Paramètres alchimiques et psychologiques du vide (le vide illuminateur et l’annhihilation Bouddhique)

Samaël Aun Weor

Nous allons faire une brève conférence pour préparer l’ambiance… Avant tout, il est nécessaire de savoir que la seule chose qui nous intéresse vraiment, c’est L’AUTO-RÉALISATION INTIME DE L’ÊTRE. Je connais diverses écoles du monde, avec diverses doctrines et de magnifiques aspirations, qui ont des buts très différents…

Un jour, par exemple, je parlais avec le précepteur d’une institution :

– Vous – lui dis-je – aspirez-vous à l’Auto-réalisation intime de l’Être ? Souhaitez-vous l’Adeptat ? Le précepteur me répondit :

– Nous ne prétendons pas à l’Adeptat, ni à l’Auto-réalisation intime de l’Être. Nous nous occupons uniquement de connaître le maniement du mental, nous voulons une vie impersonnelle, etc.

Ainsi, diverses doctrines recherchent la dignification de l’être humain, l’amélioration de sa santé, le développement de pouvoirs magiques, etc.

Nous, franchement, nous sommes différents: NOUS, LES GNOSTIQUES, NOUS SOMMES INTÉRESSÉS, je répète, exclusivement par LA LIBÉRATION FINALE. De ce point de vue, nous sommes radicaux. Tout l’objectif de nos études est donc de mener nos affiliés jusqu’à la Libération.

Nous devons commencer par le jardin d’enfants et ensuite, à travers les diverses chambres, nous les amenons à la connaissance supérieure. Évidemment, la connaissance la plus avancée se donne en Troisième Chambre.

Un jour, nous aurons ici-même, dans le I.C.U., la Troisième Chambre, lorsque nous aurons quelques frères qui seront préparés comme il se doit. Mais, en tout cas, nous ne voulons donc, en aucune manière, éviter le chemin qui conduit à l’Auto-réalisation intime de l’Être.

Il est indéniable que l’Auto-réalisation intime de l’Être est au fond une chose très naturelle, terriblement crue, réaliste à cent pour cent et formidablement sexuelle.

Dans le monde, il y a beaucoup de théories qui disent conduire à la Libération. Il y a des théories dans le monde oriental : il y en a au Tibet, il y en a en Inde, en Chine, etc. Il y a des théories dans le monde occidental : des écoles de divers types, etc., mais nous, les gnostiques, nous aimons aller, disons, au grain, aux faits, c’est évident.

Par exemple, en Orient (je me réfère maintenant spécifiquement au Tibet), il existe et il a toujours existé des anachorètes, des yogis ou pénitents qui passent leur vie entière enfermés dans une caverne. Leur Gourou leur enseigne le Sentier de la Méditation intérieure profonde.

Ces ascètes austères obtiennent, grâce à beaucoup d’entraînement psychologique ou, disons, à beaucoup de judo psychique, l’irruption, dans leur mental, du VIDE ILLUMINATEUR…

Au Japon, au Tibet, en Chine, on parle beaucoup du Vide Illuminateur. Quelle est la nature du Vide ? On sait bien que, dans le Vide, l’Être, disons, le sujet et l’objet sont un ; que dans le Vide Illuminateur, on est passé AU-DELÀ DE LA DUALITÉ ; que dans le Vide Illuminateur, il existe L’UNICITÉ de la vie libre en son mouvement, etc.

Et nombreux sont les moines tibétains qui aspirent au Vide Illuminateur. Les anachorètes des montagnes, spécifiquement, s’adonnent totalement à ceci : à la méditation dans le but d’atteindre l’expérience du Vide Illuminateur.

Indiscutablement, après un certain temps d’entraînement psychologique, ils parviennent à SÉPARER L’ESSENCE DE L’EGO, en d’autres termes, à extraire du Moi de la psychologie expérimentale l’Essence vive, la « Bouddhata », comme on l’appelle au Tibet.

Cette Bouddhata, cette Essence, complètement libérée de l’Ego, peut EXPÉRIMENTER LE RÉEL, peut se précipiter dans le Vide Illuminateur. Celui-ci, en Orient, reçoit le nom de « SATORI ».

Quand on revient d’un Samadhi de ce type, l’Instructeur, le Gourou doit intervenir : généralement le chela, l’anachorète est enivré par l’Extase. Pour qu’il puisse retrouver son équilibre, son Maître le gifle. Bien sûr, ce sont des gens qui peuvent recevoir une gifle, n’est-ce pas ?

