Synopsis Didactique de la Mort Mystique

Samaël Aun Weor

Disciple. […] Je répète, Maître, si c’est possible, peut-être avec un exemple de votre propre vie, un jour, une fois, la désintégration d’un défaut, sur la base, principalement, de votre processus de compréhension. Parce que c’est ce point qui nous arrête le plus… Je vais alors laisser le micro au Vénérable Maître Samaël pour qu’il nous donne une réponse sur ce qu’on appelle « la compréhension absolue de l’Ego ». En effet, nous ne comprenons pas quand on dit : « Appréhendez la profonde signification d’un défaut ». Parce que c’est là où nous nous faisons « prendre ». Vénérable Maître, je vous laisse…

Maître. Bon, nous avons écouté les paroles de notre frère dominicain. Et, franchement, en effet, la question m’a terriblement surpris ! Elle m’a surpris par le fait même que j’ai écrit trois livres à ce sujet. Le premier, donc, est « Le Mystère de la Fleuraison d’Or », le second, avec une didactique exacte sur la dissolution de l’Ego est le « Traité de Psychologie Révolutionnaire » et le troisième, qui vient de sortir [1975], est « La Grande Rébellion ». Ainsi donc, en entendant cette question, eh bien, je n’ai pu manquer d’être surpris, n’est ce pas ! Ou peut-être que les frères de la République dominicaine n’ont pas eu connaissance de ces trois oeuvres ? Si ? Vous les connaissez ?

D. Vénérable Maître, ces oeuvres, nous les avons étudiées et je sais même que beaucoup d’entre nous les mettent en pratique ; mais il y a des questions, quelques « petits fils », quelques points que nous ne parvenons pas à capter clairement… C’est un gros problème ; parce que, par exemple, je sais (je parle au nom de tous) que nous avons travaillé sur certains défauts, nous les captons, nous essayons de les étudier, nous essayons d’appréhender leur profonde signification et ensuite ceux d’entre nous qui sont mariés les travaillent avec l’Arcane AZF. Mais, il reste encore, à l’intérieur de nous, une certaine inquiétude, disons une certaine insécurité de ne pas savoir si nous travaillons bien ou mal les défauts que nous avons étudiés. Nous voudrions que vous nous éclairiez à l’aide d’un exemple spécifique – peu importe lequel – sur la désintégration d’un défaut quelconque.

M. Bien sûr et je vais sur le champ terminer cet éclaircissement… Aujourd’hui, j’ai cité une partie d’une expérience vécue, mais maintenant, je veux répondre en la racontant entièrement. Il y a de très nombreuses années de cela (en vérité, je vais refaire la narration – en l’amplifiant – de ce que j’ai déjà raconté dans la réunion que nous avons eue ici, il y a un moment), j’échouais à toutes les épreuves en relation avec la Chasteté.

Il se trouve que, dans le Monde Physique, j’étais parvenu à un contrôle complet de mes sens et de mon mental qui étaient si bien éduqués que je ne regardais jamais, par exemple, une revue pornographique ; je n’observais jamais une photo pornographique ; j’avais appris à regarder le sexe opposé depuis la taille jusqu’en haut, sans jamais m’arrêter à observer la forme des mollets ou les choses de ce genre que les hommes adorent regarder si longuement et, pour être tout à fait franc, avec tant d’insistance !

Ainsi, mes sens étaient absolument éduqués, de telle sorte que si vous observez la manière dont j’utilise mon regard, vous vous rendrez compte qu’il est éduqué. Naturellement, dans ces conditions, la Chasteté s’avère absolue si on s’en tient au Monde Physique.

J’avais aussi éduqué ma parole de manière extraordinaire et je ne laissais s’échapper de mon verbe aucune parole luxurieuse, ni à double sens, etc. Ainsi, tout était correct. Mais, dans les Mondes Supérieurs de Conscience Cosmique, cette affaire était très grave, extrêmement grave.

Je fus soumis à de rigoureuses épreuves de Chasteté et j’échouais malgré tous mes systèmes de contrôle psychologique, malgré tous mes judos psychologiques, malgré toutes mes techniques.

Là-bas, il suffisait qu’on me présente un balai revêtu de jupons pour qu’immédiatement je le suive ! Même si c’était une pauvre vieille bien horrible, peu m’importait ; ce qui comptait c’est qu’elle ait des jupons !

La chose était grave. Je me sentais très triste. Je fis appel au système de Krishnamurti « la Compréhension intégrale et le Discernement ». Ce système de Méditation était profond : j’essayais de discerner le processus de la luxure, le processus du désir. Je voulais comprendre pour pouvoir éliminer, mais tout s’avérait inutile. À la suite d’une journée de terrible travail sur moi-même, j’échouais à nouveau dans les épreuves de Chasteté et, pour cette raison, je souffrais épouvantablement.

