Orthodoxie du quatrième chemin (la Gnose, l’unique chemin)

Samaël Aun Weor

L’heure critique actuelle est réellement terrible. Il y a quelques années, le Roi du Monde, MELCHISÉDECH, qui demeure actuellement, comme nous le savons, dans l’Agartha, fit au Tibet quelques prophéties qui vont s’accomplir. Il a dit que « la Demi-lune (en se référant aux peuples Arabes) serait détruite ; que les tribus Arabes finiraient par se battre les unes contre les autres »…

C’est ce que nous commençons à voir. Nous avons vu, il y a quelque temps, que les Palestiniens (qui sont les révolutionnaires Arabes-Palestiniens) se sont battus contre les Jordaniens, qui sont aussi des Arabes. Nous avons vu que, maintenant armés jusqu’aux dents, tous les peuples Arabes se sont lancés contre celui d’Israël, et que, malheureusement, ils ont encore été vaincus.

La QUESTION ARABE inquiète actuellement le monde à cause des intérêts créés. Les riches gisements de pétrole sont actuellement un sujet de dispute entre les États-Unis et l’Union Soviétique. On sait que les PUITS DE PÉTROLE sont donc en train de s’épuiser dans le monde entier… Ainsi, mes chers frères, les Arabes ont les puits les plus riches et ceux-ci commencent à être un MOTIF DE DISPUTES entre les grandes puissances…

Le Roi du Monde, Melchisédech, « Roi de Salem », comme le dit Paul de Tarse, a assuré qu’« il y aura une GUERRE terrible, universelle (on se battra sur terre, au Nord, au Sud, à l’Est, à l’Ouest et de partout : sous les mers, dans les airs, etc.), que la race humaine sera détruite »…

Il a prophétisé qu’« il se produira des CRIMES que les lois humaines n’ont pas envisagés jusqu’à présent »… Il a dit qu’« il y aura un ÉTÉ si terrible qu’il désolera le monde, et des PESTES, et des MALADIES et de la MISÈRE »… Il a assuré que « viendront de grands CATACLYSMES »…

Il a dit aussi que sur 10 000 hommes ou sur 10 000 personnes, UNE, tout au plus, POURRA ÊTRE SAUVÉE de la mort, mais que les quelques personnes qui auront pu être sauvées se détruiront les unes contre les autres ; que les rares survivants seront aussi incapables de dresser une hutte que de chercher de la nourriture et qu’ils finiront par protester contre Dieu, contre la Divinité…

Le Roi du Monde a aussi assuré clairement qu’à la dernière heure, il enverra un peuple que les gens ne soupçonnent même pas, que personne ne connaît ; que ce peuple sera appelé à initier un NOUVEL ORDRE sur la face de la Terre…

Si nous étudions NOSTRADAMUS, nous pouvons vérifier que cet homme a fait des prophéties qui se sont accomplies et qui continuent de s’accomplir. Il a prophétisé la première et la Seconde Guerre Mondiale. Dans une lettre, il a presque donné exactement le nom d’Hitler. Tout ce qui est arrivé durant la seconde grande guerre a été prédit par ce grand Sage…

Il a aussi assuré qu’en l’an 1999, au septième mois, un monde gigantesque s’approchera de la Terre, que son éclat sera tel qu’il ressemblera à un second soleil, et il a laissé entendre que la Terre passera par une RÉVOLUTION DE SES AXES planétaires, qu’elle se sentira comme plus éloignée dans le vide, comme si elle s’éloignait de son orbite, et qu’il se produira de terribles catastrophes…

Mais il a assuré qu’après tout cela, après de si grandes calamités, après que l’humanité actuelle aura été détruite, il viendra un Nouvel Ordre et une Nouvelle Humanité… (et il faut savoir que Nostradamus, réellement, ne s’est jamais trompé)…

Il est aussi certain qu’avant de mourir, il a envoyé des lettres à l’un de ses parents où il lui faisait savoir qu’il n’avait pas pu écrire tout ce qu’il savait au sujet des temps de la fin, car par rapport au temps où nous vivons actuellement, de même qu’à la religion (telle que la connaissaient les gens du Moyen Âge) et à l’ordre des divers royaumes, etc., ce serait si différent, ce serait si distinct, ce serait si étrange, que s’il avait parlé – disait-il – il se serait exposé, cela n’aurait pas plu à l’Église ni aux Gouvernements…

