Révélations extraordinaires sur notre Soleil (Les soleils sont des mondes habités)

Samaël Aun Weor

Disciple. On dit, dans le domaine de la science, c’est-à-dire que les scientifiques affirment que le Soleil est comme un feu ou un corps incandescent, avec une température s’élevant à des milliers de degrés et que c’est grâce à sa constitution ignée de feu intense que la chaleur arrive jusqu’à nous ; mais la vérité, c’est que nous ne savons assurément rien de concret à ce sujet, quelle est sa température, de quoi il est fait, etc. Pourriez-vous me donner une explication concrète, Vénérable Maître ?

Maître. C’est avec le plus grand plaisir, mon cher frère missionnaire, que je m’empresse de répondre à votre question. Les gens communs et courants croient que le Soleil est une boule de feu incandescente et cette opinion est également erronée, elle est fausse, c’est une manière de penser complètement médiévale. Au Moyen Âge, on croyait que cet astre qui nous éclaire était une boule de feu ; cette façon de penser des gens est erronée, mais, rien à faire, l’humanité est ainsi.

Il y a un scientifique qui suppose que le Soleil est un nuage d’hélium, également en état incandescent, mais si c’était le cas, alors les planètes du système solaire sortiraient de leur orbite, elles ne tourneraient jamais autour de lui. Le seul fait que les sphères célestes gravitent autour de ce centre lumineux nous indique clairement qu’il s’agit d’un Soleil physique. Ce scientifique qui affirme, en se basant sur des calculs erronés, que le Soleil est un nuage d’hélium et qu’il ne pèse rien, est indubitablement un ignorant cultivé. Je demande : comment tourneraient les mondes ou sur quelle base, sur quel centre nucléaire ou gravitationnel pourrait se baser le système solaire ? Le fait même que les mondes tournent autour de cet astre nous indique que ce monde, cette étoile appelée Soleil, est bien plus lourd que toutes les planètes du système solaire ; c’est ainsi seulement que nous pouvons expliquer que les mondes gravitent autour du Soleil. Mais cela, c’est ce que les hommes de science ne comprennent pas.

Nous, les occultistes, nous avons des instruments merveilleux pour étudier la vie dans les Mondes supérieurs. Le corps astral, l’Eidolon, nous permet de voyager d’une planète à l’autre. Avec ce véhicule appelé Eidolon ou corps astral ou corps Sidéral, je me suis souvent transporté à l’Astre Roi ; par conséquent, je le connais très bien, je sais réellement de quelle manière il fonctionne, de quoi il est fait, comment est sa surface et ce qu’il y a sur le Soleil.

Je peux vous dire que le Soleil est un monde gigantesque, énorme, des millions de fois plus grand que la Terre ou que Jupiter ; il possède une abondante vie minérale, végétale, animale et humaine. Il a de très hautes cordillères, il a des pôles nord et sud pleins de neige, des mers énormes et profondes, des forêts extraordinaires, etc. Bien que cela semble incroyable, sur le Soleil il y a des endroits où l’on peut mourir de froid, des montagnes immenses recouvertes de neige avec des climats extrêmement froids. Il y a aussi des climats tempérés très agréables et des climats chauds. Les côtes, par exemple, sont très chaudes parce qu’elles sont au pied des mers ; il est naturellement évident que ces lieux soient très chauds. Ainsi donc, sur le Soleil, tous les climats existent.

Les habitants du Soleil ne vivent jamais dans des villes ; construire des villes leur semble absurde et je suis d’accord avec eux, parce que la vie dans les villes est réellement nuisible et préjudiciable au plus haut point. Dans les villes, nous, les êtres humains, vivons entassés les uns sur les autres dans des immeubles de plusieurs étages, collés maisons contre maisons, dans la fumée des usines et des voitures, nous frôlant mutuellement, nous nuisant volontairement et involontairement, etc. Pour cette raison, les habitants du Soleil ne commettraient jamais la bêtise de vivre dans des villes ; ils n’aiment pas les villes, ils vivent généralement dans les campagnes. Cependant, ils ont de petites villes où ils font des investigations de type scientifique, mais elles sont très petites.