Pour ne rien vous cacher, je m’infligeais de rigoureuses disciplines : j’en étais même arrivé à me fouetter ! Oui, je saisissais un fouet et je me frappais pour châtier ainsi la bête. Mais, cette pauvre bête était plus forte que le fouet qui ne valait rien non plus. Ainsi donc, il ne me restait pas d’autre remède que la souffrance.

Bon, un jour, parmi tant d’autres, j’étais couché sur le sol, en décubitus dorsal, la tête au nord, immergé dans une profonde Méditation, dans l’intention d’arriver à discerner et à comprendre le processus de la luxure dans tous les niveaux du Mental (un système tout-à-fait « krishnamurtien », mélangé aussi avec ce terrible système monacal qui consiste à se fouetter)…

J’étais devenu maigre et horrible. Je n’avais aucune espèce de relation sexuelle de sorte que l’abstinence était absolue. Dans de telles conditions, il semblerait qu’on puisse sortir victorieux de toutes les épreuves de Chasteté ! Pourtant tout était inutile…

Alors que j’étais couché, je le répète, en décubitus dorsal, la tête au nord, en profonde méditation, il m’arriva quelque chose d’insolite (ce fut terrible). La concentration devint extrêmement profonde, et alors j’abandonnai mon Corps Physique. Là, hors de la forme dense, je me vis dans un appartement élégant ; pas précisément dans un Temple, ni dans un Monastère avec de vieux prêtres maigres, à l’allure ascétique, non rien de tout cela, mais dans un appartement élégant, dans lequel j’étais en train d’adorer une dame, de l’étreindre ardemment et cinquante mille choses de ce genre.

Tout ceci se passa en quelques secondes et quand je revins à mon Corps Physique, je me sentis totalement déçu (et que m’excuse M. Krishnamurti, qu’il ait la bonté de m’excuser, car c’est un Maître et que je ne suis contre aucun Maître, mais franchement sa méthode m’a beaucoup déçu : elle ne m’a donné aucun résultat)…

Ainsi je restai dans un état de confusion, probablement le même état dans lequel tu te trouves, à présent, par rapport à la dissolution de l’Ego. Voila où j’en étais : ni j’avançais, ni je reculais ! Résultat : zéro.

Que faire ? La chose était grave, il n’y avait rien à faire. J’étais tout simplement déçu ; toutes les méthodes avaient échoué.

Heureusement, je fus assisté. En arrivant à un Temple, je rencontrai le GARDIEN DU SPHINX. Il était là devant la porte (je me réjouis car je le connaissais, c’était un vieil ami !) En me regardant fixement il me dit :

– « Parmi les frères du groupe qui ont travaillé dans la Neuvième Sphère et qui se sont présentés après dans ce temple, après avoir travaillé dans la Neuvième Sphère, tu es le plus avancé ! Cependant, à présent tu es BLO-QUÉ »…

Bien sûr, de telles paroles me remplirent d’épouvante. Moi qui étais en train de lutter pour ma progression et voilà que le Gardien me racontait cela ! Grand Dieu et Sainte Marie ! Et tout ça à cause de ces pauvres « vieilles » ! Alors je lui répondis :

– « Bon, mais dis-moi, s’il te plaît : pour quelle raison suis-je bloqué à présent ? » Il poursuivit :

– « Par manque d’amour ».

Ma surprise fut alors à son apogée ; en effet, je considérais que j’aimais l’humanité et je lui dis donc ceci :

– « J’ai écrit des livres ; je travaille pour l’humanité ; comment se fait-il qu’il me manque l’amour ? Est-ce que, par hasard, ce n’est pas par amour que je travaille ? »

– « Tu as oublié ta Mère, me répondit-il ; tu es un fils ingrat et le fils ingrat ne progresse pas dans ces études ! »…

Ce fut le comble : moi un « fils ingrat » ? Moi qui aimais tant ma pauvre petite mère !… Et à présent me voilà ingrat par-dessus le marché ! L’avoir oubliée ? Non, je ne l’ai pas oubliée ; le problème, c’est qu’elle est désincarnée ! Alors, comment faire, maintenant, pour la rencontrer dans le Monde Physique ? Toutes ces choses me vinrent ainsi à l’esprit.

Malgré tout, j’entrai dans le temple et il ne m’entrava pas le passage. Là, à l’intérieur du Temple, il continua :

– « Je te dis cela pour ton bien. Comprends-le, tu dois chercher ta Mère »…

– « Bon, lui dis-je, mais si elle est morte, où vais-je la chercher, où est ma Mère ? »

– « Tu ne te rends pas compte de ce que je suis en train de te dire, continua le Gardien, ne veux-tu pas comprendre ? Comment se fait-il que tu me demandes où est ta Mère ? Ne sais-tu pas, par hasard, où est ta Mère ? Est-il possible qu’un Fils ne sache pas où est sa Mère ? ».

