Prodiges alchimiques de l’archée gnostique (Comment créer l’Homme à l’intérieur de nous-même)

Samaël Aun Weor

Bon, ce qui est intéressant, c’est de comprendre réellement de quelle manière et sous quelle forme on peut créer l’HOMME à l’intérieur de nous-mêmes, parce que l’erreur de l’humanité est de croire que l’Homme existe déjà. Et tel n’est pas le cas, parce que pour être un Homme, il faut posséder les CORPS PHYSIQUE, ASTRAL, MENTAL et CAUSAL et avoir reçu les PRINCIPES ANIMIQUES et SPIRITUELS.

Les pseudo-ésotéristes et les pseudo-occultistes croient que toute l’humanité possède déjà ces corps, ce qui révèle un manque d’aptitude chez les investigateurs de ces écoles car si ces investigateurs avaient des aptitudes dans le domaine de l’investigation supérieure, ils se rendraient compte que toute l’humanité ne possède pas ces corps.

Au nom de la vérité, moi, en tout cas, je peux vous dire que j’ai fait des recherches approfondies sur cette question dans les Mondes Supérieurs et j’ai constaté directement par moi-même que tous les êtres humains ne possédaient pas ces corps.

Pour devenir un Homme Véritable, il est vital de fabriquer les Corps Astral, Mental et Causal et de recevoir les Principes Animiques. Avant ce stade, on n’est rien d’autre qu’un pauvre « animal intellectuel » condamné à la peine de vivre. Et, c’est la crue réalité des faits…

Mais nous allons voir comment on crée le Corps Astral, comment on crée le Corps Mental, comment on crée le Corps Causal, cela est extrêmement important. Le fondement de tout le Grand Oeuvre est alors dans l’élaboration du MERCURE et, pour élaborer le Mercure, on a besoin d’un simple artifice qui est le Secretum Secretorum du Grand Oeuvre.

Ce simple artifice n’est autre que l’ARCANE A.Z.F. que nous pourrions formuler de la manière suivante : « Connexion du Lingam-Yoni, sans éjaculation de l’Ens Seminis ». Lorsqu’on réussit (par ce simple artifice) à transmuter l’ÉNERGIE CRÉATRICE, on est donc, en fait, sur le chemin du succès.

Avant tout, le Mercure n’est rien de plus que l’Âme Métallique du Sperme. En Alchimie, le sperme est le mercure brut. On dit qu’avec ce sperme transmuté, on élabore le Mercure (qui est l’Âme Métallique du sperme).

Bien, il y a trois types de Mercure. Premièrement, le MERCURE BRUT, c’est-à-dire l’EXIOHEHARI, le Sperme Sacré. Deuxièmement, L’ÂME MÉTALLIQUE DU SPERME, qui est le résultat de la transmutation, donc du […] (cette ÂME METALLIQUE, cette Énergie Créatrice qui monte par les cordons ganglionnaires, spinaux, jusqu’au cerveau). Le troisième MERCURE est le plus élevé, celui qui a été FÉCONDÉ PAR LE SOUFRE (en Alchimie, le Soufre est le Feu Sacré).

Les ésotéristes de l’Orient n’ignorent pas que lorsque les courants positifs et négatifs du mercure entrent en contact dans le TRIVENI (près de l’os coccygien), par induction électrique s’éveille une troisième force qui est la KUNDALINI.

Cette Kundalini (étudiée comme feu uniquement, le feu serpentin annulaire qui se développe dans le corps de l’ascète), c’est le Soufre.

Évidemment, lorsque les courants positifs et négatifs du Mercure entrent en contact dans le triveni (près de l’os coccygien), ils éveillent le feu. Alors, le Feu Sacré ou Soufre se mélange avec ces courants du Mercure, et, de ce mélange, résulte donc le troisième Mercure (qui est celui qui a été fécondé par le Soufre). Le mélange du Mercure et du Soufre monte par le canal de la moelle épinière de l’anachorète jusqu’au cerveau, en éveillant les centres supérieurs de l’Être.

Mais, c’est l’excédent de ce Mercure fécondé par le Soufre qui va servir pour la création des CORPS EXISTENTIELS SUPÉRIEURS DE L’ÊTRE. Lorsque le Mercure fécondé par le Soufre se cristallise à l’intérieur de notre psyché et à l’intérieur de notre organisme en général (avec les notes do, ré, mi, fa, sol, la, si), le Corps Astral se forme. De sorte que le Corps Astral n’est autre que le Mercure fécondé par le Soufre…

Quand, au moyen d’une seconde octave (do, ré, mi, fa, sol, la, si), le Mercure fécondé par le Soufre se cristallise, il prend la forme du Corps Mental. De sorte que le Corps Mental est ceci : du Mercure fécondé également par le Soufre dans une seconde octave…

Mais, lorsque le Mercure fécondé par le Soufre se cristallise dans une troisième octave (avec les notes do, ré, mi, fa, sol, la, si), le Corps Causal se forme. Un homme qui a les Corps Physique, Astral, Mental et Causal, est un Homme véritable qui reçoit les principes animiques et spirituels, un Homme authentique. Avant cela, on n’est pas un Homme, on est un animal intellectuel, mais pas un Homme… Maintenant, il vaut bien la peine de comprendre toutes ces opérations du Vif argent ou Mercure. Pour cela, je tracerai un dessin spécifique, défini, comme une espèce de « première bouteille », que j’appellerai le « premier Mercure »… Premier Mercure, c’est-à-dire Vif argent, n’est-ce pas ?… Vif argent égal au sperme, sperme… Mais cette première bouteille (ou premier récipient) génère un second récipient, qui est le second Mercure, second Mercure… Et le second Mercure, à son tour, génère un troisième Mercure (c’est le Mercure fécondé par le Soufre).

Ce troisième Mercure est le plus utile, le plus important, parce que le troisième Mercure (qui est plutôt important), c’est ce qu’on appelle chez les Grecs… le fameux ARCHEUS…, ARCHÉE ou Archeus… Finalement, ils l’appellent Archée en grec (le fameux Archée)… De ce troisième Mercure (qui est l’Archée) sortent les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être.

Nous trouvons aussi l’Archée dans le Macrocosme, l’ARCHÉE MACROCOSMIQUE. Cet Archée macrocosmique est la NÉBULEUSE d’où sortent les mondes.

Qu’est-ce que la « Nébuleuse », qu’est-ce que « l’Archée macrocosmique » ? C’est un mélange de SEL, de SOUFRE et de MERCURE. Et le Sel, le Soufre et le Mercure se trouvent aussi ici. Le sel est contenu dans le sperme sacré et il se sublime avec les transmutations. De sorte que dans l’Archée du Microcosme, il y a du Sel, du Soufre et du Mercure, et aussi dans l’Archée du Macrocosme…

Disciple. Que vient faire le Sel ici, Maître ?