Un jour, me trouvant dans mon Véhicule Sidéral ou corps astral, j’ai parlé avec un groupe de Sages Solaires. Ils me reçurent très harmonieusement. Ce qui est intéressant, dans ce cas, c’est que, bien qu’étant dans mon Véhicule astral ou corps sidéral, ils purent me voir et m’entendre. Il ne fait aucun doute qu’ils étaient, à ce moment-là, en corps de chair et d’os, mais, bien qu’étant avec leur corps physique, ils pouvaient me voir comme si j’étais aussi en corps physique comme eux, c’est-à-dire qu’ils possèdent des facultés de clairvoyance extraordinaires, des facultés de clairaudience, etc. Nous avons parlé, en effet, assis à une belle table, et après ils me prièrent de les excuser, car c’était le moment précis, adéquat, pour entrer dans leur laboratoire. Je les vis alors regarder au travers de quelques loupes, je les vis aussi faire d’énormes calculs mathématiques compliqués. À ce moment-là, ils étaient très préoccupés par un système de mondes très éloigné, situé à plusieurs millions d’années lumière, très loin du monde solaire où ils vivent.

Ils étaient très intéressés à faire de profondes recherches sur ce jeu de mondes, parce qu’ils projetaient, à ce moment-là, de faire une expédition vers les mondes lointains de ce système solaire. Il est clair que les habitants du Soleil possèdent de merveilleux vaisseaux cosmiques qui peuvent voyager à travers l’espace ; dans ce but, ils étaient en train de tracer convenablement la route et de faire des calculs pour pouvoir arriver avec précision à ce système de mondes qu’ils trouvaient très intéressants à connaître, précisément en ce temps-là. Je restai franchement abasourdi, étonné. Les télescopes qu’ils possèdent sont extraordinaires. Pour parler de manière ésotérique, nous pouvons appeler ces télescopes des « tescohanos » ; un terme assez exotique, n’est-ce pas ?, des « tescohanos ».

Bien, savoir, par exemple, qu’il y a des habitants sur le Soleil, c’est quelque chose de très nouveau pour vous, n’est-ce pas ? Eh bien, sachez aussi qu’avec leurs télescopes, ils peuvent voir la planète Terre, ainsi que toute autre planète du système solaire ; ils peuvent, avec leurs lunettes, voir non seulement notre monde, mais aussi les villes et les maisons de notre monde. Ils peuvent aussi voir les gens qui vivent dans chaque maison qu’ils veulent étudier et non seulement les voir du point de vue purement physique, mais dans leur aspect ésotérique ou occulte. Ils peuvent parfaitement voir l’aura des personnes, l’état psychologique dans lequel se trouve chaque personne, etc. Ils n’ignorent donc pas l’état désastreux dans lequel se trouve notre planète Terre, ils déplorent l’état dans lequel nous nous trouvons, ils souhaitent ce qu’il y a de mieux pour notre monde.

Malheureusement, nous devons reconnaître que la Terre est un échec total. Ils ne désirent ou ne veulent absolument pas se mettre en relation avec des gens qui possèdent l’Ego, le Moi, le moi-même, le soi-même, la Légion. Les « habitants solaires » n’entrent en contact qu’avec des personnes bien mortes.

Quand je parle ainsi de personnes bien mortes, je veux que vous sachiez comprendre que je ne parle pas de mort physique : je me réfère expressément à la mort de l’Ego. Quand je dis bien mortes, c’est pour faire comprendre qu’ils ne désirent entrer en contact qu’avec des personnes qui ont bien désintégré l’Ego, qui sont mortes en elles-mêmes, quant au Moi, quant au Moi-même, en d’autres termes, qui ne possèdent pas l’Ego, c’est-à-dire qui n’ont pas le Moi, qui sont libérées du Moi. Et ils ont raison, en cela je suis complètement d’accord avec eux, parce que ceux qui possèdent l’Ego, qui ont encore le Moi, émettent un type de vibrations sinistres, fatales, diaboliques, perverses. De telles personnes introduisent le désordre là où elles vont ; les gens qui ont cette condition égoïque et diabolique ne pourraient jamais vivre en harmonie avec l’infini. C’est pour cette raison qu’ils ne veulent pas avoir de relations, disons, personnelles avec des individus ou des gens qui ne sont pas morts en eux-mêmes, qui n’ont pas dissous l’Ego, le Moi.

