapes de devenir un maître ressuscité parvient à ouvrir ces sceaux: seul le Christ peut le faire.

C’est le véritable pinacle de ce qu’est l’Apocalypse. Ce n’est pas l’Apocalypse physique ou l’Apocalypse psychologique qui est la plus importante. Le pinacle est l’apocalypse spirituelle. C’est la véritable Apocalypse. C’est le véritable dévoilement. À la racine, la vérité vraie et non obscurcie est la substance du Christ. Le Christ est la véritable racine. Pour y parvenir, c’est un processus très long. Ceci est un très bref résumé.

Ces Sept Sceaux sont liés à ces Initiations Vénustes, lié aux serpents de lumière.

  1. Le Premier Sceau est lié au Cheval Blanc, le Corps Physique.
  2. Le Deuxième Sceau est lié au Cheval Rouge, le Corps Éthérique.
  3. Le Troisième Sceau est lié à l’apparition du Cheval Noir, qui est lié à la Christification du Corps Astral.
  4. Le Quatrième Sceau est lié au Cheval Jaune, lié au mental, la Christification du Corps Mental.
  5. Ensuite, il y a le Cinquième Sceau lié à Tiphereth, le Corps Causal.
  6. Le Sixième Sceau est lié au Corps Bouddhique
  7. Le Septième Sceau est lié au Corps Atmique.

Même au-delà de cela, il y a d’autres degrés dont nous ne parlons pas ici. Vous devez lire Les Trois Montagnes pour en savoir plus.

Il est écrit que « Celui qui est fidèle jusqu’à la mort recevra la couronne de vie » Cela est lié au triangle supérieur. Quand vous regardez les images du Livre de l’Apocalypse, vous voyez des cataclysmes, vous voyez la mort, vous voyez la guerre et la peste, l’amertume… Vous voyez le Soleil et la Lune devenir sombres. Tout cela est vrai, mais le point final est la lumière. Le point final est la liberté. Nous ne pouvons pas atteindre cette liberté sans passer par ce processus.

Comment nous préparons-nous à l’Apocalypse Gnostique? Nous le faisons en nous regardant physiquement, psychologiquement et spirituellement. Comment y répondons-nous? Comment cultiver un bon état d’esprit? Comment nous transformons-nous? Où est la véritable sécurité? Dans quelle mesure savons-nous où se trouve cette véritable sécurité? Pouvons-nous nous y fier? Avons-nous la foi comme œuvres conscientes, comme expérience, comme connaissance? Les deux mots « Gnostique » et « Apocalypse » sont Grecs; « Gnostique » signifiant « connaissance », « Apocalypse » signifiant « dévoilement », donc, « dévoilement de la connaissance ».

Le problème est que nous obscurcissons ces connaissances depuis si longtemps, nous avons commis de graves erreurs et nous devons faire beaucoup de travail et d’efforts pour ce dévoilement. Au fur et à mesure que l’Apocalypse se produit physiquement, les événements sont traités au fur et à mesure qu’ils sont traités. Cette force, c’est nous, intérieurement, de la traiter, de la découvrir, de la dévoiler, de traverser notre propre Apocalypse. Si nous sommes incapables de le faire par notre propre volonté, par notre propre travail, par notre propre acte, alors cela se produira pour nous, mais dans un sens inférieur. Cela arrivera pour nous mais nous n’y gagnerons rien. Nous serons nettoyés, l’Apocalypse se produira, mais dans un sens qu’aucune connaissance n’a été acquise. Ce ne serait pas une Apocalypse Gnostique, ce serait une Apocalypse ignorante. Nous voulons réaliser ce dévoilement, et ce nettoyage, et cette purification, grâce à notre effort Gnostique, à travers notre connaissance. C’est ainsi que nous nous préparons.

Questions

Question: La mort est-elle une voie vers la Gnose?

Réponse: Tout ce qui pousse apparaît dans le rebut de la mort. Chaque belle fleur pousse dans la boue de la Terre. Toutes nos vertus se développeront à partir de notre mental empoisonné si nous savons comment le décomposer et l’utiliser pour nos vertus. C’est ainsi que fonctionne la nature, c’est très beau. Nous pouvons en profiter. Sans cette Apocalypse de la Terre, il ne pourrait pas y avoir d’humanité future, il pourrait y avoir une nouvelle ascension, un nouveau Ciel et une nouvelle Terre, il n’y aurait pas de matériel pour cela. Tout le matériau est coincé ici, elle doit donc être recyclé. Lorsque nous utilisons le mot « recyclé », ce n’est pas seulement une analogie, littéralement l’énergie doit être retirée, l’agrégation de l’énergie qui est dans notre mental et notre psychologie doit être supprimée. Nos corps lunaires, nos corps lunaires subtils liés à notre ego, doivent s’éteindre, l’énergie doit être libérée.Cette même énergie doit être utilisée pour les essences évoluées et âmes. C’est nécessaire.