Maître. LE SEL EST CONTENU DANS LES SÉCRÉTIONS SEXUELLES, seulement…

D. Mais, sel, sel […]

M. Mais qui passe par différentes sublimations. De sorte que lorsqu’on réalise les transmutations, on transmute aussi le Sel.

D. Ah ça !…

M. Dans l’Archée du Microcosme (d’où sortent les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être) il y a du Sel, du Soufre et du Mercure. Dans l’Archée du Macrocosme, il y a aussi du Sel, du Soufre et du Mercure… Sel, Soufre et Mercure dans l’Archée du Microcosme et du Macrocosme.

Ils sortent de cet Archée (celui du Macrocosme)… Maintenant, qu’est-ce qu’une « Nébuleuse » ? Dans une Nébuleuse se trouve l’Archée du Macrocosme (Sel, Soufre et Mercure), c’est de là que sortent les unités cosmiques, les mondes.

D. Donc, par là on confirme que « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut » ?

M. ICI-BAS, ÇA DOIT être pareil. Si là-haut, pour que les mondes sortent, surgissent à l’existence, il faut la matière première qui est l’Archée (mélange de Sel, Soufre et Mercure), ici-bas, dans le Microcosme-Homme, il faut élaborer aussi notre nébuleuse particulière, individuelle, avec du Sel, du Soufre et du Mercure, la fabriquer… Et ici, c’est d’elle que surgissent les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être (comme là-haut surgissent les mondes).

Ce que fit le grand Architecte de l’Univers dans le macrocosme, nous devons le faire ici, en petit, à l’intérieur du microcosme-homme, car « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut »… C’est ainsi que peuvent surgir les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être chez un Homme, m’avez- vous compris ?

De sorte qu’il est alors nécessaire de créer l’Archée à l’intérieur de nous ; l’Archée est Sel, Soufre et Mercure, en haut comme en bas. Une fois que l’Archée est créé, il finit par se cristalliser dans les corps. Un corps est un mélange de Sel, de Soufre et de Mercure, tant dans le physique, que dans l’astral, dans le mental et dans le causal. Voilà donc la question…

Et comment fabrique-t-on l’Archée ? Alors là vient la question des « bouteilles » ; le premier Mercure, le second Mercure, le troisième Mercure (trois mercures : un, deux et trois). Le troisième Mercure, c’est l’Archée, c’est avec lui qu’on fait les corps.

De sorte que Gurdjieff parle de cela du point de vue de l’HYDROGÈNE SEXUEL SI-12, et je ne sais quoi, grosso modo, comme pour déguiser la chose ou pour en faire l’allégorie. Nous, nous l’étudions du point de vue alchimique, à la lumière du laboratoire de l’alchimie, pour arriver à bien le comprendre comme il faut et de manière logistique.

Maintenant, une fois les corps fabriqués, nous avons alors besoin de LES PERFECTIONNER. Pour quelle raison ? Pour que ces corps se perfectionnent, il est forcément nécessaire d’éliminer le Mercure sec. Et qu’est-ce que le Mercure sec ? Les Mois…

Si on n’élimine pas les Mois, les corps ne se perfectionnent pas, et les corps qui ne se perfectionnent pas ne peuvent pas être recouverts des différentes parties de l’Être. Pour que les corps puissent être recouverts des différentes parties de l’Être, ils doivent se perfectionner, devenir des VÉHICULES D’OR PUR. Mais ces véhicules ne pourront pas devenir des instruments d’Or pur si on n’élimine pas le MERCURE SEC et LE SOUFRE ARSENIQUÉ…

Qu’est-ce que le Mercure sec ? Les Mois. Qu’est-ce que le soufre arseniqué ? Le feu animal, bestial, des enfers atomiques de l’homme. Ce feu qui correspond à l’abominable Organe Kundartigateur. Il faut éliminer le Mercure sec et le Soufre arseniqué pour que les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être (créés avec l’Archée de l’Alchimie) puissent devenir des Véhicules d’Or pur de la meilleure qualité.

Ces véhicules d’Or pur peuvent être recouverts des différentes parties de l’Être, et là, finalement, se pénétrant et s’interpénétrant tous mutuellement, sans se confondre, ils finissent par servir d’enveloppe à notre ROI… notre Roi, le CHRIST INTIME.

Il se lève de son sépulcre de verre (lorsqu’il y a une enveloppe de ce type) et se recouvre de cette enveloppe pour se manifester ici (à travers les sens) et travailler pour l’humanité. C’est ainsi que le Seigneur vient à la vie, que surgit à l’existence le CHRIST COSMIQUE, c’est-à-dire le MAGNES INTÉRIEUR de l’Alchimie.

Qu’est-ce que la PIERRE PHILOSOPHALE ? La Pierre Philosophale est le Christ Intime, vêtu de ses Corps d’Or ou recouvert de cette Enveloppe d’Or. Cette Enveloppe d’Or, formée des corps, est le TO SOMA HELIAKON, le CORPS D’OR DE L’HOMME SOLAIRE…

D. l’Adam Kadmon ?

M. ADAM KADMON… Donc, quand quelqu’un possède la Pierre Philosophale, il a des pouvoirs […] sur la Nature (la Nature sait lui obéir). Il possède l’ÉLIXIR DE LONGUE VIE, il peut conserver son corps durant des millions d’années, la nature lui obéit. Ainsi, voilà le chemin, le chemin, c’est l’Alchimie…

Bien, maintenant remarquez la relation qu’il y a (nous le voyons dans les mines) entre les atomes d’or (l’or proprement dit) et le Vif Argent…

D. Oui, et dans l’argent aussi.

M. Oui… D. Ils l’amalgament à l’argent…

M. […] amalgament… Eh bien, dans l’organisme humain, des choses similaires se produisent. Comme ces corps sont du Mercure fécondé par du Soufre, il s’avère que dans ces Corps de Mercure, l’or doit ensuite apparaître, les atomes d’or doivent être fixés. Mais qui pourra fixer les atomes d’Or dans le Mercure ? Ils ne pourront être fixés que par un artifice, qui n’est autre que le fameux ANTIMOINE (l’Antimoine de l’Alchimie).

L’Antimoine de l’Alchimie n’est pas, comme on le croit, une simple substance chimique, non. En Alchimie, l’Antimoine est une des parties de notre Être, très habile dans la transmutation du plomb en or. Cette partie de notre Être (spécialisée en cela) sait fixer les atomes d’or dans les corps de Mercure. C’est ainsi que les corps de Mercure finissent par devenir des Corps d’Or Pur de la meilleure qualité.