Et c’est pourquoi il a souligné qu’il se voyait dans la nécessité de devoir se taire, de devoir garder le silence, mais qu’il laissait une oeuvre écrite, un livre, avec tout ce qui devait arriver aux temps de la fin ; qu’il allait laisser ce livre caché sous un monument, et que, dans les derniers jours, un enfant découvrirait ce livre qui serait gardé dans une boite, mais qu’en ouvrant cette boite, l’enfant serait blessé et qu’il mourrait des conséquences de cette blessure, mais que le livre contenait, en lui-même, tout ce qui devait arriver de façon détaillée aux temps de la fin…

De sorte que Michel de Notradamus n’ignorait rien de ce qui se passe actuellement, ni des événements qui doivent survenir.

En ce moment, nous sommes donc devant le dilemme de l’ÊTRE et du NON ÊTRE de la Philosophie : ou nous nous décidons à nous auto-réaliser, ou nous ne nous décidons pas.

En arrivant à cette partie, beaucoup pourraient nous demander : « Quel est le chemin ? Où se trouve la voie ? »…

Mes chers frères, il est nécessaire que nous essayions tous judicieusement de comprendre le chemin…

Il y a des écoles qui insistent sur l’idée qu’il existe douze chemins qui se trouvent en corrélation avec les douze constellations zodiacales. Il existe des institutions qui supposent que les chemins sont au nombre de sept. Nous avons besoin d’analyser et de savoir quel est le chemin.

Avant tout, nos frères qui souhaitent devenir des Instructeurs gnostiques doivent se rendre conscients du chemin. Mais il faut le comprendre, car il ne serait pas possible de nous rendre conscients de quelque chose que nous ne comprenons pas.

L’analyse, la réflexion sont nécessaires. C’est ainsi seulement que nous pourrons comprendre. Je veux donc que nous examinions très sérieusement ce sujet du chemin…

Jésus-Christ, qui a été le plus grand Instructeur des derniers temps, n’a pas dit qu’il y avait plusieurs chemins. Ceux d’entre nous qui ont étudié à fond tant les Quatre Évangiles que ceux qu’on appelle apocryphes (qui n’ont réellement rien d’apocryphes) ont pu constater, vérifier que dans aucun de ses enseignements ne figurent plusieurs chemins.

Lorsque nous faisons des recherches sur Gurdjieff et son disciple Ouspensky, ou M. Collins ou le Dr. Nicoll, véritables exégètes de la Quatrième Voie, nous pouvons constater qu’ILS N’ACCEPTENT réellement QU’UN SEUL CHEMIN… Gurdjieff a dit qu’il y en a quatre, mais si nous analysons les quatre, ils se réduisent tous à un.

Le premier serait donc celui du FAKIR, selon Gurdjieff, et il assure même qu’en Orient, il a connu un Fakir qui demeurait depuis 30 ans aux portes d’un Temple en se soutenant uniquement sur la pointe de ses doigts de pieds et sur la pointe des doigts de ses mains.

Il était dans cette position depuis 30 ans ; ses disciples le soulevaient, l’emmenaient à la rivière, le baignaient, lui donnaient à manger et le remettaient à sa place, devant les portes du Temple.

Ce type de Fakir fait de terribles efforts surhumains. En Inde, il y a des Fakirs qui demeurent debout toute une vie, au milieu des grands vents et sous le soleil, etc., leurs jambes s’atrophient et ils ne peuvent plus remarcher…

D’autre se couchent sur une pierre ou une ornière, ou lèvent un bras et ne le baissent plus de toute leur vie, ou ils s’assoient sur une fourmilière jusqu’à ce que les fourmis les dépècent. Mais, que cherchent ces fakirs ? Une seule chose : créer le Corps de la Volonté Consciente.

Pourrait-on créer le Corps de la Volonté Consciente, ou ce qu’on appelle CORPS CAUSAL, au moyen de ce type d’exercices physiques ? Ceux qui ont véritablement atteint l’Adeptat savent très bien que n’importe quel véhicule, que ce soit physique ou suprasensible, ne peut être créé que par la sage TRANSMUTATION DE L’HYDROGÈNE SEXUEL SI-12.

