Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Il existe dans le monde de nombreux orateurs et écrivains qui émerveillent les autres par leur éloquence; cependant, savoir écouter la parole est une tâche extrêmement difficile, car rares sont ceux qui savent écouter la parole.

Le public peut suivre attentivement les paroles de l’orateur ou les lecteurs peuvent suivre attentivement les paroles de l’auteur. Ils pourraient être à l’écoute et concentrés; cependant, dans leur profondeur psychologique, il existe un secrétaire qui traduit les paroles du l’orateur ou de l’écrivain. Ce secrétaire est le « Moi », le moi-même, l’ego. Ce secrétaire interprète mal ou traduit mal les paroles articulées ou écrites.

Le « Moi » traduit la parole en fonction de ses préjugés, de ses idées préconçues, de ses peurs, de son orgueil, de ses angoisses, de ses idées, etc.

Les lecteurs d’un livre ou les personnes présentes dans un auditorium n’écoutent certainement pas les paroles de l’auteur, ils s’écoutent eux-mêmes. Ils écoutent leur propre ego ; ils entendent leur bien-aimé ego machiavélique, incapable de comprendre le réel, le vrai, l’essentiel.

C’est seulement dans un état d’alerte nouveauté, avec un mental spontané, sans le poids du passé, dans un état de totale réceptivité que nous pouvons réellement écouter les paroles sans l’intervention de ce mauvais secrétaire appelé le « Moi », le moi-même, l’ego.

Un mental conditionné par la mémoire ne répète que ce qu’il a stocké. Un mental, conditionné par les expériences de tant d’hier, ne peut voir le présent qu’à travers les lunettes sales du passé.

Par conséquent, si nous voulons apprendre à écouter la parole afin de découvrir le nouveau, il est urgent d’apprendre à vivre d’instant en instant, sans les préoccupations du passé et sans les projections du futur. Nous devons vivre en conséquence avec la philosophie du momentanéité.

La vérité est l’inconnaissable d’instant en instant. Si nous voulons être complètement réceptifs, nos mentals doivent toujours être attentifs, en pleine attention, sans préjugés ni idées préconçues.

Il faut apprendre à vivre sagement, à raffiner nos sens, à raffiner notre comportement, nos pensées et nos sentiments.

A quoi sert d’avoir une grande culture académique si effectivement nous ne savons pas écouter la parole, si nous ne sommes pas capables de découvrir le nouveau d’instant en instant.

Les mentals rugueux, impolis, détériorés et dégénérés ne peuvent jamais savoir comment découvrir le nouveau. Ces types de mentals ne reconnaissent erronément les traductions absurdes de ce secrétaire appelée « Moi », l’ego, le moi-même.

Les fanatiques du Marxisme-Léninisme n’acceptent pas le nouveau; ils n’admettent pas la quatrième caractéristique de tout, c’est-à-dire la Quatrième Coordonnée à cause de leur estime de soi, parce qu’ils s’aiment trop, parce qu’ils sont confinés dans leurs propres théories absurdes. Ainsi, lorsque nous les plaçons sur le terrain des faits concrets, lorsque nous leur démontrons à quel point leurs sophismes sont absurdes, ils lèvent le bras gauche, regardent leur montre, s’excusent et partent.

Ainsi, les mentals dégénérés, les mentals décrépits ne savent pas écouter la parole. Ils ne savent pas comment découvrir le nouveau; ils n’acceptent pas la réalité parce qu’ils sont embouteillés dans leur estime de soi. Ce sont des gens qui s’aiment trop ; ils ne savent rien des raffinements culturels parce que les mentals rugeux et grossiers n’écoutent que leur bien-aimé ego.

Tout d’abord, il est nécessaire d’apprendre à écouter la parole. En effet, ceux qui savent lire la parole écrite sont très rares. Normalement, quand quelqu’un lit, en réalité, il n’écoute pas la parole parce que son « Moi », son ego traduit ce qu’il lit dans sa propre langue, dans sa propre idiosyncrasie, dans son propre critère.

