Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Eh bien, mes chers frères et sœurs, si, en effet, ce que nous voulons vraiment, c’est un changement radical et définitif, alors tout d’abord il est nécessaire de connaître les lois du travail ésotérique Gnostique.

Au nom de la vérité, nous affirmerons que s’il y a un endroit où nous devrions commencer à travailler sur nous-mêmes, il doit être en relation avec notre mental et nos sentiments. Il serait absurde de commencer à travailler avec le centre moteur, par exemple, qui, comme vous le savez déjà, est lié aux habitudes, aux coutumes et aux actions d’un tel organe ou centre; évidemment, ce serait comme si on commençait par un fakirisme absurde. Incidemment, lorsque nous parlons de fakirs, il y a des fakirs en Inde qui lèvent un bras verticalement, par exemple, et le maintiennent ainsi pendant une période indéfinie jusqu’à ce qu’il devienne rigide. Il y en a d’autres qui restent au même endroit pendant vingt ou trente ans jusqu’à ce qu’ils deviennent des statues et après tout cela, qu’est-ce que gagnent ces fakirs? De toute évidence, ils développent une certaine volonté, et c’est tout.

Nous ne pouvons absolument pas penser que, par ces actes de volonté, ils pourraient créer le corps de la volonté consciente (corps causal): incontestablement, ils ne le pourront pas. Naître de nouveau – c’est-à-dire construire un corps solaire quelconque – sans entrer dans la Neuvième Sphère est impossible.

S’il était possible de créer n’importe quel corps en l’absence de la Neuvième Sphère, nous serions alors nés de l’air, dans un lac, d’un rocher, nous ne serions pas les enfants d’un homme et d’une femme. Par conséquent, la création se produit dans la Neuvième Sphère, cela est évident.

Par conséquent, aucun fakir ne peut créer le Corps de la Volonté Consciente loin de la Neuvième Sphère. Ceux qui se consacrent au fakirisme n’obtiennent donc rien, si ce n’est le développement d’une certaine volonté.

Ainsi, commencer par le centre moteur serait absurde. Commencer à travailler avec le centre sexuel sans avoir les informations correctes sur le corps de la doctrine Gnostique est encore pire, car celui qui commence dans de telles conditions ne sait pas ce qu’il fait. Il n’a pas une Conscience claire du travail dans la forge des Cyclopes. De toute évidence, il peut commettre de graves erreurs.

Rappelons-nous que le premier centre est le centre intellectuel. Le deuxième, l’émotionnel. Le troisième, le moteur. Le quatrième, l’instinctif, et le cinquième, le centre sexuel. Il existe également le sixième centre, l’Émotionnel Supérieur et le septième, le Centre Intellectuel Supérieur. Mais si nous ne commençons pas vraiment par les centres inférieurs de la machine humaine, nous commettrons des erreurs.

Avant toute chose, nous devrions commencer par ces études avec les centres intellectuel et émotionnel. Nous devons vraiment changer notre façon de penser ; sinon, nous suivrons des chemins erronés.

À quoi servirait par exemple d’assister à ces cours sans changer votre façon de penser? Ici, nous vous donnons des exercices ésotériques et vous êtes guidés dans la doctrine, mais si vous ne changez pas votre façon de penser, quel est le but de tout cela qui vous est enseigné?

On vous dit qu’il faut dissoudre l’ego, que nous devons nous sacrifier pour l’humanité. On vous dit que nous devons créer les Corps Existentiels Supérieurs de notre Être, mais si vous continuez à penser comme avant, avec les mêmes habitudes mentales d’autre temps, à quoi sert tout ce qui vous est enseigné, que vous écoutez bien à présent? On vous dit que vous devez désintégrer l’ego mais vous continuez avec vos vieilles habitudes mentales, avec vos formes de pensée séniles et vos systèmes de pensée. Par conséquent, à quoi servent toutes ces informations qui vous sont données?

Les écritures sacrées parlent clairement de cela, lorsque le Christ a parlé du vieux vin et du vin nouveau, précisément après que les disciples de Jean-Baptiste ont demandé en disant:

« Comment se fait-il que nous et les Pharisiens jeûnions souvent (abstenons-nous de toute sorte de nourriture ou de boisson, surtout à titre religieux), mais vos disciples ne jeûnent pas? » – Matthieu 9:14

Le Christ a dit:

« Jamais les hommes ne versent du vin nouveau dans de vieilles outres. S’ils le font, les peaux éclateront, le vin se répandra et les outres seront ruinées. Au lieu de cela, ils versent du vin nouveau dans de nouvelles outres, et les deux sont conservés. » – Matthieu 9:17

Par conséquent, pour le vin nouveau, nous avons besoin de nouvelles outres…

Le grand Kabir Jésus a également dit:

« Personne ne met un morceau de tissu neuf sur un vieux vêtement, car ce qui est mis pour le remplir prend du vêtement, et la déchirure est aggravée. » – Matthieu 9:16

Il est impensable, par exemple, de déchirer un nouveau costume pour en réparer un ancien; c’est absurde, n’est-ce pas?

