Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Diogène a allumé une lampe en plein jour et alors, il se promenait, « je cherche un humain ». – Diogène Laërtius, vi. 41

Frères et sœurs, nous sommes tous ici ce soir. Commençons notre conférence. J’espère que vous serez pleinement attentif. Le temps est venu d’étudier en profondeur tout ce qui concerne l’être humain et l’univers qui nous entoure.

Il est avant tout indispensable de comprendre en profondeur les processus de la vie et de la mort. Indiscutablement, à l’intérieur de l’être humain, il y a des facultés de cognition superlatives et extraordinaires, qui sont à l’état latent, mais qui, convenablement développées, pourraient nous aider à étudier l’être humain et l’univers.

Ce qui compte, ce sont les mondes internes à l’intérieur de chacun de nous. Les pensées et les sentiments (émotions, désirs, aspirations) sont invisibles. À première vue, personne ne peut les voir. Toutes ces valeurs constituent en elles-mêmes notre être intérieur.

Chaque personne a sa propre vie intérieure. Chaque personne a son propre monde intérieur. Si une personne ne connaît pas son propre monde intérieur, sa vie intime, encore moins elle saura les mondes intérieurs et la vie intime de la planète dans laquelle nous vivons. Et si on ne connaît pas la vie intime de la planète sur laquelle nous vivons, on ne pourra pas connaître la vie intérieure de notre système solaire, ni de la galaxie qui entoure Sirius, le soleil central.

Donc, si nous voulons connaître la vie intérieure du système solaire, de la Terre ou de la galaxie, nous devons commencer par connaître nos propres mondes intérieurs.

Personne ne peut connaître quelqu’un d’autre simplement en observant la forme physique ou le corps physique.

Si nous sommes invités à une fête, nous verrons beaucoup de gens danser joyeusement, mais nous ne voyons en réalité que leurs mouvements imités; nous entendons leurs voix fortes, leurs cris, ou nous découvrons le « sourire subtil » dont parlait Socrate, leur corps, mais en réalité, nous ne savons rien de la vie intérieure de ces personnes.

Voir les personnalités physiques ne signifie pas que nous découvrons la vie intérieure des gens.

Lorsque nous disons: « Je connais telle ou telle personne », cette affirmation est absolument fausse, car personne ne peut connaître une autre personne tant que nous ne nous connaissons pas nous-mêmes. Nous exagérons lorsque nous affirmons que nous connaissons un ami et sa vie intime, car en effet, nous ne pouvons connaître intimement une personne tant que nous ne nous connaissons pas nous-mêmes.

Mais si nous connaissons nos propres mondes intérieurs, nous pouvons aussi connaître la vie intérieure des gens qui nous entourent.

Quand on découvre sa vie intérieure, quand on connaît ses erreurs psychologiques, on devient un meilleur ami, un meilleur frère, un meilleur fils, un meilleur citoyen, car on comprend mieux les autres.

Si on découvre par soi-même qu’on a de la colère, alors on comprend la colère des autres, et on ne demande pas aux autres de ne pas avoir de colère parce qu’on sait qu’on en a.

Si on découvre qu’on est jaloux, on ne va pas offenser les autres avec sa propre jalousie. On ne s’attendra pas à ce que les autres ne soient pas jaloux, car si on sait qu’on est jaloux, on va penser que les autres doivent l’avoir aussi, évidemment.

Il est donc essentiel pour nous de réfléchir en profondeur à toutes ces choses.

La vie intérieure de chacun de nous est ce qui compte, car elle est plus réelle que notre vie physique (plus réelle que cette table ou cet enregistreur), puisqu’elle est la plus proche de nous, puisqu’elle constitue notre processus psychologique, puisqu’elle est ce que nous sommes réellement.

Personne ne peut voir les pensées des voisins à moins d’avoir la clairvoyance divine, mais les pensées existent et elles sont internes. Pour le clairvoyant, les pensées des autres sont comme un livre ouvert.

L’heure est donc venue pour que nous devenions plus complets. Encore une fois, nous ne pouvons pas connaître la vie intérieure de la planète Terre si nous ne connaissons pas d’abord notre propre vie intérieure. Et nous ne pouvons pas connaître la vie intérieure d’un ami, c’est-à-dire que nous ne pouvons pas vraiment connaître un ami si nous ne nous connaissons pas nous-mêmes d’abord.

Par conséquent, la connaissance de nous-mêmes est essentielle lorsque nous voulons explorer quelque chose, lorsque nous voulons connaître les mondes intérieurs de la planète Terre, lorsque nous voulons enquêter, chercher ou investiguer sur les mystères de la vie et de la mort.

Nous devons éduquer et développer des facultés supra normales pour explorer la vie intérieure de la planète Terre, mais si nous ne nous connaissons pas nous-mêmes au préalable, ces facultés ne se développeront jamais pleinement.

Donc, il est utile de savoir ce que sont la vie intérieure et ses responsabilités….

Le Corps Vital

On ne peut nier que la Terre a un Corps Vital! Nous avons également un siège vital organique, sans lequel notre corps physique ne pourrait pas exister.

Lorsque nous mourons, notre corps physique se dirige vers la tombe avec le Corps Vital qui se décompose lentement devant la tombe. Il a une couleur phosphorescente et brille comme un feu follet à minuit. Les clairvoyants voient généralement les corps vitaux se décomposer lentement devant leurs tombes, au fur et à mesure que le corps physique se décompose.

Le Corps Vital est le siège de la vie organique. Aucun corps physique ne pourrait vivre sans ce « nisus formativus », c’est-à-dire sans le Corps Vital essentiel à la biologie, à la chimie, à la philosophie, etc.

Il est urgent, impératif et indispensable d’approfondir ce sujet. Ainsi, comment est le monde vital de la Terre?

Si nous avons un Corps Vital, la planète Terre doit en avoir un aussi. Le Corps Vital de la planète Terre est l’Eden, le Paradis, la Terre Promise évoquée par Moïse, le grand kabbaliste initié, le grand législateur Hébreu.

Celui qui a développé les extraordinaires facultés du Corps Vital est capable de voyager dans l’Eden avec ce corps. Je ne veux pas dire que tout le Corps Vital peut être utilisé pour voyager dans le Paradis.

Le Corps Vital a quatre éthers – le premier, l’« éther chimique », qui est la base des forces chimiques qui agissent dans l’organisme lors des processus d’assimilation et d’élimination.

Le second éther est « l’éther de vie », qui est directement lié aux processus de reproduction de la race.

Le troisième éther est appelé « éther lumineux », qui est lié à la perception, aux calories, etc.

Et le quatrième éther, appelé « éther réfléchissant », est le véhicule de l’imagination et de la volonté.

Ainsi, le Corps Vital possède quatre éthers et constitue la base de la vie organique. L’initié peut extraire les deux éthers supérieurs du Corps Vital afin de voyager dans l’Eden. Ces deux éthers supérieurs sont « l’éther lumineux » et « l’éther réfléchissant ». Avec un tel véhicule, nous pouvons étudier le Jardin d’Eden, le Paradis terrestre.

