Les Sept Cosmos

La Kabbale dit qu’il existe deux Cosmos : le Macrocosme et le Microcosme. Le premier représente l’infiniment grand et le second l’infiniment petit.

L’enseignement kabbalistique sur les deux Cosmos est incomplet, il n’est qu’un enseignement fragmentaire.

En effet, il existe sept Cosmos et non seulement deux comme le prétendent erronément les kabbalistes.

L’Absolu en lui-même, selon l’explication de la Kabbale a trois aspects, à savoir :

  1. Ain-Soph-Aur.
  2. Ain-Soph.
  3. Ain.

Ain-Soph-Aur est le cercle externe.

Ain-Soph est le cercle médian.

Ain est en fait Sat, le non-manifesté Absolu.

Le premier Cosmos ne pourrait pas exister dans l’Ain, le non-manifesté, pas plus qu’à l’intérieur de l’Ain-Soph. Il ne peut exister qu’au sein de l’Ain-Soph-Aur.

Le premier Cosmos est de nature purement spirituelle et son nom est Protocosme.

Le second Cosmos est l’Ayocosme ou Mégalocosme, c’est le grand Cosmos, tous les mondes de l’espace infini.

Le troisième Cosmos est le Macrocosme dont parlent les kabbalistes dans leurs ouvrages. Il est composé de la Voie Lactée avec ses dix-huit millions de soleils tournant autour du soleil central Sirius.

Le quatrième c’est le Deutérocosme, constitué par le Soleil de notre système solaire avec toutes ses lois.

Le cinquième est le Mésocosme, notre planète Terre.

Le sixième est le Microcosme représenté par l’homme.

Le septième est le Tritocosme, l’infiniment petit, les atomes, les molécules, les insectes, les microbes, les électrons, etc., ainsi que l’Avitchi, l’Abîme.

Entre le Microcosme-Homme et le Macrocosme existent le Mésocosme et le Deutérocosme. La phrase qui dit que « l’homme est le Microcosme du Macrocosme » est donc un peu audacieuse.

Chacun des sept Cosmos a ses propres lois. Le Gnostique doit étudier les lois qui gouvernent ces sept Cosmos afin de savoir quelle place nous occupons dans la vie et comment nous devons procéder pour atteindre la libération finale.

Le Rayon de la Création

Le Maître G. dit que le rayon de la création commence sa croissance dans l’Absolu et va jusqu’à la Lune ; l’erreur du Maître G. est de croire que la Lune est un morceau détaché de la Terre.

La Lune est beaucoup plus vieille que la Terre, c’est un monde déjà mort qui a appartenu à un autre rayon de la création.

En réalité, notre propre Rayon de Création commença dans l’Absolu et se termine dans l’Enfer, l’Infernus, l’Avitchi, le Tartarus grec, l’Averne des Romains, le Royaume minéral submergé, demeure fatale des ténébreux sublunaires.

Le rayon de la création correctement développé, se présente ainsi :

  1. L’Absolu
  2. Tous les mondes
  3. Tous les soleils
  4. Le soleil
  5. Toutes les planètes
  6. La Terre
  7. L’Abîme

Les frères du Mouvement gnostique doivent comprendre à fond cette connaissance ésotérique que nous leur donnons dans ce « Message de Noël » afin qu’ils sachent quelle place précise ils occupent dans le rayon de la création.

Nous devons connaître à fond le chemin final afin d’atteindre la nativité du cœur et la libération finale.

Dans l’Absolu commence le rayon de la création avec le Protocosme.

Tous les mondes dans le rayon de la création, correspondent à l’Ayocosme.

Tous les soleils de la Voie Lactée correspondent au Macrocosme.

Le Deutérocosme est, dans le rayon de la création, le soleil.

Le Mésocosme dans le rayon de la création est constitué par toutes les planètes du Système Solaire et la Terre qui les représente.

Le Microcosme, c’est l’homme, dans le rayon de la création.

Le Tritocosme, c’est l’atome et l’Abîme.

Dans le premier cosmos n’existe qu’une seule et unique loi, la Loi de l’Absolu.

Dans le deuxième cosmos, la loi du premier devient trois ; trois lois gouvernent le deuxième Cosmos.

Dans le troisième cosmos les trois deviennent six lois.

Dans le quatrième cosmos les six lois se transforment en douze lois.

Dans le cinquième cosmos, les douze lois doublent pour devenir vingt-quatre lois.

Dans le sixième cosmos, les vingt-quatre lois deviennent quarante-huit lois.

Dans le septième cosmos, les quarante-huit lois se convertissent en quatre-vingt-seize lois.

Dans le Protocosme on fait seulement la Volonté de l’Absolu, la Loi unique.

Dans le deuxième cosmos, la grande Loi se convertit en trois : Père, Fils et Esprit-Saint, la Force Positive, la Force Négative et la Force Neutre.

Dans le troisième cosmos commence la mécanicité, les trois forces primordiales se divisant et se convertissant en six forces.

Dans le quatrième cosmos, la vie devient beaucoup plus mécanique car les lois qui le gouvernent ne sont plus au nombre de six mais de douze.

Dans le cinquième cosmos, la vie est infiniment plus mécanique et n’a presque plus rien à voir avec la Volonté de l’Absolu, car les douze lois sont devenues vingt-quatre lois.