La seule chose qu’obtiennent donc les fakirs, c’est de développer le POUVOIR DE LA VOLONTÉ, et rien de plus, mais ils ne créent pas le Corps de la Volonté Consciente qui est complètement distinct, différent.

Au-delà du Chemin du Fakir, vient celui du MOINE. Si, dans une existence, on s’est consacré au Fakirisme, désireux de suivre la voie, sûrement que dans la prochaine existence, on peut développer l’aspect émotionnel de son Être et se faire moine. Il est clair que le moine développe l’Émotionnel Supérieur, mais cela ne veut pas dire, pour ce motif, qu’il PARVIENT À CRÉER LE CORPS ASTRAL, ni rien de ce style, car cela est différent…

Car, comme je vous l’ai dit, chaque véhicule est créé uniquement au moyen de la transmutation des Hydrogènes, y compris les QUATRE CORPS GLORIEUX du Nirmanakaya, de l’Addikaya, du Sambhogakaya ou du Dharmakaya…

Ainsi, la formation d’aucun véhicule n’est possible lorsqu’on exclut l’Hydrogène Sexuel Si-12.

Que le moine développe la partie émotionnelle, c’est certain, mais ce n’est pas tout. Dans de nouvelles existences, ceux qui furent moines deviennent des YOGIS, et il y a différents types de Yoga. Il existe le HATHA-YOGA, proprement dit, qui est disqualifié par la Vénérable Loge Blanche. Mais il y a un autre type de HATHA-YOGA qui est, disons, TANTRIQUE, lequel n’est pas disqualifié.

Il existe le BHAKTI-YOGA, c’est-à-dire le YOGA DE LA DÉVOTION. Celui-ci développe de façon extraordinaire la partie mystique, la dévotion élevée qui peut nous donner l’Illumination, mais qui ne nous amène pas non plus à l’Auto-réalisation Intime de l’Être.

Il existe le GNANA-YOGA, c’est-à-dire le YOGA MENTAL. Le Gnana s’efforce donc à la connaissance de lui-même, il connaît les différentes disciplines du Mental, il atteint le Samadhi mais pas l’Auto-réalisation.

Il existe aussi le RAJA-YOGA. L’objectif de ce Yoga est le développement des chakras, des pouvoirs occultes, etc. On atteint un certain développement, il n’y a pas de doute, mais ce n’est pas l’Auto-réalisation.

Il existe ce que nous pourrions appeler l’AGNI-YOGA ou le YOGA DU FEU ou KUNDALINI-YOGA. Celui-ci nous amène donc aux portes mêmes du QUATRIÈME CHEMIN. Mais le Quatrième Chemin, en lui-même, est au-delà, bien au-delà du Chemin du Fakir, bien au-delà du Chemin du Moine et bien au-delà du Yoga.

Cependant, le Quatrième Chemin relève un peu du Fakir, un peu du Yoga, un peu du Moine, mais il n’est aucun des trois.

Le QUATRIÈME CHEMIN EST LA GNOSE, la Gnose d’Hermès Trismégiste, la Gnose des Esséniens, des Pérates ou Pératiciens, la Gnose des Grecs (d’un Jamblique ou d’un Pythagore), la Gnose des grands Alchimistes médiévaux (un Raymond Lulle, un Nicolas Flamel, un Bernard le Trévisan, etc.), la Gnose de Jésus de Nazareth, de Paul de Tarse, la Gnose des Mystères de Mithra, de Troie, de Rome, de Carthage, d’Égypte, des Mayas, des Druides, des Nahuas… « Gnosis » signifie « Sagesse », « Connaissance »…

« Il y a une « Clé » – dit à juste titre Gurdjieff -, la CLÉ DE L’ARCHE DE LA SCIENCE – dit-il -. Nous la détenons. Comment est-elle arrivée jusqu’à nous ? – dit Gurdjieff -. « Peu importe comment elle est arrivée. Il se peut que quelqu’un l’ait volée – dit-il -, il se peut qu’on nous l’ait offerte. Peu importe, ce qui est sûr c’est que nous la détenons ! »…

Mais, quelle est cette clé de l’Arche de la Science ? Indiscutablement, le « GRAND ARCANE », le « Sahaja Maïthuna », le « Tantrisme » (aussi bien Oriental qu’Occidental).