Ceux qui pensent que le Jardin d’Eden était situé à un endroit précis de la Terre se trompent. L’explication que donne la Bible sur le Tigre, l’Euphrate et le Paradis situé en Mésopotamie est tout à fait symbolique. Le Jardin d’Eden est le Corps Vital de la planète Terre. C’est la partie supérieure du monde tridimensionnel d’Euclide. Le Corps Vital de la Terre est le siège de toute la vie organique de la Terre.

Le Corps Vital comprend deux sphères. Le premier est la Lune et le second est la Terre. Ils sont comme les deux jaunes d’un oeuf. Cela peut sembler étrange, mais en réalité ce n’est pas le cas. Souvenons-nous que la Lune qui nous éclaire de l’espace infini était autrefois vivante. Sa vie était riche et généreuse: mers profondes, volcans en éruption, vies végétales, animales et humaines, etc. Les pseudo-ésotéristes ou initiés qui affirmaient que la Lune était une partie de la Terre qui s’était effondrée se sont révélés avoir tort après les explorations effectuées par la NASA. Les différentes roches lunaires examinées au carbone 14 ont indiqué que la Lune était plus ancienne que la Terre. Par conséquent, cela ne peut pas faire partie de la croûte terrestre, comme l’ont supposé à tort certains ignorants.

Il est évident que l’âme de la Lune a été transférée sur notre Terre! Après que la Lune soit devenue un cadavre, son âme, c’est-à-dire son principe vital, a été transférée dans cette région de l’espace et a servi de « nissus formativus » à notre planète Terre. C’est pourquoi nos ancêtres de l’Anahuac ont appelé la Lune « notre grand-mère ».

Mme Blavatsky a déclaré que « la Lune est la mère de la Terre ». Selon les initiés d’Anahuac, la Lune est notre grand-mère parce que la Lune est la mère de la Terre, et si la Terre est notre mère, la Lune est notre grand-mère. Voyez comment ils pourraient définir avec leur sagesse quelque chose que les intellectuels modernes n’ont pas été en mesure de définir.

Je peux vous dire quelque chose que j’ai remarqué: la sagesse est terriblement simple. Elle a une naïveté et une innocence qui stupéfient.

La Lune joue un rôle important dans l’économie organique de la Terre. Comme le Corps Vital de la Terre contient également la Lune, celle-ci peut agir directement sur la Terre, sur des organismes, etc. Nous connaissons déjà son influence sur les marées hautes et basses.

Nous connaissons déjà sa relation avec la fonction des ovaires des femmes. Nous connaissons également ses relations avec diverses maladies et, entre autres, avec les maladies mentales des personnes qui vivent dans des asiles et dont la maladie devient plus grave lorsque la Lune change.

La Lune influence directement la conception de tous les êtres vivants.

On sait que la sève monte quand la Lune se lève et tombe quand la Lune se couche.

Ainsi, le monde vital mérite d’être étudié. Dans l’Eden, c’est-à-dire dans le monde vital, il y a vraiment des merveilles. Celui qui peut voyager avec son Corps Vital dans le Paradis peut voir les races humaines qui sont là. Il y a des races paradisiaques qui vivent dans la quatrième dimension et elles sont humaines. Elles vivent à côté de nous, mais elles sont invisibles pour nous. Je connais une de ces races. Elles ont un corps physique et se reproduisent comme nous. Elles vivent autour de nous sans que les gens les voient, à cause des différentes modifications de la matière.

Il y a encore des races humaines qui n’ont pas quitté le Paradis. Elles sont heureuses. Elles sont faites de chair et d’os, mais elles sont invisibles pour les personnes qui vivent dans le monde tridimensionnel d’Euclide. Ce sont des habitants du Jardin d’Eden et ils n’ont pas encore mangé le fruit dont on nous avait dit: « Tu n’en mangeras pas; car le jour où tu en mangeras, tu mourras sûrement. » Ce sont des gens qui ont été capable d’obéir à ce commandement…

Le monde vital ou le monde de l’Eden est très beau. Les montagnes sont transparentes comme du cristal et ont une belle couleur bleue. Les mers sont bleues et les champs aussi. La couleur fondamentale de base de l’Eden est le bleu. Je ne veux pas dire que la gamme de couleurs n’existe pas dans l’Eden. Les couleurs sont là, mais la couleur de base est le bleu intense de l’éther.

Le monde vital est très beau. Il y a des temples extraordinaires. Les temples des élémentaux de la nature sont là. Chaque plante, par exemple, est le corps physique d’un élémental. Il y a par exemple la famille des oranges, celle de la menthe, celle des pins, celle des roses, etc. Ces familles d’éléments végétaux ont leurs temples dans l’Eden. Ces créatures innocentes se rencontrent là-bas pour recevoir les instructions des Dévas qui les gouvernent.

Celui qui peut voyager avec son Corps Vital peut vérifier directement ce que je vous dis.

Par conséquent, il est utile d’examiner et d’approfondir cette doctrine afin de découvrir toutes ces merveilles.

Jean Baptiste habite indéniablement dans le monde vital; c’est-à-dire dans l’Eden, au Paradis. Jean-Baptiste est un Christ. Il a déjà incarné en lui la Parole; c’est-à-dire le Christ Intime.

Si nous voulons aller dans l’Eden, nous devons d’abord pouvoir voyager avec notre Corps Vital et recevoir une éducation ésotérique complète.

Le Corps Astral

Au-delà du Corps Vital qui est si précieux, nous pouvons découvrir ce que nous pourrions appeler le « monde astral ». Le véritable initié a un Corps Astral (tous les êtres humains n’en ont pas, mais l’initié a un Corps Astral).

La planète Terre a également un Corps Astral.

Le monde astral est merveilleux. C’est le monde de la couleur. Il y a sept tonalités de base, correspondant aux sept couleurs de base du spectre solaire et aux sept notes de la musique.

Le monde astral possède des zones sublimes extraordinaires et, malheureusement, d’autres infernales. Dans le monde astral, nous trouvons des anges et aussi des démons (on pourrait dire que des anges et des démons se combattent dans le monde astral).

Celui qui a un Corps Astral peut voyager dans ces régions du monde astral. Il peut les connaître et découvrir leurs merveilles, etc.

Nous pouvons affirmer que le monde astral est le monde des sacrements. Cela a été prouvé ésotérique.

Le véritable adepte a un Corps Astral.

Il est possible de rendre le Corps Astral visible et tangible après la mort du corps physique. Dans le grand ésotérisme, il y a un sacrement appelé « Almoadzano ». Grâce à ce sacrement, un maître peut vivre matérialisé dans le monde tridimensionnel d’Euclide pendant un an après la mort de son corps physique pour instruire ses disciples. Le sacrement d’Almoadzano est grandiose. Lorsqu’un maître veut instruire ses disciples dans le monde physique après avoir perdu son corps physique, il peut le faire en matérialisant son Corps Astral et en le rendant visible à ses disciples, à condition qu’il ait exercé le sacrement d’Almoadzano. L’adepte mettra un peu de son sang dans un calice et ses disciples mettront aussi un peu de leur sang dans le calice. Ils mélangeront ce sang et célébreront un rituel très spécial au cours duquel chacun d’entre eux boira du sang du calice et le sacrement d’Almoadzano aura lieu.

