Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Il est nécessaire de comprendre profondément tous les processus du mental, toutes les réactions, le surplus psychologique qu’il accumule, etc. Ce n’est que de cette manière que la flamme ardente de l’intelligence jaillit en nous…

Bien, mes chers amis, nous avons étudié les différents aspects du mental et ensuite nous continuerons, en approfondissant le domaine pratique de l’amour, des faits intéressants dans l’élimination des agrégats psychologiques. C’est très difficile. Néanmoins, ce n’est pas tout, il y a autre chose que nous devons surveiller. Je me réfère emphatiquement aux représentations mentales. Car dans le monde des sens il y a des représentations difficiles telles qu’elles sont, les objets qui nous entourent, les remords, etc. mais les représentations du mental existent aussi.

Dans le mental, il y a de nombreuses représentations dont nous devons tenir compte. Supposons que nous ayons la représentation d’un ami pour qui nous avons beaucoup d’estime. Quelqu’un de très important nous parle de cet ami, et toutes sortes de commérages et de calomnies surviennent. Nous entendons tous ces potins. Ensuite, en fait, l’image que nous avons de notre ami, la représentation, devient altérée. Maintenant, nous ne la voyons pas comme la personne aimable que nous avons vue auparavant, pleine d’harmonie, etc. Or cette image dans notre compréhension est l’apparence que les autres lui ont donnée; peut-être celle du bandit, celle du voleur, celle du faux ami, etc.

La nuit, peut-être que nous rêvons de cet ami. Maintenant, nous ne rêverons nullement avec harmonie; nous voyons qu’elle nous attaque, nous voyons que nous l’attaquons, nous rêvons qu’elle utilise une arme contre nous, etc. L’image de notre amie est complètement altérée: une représentation a été altérée. Il se peut que ceux qui ont parlé de notre ami le jugent incorrectement, consciemment ou inconsciemment, etc., mais la représentation du mental reste altérée. C’est très grave parce que cette représentation, en fait, se couvre d’un démon qui vient entraver notre avancement ésotérique. C’est un démon qui se met sur notre chemin, un démon qui est un obstacle à notre développement intérieur profond. C’est donc une grave erreur: donner l’oreille aux potins, aux calomnies, aux murmures, aux « ils disent cela », etc.

Évidemment, dans notre mental, il y a des milliers de représentations qui peuvent être modifiées si nous participons à des conversations négatives, si nous prêtons l’oreille à la calomnie, si nous entendons que « ils disent cela », etc. En raison de tout cela et d’autres choses, il n’est pas conseillé de prêter l’oreille aux paroles négatives des gens; le faire est une grave erreur. De plus, non seulement nos agrégats psychologiques constituent un fardeau que nous portons à l’intérieur, mais aussi les représentations vivantes de nos défauts psychologiques. Par conséquent, nous ne devons pas oublier cette question de la représentation de notre entendement.

Marcheurs du chemin, pour donner l’oreille aux conversations négatives, pour être dans des recoins où seules des phrases négatives peuvent être entendues, vous déformez généralement de nombreuses représentations de l’entendement; et ceux-ci, dans le Monde du Mental, consistent en de véritables démons qui forment et créent des obstacles ou une série d’obstacles infranchissables pour l’éveil de la Conscience. De cette façon, nous pouvons citer le cas de nombreux étudiants Gnostiques qui, la nuit, ont généralement d’innombrables rêves de type négatif, parfois ils rêvent de tuer une autre personne, etc. C’est une question très sérieuse de porter de tels ennemis à l’intérieur de soi, dans son propre mental. Évidemment, la chose la plus recommandable pour nos représentations négatives est de faire appel au pouvoir serpentin annulaire, d’invoquer Devi Kundalini Shakti afin qu’elle détruise ces représentations négatives.

Messages venant de l’Être

Incontestablement, nous ne devons pas avoir de telles représentations, négatives ou positives, dans notre mental. Le mental doit créer certaines attitudes sereines qui sont à la disposition de l’Être, mais pour cela, nous avons besoin que la personnalité humaine devienne passive. Une personnalité passive est une personnalité réceptive, elle reçoit les messages qui viennent des parties supérieures de l’Être.

Incontestablement, ces messages traversent les centres supérieurs de l’Être avant d’entrer dans le mental. C’est l’avantage d’avoir une personnalité passive. Malheureusement, le mental est totalement contrôlé par des éléments très lourds, des agrégats très difficiles qui sont liés au monde des quatre-vingt-seize lois, également connu comme la région du Tartare.

La personnalité est active car elle est contrôlée par des agrégats de haine, de fierté, d’envie et d’horrible luxure. En réalité, nous ne sommes que des vers misérables dans la boue de la terre. Si nous parvenons à éliminer de tels éléments psychologiques lourds de notre psychisme, notre personnalité humaine devient passive et le mental devient réceptif aux messages qui descendent des parties les plus élevées de l’Être à travers les centres supérieurs de notre psyché.

Vous comprenez maintenant, mes chers amis, la nécessité d’éliminer les éléments trop lourds. Avec Devi Kundalini Shakti, en d’autres termes, le serpent igné de nos pouvoirs magiques, nous pouvons, en fait, éliminer ces éléments lourds. C’est un triomphe, car de cette façon, nous pouvons recevoir les messages directs qui viennent des parties les plus élevées de l’Être. Pour cette raison, je dis que vous devez travailler sur vous-même.

Il faut créer un mental réceptif, un mental qui ne se projette jamais, qui reçoit toujours au lieu de projeter. De toute évidence, il serait bon d’accepter des représentations positives ou négatives dans les profondeurs distinctes de l’entendement; un tel mental ne porterait que les messages qui viennent de la partie la plus élevée de nos semblables. Dans la mesure où nous continuons à nourrir les représentations distinctes de l’entendement, ce ne sera jamais un mental prodigue, un mental progressiste. En réalité, vraiment, le mental est conditionné par le temps et par la douleur. En analysant de cette manière, nous verrons que non seulement nous devons éliminer les agrégats psychologiques indésirables, mais nous avons également un problème très difficile que je vois pour l’illumination intérieure, et c’est que nous portons trop de représentations, en dehors de tous les agrégats psychologiques inhumains.

Si nous étudions attentivement la vie des rêves, nous y trouverons tant de choses vagues et incohérentes, divers aspects subjectifs et imprécis, tant de choses absurdes, de si mauvais événements sans réalité. Le seul motif de leur incohérence doit nous inviter à la réflexion.

En tant que Gnostique, il faut avoir des concepts clairs et des idées lucides, une illumination radicale sans vague, sans aucune subjectivité. Malheureusement, les représentations et les divers agrégats que nous portons à l’intérieur de nous conditionnent la Conscience de telle manière qu’ils la maintiennent dans un état très désagréable de sub-Conscience, même dans l’infra-Conscience. Je vous invite à la réflexion, je vous invite à comprendre ces choses indispensables.

Le Silence du Mental

Dans le monde Oriental, on parle beaucoup de synthèse. Par exemple, le Bouddhisme Zen ou Chan nous dit seulement que nous devons obtenir le calme du mental, le silence du mental dans le but de réaliser l’éruption du Vide Illuminant [Sunyata, le Vide]. On nous dit qu’il y a un vrai bonheur dans le Satori. Dans la salle de méditation, nous devons acquérir le calme du mental à l’intérieur, à l’extérieur et au milieu. On nous dit que le mental doit devenir comme un mur, absolument immobile.

Bien, j’ai découvert que dans les salles de méditation du Japon, il est difficile d’arriver au Satori. Autant que cela puisse prendre, quelques minutes dans le meilleur des cas, ou une ou plusieurs heures après, le mental redevient aussi agité qu’il l’a toujours été. On sort de cet état de bonheur pour affronter le monde, heureusement, dans une ivresse spirituelle, et prêt à combattre l’ego. Bien sûr, le « Moi » intervient rapidement pour lui donner quelques coups de poing et le sortir de cet état de vouloir parvenir à son élimination.

Si nous voulons être quelque chose de plus que ce qui peut être réalisé dans une salle de méditation Zen ou Chan, nous devons également avoir l’éveil du mental, un mental réceptif aux infinis qui viennent d’au-delà du ciel d’Urania, un mental illuminé. Cela pourrait-il être possible si nous permettons aux agrégats psychologiques de continuer à exister dans notre psyché? Serait-ce possible si nous prêtons l’oreille aux potins qui altèrent la représentation que nous portons dans notre entendement? Serait-ce possible, me dis-je et je vous le partage comme je le pense à voix haute, si nous continuons à privilégier les représentations positives ou négatives?