– « Eh bien, franchement, non, je ne sais pas »…

– « Je te le dis pour ton bien », me répondit-il.

– « Bon, je vais essayer de comprendre ce que tu veux me dire »…

Et je pris congé du Gardien. Quelques jours passèrent et je ne parvenais pas à comprendre cela. C’était quoi cette histoire de chercher ma maman ? Et si elle est morte, où vais-je la chercher ? Bon, il y avait dans mon pauvre cerveau cinquante mille suppositions, jusqu’à ce qu’enfin, un jour parmi tant d’autres, une petite lumière se fît en moi et alors je compris… « Ah oui ! me dis-je, le Gardien du Temple se réfère à ma DIVINE MÈRE KUNDALINI, au Serpent Igné de nos pouvoirs magiques ! Je sais ! Je vais me concentrer sur elle ! »…

Je me couchai à nouveau, en décubitus dorsal, la tête au Nord et le corps relaxé, en profonde Méditation intérieure, mais en priant ma Divine Mère Kundalini.

Je priais mais, de temps en temps, surgissait en moi cette préoccupation : n’allais-je pas, encore, me retrouver dans un autre appartement ? Grand Dieu !…

J’étais ainsi, avec cette préoccupation, et la concentration était de plus en plus terrible. Soudain, Elle, Devi Kundalini Shakti me sortit de mon corps physique et elle m’emmena en Europe, à Paris…

Une fois dans cette ville, elle me conduisit dans un grand Palais du Karma. La salle d’audience était remplie de monde. Quelques policiers m’accompagnaient (les Seigneurs de la Loi).

« Aie, aie, aie, me dis-je, dans quoi me suis-je mis pour en être là !… ».

Un des policiers avança avec moi au centre de la salle, jusqu’à la table où se tenaient les juges. L’un d’eux (celui qui se trouvait au centre) ouvrit un grand livre et me lut quelques diableries que j’avais faites à l’époque où j’étais un Bodhisattva tombé, au Moyen Âge, à l’époque où l’Inquisition Catholique brûlait vif les gens sur des bûchers. Je ne me rappelais pas semblables diableries ; diableries dignes de Don Juan Tenorio et de ses acolytes.

Bien, cet homme lut le Livre ; il lut le karma (certaines mauvaises actions, « romantiques », certes, ça oui !) Alors, il me condamna À LA PEINE DE MORT !

« Oh, c’est pire maintenant, me dis-je, s’il ne m’a servi à rien de travailler pour les petits frères là-bas, dans le Monde Physique ! Aie, aie, aie, où en suis-je arrivé ! »… Et j’attendais pour voir ce qui allait se passer.

Le juge appela un Bourreau de la Loi (de ces BOURREAUX COSMIQUES, je sais qu’il y en avait deux dans l’ancienne Egypte des Pharaons). Il en appela un et lui parla : il lui donna l’ordre de m’exécuter immédiatement ! (Moi, un pauvre idiot, arrivé ici devant de tels Seigneurs si terribles, que pouvais-je faire ?). Le Bourreau dégaina son Épée Flammigère (le Bourreau Cosmique, car il y a des Bourreaux Cosmiques) et s’avança vers moi avec son épée dégainée…

Bon, ce fut un moment où, franchement, je me suis senti totalement désappointé ! En l’espace d’un millième de seconde, je pensai à tant de choses. Je me dis à moi-même : « Alors que j’ai tant souffert dans ma vie à lutter pour l’humanité, à lutter pour moi-même, à écrire des livres, à donner des conférences… et maintenant, voilà le résultat ! Quelle douleur ! Me dis-je – Aie, aie, aie où en suis-je arrivé ! Alors cela n’aura servi à rien d’avoir tant lutté pour l’humanité ? ».

Je me suis senti complètement DÉ-SA-PPOIN-TÉ, mais le Bourreau avançait lentement vers moi avec son épée dégainée (c’était un homme corpulent, fort). Quand il fut sur le point de me traverser avec son épée, je sentis soudain quelque chose qui bougeait à l’intérieur de moi : « Qu’est ce que c’est ? » pensais-je. Et, à ce moment-là, je vis une créature monstrueuse sortir de moi par les trente-trois portes de l’épine dorsale.

Je l’observai en détail : c’était un Moi, le Moi de la luxure, un agrégat psychique que j’avais moi-même créé, à cause d’une erreur de type romantique et sexuelle, au Moyen Age et maintenant je me retrouvais face à face avec ma propre création.