Cela mérite une explication scientifique précise et claire. Dans le sang humain artériel, il y a le Hamblezoïde (sang astral ou particules de sang subtil qui correspondent au monde astral) de l’Être. La liturgie, associée à l’opération de sang que j’ai mentionnée, entre dans la partie astrale de chaque personne qui a célébré la Sainte-Cène. Ainsi, le Hamblezoïde de chaque disciple entre dans le maître et le Hamblezoïde de l’Être du maître entre dans tous les disciples. Pour le dire plus clairement, le sang astral contenu dans le sang physique atteindra la partie astrale des disciples et du maître. C’est la seule manière pour le maître de pouvoir se matérialiser après la mort de son corps physique et de vivre ici avec son Corps Astral dans le monde tridimensionnel d’Euclide, dans ce monde dense… Le premier est la région de la lumière, la seconde est la région des ténèbres, « où l’on n’entend que des pleurs et des grincements de dents ».

Ainsi, le monde astral est un monde fohatique (angélique et diabolique) et nous devons le comprendre.

Les morts vivent dans le monde astral: âmes perdues, esprits captifs; et ainsi que ceux qui pratiquent la magie haute ou basse.

Dans le monde astral, nous trouvons Elohim Gibor ou Andrameleck, Michael ou son antithèse Chavajoth, Raphaël ou Lilith ou Nahemah, Michael ou Lucifer, etc.

Les armées d’anges et de démons qui s’affrontent y vivent.

Ceux qui se consacrent à la magie pratique sont dans le monde astral. Souvenons-nous d’Eliphas Levi, l’abbé Alphonse Louis Constant, c’est un grand maître qui vit indéniablement dans le monde astral. Il vit et travaille là-bas parce qu’il est un magicien.

Nous devons réaffirmer la valeur du mot « magicien ». De nos jours, les magiciens sont des charlatans et des prestidigitateurs qui trompent les gens avec leurs aptitudes manuelles. Dans les temps anciens, un magicien était une personne sage, une personne illuminée qui avait développé dans son anatomie ésotérique le feu annulaire serpentin qui se développe dans le corps de l’ascète.

Nous pouvons invoquer des anges et des démons dans le monde astral. Il y a des phrases angéliques ineffables grâce auxquelles Elohim peut nous aider. Mais il y a aussi des phrases mantriques diaboliques par lesquelles nous pouvons invoquer des démons.

Les anges et les démons obéissent au mage. Un mage est celui qui sait entrer à volonté dans le monde astral, celui qui est capable d’abandonner le corps physique pour se déplacer précisément dans la région astrale. Je ne peux pas nommer magus un individu qui ne sait pas comment quitter son corps physique à volonté. Les mages vivent dans le monde astral. Tout adepte qui se consacre à la magie haute ou basse doit forcement vivre dans le monde astral.

Le monde astral en lui-même est un monde qui a d’énormes couleurs scintillantes. Le feu astral brûle ardemment dans tout l’univers.

Nous trouvons les âmes désincarnées dans le monde astral, où elles vivent et existent, et nous pouvons parler avec elles si nous pouvons quitter notre corps physique à volonté.

Le Corps Mental

Au-delà du monde astral, il y a le monde mental. Quand on est capable de développer un Corps Astral, une fois qu’on l’a, on peut aussi voyager à travers le monde du mental universel.

Dans le monde mental, nous pouvons trouver la sapience, la sagesse. On y trouve tous les temples des dieux, les temples d’Hermès Trismégiste, où ses œuvres sont mentionnées et où la sagesse est vénérée.

Très peu de personnes peuvent voyager avec leur Corps Mental, car très peu de personnes ont développé un Corps Mental pour leur usage personnel.

Quand on apprend à voyager avec son Corps Mental, on découvre que le mental de la Terre est immense. Dans le mental de la planète Terre, nous trouvons les banlieues, les marchés, etc., mais nous trouvons également la partie subliminale de la compréhension universelle.

Il y a un peu de tout dans le monde mental. Les pensées et les idées de chaque personne sont là.

Quelques âmes qui se sont bien comportées au cours de leur vie sont récompensées. Ils peuvent rester quelque temps dans Devachan, c’est-à-dire dans la région du mental supérieur, et même visiter le monde causal, bien que plus tard, ils doivent revenir et prendre un autre corps physique une fois leur période de la récompense est terminée.

Il y a de la douleur et du bonheur dans le monde mental. Cela dépend de la région dans laquelle on se trouve. Dans la région inférieure du monde mental, il y a de la douleur. Il y a du bonheur dans les régions supérieures du monde mental.

Dans le monde mental, nous pouvons également trouver des Dévas qui aiment l’humanité. Ils travaillent pour l’humanité, pour le bien de millions de personnes vivant à la surface de la Terre.

Mes frères et sœurs, le moment est venu de comprendre clairement que si vous ne connaissez pas votre mental, si vous ne connaissez pas vos processus mentaux, si vous n’avez pas appris à maîtriser votre mental et à contrôler vos sens, vous serez encore moins capable de connaître le mental cosmique ou universel.

Rappelons-nous que « le mental asservi par les sens rend l’âme aussi invalide qu’un bateau qui s’égare dans le vent ».

Comment pourrions-nous connaître le mental universel si nous ne connaissons pas notre mental, si nous n’avons pas étudié les 49 niveaux du mental, si nous n’avons pas créé un véritable Corps Mental, si nous n’avons pas désintégré ces éléments indésirables que nous portons dans notre entendement?

Ainsi, il est possible d’explorer le monde mental lorsque nous avons exploré notre propre mental.

Le Corps Causal

Bien plus loin que le monde du mental universel ou de la Terre, il y a un monde de causes naturelles.

Si nous n’avons pas développé de Corps Causal pour notre propre usage, comment pourrons-nous explorer le monde des causes cosmiques? Comment pourrons-nous voyager avec un Corps Causal? Comment pourrons-nous connaître le monde des causes naturelles?

Nous devons étudier notre propre vie causale, découvrir les causes de nos erreurs et connaître nous-mêmes, avoir le droit de devenir un humain causal.

Seul l’homme causal peut vivre consciemment dans le monde causal. Seul l’homme causal peut voyager dans le monde des causes naturelles. Seul l’homme causal a accès aux archives secrètes du monde causal.

Dans le monde des causes naturelles, la couleur dominante est le bleu intense et profond. Les adeptes du monde causal travaillent pour l’humanité. Ils sont habillés comme des gens sur la Terre. Ils ont leurs temples et sont très occupés par le travail qu’ils accomplissent pour le bien de l’humanité.

Dans le monde des causes naturelles, nous trouvons la loi des balances. Les humains causaux travaillent toujours en accord avec les balances cosmiques, ce qui signifie qu’ils vivent dans un équilibre parfait.

Dans le monde causal, nous découvrons qu’il n’y a pas d’effet sans cause ni de cause sans effet. Une cause crée un effet et un effet se transforme en une nouvelle cause, qui crée à son tour un nouvel effet.

Les lois de cause à effet sont réelles et peuvent être complètement connues lorsque nous étudions le monde des causes naturelles.

L’homme causal est l’homme qui a développé un Corps Causal. L’homme causal a une volonté individuelle.

Nous devons déclarer que l’animal intellectuel, appelé à tort « être humain », n’a pas encore de volonté réelle. De toute évidence, l’animal intellectuel n’est pas encore un être humain au sens complet du terme.

