Synthèse conceptuelle gnostique (Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ?)

Samaël Aun Weor

L’inquiétude spirituelle de ce siècle a commencé, assurément, avec la Maîtresse Hélèna Petrovna Blavatsky. Je ne veux pas dire qu’il n’y a pas eu d’écoles ésotériques aux siècles précédents ; ce que je suis en train de signaler c’est que l’inquiétude ésotérique contemporaine a commencé avec le travail démarré par cette Maîtresse.

Elle est réellement allée au Shangri-La et son Maître ou Gourou a été le grand Maître Kout-Houmi. Jeune, elle a épousé l’ancien comte Blavatsky, avec qui elle n’a pas eu de vie maritale ; elle est seulement restée à ses côtés quelques mois, voyageant avec lui en Égypte, en Inde et au Tibet, car il était alors très mal vu qu’une femme voyage seule. Durant ces voyages, elle a rencontré son Maître.

Qu’elle possédait des pouvoirs extraordinaires ? C’est vrai ! Qu’elle était en relation, spirituellement et de manière personnelle, avec les Maîtres du Tibet ? C’est certain ! Elle a écrit des oeuvres notables comme « La Doctrine Secrète », « Isis Dévoilée », « La Voix du Silence », etc. Les dures souffrances qu’elle a eu à supporter étaient dues précisément à la mission très difficile qu’on lui avait confiée : celle de convaincre les sceptiques à qui elle fit la démonstration de ses notables pouvoirs psychiques.

Ce fut la raison pour laquelle l’anglais Sinnett et le Maître Kout-Houmi commencèrent une très importante correspondance. Un jour, à une demande de l’anglais, le Maître répondit : « Êtes-vous sûr que si vous me voyiez personnellement, vous ne perdriez pas l’intérêt que vous avez pour ma correspondance ? »

C’est ainsi que nous connaissons la sagesse des Maîtres ! Je vous assure que si vous voyiez ici le Maître Hilarion ou Morya, ou le comte de Saint Germain, s’ils venaient vivre ici avec nous, dans notre entourage, les premiers jours vous ne sortiriez pas de ces maisons. Les cinq millions de pseudo-occultistes, spiritualistes et sympathisants se mettraient en quatre pour connaître les Maîtres. Après, qui sait s’ils leur diraient seulement bonjour !

Des affiliés ou des sympathisants de ces études, il y en a par milliers, mais, au moment de l’épreuve, au moment de devoir réellement se résoudre, de devoir se définir vraiment pour l’Être ou le non Être de la philosophie, tous voient que la chose est si grave qu’ils fuient épouvantés, il n’en reste pas un. La plupart des personnes cherche ces études par diversion, comme celui qui va à la corrida ou au cinéma.

La Maîtresse Hélèna Petrovna Blavatsky a eu à endurer beaucoup de vexations et d’humiliations. Néanmoins, elle a dû faire des prodiges et des merveilles, en démontrant ses pouvoirs, pour convaincre les incrédules ; c’était sa mission, assurément très dure, car lorsqu’on a convaincu dix incrédules, il en vient mille ; lorsqu’on en a convaincu mille, il en vient dix mille ; et ainsi, quand allons-nous finir de convaincre les incrédules ?

Nous, pour notre part, nous accomplissons une mission transcendantale : remettre le message à l’humanité. Et concrètement, dans notre cas, nous ne nous consacrerons jamais à convaincre les incrédules ; nous nous consacrerons exclusivement à former l’Armée du Salut Mondial et à travailler en accord avec le Cercle Conscient de l’Humanité Solaire, sur les plans d’une nouvelle civilisation et d’une nouvelle culture.

Bien que nous fassions ce travail depuis trente-cinq ans, je considère que nous commençons. Il y a environ cinq millions de Gnostiques éparpillés dans le monde qui étudient notre doctrine. Mais, néanmoins, je considère que nous sommes au commencement de cette grande oeuvre.

Le message que nous devons remettre se divise en trois parties : la première est l’enseignement primaire ; la seconde est l’enseignement supérieur contenu dans les Messages de Noël de chaque année ; et il y a une troisième partie qui est plus transcendantale.

Je n’essaierai pas de convaincre les incrédules, je ne perdrai pas mon temps à des choses inertes. Celui qui veut accepter la doctrine qu’il l’accepte ; celui qui veut la rejeter, qu’il la rejette ; que chacun l’interprète avec son mental, comme il le veut bien. Celui qui veut croire, qu’il croie ; celui qui ne veut pas croire, qu’il ne croie pas. Cela ne nous intéresse pas.

Évidemment, nous ne pouvons pas espérer que l’Antéchrist de la Fausse Science lâche prise comme cela. Nous le connaissons très bien ; nous savons que ses adeptes sont orgueilleux, ils croient qu’ils savent tout. Ce qui est sûr, c’est qu’ils lancent contre nous leurs attaques et leur bave diffamatoire, mais nous n’y ferons pas attention.

Il ne va pas nous arriver ce qui est arrivé à Madame Blavatsky ; ils l’ont tuée avec tant de calomnies ; elle est morte de tristesse et c’est pourquoi ils l’ont appelée « la grande martyre du siècle passé ». Nous, les calomnies des gens ne nous feront pas souffrir. « Je ne suis pas plus parce qu’on me loue, ni moins parce qu’on me blâme ; je suis toujours ce que je suis ». De sorte que s’ils veulent dire, qu’ils disent ; s’ils ne veulent pas dire, qu’ils ne disent pas. Une seule chose nous intéresse : remettre le message et c’est tout !