H.P. Blavatsky a une phrase dans La Voix du Silence que j’ai aimé. Cela dit:

« Avant que la flamme d’or ne puisse briller d’une lumière sereine,

la lampe doit être bien entretenue, à l’abri de tous les vents;

les pensées mondaines doivent mourir à la porte du temple… »

Cette phrase de H.P. Blavatsky est prodigieuse, merveilleuse. Je vous le dis, ce n’est que de cette façon que le mental peut devenir vraiment calme et rester silencieux à l’intérieur, à l’extérieur et au milieu; non seulement temporairement comme dans une salle de méditation, mais de manière continue.

Quand on étudie les plis distincts du mental, on comprend aussi que le calme et le silence total de l’entendement ne sont pas possibles tant que le mental est occupé par des agrégats et des représentations psychologiques. On pourrait objecter, en disant qu’il existe des représentations louables, claires et magnifiques. C’est censé être acceptable, mais ce n’est pas le cas. Nous, en tant qu’ensemble, devons être l’Être. Pourquoi devons-nous avoir des choses qui ne sont pas de l’Être dans notre mental? Je ne vois pas pourquoi nous devons y transporter des intrus. J’ai compris que seul l’Être doit être dans le mental, c’est tout. Mais tant que ce temple est plein d’éléments étranges, de choses, de jeux, d’énormes armoires de représentations et d’agrégats, on peut dire qu’il existe un sommeil profond dans la Conscience, c’est de l’inconscience.

« Un homme est connu par ses rêves », a expliqué Platon dans un de ses livres. Le jour où nous cessons de rêver, les cafards que nous portons dans notre cerveau se transforment en feu. Toutes ces incohérences absurdes n’existent pas, tous ces états morbides, vagues, imprécis, insipides, sans substance et inodores n’ont aucune sorte d’existence. Joyeux est le jour où nous cessons de rêver, le jour où nous ne rêvons plus. Quand une personne ne rêve plus, elle a triomphé. Tant qu’il y a des rêves dans le mental, tant qu’il va dans l’espace psychologique pour projeter des rêves imprécis et absurdes, cela nous indique que nous avons un mental plein d’ordures, plein de toutes sortes de déchets.

Comme je le disais, les véritables illuminés n’ont pas de rêves. Les rêves sont pour ceux qui dorment. Les véritables illuminés vivent dans les mondes supérieurs, hors du corps physique, dans un état d’éveil intensifié sans jamais rêver. Le véritable illuminé, après la mort de son corps physique, s’éveille dans l’espace psychologique. Ainsi, nous devrions réfléchir à la nécessité de parvenir à l’immobilité et au silence du mental.

Sélection d’Impressions

Que pouvons-nous dire ici au sujet des trois aliments? J’ai expliqué comment nous nous nourrissons avec la première nourriture (pour le corps physique). Nous avons également parlé de la respiration, le deuxième aliment, qui est plus important que celui qui va à l’estomac. Et je vous ai dit qu’il existe un troisième aliment appelé « impressions ». Personne ne peut vivre sans impressions, même pas une minute. Vous m’entendez ici. Je me gratte et une série d’impressions vous vient au mental. Vous voyez une figure humaine habillée avec les vêtements sacrés de l’Ordre des Chevaliers du Graal. Cela vient des impressions; toutes ces impressions sont pour vous.

Malheureusement, l’être humain est négatif. Que diriez-vous, par exemple, maintenant que nous sommes dans cette pièce, si nous ouvrons la porte à des voleurs, afin qu’ils puissent entrer? Vous semble-t-il exact que je dois ouvrir la porte pour que ces personnes puissent entrer? Que se passerait-il? Néanmoins, nous ne faisons pas preuve d’une telle prudence avec les impressions. Nous ouvrons la porte à toutes les impressions négatives du monde.

Celles-ci pénètrent notre psyché et créent des catastrophes. Elles se transforment en agrégats psychologiques et développent un centre émotionnel négatif à l’intérieur de nous et enfin nous remplissent de boue. Est-ce correct? Est-il correct pour une personne qui est pleine d’impressions négatives émanant de son centre émotionnel négatif d’avoir sa place parmi nous, afin que nous puissions ouvrir nos portes à toutes les impressions négatives de cette personne?

Si nous ne savons pas sélectionner les impressions, comment pourrons-nous leur fermer les portes de notre mental? Nous devons apprendre à ouvrir et fermer les portes de notre psyché aux impressions. Ouvrez les portes aux impressions nobles, fermez-les aux impressions négatives et absurdes, car les impressions négatives causent des dommages, elles développent le centre émotionnel négatif à l’intérieur de nous et nous nuisent.

Regardez ce que l’on fait en faisant partie d’une foule. Je vous assure qu’aucun d’entre vous, par exemple, n’oserait sortir dans la rue et jeter des pierres. N’est-ce pas? Cependant, dans un groupe, il se pourrait que l’un d’entre vous le fasse. Une grande manifestation publique surgit, elle est excitée contre le gouvernement. La foule lance des pierres et vous finissez également par lancer des pierres, même lorsque vous vous dites plus tard: « Pourquoi les ai-je jetées? Pourquoi ai-je fait cela? »

Je me souviens il y a seulement quatre ans, lorsque les enseignants ont eu de nombreuses grèves, protestations et manifestations. Nous y avons vu des choses inhabituelles. Ici, au cœur du District Fédéral, il y a une dizaine ou une quinzaine d’années, nous avons vu des professeurs très décents, des gens très dignes et très cultivés qui, dans une foule, ont attrapé des pierres et les ont jetées aux fenêtres, aux gens et à qui ils pouvaient. Ces enseignants n’auraient jamais fait cela seuls, mais ils ont fait tout cela en groupe. Dans un groupe, l’être humain se comporte de manière distincte, il fait des choses qu’il ne ferait jamais seul. Pourquoi cela est-il ainsi? C’est à cause des impressions négatives auxquelles ils ont ouvert leurs portes. Ensuite, ces impressions nous influencent négativement et nous finissons par faire ce que nous n’aurions jamais fait seuls. Pour cette raison, il est nécessaire que nous apprenions à être des citoyens cultivés.

Quand on ouvre ses portes à des impressions négatives, non seulement on modifie l’ordre du centre émotionnel, qui est dans le cœur, on le modifie aussi pour qu’il devienne négatif. Par exemple, si l’on ouvre ses portes à l’émotion négative d’une personne qui vient à nous pleine de colère parce que quelqu’un lui a causé des dommages, alors on s’identifie à la colère de cette personne et finit par prendre part à l’affaire.

Supposons que l’on ouvre ses portes aux impressions négatives d’un ivrogne qui est à une fête et qu’on accepte un verre de cet ivrogne. Puis plus tard, nous en avons un autre, puis deux, trois et quatre et enfin l’on finit également comme un ivrogne. Supposons que l’on ouvre ses portes aux impressions négatives d’une personne de sexe normal. On finit par forniquer de toutes sortes de façons. Supposons que nous ouvrions nos portes aux impressions négatives d’un toxicomane; nous finissons également par fumer de la marijuana, avec des graines et tout. La conclusion à laquelle nous arrivons est un échec.

C’est ainsi que les êtres humains s’infectent mutuellement avec des impressions négatives. L’ivrogne infecte l’ivrogne, les grands assassins infectent les autres, les toxicomanes infectent d’autres toxicomanes et enfin, les toxicomanes se multiplient, les assassins se multiplient, les voleurs se multiplient. Pourquoi? Parce que nous commettons toujours l’erreur d’ouvrir nos portes à des impressions négatives et ce n’est pas la bonne façon de se comporter.

Choisissons les émotions. Si quelqu’un nous apporte des émotions positives de lumière, d’harmonie, de beauté, de sagesse, d’amour, de poésie et de perfection, ouvrons les portes de notre cœur. Aux êtres qui nous apportent des émotions négatives de haine, de violence, de jalousie, de drogues, d’alcool, de fornication et d’adultère, nous ne devons pas ouvrir les portes de notre cœur. Fermons-les. Fermez les portes aux impressions négatives. Quand on réfléchit à tout cela, on peut parfaitement se modifier, améliorer quelque chose de sa vie.