Quand on peut se permettre le luxe de développer un Corps Causal, également appelé « corps de la volonté consciente », on peut vraiment connaître ce qu’est la volonté.

Si nous pensons à la multiplicité du « Moi » psychologique, si nous pensons que chacun de nos défauts est parfaitement représenté par un agrégat psychique inhumain, nous pouvons clairement constater que nous avons plusieurs « volontés ». Chaque agrégat est comme une « entité obscure » à l’intérieur de nous qui personnifie une erreur et a sa propre volonté. Ainsi, les divers agrégats qui sont à l’intérieur de nous représentent différentes impulsions volitives. Il y a donc plusieurs volontés dans les profondeurs de notre psychisme qui se combattent. L’animal intellectuel n’a aucune volonté autonome, indépendante et uni-totale. Il n’y a pas d’unité dans la volonté de l’animal intellectuel. Mais quand on a créé son propre corps de volonté consciente, on a la volonté individuelle, on peut travailler avec elle dans tout l’univers.

Dans le monde des causes naturelles, nous trouvons les humains causaux, ceux qui ont développé leur propre corps de volonté consciente.

Comment pourrions-nous connaître le monde causal si nous ne connaissons pas au préalable les causes de nos propres erreurs? Celui qui veut connaître les mondes intérieurs de la planète Terre doit d’abord connaître ses propres mondes intérieurs. Cela nécessite une exploration de soi et un travail conscient sur soi-même.

Les Mondes Bouddhique et Atmique

Au-delà du monde de la Conscience, nous trouverons le monde Bouddhique ou intuitif. Bien entendu, nous ne pouvons pas entrer dans le monde Bouddhique ou intuitif si nous ne connaissons pas notre propre réalité intuitive, c’est-à-dire si nous n’avons pas développé l’intuition en nous-mêmes.

Il y a une nette différence entre le processus de raisonnement comparé et l’intuition. La Raison utilise le processus de comparaison – « ceci est blanc parce que cela est noir et vice-versa ».

L’intuition est quelque chose de différent. C’est la perception directe de la vérité sans le processus déprimant des options.

Au-delà du monde de l’intuition, nous trouvons le monde d’Atman, l’ineffable. Mais dans le monde de l’intuition, nous trouvons la sagesse de l’univers, de ce qui était, est et sera.

Dans le monde Bouddhique ou intuitif, il y a une sagesse, une fraternité, une unité, une uni-totalité, un amour ineffables… Ceux qui vivent dans le monde de l’intuition jouissent d’un bonheur authentique.

Il est donc intéressant d’investiguer dans tout cela…

Au-delà du monde Bouddhique ou intuitif, il y a le monde d’Atman, l’ineffable, la région de l’Intime, l’Être (l’Être est l’Être et la raison d’être de l’Être est d’être l’Être).

L’Âme Humaine et l’Âme Spirituelle

L’Intime a en lui-même deux âmes – l’Âme Spirituelle qui est féminine et l’Âme Humaine qui est masculine. Si nous lisons La Divine Comédie, nous verrons que Dante mentionne également deux âmes: l’une « travaille » (l’Âme Humaine) et l’autre « se contemple dans le miroir de la nature » (l’Âme Spirituelle).

On a beaucoup parlé du signe zodiacal des Gémeaux. Je peux vous dire que nous avons ce signe à l’intérieur de nous, au plus profond de notre âme.

Encore une fois, l’Intime [Chesed] a deux âmes – l’Âme Spirituelle [Geburah] qui est féminine et l’Âme Humaine [Tiphereth] qui est masculine. La spirituelle est Valkyrie, Guenièvre, la reine des Jinns, la dame qui a versé le vin à Lancelot dans les coupes des délices de Sukra et de Manti.

L’Âme Humaine souffre et pleure; elle est masculine; à travers elle vibre le Crestos Cosmique « la puissante médiation astrale qui unit notre personnalité physique à la suprême immanence du Père solaire ».

Il nous est possible d’incarner les deux âmes, mais cela nécessite des disciplines ésotériques rigoureuses. Nous devons d’abord développer nos Corps Astral, Mental et Causal. Nous devons travailler profondément en nous-mêmes, ici et maintenant.

Seul l’initié libre qui a éliminé l’ego et qui a vraiment travaillé sur lui-même est digne d’incarner les deux âmes. Cela signifie incarner à l’intérieur de nous le signe zodiacal des Gémeaux, ces deux âmes étant des jumeaux.

L’Âme Humaine doit indéniablement épouser sa dame, la Valkyrie, la Sulamite de Salomon, mentionnée dans le Cantique de Salomon.

Celui qui parvient à incarner en lui ces deux âmes obtient une illumination et une sagesse totales.

Il d’abord nécessaire d’incarner l’Âme Humaine qui est masculine, puis la partie humaine doit épouser la partie spirituelle, qui est féminine. Le Logos rayonne à travers Buddhi, Valkyrie, Guenièvre, Béatrice de Dante Alighieri.

Les principes divins les plus puissants sont, bien sûr, contenus dans l’âme-esprit, c’est-à-dire Buddhi. Mme Blavatsky en a parlé dans La Voix du Silence:

« Buddhi est comme un vase d’albâtre, fin et transparent, à travers lequel brûle la flamme de Prajna. »

Lorsque l’Âme Humaine (la partie humaine à l’intérieur de nous, ici et maintenant) épouse l’âme-esprit, une lumière intérieure s’installe à l’intérieur de nous, nous sommes transfigurés et nous devenons radieux et illuminés. Mais nous devons travailler dur sur nous-mêmes pour que cela se produise, en développant les corps existentiels supérieurs de l’Être, en éliminant l’ego animal et en nous sacrifiant pour l’humanité souffrante.

Ainsi, mes frères et sœurs, l’essentiel est de nous convertir en vrais adeptes de la fraternité de la lumière intérieure. Si nous faisons cela, nous acquerrons une véritable illumination intérieure. Nous obtiendrons un bonheur authentique, nous pourrons entrer dans le monde du bonheur légitime, etc.

Nous devons sortir des régions obscures dans lesquelles nous vivons. Il est urgent pour nous d’atteindre le monde des splendeurs.

Nous devons investiguer et étudier ces choses. Si nous n’analysons ni n’étudions ces questions, nous n’atteindrons jamais la libération finale.

Nous devons tous travailler dur si nous aspirons un jour à atteindre une illumination authentique. Mais si nous voulons travailler sur nous-mêmes, nous devons inévitablement avoir les connaissances, les clés et les pratiques.

Ici, nous allons enseigner ces systèmes et méthodes à nos étudiants afin qu’ils puissent travailler sur eux-mêmes afin d’obtenir un changement absolu.

Nous devons d’abord avoir une continuité dans notre objectif, car beaucoup de personnes commencent ces études mais très peu vont au bout. Les gens n’ont aucune continuité dans leur but – ils commencent avec beaucoup d’enthousiasme mais abandonnent la doctrine un peu plus tard.

Il y a toutes sortes de gens dans le monde: il y a des « papillons » qui vont d’une école à l’autre et qui croient en savoir beaucoup, même s’ils ne savent vraiment rien.

Nous devons nous définir clairement. Le seul but de cette institution est l’auto-réalisation de l’être humain. Nous ne sommes pas intéressés par les « papillons », c’est-à-dire les personnes qui vont d’une école à l’autre sans parvenir à une conclusion. Tout ce qui nous intéresse est de travailler sur nous-mêmes pour obtenir une transformation radicale.