Une fois qu’on possède les Corps d’Or Pur, on reçoit aussi l’ÉPÉE D’OR (on est un Archange, avec une épée d’or pur de la meilleure qualité), une épée qui s’agite, menaçante, et qui lance du feu et des flammes (l’épée des Archanges)…

De sorte qu’il vaut donc bien la peine de fixer les atomes d’or dans le Mercure. Tout cela peut se faire à condition d’éliminer le mercure sec et le soufre arseniqué. Si quelqu’un n’élimine pas le soufre arseniqué ni le mercure sec, il n’arrive simplement pas à perfectionner ses corps ni à les changer en or de la meilleure qualité.

Ainsi, tout le secret du Grand Oeuvre consiste en cela : savoir fabriquer le Mercure, jusqu’à créer l’Archée (la Nébuleuse intime, particulière) d’où doivent surgir les différents corps. C’est là-dessus qu’il s’appuie, c’est le chemin du travail…

D. Maître, comment commence-t-on à ressentir, de façon évidente, la communication entre l’Intime et […] ?

M. Eh bien, ce n’est pas possible tant qu’existe l’Ego et tant qu’on n’est pas en train de travailler (pour ainsi dire) dans la dissolution de l’Ego. À MESURE QU’ON DISSOUT L’EGO, on entre en communication avec l’Intime…

D. On ne le pressent jamais, le, le […] ?

M. ON LE PRESSENT, RIEN DE PLUS. L’Intime finit par se manifester à celui qui est EN DEHORS DE SON CORPS PHYSIQUE (aux heures où le corps physique se trouve endormi dans le lit), l’Intime vient alors à lui pour l’instruire, pour lui enseigner. De sorte que, peu à peu, l’Intime se met à surgir des profondeurs de lui-même…

D. Pour en revenir à l’aspect alchimique que vous êtes en train de nous expliquer…

M. Oui…

D. Les Trois Calcinations du Mercure par le fer et par le feu sont ce dont vous nous parlez précisément ?

M. Bon, les TROIS CALCINATIONS par le Fer et par le Feu CORRESPONDENT À LA PREMIÈRE et à la SECONDE MONTAGNE, et à LA PARTIE SUPÉRIEURE DE LA SECONDE MONTAGNE.

D. Les Cuissons ?

M. Les TROIS CUISSONS ou Trois Calcinations du Mercure sont TROIS PURIFICATIONS à base de Fer et de Feu. On arrive à la Résurrection du Christ (en soi) au moyen des Trois Purifications, Trois Purifications à base de Fer et de Feu. Cela est représenté, sur la croix, par les TROIS CLOUS. Les trois clous indiquent les trois purifications de fer et de feu.

De sorte qu’il y a alors trois purifications. Ce sont Trois Calcinations du Mercure. La première calcination correspond donc à la MONTAGNE DE L’INITIATION. La seconde correspond à la MONTAGNE DE LA RÉSURRECTION, et la troisième correspond aux HUIT DERNIÈRES ANNÉES du Grand Oeuvre… les huit dernières années du Grand Oeuvre…

D. Maître, l’Être Réel se manifeste-t-il de différentes manières, c’est-à-dire de manière symbolique et au moyen de paroles ?

M. L’Être Réel intérieur profond se manifeste parfois au travers de SYMBOLES ou DIRECTEMENT, directement lorsqu’on est dûment préparé. Mais il s’exprime aussi parfois symboliquement. Mais, pour que l’Être Réel se manifeste en soi, on doit d’abord « descendre », se donner la peine de descendre dans la FORGE ARDENTE DE VULCAIN, pour travailler à la préparation du Mercure.

Si quelqu’un ne prépare pas le Mercure, alors, son Être n’a pas non plus intérêt à se manifester à travers lui. De sorte que tout le secret du Grand Oeuvre consiste à la préparation du Mercure. Les Sages disent : « Donnez-nous le Mercure et, avec cela, nous avons tout »… C’est le principal…

De sorte que je vous parle en synthèse du Grand Oeuvre, en synthèse… Maintenant, comment arrive-t-on à la Résurrection ? Ça, vraiment, c’est un travail d’envergure, d’envergure…

D. L’important maintenant, c’est d’arriver à l’Homme…

M. OUI, SE CONVERTIR EN HOMME avant d’entrer dans le Royaume du Surhomme…

D. Bien sûr !

M. Pourquoi l’Homme… Un codex d’Anahuac dit : « Les Dieux créèrent les hommes en bois et, après les avoir créés, ils les fusionnèrent avec la divinité ». Mais il ajoute ensuite : « Ce ne sont PAS tous LES hommes qui réussirent à fusionner avec la divinité ». L’Homme fusionné avec la Divinité est, évidemment, le Surhomme.

Maintenant, la majeure partie arrive à se convertir en Hommes, mais ils n’atteignent pas l’état de Surhomme. Pour se convertir en Homme véritable, on doit donc créer les corps ; mais ce qui arrive, c’est qu’il y en a beaucoup qui ont réussi à créer les corps et à recevoir, naturellement, leurs principes supérieurs, animiques et spirituels (ils se sont transformés en Hommes légitimes, en Hommes authentiques), mais ils n’ont pas éliminé le Mercure sec ni le Soufre arseniqué.

Alors, que s’est-il passé ? Ils n’ont pas perfectionné ces corps, ils n’ont pas réussi à convertir ces corps en véhicules d’Or pur. Ils ont réussi à les créer, mais ils n’ont pas réussi à les transmuter en véhicules d’Or de la meilleure qualité. Ils sont restés simplement en tant qu’HOMMES HANASMUSSENS. Hanasmussens, car ils n’ont réellement pas éliminé l’Ego. Ce sont des cas d’échecs…

D. Avec un double centre de gravité, Maître ?

M. OUI, ILS SE RETROUVENT AVEC UN DOUBLE CENTRE DE GRAVITÉ. Une partie de leur Conscience est l’Homme intérieur profond (l’Être vêtu des Corps d’Or), mais l’autre partie est la Conscience vêtue ou embouteillée dans les différents Mois formant l’Ego. Ils se retrouvent alors changés en MAGES BLANCS et NOIRS à la fois (des Hanasmussens avec un double centre de gravité), c’est-à-dire qu’ils sont des AVORTONS DE LA MÈRE COSMIQUE, des échecs…

D. Maître, était-ce le cas d’Andraméleck ?

M. ANDRAMÉLECK EST UN CAS D’HANASMUSSEN avec un double centre de gravité. Lorsqu’on invoque Andraméleck dans les Mondes Supérieurs, on découvre que c’est un TRÔNE. Mais d’autres fois, ce n’est pas un Trône qui vient, mais le mage noir Andraméleck, et c’est le même, avec un double centre de gravité, c’est un Hanasmussen. Un Hanasmussen est un échec du Grand Oeuvre, un avorton de la Mère Cosmique.