Ce monstre prit la forme d’une bête, d’un cheval. Mais, quelque chose d’insolite se produisit : le Bourreau, au lieu de continuer à pointer son épée vers moi, la retourna alors vers cette bête, ce cheval. Alors, à ma grande surprise, je vis cette bête se lancer la tête la première au « Tartare », aux Mondes Infernaux. Le Gardien l’avait faite passer au Royaume de Pluton pour qu’elle s’y désintègre.

Bien sûr, je me retrouvai libéré de cet agrégat psychique infernal et quand je fus soumis à de nouvelles épreuves ayant trait à la Chasteté, j’en sortis victorieux. J’ai continué à sortir victorieux de ces épreuves, plus jamais je n’ai échoué. Dès lors, j’ai obtenu la complète CHASTETÉ.

Donc, étant donné que le travail avec la Divine Mère Kundalini m’avait donné un résultat formidable, je me suis dit : « Voilà le système pour désintégrer les Mois ! ». Dès lors, j’ai continué à travailler avec la Divine Mère Kundalini sur différents Mois, c’est-à-dire sur différents agrégats psychiques. Ainsi, j’ai pu vérifier par moi-même, grâce au sens de l’AUTO-OBSERVATION PSYCHOLOGIQUE, comment Elle, elle travaillait, et comment elle désintégrait de façon si extraordinaire, les différents éléments inhumains que nous portons à l’intérieur de nous.

Donc, le chemin pour parvenir à la DÉSINTÉGRATION DE L’EGO S’OBTIENT AVEC LA DIVINE MÈRE KUNDALINI SHAKTI.

Plus tard, dans le temps, je suis arrivé à la conclusion qu’à l’intérieur de nous existe une LUNE PSYCHOLOGIQUE À DEUX FACES : la visible et l’occulte. De même qu’au firmament il existe une lune à deux faces, de même il en existe une à l’intérieur de nous-mêmes, au sens psychologique du terme.

La FACE VISIBLE de la Lune Psychologique est en relation avec les agrégats psychiques ou défauts psychologiques que l’on découvre à première vue. Mais, il y a des défauts psychologiques qui n’apparaissent pas en surface et qu’on ignore soi-même. Ces défauts sont, dirons nous, placés ou situés dans la PARTIE OCCULTE de la Lune Psychologique.

En travaillant avec la Divine Mère Kundalini, sans contact sexuel, je parvins à désintégrer les défauts de la face visible de la Lune Psychologique.

Ensuite, je dus me trouver face à l’INITIATION DE JUDAS (la Passion du Seigneur). En atteignant ces hauteurs, je découvris qu’il y a des défauts psychologiques, des agrégats psychiques si anciens et tellement impossibles à désintégrer, qu’il est nécessaire de faire appel à la « NEUVIÈME SPHÈRE » de descendre dans la Forge Incandescente de Vulcain.

C’est ce que je fis ; je descendis travailler dans la Neuvième Sphère et parvins, grâce à l’Électricité Sexuelle Transcendante (sagement dirigée par la Divine Mère Kundalini), à désintégrer de très nombreux agrégats psychiques dont j’ignorais l’existence. Je les avais, mais je ne croyais pas les avoir ! Et si quelqu’un m’avait dit : « Tu as ce défaut », franchement, je ne l’aurais pas accepté.

C’est vraiment ainsi que je connus tout cela et, comme résultat de ces études, de ces travaux, j’écrivis l’oeuvre intitulée « Le Mystère de la Fleuraison d’Or », puis « la Psychologie Révolutionnaire » et ensuite « La Grande Rébellion ».

Disons que tout ce qu’il faut, c’est s’observer d’instant en instant. Les gens acceptent facilement qu’ils ont un corps physique parce qu’ils peuvent le toucher, parce qu’ils peuvent le voir physiquement ! Mais, nombreux sont ceux qui ne veulent pas comprendre qu’ils ont une psychologie particulière, individuelle. Quand on accepte qu’on a une psychologie, de ce fait, on commence à s’auto-observer ; et quand on commence à s’auto-observer, indiscutablement on devient, pour cette raison, une personne complètement différente.

Grâce à l’AUTO-OBSERVATION PSYCHOLOGIQUE, d’instant en instant, de moment en moment, on découvre ses propres défauts psychologiques. Ceux-ci affleurent spontanément dans les relations sociales, et si nous sommes alertes et vigilants, comme la sentinelle en temps de guerre, alors nous les voyons. Un défaut découvert doit être COMPRIS intégralement dans tous les Niveaux du Mental. On comprend un défaut à travers la technique de la Méditation.

Maintenant, parvenir à la PROFONDE SIGNIFICATION de ce défaut N’EST PAS UNE AFFAIRE DE DÉBUTANTS ; c’est pour des gens qui travaillent sur la partie occulte de la Lune Psychologique.

