Écrit par Samael Aun Weor          Catégorie: Médecine Ésotérique et Magie Pratique

L’heure des grandes décisions est arrivée et il n’y a pas de temps à perdre. Nous assistons à ces instants instant à l’agonie de cette race délabrée et dégénérée.

Le monde s’est couvert d’une obscurité terrifiante. Des hurlements douloureux s’échappent de l’abîme caverneux.

La tempête de l’exclusivité a éclaté et le rayon de la justice brille terriblement dans l’auguste immensité de la pensée.

La grande «prostituée» (l’humanité) a été condamnée par les Dieux ineffables et elle tombe maintenant dans l’abîme insondable.

L’Antéchrist, ou science officielle, vêtu de pourpre, est assis sur un trône de blasphèmes et, comme une vénérable hyène, dévore des êtres humains sans pitié et sans repos.

L’heure des grandes décisions est arrivée. Dans des lignes compactes et abondantes de lumière et de gloire, les héros vénérés de la sagesse sont prêts à mener la bataille finale contre les faux apôtres de la médecine.

Les forces fanatisées de la science officielle ont été divisées en d’innombrables sectes qui se combattent mutuellement. Les lieux de sépulture qui conservent les restes sacrés de parents bien-aimés sont les seuls témoins muets de cette querelle.

La grande « prostitué » (l’humanité) a été mortellement blessée. Un souffle de guerre s’échappe du fond de l’abîme; c’est un présage de disgrâce. La science officielle de l’allopathie (qui a fait la satire de Molière à Bernard Shaw) s’est déclarée infaillible et ses faux pontifes persécutent les Apôtres de Dieu…

L’heure des grandes déterminations est arrivée car les innombrables sectes médicales fanatisées par leurs dirigeants exclusivistes sont engagées dans une lutte à mort désespérée et déshonorante.

Le champ de bataille est rempli de drapeaux. Psychiatres, allopathes, homéopathes, botanistes, naturalistes et biochimistes sont au combat. Ils se repoussent sur ce champ désolé du via crucis humain.

Le fameux Syphilographon de Wassermann a-t-il résolu le problème de la syphilis? Quels résultats spécifiques les systèmes de Pneipp, Kilez et Kune ont-ils obtenus dans le domaine de la médecine pour ce grand orphelin (l’humanité)? Le problème de la lèpre ou de la tuberculose a-t-il au moins été résolu?

Que s’est-il passé avec les expériences de Haneman et Schussler? Peut-être ces expériences ont-elles guéri le typhus et la variole chez l’homme?

Et vous, botanistes naïfs, qui avez profané le règne végétal en le convertissant en produits de pharmacie? Avez-vous réussi à décimer les maladies de l’humanité?

Botanistes obstinés, charlatans et trompeurs ignorants, comment se fait-il que vous assassiniez les plantes médicinales pour soigner avec leurs restes!

Ne vous rendez-vous pas compte que les plantes sont les corps physiques des créatures élémentales de la Nature? Ne comprenez-vous pas qu’aucun cadavre végétal ou animal ne peut guérir? Croyez-vous que la vie peut être animée par des substances mortes?

Vous ne savez pas, chercheur en botanique, que ce n’est pas la plante qui guérit, mais que l’élémental de la plante qui le fait, et que chaque plante est le corps physique d’une créature de la Nature?

Écoutez-moi, vous n’avez jusqu’à présent fait que profaner des plantes ainsi que des cadavres d’animaux et d’êtres humains! Alors dis-moi, lequel d’entre vous sait commander la vie? Lequel de vous, botanistes, vivisectionnistes des plantes, connaît en profondeur l’occultisme des plantes? Lequel d’entre vous sait comment manipuler les élémentaux des plantes?

Tout simplement, chaque organisme végétal est le corps d’un élémental de la Nature. Par conséquent, ce n’est pas la plante qui guérit. C’est l’élémental de la plante, ses mantras et la guérison qui est effectuée sans cesse qui guérit.