Tout d’abord, nous devons éveiller notre Conscience afin d’apprendre à écouter la parole. Comment une personne dont la Conscience est endormie pourrait-elle être capable d’écouter psychologiquement?

Pour savoir écouter psychologiquement, il est nécessaire d’être présent. Je vous demande donc: en ce moment, êtes-vous sûr de ne pas errer mentalement ailleurs, peut-être dans un atelier, à la campagne ou ailleurs?

Quand les gens lisent un livre Gnostique ou s’assoient pour écouter une conférence, ils semblent écouter la parole; cependant, s’ils ne sont pas psychologiquement présents, s’ils ne sont pas consciemment dans leur maison (corps physique), comment peuvent-ils écouter la parole?

Normalement, quand on enseigne la Gnose, les gens semblent écouter mais en réalité ils n’écoutent pas; ils s’échappent, ils marchent mentalement d’ici à là, de là à ici; ils voyagent dans leur propre ville psychologique intérieure.

Rappelons-nous qu’il existe à l’intérieur de chacun de nous un pays psychologique. Une chose est la ville physique où nous vivons et une autre est la ville psychologique dans laquelle nous nous situons psychologiquement.

Où êtes-vous psychologiquement situé en ce moment? Vous pourriez dire « ici », mais cela peut être ou ne pas être juste. La vérité est qu’il est difficile de savoir écouter la parole. Normalement, la personne qui écoute s’échappe, voyage dans son propre pays psychologique et s’enfuit dans différentes directions. Donc, si la Conscience de la personne n’est pas dans la maison (son corps physique), si sa psyché n’est pas dans la maison, qui écoute alors? La personnalité humaine? En effet, la personnalité humaine ne sait pas écouter. Peut-être que le corps physique écoute? Mais le corps physique n’est qu’un instrument!

Quand on parle à d’autres gens, on pense qu’ils sont alertes; cependant, ils n’écoutent qu’apparemment parce qu’ils ne sont pas psychologiquement dans la maison.

Ils sont si pleins d’eux-mêmes qu’ils ne veulent pas écouter la parole. En eux-mêmes, ils n’ont pas de place vide, un petit coin pour la parole; ils sont pleins de vanité, d’orgueil, de leurs propres théories, etc. Comment la parole pourrait-elle entrer en eux s’ils sont si pleins d’eux-mêmes?

Souvenons-nous de Jésus et de sa naissance (à l’époque d’Hérode) lorsque ses parents allaient se faire taxer et qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’auberge. Ainsi, dans l’auberge (notre intérieur), il n’y avait pas d’espace vide pour la parole. Notre auberge est toujours pleine; notre auberge psychologique est toujours pleine. Comme c’est grave!

Le Bouddha est assis à côté de l’Arbre Bodhi, son bol tourné vers le haut.

Nous devons avoir le petit bol du Bouddha toujours tourné vers le haut pour pouvoir recevoir la parole; cependant, les gens font le contraire; ils ont mis leur bol tourné vers le bas. Il est nécessaire de reconnaître notre propre misère intérieure pour avoir une place pour la parole dans notre petit bol, dans notre mental.

Mais si nous sommes si pleins de nous-mêmes, comment la parole pourrait-il entrer à l’intérieur de nous? En d’autres termes, comment pourrions-nous apprendre à écouter d’un point de vue psychologique? Parce que savoir écouter physiquement est une chose relativement facile, mais écouter psychologiquement est en effet difficile!

Il faut adopter une attitude réceptive, à la manière Bouddhiste, c’est-à-dire avec le bol tourné vers le haut, dans l’attente d’une alimentation psychologique; mais si le bol est tourné vers le bas, comment la nourriture psychologique pourrait-elle entrer à l’intérieur de nous? Comment pourrions-nous la recevoir?

Ceux qui sont pleins d’orgueil, d’autosuffisance, ceux qui sont pleins de théories, sont-ils peut-être dans l’état psychologique approprié pour recevoir la parole? Tout d’abord, nous devons reconnaître notre propre misère et notre pauvreté intérieure avant de recevoir la nourriture de la parole; cependant, il n’est pas possible de recevoir cette nourriture si nous ne savons pas écouter la parole.