Je me demande si vous supporteriez qu’on vous gifle, ooouuuuh ! Le plus certain c’est que vous n’y résisteriez pas. Pourquoi ? Parce que vous n’avez pas la discipline qu’on a dans le monde oriental. Et si le Gourou ne giflait pas le chela, qui se trouve enivré par l’Extase ? On aurait tendance à penser qu’il resterait donc peut-être dans cet état durant le reste de son existence et, bien sûr, il ne serait pas en harmonie avec l’équilibre du monde, n’est-ce pas ? Alors son Gourou le sort de cet état avec quelques gifles, avec quelques claques au visage.

Mais, à ce sujet, allons un peu plus loin. S’il est bien vrai que certains de ces ascètes parviennent donc à continuer avec le Samadhi, la question de la Libération persiste.

Lorsque n’importe lequel de ces anachorètes s’est désincarné, comme il est déjà vraiment accoutumé à désembouteiller l’Essence, à la sortir de l’Ego, à l’extraire du mental, à la faire passer, donc, dans le Vide Illuminateur, il n’est pas difficile au pénitent de répéter cela après sa mort et il peut jouir, durant une période, de la joie du Samadhi.

Généralement, il s’immerge dans un état que nous appellerions « MAHA-SAMADHI » (c’est un état de félicité incomparable).

Mais, tandis que l’Essence est immergée dans le monde de l’Esprit pur, en état de Maha-Samadhi, l’Ego continue dans le monde astral, pour ainsi dire, au seuil de la vie, attendant le retour de l’Essence et, à la fin, l’Essence revient d’un tel état pour pénétrer à nouveau dans l’Ego.

Une fois qu’elle se trouve à nouveau embouteillée dans le Moi, survient la réincorporation, le retour, la renaissance dans une nouvelle matrice.

Ainsi, des gens qui, en Orient, passèrent pour des Saints, qui jouirent de pouvoirs extatiques à cause du Samadhi, mais qui, durant leur vie, ne se préoccupèrent jamais de la dissolution du Moi, vivent aujourd’hui, dans le monde occidental, comme des personnes communes et courantes.

Certains de ces individus sont même des personnes vulgaires. Car beaucoup de ces mystiques parviennent, à raison d’une rigoureuse pénitence, d’une discipline, etc., à désembouteiller l’Essence chaque fois qu’ils le veulent pour jouir du Samadhi, mais, malheureusement, ils ne se préoccupent pas de la dissolution de l’Ego, d’annihiler l’Ego, de le réduire en poussière. À cause de cela, il arrive ce que je vous ai déjà dit : ils doivent revenir tôt ou tard.

Ainsi donc, ce qui nous intéresse plus que tout, c’est d’atteindre une LIBÉRATION RÉELLE. Et cette libération réelle n’est pas possible si on n’annihile pas le Moi, si on ne dissout pas le Moi. De multiples théories peuvent exister dans le monde, mais, en réalité, je veux vous dire, de façon claire, qu’on ne pourra jamais atteindre l’émancipation absolue, la félicité authentique, si on ne passe pas au préalable par L’ANNIHILATION BOUDDHIQUE.

Quand j’étudiais la Théosophie, je me rappelle toute la terreur que ressentaient les instructeurs théosophes envers la doctrine bouddhiste de l’Annihilation. Pour moi, elle m’a semblé une doctrine merveilleuse. Je considère que l’Annihilation bouddhique est indispensable pour celui qui veut la Libération.

Par « Annihilation Bouddhique » comprenez la DISSOLUTION DU MOI de la psychologie. Évidemment, il faut détruire le moi-même, le soi-même, l’Ego, parce que dans l’Ego se trouve la racine vivante de toutes nos souffrances, de toutes nos amertumes, de tous nos problèmes.

L’Ego a été considéré par de nombreuses personnes, comme quelque chose de divin. Les diverses écoles de type pseudo-ésotérique et pseudo-occultiste divisent le Moi en deux : un de type supérieur ou ALTER EGO (c’est ainsi qu’ils l’appellent) et un autre INFÉRIEUR ou ANIMAL. Et ils veulent que le Moi supérieur domine l’inférieur, et que, à la fin, il s’intègre à celui-ci. Conclusion : ils croient que c’est là le Chemin de la Libération.

Mais les Taoïstes, les Bouddhistes Zen, Chan et les grands Maîtres tibétains ont bien dit que supérieur et inférieur sont deux sections d’une même chose… Ainsi, Moi supérieur ou Moi inférieur sont deux sections du même Moi…

En fin de compte, le Moi a un début et il doit inévitablement avoir une fin. C’est un ensemble de désirs, de passions, de souvenirs, de haines, d’aversions, etc. ; le Moi est un livre à plusieurs tomes, par conséquent, il faut le désintégrer.