La Mère Cosmique est la SIGNATURE ASTRALE DU SPERME Sacré, c’est l’Étoile resplendissante qui jaillit de la « Mer », du CHAOS MÉTALLIQUE (qui est le sperme) ; c’est la partie ignée du Mercure qui nous guide et nous dirige dans le Grand Oeuvre, qui nous aide dans tout le travail du Grand Oeuvre ; STELLA MARIS, la VIERGE DE LA MER, qui surgit de cette mer intérieure que l’on porte (qui est le sperme). C’est de là que surgit cette étoile qui n’est autre que la signature ignée du Mercure.

D. Est-ce pour cela que l’étoile de mer est à cinq pointes ?

M. Oui…

D. Stella Maris…

M. Stella Maris !…

D. C’est l’étoile symbolique qui a guidé les trois Mages, n’est-ce pas ?

M. OUI, L’ÉTOILE SYMBOLIQUE QUI GUIDE TOUS LES MAGES, celle qui dirige le Grand Oeuvre. Stella Maris, la signature astrale du sperme sacré. C’est la DIVINE MÈRE KUNDALINI SHAKTI (c’est ainsi qu’il faut savoir la comprendre) ; c’est avec elle qu’on réalise le Grand Oeuvre. Mais comme je vous le dis, si on n’élimine pas le Mercure sec et le soufre arseniqué, on ne réussit pas à fusionner avec la divinité, et si on n’arrive pas à fusionner avec la divinité, on devient un avorton, un échec. De sorte qu’il faut savoir réaliser l’Oeuvre correctement…

L’Antimoine est disposé à fixer les atomes d’or dans le Mercure, à condition que nous éliminions (avec l’aide de Stella Maris) le Mercure sec et le soufre arseniqué. Si nous procédons ainsi, l’Antimoine travaillera […] en fixant l’or dans le Mercure.

D. Maître, quelqu’un m’a dit que l’on passe les premières initiations de façon inconsciente. Les neuf premières initiations sont-elles quasiment mécaniques ou quoi ?

M. Bon, disons que CELA APPARTIENT À L’INTIME. La personnalité ne se rend pas compte de ces choses. Ce sont les PREMIÈRES INITIATIONS DES MYSTÈRES MINEURS, elles font partie du SENTIER PROBATOIRE, elles font partie du domaine de la probation, rien de plus, elles n’ont aucune importance.

[…] que nous devons rompre avec cette chaîne des Mystères Mineurs. CE QUI EST FONDAMENTAL, pour nous, CE SONT LES HUIT GRANDES INITIATIONS DES MYSTÈRES MAJEURS. C’est ce qui est fondamental. Les autres, les « petites Initiations » des Mystères Mineurs appartiennent au sentier probatoire (celles des disciples à l’épreuve), une chaîne qu’il faut briser. Ce qui est fondamental pour nous, c’est le travail dans le Grand Oeuvre ; c’est ce qui est vital et c’est vers cela que nous devons nous diriger, réaliser tout le Grand Oeuvre…

Maintenant, pour comprendre les Mystères du Grand Oeuvre, il est nécessaire de recevoir le DONUM DEI, c’est-à-dire le DON DE DIEU. Si on n’a pas reçu le Don de Dieu pour pouvoir comprendre la science du Grand Oeuvre, bien qu’on l’étudie, on ne la comprend pas ; car il s’avère qu’elle ne s’adresse pas à l’intellect, elle s’adresse à la Conscience. Toute la science du Grand Oeuvre va à la Conscience, elle appartient aux fonctionnalismes de la Conscience.

D. Pour que le Maître apparaisse, l’élève doit-il être prêt ?

M. PRET !… Vous voyez à quel point c’est important. Comment peut-on parler en Alchimie sur tout le Grand Oeuvre… [Ici le disciple coupe et on n’entend pas ; il continue ensuite].

D. Sur le symbolisme de… (comme je sais que c’est alchimique), le symbolisme des trois Rois Mages…

M. Ah ! LES TROIS ROIS MAGES SONT LES COULEURS QUE PREND LE MERCURE lorsqu’on purifie les corps, dit-on, « dans le CREUSET ». Il faut alors savoir définir ce creuset, quel creuset ? Le creuset sexuel ! Ce Mercure est de couleur NOIRE au début, ensuite il est BLANC. Il continue ensuite avec la couleur JAUNE et après, il culmine avec le ROUGE. C’est le symbolisme des Rois Mages, n’est-ce pas ? L’un d’eux est noir, l’autre est jaune et le troisième est blanc. Quant au rouge, le rouge est la pourpre qu’ils portent tous (comme les rois)… Voilà leur symbolisme…

Et l’ÉTOILE qui les guide est l’étoile, précisément…

D. Stella Maris…

M. Stella Maris, celle qui guide tout le travail… Stella Maris est celle qui guide tout le travail, celle qui fait tout le travail… la Stella Maris…

Alors, il est donc évident que lorsqu’on veut convertir, disons, le Corps Astral en un véhicule d’or pur, on doit se dédier à éliminer le mercure sec. Il est clair que tous ces Mois submergés dans l’astral surgissent avec une force terrible, effrayante, horrible, et ils agissent dans la « corruption » où tous ces éléments doivent donc être désintégrés. Les démons attaquent violemment et on dit que celui qui a commencé son travail avec le corbeau (le CORBEAU NOIR qui correspond à Saturne) est alors entré dans le royaume de Saturne.

Lorsque tous ces éléments commencent à être détruits et désintégrés dans le Mercure, le Corps Astral commence à blanchir. Lorsque ces éléments ont été détruits dans leur majorité, alors on reçoit, dans l’Astral, la tunique blanche, la TUNIQUE BLANCHE DE PTAH (chez les Égyptiens), la tunique de lin blanc.

Si on continue à travailler, on progresse pour convertir ce Mercure Astral en un Corps de Perfection. En continuant le travail de désintégration des éléments indésirables qui sont dans le Corps Astral (et qui correspondent au Mercure sec), le Mercure de cet Astral prend finalement la couleur jaune, on reçoit alors la TUNIQUE JAUNE DES GRANDS MYSTÈRES.