De la même manière, un nouvel enseignement ressemble au vin nouveau et nécessite une nouvelle outre ou un nouveau récipient de stockage. Quel est ce récipient de stockage? Le « mental ». Si nous n’abandonnons pas nos formes de pensée séniles, si nous continuons à penser aux habitudes que nous avions autrefois, nous perdons simplement notre temps.

Nous devons changer notre façon de penser ; pour le vin nouveau, nous avons besoin de nouveaux récipients. Ainsi, nous devons changer complètement notre façon de penser pour recevoir cet enseignement; c’est le cœur du problème. Parce que si nous recevons cet enseignement mais que nous l’ajoutons à notre ancienne façon de penser que nous avions auparavant, à nos habitudes mentales, alors nous ne faisons rien. Ce que nous faisons, c’est nous leurrer, si nous voulons rattacher la « voiture » des enseignements Gnostiques à notre vieille « voiture », battue par le temps, pleine de saleté et de mondanité.

Tout d’abord, un récipient doit être préparé pour recevoir le vin des enseignements Gnostiques. Ce récipient est le mental. Ce n’est que de cette manière, avec un nouveau récipient transformé, que l’on peut recevoir le vin des enseignements Gnostiques. Et c’est ce que je veux que tous les étudiants comprennent.

Nous devons éliminer nos émotions négatives, car ces émotions négatives empêchent un véritable changement radical à l’intérieur. Il est impossible de nous transformer si, au plus profond de nous, nous possédons encore des émotions négatives. Nous devons éliminer de notre cœur le type d’émotions négatives qui sont réellement préjudiciables. Une personne qui se laisse emporter par ses émotions négatives devient un menteur de bout en bout. Faites attention à vous-même, la manière dont vous mentez, faites de faux jugements et ensuite, comment vous le regrettez. Mais c’est déjà trop tard.

Par conséquent, nous devrions éliminer les émotions négatives de notre nature. Les mensonges sont certainement de fausses connexions car nous affaiblissons l’énergie du Père, la vie de « l’Ancien des Jours », c’est-à-dire notre « Soi Intérieur Profond » qui flue à travers l’organisation cosmique intérieure jusqu’à atteindre le mental. Si nous établissons une fausse connexion, l’énergie ne peut plus fluer. C’est comme si le fil électrique était coupé pour que l’énergie électrique n’atteigne pas l’ampoule qui devrait nous éclairer.

De cette manière, les mensonges et la tromperie, comme je l’ai dit et répété, sont de fausses relations. Quand on est jeune, on est plein d’émotions négatives et on devient un menteur. C’est la crue réalité des faits. Si nous comprenons vraiment et commençons à changer notre façon de penser et de ressentir, cela se reflétera très vite en nous-mêmes.

Une fois que l’on a changé sa façon de penser, de ressentir et d’agir, on est parfaitement prêt à commencer à travailler sur les mystères du sexe. Nous commettrions une grave erreur si nous permettions aux personnes de commencer à travailler immédiatement dans la Neuvième Sphère sans même connaître le corps de doctrine. Ce serait absurde parce que les personnes qui n’ont pas changé leur façon de penser, qui continuent leur façon de penser, qui conservent leurs mêmes habitudes, qui ont le même sentiment, qui sont victimes d’émotions négatives, ne peuvent pas comprendre les mystères du sexe sans se détruire dans le processus. Alors, pourquoi ne souligne-t-on pas qu’il faut d’abord apprendre la science pour pouvoir ensuite entrer dans la Neuvième Sphère? Philippus Theophrastus Bombast de Hohenheim, Aureolus Paracelsus, avait raison en cela.

Commençons alors par changer notre façon de penser, de ressentir. Beaucoup reçoivent des enseignements ésotériques, mais s’ils continuent à penser comme avant, comme ils le faisaient il y a vingt ans, à quoi s’attendent-ils? Ils perdent leur temps. Si les enseignements ont été donnés à des personnes afin qu’elles puissent s’auto-réaliser et si elles continuent à penser comme avant, elles sont évidemment sur le mauvais chemin.

Je connais des cas où certaines personnes suivent les enseignements Gnostiques depuis vingt ou trente ans. Très érudites, elles maîtrisent bien la théorie, mais si l’on examine soigneusement leurs habitudes, on s’aperçoit qu’elles ont les mêmes habitudes qu’auparavant. Je connais d’autres qui sont même judicieuses, qui s’acquittent de leurs devoirs, qui parlent d’une manière excellente de l’amour, qui traitent la doctrine d’une manière extraordinaire, mais je les ai observés et il devient clair qu’elles agissent comme elles le faisaient quand elles n’étaient pas des Gnostiques. Elles agissent comme elles l’ont fait il y a quelques années. Elles ont de vieilles habitudes qu’elles avaient quand elles ne savaient rien de ces études. Elles continuent avec ces mêmes vieilles habitudes. Que font alors ces personnes? De toute évidence, elles se trompent lamentablement, c’est évident.

