Richesse Gnostique de l’Anthropologie

Samaël Aun Weor

Disciple. Aujourd’hui, le 1er février 1977, dans la maison du Vénérable Maître Samael Aun Weor.

Maître. […]

D. L’ivraie au feu…

M. L’ivraie au feu…

D. Dieu veuille bien que nous n’en fassions pas partie. Que Dieu le veuille…

M. Oui, la chose est grave…

D. La chose est bien plus grave que ce qu’on imagine, Maître…

M. Et c’est très proche, en plus. Le Katun 13 est déjà visible. Le Katun 13 des Mayas est déjà à l’affût… proche.

D. L’heure est arrivée… Le Maître a dû apposer des milliers de signatures dans cette vie. Maître je vais vous offrir le Codex Nuttal, il a 86 feuilles, il en a environ huit de plus que le Codex Borgia…

M. Extraordinaire ! ça vaut la peine de commencer par le Codex Borgia, et puis je vais continuer avec celui-ci, n’est-ce pas ?

D. Il y a beaucoup de symbolisme, ici, Maître. (ils doivent être en train de regarder le codex et ils font des commentaires à voix basse)…

M. Ça, c’est fait pour être étudié, vraiment, vraiment…

D. Il y a 86 pages et chacune a jusqu’à quatre sections, c’est-à-dire que c’est un travail très riche.

M. Alors, d’abord nous attaquons le Codex Borgia, et ensuite je continue avec ce codex.

D. C’est fantastique !

M. Voilà des livres à écrire…

D. Regardez : le symbolisme de l’Alchimie, Maître, la Magie Sexuelle […] la femme, l’homme, les amphores, la table… toute la Sagesse y est !

M. Tout y est ! C’est fait pour être étudié, mais posément, point par point, pas à toute vitesse, n’est-ce pas ?

D. Pas à toute vitesse, non.

M. Et ceci, il faut l’étudier dans les Registres Akashiques de la Nature ; se mettre donc en contact avec ça, mais dans les Mondes Supérieurs, afin de vivre chaque image, pour la vivre là-bas, dans les Mondes Supérieurs, pour qu’on écrive ensuite sur cela. Je vais commencer par le Codex Borgia et ensuite je continuerai avec le Codex Nuttal ; je vais le mettre là-haut, s’il te plaît, là ou se trouve le Borgia. Parce que ceci, je dois le mettre à part. C’est de l’or.

D. C’est de l’or, Maître…

M. De l’or en poudre ! C’est pour les étudier dans les Registres Akashiques.

D. Nous avons ici 600 diapositives, Maître, de purs symboles archéologiques. Regardez, Maître : cette Pyramide, c’est ici, au Mexique, celle qu’on appelle « Sainte Cécile ». C’est là où, comme je vous l’ai dit, les Maîtres nous ont fait ce jugement.

M. Extraordinaire !

D. Elle a deux encensoirs en haut, à l’entrée du Temple, comme les deux colonnes…

M. Très beaux !

D. Oui, Maître…

M. Tout cela vaut la peine, mais avec un projecteur…

D. Oui, avec un projecteur… c’est tout plein de diapositives, de purs symboles des Pyramides, de partout…

M. Tout ça, tout ça !

D. C’est-à-dire que nous allons emmener du très bon matériel…

M. Du très bon matériel pour les Îles Canaries, pour l’Archipel des Canaries…

D. Regardez ici, Maître, les 22 Arcanes du Tarot, les 22 cartes du Tarot, si bien prises !

M. Très bien prises, n’est-ce pas ? C’est un matériel précieux ; il faut emmener tout cela en Europe… Tout le matériel… Moi, de mon côté, j’emmènerai « La Doctrine Secrète de l’Anahuac ». Est-ce que tu as déjà étudié « La Doctrine Secrète de l’Anahuac » ?

D. Oui, Maître, je l’ai lu et je l’ai étudié, et maintenant, avec tout ce que j’ai appris, je sais alors qu’en le relisant, je vais en tirer la synthèse, vraiment.