Il me vient en mémoire quelques paysages très beaux du Soleil. Il y a là-bas une mer si profonde, si gigantesque, aux eaux si claires et si belles, que j’en suis resté abasourdi. Bien des fois, dans mon corps astral, je suis arrivé à une certaine baie, dans une petite embarcation, où je me suis reposé des heures entières. Il est clair qu’en astral, on peut aussi naviguer sur quelques embarcations faites naturellement de matière astrale… on peut aussi embarquer sur n’importe quelle embarcation, disons, physique. Celui qui sait voyager en corps astral peut faire la même chose, c’est clair. Ce qu’il faut, c’est devenir conscient ; les endormis ne pourront jamais faire ces choses. Cette baie m’a semblé magnifique, cette mer est des millions de fois plus grande que toute la planète Terre. Je peux vous assurer que si nous déposions les sept mers de la terre dans cette mer, cela reviendrait à jeter un verre d’eau dans ce grand océan. Imaginez ce que représente la taille de ce grand océan ; c’est-à-dire que n’importe lequel des océans que nous possédons ici, sur notre planète, est une petite flaque d’eau comparée à cette immense mer à laquelle je fais référence sur le Soleil. De temps à autre, je voyais surgir certains monstres marins à la surface ; ils contemplaient l’horizon et repartaient, replongeaient dans les profondeurs incalculables de la mer solaire. Cela est inconcevable pour les terriens.

Les gens de cette époque pensent que le Soleil est une boule de feu et personne ne peut leur ôter cette idée de la tête. Lorsque l’on regarde le Soleil du point de vue astral, il est extraordinaire. Par exemple, il existe un chemin secret qui conduit au Temple Cœur du Soleil. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un chemin physique et cela, je veux que vous le compreniez tous. Je me réfère à un chemin secret, astral, ésotérique, qui conduit, comme je l’ai déjà dit, au Temple Cœur du Soleil. C’est un chemin qui n’appartient pas à la matière dense. Quand on s’approche pour le voir, en surface, la seule chose que l’on perçoit c’est une grande profondeur, un abîme ténébreux ; mais au fond, dans l’inconnu, on voit quelques flammes.

Dans mon véhicule astral, j’ai pu descendre dans ce grand précipice, arriver jusqu’à ces flammes. Là-bas, un grand Être nous bénit, c’est le portier ou Gardien du Temple. Il nous bénit avec un rameau d’olivier ; puis, par un chemin secret, on se dirige jusqu’au Temple Cœur du Soleil. Dans le Temple Cœur, on trouve les sept Chohanes, sept grands Êtres qui travaillent dans le système solaire. Là-bas, on sent le flux et le reflux de la Grande Vie, la systole et la diastole de tout le système dans lequel nous vivons, nous nous mouvons et avons notre Être. On peut dire que là-bas se trouve le cœur du Soleil, le cœur du système solaire ; parce que le système solaire, vu de loin, ressemble à un homme qui marche à travers l’inaltérable espace infini et qui a des organes fonctionnels.

Par exemple, Mars est le foie de notre système solaire et le Soleil proprement dit est le cœur du système solaire. Mais ce cœur, il faut le chercher dans le noyau même de cette masse centrale. Bien sûr que le rayon le plus puissant du Soleil vibre à l’aurore et appartient à la Kundalini. À cause de ça, il est intéressant et même très conseillé de pratiquer le Sahaja Maithuna à l’aurore, au lever du jour. Il existe aussi là-bas, sur le soleil, divers élémentaux de la nature, comme il y en a sur toute planète. Là-bas, la vie flue et reflue avec une incessante beauté.