Nous devons devenir des adeptes de la fraternité de la lumière intérieure, et cela est possible si nous travaillons sur nous-mêmes ici et maintenant.

Le temps est venu où le Fils de l’Homme doit enseigner la voie à l’humanité. Malheureusement, les gens entendent mais en effet, ils ne comprennent pas; et voir mais en effet, ils ne perçoivent pas. On leur montre la voie mais ils ne comprennent pas et s’ils comprennent un peu ils n’ont aucune continuité dans leur but et s’égarent vite.

Le mouvement Gnostique est comme un train en marche; quelques passagers montent à une gare et descendent à une autre. Peu de passagers atteignent la destination. Mais les membres de notre institution peuvent atteindre leur cible s’ils le souhaitent.

C’est dommage que les gens changent d’avis avec la météo. S’ils étaient sérieux, ils ne s’intéresseraient qu’au travail sur eux-mêmes.

Dans cette institution, nous enseignons aux gens comment éliminer les agrégats psychiques indésirables qu’ils portent en eux-mêmes. Nous enseignons aux gens la voie du sacrifice authentique et comment développer les Corps Astral, Mental et Causal pour qu’ils deviennent des êtres humains véritables, authentiques et légitimes au sens complet du terme.

Tant que l’humain naît dans l’animal intellectuel, des changements extraordinaires se produisent, des pouvoirs et des facultés merveilleuses s’éveillent. L’homme uni-total contrôle parfaitement les tattwas, vibrations de l’éther universel.

Les Éléments de la Nature

Les tattvas sont synthétisés dans les éléments de la nature. Le principe vital-éthérique de l’eau est Apas. Le principe vital-éthérique de l’air est Vayu. Le principe vital-éthérique du feu est Agni ou Tejas. Le principe vital-éthérique de la terre est Prithvi…

L’humain légitime authentique est celui qui a développé son Corps Astral, Mental et Causal et qui est capable d’entrer dans le monde éthérique. Il est capable de se déplacer dans le monde astral, ou dans le monde du mental cosmique, ou dans le monde des causes naturelles et il acquiert également le pouvoir sur les éléments de la nature – sur la terre parfumée et sur le feu igné, sur les eaux orageuses et sur les ouragans. C’est ainsi qu’un adepte devient un roi de la nature et du cosmos.

Les tattvas appartiennent au monde éthérique, au monde vital et au Corps Vital de la planète. Les Tattvas sont des vibrations de l’éther. Ils pénètrent directement dans les glandes endocrines de l’organisme humain, mais n’en sortent pas. Quand ils entrent dans les chakras, les tattvas traversent les glandes endocrines et se transforment en hormones qui circulent dans le sang et c’est tout. Ils ne sortent jamais de là.

L’éveil des pouvoirs tattviques est incroyable, mais il n’est possible que pour l’homme authentique capable de vivre consciemment dans le monde astral ou dans le monde mental, ou pour l’homme causal qui a établi son centre de gravité dans le monde des causes naturelles.

Un adepte auto-réalisé est un humain au sens complet du terme car il utilise les tattvas et peut les manipuler à volonté. Un humain qui gèrent le feu, l’air, l’eau et la terre et sont capables d’arrêter les tempêtes peuvent utiliser des tattvas. Il est un véritable être humain, un maître auto-réalisé qui connaît les mondes supérieurs.

Le temps est venu pour chacun d’entre vous de se battre pour son auto-réalisation personnelle, de connaître ses propres mondes intérieurs, de connaître les mondes intérieurs de ses amis et de la planète Terre, du système solaire et de la galaxie dans laquelle nous vivons.

D’être humain, au sens le plus complet du terme, est quelque chose de très grandiose. Mais, un véritable humain est uniquement celui qui a fabriqué les corps existentiels supérieurs de l’Être, celui qui s’est établi en tant que citoyen des mondes supérieurs. Les vrais humains sont donc ceux qui ont atteint la domination des éléments de la nature, non seulement dans le cosmos, mais en eux-mêmes, ici et maintenant.

Si un véritable humain n’a pas appris à maîtriser les principes intelligents de son propre corps physique, représentés par ces gnomes atomiques ou élémentaux du système squelettique, alors on ne pourrait pas dominer les gnomes de la planète sur laquelle nous vivons, les gnomes qui vivent parmi les rochers de la terre…

Si un être humain authentique ne pouvait pas dominer les vagues atomiques agitées qui vivent dans les eaux séminales et la lymphe, alors il ne pourrait pas dominer les ondines et les élémentaux aquatiques des fleuves et des mers.

Si un véritable humain ne peut pas dominer l’air de ses poumons, s’il n’a aucune capacité de contrôler, en vérité, les élémentaux de son propre mental, ceux qui jouent avec la substance de sa compréhension, ceux qui bouillonnent et palpitent parmi ses intelligentes inquiétudes, on n’aurait alors pas le pouvoir de dominer les lois de la nature, celles qui gouvernent les nuages, celles qui déplacent l’ouragan et la tempête.

Si un véritable humain authentique ne maîtrisait pas parfaitement les principes de son feu, si l’on ne pouvait pas maîtriser ses pulsions sexuelles enflammées, si l’on était victime de ses propres salamandres atomiques, on ne pourrait pas dominer les élémentaux ardents des volcans en éruption, ou le feu intérieur de la planète où nous existons.

Par conséquent, pour pouvoir gérer les tattvas, nous devons commencer à gérer nos propres impulsions, à l’intérieur de nous-mêmes, les éléments naturels que nous avons en nous.

Si un être humain n’apprend pas à dominer son corps, on peut encore moins dominer le grand corps appelé « terre ». Si un humain n’apprend pas à maîtriser son propre Corps Vital, il ne peut pas non plus manipuler les tattvas. Si on n’apprend pas à maîtriser ses propres émotions et désirs personnels, on ne peut pas gérer le courant astral de la planète Terre. Si l’on ne possède pas son mental, on ne peut pas posséder le mental universel. Si l’on ne possède pas sa volonté personnelle, on ne peut pas posséder la volonté cosmique.

Quiconque veut s’asseoir sur le trône au commandement de la nature doit d’abord s’emparer de soi-même, devenir maître de soi-même, seigneur de soi-même!

Être un roi ou une reine de la nature est quelque chose de magnifique, mais il n’est pas possible d’être un roi ou une reine de la création si l’on n’est pas d’abord devenu roi ou reine de soi-même. Pour devenir roi ou reine de soi-même, il est indispensable d’apprendre à se nier.

Rares sont ceux qui savent se renier eux-même. Seul celui qui apprend à se renier soi-même peut s’asseoir sur le trône du commandement afin de gouverner toute la nature; seul celui qui apprend à se renier soi-même acquiert le pouvoir sur le feu des volcans en éruption et peut faire trembler la terre; seuls ceux qui apprennent à se renier eux-même peuvent apaiser les tempêtes; seuls ceux qui apprennent à se renier eux-même peuvent déchaîner des ouragans.

Se Renier Soi-même

Tant qu’on n’a pas appris à se renier soi-même, on est faible, incapable, victime des circonstances.