Nous voyons la représentation d’un ami qui nous a toujours aidés, il est gentil, charitable, merveilleux. Soudain, quelqu’un excité, plein d’impressions négatives, vient à nous avec un problème. Nous ouvrons les portes à ces impressions négatives, il murmure, il dit que notre ami est un voleur, un bandit, un voleur de banque et quarante mille autres choses. Toutes ces impressions négatives nous viennent au mental. Une telle représentation altérée se transforme en un véritable démon qui entrave le travail sur soi. À travers tout cela et bien d’autres choses, vous pouvez voir que cette nécessité de nettoyer le temple du mental est très difficile, mais pas impossible.

Nous devons avoir un mental clair, un temple propre, sans saleté, sans abominations d’aucune sorte. Mais il faut savoir vivre, il faut savoir vivre. Dans la vie pratique, honteusement, les gens ne savent pas comment vivre. Nous blâmons toutes nos souffrances et toutes nos peines sur les autres, et nous sommes les seuls à être vraiment à blâmer.

Prenons le cas de quelqu’un qui nous vole une grosse somme d’argent. Supposons que l’un de vous ait cinquante mille dollars mis de côté dans des meubles, dans une boîte de votre maison, et qu’un de vos proches vous prive de ces cinquante mille dollars. Bien sûr, vous souffririez horriblement. N’est-ce pas? Perdre de l’argent de cette façon n’est pas très agréable, cela nous causerait beaucoup de souffrance. Vous pleureriez, vous iriez à la police, vous intenteriez une action en justice contre lui, ou peut-être que vous ne procéderez pas de cette façon parce qu’il est un parent, mais la souffrance ne sera pas du tout réduite au silence. Mais pourquoi souffrir ainsi pour cinquante mille dollars? Parce que cela vous a coûté tellement de travail, c’est pourquoi vous souffrez. Si vous n’aviez pas de « Moi » d’attachement aux choses, à l’argent, vous perdriez ces cinquante mille dollars et vous ririez, vous ne souffririez pas.

Supposons qu’un homme retrouve soudain sa femme avec un autre homme, cas difficile, d’autant plus s’il la trouve au milieu de l’adultère. Il ne fait aucun doute que, confus par la douleur, il sort une arme à feu et tire sur l’homme sur place. Pourquoi fait-il cela? Il justifierait cela devant les autorités, disant qu’il l’a trouvée en train de commettre un adultère, alors, bien sûr, il avait raison de le faire. C’est de la folie, une folie complète, parce que si cet homme n’avait pas le « Moi » de la jalousie en lui, si cet homme n’avait pas le « Moi » de l’attachement ni celui de la jalousie, il n’y aurait personne qui souffrirait; il tournerait simplement le dos et partirait. Il irait vivre le reste de sa vie au-delà de ce qui lui est arrivé, réalisant que chaque homme est ce qu’il est. Il se sent libre de cela parce qu’elle l’a réprimandé, elle l’a soulagé. S’il n’a aucune jalousie, il n’y a pas de douleur.

Plusieurs fois, quelqu’un souffre parce qu’il voit un ami qui a une belle maison et une belle femme. C’est ce qu’on appelle l’envie, n’est-ce pas? Mais s’il n’a pas le « Moi » de l’envie, pourquoi souffrirait-il? Au contraire, il serait heureux de voir si bien son ami. C’est de cette façon que nous devons comprendre que les autres ne peuvent pas nous causer de douleur; nous sommes nous-mêmes la cause de notre douleur. Telle est la crue réalité de la vie. La désintégration de l’ego met fin à la douleur.

Les racines de la douleur sont dans l’ego, et quand l’ego est terminé, tout ce qui reste en nous est la beauté. Cette beauté se transforme en ce qu’on appelle l’amour et le bonheur. Lorsque le mental atteint ces sommets, il est calme, en silence, ce n’est plus un mental qui se projette, ce n’est plus un mental qui réagit juste à cause de n’importe quoi. Il reçoit les messages qui viennent d’en haut, des parties supérieures de l’Être, c’est un mental plein de plénitude.

Je le répète, non seulement les agrégats psychologiques doivent être éliminés, mais il est clair que les représentations mentales doivent également être éliminées, négatives comme positives. Nous devons nettoyer l’intérieur de notre mental de toutes les ordures. Nous avons besoin que la flamme dorée flamboie d’une lumière sereine dans les limites du temple. Lorsque le mental est calme, lorsque le mental est en silence, alors quelque chose de nouveau se produit.

Nous disons que ce chemin est très agréable mais que faisons-nous de nos préoccupations? Que faisons-nous des souffrances que les autres nous causent? Il est impossible d’acquérir un mental calme, un mental silencieux, quand nous vivons dans un monde absurde plein de problèmes et de difficultés. En désintégrant les agrégats inhumains que nous transportons à l’intérieur, les problèmes et les difficultés se terminent.

Ce dont nous avons besoin à l’heure actuelle, c’est d’arrêter notre paresse mentale et de travailler très dur sur nous-mêmes.

Ce sont mes mots. Si quelqu’un a quelque chose de plus à demander à ce sujet, il peut le faire avec la plus grande liberté.

Question: Maître, pouvez-vous expliquer la différence entre un mental calme et un mental qui a été forcé de se taire?

Samael Aun Weor: Bien, naturellement, nous devons distinguer entre un mental qui est calme et un mental apaisé, entre un mental qui est en silence et un mental qui a été réduit au silence. Au nom de la vérité, nous devons affirmer emphatiquement que l’immobilité et le silence du mental surviennent lorsque l’ego et les représentations de l’entendement sont morts. Lorsque le mental est au repos, en silence, il devient réceptif, il est laissé entre les mains de l’Être et seul l’Être peut le faire.

Question: Maître, pouvez-vous nous donner un exemple pratique?

Samael Aun Weor: Le bon sens donne les exemples les plus pratiques. Bien que beaucoup disent que c’est le sens le plus commun, je dirais que c’est le moins commun. Bien sûr, si un voleur vient ici et que vous ouvrez les portes, il entrera et vous aurez commis un acte absurde; mais si un frère vient frapper à cette porte de façon régulière et rythmée, vous lui ouvrirez la porte avec plaisir. De plus, si un « John Smith » vient avec quelques émotions négatives, excité parce qu’il a trouvé une personne du sexe opposé pour sa luxure, pour sa fornication, et il commence à parler de pornographie et moi, très content, je lui ouvre les portes, j’ouvre les portes à une émotion négative. Si un toxicomane vient de fumer de la marijuana et qu’il me dit que c’est très bien, et que lui, en utilisant de la marijuana, a eu telle ou telle perception, qu’il a même réussi à recevoir des messages d’au-delà, de Dieu sait quoi, et dans son excitation il me dit d’essayer un peu et je la prend, je suis un imbécile. N’est-ce pas? J’ai ouvert les portes à une émotion négative. C’est clair, il n’y a pas lieu de compliquer les choses.

Question: Maître, cela signifie-t-il que l’on fait du mal quand on parle d’une personne, bonne ou mauvaise, compte tenu du fait que ceux qui critiquent ne transforment pas ces impressions?

Samael Aun Weor: Oui, on n’a aucune raison de s’occuper des autres pour faire le bien ou le mal: chacun est ce qu’il est. Il vaudrait donc mieux se respecter mutuellement et ne pas ouvrir nos portes aux émotions négatives, car c’est absurde.

Question: Maître, au lieu d’avoir des représentations négatives ou positives, que devons-nous avoir pour pouvoir agir?

Samael Aun Weor: Pour l’instant, il n’y a pas d’autre remède que de travailler. Pour travailler à partir de maintenant, vous devez vous consacrer à travailler sur vous-même. Le jour où vous avez éliminé tous vos agrégats psychologiques, le jour où vous avez éliminé toutes les représentations dans le mental, alors, ce jour-là, les choses vont changer. Ce jour-là, vous ouvrirez votre cœur. Vous recevrez les étincelles de lumière qui proviennent des aspects supérieurs de votre propre Être. Vous serez une personne intégrale. Commencez le travail maintenant!

Question: Vénérable Maître, quand on est au travail et parvient à avoir des perceptions sans s’identifier à elles, est-ce un produit de l’auto-observation?

Samael Aun Weor: Le sens de l’auto-observation se développe à mesure que l’on l’utilise. Vous devez évidemment l’utiliser car un organe non utilisé s’atrophie. Lorsque l’on s’auto-observe avec prudence, ce merveilleux sentiment d’auto-observation psychologique entre en activité. Mais il faut être, pourrait-on dire, en veille mystique, chercher, auto-observer ses propres erreurs. À mesure que l’on s’auto-observe, le sens de l’auto-observation psychologique se développe.

Question: Alors nous devons définitivement faire des pratiques d’éveil des facultés étant dans l’état où nous sommes, sans mourir?

Samael Aun Weor: La chose la plus importante est l’exploration psychologique de soi, pour se découvrir. Dans toute auto-découverte, il existe également une auto-révélation. Quand on admet que l’on a une psychologie individuelle particulière, on commence à observer ses propres erreurs. Quand on découvre qu’on a une erreur, il faut essayer de la comprendre profondément dans tous les niveaux du mental. Quand on a compris l’erreur, alors on peut la réduire en poussière cosmique avec l’aide du serpent igné de nos pouvoirs magiques. Je fais référence à Devi Kundalini Shakti, qui se dédouble et se développe dans la colonne vertébrale. « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et tout le reste vous sera ajouté. »

Question: Une représentation mentale peut-elle créer un agrégat psychologique?

Samael Aun Weor: Ne confondons pas les termes. Les représentations mentales sont une chose et les agrégats psychologiques en sont une autre. Les représentations mentales existent d’instant en instant, de moment en moment. Vous-même, ici en ce moment, êtes plein de représentations mentales. Mais les représentations mentales peuvent être modifiées, elles peuvent se convertir en démons pervers, mais ce sont des représentations. Aucune représentation ne pourrait créer un nouvel agrégat, les représentations sont d’un mental et les agrégats en sont un autre.

Question: Vénérable Maître, alors ce démon qui résulte de la représentation… La méthode qui est nécessaire pour l’éliminer, est-elle la même que celle utilisée pour éliminer nos « Moi » psychologiques?

Samael Aun Weor: C’est évidemment le cas. Si l’on fait appel au serpent igné de nos pouvoirs magiques pour qu’elle élimine les représentations spécifiques, nous pouvons recevoir son aide tout de suite, et ces représentations seront réduites en poussière cosmique. Le mental doit être clair, libre. Il doit être un Temple sans écuries poussiéreuses, où seule la flamme de Prajna, pour ainsi dire, la flamme de l’Être, flamboie.

Question: Alors Maître, alors les représentations sont le produit de « Moi » ?

Samael Aun Weor: Non, monsieur, j’ai dit que nous ne devons pas confondre les termes; les représentations sont une chose et les agrégats psychologiques en sont une autre. Comme dans le monde des sens, les objets sont fondamentaux car les objets sont vraiment situés dans le monde des sens; comme cela, il y a aussi le Monde du Mental. Les représentations dans le mental sont généralement problématiques, qu’elles soient positives ou négatives.

Question: Que se passe-t-il alors si les représentations qui nous viennent lorsque nous essayons de méditer sont des personnages très sacrés pour nous?

Samael Aun Weor: Quand on est en méditation, les représentations mentales viennent généralement, mais si le sujet est analysé alors on découvre que de telles représentations sont coincées dans le mental, qu’elles ont toujours été là. Nous devons nous libérer. Le mental doit devenir pur pour qu’au lieu des représentations, des messages nous parviennent. Les messages de l’au-delà sont une chose et les mauvaises formes mentales qui viennent au mental en sont une autre, ce sont des représentations.

Ces représentations sont une chose et en transmettent une autre. Les messages viennent, je le répète, à travers les parties supérieures de l’Être et arrivent au mental supérieur, dans le mental cristallisé. Ils ont un nouveau goût. Ils n’appartiennent pas au temps. Ils sont au-delà du temps. Nous devons nous ouvrir au nouveau. Les représentations n’ont jamais un goût nouveau, elles sont d’époque.

Question: Maître, quand une représentation entre dans le champ du mental et que la personne ne s’y identifie pas, mais l’étudie à la place, comment peut-on comprendre cela? Quels résultats sont obtenus?

Samael Aun Weor: Bien, il se trouve toujours que c’est une représentation. Pendant le sommeil, il y a généralement des représentations d’un type subjectif, incohérent, vague et imprécis. Si la personne ne s’identifie pas à de telles représentations, les étudie seulement et sait ce que sont ces représentations, généralement elle trouve qu’elles sont liées à de nombreuses erreurs du passé. Mais il faut bien distinguer les représentations des agrégats psychologiques. Dans le mental, on peut avoir des représentations de la luxure de tous ses amis. Ce sont des représentations qui doivent être éliminées tôt ou tard. Les agrégats sont autre chose, ils personnifient nos défauts. Les représentations sont simplement des formes mentales. La représentation d’une pierre, la représentation d’un homme et la représentation d’un animal ne sont que des formes. Nous devons avoir un mental libre, le temple du mental doit être propre, il doit être pur.

Question: Vénérable Maître, le même travail enseigné en relation avec la transformation des impressions peut-il être réalisé en éliminant les représentations?

Samael Aun Weor: Il est bon d’essayer de comprendre une représentation avant de l’éliminer sous une forme similaire, comme cela se fait avec des agrégats psychologiques. Quand on comprend qu’une représentation n’est rien de plus qu’une forme dans le mental, il faut donc l’éliminer, mais vous devez la comprendre pour l’éliminer plus tard, et vous l’éliminez avec la force du serpent igné de nos pouvoirs magiques.

Question: Maître, quand il y a une transformation des impressions, y a-t-il encore des représentations dans le mental?

Samael Aun Weor: On peut digérer des impressions déterminées, mais on ne peut pas s’attendre à ce que ces représentations qu’on a déjà stockées dans le mental cessent d’exister. Il faut arriver à les comprendre et à les éliminer.

Question: Jusqu’à quel point une expérience dans les mondes intérieurs est-elle une représentation mentale?

Samael Aun Weor: Tant que l’ego subsiste, on n’est pas apte aux investigations dans l’espace psychologique. Personne ne pouvait connaître les mondes intérieurs de la planète Terre s’il ne connaissait pas auparavant ses propres mondes intérieurs. Personne ne pourrait connaître les mondes intérieurs du système solaire si auparavant, il ne connaissait pas ses propres mondes intérieurs. Aucun de nous ne pourrait connaître les mondes intérieurs de la galaxie dans laquelle nous vivons si nous ne connaissions pas auparavant nos propres mondes intérieurs particuliers. On ne peut pas être apte à une investigation psychologique à l’intérieur de l’espace psychologique dans lequel nous vivons tant que nous n’avons pas désintégré l’ego et n’en avons pas fini avec les représentations qui émanent du monde rustique de la sensation.

Question: Est-il possible de quitter le corps avec seulement 3% de Conscience?

Samael Aun Weor: J’ai clairement déclaré qu’avec seulement 3% de Conscience, personne ne peut devenir un investigateur compétent de ce qui se passe dans notre espace psychologique. Avant toute chose, les gens doivent augmenter leur pourcentage de Conscience pour devenir de véritables investigateurs idéaux de l’espace psychologique. Ainsi, nous devons constamment nous explorer psychologiquement chaque jour jusqu’à ce que nous découvrions nos erreurs et les réduisions en poussière cosmique. Ce n’est qu’alors qu’il est possible d’acquérir la Conscience de soi. Nous devons mettre de côté tant de nos théories, tant de flou, tant d’incohérences qui ne servent à rien, pour pouvoir nous convertir en individus éveillés.

Au nom de la vérité, nous devons dire que le Monde du Mental est un dépôt pour toutes les formes mentales passées, présentes et futures. Le Monde du Mental naturel ou universel doit être étudié en profondeur, profondément, si nous voulons comprendre quelque chose sur l’ego et les représentations mentales. Il est clair que de nombreux frères et sœurs n’ont pas remarqué la différence entre l’ego et les représentations.

La Différence entre l’Ego et les Représentations

Nous avons affirmé emphatiquement que les agrégats psychologiques, dans leur ensemble, constituent ce qu’on appelle l’ego. Chaque agrégat psychologique est la personnification en soi d’un défaut de type psychologique. Nous avons également dit qu’à l’intérieur de chaque agrégat, il existe un pourcentage de notre Conscience intérieure. Nous avons clairement indiqué qu’en désintégrant ces agrégats, nous libérons notre Conscience. On nous a donné des techniques à suivre dans notre Conscience.

Dans notre discussion, nous avons ajouté quelque chose de différent de la question des agrégats. Je me réfère clairement et précisément à cette question des représentations.

Quelle est la différence entre les agrégats et les représentations? C’est ce que nous allons étudier à partir de maintenant.

Dans le domaine pratique de la vie, une personne est un objet des sens. La représentation mentale ou l’image mentale que nous avons d’une personne est une autre chose. C’est quelque chose de similaire à la différence qui existe entre une personne et sa photographie. La personne est une personne et sa photographie est une photographie, et sa représentation est ce qu’elle représente. Il y a des photos mentales, et les photos mentales que nous pouvons avoir de cette personne sont une chose et la personne réelle est une autre chose.

Cette photo mentale devient la représentation de cette personne. Les agrégats psychologiques constituent l’ego, mais les représentations reflètent des objets dans le monde des sens.

Dans le monde ésotérique, dans les mondes intérieurs, dans le Monde du Mental, de telles représentations sont dénommées « effigies » par la Fraternité Blanche Universelle. Il y en a des millions. Je citerai un exemple de formation d’effigies ou de représentations. Il y a plusieurs années, j’avais encore la mauvaise habitude d’aller au cinéma. Il y a une vingtaine d’années, je suis allé voir un film qui avait une saveur plutôt vigoureuse, un couple est apparu, etc., etc. J’ai vu le film et je l’ai jeté dans l’oubli, je n’y ai plus pensé. Mais les choses ont changé dans le Monde du Mental.

Un jour dans cette région, je me suis retrouvé dans mon Corps Mental à l’intérieur d’une pièce élégante. J’étais assis à côté d’une table et devant moi se trouvait une dame très élégante. C’était la même dame que j’avais vue dans le film, les mêmes traits, la même façon de marcher, de parler, etc. Évidemment, je me suis retrouvée devant la représentation de la figure que j’avais vue sur l’écran qui était devenue stockée dans mon Corps Mental. Un objet, on pourrait dire, d’un type aimant avec cette dame mentale qui n’était rien de plus qu’une effigie. Évidemment, il y avait une erreur très grave, j’avais créé cette représentation, cette effigie.

Soudain, je me suis retrouvé obligé de descendre dans le Monde Astral et je me suis retrouvé plus tard dans un grand temple devant un grand maître et un groupe de maîtres. Je m’en souviens encore comme cela s’est produit il y a vingt ans. Un adepte m’a donné une note écrite de sa propre écriture. L’ordre disait: « Retirez-vous immédiatement du Temple, mais avec l’INRI », c’est-à-dire en gardant mon feu sacré, puisque je n’avais vraiment commis ni fornication ni rien de ce genre, c’était tout.

Très affligé de cœur, j’ai compris mon erreur et je me suis dirigé vers l’entrée de ce grand temple, mais avant de partir, je me suis résolu à m’incliner devant le prêtre qui se tenait à côté de la porte et à demander pardon. Soudain, celui qui m’a donné la note, le gardien du temple, s’est avancé une fois de plus et a dit: « Monsieur, on vous a ordonné de partir, d’obéir. »

« Bien », dis-je, « c’est juste que je veux parler au Vénérable. »

« Vous ne pouvez pas le faire maintenant monsieur, peut-être plus tard. En ce moment, il est occupé à examiner quelques effigies (représentations). » Bien, je ne pouvais rien faire d’autre que quitter ce temple. Je suis revenu, très affligé de cœur, directement dans mon corps physique.

Déjà de retour dans ce véhicule dense, je me suis concentré sur le Christ demandant pardon et j’ai reconnu l’erreur d’être allé à cet endroit (les films). J’ai compris que j’avais produit une effigie dans mon mental et j’ai supplié le miséricordieux de répéter le test. J’ai été entendu, car j’ai reçu une véritable compréhension et la nuit suivante, j’ai été emmené chez la dame qui n’était en réalité rien de plus qu’une effigie mentale. Quand j’allais commencer le même « schéma » de la nuit dernière, je me suis souvenu de mon intention de corriger l’erreur et j’ai aussitôt sorti mon épée flamboyante et dissous cette dame mentale avec. Plus tard, je l’ai désintégrée en tant que forme parce qu’elle était une forme mentale. La flamme de l’épée lui a permis de se désintégrer et elle a immédiatement été transformée en cendres.

Ayant terminé ce travail, je suis redescendu dans le Monde Astral. Déjà en possession de mon véhicule Astral, je me suis retrouvé dans un grand temple identique à la veille. J’ai ensuite été reçu avec joie et festivité. J’ai été félicité et plus tard, mon Bouddha Intérieur m’a instruit profondément. Il m’a emmené dans les salles de cinéma de mon Corps Mental pour me montrer ce que ces endroits sont vraiment. Ils sont pleins de parasites astraux, de représentations créées par les préposés aux films eux-mêmes, de formes mentales déposées dans ces antichambres de la Magie Noire.

Mon Bouddha Intérieur m’a renseigné sur toutes les implications périlleuses d’aller au cinéma. Il m’a dit qu’au lieu d’aller au cinéma je devrais passer par mes vies passées, il m’a même fait parcourir quelques pages. Plus tard, il a pris une épée, l’a cassée et m’a dit: « Tu peux finir comme cela, perdre ton épée, si tu continue à te rendre dans ces antichambres de la Magie Noire. »

J’ai dit: « Monsieur, je ne retournerai pas dans ces antichambres », et je ne suis pas revenu.

Ainsi, de nombreuses années se sont écoulées sans que je ne revienne jamais. J’avoue cependant, car je dois être fidèle à moi-même, qu’une fois ils ont montré un film sur la fin du monde selon Michel de Nostradamus. Bien, j’ai dit que celui-ci ne pouvait pas être mauvais. Il s’agit de Nostradamus, des jours de la fin et j’y suis allé. Il s’agissait de Nostradamus et de son époque. Je l’ai trouvé très sain et je n’ai pas été réprimandé pour être allé voir ce film à cette occasion. Et je n’ai pas osé rentrer parce que je ne voulais pas qu’ils me tirent les oreilles pour entrer trop profondément.

Ces films modernes et ceux avec beaucoup de luxure et d’érotisme sont comme cela… Je ne suis jamais revenu, la seule exception était celle de Nostradamus. Quoi qu’il en soit, j’ai reconnu qu’il est dangereux d’entrer dans ces théâtres car il existe une multitude de parasites astraux qui ne sont que des représentations. Formes mentales de personnes, de voleurs pour ainsi dire, créées à partir de tout ce que vous avez vu à l’écran. De sorte qu’au nom de la vérité, je vous dis que les agrégats psychologiques sont une chose et que les représentations mentales en sont une autre.

Les morts perdent souvent beaucoup de temps dans le Devachan. Je ne nierai pas que ce Devachan est un lieu de bonheur et de délices, mais les personnages qui rendent la vie dans le Devachan agréable ne sont que des représentations vivantes des familles, des parents et des amis qu’ils ont laissés sur Terre. En un mot, les formes du Devachan sont des représentations mentales vivantes, ou effigies. Ils aboutissent à une nature bizarre, c’est pourquoi je dis qu’ils perdent trop de temps dans le Devachan, mais ils sont heureux dans cet endroit. Ils se sentent accompagnés des êtres chers qu’ils ont laissés sur Terre. Ils ne remarquent même pas à distance que ce monde de bonheur regorge d’effigies mentales. S’ils le remarquaient, ils perdraient le Devachan par eux-mêmes.

Dans chacun de notre mental vivent de nombreuses représentations de nos amis, de nos familles, de nos parents et des gens que nous connaissons. Il est clair que si quelqu’un nous dit quelque chose sur notre famille et que nous changeons le concept que nous avons à l’égard de cette dernière, cette figure est modifiée ou cette effigie mentale est modifiée et, une fois modifiée, elle prend de nouvelles caractéristiques de violence, de vol qualifié, de la mauvaise volonté, de la colère, etc. qui nous attaquent violemment, se transformant en obstacles à notre travail ésotérique.

Dans ces instants, je me souviens d’Alexandra David-Neel. Cela ressemble à un nom masculin mais il se trouve que c’est le nom d’une femme, d’une femme du Tibet. Elle a proposé de créer, et c’est vrai, une représentation par sa propre volonté, une effigie mentale, et elle a donné à cette figure la forme d’un moine Tibétain. Quand quelqu’un a frappé à la porte, au lieu qu’elle n’ouvre la porte, le moine est allé, et il a été physiquement vu; tel était le pouvoir avec lequel il s’était matérialisé.

Après un certain temps, cette figure, cette représentation que cette dame a créée intentionnellement, a commencé à prendre des caractéristiques dangereuses; il n’obéissait plus, il a commencé à attaquer tout le monde, même la dame elle-même. Et, bien sûr, cette dame avait peur. Tout le monde dans le monastère était dédié à la destruction de cette effigie. Cette effigie a été si fortement matérialisée que même si ces moines étaient de véritables experts dans le monde du mental, il leur a fallu six mois de travail continu pour la désintégrer. Il s’agit de la matérialisation physique d’une effigie mentale.

Nous ne devons pas ouvrir notre mental aux représentations négatives car elles sont très nuisibles. Nous ne devons ouvrir les portes qu’à des impressions positives. Si nous ouvrions nos portes aux impressions négatives, aux ragots de quelqu’un, ou si nous devions parler contre quelqu’un que nous portons ici dans notre mental, le résultat serait fatal. L’effigie mentale ou la représentation que nous portons en nous de toute personne dont nous avons parlé peut être altérée précisément par une impression négative. Cette figure prend alors des caractéristiques dangereuses, elle se retourne contre nous et nous attaque violemment. Il est clair que nous portons en nous une multitude de représentations et, naturellement, si l’une d’entre elles est altérée, elle se transforme en un ennemi intérieur de plus que ceux qui existent déjà.

Il est commode, frères et sœurs, que nous réfléchissions à cela. Ce n’est que si nous apprenons à vivre intelligemment que nous atteindrons la libération finale. Il faut prendre soin du mental. La Voix du Silence dit: « le mental qui est asservi par les sens rend l’âme aussi impuissant qu’un bateau perdu dans les eaux par le vent. » Nous devons contrôler les sens et le mental. Beaucoup d’oiseaux mentaux, de pensées, pénètrent dans la cage du mental, de l’entendement, et ils nous nuisent; je fais référence aux représentations négatives. Maintenant vous comprendrez mieux ce que je dis, que nous devons contrôler les sens et le mental. Vous descendez la rue et soudain vous voyez un magazine pornographique dans un kiosque à journaux, vous le regardez avec une certaine obscénité. Le résultat est une nouvelle création, une représentation mentale. Cette nouvelle représentation est un oiseau maléfique dans la cage du mental, causant des dommages et fortifiant les émotions négatives et la luxure.

Pour cette raison, les sens doivent être contrôlés. Malheureusement, les gens ne se souviennent même pas de contrôler les sens et le mental, et c’est très grave. Au lieu de lire des revues pornographiques qui ne mènent à rien d’autre qu’à la création de nouvelles effigies mentales, il vaut la peine d’étudier les livres de sagesse, les écritures sacrées, etc. Il ne fait aucun doute que la véritable sagesse initiatique se transforme en feu et par la suite en pouvoir. Mes chers frères et sœurs, la véritable sagesse, la sagesse occulte, est convertie en feu, feu sacré, feu universel. Je veux que vous compreniez que le feu est vraiment un élément inconnu pour les intellectuels, c’est un élément dont personne ne connaît l’origine. Nous frappons une allumette et produisons du feu. N’importe qui pourrait nous dire que c’est le produit de la combustion. Ce n’est rien de la sorte, car avant cette combustion, il existait un feu à l’intérieur du bras pour qu’il puisse se déplacer, et ce feu a été reçu après la combustion. Je pourrais mieux dire qu’avec l’allumette, lorsque le revêtement est détruit, la substance qui produit le feu est détruite et la flamme sort à la surface.

Ce qui nous intéresse vraiment, ce n’est pas le feu physique mais la signature astrale du feu, pour ainsi dire, le feu dans le feu, la flamme dans la flamme. Ce pouvoir igné ou Christique, pourrions-nous dire, est le Logos Solaire. Et c’est ce qui nous intéresse. Nous savons que la vraie connaissance est convertie en feu solaire. Le feu ici dans le monde physique est une chose et le feu lors de sa manifestation ou dans le monde des causes naturelles ou dans le chaos est autre chose. Là, nous rencontrons directement les Seigneurs de la Flamme, ceux qui sont le vrai feu. Nous trouvons que le pouvoir se trouve dans le chaos, ce pouvoir créateur électrique qui induit toute vie dans l’univers. C’est ce que nous voyons dans les sphères supérieures de la création cosmique. Ce feu latent est une chose merveilleuse.

À cause de cela et d’autres choses, vous trouverez la nécessité d’étudier cette sagesse ou cette Science Cosmique Universelle, l’étude de la Gnose. Seule cette connaissance est liée aux parties distinctes de l’Être; elle peut se transformer en feu, en feu vivant et philosophal.

On a beaucoup parlé des Bouddhas. Il ne fait aucun doute qu’il existe des Bouddhas de Contemplation et des Bouddhas de Manifestation. Les Bouddhas de Manifestation sont des créatures qui ont dominé le mental, qui ont détruit l’ego, qui n’ont pas laissé les émotions négatives pénétrer dans leur cœur, qui n’ont pas créé d’effigies mentales dans leur propre mental ni dans le mental des autres. Souvenons-nous de Tsong Khapa qui s’est réincarné au Tibet; il était le Bouddha Gautama auparavant.

Le Bouddha du Bouddha Amitabha est une autre chose, son véritable prototype divin. Amitabha est le Bouddha de Contemplation, et Gautama, pourrions-nous dire, est le Bouddha de Manifestation, le Bouddha mondain ou Bodhisattva. Nous ne pouvons pas nier qu’Amitabha s’est exprimé avec brio à travers Gautama. Nous ne pouvons pas nier que plus tard Amitabha a envoyé Gautama (le Bodhisattva ou Bouddha mondain) directement à une nouvelle réincarnation. Puis il s’est exprimé sous le nom de Tsong Khapa.

Ce sont des Bouddhas de Contemplation, ce sont des maîtres de leur mental, des créatures qui se sont libérées du mental. Les Seigneurs adorent le Grand Bouddha que nous connaissons également sous le nom de Logos et ils le prient.

En regardant les choses sous cet angle, de ce point de vue, nous comprenons chaque fois plus la manière de nous libérer du mental, d’apprendre à vivre sagement. Si nous voulons réellement nous convertir vraiment en Bouddhas de Contemplation, alors il est évident que nous devons ressentir la nécessité de la libération finale; sinon la libération ne sera pas possible.

Au nom de la vérité, nous devons dire que tant que nous serons esclaves des représentations mentales et de l’ego, la libération finale sera plus qu’impossible.

Pourquoi les désincarnés perdent-ils leur temps? Je le répète, à cause des représentations. Ceux-ci les accompagnent dans le Devachan et, même s’ils jouissent d’un bonheur apparent, ils perdent évidemment leur temps misérablement. La race humaine perd beaucoup de temps avec l’ego. Tout cela est plus amer que la bile.

Le moment est venu où nous devons comprendre que la lumière incréée est fondamentale, le désir de vie est converti en lumière incréée. Cette lumière incréée s’élève des profondeurs des ténèbres du non-être. Nous devons aspirer à la vraie lumière et travailler dans le but de naître un jour dans une lumière incréée.

Aujourd’hui, il existe de nombreux Bodhisattvas dans le monde. Il se trouve que dans les époques passées de notre planète Terre, pendant les âges d’or, d’argent et de cuivre, beaucoup sont entrés dans les mystères et sont devenus des Adeptes. En d’autres termes, ils se sont transformés en Bouddhas, mais quand l’âge du Kali Yuga est venu, l’ego est devenu terriblement fort. Cela a pris la force de tous ces anciens initiés parce qu’ils ne savaient pas comment vivre, ils ont échoué devant les tentations. S’il n’en était pas ainsi, l’ego ne se serait pas élevé en eux. Aujourd’hui, de nombreux Bodhisattvas tombés marchent sur la surface de la Terre. S’ils prenaient plus soin du mental, désintégraient l’ego et se proposaient de ne plus créer d’effigies mentales, ils se relèveraient victorieux.

Qu’est-ce qu’un Bodhisattva? Tout simplement un germe, une graine. Une graine avec un organisme microscopique éthérique qui peut se développer en un être céleste. Mais si une telle graine ne se développe pas, une opportunité est perdue et des êtres glorieux qui vivaient dans les civilisations d’Égypte, de Babylone, etc. se trouvent maintenant latents dans ces graines qui sont stockées dans les glandes endocrines et sexuelles de certaines personnes.

Si cette graine contenant un organisme éthérique se développait, ces êtres seraient en pleine possession de leur corps et seraient une bénédiction pour l’humanité. Mais malheureusement, le pire ennemi de tous ces êtres déchus et de tous ces adeptes détrônés est le mental.

Pour cette raison, j’ai tellement insisté sur la nécessité de ne pas ouvrir les portes de notre mental à des impressions négatives qui peuvent altérer certaines représentations et devenir un obstacle à notre progression, vers l’intérieur et vers le haut.

C’est le motif derrière lequel j’ai tant insisté sur la nécessité de désintégrer l’ego bien-aimé. L’ego et l’Être sont incompatibles. C’est évident.

Bien, j’espère que vous avez pu comprendre quelles représentations mentales ou effigies sont dans le monde du mental. Avant de terminer cet exposé, je vous donnerai la liberté de parler pour que ceux qui ne comprennent pas puissent poser plus de questions et qu’ils puissent le faire comme je l’ai dit, en toute confiance.

Question: Les effigies reviennent-elles avec l’ego ou se désintègrent-elles avec la personnalité?

Samael Aun Weor: Les effigies peuvent se conserver pendant un certain temps jusqu’à ce qu’elles commencent à s’affaiblir petit à petit. Elles reviennent parfois, mais pas toujours, et elles s’affaiblissent peu à peu. Quand on cesse de s’intéresser à telle ou telle effigie, elles ne peuvent plus se nourrir de nous et elles commencent à se dissoudre.

Question: Maître, on fait de bonnes et mauvaises représentations; les bonnes représentations forment-elles des effigies?

Samael Aun Weor: Il est clair qu’il y en a de bonnes. Il y a des représentations ou des effigies positives et négatives, mais ce ne sont que des formes mentales. Quand on apprend à vivre d’instant en instant, la possibilité de créer de telles formes disparaît, mais si l’on continue à vivre dans le temps, les effigies continuent également à se créer dans le temps.

Question: Alors il faut aussi éliminer ces soi-disant effigies positives?

Samael Aun Weor: Ils sont autant que les autres de simples figures éphémères et vaines qui n’ont pas de véritable réalité, il est donc préférable de les désintégrer.

Question: Alors les effigies négatives sont celles qui nous nuisent le plus?

Samael Aun Weor: C’est évidemment le cas, ce sont celles qui nous nuisent le plus. Cependant, regardons une effigie positive, supposons qu’il s’agit d’un ami, par exemple, et nous écoutons quelques ragots à son sujet et nous choisissons de le croire. Puis cette effigie, désormais altérée, prend la nouvelle forme que nous lui donnons et bien sûr, elle se transforme en ennemi intérieur qui nous attaque et peut même nous faire échouer.

Question: Donc, la différence entre une représentation et un ego est que l’ego a une partie de l’essence embouteillée à l’intérieur et les représentations non?

Samael Aun Weor: C’est exact, il n’y a pas d’essence embouteillée dans aucune représentation.

Question: Vénérable Maître, la vanité de se croire être un bon Gnostique est-elle une représentation?

Samael Aun Weor: Bien, c’est différent. Si l’on a la vanité de se croire bon Gnostique, cela est dû au « Moi » de la vanité; il n’y a pas d’effigie, pas de représentation. On se sent simplement comme la mère des poussins et comme le père de Tarzan, c’est tout.

Question: Nous assimilons la méthode pour éliminer l’ego quotidiennement pendant la pratique, mais pour éliminer les effigies quelle méthode est nécessaire?

Samael Aun Weor: Ainsi, ce qui est en-haut est comme ce qui est en-bas. Au moyen de l’épée flamboyante parmi les armes de Vulcain, nous pouvons désintégrer un ego si lourd. Certains sont régis par 96 lois, certains sont de 48, de 24 et de 12, et il y a aussi des egos de 96 fois 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, fois 9… Néanmoins, nous les désintégrons avec un travail intense dans la Forge des Cyclopes. Si nous le désintégrions, nous n’aurions pas besoin de tant d’efforts, il suffirait d’un peu d’attention et d’un seul travail sur la forge pour désintégrer une effigie.

Question: Que devons-nous faire des effigies que nous avons eues depuis notre enfance?

Samael Aun Weor: Bien, il semble que vous confondiez les films téléogynoriques avec les représentations. S’il s’agit d’un film que vous avez vu dans votre enfance, la procédure est la même que celle utilisée pour désintégrer l’ego. Peu de travail est nécessaire pour désintégrer une représentation.

Question: Comment se forment les représentations? À cause de l’ego? À cause de l’état actuel de notre mental?

Samael Aun Weor: Pour les sens, il est clair que les différentes formes de sensation pénètrent à travers les sens et y restent sous forme de représentations. Un Bouddha est une créature qui n’a aucune représentation, c’est pourquoi il (ou elle) est un Bouddha, car il ne porte aucune représentation dans son mental, ni positive ni négative. C’est pourquoi il est un Bouddha, il est entier, total en lui-même et illuminé. Il a, pourrait-on dire, développé une lumière incréée, il l’a auto-accomplie en lui-même.

Question: Vénérable Maître, une représentation positive peut-elle servir à guérir quelqu’un?

Samael Aun Weor: Bien, seulement si c’est une représentation positive. Cependant, après l’avoir utilisé pour guérir cette personne, vous devez le désintégrer, sinon cela restera un problème pour vous.

Question: Vénérable Maître, les représentations mentales ont-elles quelque chose à voir avec l’imagination mécanique?

Samael Aun Weor: Quand la représentation s’élève mécaniquement, elle est liée à l’imagination mécanique, mais quand elle monte intentionnellement, il se trouve incontestablement que c’est l’imagination consciente qui a participé à donner forme à cette représentation.

Question: Nous pouvons nous représenter les autres, mais créons-nous des représentations de nous-mêmes?

Samael Aun Weor: On peut créer n’importe quelle représentation que l’on veut créer, tout comme cette dame qui a créé la représentation du moine et qui a mis six mois à la désintégrer.

Question: Vénérable Maître, pouvez-vous me donner un exemple de représentation que nous créerions?

Samael Aun Weor: Bien, vous imaginez que vous êtes un surhomme, plein de pouvoir, et là vous vous représentez. On peut créer des représentations positives ou négatives dans son mental.

Question: Maître, l’incube et la succube sont-ils une variété d’effigies?

Samael Aun Weor: Bien, on dit que l’incube et la succube sont une variété d’effigies, mais j’irais plus loin. Je pense simplement que l’incube et la succube sont des agrégats psychologiques créés par la volonté de leur créateur. De cette manière, nous pourrions les dénommer agrégats d’incube et de succube dans la psyché humaine, c’est tout. Ils volent une partie de la Conscience de leur créateur, ils ne sont donc pas de simples représentations.

Question: Ces agrégats incubes et succubes nécessitent-ils une forme spéciale de destruction ou une technique spéciale?

Samael Aun Weor: Je réfléchis maintenant et je vois la nécessité de les désintégrer de la même manière que tout agrégat psychologique; ce sont des agrégats créés par ceux qui ont un tel vice.

Question: Un nettoyage aiderait-il à cela?

Samael Aun Weor: Ici, la seule chose valable est la lance et le travail ferme avec la Mère Divine Kundalini dans la Forge des Cyclopes. Aucun nettoyage n’y sera efficace; les agrégats psychologiques ne sont pas éliminés par un nettoyage.

Question: Vénérable Maître, vous avez dit qu’avec le soufre, les incubes et les succubes sont désintégrés.

Samael Aun Weor: Bien, je pensais que c’était possible et maintenant je le regrette. Maintenant, je me rends compte que ce sont des agrégats psychiques inhumains qui doivent être réduits en poussière comme tout autre agrégat comme la haine, la violence, etc. C’est la crue réalité des faits. M. Franz Hartmann devra m’excuser d’avoir contredit son livre, mais l’expérience révèle les faits.

Question: Vénérable Maître, l’Essence, hors des affections et des désirs du corps, pourrait-elle voir les choses à travers des représentations d’une manière plus compliquée?

Samael Aun Weor: Non, elle verrait les choses dans un cru réalisme parce que, par exemple, pendant qu’elle est dans le Samadhi, l’Essence parvient à vivre dans le monde Atmique, dans cette région dans laquelle Atman s’exprime avec toute sa puissance. On découvre que tout y est bonheur. On voit la nature telle qu’elle est et comment elle était. Voir une photographie de quelque chose est une chose et voir une image de la nature telle qu’elle est vraiment en est une autre. Et voir une photo de cette image de la nature en est une autre. Dans ce cas, cette photographie est la représentation de cette image de la nature.

Question: Une personne qui est morte en elle-même, même si elle a son corps physique, une fenêtre à travers laquelle elle regarde ce monde physique, verra-t-elle des choses telles qu’elles sont?

Samael Aun Weor: Tels qu’elles sont en elles-mêmes. Il faut distinguer les choses objectives des choses subjectives. Cela a déjà été bien réglé par Emmanuel Kant, le philosophe de Koenigsberg, dans sa « Critique de la Raison Pure ».

Question: Maître, formons-nous de nouveaux agrégats psychologiques lorsque nous ne transformons pas les impressions? Et laissons-nous les représentations pénétrer notre mental lorsque nous vivons selon la philosophie de l’instantanéité?

Samael Aun Weor: Quand on vit d’instant en instant, il est clair que l’on ne produit pas de représentations car on vit d’instant en instant, c’est évident. Il est préférable de dissoudre les agrégats psychologiques que d’apprendre à vivre d’instant en instant. En éliminant les agrégats psychologiques, on apprend à vivre d’instant en instant.

Tenez compte du fait que les agrégats psychologiques sont le temps, le « Moi » est le temps, c’est un livre de nombreux volumes, mais si nous désintégrons le « Moi », nous désintégrons le temps. Il est évident qu’en apprenant à vivre d’instant en instant, on s’accomplit petit à petit, comme on élimine les agrégats psychologiques, ou on élimine le temps comme on élimine l’ego. On nous a dit que Geopash est le pire tyran et c’est vrai, Geopash est le temps, et le temps en nous est l’ego. Lorsque l’ego est dissous, Geopash est détruit. Alors le temps n’existe plus, apprenons à vivre ainsi, de seconde en seconde.

Question: Maître, recommanderiez-vous d’utiliser une représentation pour éliminer l’ego ?

Samael Aun Weor: Bien, cela se traduit, pourrait-on dire, dans un contre-sens. Dans le bon sens, ce serait comme essayer de faire bouger une automobile en appliquant les freins. L’automobile ne fonctionnerait évidemment pas. Une représentation pour dissoudre l’ego est un travail fécondant dans la Forge des Cyclopes.

Question: Maître, nous arrivons à voir les choses par nous-mêmes en mourant, c’est ce que nous vous avons entendu dire. Voir l’ego en lui-même, pas une représentation de l’ego, pas un ego imaginaire inexistant, non, mais tel qu’il est vraiment, en d’autres termes, le voir avec ce centre émotionnel supérieur, c’est la seule façon dont l’ego va vraiment mourir. Cette pratique de la mort du « Moi » devient stérile au moment même où nous ne voyons pas l’ego tel qu’il est, mais une représentation de l’ego.

Samael Aun Weor: Bien, c’est déjà un simple jeu de la psyché, car en réalité, vraiment, nous ne pourrions pas voir l’ego en soi si nous n’avons pas développé ce sens qui permet de voir l’ego. Voir l’ego comme une représentation serait se retrouver pris au piège dans un cercle vicieux, une forme d’auto-tricherie.

Nous voulons dissoudre ce que nous ressentons, ce qui pense en nous à un moment donné, ce qui en un instant offense les autres, ce qui en un instant ressent de la luxure, ce qui en un instant brûle notre chair avec la lascivité, c’est ce qu’il faut dissoudre. Nous devons être pratiques. Il ne s’agit pas de former en nous des représentations de l’ego, mais de nous auto-observer psychologiquement et de désintégrer l’ego.

Question: En parlant d’auto-observation, cela a-t-il un rapport avec les centres supérieurs de la machine organique?

Samael Aun Weor: Bien, évidemment, les centres supérieurs de la machine humaine sont falsifiés précisément par l’éducation que nous avons reçue. C’est de telle manière que nous devrons purifier ces centres de la machine humaine, et c’est précisément pourquoi le travail de l’auto-développement intérieur de l’Être est si difficile. Il y a deux choses qui nous gênent, deux choses qui empêchent notre développement personnel. Nous nous référons précisément à la fausse éducation reçue pendant l’âge préparatoire et à l’hérédité. Notre père terrestre et notre mère terrestre avaient des habitudes déterminées, des habitudes erronées et non erronées déterminées, mais des habitudes de toute façon. Ils, à leur tour, les ont parce qu’ils les ont hérités dans leurs gènes de leurs grands-pères. Nos grands-pères avaient les mêmes habitudes parce qu’ils les avaient héritées de nos arrière-grands-pères et ainsi de suite. De telle manière que, en raison de l’héritage que nous portons dans nos gènes, il existe une tendance à répéter les mêmes erreurs que nos ancêtres, et elles sont si profondément enracinées en nous que nous ne les remarquons même pas. C’est de telle manière que la très mauvaise éducation reçue pendant l’âge préparatoire est un obstacle au développement personnel de l’Être.

Question: Maître, les représentations mentales sont-elles toujours du mental ou y a-t-il aussi des effigies de type émotionnel, instinctif et sexuel?

Samael Aun Weor: Toutes les effigies sont mentales parce qu’en fin de compte elles appartiennent au monde du mental. Le mental est le mental et l’Être est l’Être. Le Monde Astral n’est rien d’autre que mental condensé, le monde physique n’est que mental condensé. C’est ainsi qu’il faut penser que les effigies sont mentales, c’est évident.

Question: Lorsque nous écoutons quelqu’un et qu’une représentation nous traverse, que faisons-nous?

Samael Aun Weor: Si vous prêtez toute votre attention, il n’y a aucune raison pour que ces manifestations se produisent. Mais, si l’on ne fait pas attention à l’écoute, d’autres choses surgissent dans le mental: des pensées négatives et des souvenirs. Si l’on est entièrement concentré de manière naturelle, spontanément, il est impossible que de telles pensées et souvenirs négatifs surgissent. S’ils surviennent, c’est parce qu’on ne fait pas attention à soi. Par conséquent, nous devons rester plus attentifs.

Question: Quand on travaille avec l’imagination, comment savoir si on forme des effigies mentales?

Samael Aun Weor: Ainsi, le dormeur reste endormi. Que va-t-il savoir! Éveillez-vous, alors vous saurez que c’est la crue réalité des faits. Qu’est-ce qu’une personne va savoir si elle dort!?! Il faut s’éveiller!

Question: Maître, en relation avec les impressions que nous prenons lors des sublimations du Sacrement de l’Amour. Lorsque la personne pratique l’Alchimie Sexuelle et que cette personne s’identifie complètement au plaisir, le produit de l’expérience entraînera-t-il la magnétisation du corps, provoquant la cristallisation des impressions dans l’ego ?

Samael Aun Weor: Oui, ils cristallisent sous la forme négative de l’ego. À l’intérieur de chacun de nous, nous avons beaucoup à explorer, et c’est très important à savoir. Si chacun de vous à un moment donné pouvait libérer la Conscience de la bouteille de l’ego, cette personne pourrait alors voir les 12 Ordres de l’Univers (les 12 signes du zodiaque). Ils pourraient également voir l’Ordre Solaire du Lion; les Êtres dans cet ordre sont sans l’ego, et ne créent pas du tout d’effigies mentales. Nous devons méditer à ce sujet.

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : Mental Representations