Dans le sixième cosmos, la vie est si terriblement matérialiste et mécanique que l’on ne se doute même plus qu’il existe la Volonté de l’Absolu.

Nous vivons dans un monde mécanique de quarante-huit lois, un monde où l’on ne fait pas la Volonté de l’Absolu, un petit coin très écarté dans l’Univers, un lieu obscur et terriblement douloureux.

La place que nous occupons dans le rayon de la création est lamentable, car dans notre monde, on ne fait plus la Volonté de l’Absolu, pas plus que celle des Trois Entités Divines appelées le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Quarante-huit lois mécaniques épouvantables nous gouvernent et nous dirigent, nous assimilant ainsi à de véritables bannis, vivant dans cette vallée d’amertume. Au-dessous de nous, dans le rayon de la création, se trouvent seulement les malheureux de l’Abîme, gouvernés par l’horrible mécanique des quatre-vingt-seize lois.

Il est indispensable de nous libérer des quarante-huit lois afin de passer dans le cinquième Cosmos (celui des vingt-quatre lois). Nous devons ensuite nous libérer du cinquième (celui des vingt-quatre lois) et continuer notre travail de libération finale, passant par le quatrième et les troisième et deuxième Cosmos jusqu’au retour vers l’Absolu.

Toutes les substances des sept cosmos sont en nous-mêmes. Dans le cerveau pensant, nous avons la substance du Protocosme, dans le cerveau moteur ou système pensant, nous avons la substance de l’Ayocosme. Dans le cerveau conscient formé de tous les centres nerveux spécifiques de l’organisme humain nous avons la substance du Macrocosme et ainsi de suite.

Les matériaux pour travailler, nous les avons dans l’organisme humain et si nous créons les corps existentiels supérieurs de l’Être, nous arrivons alors à nous libérer de tous les cosmos, y compris le septième, pour pénétrer finalement dans l’Absolu, le Non-Manifesté, Sat, Ain.

Les germes des corps existentiels de l’Être sont déposés dans le Semen, il est donc nécessaire de développer ces germes ; ce qui n’est possible que par le Maïthuna (la Magie Sexuelle).

Dans nos publications et « Messages » antérieurs, nous avons déjà parlé des corps existentiels supérieurs de l’Être. Nos étudiants en sont par conséquent, informés.

Nous savons que le corps astral (à ne pas confondre avec le corps lunaire) est gouverné par vingt-quatre lois et que le corps physique est gouverné par quarante-huit lois.

Si nous créons le corps astral, il est clair que nous nous libérons du monde fatal des quarante-huit lois et que nous nous convertissons en habitant du monde des vingt-quatre lois.

Si nous créons le corps mental, nous nous libérons du monde des vingt-quatre lois et pénétrons dans le monde des douze lois ; n’oublions pas que le corps mental est gouverné par douze lois.

Si nous créons le corps causal ou corps de la volonté consciente, nous entrons dans le monde de six lois et devenons des habitants de ce monde, car le corps de la volonté consciente (ou corps causal) est régi par six lois.

Les travaux avec le Maïthuna et la dissolution du Moi, plus le sacrifice pour l’humanité, nous permettent de réaliser de nouvelles créations en nous-mêmes, afin de nous libérer du monde des six lois et de passer au-delà de l’Ayocosme et du Protocosme ineffables.

Il est nécessaire que tous les étudiants gnostiques comprennent, à l’occasion de ce Noël, que c’est seulement en créant les corps existentiels de l’Être et en célébrant la mort du Moi et la nativité du cœur, qu’ils pourront atteindre la libération finale.

L’Être ne peut entrer qu’en celui qui a créé les corps existentiels supérieurs.

La nativité du cœur ne peut être réellement célébrée que par celui qui a créé les corps existentiels supérieurs de l’Être.

La constitution de l’animal intellectuel, appelé à tort homme, est la suivante :

  1. Corps physique
  2. Corps vital
  3. Corps lunaire de désirs
  4. Corps mental lunaire
  5. Le Moi pluralisé
  6. La Bouddhata

Les trois aspects de l’Atman-Bouddhi-Manas ou Esprit Divin, Esprit de Vie et Esprit Humain, ne sont pas encore les corps solaires, c’est-à-dire les corps existentiels de l’Être.

Tous nos efforts sont concentrés, dirigés vers la libération de cette lune que nous portons malheureusement dans nos corps lunaires.

En créant les corps solaires, nous nous libérons de l’influence lunaire.

C’est uniquement avec le Maïthuna (la Magie sexuelle) que nous pouvons nous offrir le luxe de créer nos corps solaires, car les germes de ces corps se trouvent dans le Semen.

Les corps lunaires nous maintiennent prisonniers, vivants dans le monde des quarante-huit lois, la vallée d’amertume. Les corps lunaires sont féminins, c’est pour cela que les hommes de ce monde, dans les mondes internes, après leur mort, sont des femmes subconscientes, froides, telles des fantômes.

Il est déplorable que les écrivains théosophes, pseudo-rosicruciens, etc., n’aient pas été capables de comprendre que les véhicules internes actuels de l’homme sont des corps lunaires que nous devons désintégrer après avoir fabriqué les corps solaires.

Il est impossible de nous libérer du monde des quarante-huit lois aussi longtemps que nous n’aurons pas créé les corps existentiels supérieurs de l’Être.