Il semble que se renier soi-même soit très facile. Dans leur mental, chacun se sent capable de se renier soit-même; mais, en réalité, c’est différent…

Je voudrais donner quelques exemples d’abnégation… Je vais faire appel à la question du mariage, des mariages, afin d’indiquer des idées…

Prenons le cas de quelqu’un qui est un Alchimiste et qui va se marier. Nous savons très bien que l’Alchimiste gère le vitriol (verre malléable, souple et liquide) ou, en d’autres termes, le sperme sacré, ou l’Azoth, comme on dit aussi (l’Azoth brute). De toute évidence, un Alchimiste ne peut jamais renverser la coupe d’Hermès. Je n’imaginerais pas un Alchimiste, dédié au Grand Œuvre, renversant la coupe d’Hermès Trismégiste (le trois fois grand Dieu, ibis de Thoth), ou plus concrètement: atteindre l’éjaculation de l’ens seminis lors de la copulation chimique. Si l’Alchimiste procédait de la sorte, il échouerait en fait dans la science de la transmutation métallique. Mais lorsqu’il s’est marié, il sait que lorsqu’il fait le lien entre lingam-yoni ou pudenda lors de sa première nuit de noces, en raison d’une surexcitation sexuelle, il pourrait perdre le Mercure de la philosophie secrète. Le danger est grave: l’athanor [le four alchimique], c’est-à-dire sa femme, pourrait exiger la « réalisation » de la copulation chimique [c’est-à-dire, orgasme], mais il sait qu’il échouerait [en tant qu’Alchimiste]. Renier l’orgasme serait la bonne chose à faire. Il doit refuser même si la prêtresse proteste. Donc, dans la théorie froide, tout le monde dit que c’est simple, mais en action, qui est capable de le faire?

Supposons maintenant que ce ne soit pas un homme mais une femme qui se consacre à l’Alchimie et au domaine des sciences ésotériques: elle se marie. De toute évidence, elle doit effectuer la copulation métaphysique lors de sa nuit de noces, mais elle craint qu’elle n’atteigne ce qu’on appelle en physiologie organique l’orgasme (la perte de l’énergie créatrice du Troisième Logos). Elle doit se « renier » cette nuit-là et dire qu’elle n’est pas en état de le faire. Pourrait-elle le faire? Dans son mental, elle pourrait dire: « Oui, je vais me renier… » Mais en action, les choses changent.

Je vous donne juste une idée, un plan, de ce que c’est que de « se renier soi-même ». Il s’agit de quelque chose de formidable!

Tant que l’homme ou la femme ne se renie pas, tant qu’ils ne sont pas capables de sacrifier leur partie animale pour l’amour du Christ Intime, le Logos, ils ne pourront pas s’asseoir sur le trône pour commander la nature, gouverner l’univers entier.

Celui qui veut le pouvoir peut l’acquérir s’il se renie lui-même!

Nous avons un exemple concret dans le pouvoir de devenir invisible. Il est possible d’obtenir ce pouvoir, et c’est merveilleux, mais il faut se renier soi-même. Il y a renonciation de soi-même si, dans les moments où un membre de la famille aimé exhale son dernier souffle, nous renonçons à la douleur qui nous cause une perte aussi terrible. Naturellement, si nous voyons notre mère décédée, ou un fils, un frère ou notre père terrestre, nous risquons de sombrer dans le désespoir. Mais si, à ce moment précis, nous nous renions et que cette douleur est sacrifiée au profit du pouvoir ésotérique d’invisibilité, si à ce moment, nous transformons cette douleur suprême par une Méditation consciente dans le pouvoir de nous rendre invisibles, la réalité sera que, pour cette raison, nous allons acquérir ce pouvoir précieux. Mais qui est capable de le faire? Qui est capable de vraiment sourire, de renoncer à la douleur, face au lit de sa mère morte? Qui pourrait sacrifier cette douleur, y renoncer devant le lit de son père ou de son épouse décédée? Impossible! Il est très difficile de trouver quelqu’un avec cette capacité. Donc, si nous ne sommes pas capable d’atteindre ce pouvoir, comment pouvons-nous apprendre à devenir invisibles? Pour y parvenir, nous devons nous renier nous-mêmes et, si nous ne nous renions pas, comment allons-nous atteindre ce pouvoir?

Les pouvoirs sont devant nous, mais les atteindre implique le sacrifice et le reniement de nous-mêmes. Par exemple: le carburant qui pousse une machine qui entraîne un chemin de fer en mouvement doit être sacrifié au profit de la force d’impulsion qui fait fonctionner tout le train. Nous voyons alors que ce carburant, par le sacrifice, devient une force différente, devient un mouvement, une puissance qui entraîne un véhicule le long des rails; c’est évident. De même, toute force inférieure peut être transformée par le sacrifice en une autre force complètement différente avec des caractéristiques différentes. La technique consiste à apprendre à se renier soi-même pour transformer, par le sacrifice, une force inférieure en un autre type de force supérieure et différente. C’est seulement ainsi, en procédant ainsi, en nous transformant ainsi, de cette manière, qu’il est possible, en vérité, de devenir rois et reines des tattvas! Des humains, au sens le plus complet du terme! Humains Solaires, humains-dieux [elohim ath ha’adam]!

L’heure est venue de méditer un peu sur les temps anciens de l’Arcadie, lorsque les fleuves d’eau pure de la vie coulaient avec du lait et du miel; lorsque les humains avaient le pouvoir sur les éléments de la nature; ils parlèrent alors dans le pur orto de la langue divine, qui, comme un fleuve d’or, traverse une jungle épaisse et ensoleillée. C’était l’âge des titans, l’âge au cours duquel les fleuves d’eau pure déversaient du lait et du miel! Alors, il n’y avait pas de « ce qui est à moi et ce qui est à vous », car tout appartenait à tout le monde et tout le monde pouvait prendre de l’arbre du voisin sans crainte. Alors l’humanité n’avait pas encore dégénéré et avait le pouvoir sur les tattvas…

Maintenant nous avons besoin de reconquérir ce pouvoir. Mais pour atteindre de telles facultés, sacrifice, renonciation de soi-même, une transformation radicale est nécessaire.

Le Surhumain

Dans cette institution, nous enseignons le chemin qui vous mènera au surhumain. L’heure du surhumain est venue! Le moment est venu de commencer à créer l’humain! Incontestablement, la création de l’humain sera la première, et ensuite nous entrerons dans le royaume du surhumain.

L’être humain, en soi, est grandiose: un être humain est un roi ou une reine de la nature et du cosmos. Le surhumain est au-delà: le surhumain est l’humain qui a réussi à s’intégrer au divin.

Dans la Doctrine Secrète de l’Anahuac, il est dit que « les dieux ont créé des humains en bois et qu’après les avoir créés, ils les ont fusionnés avec la divinité ». Ensuite, ajoute-t-il, « tous les humains ne parviennent pas à se fusionner avec le divin… »

Donc, créer l’être humain est premier; ensuite le second est la fusion avec le divin. Quand un humain fusionne avec le divin, on devient le surhumain de Nietzsche. Le surhumain est une réalité extraordinaire…

Nous devons sortir de cet état pitoyable dans lequel nous nous trouvons (puisque nous ne sommes que de misérables vers dans la boue du monde); nous devons nous régénérer, puis nous intégrer au divin.