Ainsi, mes frères, les quatre chemins appartiennent à UN SEUL CHEMIN resserré, étroit et difficile, qui est représenté par les QUATRE POINTES DE LA CROIX, par les QUATRE VÉDAS, par les QUATRE ÉVANGILES, etc.

Nous, nous préférons franchement « aller directement vers la Gnose », comme le disait dans l’une de ses oeuvres Don Mario Roso de Luna, l’insigne écrivain espagnol : « VERS LA GNOSE ! » Don Mario a été théosophe ; cependant, dans ses dernières années, il est devenu gnostique. Il a été le fameux MAGICIEN DE LOFROSANT…

Maintenant, ce n’est plus le moment de perdre son temps, de passer des années dans la facilité, car nous nous trouvons à un moment critique et difficile. Les temps de la fin sont déjà arrivés, on attend les catastrophes qui doivent survenir et la GRANDE CATASTROPHE par laquelle doit être scellée toute l’Apocalypse.

Nous ne pouvons plus passer une vingtaine d’existences à jouer le rôle de fakirs, de moines et de yogis. Nous sommes dans l’empressement. Le moment où nous nous trouvons exige que nous prenions une bonne fois pour toutes le Quatrième Chemin, la Gnose, la Quatrième Voie, qui est la plus pratique. En continuant cette analyse, mes chers frères, nous avons constaté, sur le terrain de la vie pratique, que les êtres humains ne sont assurément pas tous prêts à pouvoir s’auto-réaliser ici et maintenant, en ce moment.

Prenez en compte que les gens du KALI YUGA sont complètement affaiblis et dégénérés, qu’ils n’ont pas les capacités pour pouvoir vraiment prendre une Quatrième Voie. Ils devraient commencer par régénérer leur cerveau, et cela n’est possible qu’au moyen de la transmutation du sperme en énergie.

Mais puisqu’ils sont dégénérés, dans leur majorité, ils n’ont pas non plus la force de volonté ni la continuité de propos qui sont requises pour pouvoir régénérer leur cerveau. Nous sommes donc dans une situation embarrassante…

Les Aztèques n’ignoraient rien de cela. Les Nahuas nous disent clairement qu’au-delà de tout ce que nous voyons, il y a QUATRE CIEUX ou RÉGIONS (je dirais « Royaumes Atomiques »). Ils nous parlent par exemple du « ROYAUME DE TLALOC » ou du « ROYAUME DE QUETZALCOATL », etc. Ils disent que beaucoup de « GUERRIERS » (ils ne se réfèrent pas aux guerriers de tribus, à des guerriers dans le sens vulgaire du mot, mais dans le sens intérieur du concept), d’Hommes se décident à se libérer, après la mort physique, pour vivre dans n’importe lequel de ces Paradis, non sans être, auparavant, passés par de terribles épreuves…

Ils se transforment (c’est-à-dire qu’ils éliminent les éléments inhumains), et laissent entendre que l’Âme Pure, l’Essence de ces Guerriers s’élève finalement, elle entre au-delà du CIEL TROIS, c’est-à-dire qu’elle s’immerge dans l’Esprit Universel de Vie. Ils disent que des êtres de ce type, ces Guerriers, se proposent, au moyen de ce système, de s’émanciper, de se libérer un temps, pendant que passe cet Âge du Cinquième Soleil, c’est-à-dire l’Âge du Kali Yuga. Et ils affirment ensuite, avec emphase, que beaucoup de libérés renaîtront dans la future Sixième Grande Race…

J’ai connu l’un d’eux, qui […] avait atteint un bon éveil de la Conscience et, après sa désincarnation, il s’est trouvé avec les terreurs de la mort. Il a dû revivre sa vie de manière rétrospective (depuis la mort, depuis la vieillesse, jusqu’à la naissance ; c’est ainsi qu’il l’a revécue)…

Une fois sa révision terminée, il fut jugé par les Seigneurs de la Loi. Il sentit « l’Ouragan », le VENT DU KARMA, mais il demeura serein. D’insolites apparitions spectrales tentèrent de le faire retourner à l’intérieur d’une matrice, mais il demeura austère ; il n’avait qu’un désir : s’émanciper…

Finalement, il entra dans une région ineffable, dans l’une de ces régions atomiques contrôlées par certaines Déités cosmiques. On le reçut avec une grande joie. Là il eut donc une « RENAISSANCE », pas physique, non ! une renaissance, disons, surhumaine ou surnaturelle.