Et en continuant dûment le travail, lorsqu’il ne reste absolument plus aucun élément indésirable dans le Corps Astral… lorsqu’il y a un Corps Astral, je répète, qui a donc été purifié et perfectionné, que l’Antimoine (qui est l’une des parties de notre Être) a pu alors fixer les atomes d’or dans ce Mercure, alors ce Corps Astral finit par rester en or pur. Une fois qu’il est en or pur, alors, la Divine Mère Kundalini l’avale et on reçoit la pourpre, la TUNIQUE DE POURPRE (la POURPRE DES ROIS).

Voyez donc les couleurs ; noir, blanc, jaune et ensuite la pourpre que portent les rois (le rouge).

Le même processus a lieu pour le Mental, pour le Causal, jusqu’à ce que chacun de ces corps soit en or. Et la résurrection du Christ Intime ne pourra pas avoir lieu dans le coeur de l’Homme, tant que les corps ne seront pas tous convertis en véhicules d’Or pur. Une fois tous convertis en véhicules d’Or pur de la meilleure qualité, ils se pénètrent et s’interpénétrent mutuellement, sans se confondre, formant le fameux To Soma Heliakon, le Corps d’Or de l’Homme Solaire, qui sert d’enveloppe pour le Seigneur, pour le Christ intérieur.

Il se lève de son sépulcre de verre et vient ici à la manifestation. Il s’enveloppe du Corps d’Or, il s’exprime en chair et en os comme un MAHATMA RESSUSCITÉ pour enseigner à l’humanité, pour travailler pour l’humanité ; c’est le but…

Mais, vous allez voir la signification des Rois Mages et de l’Étoile… Quant à l’ENFANT, cet enfant est le Christ Intime (l’Enfant qu’adorent les Rois Mages… le Christ Intime) qui doit passer par tout le DRAME COSMIQUE…

Durant ce processus d’Alchimie, le Seigneur intérieur profond travaille terriblement… Lui, au fond, est bien le DIRIGEANT DU GRAND OEUVRE, parce que Stella Maris elle-même travaille sous sa direction ; c’est lui le chef de l’Oeuvre. De sorte que lorsque le Seigneur intérieur profond a terminé la totalité du Grand Oeuvre, il est clair, alors, qu’il ressuscite en nous.

Le Seigneur intérieur profond, le Christ Intime naît comme un enfant dans le coeur de l’Homme et il doit se développer pendant le travail ésotérique, il doit vivre le Drame Cosmique à l’intérieur de nous-mêmes et il doit travailler terriblement à l’intérieur de nous-mêmes, car c’est lui qui prend en charge tous nos processus mentaux, volitifs, émotionnels, etc. En un mot, il se fait Homme parmi les hommes et il subit les mêmes tentations de la chair que tous, et il doit vaincre et triompher pour sortir vainqueur.

Lorsque tous ces véhicules sont en or, il a triomphé. Il peut enfin s’offrir le luxe de se vêtir de ces corps et de venir au monde de la chair pour vivre comme un ADEPTE RESSUSCITÉ à cent pour cent, triomphant et victorieux. C’est pourquoi toutes les louanges, tous les éloges sont pour le Seigneur intérieur profond (qui est le Christ Intime), car lui seul est digne de toute majesté et de tout honneur, car il est notre véritable Sauveur.

C’est l’essence du SAUVEUR SALVANDUS dont on parle dans le Gnosticisme universel. Il veut nous sauver de l’intérieur, il est le Sauveur intérieur, le chef du Grand Oeuvre, le directeur du laboratoire, le Magnès intérieur de l’Alchimie, et, revêtu des Corps d’Or, il est la PIERRE PHILOSOPHALE, la GEMME PRÉCIEUSE, l’ESCARBOUCLE ROUGE.

Celui qui possède cette Pierre détient L’ÉLIXIR DE LONGUE VIE. Celui qui possède cette Pierre a la MÉDECINE UNIVERSELLE. Celui qui possède cette Pierre a le pouvoir de TRANSMUTER LE PLOMB EN OR, en POUDRE DE PROJECTION, etc.

CETTE PIERRE est, disons, très ductile, élastique et parfaite. ELLE EST FUSIBLE, on peut la jeter dans le feu, comme du beurre, sans qu’elle se perde. On peut jeter du beurre dans une poêle, par exemple, et il ne se perd pas, il est fusible. C’est ainsi qu’est la Pierre Philosophale, elle se maintient dans le feu.

ON PEUT PERDRE L’ESPRIT MÉTALLIQUE de la Pierre (c’est le Christ Intime), cet Esprit Métallique peut s’évaporer. Quand ? Quand le métal fond. Quand le métal fond-il ? QUAND ON RENVERSE LE VASE D’HERMÈS. Alors le métal fond, il y a une RÉDUCTION MÉTALLIQUE D’OR dans tel ou tel corps, et cela donne lieu à ce que le Magnès intérieur s’échappe. On dit alors du Sage « qu’il a perdu la Pierre Philosophale », « qu’il l’a dissoute dans l’eau ».

D. C’est quand le Bodhisattva tombe ?

M. Bon, en parlant dans ce langage (en dehors du Grand Oeuvre) grossier et rude, je dirais « quand le Bodhisattva tombe ». Mais, en réalité, en Alchimie on dit clairement : « quand le Bodhisattva jette la Pierre à l’eau », « quand il la dissout dans l’eau, un samedi »…

D. Un samedi ? Pourquoi un samedi, Maître ?

M. Il faut comprendre cela de façon ésotérique : SAMEDI EST SATURNE et c’est le ROYAUME DE LA MORT.

D. Ah !…

M. Celui qui « dissout sa Pierre dans l’eau », la perd et il se retrouve sans la Pierre…

D. Et ce « septième jour de repos » qu’honoraient les anciens, quelle signification a-t-il ?

M. C’est en relation avec le Grand Oeuvre. TOUTE LA GENÈSE EST EN RELATION AVEC LE GRAND OEUVRE. Le premier jour de la « Genèse » correspond au TRAVAIL DANS L’ABÎME et au Premier Sceau de « l’Apocalypse ». Le second jour de la « Genèse » correspond au travail avec les EAUX JAUNES et tout cela, avec le CORPS VITAL. Le troisième jour de la « Genèse » correspond à l’ASTRAL. Le quatrième jour de la « Genèse », au MENTAL. Le cinquième jour de la « Genèse », au CAUSAL. Le sixième jour de la « Genèse », donc, au Sixième Sceau de « l’Apocalypse », au BOUDDHIQUE ou INTUITIONNEL et, donc ensuite, le Septième Sceau ou septième jour de la Création est le « JOUR DE REPOS », parce que le travail se fait en SIX JOURS ou périodes de temps. Au septième, il y a repos. Ensuite, au huitième, vient la RÉSURRECTION DU SEIGNEUR. De sorte que la « Genèse » et « l’Apocalypse » se complètent…