Question: L’une des trois vérités universelles est le karma. J’ai entendu dire que tout ce qui se passe sur cette Terre, toutes les guerres, les pestes, les maladies, c’est du karma collectif. Pouvez-vous parler de la différence entre les énergies de la Terre et de la Mère Nature qui ont besoin de recycler toutes ces énergies à ce niveau physique à travers les guerres, la maladie ou autre, par rapport au travail que nous faisons pour tuer nos ego et comment cette énergie s’équilibre. Est-ce de cela que vous parlez en termes de polarité et soit nous descendons avec cette énergie, soit nous nous séparons et montons avec le spirituel. Est-ce que cela équilibre ce que nous voyons dans le monde physique?

Réponse: Je pense que je comprends la question, oui. Quand nous sacrifions notre ego nous libérons cette énergie et elle peut être utilisée dans le processus de recyclage. Donc, si tout le monde sur cette Terre, pouvait sacrifier son ego, vraiment, alors ils déplaceraient suffisamment d’énergie pour changer la façon dont ces événements se produiraient. Je ne veux pas dire que cela empêcherait l’Apocalypse – c’est différent. Physiquement, nous allons mourir, d’une manière ou d’une autre, mais les événements de la façon dont cela se produirait seraient très différents. Si nous développions tous un Corps Astral, nous recevrions le premier niveau de la conscience ; le corps physique mourrait mais nous pourrions être dans un autre espace. Tout serait différent, dans de nombreux facteurs différents.

Question: Dans la conférence Alcyone et les Émotions Négatives, le Maître dit dans la première partie de la conférence que tout va être obsolète; la matière, l’énergie, les molécules, la théorie d’Einstein seront toutes obsolètes, est-ce là que nous devenons réceptifs dans notre ego, parce que ces nouvelles énergies ont pris le relais pour cet Âge d’Or?

Réponse: Oui, la réponse est oui. S’il se passe quelque chose lié aux anneaux d’Alcyone, et y entrer change certaines des correspondances et relations; physiquement, chimiquement, moléculairement, cela change également certaines relations psychologiquement dans les dimensions supérieures – c’est une analogie.

Tout est relatif à autre chose. Si vous connaissez la physique et la cosmologie des XXe et XXIe siècles; l’espace n’est que relatif au temps, le temps n’est que relatif à l’espace, l’énergie n’est que relative à la matière, la matière n’est que relative à l’énergie: plus vite vous traversez l’espace, plus le temps est affecté. Il n’y a pas de vision objective de tout. Tout est une relation à autre chose. Ces relations peuvent changer, alors que la réalité ultime sous-jacente reste la même, qui est l’Absolu. Telle est ma compréhension.

Parfois, nous parlons de karma et nous voulons savoir « Quel est le karma du monde par rapport à mon karma spécifique ici » et « Suis-je vraiment censé être ici et le monde est sur le point de traverser toutes ces choses et comment puis-je gérer tout ça? » Il n’y a aucun moyen d’isoler une partie du karma et de le voir comme son entité unique. Ça ne marche pas comme ça. Le karma est tout. Notre karma individuel est directement lié au karma de notre famille, directement lié au karma de notre nation, directement lié au karma de la Terre, lié au karma du système solaire. Il n’y a aucun moyen de l’arracher et de dire « le karma de cette boîte ». Tout est interdépendant, dépend de la vue sur laquelle vous vous concentrez.

Question: Pourquoi le symbole est-il toujours une décapitation au lieu de quoi que ce soit d’autre? Cela peut être une autre façon de mourir mais cela semble toujours être une décapitation?

Réponse: Pourquoi le symbole est-il toujours une décapitation? La plupart de l’énergie se trouve ici, dans la tête. Tous les sens sont dans la tête.

Question: Est-ce lié aux trois forces primaires, la tête?

Réponse: Savez-vous ce qu’est la Cité des Neuf Portes? La plupart des neuf portes sont au-dessus du cou, nous nous en débarrassons donc. En fait, il existe différentes façons de montrer la mort de l’ego. Ce n’est pas toujours une décapitation.

Question: Dans Psychologie Révolutionnaire, Maître Samael parle beaucoup du fait que nous avons des milliers d’ego et que l’observation d’un ego à un moment donné et comment ils entrent et sortent de notre psychologie. Je ne comprends pas complètement. J’ai entendu d’autres conférences sur la façon dont il est éliminé en étant dans la situation, en transmutant la situation, en prenant une décision positive et en ne renforçant pas la situation de l’ego, mais je ne comprends pas complètement; s’il y a un ego à ce moment donné et que j’observe cet ego, et que je décide de ne pas agir sur l’impulsion donnée par lui, cela ne l’élimine pas, n’est-ce pas? Comment se déroule ce processus d’élimination?