Et dans cette région, avec l’aide de sa Divine Mère Kundalini, il continua à travailler, en éliminant les éléments inhumains qu’il portait en lui, jusqu’à ce que l’Essence reste complètement propre, pure de tout type de déchets…

Depuis le Monde Physique, les prêtres lui faisaient parvenir leur aide. Lorsqu’il essayait de revenir au monde des formes denses, il écoutait la voix des Initiés qui lui disaient : « Éloigne-toi, éloigne-toi, éloigne-toi ! »…

Et lorsqu’il put finalement désintégrer jusqu’à la dernière larve du Moi, lorsque l’Essence resta cristalline et diamantine, il s’immergea alors au sein de la Grande Réalité, comme un BOUDDHA ÉLÉMENTAL.

Mais, avant de passer au sein de la Grande Réalité, il dut passer par quatre phases différentes : une qui, dirions-nous, correspond aux « NIRMANAKAYAS » ; une autre que nous pourrions dénommer « ADDIKAYAS » ; une autre, que nous pourrions dénommer « SAMBHOGAKAYAS » ; une autre que nous pourrions classifier comme « DHARMAKAYAS ». Ce sont quatre états par lesquels il dut passer, quatre états de splendeur et de vide illuminateur.

Ainsi, lorsqu’il réussit à s’immerger définitivement au sein de la Grande Réalité, il se retrouva transformé en enfant rempli de beauté.

Avant d’atteindre cet état, il assuma différents aspects psychologiques extraordinaires. Il demeure maintenant dans cette Région de Lumière, dans le Grand Océan, pas comme un Mahatma, car il ne l’est pas, pas comme un Ange, car il ne l’est pas non plus, mais comme un Bouddha Élémental.

Évidemment, pour lui, les opportunités ne sont pas fermées, car il nous est attribué à tous 3000 CYCLES. Il doit profiter des opportunités qui lui seront offertes dans la future Sixième Race Racine, à l’Âge d’Or, après le Grand Cataclysme qui s’approche.

Ce que fit donc ce citoyen, ce fut de REPORTER SON AUTO-RÉALISATION POUR LA FUTURE SIXIÈME RACE RACINE. Il se mit à penser à ce qu’il ferait, en allant dans ce cloaque du Samsara, souffrant et s’exposant à la descente, encore et encore, dans le monde souterrain. C’est pourquoi, s’en sentant incapable, il ajourna cela, pour un futur Âge d’Or…

Ainsi, nous sommes devant le dilemme de l’Être ou du non Être : ou nous entrons dans la Quatrième Voie, qui nous mène à l’Auto-réalisation, ou il s’avère mieux, dans ce cas, de l’ajourner. Car il serait triste de continuer dans ce cloaque du Samsara ; c’est horrible de devoir descendre dans les Mondes Infernaux pour recommencer la journée. Nous devons nous examiner nous-mêmes : ou nous servons ou nous ne servons pas. Ou nous nous sentons capables de fouler le Sentier, ou ce n’est pas le cas. Si, honnêtement, nous ne nous en sentons pas capables, il vaut mieux que nous dissolvions l’Ego, que nous nous éveillions, et qu’ensuite nous nous immergions au sein de la Grande Réalité, jusqu’à la future Sixième Race Racine, où il y aura un nouvel Âge d’Or, avec des conditions favorables. Nous devons nous examiner nous-mêmes judicieusement, rien d’autre ! je le répète…

Il existe au Tibet une École qui mérite d’être examinée très sérieusement. Je veux me référer aux BHONS. Blavatsky met l’accent sur le fait que ce sont des Mages Noirs au bonnet rouge. Elle assure aussi que les Dugpas sont des ténébreux, mais il est nécessaire d’examiner ce point.

Au sujet des DUGPAS, franchement, il n’y a pas de doute que ce sont des Mages Noirs, qu’ils pratiquent le TANTRISME NOIR, avec éjaculation de l’Ens Seminis, qu’ils dévient la Force Sexuelle, qu’ils se convertissent en tantriques ténébreux, sur cela, il n’y a pas de doute.