D. Mais, ils parlent de sept jours, pas plus…

M. OUI, CHACUN DE CES JOURS EST UNE ANNÉE.

D. Cosmique ?

M. OUI, UN AN TERRESTRE, une année humaine, car le Grand Oeuvre, en synthèse, se réalise en huit ans. En synthèse, la partie supérieure du Grand Oeuvre est de huit ans, bien que les périodes de travail et de préparation soient bien plus grandes. Mais l’ultime synthèse, l’ultime période où on termine le Grand Oeuvre est de huit ans : LES HUIT ANNÉES DE JOB, les huit années merveilleuses (sept jours, et au huitième, il y a la résurrection). L’Oeuvre se réalise donc en périodes de temps. Mais tout cela peut se réaliser en une seule existence, bien employée…

La « GENÈSE » et « L’APOCALYPSE » sont des textes d’Alchimie. La « Genèse » est faite pour être vécue maintenant même par le travail de l’Alchimie, de même que « L’Apocalypse ». « L’Apocalypse » est un livre de sagesse, un livre d’Alchimie.

D. « L’Apocalypse » n’a-t-elle pas été dénaturée par les différentes traductions ?

M. C’EST L’UNIQUE PARTIE DANS LAQUELLE PERSONNE NE S’EST INSÉRÉ, car comme personne ne la comprend, personne ne s’en est mêlé. Elle a pu être sauvée, grâce à cela…

Mais, tout le Grand Oeuvre se trouve dans « l’Apocalypse ». C’est le Livre de la Sagesse, le livre où se trouvent les lois de la nature. Chacun a sa propre APOCALYPSE INTÉRIEURE. Il existe l’Apocalypse de Pierre, celle de Jean et celle de Paul. Il existe aussi l’Apocalypse de chacun de nous, notre propre Apocalypse…

Et il y a deux manières de vivre l’Apocalypse, soit on la vit à l’intérieur de soi-même, en faisant soi-même le Grand Oeuvre, soit on doit la vivre avec la Nature, avec l’humanité en général… L’humanité actuelle, par exemple, a déjà rompu le Sixième Sceau et elle est en train d’attendre le moment où elle rompra le Septième Sceau. Quand cela se fera, il y aura un grand tremblement, viendra le cataclysme final, avec la destruction totale de cette race. Soit on la vit à l’intérieur de soi-même (c’est effrayant à l’intérieur de soi-même), et on culmine avec le Maître Ressuscité…

Les Sept Sceaux ? Ils représentent les sept corps, ce sont les sept corps : le physique, l’éthérique, l’astral, le mental, le causal, le bouddhique et l’atmique. L’Apocalypse est intérieure, profonde, et elle est faite pour être vécue à l’intérieur de soi-même, de même que les Évangiles…

Les QUATRE ÉVANGILES du Christ sont alchimiques et ils sont faits pour être vécus à l’intérieur de nous-mêmes. Et le Christ se trouve à l’intérieur de nous-mêmes, on doit le trouver à l’intérieur de soi-même, il est le directeur de tout le travail du laboratoire.

D. Mais le Jésus-Christ historique a existé, n’est-ce pas, Maître ?

M. Le Jésus-Christ historique, OUI, LE GRAND KABÎR A EXISTÉ. Il a eu le mérite de faire connaître la DOCTRINE DU JÉSUS-CHRIST INTIME, particulier, de chacun de nous (voilà son mérite), il a propagé cette doctrine… Comme Gautama, le BOUDDHA, il a le mérite d’avoir enseigné la DOCTRINE DU BOUDDHA INTÉRIEUR de chacun de nous. Gautama le Bouddha s’appuie sur la doctrine du Bouddha intime de chacun et Jésus de Nazareth fait connaître la doctrine du Jésus Christ Intime de chacun de nous. Car Jésus est Jeshua, et Jeshua est « Sauveur »…

La Mère Divine Kundalini, avant d’être fécondée, est la VIERGE NOIRE qui est en bas, dans les sous-sols de tous les anciens monastères et qu’on honore avec des VEILLEUSES de couleur VERTE, dans l’espoir un jour, d’éveiller le LION VERT (le feu à l’état résiduel). Mais, lorsqu’elle est fécondée par le Logos, elle est alors la DIVINE CONCEPTION, avec l’Enfant dans ses bras.

Cet ENFANT est le LOGOS lui-même qui descend de son monde et devient Fils de notre Divine Mère particulière, attendant l’instant d’entrer vraiment à l’intérieur de notre corps, pour commencer le processus du Grand Oeuvre, pour réaliser le Grand Oeuvre.

De sorte que ce qui compte, c’est le Seigneur du Grand Oeuvre, le Sauveur de chacun de nous, le Jésus-Christ intérieur, le Jésus-Christ Intime car « Jeshua » signifie « Sauveur ». Jésus est Jeshua (Sauveur), et chacun doit rencontrer son SAUVEUR INTÉRIEUR PROFOND…

D. Alors, Jésus a-t-il incarné le Christ ?

M. JÉSUS de Nazareth (le Grand Kabîr Jésus) A FAIT CELA, il a fait le Grand Oeuvre ; et c’est un homme qui a parlé du Jésus-Christ Intime (qui est le Seigneur du Grand Oeuvre) ; et notre Sauveur intérieur doit vivre le drame cosmique à l’intérieur de nous-mêmes, ici et maintenant, dans le travail du Grand Oeuvre…

Les trois traîtres, par exemple, qui sont JUDAS, PILATE et CAÏPHE, sont trois démons. Judas est le DÉMON DU DÉSIR que chacun porte à l’intérieur de lui. Pilate est le DÉMON DU MENTAL qui trouve toujours des excuses, des justifications et des échappatoires pour ses pires erreurs. Quant à Caïphe, c’est le DÉMON DE LA MAUVAISE VOLONTÉ en chacun de nous, ce traître qui échange le Christ, ou plutôt, qui prostitue la religion. Caïphe est un prêtre, et que fait-il ? Il convertit l’autel, en quoi ? En lit de plaisir et il copule avec les dévotes et vend des sacrements ; et chacun porte Caïphe à l’intérieur…

De sorte que Judas, Pilate et Caïphe sont les trois traîtres qui trahissent le Christ Intime. Ce sont eux qui l’entraînent à la mort ; et les millions de personnes qui demandent sa mort sont nos MOIS qui crient : « Crucifiez-le, crucifiez-le ! »…

Et notre Seigneur intérieur profond est ceint d’une couronne d’épines et il est fouetté (tout mystique peut voir cela), et il est finalement crucifié. Ainsi, on le descend de sa croix et il est déposé dans son sépulcre, et ensuite, avec sa mort, il tue la mort, c’est la dernière chose qu’il fait. Et il ressuscite ensuite en nous. Vêtu des Corps d’Or pur […] Alors, voici que nous avons la Pierre Philosophale. Heureux celui qui la possède, parce que celui-ci est vraiment, alors, un MAÎTRE RESSUSCITÉ !