Si l’on atteint l’annihilation du Moi, L’ESSENCE, LA CONSCIENCE, qui est retenue par celui-ci, se retrouve LIBÉRÉE et ÉVEILLÉE. Voilà ce qui nous intéresse. Mais si on ne dissout pas le Moi et qu’on se préoccupe seulement d’obtenir des pouvoirs occultes, des degrés, des initiations, etc., tôt ou tard on échoue.

J’ai connu de magnifiques Initiés, je les ai vus agir, mais étant donné qu’ils ne se sont jamais souciés de dissoudre le Moi, ils ont échoué. Si on ne dissout pas le Moi, il est évident que celui-ci se renforce au fil du temps et, à la longue, il gagne la partie.

Or, la dissolution du Moi EST UN PROBLÈME PSYCHOLOGIQUE ET SEXUEL à la fois. Si on N’AUTO-EXPLORE pas l’Ego, si on ne s’étudie pas soi-même, on n’arrivera jamais à se connaître. Celui qui ne se connaît pas ne sait pas ce qu’il a à l’intérieur. Celui qui ignore ce qu’il porte dans son intérieur est très loin de dissoudre l’Ego.

Il est nécessaire que nous nous AUTO-OBSERVIONS quotidiennement. En relation avec les gens, dans la rue, au temple, au travail, les défauts qui sont cachés en nous affleurent, et si nous sommes en état d’alerte perception, d’alerte nouveauté, alors nous découvrons ces défauts, nous les voyons.

Un défaut découvert doit être étudié, il doit être analysé par l’intermédiaire de la MÉDITATION intérieure profonde. Et une fois que nous l’avons COMPRIS, il vaut bien la peine que nous le désintégrions. La DÉSINTÉGRATION de n’importe quel défaut n’est possible que si nous l’avons préalablement compris.

Évidemment, les défauts sont personnifiés par différents éléments inhumains que nous portons dans notre intérieur. Ces défauts sont exécrables, ils ont des formes animales. Au Tibet, on appelle ces formes des « agrégats psychiques ».

Ces agrégats psychiques sont donc les vives personnifications de nos erreurs et chacun de nous porte ces agrégats dans sa psyché.

Malheureusement, l’Essence, je répète, la Conscience, est plongée, embouteillée, fourrée dans ces agrégats. Si nous voulons les désintégrer, il nous faut tout d’abord les découvrir et ensuite les comprendre.

Une fois que nous avons compris que nous avons tel ou tel agrégat psychique, soit de colère, soit de convoitise, soit de luxure, d’envie, d’orgueil, de paresse, de gourmandise, etc., nous procédons à sa désintégration.

Dans le monde oriental, on sait très bien que le mental, par lui-même, ne peut jamais altérer fondamentalement aucun défaut. Il pourra lui attribuer différents noms, il pourra se le cacher à lui- même ou aux autres, il pourra le justifier ou le condamner, mais jamais l’altérer.

Il faut un pouvoir qui soit supérieur au mental si nous voulons désintégrer tel ou tel agrégat psychique. Heureusement, ce pouvoir est latent dans tout être vivant. Je veux me référer de manière emphatique à DEVI KUNDALINI SHAKTI, le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques.

Ce Pouvoir Igné est latent (dit Madame Blavatsky) dans toute matière organique et inorganique. Si nous nous concentrions sur Devi Kundalini, après avoir compris telle ou telle erreur, nous pourrions obtenir des bienfaits insolites.

Si nous lui demandions de désintégrer, par exemple, l’agrégat de la haine, elle le ferait. Cet agrégat serait réduit en cendres, en poussière cosmique, libérant la Conscience qui s’y trouve plongée. Par ce chemin, nous pouvons détruire n’importe quel agrégat, le réduire en poussière.

Or, le POUVOIR MAXIMUM de Kundalini-Shakti est merveilleux et tout ce pouvoir s’exprime précisément DURANT L’ACCOUPLEMENT CHIMIQUE OU MÉTAPHYSIQUE.

Quand les Initiés travaillent dans la Forge des Cyclopes, dans la Forge Incandescente de Vulcain, ils peuvent invoquer Devi Kundalini et elle les assistera. C’est à elle (qui est la divine Mère Cosmique) qu’on demande de désintégrer tel ou tel défaut psychologique préalablement compris. On recevra une réponse et la réponse se fera avec des faits concrets, clairs et définitifs. Et dans ce cas, l’agrégat en question sera réduit en poussière cosmique.

Voyez combien d’énormes pouvoirs sont latents précisément dans l’organisme humain. Voyez combien d’immenses pouvoirs sont latents dans la PHYSIOLOGIE D’ÉROS.

En travaillant dans la Forge des Cyclopes, avec le Serpent Sacré, on peut parfaitement annihiler n’importe quel agrégat psychique. À la longue, par ce sentier, on pourra obtenir la dissolution de l’Ego de manière absolue, radicale, et c’est ce qui est intéressant.