De cette manière, nous devons commencer par changer notre façon de penser, et ensuite notre manière de ressentir, versant du vin nouveau, le vin de la Gnostique, dans un nouveau récipient et non dans un vieux récipient, une vieille outre durcie. Un mental sénile, plein d’anciennes habitudes, qui remonte à vingt ou trente ans, n’est pas préparé à recevoir le vin de la Gnose. Un tel mental doit subir de force un changement total. Sinon, il perdra son temps misérablement.

Que voulons-nous avec ce changement total? Eh bien, ce que nous voulons, c’est être conscient, c’est-à-dire éveiller la conscience! N’est-ce pas vrai? Oui, c’est la vérité, c’est ce que nous voulons! Éveiller la conscience!

Sommeil Psychologique

Il n’est pas inconnu en Orient que les gens dorment. Mais en Occident, les gens pensent être éveillés et font néanmoins des choses qu’ils ne veulent pas faire. Ils sont envoyés à la guerre quand ils ne veulent pas, mais ils s’en vont quand même. Pourquoi? Parce qu’ils sont hypnotisés! Vous savez que si un sujet hypnotisé, par exemple, reçoit l’ordre d’aller tuer quelqu’un, il le fera. Cela a déjà été pris en compte dans le code pénal de tous les pays de la Terre. Cela se produit chez les personnes de toutes les latitudes. Ils sont hypnotisés mais ils pensent être éveillés.

Si on leur dit que le moment est venu d’entrer en guerre, ils le font. Ils ne veulent pas mais ils le font. Pourquoi? Parce qu’ils sont hypnotisés. C’est très grave, terriblement primitif. Nous devons nous réveiller de ce sommeil hypnotique. C’est vrai, mais comment nous réveillons-nous de ce sommeil? Si nous nous contentons de nos habitudes mentales, de nos habitudes ou coutumes acquises, de nos systèmes de raisonnement, de nos habitudes sentimentales dues à la famille ou à l’héritage, alors même si nous écoutons ces enseignements, nous perdons simplement notre temps.

Demandez-vous, pourquoi êtes-vous venu ici? Dans quel but recevez-vous ces enseignements? Si vous êtes ici simplement par curiosité, il aurait été préférable que vous ne veniez pas. Si le désir de changer a vraiment été ressenti mais que vous restiez satisfait de votre ancienne façon de penser, vous vous leurrez tout simplement.

Si vous souhaitez connecter la « voiture » de la Gnose à votre ancienne morale, vermoulue par le temps et pourrie au cœur, vous jouez un jeu très stupide qui ne vous mènera nulle part. Par conséquent, ne nous leurrons pas. Vous voulez changer, je le sais, alors commençons par changer notre façon de penser.

Chacun de nous a sa façon de penser; chacun de nous pense que sa voie est la bonne. En réalité, les diverses façons de penser en chacun de nous ou de chacun n’ont rien de juste en elles parce que nous sommes tous hypnotisés. Comment une personne hypnotisée peut-elle penser correctement? Mais vous pensez que vous pensez correctement. C’est là que réside votre erreur. Les habitudes mentales sont inutiles. Si vous voulez vraiment changer, vous avez ici le nouvel enseignement. Vous avez ici le vin de la Gnose. Mais s’il vous plaît, apportez un nouveau récipient pour ce vin, pas des vieilles outres, car le vin nouveau fait éclater les anciens récipients durcis.

Mon intérêt est de transmettre clairement l’enseignement à tous les frères et sœurs et de le transmettre avec sérieux. C’est pourquoi je vous invite à changer votre façon de penser. Avez-vous peut-être réfléchi à ce qu’est la Conscience? Pouvons-nous éventuellement comparer la Conscience? De plus, il y a une lumière qui se dirige d’un endroit à un autre, c’est évident.

Où est Votre Conscience?

Avez-vous peut-être réfléchi à ce qu’est la conscience?

À quoi pouvons-nous comparer la conscience? C’est comme un projecteur que l’on dirige d’un endroit à un autre, c’est évident.

Il faut apprendre à placer la Conscience là où elle doit être placé. Où que soit notre Conscience, c’est là que nous sommes. Vous m’écoutez en ce moment, mais êtes-vous sûr que la Conscience de chacun de vous est ici? Si elle est ici, ça me fait plaisir.

Mais êtes-vous sûr qu’elle est ici? Il est possible qu’elle soit à la maison, au bar; elle peut être au supermarché et nous voyons donc ici la personnalité de telle ou telle personne.

De cette manière, où que soit notre Conscience, c’est là que nous sommes. Ce que nous devons faire, c’est apprendre à tirer parti de l’endroit où elle devrait être placé. Si nous plaçons notre Conscience dans un bar, elle se traitera là; si nous la plaçons dans une maison close, il se traitera là-bas; si nous la plaçons sur un marché, nous aurons un bon ou un mauvais marché. Partout où notre Conscience est placée, c’est là que nous sommes.