Contentez-vous de le comprendre et c’est tout ! Une fois compris, alors vous pouvez invoquer Devi Kundalini, votre Divine Mère Cosmique, pour qu’elle le désintègre. Plusieurs séances de travail seront nécessaires à la désintégration de tel ou tel défaut psychologique. Parfois cela demande quelques jours, d’autre fois des mois pour parvenir à la désintégration d’un défaut.

Cela dit, la désintégration est plus facile quand le travail se réalise dans la Neuvième Sphère, parce que le pouvoir de Devi Kundalini est renforcé par l’Électricité Sexuelle Transcendante. Ainsi, un défaut qui demande six mois ou un an de travail, peut être désintégré en un mois, quinze jours, voire une semaine dans la Neuvième Sphère. Là, il faut implorer Devi Kundalini pour qu’elle pulvérise telle ou telle erreur.

Je suis en train de vous parler en me basant sur ma propre expérience psychologique. J’ai beaucoup souffert, pendant trente ans, pour désintégrer, par exemple, les défauts de la partie visible de la lune psychologique. Et j’ai beaucoup souffert, également, en travaillant sur la partie occulte de la lune psychologique. Mais, j’ai réussi !

Au nom de la vérité, je ne possède plus d’agrégats psychiques inhumains ! À présent, c’est l’Être qui parle ici devant vous et rien d’autre que l’Être. Mes pensées ne viennent donc plus du fond d’aucun Moi, parce que je n’ai plus de Mois. Celui qui vous parle, ici, directement, c’est l’Etre et c’est tout…

Eh bien, poursuivons avec les questions, parce que nous devons répondre à toutes. (Pardonnez-moi l’emploi du « eh bien », mais il se trouve que nous sommes sur la terre du « eh bien », ici, à Guadalajara, Jalisco).

Bon, qui veut parler ? Nous prions celui qui veut poser sa question, eh bien, de la poser devant le microphone.

Disciple. Vénérable Maître, depuis exactement 26 ans (je dis que c’est un défaut psychologique créé par mon propre mental), ils se présentent à moi (nous utilisons des moustiquaires car il y a beaucoup de moustiques à Saint-Domingue) et ils me prennent le cerveau ; et je vois beaucoup d’araignées sur la moustiquaire et des oiseaux avec un long bec qui foncent sur moi pour me blesser.

Maître. On ne vous entend pas, frère, nous vous prions de parler très près du microphone.

D. Eh bien oui, cela fait exactement 26 ans, depuis le 30 Mai 1950, qu’a commencé une crise dans mon mental. Chaque fois que je me couchais, mon cerveau se trouvait comme dans un cauchemar, car je voyais, sur la moustiquaire, des araignées velues, n’est ce pas ? Ainsi que des oiseaux avec un long bec qui fonçaient sur moi comme pour me blesser. Il y a deux nuits, exactement, que cela s’est amélioré un peu. Il m’est arrivé la même chose à l’hôtel, où j’ai pu voir qu’un monsieur sortait et essayait de me jeter une chose dans cette oreille (moi je luttais avec lui, c’était un rêve). Je demandais de l’aide à un ami qui était dans un lit près du mien et j’ai vu un monsieur sortir, un singe noir. Pourriez-vous me dire à quoi cela est dû et pourquoi cela revient si souvent ?

M. Bon, frère, c’est avec le plus grand plaisir que nous allons répondre à cette question, bien qu’elle soit de caractère individuel, n’est-ce pas ? J’espère que les prochaines questions seront en relation avec les organisations et la forme de la Gnose dans les Pays des États-Unis, Porto Rico et Saint-Domingue. Mais, nous allons faire une exception et te répondre.

Ces « ARAIGNÉES » sont des agrégats psychiques qui personnifient le SCEPTICISME et le MATÉRIALISME ; en réalité, elles nous indiquent clairement que dans une existence passée tu as été très sceptique ou incrédule, et que même dans cette existence, tu n’es pas aussi croyant qu’on le dit.

Conséquence ou résultat : ces « araignées » horribles, que tu as créées, existent dans ton mental. Quant à ces « vilains oiseaux » de si mauvais augure, ce sont également des créations de ton propre mental, des Mois du scepticisme et du matérialisme.

Dans ton existence actuelle, tu dois désintégrer ces « araignées » et ces « oiseaux » du matérialisme mental. À cet effet, tu dois travailler énormément sur toi-même, te consacrer à travailler avec ta Divine Mère Kundalini, la supplier qu’elle désintègre ces « araignées » et ces « oiseaux » de si mauvais augure.