Mais ceux qui commettent le crime de RENVERSER LE VASE d’Hermès Trismégiste, le trois fois grand Dieu Ibis Toth, ÉCHOUENT évidemment DANS LE GRAND OEUVRE. Ou ceux qui, tout en ne renversant pas ce Vase d’Hermès, commettent L’ADULTÈRE, échouent en fait totalement dans le Grand Oeuvre.

Le problème de la Libération, je le répète, est ce qu’il y a de plus naturel. Beaucoup pensent que cette question de la Libération est une chose d’un riche contenu, purement intellectuel, et ils se trompent. En réalité, vraiment, cette question de Libération est très naturelle…

Pensons au fait que nous sommes les enfants d’un homme et d’une femme, que nous existons grâce à cela, sinon nous n’existerions pas.

Grâce à la réflexion évidente de l’Être, nous parvenons à la conclusion que, comme conséquence ou corollaire de tant de caresses, d’amour, d’enchantements, nous finissons par exister ici-bas.

Nous ne sommes donc le produit d’aucune théorie, mais plutôt le produit de l’amour, de l’émotion, du sexe. Si nos parents s’étaient mis à théoriser, nous n’existerions pas.

Si, au lieu de l’accouplement métaphysique, ils s’étaient enfermés dans un laboratoire de physique pour tenter la création de notre organisme humain, je suis absolument sûr que nous n’existerions pas.

S’ils s’étaient affiliés à une école, afin que, grâce aux théories de celle-ci, nous puissions surgir à l’existence, je suis sûr que nous n’existerions pas.

S’ils s’étaient dédiés à l’étude de doctrines ampoulées, de livres compliqués, dans le but de trouver la formule qui nous aurait permis d’exister, nous n’existerions pas.

La vérité vraie, c’est que nous sommes plutôt les fils de l’émotion, du sexe, de l’amour, et pas de théories compliquées et difficiles. De même, je crois aussi que si nous procédons ainsi, par loi de parallélisme, si nous invoquons L’AMOUR, la JOIE, L’ÉMOTION PURE, la TRANSMUTATION INCESSANTE, nous pouvons atteindre la Libération finale.

Quand j’étais très petit, je regardais l’étoile de Vénus et je me disais : « Je crois que c’est seulement grâce à l’Amour, grâce à cette force merveilleuse de l’étoile du soir, qu’il est possible à l’humanité d’atteindre la Libération »…

Plus tard, quand je grandis, quand je devins un homme, je pus parfaitement voir que tous les gens étaient embouteillés dans de multiples théories. Mais je ne perdis jamais l’idée que c’est seulement grâce à la merveilleuse force de Vénus, qui représente l’Amour, qu’on peut arriver à l’authentique Libération finale.

Cette idée a grandi en moi à mesure que j’ai connu de plus en plus le monde. À mesure que je voyais naître les créatures, à mesure que je contemplais la multiplication de tous les êtres, à mesure que je voyais en tous la manifestation des faits naturels, je comprenais de plus en plus que la Libération n’est pas une question de simples théories, mais de réalités naturelles palpables.

Quant aux défauts, à la dissolution de telle ou telle erreur, je pense que ce n’est pas non plus une simple théorie, ni de l’intellectualisme pur…

« Si l’eau ne bout pas à 100 degrés, on ne peut cuisiner ce qui doit être cuisiné, c’est-à-dire qu’on ne peut cristalliser ce qui doit être cristallisé et on n’élimine pas ce qui doit être éliminé ».

De même, si on ne traverse pas de GRANDES CRISES ÉMOTIONNELLES, on n’arrive pas à éliminer certains éléments indésirables qu’on porte à l’intérieur de nous, on ne parvient pas à cristalliser en nous-mêmes certaines vertus.

N’oubliez pas que nous voulons CRISTALLISER L’ÂME en nous. Les Saintes Écritures disent : « En patience vous posséderez votre Âme »… c’est évident.

Qu’entend-on par « Âme » ? Cette somme de forces cosmiques, de pouvoirs immenses, de vertus, de qualités, de substances, d’essences transcendantales, etc.

Si on élimine, par exemple, le défaut de la colère, on parvient à cristalliser, dans notre personnalité, la sérénité qui est une précieuse vertu. Et si on parvient à éliminer de soi-même le défaut de la haine, alors, de manière très évidente, se cristallise en nous ce qui s’appelle « Amour ». Et si on arrive à éliminer en soi-même l’égoïsme, il se cristallise à sa place l’extraordinaire et merveilleuse vertu de l’altruisme. Et si on élimine de soi-même la cruauté, on parvient alors à cristalliser en soi-même la douceur, la miséricorde.