Quiconque veut officier dans le grand temple de la sagesse doit savoir commander les créatures élémentales des plantes. Celui qui veut commander la vie doit faire la même chose.

L’élémental d’une plante réagit furieusement contre l’herboriste qui déchire son corps physique. Par conséquent, cet élémental blessé non seulement ne guérit pas, mais encore, il nuit, car la vitalité de la plante est altérée psychologiquement par la colère ou par la terreur qui lui est infligée.

L’élémental de chaque plante a son propre rituel, ses mantras et ses heures afin de se livrer au médecin qui sait le commander avec amour et l’imposer avec tendresse.

L’éminent Maître Paracelse a exprimé dans son Fundamento Sapientia ce qui suit:

« Il y a deux types de connaissances. Il y a une science et une sagesse médicale. La compréhension animale appartient à l’homme animal, mais la compréhension des mystères divins appartient à l’Esprit de Dieu à l’intérieur de lui. »

Alors que la science médicale invente des médicaments certifiés qui changent sans cesse aussi rapidement que la mode féminine, il existe une très ancienne sagesse médicale qui tire son origine des fondements du monde et qui n’a jamais changé de formule.

La sagesse divine est préservée dans des sanctuaires éloignés de cette fausse civilisation matérialiste. Cette sagesse médicale est gardée avec zèle par les Maîtres de la sagesse dans des lieux secrets inaccessibles aux «marchands du temple».

Cette sagesse médicale archaïque peut guérir (avec des formules exactes) toutes les maladies, même celles dites incurables. La lèpre, la syphilis et le cancer deviennent aussi insignifiants qu’un jeu d’enfant devant l’énorme pouvoir du médecin Gnostique qui commande la vie.

La « Gnose » est le nom de cette ancienne sagesse médicale qui, depuis l’aube de la création, n’a jamais changé de formule, car ces formules sont exactes comme les comprimés de Pythagore. Dans ces formules, la science, le mysticisme et l’art royal sont en communion au sein d’un connubial divin.

Ces formules sont fondées sur l’Élémentothérapie, «art royal» de la Nature, qui nous apprend à manipuler les créatures élémentales des plantes. Ces élémentaux étaient connus dans l’Antiquité sous des noms tels que Dryads, Hamadryads et Faunes.

Ces élémentaux de plantes, commandés par le médecin Gnostique, sont les «Dussi» de Saint Augustin, les «Fées» du Moyen Âge, le «Doire Oigh» des Gaels, le «Bosquet et Demoiselles» des Irlandais et le « Anime » des sages frères Gnostiques qui sont nos frères Indiens de la Sierra Nevada de Santa Marta (Colombie).

L’éminent Maître Paracelse donne le nom de «Sylvestres» aux élémentaux des forêts et de «Nymphes» à ceux des plantes aquatiques. La symbologie sacrée des plantes est largement exposée dans les livres sacrés de toutes les religions antiques. Il nous suffit de nous souvenir de l’Arbre de la Science du Bien et du Mal tiré du Jardin d’Eden, qui est un formidable symbole de la force sexuelle au sein de laquelle se trouve la rédemption ou la condamnation de l’être humain.

L’arbre Sephirotique de la Kabbale et l’Aswatta ou figuier sacré sont des symboles de la sagesse divine. Zoroastre représentait le système nerveux et le système liquide des êtres humains par «Haona» des Mazdéistes. Les autres symboles sont le «Kumbum» du Tibet et le «Yggdrasil», le chêne Pheredydes des anciens Celtes.

Toutes les religions antiques décrivent leurs fondateurs en train d’acquérir la sagesse sous un arbre. C’est ainsi que nous voyons le grand Gautama, le Bouddha Amitabha, qui vit toujours dans l’Inde antique et s’illumine sous l’arbre de Bodhi.

