Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Traité Ésotérique de Théurgie

Après que nous eûmes terminé l’Investigation ésotérique de la Première Invocation de cette Grande « Conjuration des Sept » que nous a léguée en d’autres temps le Sage Roi Salomon, nous nous sommes proposés d’investiguer la Seconde Invocation qui dit, littéralement : « Au nom de Gabriel, qu’Adonaï te commande et t’éloigne d’ici, Baël ».

Nous savons que Gabriel est un Ange lunaire. Nous savons qu’Adonaï est un Ange précieux. Cependant, nous ignorions qui était Baël !. Pourquoi fallait-il le conjurer au nom d’Adonaï ?. C’était pour nous une énigme, et nous devions la déchiffrer !.

Une nuit, en corps astral, nous avons invoqué Baël. Baël était un roi ténébreux qui vivait dans une caverne du désert de Gobi. C’est là qu’il instruisait ses disciples. Il enseignait la Magie Noire des Sphères Sublunaires. Adonaï ; Fils de la Lumière et de la Joie, était son opposé. Ces deux antithèses de la philosophie étaient en relation intime avec les rayons de la Lune. La présence de Baël était, du reste, ténébreuse d’une belle manière !, couronné comme Roi. Ses yeux étaient écartés et fermes. Ses sourcils, épais ; son nez, fort ; ses lèvres, grosses ; son visage, rond. Il était vêtu d’une tunique de magicien noir. Frappé par notre Conjuration, il tremblait devant nous. Nous n’avons pas obtenu de lui beaucoup d’amitié. Son caractère fut inabordable.

Une autre nuit, nous, les investigateurs, invoquâmes Adonaï ; le Fils de la Lumière et de la Joie. Un enfant paraissant âgé de quelques mois à peine, accourut à notre appel, et nous attaqua avec une force terrible et sinistre !. Nous dûmes nous protéger de toutes nos forces animiques et spirituelles pour essayer de le vaincre. Cependant, ce fut en vain !. Cet enfant était doté d’une force toute-puissante !. Quelqu’un nous dit de lui tendre amicalement la main. Nous fîmes ainsi. Nous lui tendîmes notre main, dans l’intention de le saluer. Lui alors répondit fraternellement et nous nous serrâmes la main. C’était le Gardien du Seuil de l’Ange Adonaï ; le Fils de la Lumière et de la Joie. Le plus intéressant c’est de penser que l’Ange Adonaï ; malgré son immense perfection, conservait encore le Gardien du Seuil, le Moi psychologique, l’Ego réincarnant que nous devons tous décapiter et dissoudre pour incarner, au-dedans de nous-mêmes, le Christ Interne.

Comme il est difficile d’atteindre la perfection !. Un Ange aussi précieux qu’Adonaï et qui, néanmoins, cela est dur à concevoir, possède encore le Moi psychologique !.

Une autre nuit, la plus profonde, la plus silencieuse des nuits, nous, les investigateurs, avons invoqué l’Ange Adonaï. L’Ange précieux nous remit, avec d’autres Anges un présent divin, un médaillon qui pendait à une chaîne en or !. Ce médaillon nous confère le pouvoir de changer instantanément de Plan Cosmique. A l’aide de ce précieux trésor nous pouvons entrer dans n’importe quel Département du Royaume. Nous sommes devenus très amis du précieux Ange Adonaï, le Fils de la Lumière et de la Joie, le Maître de Zanoni. Nous savons tous que Zanoni a reçu une initiation cosmique dans la Tour de Feu de la vieille Chaldée des Sages. Depuis lors Zanoni a reçu l’Elixir de Longue Vie, et il a pu conserver son corps physique durant des millions d’années. Le grand Maître Zanoni s’est laissé tomber parce qu’il est tombé amoureux d’une artiste de Naples !. Et le résultat de son erreur fut la guillotine. C’est là qu’est mort le Grand Maître !.

Nous, les investigateurs, nous eûmes à apprendre beaucoup de choses de l’Ange Adonaï : Sagesse ineffable !.

Un jour nous eûmes l’occasion de voir accourir à nous Adonaï ; le Fils de la Lumière et de la Joie, et le Maître Zanoni. L’un de nous, un peu surpris, resta aux aguets. Alors, les deux, Adonaï et Zanoni, dirent à l’investigateur surpris, de couper avec son Epée un fil étrange qu’il y avait sur le sol. L’investigateur, perplexe et charmé à la fois, obéit et trancha le fil avec son Epée Flammigère. Une fois la chose faite, nous comprîmes qu’il avait été délivré d’un sortilège fatal, d’une influence maligne, d’un travail de Magie Noire. Quelqu’un lui avait porté préjudice avec ses artifices malsains, et lui avait causé beaucoup de tort. Puis, tous les deux, le Maître Zanoni et Adonaï ; soignèrent et guérirent le corps astral de l’investigateur.

Dans des travaux ultérieurs nous dûmes, obéissant à des ordres suprêmes, submerger dans l’Abîme le Roi Baël. Ce ténébreux personnage se servait de ses pouvoirs pour causer un grand dommage à l’humanité. Réellement, Baël est un chef de Légion, et il faut le conjurer au nom de son antithèse, Adonaï ; le Fils de la Lumière et de la Joie.

En terminant ce chapitre, nous devons avertir les imprudents qu’on ne doit jamais invoquer les Ténébreux, car cela est extrêmement dangereux !. Nous nous vîmes dans la nécessité d’invoquer ces Ténébreux pour investiguer sur la Conjuration des Sept du Sage Roi Salomon. C’était une chose importante et il fallait faire ce genre d’investigation. On invoque cette catégorie de Ténébreux avec la Conjuration de Pierre d’Aban. Les Anges, on les invoque au nom du Christ, par le Pouvoir du Christ, par la Gloire du Christ.

Que les imprudents prennent garde !. Qu’ils ne commettent pas la faute d’invoquer des démons !. Ceci pourrait les conduire à leur malheur !. Nous, les investigateurs, nous avons pu effectuer ces investigations parce que nous sommes très exercés dans l’utilisation et le maniement du corps astral. Cependant, nous nous trouvâmes toujours dans de grands et terribles dangers !