Les scientifiques supposent que le Soleil est une boule de feu ou un nuage d’hélium ou je ne sais quoi d’autre. Les gens communs et courants pensent au Soleil comme à un grand feu duquel plus on s’approche, plus on risque de se brûler. Il n’en est rien. Gravissez une montagne de cinq mille mètres d’altitude et vous verrez que l’on y meurt de froid ; et si vous montiez dans un globe stratosphérique dans la stratosphère, eh bien, là-bas, vous mourriez de froid. Dans les espaces interplanétaires, la température atteint les cent vingts degrés au-dessous de zéro. Alors, il n’est pas vrai que le Soleil est une boule de feu. C’est un monde extrêmement riche en mines d’uranium, de radium, de cobalt, etc., il est donc si grand, qu’évidemment, la radiation de ses mines est aussi très forte, très puissante. La somme totale de tant de mines produit de terribles irradiations, c’est-à-dire que toutes les irradiations des mines, toute l’énergie atomique qui vient de ces mines, traverse l’espace interplanétaire et en arrivant à l’atmosphère terrestre, alors cette dernière décompose ces radiations en lumière, chaleur, couleur et son. C’est précisément la couche supérieure de l’atmosphère terrestre qui est chargée d’analyser et de décomposer les rayons solaires en lumière, chaleur, couleur et son ; mais dans l’espace interplanétaire, il y a un froid intense, comme je l’ai déjà dit, qui atteint les 120 °C au-dessous de zéro.

Ainsi donc, le Soleil n’est pas une boule de feu, comme le croient les gens communs et courants et comme le supposent quelques scientifiques, mais il est riche en mines et ce sont leurs irradiations qui, en se décomposant dans l’atmosphère de la Terre, se convertissent ou se transforment en lumière, chaleur, couleur et son ; et leurs irradiations n’arrivent pas seulement à la planète Terre, mais elles arrivent à tous les mondes du système solaire, et sur chaque planète de notre système solaire il se passe la même chose.

Cette explication faite, nous devons, une fois pour toutes, nous enlever ces idées fausses du mental et savoir que le Soleil n’est pas une boule de feu. De nombreux astronomes se distraient en étudiant l’auréole du soleil, le halo du Soleil. Ils pensent que le halo du Soleil doit être une masse physique matérielle, une masse dense, mais il n’en est rien. Le halo du Soleil est une sorte d’aurore boréale formée par l’électricité et le magnétisme de cet astre, c’est tout.

D. Alors, s’il n’y avait pas d’atmosphère sur terre, notre planète serait-elle un monde obscur, Maître ?

M. Oui, simplement par le fait qu’il n’y aurait aucune sorte d’atmosphère sur la Terre, eh bien celle-ci pourrait être un monde obscur. Dans ce cas, vous me rétorqueriez que, sur la Lune, il n’y a pas d’atmosphère et que, cependant, il y a des époques où il y a de la lumière et d’autres où il y a de l’obscurité, ou que la lune a, dirions-nous, une moitié de lumière et une moitié d’obscurité, c’est-à-dire qu’ils divisent le mois lunaire en une époque de lumière et une époque d’obscurité, etc., selon les périodes cosmiques que l’on connaît déjà à fond et que les astronautes ont utilisées pour leurs expéditions. Bien, mais je dis qu’il y a une atmosphère sur la Lune, il y a une atmosphère raréfiée et, entre autres, il a déjà été officiellement accepté qu’il y a une atmosphère sur la Lune. Il y a une atmosphère raréfiée, latente, mais il y en a une et cette atmosphère peut parfaitement décomposer les rayons solaires en lumière, chaleur, couleur et son. S’il n’y avait pas d’atmosphère sur notre planète Terre, eh bien, cette décomposition n’existerait pas, il y aurait des ténèbres.

Mais comme la masse dense opposerait une résistance aux radiations solaires, avec cette résistance il se produirait alors de la chaleur et il serait même possible que cette masse dense, en s’opposant comme résistance à la radiation, resplendisse, transforme la radiation, non seulement en chaleur, mais aussi en lumière. Alors, de toute manière, il y aurait de la lumière, mais avec une chaleur insupportable.