Quand on parvient à éliminer la totalité des éléments indésirables qu’on porte à l’intérieur de soi, on cristallise de manière intégrale, absolue et totale ce qui s’appelle l’Âme. Même le corps physique se transforme, il parvient à se transformer en Âme. On devient entièrement Âme, et une Âme est remplie de pouvoirs immenses, de vertus extraordinaires, de qualités formidables…

Ainsi donc, ce que dit l’Évangile : « En patience, vous posséderez votre Âme »… revêt des caractéristiques transcendantales…

Il nous faut devenir Âme pure, mais nous n’y arriverons pas si nous ne réduisons pas l’Ego animal en poussière cosmique.

Maintenant, je donne l’opportunité à certains d’entre vous de poser des questions concernant ce thème, ce qu’ils voudraient demander. Prends la parole, mon frère.

D. Merci Maître. Ma question est reliée à la patience qui nous est nécessaire pour la méditation.

M. La patience qui est nécessaire à quoi ?…

D. Qui est nécessaire pour méditer.

M. Bien, LA PATIENCE en elle-même EST NÉCESSAIRE non seulement pour la méditation, elle est nécessaire POUR TOUT DANS LA VIE. Un homme impatient n’obtient pas ce dont il a besoin, il échoue toujours, pas vrai ? De sorte que la patience est nécessaire, n’est-ce-pas ? La patience du SAINT JOB !

D. Si nous ne l’avons pas et si nous la pratiquons, pourrons-nous, nous les étudiants, conquérir la patience ?

M. Bien sûr ! La patience est une chose que nous devons obtenir, mais elle s’obtient EN ÉLIMINANT L’ÉLÉMENT DE L’IMPATIENCE. Si on n’élimine pas l’agrégat psychique de l’impatience, la patience ne surgit pas non plus en nous de manière naturelle. Il est donc nécessaire de cristalliser en nous la vertu de la patience et elle ne peut se cristalliser que si nous éliminons de nous l’agrégat psychique de l’impatience. Je t’écoute, mon frère.

D. Vénérable Maître, quelle serait la technique de la méditation ?

M. Bon, IL Y A BEAUCOUP DE TECHNIQUES DE MÉDITATION : nous avons la technique Zen et Chan (qui sont la même chose), des techniques taoïstes très semblables au Zen, les techniques, disons, occidentales telles qu’elles sont enseignées, par exemple, dans le « Quiétisme » de Fray Diego de Molinos, telle qu’elle est préconisée, par exemple, par Max Heindel à la fin du « Conception Rose-Croix du Cosmos », etc.

Mais, spécifiquement, dans cette conférence, sans sortir du thème, je pourrais vous dire que la MÉDITATION PEUT NOUS AMENER À LA COMPRÉHENSION de nos défauts psychologiques. Avant tout, il est nécessaire, comme je l’ai déjà dit et je le répète maintenant, de nous auto-observer d’instant en instant.

Si nous découvrons tel ou tel défaut en nous, indubitablement nous devons méditer dessus. Nous devons faire appel, disons, à la méditation de l’Être dans le but évident de comprendre le défaut en question.

La méditation de l’Être est généralement profonde quand il y a réellement un intérêt pour comprendre telle ou telle erreur et, ayant compris tel ou tel défaut, alors nous procéderons à son ÉLIMINATION.

On peut l’éliminer quand on fait appel à DEVI KUNDALINI SHAKTI : le célibataire se concentrera donc sur sa divine Mère Kundalini, dans le but de l’éliminer et l’homme marié se concentrera aussi sur sa divine Mère Kundalini quand il travaillera dans la Forge des Cyclopes. Et s’il procède ainsi, le résultat sera encore plus efficace et il obtiendra la désintégration absolue de tous les éléments indésirables qu’il porte à l’intérieur de lui. C’est ainsi seulement que l’Essence sera libérée, c’est ainsi seulement que l’Âme pourra se cristalliser en nous et c’est ce qui nous intéresse… Une autre question, mes frères ?

D. Maître, nous, les célibataires, avons-nous la possibilité d’éliminer rapidement les défauts ?

M. Que dis-tu ? Répète…

D. Nous, les célibataires, pouvons-nous éliminer rapidement les défauts ?

M. Écoute, je vais te dire une grande vérité : LE CÉLIBATAIRE PEUT ÉLIMINER, avec l’aide de la divine Shakti-Kundalini Devi, il peut éliminer mettons 30 % des éléments indésirables qu’il porte intérieurement, mais les 70 % qui restent, il ne pourra pas les dissoudre s’il ne se marie pas, parce que Devi Kundalini se renforce complètement grâce à l’énergie sexuelle transcendante, dans la Forge incandescente de Vulcain.