Ce sont les MYSTÈRES DE L’ÉVANGILE qui doivent être vécus ici et maintenant, à l’intérieur de nous-mêmes. Et la vie, la passion, la mort et la résurrection du Christ ne sont pas quelque chose de strictement historique (comme les gens le croient), c’est quelque chose qui est d’une actualité immédiate et que chacun de nous doit réaliser dans son travail de laboratoire ; c’est la crue réalité des faits…

Ce n’est pas quelque chose qui correspond au passé, qui est arrivé il y a deux mille ans, non monsieur ; c’est quelque chose qu’on doit vivre maintenant, et je vous rends témoignage de tout cela, car il m’a été donné de vivre tout cela…

A cet instant précis, mon Seigneur intérieur profond se trouve dans son SAINT SÉPULCRE. En 1978, mon Seigneur intérieur profond ressuscitera en moi, et moi en lui, pour pouvoir faire l’oeuvre gigantesque qu’il faut faire pour l’humanité, et ce sera lui qui la fera, pas mon insignifiante personne qui n’est autre qu’un instrument. Mais lui, par contre, il est parfait et il la fera, parce qu’il est parfait… Et maintenant, je rends donc témoignage de ce dont je suis certain, de ce que j’ai vécu, pas de ce que les autres écrivent ou cessent d’écrire ; je dis ce dont je suis certain, c’est la crue réalité des faits…

Je l’ai incarné depuis bien longtemps ; un petit enfant est né en moi (quand j’ai reçu l’INITIATION DE TIPHERETH). Ensuite, il a dû croître et se développer à l’intérieur de mon insignifiante personne, il a dû passer par tout son drame cosmique à l’intérieur de moi-même…

De sorte qu’en vous parlant de cette façon, je parle de ce dont je suis sûr. Maintenant, à cet instant, après être passé par LE CALVAIRE, il est à l’intérieur de son Saint Sépulcre…

Je vais là-bas, de temps en temps, pour baiser la pierre de son sépulcre, attendant anxieusement sa résurrection, et, en 1978, le Seigneur aura ressuscité…

Bien sûr, je suis en train de le faire pour la troisième fois. Je dis « pour la troisième fois » parce que j’ai fait le Grand Oeuvre trois fois. Je le fis dans le précédent Maha-Manvantara, c’est-à-dire DANS LA TERRE-LUNE, avant que cette chaîne terrestre n’ait surgi à l’existence. J’ai alors travaillé pour l’humanité, et je fis toute l’Oeuvre…

Ensuite, dans la LÉMURIE, je commis donc l’erreur, lors de cette révolte des Anges qui tombèrent dans la génération animale (bien sûr, cela arriva dans la Lémurie, sur le Continent Mu) ; alors, je commis aussi l’erreur (en tant que Dhyani Boddhisattva) de tomber dans la génération animale, et alors, je perdis la Pierre, je la « jetai à l’eau »… Dans cette même Lémurie, je recommençai et la fis surgir…

Plus tard, sur le plateau central de l’Asie, je commis l’erreur que commit le Comte Zanoni, c’est-à-dire de prendre une épouse, alors que cela m’était interdit. Alors, de nouveau, je « jetai la Pierre Philosophale à l’eau ».

Maintenant, DANS CETTE NOUVELLE EXISTENCE, j’ai fait le Grand Oeuvre, cela pour terminer par la résurrection du Seigneur pour la troisième fois, pour la troisième fois…

De sorte que je l’ai déjà faite trois fois : je la fis dans l’antique Terre-Lune. Là-bas, je commis donc l’erreur de « jeter la Pierre à l’eau », et là-bas même, il m’a été donné de lever de nouveau la Pierre pour donner vie à la Pierre. Dans la Lémurie, je fis l’erreur de commettre un délit, et ensuite, dans cette même Lémurie, je la fis remonter une fois encore. Et plus tard, dans la race aryenne, je commis encore le délit, et sur le plateau central de l’Asie, je « jetai de nouveau ma Pierre à l’eau », et maintenant je la fais surgir de nouveau à l’existence pour la troisième fois. De sorte que j’ai de l’expérience, je connais bien le chemin… Je connais le chemin et je le connais de façon pratique…

Ce que, en tout cas, je veux vous dire est une grande vérité : lorsque j’ai élaboré la Pierre Philosophale pour la première fois, la Pierre était forte, puissante ; lorsque je l’ai élaborée pour la deuxième fois, elle était plus forte, et maintenant que je suis en train de l’élaborer pour la troisième fois, elle sera encore plus puissante, étant donné l’expérience acquise.

Il y a donc un principe très intelligent que vous devez comprendre : un homme peut lutter beaucoup et se transformer jusqu’à parvenir à l’union avec Dieu. Jusque là, il progresse, mais après être arrivé à l’union avec Dieu, un Homme (Homme à travers lequel Dieu se manifeste), nous dirions qu’à partir de là, il n’y a plus aucun progrès, n’est-ce pas ? Puisqu’il est arrivé à Dieu, que faire de plus ?

Si cet Homme veut progresser à partir de là, il doit alors, disons, RÉTROGRADER, c’est-à-dire « jeter la Pierre à l’eau » : il se retrouve sans la Pierre. Mais, quand il a redonné vie à la Pierre, cette Pierre est alors plus pénétrante, plus puissante […] extraordinaire…

Il y a des Hommes qui l’ont faite jusqu’à sept fois, « ils ont jeté la Pierre à l’eau » jusqu’à sept fois (des Adeptes qui l’ont jetée jusqu’à sept fois). Vraiment, au-delà de sept fois, c’est très dangereux, on peut tomber dans la malédiction. Je l’ai faite trois fois, mais franchement, je ne la ferai pas une quatrième fois, je ne veux pas m’exposer à des problèmes. Et les trois fois que je l’ai faite, cela m’a laissé un goût amer. Bien trop douloureux !…

D. Je veux bien le croire…

M. Par exemple, sur le plateau central de l’Asie, lorsque « j’ai jeté la Pierre à l’eau » pour la troisième fois, j’ai lutté, dès lors, au long des siècles pour me relever ! Quels karmas épouvantables, que d’amertumes terribles ! Ce n’est que maintenant, après avoir beaucoup, beaucoup souffert, que la Pierre Philosophale est de nouveau prête à renaître (je l’aurai de nouveau en 78), mais à quel prix. « Cela m’a pris » toute la race aryenne pour la lever de nouveau. De sorte que c’est très douloureux, c’est un progrès très dangereux…

Il y a des adeptes qui, voulant rendre leur Pierre plus pénétrante et plus puissante, descendent intentionnellement. Ils ne tombent plus, mais ils descendent. Comment descendent-ils ? Ils prennent une épouse, alors que cela leur est interdit, mais ils n’éjaculent pas la liqueur séminale, car ils travaillent avec toutes les règles de l’Arcane A.Z.F. sous la direction d’un gourou…

De toute façon, ils perdent la Pierre (car le contact sexuel leur est interdit) et, après un certain temps, sous la direction de ce même gourou, ils donnent de nouveau vie à la Pierre, ils font le Grand Oeuvre ; alors la Pierre devient encore plus puissante qu’avant.