Tu as produit toi-même ces créations ; elles sont le résultat du scepticisme et du matérialisme. La foi surgira en toi lorsque tu détruiras ces horribles « araignées » et ces épouvantables « vilains oiseaux »…

[…] Bon, mais cette fois ci, ne me posez plus de questions de type purement personnel.

D. Maître Samaël, je voudrais vous poser une question faisant référence à l’ascension de la Kundalini. Si un homme pratique la Magie Sexuelle avec différentes femmes en utilisant le même procédé que s’il pratiquait avec une seule, pourquoi les résultats ne sont-ils pas les mêmes ?

M. Cher Frère, c’est avec le plus grand plaisir que je vais répondre à ta question.

LA KUNDALINI N’EST PAS QUELQUE CHOSE DE MÉCANIQUE ; le Feu Sacré de l’Amour est la Divine Mère Cosmique ! Elle est, en elle-même, Omnisciente, Omni-miséricordieuse et totalement Juste. Il serait donc absurde de supposer, ne serait-ce qu’un seul instant, que notre Mère Kundalini récompenserait l’adultère (comme dans ce cas) parce qu’il est évident qu’elle deviendrait complice du délit. Voilà donc ma réponse.

D. Vénérable Maître Samaël, si une personne trahit son gourou, comment est-il possible que le Feu Sexuel ne monte pas, bien qu’elle travaille correctement avec son épouse et qu’elle accomplisse bien toutes les règles relatives au travail ?

M. C’est avec beaucoup de plaisir que je vais répondre à ta question, ma chère soeur.

La Flamme Sexuelle, la Divine Mère Kundalini Shakti, n’est pas quelque chose de mécanique, je vous le répète ! Elle ne monte qu’avec les mérites du coeur. Si on trahit le Maître, le Gourou, il est clair qu’il n’y a pas de mérite pour l’ascension. La Mère Divine Kundalini NE RÉCOMPENSE JAMAIS LA TRAHISON.

Une fois, j’ai connu le cas d’un Gourou qui instruisait un étudiant. Ce dernier se retourna contre son Maître, il le désavoua. Cependant, il continua à pratiquer le Sahaja Maïthuna avec son Épouse-Prêtresse. Mais, il est clair que le Feu Sacré, au lieu de monter par le canal médullaire, se précipita du coccyx vers le bas, se convertissant en la Queue de Satan, en l’Abominable Organe Kundartigateur. C’est ainsi que cet étudiant échoua catégoriquement et devint un adepte du Tantrisme Noir, un adepte de la « main gauche », un ténébreux.

La Mère Kundalini, je le répète, ne récompense pas la trahison.

D. Maître, dans le milieu des étudiants gnostiques, il y a des préoccupations à propos du Sahaja Maïthuna, mais peu à propos de la dissolution du Moi. Que pouvez-vous nous dire de cela ?

M. C’est avec le plus grand plaisir que je vais répondre à votre question, chère Dame.

Il est certain que le problème de ceux qui ne se préoccupent que de la Magie Sexuelle, en oubliant radicalement la dissolution de l’Ego, est dû au fait qu’ils ignorent totalement le fondement de l’Alchimie Érotique. Un tel fondement se résume ainsi : « SOLVE ET COAGULA » (DISSOUS ET COAGULE). Pendant le Sahaja Maïthuna, il faut travailler à dissoudre l’Ego et à coaguler l’hydrogène Sexuel Si-12 pour la merveilleuse création des Corps Solaires.

Il faut annihiler le moi-même, le soi-même en plein travail érotique sexuel. C’est là même, dans la Neuvième Sphère, durant la transe du couple uni, que l’on doit invoquer, de tout son coeur et de toute son âme, la Divine Mère Kundalini, la prier d’utiliser l’Électricité Transcendante, le pouvoir de la Lance Phallique pour détruire l’Ego, le Moi, le défaut qu’on a compris dans tous les Niveaux du Mental.

Nous ne devons jamais oublier que l’Ego est composé de multiples entités qui personnifient nos erreurs : colère, convoitise, luxure, envie, orgueil, paresse, gourmandise, etc. Tous ces défauts agissent dans les 49 Régions du Subconscient et s’expriment parfaitement, de façon interne, sous forme de MOIS DIABLES. Éliminer de tels défauts reviendrait à éliminer leurs personnifications occultes appelées Mois Diables. Elle, la Divine Mère Kundalini, empoigne la Lance de Longin pour détruire et réduire en cendres le défaut que nous avons compris.

Il faut profiter, je le répète, de la pratique même du MAÏTHUNA POUR ÉLIMINER L’EGO. Celui qui ne se préoccupe que de la jouissance, du plaisir, de l’ascension de la flamme, mais qui ne pense jamais à la dissolution du Moi, finit par se convertir en Hanasmussen à double centre de gravité.