M. L’essentiel…

D. L’essentiel…

M. La pratique…

D. Oui, parce que ce n’est pas pareil : car on l’avait lu et étudié, n’est-ce pas, Maître ? Mais maintenant, avec tout ce que j’ai vécu ici dans les ruines archéologiques, avec tout ce qu’on m’a permis de capter, alors je vais mieux la comprendre. Dans ce livre et dans la « Magie Christique Aztèque » se trouvent tous les travaux liturgiques.

M. Tout cela est formidable ! Et dans cette « Doctrine Secrète de l’Anahuac » se trouve tout l’ésotérisme, la chose vécue des Mystères d’Anahuac. Je dois écrire sur tout cela. Dévoiler le Codex Borgia, après je poursuivrai la tâche avec l’autre que tu viens de m’apporter, afin de le dévoiler ; ce sont des ouvrages que nous mettrons au goût du jour en Europe. Ils seront traduits en anglais, en français, et avec toutes les planches qu’ils contiennent, reproduits et dûment étudiés.

D. Et là-bas, à Tenerife, nous les traduirons et les enverrons dans toutes les langues, Maître…

M. Dans toutes les langues pour les campagnes d’Europe. Parce que nous allons ENTRER EN EUROPE AVEC L’ANTHROPOLOGIE. C’est la porte d’entrée. Mais, il faut y entrer avec l’oeuvre déjà faite. Imagine qu’on présente le Codex Borgia, figure par figure, dûment étudié, traduit en anglais, français, allemand ? Tout cet Esotérisme mis au goût du jour.

D. Tous les anthropologues, tous les scientifiques convergeraient sur ce point…

M. Bien sûr ! Ce serait un coup, un coup très fort que nous donnerions. Ce sont les coups dont nous avons besoin pour l’Europe. Voilà pourquoi je travaille très dur sur la Pistis Sophia qui est aussi une oeuvre anthropologique, n’est-ce pas ? C’est un papyrus trouvé dans la terre d’Egypte.

D. Maître, comment est ce qu’on prononce exactement ce Codex Nuttal ?

M. Le quoi ?

D. Le Codex Nuttal, comment est-ce que ça se prononce ? Là, c’est marqué « Nuttal », mais comment le prononcer en Nahuatl ?

M. C’est pareil.

D. C’est pareil ?…

M. C’est seulement les « gringos » qui écrivent d’une manière et lisent d’une autre. Les peuples, nos plus purs peuples primitifs, parmi les plus purs et authentiques qui soient, parlent comme ils écrivent. C’est quand le mental est embrouillé qu’on écrit d’une manière et qu’on parle d’une autre, quand le Mental est compliqué.

D. Je vous avais fait le commentaire, Maître, de cet aigle que j’avais vu, qui était en train de dévorer trois coeurs à Thulé, n’est-ce pas ? Et vous en aviez expliqué partiellement le symbolisme, et hier soir, j’ai eu une expérience dans laquelle je voyais un grand aigle marron avalant un coeur rouge, à vif… Intéressant…

M. L’AIGLE DOIT AVALER LE COEUR DE L’HOMME. PREMIÈREMENT, nous avons besoin d’être DÉVORÉS PAR LA COULEUVRE, par le Serpent. ENSUITE, une fois qu’on est déjà Serpent, une fois que nous sommes devenus Serpent, alors il faut être avalé PAR L’AIGLE.

La première chose qu’avale le Serpent, ce sont les parties atomiques qui correspondent au Physique, celles qui correspondent au Vital, il avale l’Astral, il avale le Mental, après il avale le Causal, après le Bouddhique et après l’Atmique. Une fois que le Serpent, la Divine Mère Kundalini, a avalé les véhicules de l’Homme, alors l’Homme devient une Couleuvre, un Serpent : c’est un Serpent. Mais, le dernier banquet, extraordinaire, c’est quand l’Aigle avale le Serpent.