Quant aux Bhons, par contre, il me semble qu’il faut analyser et rectifier…

L’INITIATION BHONS est terrible. Si un individu, par exemple, veut suivre le Sentier, il est soumis à de rigoureuses épreuves : le prêtre fait sonner sa trompette qui est fabriquée avec des os de cadavres ; on avertit le néophyte de tous les dangers ; on invoque les Mois Psychologiques, les agrégats que chacun porte à l’intérieur, à se regrouper ; on les rend visibles et tangibles dans le Monde Physique, et on ordonne à ces agrégats animalesques qu’ils le dévorent, qu’ils l’avalent.

Si le sujet demeure serein, rien ne se passe ; s’il ne reste pas serein, il peut mourir, dévoré par ses propres agrégats psychiques matérialisés physiquement. Il va ainsi savoir quel est son Ego, son Moi. S’il demeure serein, il sait qu’il doit dissoudre les éléments inhumains qu’il porte ; on les lui matérialise physiquement pour qu’il les voie ; il sait alors quel est le chemin : les désintégrer !

L’INITIATION TANTRA des BHONS est formidable. Après une telle Initiation, il se met à travailler une fois pour toutes avec le Tantrisme, à transmuter le sperme en énergie avec son épouse-prêtresse et à travailler véritablement… On lui dit comment il doit développer toutes ses facultés et tous ses pouvoirs, pour obtenir l’Auto-réalisation Intime de l’Être…

Mais si ce que veut le sujet, c’est de ne pas revenir, s’il ne se sent pas capable de s’auto-réaliser, si ce n’est pas l’Initiation Tantrique qu’il désire, mais s’émanciper, ajourner l’Auto-réalisation pour la future Sixième Race Racine, il peut le faire : on lui enseigne DEUX MANTRAS ; le néophyte les vocalise, les chante et, en procédant ainsi, son corps tombe et il meurt instantanément.

Alors, une fois hors de son véhicule physique, il commence à être instruit par les Bhons : ils le font passer par toutes les terreurs qui existent, jusqu’à ce qu’enfin, une fois l’Ego dissous, il puisse s’émanciper et s’immerger, comme un Bouddha élémental, au sein de la Grande Réalité, et attendre là, jusqu’à ce que passe cet Âge du Kali Yuga. Elle est terrible, certes, la présence d’un Prêtre Bhons. Lorsqu’il se présente avec son tablier, qui est fabriqué avec de vrais crânes et des os de cadavres, avec cette mitre rouge et un poignard à la main droite, il effraie, il terrorise…

Pour tous ces motifs, Blavatsky les a qualifiés de « Mages Noirs ». Mais en analysant cette question judicieusement, nous en sommes venus à constater que ce ne sont pas des Mages Noirs car ils ne pratiquent pas le Tantrisme Noir. Pour être Mage Noir, il faut pratiquer le Tantrisme Noir, et ils ne pratiquent pas le Tantrisme Noir.

L’Initiation qu’ils donnent, lorsque quelqu’un essaie de prendre le Sentier du Fil du Rasoir, c’est l’INITIATION TANTRIQUE et BLANCHE : on enseigne à l’Initié la Transmutation du Sperme en Énergie, on lui donne les mantras pour l’éveil des chakras et on le conduit sur la Quatrième Voie. Alors, les Bhons ne sont pas des Mages Noirs ; ce qu’ils sont, c’est qu’ils sont radicaux, violents ; personne ne les comprend, même Blavatsky ne les a pas compris, c’est pourquoi elle les a jugés en se trompant…

Des Dugpas, je ne doute pas beaucoup : ceux-ci enseignent le Tantrisme Noir. Il me semble donc qu’au sujet des Bhons, il nous faut rectifier…

Nous sommes devant le dilemme de l’Être et du Non Être de la Philosophie. Maintenant, il y en a quelques-uns qui peuvent travailler dans la Quatrième Voie et arriver jusqu’à la Cinquième Initiation du Feu, c’est-à-dire qu’ils deviennent des Adeptes, ils entrent dans la Fraternité Occulte.

Celui qui arrive à la Cinquième Initiation se trouve devant deux Chemins (mais c’est lorsqu’il arrive à la Cinquième Initiation) : l’un est la VOIE DIRECTE qui le mène jusqu’au Soleil Sacré Absolu et, plus encore, jusqu’à l’Absolu Immanifesté-Shakti, et l’autre, le SPIRALOÏDE, celui des NIRVANIS (individus qui s’immergent dans la félicité du Nirvana).