Un hanasmussen est, comme nous l’avons dit de nombreuses fois, un individu ayant deux Personnalités internes : la Blanche, formée par ses véhicules ou Corps Solaires ; la Noire, formée par l’Ego, par le Moi, par le moi-même, par le soi-même.

Ainsi, n’oublions jamais le « Solve et Coagula » : dissoudre les erreurs, les défauts psychologiques pendant le Sahaja Maïthuna et coaguler les Forces merveilleuses du Sexe dans les Véhicules Christiques Solaires. Avez-vous compris, ma chère soeur ?

D. Maître, pour moi c’est un peu confus et je voudrais que vous dissipiez mes doutes, car après vous avoir écouté, il me vient à l’esprit que le plaisir sexuel est mauvais et que la joie érotique, alors, est mauvaise…

M. Mais quand allez-vous me comprendre ? Rappelez-vous que le plaisir sexuel est un plaisir légitime pour l’homme ! LE DÉLICE SEXUEL est paradisiaque ! Ce que je veux, par contre, c’est que vous compreniez qu’un tel délice, qu’un tel plaisir DOIT ÊTRE DIRIGÉ vers l’intérieur et vers le haut, VERS LE DIVIN. Il est nécessaire, il est indispensable d’éliminer tout atome de luxure pendant le coït. Le coït est une forme de prière ; la luxure est son antithèse ; la luxure, je le répète, est un sacrilège !

Pourquoi serions-nous luxurieux ? La Yoni de la femme est symbolisée par le CALICE dans lequel a bu le Christ lors de la Dernière Cène. Le phallus de l’homme est représenté par la LANCE dont s’est servi Longin pour blesser le flanc du Seigneur ; c’est celle qu’utilisa le Parsifal wagnérien pour soigner la blessure au flanc d’Amfortas.

Cette paire de joyaux si symbolique et divine est formidable ; elle représente exactement LE LINGAM-YONI des Mystères Grecs. Pourquoi donc faut-il regarder le sexe avec des yeux de haine ? Pourquoi faut-il avoir de la luxure ? Non, mes frères ! La luxure, sachez-le, est une profanation, un sacrilège. En réalité, la luxure est une profanation semblable à l’homme qui jetterait au sol le Pain et le Vin de la M.G. et ensuite les piétinerait.

Cette sorte d’infâme sacrilège est horrible ; en fait, mes chers frères, celui qui profane le LINGAM-YONI avec ses pensées grossières et luxurieuses est un sacrilège, un ténébreux, un luxurieux.

Jouissez du sexe, oui, mais adressez tout votre échange sexuel à Dieu. Ne pensez pas à la jouissance sexuelle en termes de luxure ; la luxure est un sacrilège. Comprenez-vous ?

D. Comme c’est tellement d’actualité et que c’est en relation avec ce dont vous nous avez parlé, je voudrais vous poser la question suivante : la conscience de ces jeunes « du Mouvement hippie » progresse-t-elle avec les drogues qu’ils utilisent ? Les expériences qu’ils obtiennent sous l’influence des drogues sont-elles semblables à celles obtenues par les Maîtres ?

M. Ta question est intéressante, mon cher frère, et c’est avec le plus grand plaisir que je vais te donner une réponse complète et définitive.

Le MOUVEMENT HIPPIE, comme je l’ai déjà dit, EST POLARISÉ DE MANIÈRE NÉGATIVE AVEC DIONYSOS ; alors que NOUS, LES GNOSTIQUES, SOMMES POLARISÉS DE MANIÈRE POSITIVE. Voilà la différence. Nous autres, nous transmutons les énergies créatrices, nous les sublimons, nous les élevons jusqu’au cerveau, nous les amenons au coeur et à la Conscience. Eux, comme antithèse, ont dégénéré sexuellement, ils se sont voués au PSYCHÉDÉLISME.

Avant tout, pour pouvoir comprendre cela, nous devons donc parler clairement, de manière emphatique et intelligente, de certains aspects intéressants de notre Doctrine. Ce qui touche au « psychédélisme » ou au « psychédélique » est aux antipodes de la Méditation.

Les champignons hallucinogènes, la marijuana, etc., intensifient, à l’évidence, la capacité vibratoire des Pouvoirs Subjectifs ; mais, il est manifeste qu’ils ne pourront jamais provoquer l’Éveil de la Conscience.

La marijuana et les drogues en général portent réellement un grand préjudice aux Rayons Alpha, Bêta et Gamma. Ces rayons se trouvent indubitablement dans chaque atome et quiconque s’est consacré à la Physique Atomique ou à la Physique Nucléaire sait cela.

Cependant, dans chaque noyau atomique, il y a quelque chose qui est bien au-delà des rayons Alpha, Bêta et Gamma ; c’est, disons, un « quelque chose » de type conscientif qui transcende ces rayons.