Le Christ est une exception à cette règle, car le Christ est la sagesse même. Il est le Logos Solaire dont le corps physique est le Soleil. Ainsi, le Christ marche avec son Soleil de la même manière que les âmes humaines marchent avec leurs corps de chair et d’os. Le Christ est la lumière du Soleil. Par conséquent, la lumière du Soleil est la lumière du Christ.

La lumière du Soleil est une substance Christonique qui fait pousser les plantes et fait germer les graines. Ainsi, dans la dureté compacte du grain, la substance du Logos Solaire reste enfermée, et c’est ce qui permet à la plante de se reproduire constamment avec cette vie glorieuse, robuste et active.

Le folklore, l’histoire de la magie et de la sorcellerie, les récits avérés d’assassinats par sorcellerie et de morts sur de vastes distances ne sont possibles qu’en commandant l’élémental des plantes.

Les guérisons miraculeuses à une distance dont parlent les livres sacrés sont effectuées par le médecin Gnostique à l’aide des élémentaux de plantes.

Cette science que je baptise sous le nom d’Élémentothérapie, «l’art royal» de la sagesse médicale, est aussi ancienne que le monde. On ne peut pas être médecin sans être magicien, ni être magicien sans être médecin.

L’herboriste et le médecin allopathe sont identiques en ce sens qu’ils étudient uniquement le corps physique des êtres vivants.

Le docteur Gnostique étudie l’être humain et la plante dans leur triple aspect corps, âme et esprit.

Le médecin Gnostique traite les plantes de la même manière qu’il traite les êtres humains. Les thérapies Gnostiques sont mystiques, symboliques et alchimiques.

Il y a deux types d’Anges: les Anges innocents et les Anges vertueux. Les Anges innocents sont les élémentaux des plantes et les Anges vertueux sont de parfaits êtres humains.

Dans la glorieuse Inde des «Rishis», il n’y a pas une ville qui manque d’un arbre magique dont le «génie élémental» la population rend un culte. Les traditions Helléniques soutiennent que chaque jungle a son propre «génie» et chaque arbre sa «nymphe».

Il n’est pas rare de voir des arbres sacrés sur les Nilgiris qui portent sur leurs troncs des graphiques qui sont des figures secrètes en vermillon et en bleu, et à leur pied des pierres peintes en rouge.

Ces arbres sacrés sont des lieux de sacrifices et de prières. On y trouve des restes d’animaux, ainsi que des mèches de cheveux offertes par les malades et les possédés, en guise d’action de grâce au génie élémental qui les a guéri. Les génies élémentaux de ces arbres sont nommés «mounispouranmes» par ces personnes.

Communément, ces arbres appartiennent à la famille des ilex. Parfois, ces arbres appartiennent à la famille du «cinname» sauvage, ainsi qu’à la famille connue sous le nom de «eugenie». Des témoignages intéressants de certains mages apparaissent dans le livre original de E. Boscowits. Ils affirment ce que les tribus indigènes d’Amérique ont su tout au long de millions d’années, c’est-à-dire que les plantes ont une âme, une vie et une sensibilité semblables à celles des êtres humains.

Erasmus Darwin, dans son livre Botanical Garden, affirme que la plante a une âme. Nous devons nous rappeler qu’avant que les fausses lumières de cette civilisation moderne n’apparaissent dans ce monde, des hommes aussi éminents que Démocrite, Anaxagore et Empédocle soutenaient la même thèse.

Dans des époques plus récentes, certains soutiennent que les mouvements des racines sont volontaires.

Vrolik, Hedwig, Bonnet, Ludwig et F. Ed. Smith affirme que la plante est sensible à diverses sensations et qu’elle connaît le bonheur. Enfin, le sage Theodorus Fechner a écrit un livre intitulé Nanna Oder Uber Das Lenleben der Pflansen dans lequel il prouve suffisamment que les plantes ont une âme.