C’est pourquoi, chez de nombreux peuples, l’Aigle est représenté en train d’avaler le Serpent. Nietzsche lui-même dit : « Si mon Aigle et mon Serpent n’existaient pas, je serais fatigué de vivre en ce lieu ».

D. Cela veut-t-il dire que Frédéric Nietzsche était un authentique initié ?

M. (On n’entend pas si le Maître répond à cette question par l’affirmative ou la négative, ou s’il le fait par un hochement de tête, parce que, même s’il y a un court espace de silence, il poursuit en disant) : l’Aigle doit avaler le Serpent. Mais d’abord le Serpent doit avaler corps après corps. Maintenant, « LE SERPENT NE MANGE PAS D’IMMONDICES », le Serpent n’avale rien d’immonde ; pour que le Serpent, la Divine Mère Kundalini, puisse avaler le Corps Astral de l’Homme, ce véhicule doit être déjà élaboré en OR PUR : s’il n’est pas en Or, elle ne l’avale pas. Pour qu’un Corps Astral devienne un Véhicule en Or, il faut avoir éliminé tous les éléments inhumains du Monde Astral. Alors le Serpent avale un véhicule ainsi.

D. Que c’est bien ! Maître. J’ai vu un autre hiéroglyphe intéressant, sculpté en pierre, là-bas, dans la Cité des Murailles Divines (au Teotenango), un Tigre en train de dévorer un Soleil, la Sagesse en train de dévorer le Logos ?

M. Bon, un Tigre en Jinas représente Xolotl… Xolotl, parce que son allégorie est le Tigre, parce que en dernière synthèse, cet ainsi que l’on représente LUCIFER-XOLOTL.

D. Lucifer aussi ?

M. Le Lucifer avale le Soleil ! Oui, il est la RÉFLEXION DU SOLEIL, une réflexion du Christ Intime, du Logos…

D. La voilà, elle est là l’interprétation : le Christ et Lucifer !

M. Le Logos !

D. Et sa Réflexion Intime…

M. Bien sûr que oui !

D. Voilà, comme c’est intéressant ! Toute cette quantité de figures (de petits monolithes qu’il y a parmi les Tayrones, les Chibchas, dans la Sierra Nevada et dans la Guajira) de chauve-souris, Maître (ils avaient beaucoup de chauve-souris) alors, je comprends que la Chauve Souris représente l’Âme privée de la Lumière. Est-ce correct ? La chauve-souris Noire… et ici chez les Aztèques, vous nous parlez du Rituel avec la chauve-souris blanche (le Dieu Chauve-souris), c’est son antithèse ?

M. Tout cela appartient au DIEU CHAUVE-SOURIS ; le culte au Dieu Chauve-souris est le CULTE AU MYSTÈRE DE LA MORT (ce sont des choses du Mystère de la Mort).

D. Alors, il ne représente en aucun cas l’Âme privée de Lumière, mais le culte aux Mystères de la Mort ?

M. Aux Mystères de la Mort. Et le Dieu Chauve-souris est une Déité qui existe réellement dans le Monde des Causes Naturelles. Il se manifeste alors pour travailler. Il a le pouvoir de guérir ou de tuer instantanément qui il veut. Le Dieu Chauve-souris possède un grand pouvoir, c’est un Grand Maître Ressuscité.

D. Une autre figure très intéressante que j’ai vue, c’est le Coyote à Plumes. Un Coyote à plumes représente la Loi ? Ainsi comme le…

M. Oui, parce que le COYOTE EST LA JUSTICE…

D. La Justice…

M. Pareil que LE LOUP OU LE CHACAL qui est la Justice.

D. Chez les Égyptiens…

M. Et il a des plumes ? C’est donc un Maître…

D. Alors, nos aïeux nous ont laissé là, dans chaque figure, une Sagesse, un enseignement ?

M. Une Sagesse Divine, extraordinaire…