Les premiers, ceux de la voie directe, RENONCENT AU NIRVANA par amour pour l’humanité. Les seconds NE RENONCENT PAS AU NIRVANA, ils s’immergent dans celui-ci ; ils ne prennent un corps que dans de très rares occasions ; ils vivent dans un état de félicité inconcevable, au-delà du bien et du mal. Lorsqu’ils prennent un corps, ils font un pas en avant et retournent s’immerger dans le Nirvana pour toujours.

Ainsi, ils ont donc plus de félicité et très peu de douleur ; ils peuvent ainsi parvenir à l’Absolu, dans un futur Maha-Manvantara. Cependant, pour qu’ils puissent arriver à l’Absolu, ils doivent passer par de nombreux Maha-Manvantaras ; parfois par des milliers ou des millions de ceux-ci, car, étant donné qu’ils vivent dans la félicité, ils n’ont pas le désir d’arriver à l’Absolu : ils sont heureux, et c’est tout…

En Alchimie, on donne deux noms aux deux voies. La voie directe, on la nomme « VOIE SÈCHE » et la voie en spirale, on la nomme « VOIE HUMIDE ». Les Alchimistes assurent que pour réaliser le travail dans la Voie Directe, c’est-à-dire dans la Voie Sèche, cela prend HUIT JOURS… en Huit Jours… Les mêmes Alchimistes (grands Maîtres de l’Art Hermétique) disent que pour réaliser le Grand Travail, le Grand Oeuvre dans la Voie Humide cela prend DIX-HUIT MOIS…

Naturellement, ils parlent de nombres symboliques. Ces huit jours sont réellement HUIT ANS qui font allusion à l’individu qui réalise le Grand Oeuvre. N’importe quel Alchimiste médiéval, après avoir préparé ses Feux durant de nombreuses années de sacrifices et d’efforts, réussit finalement à entrer dans le GRAND OEUVRE, lequel, je l’ai déjà dit et je le répète, se réalise en huit ans, après lesquels vient l’Auto-réalisation, la RÉSURRECTION : le Roi sort de là, Hiram Abif se lève de son sépulcre de verre et vient ici, au monde ; il entre, dirions-nous, dans son corps humain, pour faire un grand travail.

Les autres, on dit qu’ils réalisent l’Oeuvre en DIX-HUIT MOIS… Si nous examinons kabbalistiquement ce nombre, nous voyons le chiffre 9 répété deux fois : cela signifie qu’ils seront toujours en contact, à plusieurs reprises, avec la Neuvième Sphère, par intervalles, durant des millions d’années, c’est-à-dire au cours de Maha-Manvantaras successifs. Voici donc la façon de parler des Alchimistes et des Kabbalistes…

Nous sommes donc devant le dilemme de l’Être et du Non Être de la Philosophie. Nous avons montré la Voie, nous avons montré qu’il existe une ÉMANCIPATION (pour celui qui ne veut pas l’Auto-réalisation), c’est-à-dire un AJOURNEMENT (beaucoup ont ajourné)…

Nous avons dit que ceux qui entrent sur le Chemin, en arrivant à la Cinquième Initiation du Feu, se trouvent devant la Voie en Spirale ou devant la Voie Directe, c’est-à-dire, pour parler comme les Alchimistes : « Devant la Voie Humide ou devant la Voie Sèche »… Si nous examinons attentivement, donc, l’Auto-réalisation, nous voyons que sur le Sentier, il faut travailler AVEC L’ÉNERGIE CRÉATRICE du Troisième Logos, avec cette Force merveilleuse qui nous a amenés à l’existence.

Ainsi, il ne serait absolument pas possible de CRÉER LES CORPS SUPÉRIEURS EXISTENTIELS DE l’ÊTRE sur la base de pures théories ou de préjugés ou d’une riche érudition ou avec des exercices purement physiques, comme le Hatha-Yoga, ou ceux que réalisent les divers fakirs. Car, s’il s’agit de créer, nous devons faire appel à cette même Force avec laquelle le Logos a créé…

De même que l’Univers entier possède un CHAOS d’où il a émané, d’où il est sorti, de même le Microcosme-Homme possède son Chaos, et celui-ci est le SPERME SACRÉ. Ce CHAOS MÉTALLIQUE où se trouvent tous les éléments en désordre est un Chaos très similaire à celui qui existe dans l’Espace, avant qu’un Système Solaire naisse, avant qu’un Monde jaillisse.