Nous parlons ainsi en nous appuyant sur l’expérience. Nous pourrions faire beaucoup de démonstrations, mais ce n’est pas le cas. Convaincre les incrédules est une grande erreur. C’est, précisément, ce qui fit mourir Madame Blavatsky. Il est clair que la femme est excessivement sensible, et en se voyant si vexée publiquement, humiliée et calomniée, elle est tombée malade et en est morte. Nous savons, donc, ce qu’est l’humanité. Nous connaissons ce sourire subtil des incrédules. Et nous avons déjà dit, auparavant, que si nous convainquons aujourd’hui dix-mille sceptiques, il nous en arrivera demain un million, et nous ne terminerons jamais cette tâche absurde.

Nous sommes, dans ce sens, plus pratiques : nous remettons les clés pour que chacun se convainque lui-même. Si quelqu’un veut se convaincre, qu’il expérimente « dans sa propre peau », et non dans la nôtre.

Nous enseignons, par exemple, comment sortir en corps astral, pour que chacun se convainque par lui-même. Nous enseignons un système pour mettre notre corps physique à l’intérieur de la Quatrième Dimension, pour que chacun aille, dans son corps de chair et d’os, expérimenter les choses de l’Ultra. Ainsi, ceux qui veulent voir, entendre et palper les grandes réalités des Mondes Supérieurs devront prendre la peine de travailler sur eux-mêmes.

Nous vous remettons les secrets du Grand Arcane et la doctrine écrite dans beaucoup de livres qui se trouvent déjà dans beaucoup d’endroits de la planète Terre. Nous sommes en train de faire le travail que nous a confié le Cercle Conscient de l’Humanité Solaire : former le Mouvement Gnostique ; et celui-ci sera de plus en plus puissant. Il y a beaucoup de personnes, des milliers, qui étudient nos livres et elles se multiplieront beaucoup plus dans le futur.

Nous avons entrepris une grande campagne de publicité dans toute l’Amérique Latine, aux États-Unis, au Canada, en Europe, en Afrique et en Asie. Nous avons lancé des missionnaires dans toutes les directions, et ceux-ci prennent la parole dans les universités, dans les maisons culturelles, à la radio, à la télévision, dans les maisons des familles, etc., et, de plus, ils fondent des écoles où on étudie les grands mystères et les aspects scientifiques du Cosmos infini.

Nous nous proposons de créer l’Armée du Salut Mondial. Qu’il y ait des réactionnaires ? C’est vrai ! Vous savez qu’il y a beaucoup d’écoles de type pseudo-ésotérique ou pseudo-occultiste, qui continuent encore d’être fidèles aux théories du passé et qui, de toute manière, n’acceptent rien de nouveau. Il faut les laisser en paix avec leurs plans antiques et rances. Nous, nous sommes révolutionnaires, et les réactionnaires ne pourront pas être avec nous. Nos enseignements sont pour ceux qui acceptent la Révolution de la Conscience.

Nous avons besoin de la liquidation ou désintégration de l’Ego ; nous avons besoin que les agrégats psychiques disparaissent totalement pour nous libérer de l’erreur et de la douleur. Car, réellement, l’animal intellectuel, appelé à tort homme, la seule chose qu’il possède, la plus décente, c’est l’Essence, le matériel psychique, qui n’est autre qu’une fraction de l’Âme Humaine (le Manas supérieur de la Théosophie). C’est-à-dire que l’humanoïde ne possède pas encore d’Âme.

En tous cas, le plus important dans la vie de l’être humain, c’est de se convertir en Homme véritable, en un Chamberon (ce qui signifie sage ou saint) dans le sens le plus complet du terme. Il est clair que, pour être sage et saint, on doit mourir en soi-même, car il est impossible, d’une autre manière, de se convertir en un Chamberon.

La triade immortelle Atman-Bouddhi-Manas est citée dans de nombreux textes sacrés, mais qui l’a incarnée ? Le fait que beaucoup d’Initiés, dans le passé, n’aient pas fait connaître toute la vérité était nécessaire. Il fallait parler dans les termes dans lesquels ils le faisaient, pour éveiller l’intérêt du public.

Peut-être que si, auparavant, ils avaient déclaré que l’être humain n’a pas encore incarné son Âme Humaine, et qu’il a seulement une fraction d’Âme enfermée dans l’Ego, les gens auraient rejeté cette vérité.

Le Dr Rudolf Steiner, en 1912, a prophétisé que viendrait un enseignement de type supérieur, et il est évident qu’il est en train d’être donné. Il fallait d’abord préparer l’atmosphère, et il est clair qu’elle est déjà préparée. C’est ainsi seulement qu’on pouvait remettre à l’humanité cet enseignement supérieur…

Nous savons que l’Essence est une fraction d’Âme, mais, avec cette fraction, nous pouvons élaborer ce que le Tao appelle « Embryon d’Or ». Cet Embryon d’Or vient établir, en nous, un parfait équilibre entre le matériel et le spirituel. Mais il n’est pas possible d’élaborer cet Embryon, si nous n’avons pas, auparavant, libéré l’Essence qui se trouve embouteillée dans l’Ego, le Moi, le moi-même. Quand l’Ego est désintégré, l’Essence ou Bouddhata se transforme en Embryon d’Or.

Seule une personne qui possède l’Embryon d’Or est consciente. Celui qui parvient à élaborer en lui le merveilleux Embryon d’Or s’éveille dans toutes les régions ou mondes de l’espace, et il incarne sa Triade immortelle. Indiscutablement, celui qui atteint ce but devient un Homme légitime, un Adepte du Cercle Conscient de l’Humanité Solaire. C’est tout !