Vivre comme ça, vivre, c’est-à-dire vivre pour manger et donc exister en tant que parasites accrochés à l’épiderme de cet énorme animal appelé « Terre » est absurde à cent pour cent.

L’heure est venue de comprendre que nous devons changer intimement. Par conséquent, frères et sœurs, nous devons étudier de plus en plus minutieusement tout ce corps de doctrine, désintégrer l’ego, créer les corps existentiels supérieurs de l’Être et nous sacrifier nous-mêmes pour l’humanité. C’est la voie évidente pour y aller!

Questions et Réponses

Maintenant, je vais vous donner l’occasion, ici, de demander ce que vous devez demander, par rapport au sujet exposé ce soir… Voyons, quiconque veut poser une question peut le faire en toute liberté.. Oui frère…

Public: Maître, par principe de comptes, faut-il être honnête avec soi-même?

Samael Aun Weor: Bien sûr, en effet! Parce que si on n’est pas honnête avec soi-même, on se trompe. Et si on se trompe, on se fait du mal.

Public: Notre morale existe-t-elle?

Samael Aun Weor: Oui, chaque pays a sa morale. La moralité est une esclave des coutumes, des temps et des lieux. Ce qui dans le passé était moral, aujourd’hui est immoral et vice versa. Ce qui dans un pays est moral, dans un autre est immoral. La morale est aussi la fille du préjugé.

Nous devons dépasser tout code moral. Nous devons entrer dans le royaume de la compréhension créatrice, le royaume du surhumain…

Sans aucun doute, tous les codes d’éthique qui ont été écrits dans le monde, tous les codes moraux sont, franchement, réactionnaires, conservateurs, régressifs et retardants. Ce qu’il faut faire, c’est un équilibre de nous-mêmes. il faut inventorier nos propres valeurs afin de savoir ce qui manque et ce dont on est rempli, et de marcher ensuite, là où il faut marcher, conformément à nos besoins psychologiques. Mais si l’on s’arrête dans les postulats (rances et torpilles) de tous les codes moraux écrits par différents auteurs, on échouera dans cet inventaire et n’atteindra en aucune manière l’auto-réalisation intérieure de l’Être.

Il est nécessaire de découvrir que nous avons à l’intérieur de nous des éléments indésirables. La colère, la cupidité, la luxure, l’envie, l’orgueil, la paresse, la gourmandise sont-ils beaux? Nous avons des défauts affreux. Nous devons les désintégrer, nous devons les réduire en poussière cosmique. Ce n’est qu’alors qu’il est possible pour la Conscience de s’éveiller. Une Conscience illuminée, une Conscience éveillée, peut voir le chemin et le suivre fermement. Mais si nous ne désintégrons pas les éléments indésirables que nous portons à l’intérieur, il est évident que l’éveil sera impossible.

Comment, alors, une personne endormie avec sa Conscience pourrait-elle explorer la vie dans les mondes supérieurs: dans l’astral, dans le mental, dans le causal? Pour être un investigateur compétent sur la vie dans les mondes supérieurs, il faut avant tout avoir une Conscience éveillée. Il n’est pas possible d’atteindre l’éveil de la Conscience tant que de nombreuses valeurs négatives et fatales, c’est-à-dire que tous nos défauts psychologiques que nous portons à l’intérieur continuent à exister à l’intérieur de nous…

Y a-t-il une autre question?

Public: Maître, il y a longtemps, je me suis demandé s’il pouvait exister sur cette planète Terre une personne qui manquait de tout cela.

Samael Aun Weor: Ce serait bien de finir de préciser votre question.

Public: Bien, maître, je parle d’une personne qui manque de tout ce que vous venez d’expliquer, c’est-à-dire de tous les défauts… on se rend compte que, d’’instant en instant, nous sommes exposés à des erreurs, et qu’il y a beaucoup plus dans le chemin, qu’ici on ne trouve pas cette personne. Je ne peux pas vous demander, maître, si vous êtes l’un d’entre eux, mais je peux demander du plus profond de mon Être votre réponse à cela.

Samael Aun Weor: J’apprécie tout d’abord vos bonnes intentions, vos belles paroles, la sincérité de votre cœur…

De toute évidence, tant que nous n’aurons pas éliminé de nous-mêmes tous les éléments indésirables que nous portons à l’intérieur, un tel rayon de lumière serait impossible. Mais si nous mourons en nous-mêmes, si nous parvenons à la dissolution de l’ego animal, ce rayon ne brillera pas seulement en nous mais sera également projeté sur les multitudes. Par conséquent, il est nécessaire que nous fassions un inventaire, comme je l’ai dit, de nous-mêmes, afin de savoir ce que nous avons et ce qui nous fait défaut. Parce que nous croyons avoir beaucoup de vertus que nous n’avons pas et qu’il manque beaucoup de qualités que nous devons acquérir.

Alors frères et sœurs, l’heure est venue où nous devons être sincères avec nous-mêmes, dans lesquels nous nous découvrons, dans lesquels nous nous résolvons à éliminer réellement nos défauts psychologiques.

D’autres questions… Vous pouvez prendre la parole…

Disciple: Le chemin est uniquement personnel, seul on peut le parcourir ou il peut être parcouru d’une autre manière, comme nous avons parlé en ce moment lorsque le Christ a pardonné les péchés d’un homme et a dissous tous ses égos?

Samael Aun Weor: Bien, chacun de nous doit faire le travail à l’intérieur de lui-même; le maître ne peut que montrer le chemin, et c’est tout.

Évidemment, dans le domaine de la vie pratique en relation avec nos amis et nos parents, dans la rue, au temple, à l’école ou à notre travail, c’est là que nous devons nous découvrir. Dans l’interrelation, il y a auto-découverte, lorsque nous sommes alertes et vigilants comme un gardien en temps de guerre. Il se trouve que nos vices cachés apparaissent spontanément dans des relations réciproques et que si nous sommes vigilants comme un guetteur en temps de guerre, nous les voyons.

Un défaut découvert doit être intégralement compris au moyen d’une analyse, d’une compréhension créatrice, au cours de la Méditation sur l’auto-réflexion évidente de l’Être.

Quand on a compris tel ou tel défaut découvert, on peut se permettre le luxe de l’éliminer.

On peut éliminer un défaut quand on fait appel à une force supérieure au mental. Le mental, par lui-même, ne peut modifier radicalement aucune erreur. Le mental peut l’étiqueter de différentes manières, le passer d’un niveau à l’autre, le cacher à lui-même ou aux autres, le justifier ou le condamner, etc., mais ne pas le modifier. Nous avons besoin d’un pouvoir supérieur au mental, capable de désintégrer tout défaut psychologique. Ce pouvoir existe à l’intérieur de nous, heureusement. Je veux parler emphatiquement de Devi Kundalini Shakti (le serpent ignée de nos pouvoirs magiques, le Fohat individuel particulier, qui est une variante de notre propre Être et que les Hindous appellent Kundalini).

Si l’on fait appel à ce pouvoir, si l’on implore l’aide de Devi Kundalini Shakti, on peut éliminer toute erreur psychologique dûment comprise de manière intégrale. Mais si on veut, basé uniquement sur une compréhension exclusive, éliminer les défauts psychologiques du mental, on se trompe.