Il faut donc différencier une CHUTE d’une DESCENTE. Je ne suis pas descendu ainsi, intentionnellement ; les trois cas furent des chutes (des chutes et non des descentes). Sur le plateau central de l’Asie (par la même erreur que le Comte Zanoni), je suis tombé amoureux d’une belle dame ineffable et je la pris pour épouse, bien que cela me fut interdit, et cela généra une chute. Mais, je vous dis (après des siècles d’expérience) que c’est ainsi que se réalise le Grand Oeuvre…

Et souvenons-nous de l’Oiseau Phénix, il était merveilleux, ceint d’une couronne d’or, ses pattes, ses membres, tout en or pur, beau, ineffable. La Nature lui rendait un culte… Fatigué de vivre, après des millions d’années, il résolut de faire un nid (avec des branches d’encens, de myrrhe, de je ne sais quoi, de nard, d’autres rameaux précieux, dit-on). Bon, ce qui est sûr, c’est qu’il s’incinéra (la Nature s’attrista)… Mais, il ressuscita ensuite de ses propres cendres (l’Oiseau Phénix), plus glorieux qu’avant, plus puissant qu’avant. C’est en relation, précisément, avec le Grand Oeuvre…

Tout pouvoir d’un adepte se trouve dans la Pierre Philosophale. S’il la « jette à l’eau », il se retrouve alors « coupé »…

D. Et le bâton de Moïse, Maître, le bâton de Moïse qui enseignait aux Égyptiens et au Pharaon ?

M. C’EST L’ÉPINE DORSALE.

D. Ah ça ! Comme les mages noirs ont fait sortir des serpents, lui aussi a fait sortir le sien, n’est-ce pas ?

M. Bien sûr…

D. Quand son bâton se convertit en serpent…

M. De même que MOÏSE convertit le bâton en serpent, ainsi doit-on CONVERTIR LE BÂTON EN SERPENT. De même que Moïse éleva le serpent sur le bâton et que celui-ci se convertit lui-même en bâton, ainsi nous avons également besoin d’élever le FILS DE L’HOMME au-dedans de nous-mêmes.

Le Fils de l’Homme est le Christ Intime ; il faut le lever à l’intérieur de nous mêmes. Pour pouvoir le lever, il faut d’abord créer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être ; c’est ainsi seulement qu’il pourra venir s’incarner en nous, naître en nous, pour grandir ensuite et vivre le drame cosmique.

Il doit prendre en charge les processus émotifs, mentaux, sentimentaux, sexuels, de tout ce qui est en nous, et devenir un Homme, se convertir en Homme pour réussir à vaincre les ténèbres en nous-mêmes, éliminer les Mois en nous-mêmes, et triompher en nous-mêmes…

Il est clair qu’il est digne de tout éloge, gloire et honneur. Et qui d’autre va faire cela pour nous ?… Qui d’autre ?… Seul le Sauveur ! C’est pourquoi le Christ est digne de tout honneur et, devant lui, les VINGT-QUATRE ANCIENS (qui ne sont autre que les 24 parties de notre propre Être intérieur profond) et les QUATRE SAINTS ou les QUATRE SAINTES CRÉATURES (qui ne sont autre que quatre parties supérieures de notre Être, en relation avec les Quatre Éléments) jettent tous leurs couronnes au pied de l’Agneau, car lui seul est digne de tout honneur, d’éloge et de gloire, parce que c’est lui qui nous rachète avec son sang. Ce SANG est le Feu et il est l’AGNEAU IMMOLÉ, il s’immole donc. Il vit en nous et s’immole complètement, il devient un homme commun et courant pour lutter contre les tentations, contre les désirs, contre les pensées, contre tout, et personne ne le connaît, jusqu’à ce qu’il triomphe… Qui d’autre fait cela pour nous ?… Il est le seul ! C’est pourquoi on dit : « l’Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde » ; c’est le christianisme ésotérique, mais bien compris…

De sorte qu’il est le Sauveur, lui qui nous rachète avec son sang, c’est-à-dire avec le Feu. Car lui- même est l’ESPRIT DU FEU qui nécessite un vase d’albâtre, un réceptacle pour se manifester. Ce réceptacle, ce sont les corps d’or pur que l’on doit créer.

Comprendre cela est formidable, car on arrive précisément là où on doit arriver, c’est-à-dire à se convertir en HOMME SOLAIRE, en HOMME RÉEL, en HOMME CHRIST.

De sorte que, pour cela, il faut lutter à mort contre tout et contre tous : contre soi-même et contre la Nature, contre tout ce qui s’oppose, jusqu’à triompher, jusqu’à triompher… Se convertir en Homme Solaire, en Homme Christ…

Ce n’est pas une question d’évolution, ni une question d’involution, non ; c’est une question de RÉVOLUTION INTÉRIEURE PROFONDE ; cela s’écarte du dogme de l’évolution et de l’involution ; cela appartient au Grand Oeuvre, et ce Grand Oeuvre est révolutionnaire…

D. […] La volonté, Maître ?

M. Ah ?…

D. Est-ce que là, la volonté doit intervenir définitivement ?

M. LA VOLONTÉ !…

D. Cela n’est-t-il pas une question mécanique ?

M. Non ! Ce travail, on le réussit à base de TRAVAUX CONSCIENTS ET DE SOUFFRANCES VOLONTAIRES. Il faut consacrer la totalité de sa vie au Grand Oeuvre, jusqu’à l’obtenir. Se convertir en Homme Solaire… C’est ce que veut le Soleil. Il veut une récolte d’Hommes Solaires. C’est ce qui intéresse le Soleil. De sorte que nous devons COOPÉRER AVEC LE SOLEIL, pour nous convertir en Hommes Solaires. Il veut une récolte d’Hommes Solaires. Lui, c’est ce qui l’intéresse…

Bon, mes frères, je crois qu’il se fait un peu tard…