Et de même que le Logos-Architecte créa dans le Chaos « en séparant les Eaux Supérieures des Inférieures », qu’il créa un ordre là où il y avait le désordre, de même, nous aussi, avec ce Chaos qui existe dans le Microcosme (car ce qui est en bas est comme ce qui est en haut), nous pouvons répéter en petit ce que le Créateur fait en grand : travailler avec les mêmes forces du Créateur, avec ces mêmes forces naturelles…

Il est évident que le Supérieur et l’Inférieur se trouvent en corrélation. Ce sont deux Logos : l’un, celui du MACROCOSME avec son Chaos, et l’autre, celui du MICROCOSME-HOMME avec son Chaos. Comment le Démiurge-Architecte a-t-il travaillé ? Comment a-t-il manié les Lois qui amenèrent l’Univers à exister ? De la même manière, si nous voulons créer l’UNIVERS INTÉRIEUR en nous-mêmes, nous devons utiliser la même technique créatrice.

C’est ainsi que nous parvenons donc à savoir comment le Créateur a créé l’Univers. En travaillant sur nous-mêmes, nous parvenons à manier les Lois que le Créateur a maniées lorsqu’il a créé le Macrocosme. Imaginons un moment l’Espace Infini, et nous verrons le Logos créer. En créant à l’intérieur de nous-mêmes, dans notre Chaos Métallique, ce que nous faisons, c’est d’amplifier la Création du Logos.

On nous donne une parcelle de l’Espace, pour ainsi dire, en parlant de manière figurée, pour projeter en elle une Création. C’est-à-dire que nous parvenons à faire, dans cette parcelle, ce que le Logos a fait dans tout l’immense Espace.

Nous projetons ainsi, nous amplifions de cette manière la Création du Logos ; cette Création devient plus profonde, et elle devient plus profonde parce que nous finissons par arriver à créer en nous-mêmes, nous finissons par donner vie à un UNIVERS INTÉRIEUR, microcosmique ; nous arrivons à compléter l’oeuvre du Créateur en nous-mêmes, en nous convertissant nous-mêmes en DIEUX ; nous arrivons à être le nec plus ultra de la Création du Logos…

À la fin, Il vient voir le résultat de son oeuvre amplifiée par nous-mêmes. Ainsi, de cette manière, nous devons imiter le Créateur…

Il y a quelques années, on m’a instruit sur ce point d’une façon terrible : je me suis vu à l’aube du Maha-Manvantara ; j’ai revécu quelque chose que j’avais vécu durant l’Aurore. Je me suis vu avec ma Walkyrie, pas avec une Prêtresse terrestre, non ! mais avec ma Walkyrie, ma FEMME-SALAMANDRE.

Et qui est la « Femme-Salamandre » ? Eh bien, « l’ÂME-ESPRIT » de nous-mêmes, l’ÉPOUSE « SPIRITUELLE », la « SULAMITE » du Sage Salomon, à laquelle il chanta son merveilleux cantique intitulé « Le Cantique des Cantiques » ; c’est elle « l’ÉPOUSE INTÉRIEURE » que chacun de nous porte au dedans. Je me suis donc vu à l’Aurore, comme l’un de ceux de l’ARMÉE DE LA VOIX. Alors, j’ai travaillé avec elle ; nous avons servi, dirions-nous, de Cosmocréateurs. Elle a fait monter, pour ainsi dire, dans son Être, l’Eau Supérieure, en la séparant de l’Eau Inférieure ou Chaotique, et ainsi, elle a mis l’EAU, et moi, j’ai mis le FEU…

Ensuite, cette Eau chargée de Feu fut fécondée. Ensuite, ce type d’Eau chargée de Feu tomba une fois encore dans le Chaos, et quelque chose d’extraordinaire se forma, c’est-à-dire un nouveau type de Chaos, d’où jaillit la source de la vie. Et c’est ainsi que je procédai, que procédèrent tous les Cosmocréateurs et que surgit l’Univers à l’Aube, après la Nuit Profonde du Pralaya.