Ce qui nous pousse, nous les Gnostiques, à la compassion, c’est que cette affirmation concernant l’âme des plantes n’entre dans l’esprit de ces scientifiques (comme une toute nouvelle thèse) que maintenant. Le Gnosticisme le sait depuis la naissance même du monde et il est connu de tout humble et simple Indien de la Sierra Nevada de Santa Marta (Colombie).

La plante noueuse est joyeuse et déplace ses branches quand le sage qui sait l’aimer s’approche de celle-ci. Le coquelicot du jardin, le pavot à opium, retire ses feuilles et devient léthargique plusieurs fois avant d’être touché par le médecin Gnostique.

L’élémental de la plante est joyeux lorsque nous l’aimons et il est rempli de douleur lorsque nous le blessons. L’organisme physique des élémentaux de la Nature est analogue à celui de l’homme.

La respiration des plantes est réalisée au moyen des trachées de Malpighi, composées d’une bande cellulaire enroulée dans une spirale, dotée de contraction et de dilatation.

Selon les expériences scientifiques de Calandrini, Duhamel et Papin, l’air est le seul fondement de la vie de cette plante. Bertholon a soutenu que l’activité de l’air dans la sève de la plante est une action analogue à celle qui se produit dans notre sang.

Les expériences d’Ingenhus, Mohi, Garren, Hales et Theodorous de Saussere ont prouvé scientifiquement que la face inférieure des feuilles est remplie de minuscules bouches ressemblant à un estomac. Ce sont les organes pour une telle respiration.

Les plantes inhalent de l’anhydride carbonique et exhalent de l’oxygène. Leurs racines servent d’estomac et elles émulsifient les éléments de la terre avec leur semen en les transformant en «Arcanes» ineffables de la substance de Dieu.

Ces «Arcanes» sont les instruments que les élémentaux des plantes utilisent pour soigner le malade. Cependant, cela ne se produit que lorsque le médecin Gnostique a rempli les trois conditions indispensables, à savoir: l’amour pour Dieu et pour le prochain, le rituel parfait et le diagnostic exact.

L’Élémentothérapie enseigne au médecin Gnostique comment contrôler les élémentaux des plantes. L’Élémentothérapie est la sagesse qui permet au médecin Gnostique de commander la vie.

Jusqu’à présent, les botanistes manœuvraient les formes, mais pas la vie même des plantes. En effet, la vie des plantes ne peut être gérée que par le médecin Gnostique ayant étudié l’Élémentothérapie.

Les botanistes sont les vivisectionnistes des plantes, les profanes et les profanateurs du temple de la Nature.

Les allopathes ne connaissent que superficiellement la biomécanique des phénomènes organiques mais, en ce qui concerne le fondement vital, ils ne savent rien.

Les allopathes ainsi que les botanistes sont habiles à manipuler les formes cadavéreuses. Du point de vue physiologique ou pathologique, nous pouvons affirmer avec justesse que les allopathes sont les vivisectionnistes d’animaux et d’êtres humains.

Les homéopathes, les biochimistes et leurs semblables ne sont que les enfants prodigues de la botanique et de l’allopathie.

L’heure des grandes décisions est arrivée et il n’y a pas de temps à perdre. Chasser les marchands du temple avec le fouet de la volonté, voilà ce qui concerne les humains divinisés!

L’heure à laquelle nous devons nous libérer de tous les liens sociaux (écoles et sectes, religions et dogmes) est arrivée afin de retourner avec bonheur dans le temple de la Nature!

Nous devons nous révolutionner contre tous les types de Théosophie, de Rosicrucianisme pompeux et de Spiritualisme fanatique. Nous devons brûler le veau d’or (argent), abandonner les villes et retourner dans le sein de la Nature!

Lorsque l’être humain rentrera dans le sein de sa «Mère» (Nature), elle lui donnera du pain, un abri et de la sagesse. Elle (Nature) lui donnera ce qu’aucun leader de la duperie politique ne peut lui donner: pain, abri et sagesse.