Si on étudie les rayons Alpha, Bêta et Gamma à l’intérieur des atomes et sous les effets de la marijuana, par exemple, on voit qu’ils entrent en activité, c’est-à-dire qu’il y a une sorte d’explosion de ces rayons à l’intérieur de la cellule vivante cérébrale et ceci a été démontré. La conséquence en est la perte de la mémoire et même la détérioration des réflexes.

Par conséquent, en aucun cas, on ne peut conseiller l’utilisation de la marijuana, ni d’aucun autre type de drogue.

Apparemment, cette drogue que nous venons de citer est considérée comme étant « magnifique » pour l’éveil de la Conscience Objective ; mais vous devez tenir compte du fait que les drogues, de par leurs effets, ont des résultats très semblables à ceux de l’Abominable Organe Kundartigateur !

Indubitablement, les Ténébreux qui ont développé cet « Organe » (qui se trouve précisément dans le coccyx), ont un profil psychologique très semblable à ceux qui utilisent des drogues. C’est pour cette raison que Madame Blavatsky a dit que certains Mages Noirs du Tibet se sentent « super-illuminés ».

Il est certain que si nous confrontions ou mettions face à face les Adeptes de la FRATERNITÉ UNIVERSELLE BLANCHE et les Adeptes de la Main Gauche du Tibet Oriental, comme conséquence ou corollaire, nous pourrions dire que, des deux côtés, ils se sentent illuminés. Néanmoins, il est évident que seuls les Adeptes de la Fraternité Blanche ont atteint une Conscience Objective.

Franchement, il n’existe pas de base permettant aux hippies de croire que c’est ainsi qu’on obtient l’illumination (objective). Cependant, les partisans de la Fraternité ténébreuse du Monde Occidental, se sentent (comme ceux d’Orient) complètement « illuminés ».

Le fait est que les Ténèbres ressemblent beaucoup à la Lumière (bien que ceux de la Main Gauche connaissent seulement l’aspect purement ténébreux de la question) et c’est pourquoi il est facile, à quiconque, de s’égarer ou de tomber, bien que ce soit – au niveau conceptuel – une erreur.

Celui qui parvient à l’ILLUMINATION OBJECTIVE, celui qui a atteint l’Extase, le Samadhi, possède en abondance des données transcendantales sur la réalité des choses, non pas comme elles semblent être, mais comme elles sont dans leur essence.

Cependant, ceux qui sont sous l’effet de drogues, ceux qui sont, pendant un instant, sous l’effet de la marijuana, se croient, disons, lucides ; ils croient se trouver dans la lumière, ils croient qu’ils ont atteint la Conscience Objective. Mais en réalité, ils se mettent (avec les drogues) en relation, non pas avec les Vérités Cosmiques, mais plutôt, dirons-nous, avec le revers de la médaille, c’est-à-dire l’envers de la Science Pure !

La perception des ombres, sous quelque forme que ce soit, même si c’est par analogie ou similitude, est en relation avec les aspects du Monde Réel. Il est clair que, pour cette raison, nombreux sont ceux qui supposent être illuminés ! Mais, il n’est pas superflu de répéter, sur ce point, avec Dante Alighieri et sa « Divine Comédie », que « LES TÉNÈBRES SONT LE DÉGUISEMENT DE LA LUMIÈRE ».

Indiscutablement, là où la Lumière resplendit le plus clairement, les Ténèbres deviennent aussi plus épaisses. Face à un Temple de Lumière existe également un Temple de Ténèbres.

Ainsi donc, mon cher frère, ce que l’on perçoit avec la marijuana et les champignons hallucinogènes est le revers de la médaille, c’est-à-dire l’autre face du Réel. La Vérité aussi, je le répète, se déguise en Ténèbres.

Quand on n’a pas cette expérience suprasensible, quand on n’est pas véritablement parvenu à l’Illumination Transcendante, il est clair qu’on peut confondre les expériences supra-sensibles avec celles de l’abominable Organe Kundartigateur ou avec celles de la marijuana ou des champignons, etc. On peut confondre tout cela avec le Samadhi ou l’Extase Mystique qu’avaient obtenus autrefois des hommes tels que Raymond Lulle, Nicolas Flamel, Sandivogius et beaucoup d’autres grands anachorètes, alchimistes et illuminés.

Donc, je ne veux en aucune manière essayer de critiquer les hippies ; je suis uniquement en train d’essayer d’expliquer le fait que lorsqu’on a pas d’expérience dans le domaine de l’Objectivité Transcendante, on peut (sous l’effet de la marijuana ou de champignons) confondre les Ténèbres avec la Lumière et c’est tout.