Malheureusement, la Conscience est emprisonnée. Et un « Moi » lubrique pourrait porter notre Conscience à une maison de passe; un « Moi » ivrogne pourrait l’emporter dans un bar, un « Moi » envieux pourrait l’emporter quelque part, sur un marché; une « Moi » fête pourrait l’emporter chez un ami, etc. Peut-être vous semble-t-il juste de ne pas pouvoir guider votre Conscience?

Je comprends qu’il est absurde de la placer à des endroits où elle ne devrait pas être et c’est évident. Malheureusement, je le répète, notre Conscience est effectivement emprisonnée et enfermée dans nos éléments inhumains distincts que nous portons à l’intérieur de nous.

Nous devons casser tous les éléments indésirables dans lesquels notre Conscience est emprisonnée. Mais dites-moi, pouvons-nous faire cela si nous ne changeons pas notre façon de penser? Si nous sommes trop satisfaits de nos vieilles habitudes séniles et impromptues que nous avons dans notre mental? Serions-nous peut-être préoccupés par l’éveil de notre Conscience? Il est clair que nous ne le serions pas.

Si c’est un changement que nous souhaitons, changeons maintenant, changeons nos habitudes mentales, notre façon de penser. Quand on change vraiment sa façon de penser, on peut alors totalement changer son intérieur. Comment peut-on dire qu’il provoquera un changement dans sa Conscience intérieure s’il la laisse emporter là où ses « Moi » souhaitent aller? Nous ne savons vraiment pas comment l’utiliser et c’est vraiment regrettable. Si nous voulons un changement, radical, nous devons également en apprendre davantage sur la Conscience.

Bodhichitta et le Bodhisattva

En Orient, il a été dit qu’avant que le Bodhisattva naisse, il devait exister en nous la Bodhichitta. Mais tout d’abord, quel est ce que nous appelons le Bodhisattva? Certains d’entre vous le sauront et d’autres ne le sauront pas.

H.P. Blavatsky dit qu’une fois que l’on possède les Corps Causal, Mental, Astral et Physique, on est un Bodhisattva. C’est l’Âme Humaine, l’Âme Causale, vêtue de tels corps, qui est un Bodhisattva. C’est l’Âme Humaine recouverte des Corps Existentiels Supérieurs du Soi.

Dans le Bouddhisme Mahayana, les Bodhisattvas sont reconnus comme étant seulement ceux qui se sont sacrifiés pour l’humanité à travers des Mahamanvantaras successifs. Selon le Bouddhisme Mahayana, il y a deux types de Bodhisattvas. Premièrement, les Bouddhas Pratyeka, ou plutôt ceux qui aspirent à devenir des Bouddhas Pratyeka; ceux-ci ne se sacrifient jamais pour l’humanité. Ils ne donnent jamais leur vie à leurs frères et sœurs et il est clair que, pour cette raison, ils n’incarnent jamais le Christ Intime. Les autres sont de vrais Bodhisattvas, ceux qui ont renoncé à la félicité du Nirvana par amour pour l’humanité, ceux qui, dans des Mahamanvantaras distincts, ont donné leur sang pour l’humanité. Bien qu’ils préfèrent vivre heureux dans le Nirvana, ils ont renoncé à tout type de bonheur pour leurs frères et sœurs sur Terre. Ils sont les seuls à pouvoir réellement incarner le Christ.

Mais revenons à la Bodhichitta. Qu’est-ce que la Bodhitchitta? C’est la Conscience qui est éveillée, développée, transformée en Embryon d’Or. C’est cette véritable armure ardente qui peut nous protéger des puissances des ténèbres et qui nous donne la sagesse et l’expérience.

Avant que le Bodhisattva ne naisse dans notre intérieur, la Bodhitchitta apparaît ; c’est-à-dire la Conscience éveillée et développée. Vous pouvez alors voir par vous-même la valeur de ce don appelé Conscience. Il est dommage que l’humanité ait sa Conscience emprisonnée à l’intérieur de l’ego. Et il est clair que tant que les gens continueront à penser comme ils pensent maintenant, à ressentir comme ils ressentent maintenant et continuent avec leurs mêmes vieilles coutumes rances, ils ne pourront pas éveiller leur Conscience. Elle restera hypnotisée. Et, corollairement, nous pouvons dire que la Bodhichitta ne se manifestera jamais.

Lorsque la Bodhichitta, qui est la Conscience éveillée et développée, surgit à l’intérieur, dans l’aspirant, alors la Bodhisattva apparaît bientôt. De toute évidence, le Bodhisattva se forme dans le climax psychologique de la Bodhichitta. La Bodhichitta est magnifique.

Mes chers frères et sœurs, il est vraiment formidable quand on change notre façon de penser car c’est alors et seulement alors qu’on travaillera à éveiller la Conscience. Alors et seulement alors, on fera un effort sérieux qui mènera à la naissance de la Bodhichitta. Avant cela, ce n’est pas possible.