Nous devons maintenant revenir au sublime mysticisme cosmique de la Bénie Mère du monde.

L’heure à laquelle nous devons officier dans le temple de la Déesse Mère du monde est arrivée. Ainsi, nous le ferons avec la même sagesse que l’être humain connaissait dans l’antique «Arcadie», alors qu’il n’avait pas encore à se piéger dans cette vie urbaine.

Nous appellerons la sagesse médicale archaïque Élementotherapie. C’est la sagesse des médecins Gnostiques.

« Ces types de médecins (les Gnostiques) sont appelés «spirituels» car ils peuvent commander les esprits des herbes et des racines. Ainsi, ils (les médecins Gnostiques) forcent les esprits à donner la liberté aux personnes malades qu’ils ont emprisonnées. Tout comme le juge qui place un prisonnier dans le piège de fer, ce juge est le médecin de ce prisonnier, car ayant les clés du piège, il peut fermer et ouvrir la serrure à tout moment qui lui convient. Hippocrate fait partie de ceux qui appartenaient à cette classe de médecins. » – Paracelsus, Parami-prologo III

L’illustre Gnostique Allemand Dr. Franz Hartmann a déclaré:

« Le vrai médecin n’est pas le résultat d’écoles scientifiques, mais celui qui est devenu médecin à la lumière de la sagesse divine lui-même. »

Vous, théologues, qui ne savent rien de Dieu! Vous, médecins, qui ignorez la science médicale! Vous, anthropologues, vous ne connaissez pas la nature humaine dans toutes ses manifestations! Vous, avocats, qui n’avez aucun sentiment pour la droiture ou pour la justice! Vous, Chrétiens, qui trahissez le Maître à chaque instant! Vous, juges, qui n’avez jamais jugé vos propres vices et défauts! Vous, Gouverneurs, qui n’avez pas appris à gouverner vos passions inférieures! Vous, prêtres, qui exploitez les sectes fanatiques du monde! Vous, commerçants, qui n’avez pas de respect, pas même pour le «pain» que Mère Nature donne à ses enfants! Écoutez, vous avez tout prostitué avec votre argent sale!

Malheur à vous et à vos enfants! Malheur aux habitants de la terre, car ils tomberont au couteau sur les trottoirs de toutes les villes et, dans l’obscurité de l’Abîme, ils n’entendront que les lamentations douloureuses et les grincements de dents!

La médecine officielle a exploité la douleur humaine. Lorsque l’être humain s’est séparé de la Nature pour s’emprisonner dans cette vie urbaine, il est tombé entre les mains des forces ténébreuses. Ainsi, il a appris la «fausse science» des magiciens des ténèbres. C’était alors qu’il connaissait la douleur. Maintenant, l’être humain doit retourner au sein de la Nature afin de récupérer les positions perdues.

Chaque élémental de la Nature représente certains pouvoirs de la bénie Déesse Mère du monde. Ainsi, quiconque sait manipuler les pouvoirs de la Nature qui sont enfermés dans chaque herbe, dans chaque racine et chaque arbre, est le seul à pouvoir être un véritable magicien et médecin.

La pensée est une grande force, mais tout est double dans la création. Ainsi, si nous voulons rendre perceptible toute intention occulte, un instrument physique qui sert de vêtement à cette idée est nécessaire. Cet instrument est la plante qui correspond à notre intention. Seul celui qui connaît le secret de la maîtrise des élémentaux des plantes peut être un magicien.

L’utilisation du magnétisme animal, la transmission de la vie (mumia), la transplantation de maladies et d’autres choses analogues décrites avec sagesse par Paracelse, Cornelius, Agrippa, ne sont possibles que pour le médecin Gnostique qui sait manipuler les créatures élémentales des plantes.

La transmission de la pensée devient facile quand on agit à travers les élémentaux des plantes. Comme nous l’avons déjà indiqué, tout dans la Nature est double.