D. Maître, vous nous avez dit qu’il y a des êtres humains sur le Soleil. Pourriez-vous nous dire comment sont ces êtres humains ?

M. Eh bien, les habitants du Soleil sont des personnes d’une taille ou d’un corps plus ou moins semblable à celui des hommes ou des êtres humains de la Terre, mais ce sont des corps harmonieux, parfaits, très beaux. Les hommes et les femmes vivent dans un état d’harmonie insurpassable. C’est compris ?

D. Vénérable Maître, vous nous avez dit, dans vos livres, qu’il existe le Soleil central Sirius et qu’il est des millions de fois plus grand que le Soleil qui nous éclaire. Pouvez-vous nous dire si la vie existe sur ce monde immense et comment est la vie là-bas ?

M. Bon, Sirius est, disons, la capitale de toute cette galaxie dans laquelle nous vivons. Cette galaxie, la voie lactée, le macrocosme, se compose de millions de systèmes solaires, et tous les soleils et planètes de la galaxie tournent autour du Soleil central Sirius. Il s’agit d’un Soleil des millions de fois plus grand que celui qui nous éclaire ; ce Soleil central Sirius a un frère jumeau qui est une Lune cinq mille fois plus dense que le plomb. Cette Lune tourne autour de Sirius de manière incessante ; Sirius est donc une étoile double. Il est très intéressant de savoir que le noyau même de cette grande galaxie est convenablement bipolarisé. De Sirius même proviennent toutes ces irradiations qui gouvernent tous les supra-cieux. Des divers mondes qui composent la galaxie et de son frère jumeau, cette lune si lourde, cinq mille fois plus dense que le plomb, proviennent toutes ces influences négatives, ténébreuses qui caractérisent chacun des satellites lunes qui tournent autour des mondes ; des radiations fatales, sinistres qui gouvernent les infra-enfers. Il y a une troisième force, que nous appellerions neutre, qui permet un certain équilibre entre les pouvoirs positifs et négatifs. Voyez comme la galaxie est convenablement équilibrée entre la lumière et les ténèbres, entre le positif et le négatif.

Sirius, en lui-même, est un monde gigantesque qui possède une abondante vie minérale, végétale, animale et humaine. Les habitants de Sirius sont très petits, ils n’atteignent même pas un mètre de hauteur. Je crois qu’ils mesurent à peu près un demi mètre, ils sont minces et ont un bel aspect. Ce sont de véritables adeptes de la Fraternité Blanche. Sur Sirius, seule une personne qui a atteint la stature d’un Kumara peut se réincarner. Là-bas, ces hommes sont de véritables Dieux, ils vivent humblement dans les campagnes. Là-bas, personne ne pense à construire des villes. Vivre dans les villes est propre aux gens inintelligents. Les habitants de Sirius ne tomberaient jamais dans une telle erreur. Ils ont d’humbles maisons, ils portent des tuniques tissées simplement. Chacun sème ses aliments puisque chaque « Sirien » a son potager où il cultive ses aliments ; chacun a son jardin où il cultive ses fleurs. Ils vivent en paix et en harmonie les uns avec les autres. Personne ne penserait là-bas à faire la guerre ni rien de ce genre, car tout cela est barbare et sauvage. Les « Siriens » sont des gens très savants, de véritables hommes illuminés dans le sens le plus transcendantal du terme.

Là-bas se trouve l’Eglise Transcendée. On est étonné en pénétrant dans ce temple des merveilles. Les grands Initiés de la galaxie y officient ; j’ai déjà assisté plusieurs fois à leurs rituels. On y fait constamment passer ou on y vit le Drame Cosmique, la vie, la passion et la mort du Christ, car, comme je vous l’ai déjà dit, ce drame est complètement cosmique. Dans le Temple Cœur de ce monde gigantesque, de ce soleil extraordinaire, nous trouvons le Dieu Sirius et, avec lui, tous ses Initiés, ses disciples. Réellement, Sirius est la capitale de la grande galaxie dans laquelle nous vivons. Il est donc extraordinaire, merveilleux.

Nous nous arrêtons là pour aujourd’hui…