Réponse: C’est une bonne question. Vous avez raison. Quand vous avez une impulsion, une impulsion égoïste, mais que vous ne vous identifiez pas à cent pour cent à elle… Le fait qu’il y ait une impulsion signifie qu’une partie de vous-même est déjà en train d’agir; mais, à un autre niveau, nous pouvons nous abstenir de la continuer réellement parce que nous pouvons l’attraper. Cela en soi est utile. Cela est lié à la transformation des impressions. Lorsque nous sommes interpellés par une impression, la raison pour laquelle nous sommes interpellés est que quelque chose est retiré de notre ego et nous agissons de manière égoïste et nous sommes mis au défi de la transformer. Parfois on la transforme bien et parfois non, il y a tout un degré. À quel point cela nous prend-il la conscience et nous endort-il?

Il y a deux conférences appelées « Psychanalyse Gnostique Partie Un et Deux » et d’autres choses, il y a une conférence appelée « Analyse Rétrospective Expliquée » qui va plus en profondeur sur la façon de faire cela. Ce que vous faites, c’est que vous transformez ce moment du mieux que vous pouvez, mais vous devez ensuite approfondir ce moment. La seule façon d’aller plus loin, de comprendre ce moment est de s’asseoir dans la méditation. Lorsque vous traversez ce moment, vous le gérez du mieux que vous pouvez, vous le transformez autant que vous le pouvez, mais vous savez qu’il y a encore quelque chose là. Vous savez, il se passe plus de choses: « Je suis toujours en colère contre cette personne », « J’étais vraiment identifié à ce moment », « Cela m’a vraiment endormi », « J’étais vraiment fasciné », etc. la médiation, c’est votre nourriture pour la médiation. Vous cultivez un certain niveau de stabilité, puis vous utilisez votre imagination consciemment pour visualiser ce moment;, vous vous asseyez dedans pour y mariner et voir ce qui vous approche d’autre, ce qui se passe. Vous pourriez trouver d’autres choses florissantes. C’est une technique et c’est difficile.

Lorsque nous commençons à cultiver notre mental, cela peut être très difficile, mais nous n’apprendrons que par la pratique. Nous apprenons à visualiser, à se concentrer, à trouver l’équilibre parfait entre les deux; parce que si nous devenons trop lâches et trop somnolents, nous nous identifions à ce que nous visualisons et nous commençons à rêver. Si nous le tenons trop étroitement, alors rien n’apparaît, et nous n’en retirons rien, c’est donc l’équilibre parfait. Cet équilibre, si vous apprenez à faire du vélo, vous n’apprenez à faire du vélo qu’en pratiquant, en montant sur le vélo et en faisant du vélo. Donc, nous apprenons cela en pratiquant.

Question: Merci. Dans la mesure où cet aspect est l’équilibre, je me souviens que dans une conférence, il avait été énoncé que l’objectif de la méditation n’est pas forcément de ne pas visualiser, ce n’est pas la citation exacte, mais j’essaie de comprendre, en méditant, c’est encore le vide du mental? Lors de la visualisation des images arrivent… je suppose que ma question est: je connais le but de la méditation c’est connaître le soi, mais dans quel état ce Soi est-il? N’est-ce pas de la visualisation, est-ce rien, est-ce rien complètement là, n’y a-t-il pas d’énergies, pas de sons?

Réponse: Habituellement, un état d’éveil de la conscience est lumineux, clair et conscient. Ce qui apparaît devant vous – il y a un million ou une myriade de choses différentes qui peuvent arriver. Ce que je disais avant, vous pouvez atteindre un état de vraie stabilité et être très calme et être dans un endroit paisible. Alors que vous allez de plus en plus profondément dans la méditation, vous vous éloignez de plus en plus des sens physiques. Naturellement ce qui jaillit de votre inconscience, ce que les Bouddhistes appellent « conscience entrepôt » Ou «  conscience substrat », les choses commencent à bouillonner.

Vous devez, encore une fois, avoir cette concentration parfaite parce que si vous êtes trop serré, rien ne bouillonne jamais, vous vous accrochez trop, et si vous êtes trop lâche quand quelque chose bouillonne, vous en devenez immédiatement fasciné. Lorsque vous entrez dans cette vacuité, vous avez une sorte d’état d’ouverture et quelque chose remplit ce vide, quelque chose entre en jeu. Cela a été mon expérience. Parfois, cet état de vide est rempli par la moindre pensée. La moindre pensée, qui est le début d’une chaîne. C’est comme un fil que vous pouvez suivre jusqu’au labyrinthe du mental, qui est le labyrinthe du Minotaure… alors vous êtes vraiment en difficulté (rires). Telle est l’analogie. Parfois, cette pensée est très, très subtile, c’est juste une pensée fugace, et si vous ne surveillez pas attentivement votre mental, vous êtes un peu comme « Je médite, pourquoi est-ce que je pense cela? » Peut-être que c’était la pensée que vous deviez suivre pour comprendre ce que votre mental traverse en ce moment.

Pratique de Melchisédec
Vérité dans la Vie et Méditation
Catégories : Commencer Ici et Maintenant