Les systèmes très connus de Marden, Atkinson, Mesmer, Paul Jagot et les écoles pseudo-spiritualistes n’enseigneront jamais à l’homme le bon usage de la force de la pensée, parce que la force et les forces sont très étroitement liées à la création.

Chaque vague mentale a son exposant dans une plante. Pour que les ondes mentales se cristallisent, il faut les restituer avec les pouvoirs occultes de la plante qui lui correspond.

Il n’y a rien dans l’univers qui ne soit double. Si les athlètes de concentration de la pensée ne savent pas comment combiner leurs ondes mentales avec les pouvoirs de la Nature (qui sont enfermés dans les plantes), ils perdront alors leur temps misérablement.

Bien que l’être humain ne retourne pas dans le sein de la Nature, ses pensées, ainsi que sa vie, seront toujours totalement superficielles et artificielles et, par conséquent, négatives et iniques.

L’être humain doit abandonner ses fausses idoles et temples de la vie urbaine et retourner dans le sein de la bénie Déesse Mère du monde. Elle vous donnera la lumière, la sagesse, le pouvoir et la gloire.

Les enfants prodigues retourneront dans les temples de la Nature lorsqu’ils abandonneront leur vie urbaine et reviendront dans le sein de la Déesse Nature.

Les temples de la Déesse Mère du monde, situés dans les gorges des montagnes et des vallées profondes, n’attendent que l’être humain frappe à la porte pour l’accueillir et lui accorder amour et sagesse, pain et abri. Ce sont les commandements du Béni du Ciel.

Jusque-là, chers disciples, vous n’avez entendu que des commentaires sur le Tibet Oriental et sur les Saints Maîtres qui y habitent. Franz Hartmann nous commente les Maîtres du temple occulte de Bohême et Krumm-Heller (Huiracocha) commente au sujet du temple de Monserrat en Espagne et le temple de Chapultepec au Mexique.

Mais, notre Amérique du Sud bien-aimée a aussi ses temples majestueux, même si personne n’en a parlé. Ce sont les temples de la Déesse Nature, ce sont les temples des mystères sacrés du Rayon Maya.

Jusqu’à présent, vous n’avez entendu que des commentaires sur les Maîtres Asiatiques et Européens. De nombreux étudiants spiritualistes souhaiteraient progresser intérieurement, mais ils ne le peuvent pas car ils n’ont pas trouvé le Chemin qui leur appartient, ainsi que leur Rayon et leur propre note clé, qui doivent être conformes à leur sang et à leur psyché. Il ne faut pas oublier qu’en Amérique du Sud, le sang de l’indien Américain prédomine sur tout. Ainsi, il y a des millions d’êtres humains appartenant au Rayon Maya.

Je vais parler des Maîtres du Rayon Maya; Je vais dévoiler pour la première fois le voile qui les cache.

  • Kalusuanga – le Dieu primitif de la lumière, le grand Maître du Soleil, possède un entrepôt de sagesse ésotérique dans le temple de «Buritaca», siège de l’antique sagesse (côte Atlantique).
  • Kunchuvito Muya – un Dieu puissant.
  • Nuestro Seyancua
  • Nuestro Padre Seukul
  • «Mama» Kaso Biscunde
  • «Mama» Batunare
  • La “Saga” Maria Pastora – une femme Maîtresse de la Sagesse.
  • Le Dieu Kuinmagua – Ce Maître est le Dieu des tempêtes, qui a pouvoir au fil des saisons – printemps, été, automne et hiver.
  • Le Dieu Temblor – est un enfant innocent qui fait trembler la terre et dont le nom parle de lui-même [temblor signifie «trembler» en Espagnol].

Ces Maîtres de la vénérable Loge Blanche du Rayon Maya sont les gardiens silencieux de l’Amérique Latine.