Il est vrai qu’avec le « couteau de la Conscience », on peut séparer de son psychisme tout défaut psychologique, mais cela continuera comme un démon tentateur à l’intérieur de nous, il cherchera un moyen d’intervenir à tout moment et enfin, retourne pour s’adapter dans les cinq cylindres de la machine organique.

Par conséquent, la compréhension n’est pas tout. Nous avons besoin d’élimination, et l’élimination n’est pas possible sans une aide supérieure.

Nous avons besoin de ce Fohat, cette flamme sacrée qui se développe dans l’épine dorsale de l’ascète Gnostique.

Nous avons besoin de Kundalini Shakti (la Mère Cosmique). Seule Elle, la Mère Divine Cosmique, particulière, individuelle, de chacun de nous, peut éliminer de notre psyché le défaut que nous avons précédemment compris de manière intégrale dans tous les départements du mental.

Voici la solution évidente: il faut d’abord découvrir un défaut, ensuite, le comprendre et enfin l’éliminer.

En temps de guerre, les espions sont d’abord observés, ensuite ils sont assis sur le banc de l’accusé, et troisièmement, ils sont conduits au peloton d’exécution. De même, nous devons également procéder avec nos défauts psychologiques, avec nos Moi-défauts, avec les Moi que nous portons à l’intérieur.

Y a-t-il une autre question?…

Disciple: Maître, lorsque vous vous référez à la Mère Cosmique, vous avez également mentionné précédemment les deux âmes que nous avons (l’humaine et la spirituelle). La Mère Cosmique se réfère-t-elle à l’Âme Spirituelle?

Samael Aun Weor: Non, je ne parle pas de l’Âme Spirituelle! Je me réfère au cobra sacré des mystères d’Eleusis, que les Hindous appellent Kundalini Shakti, une variante, je le répète, de notre propre Être.

C’est seulement par la connaissance de notre anatomie cachée que nous pourrons savoir ce que Kundalini représente dans notre moelle épinière, l’épine dorsale. En effet, la Kundalini, je le répète, fait partie de notre propre Être, mais dérivée!

C’est ainsi que Mère Kundalini, le cobra sacré des mystères anciens, la vipère divine, Isis, Adonia, Insoberte, Rhéa, Cybèle, Tonantzin, etc., est représentée.

Chacun de nous a, dans son Être Intime, secret, sa propre mère individuelle. Seule elle, notre mère particulière et individuelle (appelons-la Tonantzin, ou simplement Isis ou Adonia, peu importe, elle est ce qu’elle est, ce qu’elle a été et ce qu’elle sera toujours), cette vipère bénie, ce cobra des anciens mystères, est le seul qui a le pouvoir de désintégrer tout défaut psychologique préalablement compris dans tous les départements du mental.

Disciple: Alors, pour éliminer notre ego, nous devons avoir cette connaissance de notre anatomie cachée?

Samael Aun Weor: Pour éliminer les différents Moi qui personnifient nos erreurs, il suffit de savoir aimer. Si on n’aime pas sa propre Mère Divine, on ne peut pas désintégrer les Moi. L’enfant ingrat ne progresse pas dans ces études. Mais si on aime vraiment sa Mère Intime, représentée par Marie, Maya, Isis, Adonia, Rhéa, Cybèle, etc., on sera alors capable de désintégrer nos propres défauts, on sera assisté.

Disciple: Mais si on ne connaît pas sa propre mère, comment est-il possible de l’aimer, si la connaissance d’elle n’est autre que abstraite et qu’on n’a pas d’expérience spirituelle pour pouvoir communiquer avec elle et l’aimer?

Samael Aun Weor: Tous les sages de l’Antiquité nous ont parlé de la Mère Divine. Je ne cite rien de nouveau.

Le Christianisme lui-même symbolise également la Mère Divine comme Marie, Maya; parmi les Égyptiens, ce Dieu femme ou Mère Divine, est Isis. Parmi les Hébreux, elle est symbolisée, représentée par Adonia; elle est également représentée par Cybèle, dans l’antique Crète; ou par la chaste Diane chez les Grecs; ou par Tonantzin, ici dans notre patrie Mexicaine. Ainsi, je ne dis rien de nouveau. Je dis que nous devrions aimer la Mère Divine. Cette Mère-Dieu est à l’intérieur de nous, pas à l’extérieur de nous. Elle est, je le répète, une variante de notre propre Être mais (je précise) dérivée.

J’indique que si l’on sait aimer la Mère Divine, on peut éliminer les défauts psychologiques. Mais en cela, je ne vois pas le besoin de théoriser. Aimez-la, c’est tout!

Quand on, comme un enfant, s’adresse à sa propre mère, on le fait sans avoir besoin de tant de théories, ni d’analyses. De même, on peut aussi s’adresser à sa Mère Divine ineffable, peu importe le nom qu’on lui donne, à savoir Marie ou Isis, ou autre chose, mais on peut s’adresser à elle avec un amour sincère, la priant de désintégrer le défaut compris dans tout les niveaux du mental. C’est une question de cœur, c’est une question de savoir aimer.

D’autres questions?

Disciple: En vous référant aux niveaux du mental, pourriez-vous les énumérer…?

Samael Aun Weor: Bien, il serait long de les énumérer. Il y a 49 niveaux subconscients, représentés par les 49 notes d’un instrument ancien que deux frères initiés ont inventé dans la Chine antique.

Dans les temps anciens, quand on voulait atteindre le samadhi, l’extase, avant tout, on amenait le mental au silence et au calme le plus complet, non seulement au niveau intellectuel, mais au second, en relation avec la subconscience, ou troisième, ou dans le quatrième, encore plus profond, ou dans 48 ou 49. Quand on parvient à calmer le mental, à le placer dans le silence le plus profond à tous les niveaux, alors l’Essence s’échappe pour vivre le satori.

Les 49 niveaux du mental ne peuvent pas être expliqués d’un point de vue exclusivement dialectique. Pour comprendre les 49 niveaux nous avons besoin de la musique, la loi de l’éternel Heptaparaparshinock, nous aurions également besoin de l’aya-atapan, cet instrument que deux frères initiés ont inventé dans la Chine antique et qui a donné exactement les 49 notes, correspondant aux 49 niveaux de l’entendement. Mais ce serait trop compliqué pour l’étudiant.

Par soi-même, on découvre niveau par niveau sans que personne ne les indique. C’est par soi-même que l’on les découvre, au fur et à mesure que l’on s’approfondit, et enfin, on découvre un jour notre 49ème niveau, non pas parce que l’on nous l’a dit, mais par nous-mêmes et directement; c’est tout.

Y a-t-il une autre question? Voyons voir, qui veut demander? Que personne ne soit laissé avec des doutes. Il est nécessaire que ce sujet soit correctement compris… Bien, comme je vous vois tous frères et sœurs si silencieux, je n’ai pas d’autre choix que de dire: Paix Invérentielle.

« Je suis « Ani Iod-Havah et Ain (אני יהוה ואין), » un autre à part moi est Aelohim (en d’autres termes, אין אלהים) Ain Elohim. » – Isaïe 45: 5

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : The Human Being and the Universe That Surrounds Us

Humain Kosmos
Les Institutions Gnostiques
Catégories : Conférences de Samael Aun Weor