Nous vivons dans un monde malheureusement douloureux. Vous êtes tous pleins de chagrin, de souffrance. Le vrai bonheur n’existe pas dans ce monde, ce n’est pas possible. Tant que l’ego existe, il y aura toujours de la douleur.

Tant que nous continuons avec nos formes de pensée rances, nous ne pouvons pas être heureux. Tant que nous sommes victimes d’émotions négatives, tout type de bonheur est impossible. Nous avons vraiment besoin d’arriver au bonheur.

Nous ne pourrons pas obtenir une telle récompense si nous n’éveillons pas la Conscience. Et nous n’éveillerons pas la Conscience si nous continuons avec la façon de penser que nous avons en ce moment. Par conséquent, il est nécessaire d’observer ce que nous pensons. Changeons notre façon de penser à l’ancienne et préparons de nouveaux récipients pour le vin nouveau qu’est la Gnose. De cette manière, nous allons vraiment travailler.

Nature Mécanique

Ce monde se soutient avec les lois de cause à effet; c’est-à-dire les lois du karma. Elles sont également appelées action et conséquence; par exemple, une telle conséquence découle d’une telle action. C’est un monde très compliqué. C’est un monde d’associations, de combinaisons multiples et d’abîmes incessants, de batailles d’opposés, etc. Dans ces circonstances, il n’est pas possible que le bonheur puisse exister dans ce monde à long terme.

Chacun de nous doit payer son karma, nous sommes pleins de dettes. Ce karma nous apporte évidemment plus de douleur et d’amertume, nous ne sommes pas heureux.

Beaucoup de gens croient que nous pourrions obtenir le bonheur grâce aux mécanismes de l’Évolution. C’est un faux concept car l’Évolution est mécanique. La Loi de l’Évolution, avec la Loi de l’Involution, constituent l’axe mécanique de la machine appelée nature.

Il y a une évolution dans la graine qui germe, dans la plante qui pousse et produit finalement des fruits. Il y a involution dans la plante qui dégénère et devient finalement un tas de bois de chauffage. Il y a une évolution chez l’enfant qui commence à se former dans le ventre maternel, chez la créature qui naît, grandit, se développe et vit à la lumière du soleil.

Il y a également une involution chez l’être humain qui vieillit, dégénère, devient sénile et finit par mourir. Cela est complètement mécanique.

Dans un certain sens – c’est-à-dire au sens causal – la Loi du Karma est également mécanique quand on la regarde du point de vue des Douze Nidanas.

L’anneau extérieur du bhavachakra symbolise les douze nidanas ou pratityasamutpada.

Ce dont nous avons besoin, c’est de nous libérer précisément de la Loi du Karma; nous devons nous libérer du mouvement mécanique de la nature. Nous devons nous libérer et cela n’est pas possible à travers l’évolution mécanique.

L’évolution mécanique est traitée selon les Lois de Cause et Effet, les Lois des Associations et des Combinaisons Multiples, etc. Tout ce qui est mécanique reste mécanique.

Nous devons nous libérer de la Loi de l’Évolution et de celle de l’Involution; nous devons faire un bond de géant pour tomber dans le Vide Illuminant ou la Conscience Cosmique.

Il est donc évident qu’il existe une antithèse entre la théorie de la relativité prêchée par Albert Einstein et la Conscience Cosmique, connue sous le nom de Vide Illuminant. Tout ce qui est relatif est relatif. La machine de la relativité fonctionne avec la Loi des Contraires.

Dans la bataille des antithèses, il y a de la douleur et ce n’est pas le bonheur. Si nous voulons un bonheur authentique, nous devons nous échapper à la loi mécanique de la relativité. Nous devons faire un pas de géant, je le répète, pour tomber dans le sein du Vide Illuminant.

Le Vide Illuminant sur l’Arbre de Vie.

Le Vide Illuminant

J’avais tout juste dix-huit ans lorsque j’ai tenté le grand saut pour aller au-delà du temps et de l’expérience ; faire l’expérience de ce qui n’est pas le temps, ce que nous appelons l’expérience de Prajnaparamita dans sa réalité la plus crue. On ne saurait trop insister sur le fait que j’ai dû répéter une telle expérience trois fois.

Dans le Vide Illuminant, il n’existe aucun dualisme conceptuel. La machinerie de la relativité ne fonctionnerait pas dans le Vide Illuminant, ni les Lois des Combinaisons Mutuelles, des associations mécaniques, etc., ne pourraient fonctionner. Elles ne sont pas possibles dans le Vide Illuminant. Toutes les théories d’Einstein seraient détruites dans le Vide Illuminant.

Sans aucun doute, l’expérience du Vide Illuminant n’est possible que dans l’état de Samadhi ou, comme on l’appelle en Inde: Prajnaparamita [perfection de la sagesse]..