La chaîne de montagnes de la Sierra Nevada de Santa Marta (Colombie) est un autre Tibet puissant et très ancien.

Kalusuanga, le Dieu primitif de la lumière, admettra avec joie dans ses Mystères les âmes assoiffées du Rayon Maya. La clé pour entrer dans le temple de Kalusuanga, le Maître Indien Maya, est la suivante:

Le disciple s’assoira sur une chaise devant une table. Il posera ses coudes sur la table et se tiendra la tête avec la main gauche. Pendant ce temps, il effectuera des passes magnétiques en passant sa main droite sur sa tête du front au cou, dans le but de se magnétiser. Ainsi, avec force, il poussera (avec les passes magnétiques) son Corps Astral vers l’extérieur, vers le temple de «Buritaca», qui est le siège de l’antique sagesse du Rayon Maya.

Le disciple unira sa volonté et son imagination dans une harmonie vibrante et s’efforcera de s’endormir. Tout en utilisant sa volonté et son imagination, il doit se sentir comme s’il était dans le temple de «Buritaca» avec son corps de chair et d’os.

Il doit prononcer mentalement les mantras ou mots magiques suivants:

Omnis Baun Igneous

Ces mots sont prononcés successivement, prolongeant le son des voyelles jusqu’à s’endormir.

Après avoir pratiqué pendant un certain temps, le disciple «sortira» de son corps physique avec son Corps Astral et Kalusuanga, le sublime Maître du Rayon Maya, l’instruira de ses mystères et lui enseignera la sagesse médicale.

Kalusuanga teste tout d’abord le courage de l’invocateur. Il apparaît gigantesque et terrible pour tester le disciple. Si le disciple est courageux, il sera instruit dans la science sacrée des «mamas».

Les médecins Gnostiques de la Sierra Nevada de Santa Marta guérissent la syphilis en quinze jours. Ils guérissent le dernier degré de la lèpre en neuf mois. Ils guérissent la tuberculose en quinze jours.

Il n’existe aucune maladie que les «mamas» Arhuacos ne puissent guérir; ils se moquent donc de la science des civilisés de ce XXe siècle.

Les «mamas» affirment que pour que cette civilisation moderne atteigne le degré de leur culture (Maya), il faudrait des centaines d’années.

Sur les sommets couverts de glace de la Sierra Nevada de Santa Marta, vit un puissant sage initié dont l’âge est vraiment indescriptible. Ce grand illuminé est le « président Mama » du gouvernement des Indiens Arhuaco.

Ce « président Mama » a tout pouvoir sur la création. Il est profondément vénéré par tous les Indiens de toute la Sierra Nevada. En sa possession se trouve un cristal octaèdre sur un trépied, qui reflète les images de toutes les personnes qui marchent pour rencontrer ce vénérable Ancien, si distant soit-il.

Les «mamas» diagnostiquent les maladies en plaçant une sphère de verre sur le cou du patient. De cette manière, ils examinent l’intérieur de l’organisme mieux que s’ils utilisaient des rayons X. Ils sourient avec dédain aux mécanismes compliqués de la science médicale officielle.

Ils diagnostiquent la maladie d’une personne malade simplement en plaçant la sphère de verre sur les vêtements de la personne malade, même si le patient peut se trouver à plusieurs kilomètres de distance. Est-ce que l’un des scientifiques modernes peut le faire? Comme ce serait intéressant si quelqu’un retardait ses études universitaires en faisant un effort pour étudier la «médecine Maya» dans la Sierra Nevada de Santa Marta (Colombie).

Les « trompeurs » sont le résultat de l’intellectualisme sans spiritualité et ces individus ont été et sont la honte de ce monde.

Les médecins Indiens guérissent et beaucoup de leurs guérisons sont instantanées, car ils savent comment gérer correctement les élémentaux depuis des temps très anciens.