De sorte que c’est dans le sexe que se trouve le pouvoir le plus grand qui puisse libérer l’homme. Au fond, la LIBÉRATION TOTALE, ABSOLUE, EST UN PROBLÈME SEXUEL… Une autre question, mes frères ?… Parle !…

D. […] si on comprend l’impatience, n’est-ce pas ? Mais un petit peu, rien de plus, et l’on demande à la Divine Mère de dissoudre ce petit peu, la Divine Mère dissout-elle ce petit peu qui a été compris ?

M. Eh bien, la Divine Mère Kundalini est généralement assez radicale : si elle dissout le défaut de l’impatience, ELLE LE FAIT DE MANIÈRE ABSOLUE ET TOTALE. Mais il faut avoir préalablement compris le défaut en question. Si on ne s’est pas rendu conscient qu’on possède cette erreur, alors, dans ce cas, la Divine Mère ne peut pas non plus nous aider. Elle aide quand on a compris une erreur. LA COMPRÉHENSION EST PRÉALABLE À L’ÉLIMINATION.

D. Merci !…

D. Maître, qu’est-ce, en soi, que la compréhension d’un défaut ?

M. Eh bien, QUAND IL Y A UN PARFAIT ÉQUILIBRE ENTRE L’ÊTRE ET LE SAVOIR, SURGIT LA COMPRÉHENSION. Quand le Savoir est, disons, plus grand que l’Être, survient le FRIPON DE L’INTELLECT, comme conséquence ou corollaire d’un tel comportement. Quand l’Être est plus grand que le Savoir, il en résulte le SAINT STUPIDE. Mais si nous combinons l’Être et le Savoir de façon absolument équilibrée, alors, de là surgit la flamme de la compréhension.

Maintenant, pour que l’Être et le Savoir atteignent un équilibre parfait, ON A BESOIN DE LA TECHNIQUE DE LA MÉDITATION

Si, par exemple, on veut savoir quelque chose concernant la Cosmogenèse et qu’on veut savoir, par exemple, comment fut la Première Ronde de la manifestation Maha-Manvantarique, il ne suffit pas seulement d’étudier les « Stances de Dzyan ». On doit inévitablement faire appel à la méditation, étudier la Stance en question et ensuite, pendant un long moment, se concentrer dessus, méditer dessus, jusqu’à arriver à devenir conscient de cette Stance.

Une fois qu’on en est devenu vraiment conscient, celle-ci est sortie de la sphère purement intellectuelle, cette connaissance est devenue consciente et elle est devenue consciente parce qu’elle a été absorbée par l’Être. QUAND UNE CONNAISSANCE EST DÉVORÉE PAR L’ÊTRE, ELLE DEVIENT CONSCIENTE.

Ainsi, si nous avons un défaut et que nous voulons en devenir conscients, nous devons méditer profondément dessus jusqu’à en devenir conscients. Et nous en sommes conscients quand l’Être avale, pour ainsi dire, la signification de ce défaut, quand l’Être absorbe, dirons-nous, la profonde signification de ce défaut, alors survient la conscience de celui-ci.

Ainsi, il vaut bien la peine que nous devenions conscients de telle ou telle erreur, pour l’éliminer ensuite. La Divine Mère Kundalini élimine tel ou tel défaut quand on l’a compris. La compréhension est fondamentale avant l’élimination. Une autre question ?

D. La compréhension est-elle une vertu ?

M. NON ! Les vertus sont des pierres précieuses qui sont reliées à l’antithèse de n’importe quel défaut. La compréhension, je le répète, résulte ou provient de l’équilibre parfait entre l’Être et le Savoir et de là vient la flamme de la Compréhension Créatrice… Une autre question ?

D. Vénérable Maître, comment découvrir le plus grand défaut que nous avons à l’intérieur de nous ?

M. Eh bien, le plus grand défaut qu’on a dans notre psyché forme, en fait, le TRAIT CARACTÉRISTIQUE qui nous personnifie (il n’y a personne qui n’ait pas son Trait Caractéristique Psychologique Fondamental). Pour certains, leur Trait Caractéristique sera la colère, pour d’autres, la haine, pour d’autres, l’envie, pour d’autres le fait d’être critiqueur, pour d’autres, le commérage, etc. Chacun a un Trait Caractéristique spécial qui le définit.

Mais ON NE POURRA PAS LE DÉCOUVRIR SI ON NE S’AUTO-OBSERVE PAS PSYCHOLOGIQUEMENT. Et personne ne s’auto-observe psychologiquement s’il n’admet pas, au préalable, qu’il a une psychologie. Les gens ont manifestement tendance à accepter qu’ils ont un corps physique, parce qu’ils peuvent le palper, mais ils admettent rarement qu’ils ont une psychologie originale. Quand quelqu’un accepte qu’il en a une, en fait, il commence à s’auto-observer. Si quelqu’un s’auto-observe, il peut découvrir à la longue sont Trait Caractéristique Psychologique Fondamental.