Dans le Vide Illuminant, il n’existe aucune forme d’aucun type. On pourrait dire que l’on dépasse l’univers et les dieux. Dans le Vide Illuminant, on pourrait trouver une réponse correcte à cette question: « Si l’univers entier se réduit à l’unité, à quoi l’unité se réduit-elle? »

Une telle réponse n’est pas possible pour le mental logique ou du moins pour le mental qui fonctionne selon la logique formelle. Dans le Vide Illuminant, une telle réponse est inutile, mais elle admet une réalité puissante en soi.

« Tout se réduit à l’unité, l’unité aussi. » Ensuite, dirons-nous, on pénètre dans cet état de Maha-Samadhi, on vit en toutes choses, dépouillé de tout, et c’est déjà en soi merveilleux, sublime et ineffable.

Le Vide Illuminant n’est possible que via le grand saut et à la condition d’avoir subi l’Annihilation Bouddhique totale. Sinon, ce serait impossible.

À cette époque, je n’avais pas subi l’Annihilation Bouddhique et, évidemment, à l’approche de la Grande Réalité, la Conscience s’est développée de façon incommensurable. Il est évident que dans cette situation, n’ayant pas subi l’Annihilation Bouddhique, j’ai ressenti une terreur indicible, raison pour laquelle je suis revenu dans l’univers de la relativité d’Einstein. Je répète, j’ai donc connu trois fois le Vide Illuminant.

Il existe une intuition de nature transcendantale. Dans le domaine de l’intuition ou dans le monde de l’intuition, il existe différents degrés d’intuition. Le degré intuitif le plus élevé est sans conteste celui des mentals philosophiques-religieux ou philosophiques-mystiques. C’est le type d’intuition qui correspond à la Prajnaparamita.

Une telle faculté m’a donc permis d’aller au-delà du monde de la Conscience cosmique (Vide Illuminant) vers la Grande Réalité.

Je tiens à souligner fermement que ce chemin de la Gnose mène à la Grande Réalité.

La Talité ou Grande Réalité, Sunyata, Prajnaparamita est au-delà de l’univers de la relativité, c’est-à-dire au-delà des lois mécaniques de la relativité, au-delà, bien au-delà du Vide Illuminant.

En d’autres termes, la Talité transcende ces deux opposés que j’appellerais, « la mécanique de la relativité » et le « Vide Illuminant ». Ainsi, le Vide Illuminant n’est pas le dernier mot; c’est juste le hall d’entrée de la Talité, c’est-à-dire de la Grande Réalité.

Ce que je vous dis n’est pas purement théorique. Dans les mahamanvantaras passés, j’ai expérimenté la Talité, et telle que je la connais, telle que je l’ai expérimentée, je dois en donner un témoignage vivant…

La chose importante que nous devons subir est une annihilation suprême pour que la Conscience, convertie en Bodhichitta, totalement éveillée, puisse réaliser ce grand saut vers le Vide Illuminant (et un pas de plus et nous atteindrons la Talité).

Mais comme je vous le dis, nous devons commencer par changer notre façon de penser pour travailler correctement sur nous-mêmes. Nous ne pourrions pas nous imaginer éveiller notre Conscience, développer la Bodhichitta, si nous ne changions pas d’abord notre façon de penser.

Méditation et Tranquillité

Il faut savoir méditer, comprendre ce qu’est la technique de la méditation. L’objet de la méditation est très simple: que voulons-nous par la méditation? Se calmer, la tranquillité…

Ce que nous disons ici peut sembler très superflu, et vous pourriez vous opposer à ce que je dise que « nous pourrions nous calmer avec une bouteille de vin », n’est-ce pas? Vous pourriez également vous opposer à ce que je dise que « nous pourrions nous calmer en écoutant une symphonie de Beethoven ». Et ainsi de suite…

Mais en effet, atteindre la tranquillité du mental est la chose la plus difficile que vous puissiez imaginer. Personne ne pourrait avoir la tranquillité dans le mental, avoir le mental en paix sainte, s’il n’avait d’abord éliminé de son centre intellectuel toutes les manières séniles et improvisées de penser qu’il a; personne ne pourrait avoir la paix dans son cœur s’il n’avait pas auparavant éliminé les émotions négatives et néfastes de lui-même.

Alors, quand un Gnostique, un Arhat Gnostique se plonge dans la méditation, il recherche la tranquillité. Dans ces moments-là, il propose de travailler sur un élément inhumain qu’il a découvert en lui-même, à travers l’auto-observation. Peut-être a-t-il découvert la colère; eh bien, il se consacrera alors à la compréhension de cet agrégat psychique de colère, jusqu’à ce qu’il le transforme en poussière avec l’aide de sa Mère Divine Kundalini (qu’il doit invoquer pour l’aider). Ou peut-être a-t-il découvert qu’il avait l’agrégat psychique de la haine. Ensuite, il proposera de désintégrer un tel agrégat, afin que l’amour puisse surgir à son remplacement. Au fur et à mesure que l’on désintègre tous ces agrégats psychiques inhumains que nous portons à l’intérieur, la conscience s’éveillera.