Il y a également des temples de lumière à Taganga et à Gaira (côte Atlantique de la Colombie). Les grands initiés du Rayon Maya habitent dans tous ces temples occultes. Le temple majestueux de la Sierra Nevada de Santa Marta est le sanctuaire auguste des grands initiés de «la Sierra».

Ces temples sont à l’état djinn, c’est-à-dire dans la quatrième dimension. Ce sont les grandes cathédrales de la Nature où résident les grands sages du «serpent».

La clé pour voyager dans le Corps Astral sous la forme déjà décrite est donnée grâce à Kalusuanga, le Dieu puissant, enfant des sept mers rouges et des sept rayons du Soleil.

Lorsque les disciples pratiquent la clé, ils sortiront de leur corps physique chaque fois qu’ils le souhaitent. Ainsi, ils assisteront aux temples du Rayon Maya dans leur Corps Astral afin de recevoir des instructions de sagesse médicale.

Les hauts Initiés « Mama » communiquent avec les Mahatmas du Tibet et ils connaissent les plantes de l’Inde Orientale en profondeur.

Le président des Indiens Arhuaco s’immerge dans un mystérieux récipient rempli d’une liqueur rare; puis, quand il en sort, son corps physique est déjà dans le plan astral. Ainsi, en quelques instants, il se transporte, avec son corps physique et tout le reste, où il veut.

Néanmoins, ces sages Indiens sont extrêmement silencieux et humbles. Par conséquent, aucune personne «civilisée» n’atteindra jamais ses secrets, à moins qu’elle ne devienne digne et mérite d’être reçue en tant que disciple.

Je tiens à remercier dans ce livre les excellentes données que Dionisito de la Cruz a eu la bonne action de me fournir pour mes investigations sur la Sierra Nevada. Il est résident de la «Finca Tierra Grata», située à vingt kilomètres de «Fundacion».

Je dois également remercier un Indien de l’État de Bolivar en Colombie pour les données qu’il a fournie pour ce livre. Les données étaient magnifiques.

Je présente également mes remerciements au Maître Paracelse, qui a inspecté et corrigé l’exemplaire original de ce livre, dans le but de lui permettre d’accomplir la mission solennelle qui lui a été confiée dans le futur Age du Verseau.

Je remercie également le Maître Kalusuanga pour sa merveilleuse clé, qui permettra notamment à ces disciples Latino-Américains de sang autochtone de se mettre en contact avec les temples des mystères du Rayon Maya.

Il y a des régions du territoire Colombien où le sang autochtone est extrêmement riche, dans l’État de Bocaya, par exemple.

Les disciples dont le sang est nettement «Indien» pourraient apprendre à partir dans leur Corps Astral avec la clé du Maître Kalusuanga et à recevoir une instruction ésotérique dans les temples du Rayon Maya, qui est le rayon natif de l’Amérique.

Je remercie également les Maîtres Morya, Kout Humi, Hippocrates et d’autres, pour leur coopération dans le cadre de cette mission solennelle qui m’a été confiée.

De même, je remercie mon saint Gourou dont le nom sacré ne doit pas être prononcé.

Moi, Samael Aun Weor, le Maître des Mystères Égyptiens, suis le grand Avatar du Verseau, l’initiateur de la nouvelle ère, le Maître de la Force.

L’heure des grandes décisions est arrivée et il n’y a pas de temps à perdre. Nous assistons à ces instants d’agonie de cette race délabrée et dégénérée.

Le moment est venu pour nous de saisir l’épée de la justice pour démasquer les traîtres et déconcentrer les tyrans.

Ce chapitre est tiré de Médecine Ésotérique et Magie Pratique (1978) par Samael Aun Weor. Les éditions imprimée et numérique de Glorian Publishing (une organisation à but non lucratif) sont illustrées pour vous aider à comprendre et comprennent des fonctionnalités telles qu’un glossaire et un index. Achetez le livre, et vous-même et les autres en bénéficierez.

Avant-propos au Lecteur