Celui qui arrive à désintégrer ce Trait Caractéristique Psychologique Fondamental parvient indubitablement, pour cette même raison, à une progression extraordinaire sur ce Chemin, car en venant à bout de ce Trait Caractéristique Psychologique Fondamental, c’est comme si nous enlevions les fondations d’un pan de mur : une légère poussée serait suffisante pour le transformer en petits débris. Si nous voulons dissoudre rapidement le Moi, nous devons découvrir, avant tout, le Trait Caractéristique Psychologique Fondamental que nous possédons. Chacun de nous à son propre Trait psychologique.

D. Merci beaucoup, Maître…

M. Voyons…

D. Très souvent, quand la Kundalini s’éveille, très souvent il y a plus de rêves. Quel est le rôle des rêves en tant qu’activité psychologique ? Car nous passons 30 % de notre vie à dormir, n’est-ce pas ? Le rêve est-il important, est-ce une forme de compréhension ?

M. Bien, je crois que LORSQUE LA KUNDALINI S’ÉVEILLE, eh bien, LES ÉTATS DE CONSCIENCE OBJECTIVE S’INTENSIFIENT ET LES RÊVES DIMINUENT. Et quand on obtient le développement complet, l’évolution et la progression de la Kundalini, les rêves disparaissent radicalement, il ne reste que la Conscience éveillée en nous. Cela signifie qu’en dehors du corps physique, nous pouvons vivre alors avec la Conscience éveillée, et nous ne marchons plus en rêvant, mais nous vivons dans un monde de réalité, nous vivons éveillés dans les Mondes Supérieurs.

Mais, pour vivre éveillé dans les Mondes Supérieurs, on doit donc être parvenu non seulement à l’ascension de la Kundalini le long du canal de la moelle épinière, mais on doit aussi avoir été DÉVORÉ PAR LE SERPENT.

Au Yucatan, j’ai vu un Temple Maya où l’on voit, précisément, un Serpent dévorer un homme. Ceci est fait en pierres. Les Mayas disent que « Non seulement il est nécessaire de lever le Serpent sur la Verge, mais nous devons de plus être dévorés par le Serpent »… Or, pour pouvoir être totalement dévoré par le Serpent, de manière complète, il faut passer par L’ANNIHILATION BOUDDHIQUE. Quand on parvient à la mort absolue du Moi, à sa désintégration totale, alors on réussit à être dévoré totalement par le Serpent. Quand quelqu’un a été totalement dévoré par le Serpent, les rêves cessent d’exister. L’individu, converti en Serpent, est un Serpent. Dans ce cas-là, il s’agit d’un Individu Sacré qui vit éveillé dans les Mondes Supérieurs, à chaque instant, à chaque instant et d’instant en instant. C’est la crue réalité des faits… Une autre question, mes frères ?

D. Pour éveiller la Kundalini ?

M. Eh bien, LES CÉLIBATAIRES NE PEUVENT PAS ÉVEILLER LA KUNDALINI parce qu’ils n’ont pas de prêtresse. Pour l’éveiller, on a besoin de l’épouse-prêtresse. C’est la même chose pour la femme célibataire, elle ne peut pas éveiller le Serpent sacré. Pour l’éveiller, elle a forcément besoin d’avoir un époux, un homme. C’est seulement avec un homme qu’elle peut éveiller le Serpent, c’est évident. Mais l’éveil de la Couleuvre ne sera pas possible SI L’ON RENVERSE LE VASE d’Hermès Trismégiste (Le trois fois grand Dieu Ibis Toth) ou, dans un langage physiologique, nous dirions « Si l’on commet l’erreur d’arriver jusqu’à l’orgasme physiologique », tel que le disent les textes de médecine, ou au « spasme » comme on l’appelle (le même terme s’appliquant à l’élément masculin).

Indubitablement, quand on arrive totalement à la fin de l’accouplement chimique, avec perte du sperme sacré et tout ça, alors le résultat est L’ÉCHEC ABSOLU. Dans ce cas, il est impossible d’arriver à éveiller la Kundalini. Seuls ceux qui savent éviter l’orgasme et le spasme physiologique (qu’on trouve si abondamment dans les textes de physiologie) peuvent parvenir à l’éveil et au développement du Serpent sacré dans leur anatomie occulte.

D. Peut […] un Rituel ?

M. Oui, certainement la Liturgie est fondamentale. C’EST SEULEMENT À TRAVERS LA LITURGIE QU’ON PARVIENT À RENCONTRER DIEU. Et, quant à l’accouplement chimique, il est considéré, par Saint Augustin, comme une forme de prière. C’est fondamental si l’on veut une transformation radicale… Une autre question, mes frères ?