On a beaucoup parlé de sexe dans la Gnose, mais nous devons d’abord changer notre façon de penser, afin de devenir plus conscients des enseignements. C’est la seule façon de réussir à travailler dans la forge flamboyante de Vulcain.

Nous ne voulons en aucun cas dans cette conférence éviter les mystères sexuels. Il est bon que vous compreniez que le chemin qui mène à la Talité est (et je le souligne complètement) absolument sexuel (et cela doit être compris).

Incontestablement, un homme célibataire, une femme célibataire, peut dissoudre (sur la base d’une grande compréhension) 50% de leurs agrégats psychiques, tant que la Mère Divine Kundalini est sollicitée pendant la méditation.

Cependant, il existe des éléments psychiques très lourds qui correspondent au monde des 96 lois. Celles-ci ne peuvent être désintégrées qu’avec le « broyeur électrique » des physiciens, la Swastika Hindoue en mouvement, qui génère un certain type « d’électricité sexuelle transcendantale ».

Alors, la « Femme Serpent », c’est-à-dire la Princesse Kundalini, la Mère Divine Cosmique, est renforcée par ce type d’électricité. Alors, elle peut, avec sa puissance électrique, désintégrer atomiquement les éléments psychiques plus lourds dans lesquels la conscience est embouteillée.

Ainsi, petit à petit, vient le moment où la conscience est complètement libérée et éveillée, prête à faire le grand saut et à tomber dans le Vide Illuminant (qui est le hall d’entrée de la Grande Réalité).

Dans ce monde, nous avons été fortement critiqués parce que nous mettons l’accent sur le sexe. Les gens supposent qu’il existe de nombreux chemins qui peuvent conduire à la Grande Réalité. Évidemment, chacun est très libre de penser à sa guise, mais au nom de la Vérité et par expérience mystique directe (accumulée au plus profond de ma conscience, à travers des mahamanvantaras successifs), je peux vous dire que le chemin qui mène directement à la Grande Réalité, au-delà du Vide Illuminant et de la mécanique de la relativité, est à cent pour cent, absolument sexuelle.

Ceux qui ne sont pas d’accord sur cette question révèlent, à travers leur fonctionnement psychologique, un manque de connaissances sur cette dure réalité.

Il est évident que quiconque a eu une expérience véridique dans ces matières, à travers des mahamanvantaras successifs, sait très bien que c’est le cas, et qu’il n’est pas possible d’échapper à la mécanique de la relativité, par toute autre porte ou chemin qui ne soit le chemin direct, qui mène à la Grande Réalité.

Sunyata est un terme Bouddhiste très intéressant, qui résume parfaitement l’expérience mystique vivante de ceux qui n’ont pas seulement expérimenté le « Vide Illuminant ». Mais, je le répète: dans le domaine strictement mystique du Bouddhisme, je suis en désaccord avec de nombreux mystiques ou Bouddhistes Orthodoxes, qui placent comme la plus haute réalité le Vide Illuminant.

Nous, les Gnostiques, allons au-delà de la mécanique de la relativité; au-delà de cette machinerie de la « Théorie de la Relativité » d’Einstein basée en tant que telle sur le « dualisme conceptuel », mais aussi, bien au-delà du Vide Illuminant…

Nous voulons la Grande Réalité; l’expérience vivante du Sunyata; l’expérience vivante de la prajnaparamita

Dieu merci, nous avons la conscience en nous. C’est précisément le cadeau le plus précieux; dommage qu’elle soit embouteillée dans l’ego. Mais si nous parvenons à la libération de la conscience, alors nous serons prêts pour le grand saut, pour le saut suprême.

Une conscience libérée est une conscience qui peut s’immerger dans la Grande Réalité de la vie, libre dans son mouvement. Cette Grande Réalité est un bonheur inépuisable, au-delà du corps, des affections et du mental. C’est un bonheur impossible à décrire avec des mots…

Nous voulons tous le bonheur, et aucun de nous ne l’a. Nous devons être heureux. Mais, il n’est pas possible d’être heureux dans un monde de combinaisons; il n’est pas possible d’être heureux dans cette machinerie de relativité.

Rappelez-vous que l’ego est le temps, que l’ego est un livre de plusieurs volumes et qu’il est exposé aux lois de cause à effet.

Il est temps pour nous de penser à notre libération du karma; il est temps de se libérer de ce monde douloureux, de cette machinerie infernale. Il est temps pour nous de réfléchir à la vraie joie de la Grande Réalité…

Pour cette raison, à travers cette conférence, je vous invite tous à changer votre façon de penser. Si vous changez, vous pourrez travailler sur vous-mêmes, libérer la conscience. Mais, si vous ne changez pas votre façon de penser, si vous voulez seulement « accrocher » cette doctrine à votre ancien « train » décrépit et dégénéré, eh bien, vous perdez votre temps.