Il se trouve que nous avons lu ou écouté la parole des milliers, voire des millions de fois; par conséquent, nous croyons la connaître, l’avoir écouté ou compris; mais en fait, nous n’avons pas écouté la parole du tout. Chaque jour, nous réécoutons la parole et nous sentons qu’il y a quelque chose de nouveau. Pourquoi pensons-nous qu’il y a quelque chose de nouveau? Parce que nous avons toujours lu ou écouté avec notre Conscience endormie, et l’autre jour, nous avons eu la chance d’écouter dans un état de Conscience éveillée.

Comprenez combien il est difficile de savoir écouter. Tout d’abord, il faut être conscient de soi si l’on veut savoir écouter.

Souvenons-nous de la tentation de Jésus lorsque le diable lui dit: « Je te donnerai toutes ces choses si tu veux te prosterner et m’adorer. »

Comprenons la tentation: il a été demandé à Jésus-Christ de poser son bol face vers le bas afin d’écouter les choses extérieures, afin d’écouter le monde uniquement avec ses sens extérieurs; on ne lui a pas demandé de mettre son bol face vers le haut, ce qui est le moyen de recevoir la parole intérieure qui vient des hauteurs.

Alors, pourquoi Jésus n’est-il pas tombé? Parce qu’il était toujours alerte et vigilant comme un gardien en temps de guerre; il avait son petit bol (mental) tourné vers le haut. Cependant, s’il était tombé dans la tentation, c’est-à-dire s’il avait mis son petit bol, le mental tourné vers le bas, il aurait écouté les paroles extérieures, les choses qui viennent de l’extérieur, les choses du monde; il n’aurait pas été capable d’écouter psychologiquement.

Alors, cher lecteur, nous devons devenir plus réceptifs aux paroles écrites ; nous devons apprendre à écouter psychologiquement. Je répète, comment pourrait-il être possible d’écouter si nous sommes à l’extérieur de notre maison? Qui sont ceux qui sont à l’extérieur de leur maison? Ce sont tous les inconscients!

Êtes-vous sûr d’écouter maintenant? Pouvez-vous l’affirmer? Pouvez-vous être assuré que vous êtes totalement attentif? Ou errez-vous ailleurs? La crue réalité des faits est que, lorsque les gens écoutent, ils ne savent pas écouter car ils se trouvent toujours ailleurs ; ils ne sont jamais à la maison.

Les gens ne se souviennent pas de leurs existences passées. Comment pourrait-il être possible pour eux de se souvenir des existences passées s’ils ne sont pas à la maison? Comment quelqu’un pourrait-il se souvenir de quelque chose qu’il n’a pas encore expérimenté?

Savez-vous ce que signifie être à la maison? Psychologiquement, nous comprenons que la « maison » est la personne humaine. Normalement, notre Être Réel est hors de sa maison; alors, comment pourrions-nous nous souvenir de nos existences passées si nous sommes hors de notre maison tout le temps?

Dans nos études Gnostiques, il y a deux choses principales: premièrement, se souvenir de nous-mêmes, c’est-à-dire de notre Être Réel, et deuxièmement, la relaxation du corps physique. Se souvenir du Soi et détendre le corps est quelque chose que nous devons constamment faire. Rappelez-vous que le corps, les nerfs, les muscles sont toujours en tension. Il est impératif d’apprendre à se souvenir du Soi et à détendre le corps. Je le fais tous les jours, de façon continue, dans mon lit ou ailleurs. Faire ces deux choses primordiales est indispensable.

En fait, les gens font beaucoup d’erreurs; ils ont élaboré de nombreuses théories complexes parce qu’ils ont oublié leur Être Réel. Par exemple, si Laplace, le grand astronome et mathématicien Français ne se serait pas oublié lui-même, son propre Être Réel, il n’aurait pas conçu sa théorie dans son mental (la fameuse théorie de Laplace). La théorie de Laplace est fausse et absurde. Quand Laplace a présenté sa théorie à Napoléon Bonaparte et lui a expliqué comment se présentait une nébuleuse, une planète ou un système solaire, Napoléon lui demanda: « Et à quel endroit as-tu mis Dieu dans ta théorie? » Alors Laplace a répondu cyniquement à Napoléon: « Non monsieur, je n’ai pas eu besoin de Dieu pour développer ma théorie »; observez l’autosuffisance de Laplace.

Néanmoins, c’est précisément parce qu’il a oublié son Être Intérieur qu’il a pu créer une théorie aussi fausse. Actuellement, pas un seul astronome de la planète Terre n’a vu de ses propres yeux une planète sortit ou émerger d’une nébuleuse. Mais de manière incongrue, la théorie de Laplace est admise en tant que dogme par le mental de nombreux imbéciles. Si Laplace n’aurait pas oublié son Soi Réel, il n’aurait pas construit une théorie aussi absurde.

Un imbécile a mis quelques gouttes d’huile dans une tasse d’eau et avec un petit bâton il a fait tournoyer les gouttes d’huile; le tourbillon a produit des anneaux qui tournaient autour de la goutte centrale. « Oh! » s’écria-t-il: « C’est ainsi que l’univers a été formé! » On lui a ensuite demandé: « Et Dieu ? » Il a alors répondu: « Non, Dieu n’était pas nécessaire; vous pouvez voir dans ma théorie comment cela s’est formé. » En effet, il était vraiment un imbécile; il ne s’est pas rendu compte qu’en jouant sa théorie avec les gouttes d’huile dans une tasse d’eau, il jouait le rôle de Dieu ; comme un Dieu, il faisait tourner l’huile.

Néanmoins, il était si bête qu’il ne pouvait pas se rendre compte que l’on avait besoin de quelqu’un pour produire les mouvements de l’huile avec le bâton, car la goutte d’huile en elle-même ne pourrait pas tourner ou ne se serait pas étendue et aurait formé les anneaux. Ainsi, une main était nécessaire et une impulsion intelligente; ainsi le cynique, le fou, jouait le rôle de Dieu ; cependant, il a nié Dieu. C’est ainsi que les gens sont têtus quand ils oublient leur Soi Réel.

Je n’oublie pas mon Soi Réel, c’est-à-dire mon Être Réel; par conséquent, je déclare que la théorie nébulaire de Laplace est fausse. Je vais aller plus loin dans cette affaire. Je comprends Sabaoth et Svabhava. Qu’est-ce que Svabhava? C’est l’intelligence directrice formée par Sabaoth, par l’Armée de la Voix.

Comment l’univers a-t-il émergé? Est-ce que cela vient d’une nébuleuse? Non! Cette théorie n’est pas vraie. L’univers est né de Sabaoth, de la mère-substance, du Chaos, de ce que les Hindustanis appellent Mulaprakriti.

Vajrasattva, un symbole Bouddhiste Tibétain Tantrique représentant le pouvoir créateur des êtres divins

La philosophie Tantrique enseigne la vérité. Il est dit que certains rites Tantriques ont été célébrés à l’aube du Mahamanvantara (Jour Cosmique). Les Elohim qui, dans leur conjonction, forment Sabaoth, l’Armée de la Voix, se sont dédoublés sous la forme d’êtres divins androgynes. Par la suite, quand ils ont pris la forme des principes masculin et féminin, ils étaient prêts à féconder la matière chaotique. De cette manière, Isis et son principe masculin, Osiris, c’est-à-dire Sabaoth, avaient une sorte de copulation chimique et métaphysique pour féconder la matière chaotique.

C’est ainsi (dans le Chaos) qu’ils ont séparé les eaux supérieures des eaux inférieures. Le feu (principe masculin) avaient fécondé les eaux supérieures et le feu cosmique montait à travers la colonne vertébrale d’Isis (Mulaprakriti); plus tard, le feu est revenu dans le Chaos. C’est ainsi que le Chaos a été fécondé et que la vie est apparue. C’est ainsi que la graine de lit de tout ce qui existe a surgi. La cause a été, est et sera toujours le tourbillon électrique qui génère la vie partout. Ensuite, les germes de l’existence, les atomes élémentaux, les planètes pleines de vie, ont germé. Tout cela grâce à Elohim; grâce à l’androgyne divin ou à l’armée des Elohim; pas d’une nébuleuse!

La première forme qui a vu le jour était un univers mental. Beaucoup plus tard, il s’est cristallisé dans la matière astrale, puis dans la matière éthérique et enfin dans la matière physique. Il n’y avait pas de nébuleuse comme l’avait déclaré Laplace. L’univers était la création du Verbe, de la Parole.

Si Laplace n’aurait pas oublié son Soi Réel, si au lieu de créer cette théorie idiote, il aurait profondément travaillé sur la Méditation, alors il est évident qu’il aurait un jour vu (avec l’Oeil Dangma) les véritables origines de l’univers, une réalité qui est loin de sa théorie stupide. C’est la crue réalité des faits!

Donc, quand on oublie son Soi Réel, on fait des erreurs affreuses. Par conséquent, il est fondamental de ne pas oublier son Soi Réel.

C’est le feu qui compte dans toute création; cependant, nous ne faisons pas référence au feu dans ce monde physique, mais au feu dans le Chaos. Évidemment, dans le Chaos, le feu est une puissance électrique avec des possibilités d’éveil pour créer.

Dans mon livre La Pistis Sophia Dévoilée, j’affirme que Pistis Sophia est définitive dans le Chaos. En effet, Sophia est la sagesse du feu qui brille dans le Chaos; c’est pourquoi il est dit que « la lumière sort des ténèbres » et que « le cosmos sort du Chaos ». Pistis Sophia en tant que feu brille dans le Chaos pour créer et créer de nouveau. La sagesse divine est dans le Chaos et du Chaos, elle apparaît pour arriver au « 13e Aeon », au « 13e Serpent », au « 13e Sept Numéral ».

Donc, chers lecteurs, nous devons réfléchir de plus en plus à ces questions psychologiques. Les grandes vérités sont comprises quand on n’oublie pas son Être Réel, quand on se souvient profondément du Soi.

Par conséquent, nous vous recommandons, en tant que lecteur, de vous souvenir de votre Soi tous les jours et de détendre complètement votre corps physique sur un canapé, juste pour un moment (que ce soit pour cinq ou dix minutes ou pour une demi-heure). Ainsi, un jour, vous pourrez faire l’expérience de la réalité dans votre Conscience. Cette pratique met en activité le centre émotionnel supérieur et le centre moteur ; ainsi, lorsque nous sommes complètement relaxés, notre Conscience fait l’expérience de l’Être, Le ressent, L’expérimente.

Il est donc fondamental de devenir réceptif à notre Être. Notre personnalité doit devenir de plus en plus passive et réceptive à la Parole qui vient des hauteurs; cette parole vient à travers les centres supérieurs de l’Être; voilà comment la Parole arrive. Cependant, si nous ne sommes pas réceptifs, si nous n’apprenons pas à détendre notre corps, si nous oublions notre Soi, comment pourrions-nous recevoir les messages qui sortent des centres supérieurs de notre Être?

Nos lecteurs doivent comprendre que nous devons devenir réceptifs; qu’il faut apprendre à recevoir la parole et à en saisir le sens profond. Nous devons nous détendre et nous souvenir de nous-mêmes, de notre propre Être quotidiennement ; de cette façon, nous avancerons avec succès.

N’est-il pas inutile pour un étudiant de demander conseil à un Maître quand celui-ci ne se souvient pas de lui-même, puisqu’il sera incapable d’écouter?

Bien, demander un conseil est nécessaire mais savoir écouter est indispensable. Il n’est donc pas absurde de demander conseil ; ce qui est absurde, c’est de ne pas savoir écouter la parole.

Est-il possible d’apprendre à écouter à travers l’apprentissage de la parole? Une chose est de parler ou d’écrire et une autre chose est d’écouter la parole. Si nous ne savons pas écouter la parole, nous ne saisirons pas la vraie connaissance.

Pour savoir écouter, il faut rester alerte psychologiquement et rester sur ses gardes. L’existence d’un équilibre total entre connaissance et compréhension ou entre connaissance et Être est également nécessaire. Cependant, une chose est d’écouter la parole et une autre chose est de parler la parole. Étudier la parole prononcée est pratique mais savoir écouter la parole est indispensable.

Quand on est devant un Maître illuminé, il y a une léthargie du mental; on est incapable d’absorber toutes les paroles du Maître, la connaissance transcendantale. On se sent perplexe et abasourdi devant la sagesse du Maître; il est donc difficile d’écouter un Maître illuminé. Alors, que pourrions-nous faire pour apprendre à écouter un Vénérable Maître?

Sans aucun doute, il faut savoir écouter la parole; il faut être dans l’état d’alerte-perception, d’alerte-nouveauté si l’on veut saisir la vraie connaissance. Cependant, je le répète, comment pourrait-on savoir écouter si on n’est pas à la maison? Normalement, les personnes qui forment l’auditoire ou qui lisent un livre s’échappent, car elles possèdent de multiples agrégats psychiques inhumains qui vont et viennent partout. Ainsi, dans un auditorium, de nombreuses personnes peuvent écouter, mais généralement elles ne se souviennent pas d’elles-mêmes ; ainsi elles n’écoutent pas; elles n’écoutent pas parce qu’elles sont à l’extérieur de leur maison. Si l’on veut savoir écouter la parole, il faut être intégral, il faut être complet, dans son ensemble, devant le conférencier. Les trois cerveaux : l’Intellectuel, l’Émotionnel et le Moteur doivent être unis, intégrés, mais si ces trois cerveaux sont dissociés, par exemple: l’Intellectuel est dans une direction, l’Émotionnel dans une autre et le Moteur dans une autre, on entend mais n’écoute pas la parole.

Les sept centres de la machine humaine. Les trois cerveaux sont l’intellectuel, l’émotionnel et le moteur-instinctif-sexuel.

Les sept centres de la machine humaine. Les trois cerveaux sont l’intellectuel, l’émotionnel et le moteur-instinctif-sexuel.

Donc, savoir lire, c’est savoir écouter la parole; c’est quelque chose de très difficile mais fondamental, car si on l’apprend, on peut alors avoir une information complète sur le travail ésotérique Gnostique.

Prenons en compte le fait que la vie pratique a plusieurs visages. Une vie vécue dans un état inconscient a des visages terribles. Il semble que la vie, telle que l’humanité la vit, c’est-à-dire, dans un état inconscient, ait plus de pouvoir que la connaissance ésotérique Gnostique. Néanmoins, ce qui se passe, c’est qu’ils ne peuvent pas recevoir les informations qui leur sont données par le biais des paroles écrites ou articulées, car les gens sont tellement pleins d’eux-mêmes ; ils sont pleins de fausses connaissances qui les empêchent de recevoir l’information complète; c’est-à-dire qu’ils ne savent pas écouter.

Si on écoute, si on apprend à écouter dans un état d’alerte-perception et d’alerte-nouveauté, alors à travers la parole, on peut reconnaître qu’il ou elle reçoit des connaissances parce qu’on n’est personne. Ensuite, il y a un endroit vide dans lequel la parole peut entrer; mais si on se sent rempli de connaissance, vaniteux et satisfait de tous ces égo de tout-savoir, comment pourrait-on recevoir la parole?

Donc, nous devons mettre notre urne, notre petit bol tourné vers le haut, ouvert, attendant la parole, la nourriture qui nous nourrira et nous orientera. Mais si on tourne le bol vers le bas, comment peut-il recevoir la connaissance? Donc, pour recevoir, il faut le mettre face vers le haut; avoir une place dans nos mentals pour recevoir une goutte, une goutte de connaissance.

La fausse éducation, la fausse morale constituent également un obstacle pour apprendre à écouter. Certes, la fausse éducation produit beaucoup de dégâts. Nous affirmons que l’éducation que l’on reçoit à la maternelle, au primaire, au lycée et à l’université est fausse car elle n’est liée à aucune des parties autonomes et auto-conscientes de l’Être. Elle est fausse; par conséquent, elle déforme les cinq centres de la machine humaine et nourrit de nombreux agrégats psychiques inhumains.

Une personne avec une fausse personnalité robuste est une personne qui n’est pas disposée à écouter la parole, car elle ne sait pas écouter. Une personne avec une fausse personnalité robuste écoute toujours les voix subjectives, infra-conscientes, infra-humaines des cinq centres de sa machine organique. Les seules voix qu’elle sait écouter sont celles de sa fausse personnalité. Il est toujours plein de fausses connaissances et n’a pas de place vide dans laquelle l’instructeur pourrait déposer la parole venant d’en haut. Ainsi, la fausse éducation produit une étroitesse d’esprit effroyable.

En ce qui concerne la fausse morale, il est bon de savoir de quelle sorte de morale nous parlons, car si cette morale est attachée à la vieille, aux traditions, elle est inutile.

Il est préférable de parler d’éthique révolutionnaire, car la morale des gens est esclave de leurs coutumes, de leurs lieux et de leurs époques. Ce qui est moral dans un pays est immoral dans un autre; ce qui à une époque était moral à une autre était immoral; ce qui est moral à un moment donné est immoral à un autre moment.

Faisons référence à un cas réel. Il n’y a pas si longtemps, en Chine, tuer son père parce qu’il était très vieux était considéré comme moral. En outre, l’échange de fillettes par des missionnaires Catholiques contre des timbres (postaux) était considéré comme moral. Il y avait un prêtre qui avait acheté des centaines, des milliers de petites filles qu’il avait acquises avec de simples timbres. C’était aussi moral de jeter une fille nouveau-née dans la rue juste parce qu’elle était une fille; mais ils se sentaient heureux quand le nouveau-né était un garçon. Alors, quelle est la moralité? La moralité est l’esclave des traditions. Nous pourrions citer des milliers de cas, dont certains très douloureux et d’autres même honteux lorsque nous parlons d’une morale tellement vantée.

Ainsi, la moralité est l’esclave des coutumes, des temps, des préjugés de l’humanité. Par conséquent, la moralité des gens n’est pas pratique pour celui qui veut marcher sur le chemin de la réalisation de l’Être Intérieur. Il faut se libérer de ce type de moralité pour suivre le chemin de la grande rébellion.

Parlons de l’éthique révolutionnaire; cela sonne mieux. Il faut faire un inventaire psychologique de soi-même pour savoir ce que l’on a en excès et ce dont on a besoin et aussi pour apprendre à gérer les vertus.

Si une vertu est déplacée (même si elle est très sainte), elle produit des dommages. Il y a eu beaucoup de saints qui ont nui à l’humanité avec leurs vertus; c’est la crue réalité des faits. Si l’on ne sait pas utiliser les vertus, si précieuses soient-elles, il est évident que l’on génère des dommages avec elles. Alors, ne parlons pas de morale, parlons plutôt de l’éthique révolutionnaire. La moralité est inutile; cela endommage notre développement psychologique.

Il faut savoir écouter et pour cela, il faut être à la maison. Mais qu’en est-il de notre mauvais secrétaire psychologique, l’ego?

Les ego des personnes présentes dans le public ont déjà formé leurs propres concepts personnels en fonction de leurs idiosyncrasies psychologiques avant même que le l’orateur ait terminé sa conférence ou avant de terminer un livre. L’ego forme de faux concepts car ceux-ci sont fondés sur ses préjugés, ses peurs, ses fausses théories, sa fausse éducation, etc., et de nombreuses autres « mauvaises herbes ». L’ego est un mauvaise secrétaire qui cause beaucoup de dégâts. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire d’être psychologiquement alerte et vigilant si nous voulons être disposés à recevoir la parole, toujours attentifs, toujours en rébellion contre notre ego, toujours dans le présent. Parce que, si nous sommes absents, si nous n’écoutons pas conformément à la philosophie du momentanéité, comment pourrions-nous recevoir la doctrine de l’Être, c’est-à-dire la doctrine de la grande rébellion?

Paix Invérentielle!

Samael Aun Weor

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : Knowing How to Listen

Réflexion
Le Sérieux dans le Travail Ésotérique