D. Maître, vous dites dans l’un de vos livres, que nous devons méditer pour tenter de comprendre ce défaut dans les 49 plans que nous avons. Comment parvenons-nous à cette méditation ?

M. Bien, j’ai parlé des 49 RÉGIONS DU SUBCONSCIENT, mais comme le néophyte est inconscient, il ne lui est pas possible de connaître directement les 49 régions. Mais, à mesure qu’il avance et À MESURE QU’IL ÉLIMINE les éléments indésirables qu’il porte à l’intérieur de lui, IL AVANCE de lui-même dans ces 49 régions et les connaît de plus en plus.

En tout cas, l’Être se charge de tout ça. On va connaître tout ça dans la pratique, avec la progression. Car, si on se plaçait devant une carte pour étudier tout le Mexique et qu’on ne décidait jamais de marcher, de le parcourir, d’y cheminer, de le connaître, on resterait alors toute notre vie à regarder la carte.

De même, si je dis qu’il existe 49 régions du subconscient et que nous n’avançons pas sur le Chemin, nous n’arriverons jamais à connaître ces régions du subconscient. Pour cela, il faut travailler. Et à travers la pratique, on avance et on va les connaître… Une autre question ?

D. Concernant ce que vous mentionniez, que nous sommes le produit de la relation d’un homme et d’une femme, j’imagine, et ma question est : quand il y a méditation, éveille-t-on la Kundalini ? Y a-t-il des phénomènes physiques dans le laboratoire (qui est le corps humain), des processus qui ne sont pas théoriques, mais où il y a une modification interne…

M. Bien, avant tout, il est nécessaire d’expliquer que si la méditation est bien une technique pour recevoir de l’information, ce n’est pas par moyen de la méditation qu’on va obtenir l’éveil du Serpent sacré.

POUR QUE LE SERPENT S’ÉVEILLE, LA SCIENCE TANTRIQUE EST FORCÉMENT NÉCESSAIRE. Le Tantrisme est la science qui est reliée précisément au sexe. C’est-à-dire que c’est seulement grâce à la connexion du Lingam-Yoni, sans éjaculation de l’Ens Seminis, à l’intérieur duquel se trouve l’Ens Virtutis du feu, qu’on parvient à l’éveil du Serpent. Or, que des changements chimiques se produisent dans la physiologie organique, c’est possible. En tout cas, il n’est pas superflu d’affirmer que ceux qui ont été dévorés par le Serpent se transforment en Serpents. Ces personnes peuvent même conserver leur corps physique durant des millions d’années à condition qu’ils soient DÉVORÉS PAR L’AIGLE.

L’Aigle n’est autre que le LOGOS. Quand le Logos dévore le Serpent, il en résulte le SERPENT EMPLUMÉ. Un Serpent Emplumé est un Adepte auto-réalisé et parfait, ressuscité et possédant le pouvoir de conserver son corps physique durant des millions d’années.

Ces derniers temps, on a beaucoup parlé des MUTANTS. Qu’est-ce qu’un mutant ? C’est un individu qui peut, soudain, en apparence, donner l’air d’avoir 100 ans, comme donner à son corps physique l’apparence d’un jeune de 18 ans. C’est-à-dire que c’est un individu qui est devenu intemporel, qui est passé au-delà du concept Temps.

Et les Mutants existent-ils ? Oui ils existent, j’en connais ! Je connais quelques mutants, je connais l’un d’eux, le COMTE DE SAINT GERMAIN (extraordinaire !), il a vécu durant les XVème, XVIème, XVIIème, XVIIIème, XIXème siècles, etc. *

En l’an 1939, il était en Europe. Giovanni Papini donne un témoignage de lui. Il le rencontra sur un bateau en partance pour l’Inde. Giovanni Papini devint son ami et celui-ci ne vit aucun inconvénient à montrer son identité, à lui montrer ses papiers d’identité : c’était le Comte de Saint Germain…

Quelques lamas tibétains le reçurent dans un port de l’Inde. On attend maintenant sa venue pour 1999 en Europe, il est encore vivant, c’est un mutant.

Un autre mutant : l’énigmatique et puissant COMTE CAGLIOSTRO conserve encore son corps physique. Indéniablement, il vit encore, je le connais aussi, je connais des mutants.

Ainsi donc, c’est grâce au développement du Serpent qu’on arrive à agir sur toutes ces humeurs, tous ces processus chimiques et catalytiques de l’organisme humain, etc. On obtient la mutation radicale organique et d’autres nombreux aspects qui sont intéressants…

Bien, mes frères, je crois que nous avons assez parlé, nous allons donc maintenant faire notre Rituel.