Je veux le bonheur pour vous, la vraie joie de l’Être! Néanmoins, il y a quelque chose que je dois ajouter, avant de clore cette conférence: nous avons besoin que vous appreniez à méditer profondément, à savoir méditer. Quand on a atteint la vraie concentration, on atteint la vraie joie…

Si, dans ma jeunesse, je n’avais pas expérimenté le Vide Illuminant, je ne vous parlerais pas maintenant de la manière dont je vous parle… Cette expérience vivante n’a jamais été effacée de ma conscience, ni de mon mental, ni de mon cœur…

Il est possible que dans l’un de ces samadhis, c’est-à-dire dans une pratique de méditation profonde, la conscience d’un être humain puisse s’échapper de l’intérieur de l’ego pour expérimenter la félicité du Vide Illuminant.

Il est évident que si l’on réussit, on travaillera volontiers sur soi-même; on travaillera avec ardeur, car on aura expérimenté, certainement, en l’absence de l’ego, ce qui est la Vérité, ce qui n’appartient pas au temps, ce qui est au-delà du corps, des affections et du mental…

Ici, je vous ai principalement enseigné une manière simple de méditer, car il existe un type de méditation qui est dédié à l’auto-exploration de l’ego, dans le but de le désintégrer, de le transformer en cendres. Néanmoins, il existe également un autre type de méditation, qui vise à obtenir, un jour, l’expérience du réel…

J’espère que vous réaliserez cette expérience du réel, pour que vous vous sentiez encouragé intérieurement et que vous travailliez sur vous-même! Cependant, je pense qu’il est nécessaire d’avoir un mantra qui sert cet objectif.

Le mantra que je vais vous donner ce soir est très simple. Dans une précédente conférence dont vous vous souviendrez peut-être, je vous ai déjà donné un mot de ce mantra, qui est « GA-TE ».

Ce soir je vais vous donner, en entier, tous les mots de tout le mantra, écoutez:

gaté gaté paragaté parasamgaté bodhí svaha!

Comment prononcer le mantra du Sutra du Cœur de la Sagesse

Ce mantra doit être enregistré dans votre mental et enregistré dans votre cœur… Je le répète:

gaté gaté paragaté parasamgaté bodhí svaha!

Ce mantra est prononcé doucement, ou avec le mental et le cœur. Il peut également être utilisé comme « parole silencieuse », car il existe deux types de paroles: la parole articulée et la parole silencieuse.

La parole silencieuse est puissante…

Le corps doit être totalement détendu, et après avoir été détendu, on s’abandonne totalement à son Dieu Intérieur profond, sans penser à rien; récitant seulement, avec le mental et le cœur, le mantra complet:

gaté gaté paragaté parasamgaté bodhí svaha!

La méditation doit être très profonde, très profonde; les yeux fermés, le corps détendu, complètement abandonné à son Dieu intérieur… Pas même une seule pensée ne devrait être admise dans ces moments… l’abandon à votre Dieu intérieur doit être total et seul le mantra doit résonner dans votre cœur…

Je comprends que ce mantra du Sutra du Cœur de la Sagesse ouvre l’œil de Dangma. Ce mantra profond vous conduira tous un jour à l’expérience, en l’absence de l’ego, au Vide Illuminant. Alors vous saurez tous ce qu’est Sunyata; alors vous comprendrez ce qu’est la prajnaparamita.

Prajnaparamita symbolisée dans l’art Bouddhiste

La persévérance est ce dont on a besoin; avec ce mantra, vous pouvez aller très loin!…

Il est pratique de faire l’expérience de la Grande Réalité, à un moment de la vie, car c’est ainsi que l’on est rempli d’encouragements pour la lutte contre soi-même. C’est l’avantage du Sunyata; c’est le plus grand avantage qui existe, par rapport à l’expérience de la Réalité…

Et pour que la méditation et le mantra puissent être utilisés correctement, ce soir, nous allons entrer en méditation pendant un moment avec le mantra.

Je prie donc tous les frères et sœurs d’entrer en méditation. Relaxez votre corps et éteignez tout d’abord les lumières…

Relaxation totale du corps physique…

Relaxation complète et abandon complet à votre Dieu Intérieur profond…

Ne pensez à rien,

…rien, rien, rien…

Vous réciterez le mantra que je répéterai plusieurs fois pour ne pas l’oublier. Après cette méditation, eh bien, vous pouvez l’enregistrer; c’est à cela que servent les magnétophones…

Je vais le réciter:

GAATEEEE, GAATEEEE, PARAGAATEEEEE, PARASAMGATEEEEE, BODHIIIII, SUAAAA, HAAAAAAAAA….

Prononciation par Samael Aun Weor

Je vais le répéter sept fois, mais vous continuerez à répéter avec votre cœur, avec votre mental. Ne pensez à rien, à rien, à rien…

Abandonnez-vous complètement à votre Dieu intérieur…

Chacun de vous a l’impression d’être un cadavre, comme si vous étiez décédé…

Je répète:

GAATEEEE, GAATEEEE, PARAGAATEEEEE, PARASAMGATEEEEE, BODHIIIIII, SUAAAA, HAAAAAAAAA…

Continuez à répéter.

Continuez à répéter…

Chantez avec cette vidéo: