Mutations Planétaires du Mercure Secret (Les Planètes Métalliques de l’Alchimie)

Samaël Aun Weor

Les planètes de notre système solaire gravitent harmonieusement autour du soleil. Réellement, la danse des mondes autour de son centre gravitationnel est merveilleuse. Cependant, de tout cela, le plus intéressant pour nous, ce sont les Planètes Métalliques de l’Alchimie. Si nous pouvions voir, de façon claire et précise, l’ordre des mondes, nous pourrions tracer un schéma parfait.

Observez, mes frères, observez attentivement l’ordre des mondes, pour essayer de comprendre, plus tard, quel est le travail de l’Alchimie Sexuelle. Nous avons ici Saturne, et, dans la partie basse, la Lune. Nous allons mettre un ordre ; sur la LUNE se trouve MERCURE ; un peu plus haut, dans l’ordre des mondes, se trouve VÉNUS ; ensuite, c’est le SOLEIL, c’est-à-dire l’Astre Roi ; au-delà, MARS, la planète de la guerre ; nous continuons ensuite avec JUPITER et ensuite, comme je l’ai déjà dit, SATURNE, le plus élevé.

Si nous observons attentivement l’ordre des mondes, nous voyons que le Soleil est au centre, c’est lui qui donne la vie à toutes les planètes du système solaire.

C’est au moyen de l’Alchimie Sexuelle qu’on peut faire des transformations merveilleuses. Avant tout, il est bon de savoir que ces planètes ont leurs représentations dans notre propre système séminal et à l’intérieur de notre propre organisme, ici et maintenant. Saturne, l’Ancien des Cieux, au moyen de l’Alchimie Sexuelle, se convertit à l’intérieur de nous-mêmes en Lune. Pourquoi ? Parce que les deux extrêmes se correspondent mutuellement exactement.

Jupiter, au moyen de l’Alchimie Sexuelle, se transforme en Mercure de la philosophie secrète. Précisément, le plus intéressant du Grand Oeuvre, c’est de voir son propre Mercure dans le miroir de l’Alchimie. Les grands Maîtres disent que lorsque cela arrive, le saint Thomas que beaucoup portent à l’intérieur, reste confondu, déconcerté. De sorte que Jupiter, lorsqu’il se transforme en Mercure, c’est quelque chose d’extraordinaire. Le Corps Astral surgit alors, splendide, ce qui signifie un changement magnifique dans notre psyché.

Mars doit se convertir en Vénus. Ce Mars belliqueux et terrible que nous portons tous dans nos propres profondeurs, ce Mars guerrier et batailleur, doit se transformer en la Vénus de l’amour. Et, à la fin, reste le Soleil comme centre, donnant vie à toute notre constitution intime.

Ces Planètes Métalliques se trouvent donc aussi dans notre chaos métallique, c’est-à-dire dans le système séminal, dans l’Ens Seminis. Il s’avère surprenant que le Vieux et Vénérable Saturne finisse par se transformer, pour devenir assurément un enfant à la beauté captivante qui doit naître en nous ; car, à ce que disent les psychiatres, chacun, à la vieillesse, doit devenir un enfant.

Il s’avère extraordinaire que ce Jupiter tonnant, dont l’épouse est la Vache Sacrée, Devi Kundalini Shakti, se change, au moyen de l’Alchimie Sexuelle, en Mercure de la philosophie secrète, en ce Mercure que nous arrivons à voir dans le miroir extraordinaire de l’Alchimie.

Les grands Maîtres de l’Alchimie disent : « Béni soit Dieu qui a créé Mercure, car sans ce dernier, le Grand Oeuvre ne serait pas possible pour les Alchimistes ».

Mais le Mercure nous étonne réellement ; il provient des transmutations, des transformations, disons, du Sperme Sacré ; il résulte de la Magie Sexuelle ; il est comme la vapeur qui sort du puits, comme un nuage qui surgit du chaos métallique. Ce Mercure, cependant, possède une intelligence de type sublime, ineffable ; c’est ainsi que le plomb de la personnalité peut véritablement se transformer en or magnifique de l’Esprit. Il peut aussi se montrer à travers notre visage, pour qu’on le voie dans le magnifique miroir de l’Alchimie.

Et si nous pensons à Mars, le guerrier, le Seigneur du Fer, si nous pensons à ces forces belliqueuses que nous portons à l’intérieur de nous, à ces forces dures et terribles, nous ne pouvons pas moins que nous étonner de voir comment, au moyen de l’Alchimie Sexuelle, va naître en nous le Seigneur de l’Amour.

Cela nous invite à réfléchir de voir que le Vieux et Vénérable des Siècles se convertisse en enfant dévoué qui se déplace dans les temples de la Fraternité Universelle Blanche. Ce qui est étonnant, c’est que le Jupiter tonnant, ce Troisième Logos ineffable, cet archi-hiérophante et archi-mage dont nous a parlé monsieur Mario Roso de Luna, l’insigne écrivain espagnol, se transforme en le Mercure de la philosophie secrète, en le Dieu de l’éloquence, en cette forme lucide d’un Cagliostro ou le prodige d’un Saint-Germain ou simplement, cette apothéose de notre psyché, durant cette magnifique extase.

Véritablement, cela ne peut que nous laisser dans la stupéfaction. Moi, à qui il a été donné de voir mon propre Mercure reflété dans le miroir de l’Alchimie, je donne témoignage de ce que j’ai vu et je dis que c’est grandiose.

Si nous disions uniquement que le Mercure résulte des transformations du sperme en énergie et qu’au moyen de cet agent nous arrivons à convertir le plomb en or, eh bien nous n’irions pas jusqu’au bout, l’explication resterait incomplète, car ce Mercure n’est pas seulement un agent purement métallique capable de réaliser des transmutations ; non, il y a quelque chose d’autre dans ce Mercure, c’est le Dieu de l’éloquence, c’est le génie vivant qui resplendit dans le Corps Astral de l’Arhat gnostique, c’est le Logos même, le Troisième Logos lui-même converti ou transformé, au moyen du sexe, en le Fils de l’Homme.

Ce n’est donc pas une substance purement brute ou purement métallique, ce n’est pas uniquement cette matière vénérable dont nous ont parlé Sendivogius, Raymond Lulle, Nicolas Flamel, Paracelse, Trévisan, etc. C’est quelque chose de plus, c’est Jupiter tonnant converti en génie manifesté, Jupiter tonnant converti en la planète métallique du Mercure.

Pour parler « métalliquement », nous dirons que c’est l’état qui est converti en le Mercure vivant philosophal, que Mars belliqueux se convertit en cette belle créature parfaite qui marche dans les temples, en ces êtres de l’amour, en ces Frères Majeurs de l’humanité.

C’est extrêmement étonnant, mes chers frères, que l’Alchimie Sexuelle produise en nous les permutations des planètes métalliques, la transformation des métaux de l’un à l’autre, les changements radicaux qui génèrent une nouvelle créature transcendante et transcendantale. Qu’en serait-il ou de quelle autre manière pourraient se réaliser ces permutations métalliques à l’intérieur de nous-mêmes ? Évidemment, sans le feu sacré de l’Alchimie, sans le Sahaja Maïthuna, il serait absolument impossible de réaliser ce type de changements.

Comme vous le voyez, ce que nous cherchons, c’est de devenir quelque chose de différent, quelque chose de distinct, que les diverses substances chimiques se combinent à l’intérieur de l’organisme pour générer divers fonctionnements biochimiques ou physiologiques. S’il existe tant de phénomènes catalytiques et métaboliques, si le sucre peut se transformer en alcool, indubitablement, il existe aussi diverses permutations alchimiques qui, à travers d’incessantes combinaisons, finissent par nous convertir réellement en Dieux ineffables, terriblement divins. Il est clair que le Sahaja Maïthuna, la Magie Sexuelle, est le fondement vivant du Grand Oeuvre.

L’être humain entre dans le sein maternel comme un simple germe pour croître et se développer ; après neuf mois, ce germe vient à l’existence déjà plus développé, mais pas complètement.

Manifestement, durant les sept premières années de l’enfance, nous passons par l’influence LUNAIRE, nous jouissons alors du bonheur du foyer, à moins qu’un karma violent ne nous nuise réellement durant ces premières années de la vie. Mais le germe n’est pas complètement développé. Le fait qu’un germe soit né et qu’il soit revenu à l’existence un peu plus développé ne signifie pas qu’il ait terminé son développement.

Durant ces sept premières années de l’existence, se manifeste, dans l’organisme des garçons, la première zone testiculaire qui produit certaines cellules qui leur permettent d’exister ; quant aux filles, leurs ovaires leur donnent certaines cellules, certains principes, qui les soutiennent de façon vitale. Plus tard, ce germe, continuant ses processus de développement, est sous l’influence de MERCURE ; alors, l’enfant va à l’école, étudie, joue, il ne peut plus être tout le temps enfermé dans la maison ; Mercure le fait bouger, le rend agité, inquiet.

La seconde couche testiculaire produit chez l’homme certaines cellules qui viennent spécifier et définir complètement son sexe. Une fois cette époque passée, nous sommes sous l’influence de VÉNUS. Pour notre développement, entre quatorze et vingt-et-un ans, nous passons sous l’influence de Vénus.

On dit que c’est l’âge du « coup de foudre ». Hommes et femmes commencent à ressentir une inquiétude sexuelle, les glandes sexuelles entrent en activité. La troisième couche testiculaire chez l’homme va produire des spermatozoïdes, mais ceux-ci ne sont pas suffisamment mûrs, car celui qui est entre quatorze et vingt-et-un ans n’a pas non plus encore terminé son processus de développement. Le germe n’a pas terminé ses processus de développement. Il est grave, par conséquent, que ce germe, qui n’a pas encore terminé ses processus naturels de développement, entre sur le terrain du commerce sexuel.

Indiscutablement, pour ces germes qui n’ont pas terminé leur développement, le coït n’est pas recommandé ; il n’est pas correct que celui qui passe par sa seconde enfance ou l’adolescence copule. Il est évident que le coït, pour ces germes qui n’ont pas terminé leur développement, c’est-à-dire pour les enfants et pour les adolescents, amène indiscutablement, de manière irréfutable, de très graves préjudices pour leur santé et pour leur mental. Ces préjudices, s’ils ne se font pas sentir au commencement, durant la jeunesse, vont se faire sentir pendant la vieillesse.

Ainsi, nous voyons qu’il est normal aujourd’hui qu’un homme commence à perdre sa virilité entre quarante et cinquante ans. Pourquoi ? A cause des abus sexuels de l’adolescence et même de la seconde enfance. Nous avons déjà dit que la première enfance va de la naissance jusqu’à sept ans, et il y a une seconde enfance qui va de sept ans à quatorze ans.

Malheureusement, aujourd’hui, c’est douloureux à dire, mais beaucoup d’enfants de douze et treize ans copulent déjà et ceux qui ne copulent pas commettent le crime de se masturber, car avec la masturbation, ils éliminent leurs hormones, leur cerveau dégénère, leur glande pinéale s’atrophie et ils deviennent des candidats assurés pour l’asile.

Il est bien connu que, après le coït, le phallus continue d’avoir un certain mouvement péristaltique conduisant à recueillir les énergies vitales de l’utérus féminin, pour essayer de reprendre ses principes génésiques éliminés ; mais, lorsqu’il y a masturbation, ce qui arrive alors, c’est qu’avec ce mouvement péristaltique phallique, au lieu d’assimiler les énergies vitales féminines, principes utiles pour l’existence, on absorbe de l’air froid qui passe directement au cerveau et qui a pour résultat la stupidité, la dégénérescence mentale ou la folie.

Le vice de la masturbation est aussi malheureusement très popularisé parmi le sexe féminin ; évidemment, avec ce vice, beaucoup de femmes qui pourraient avoir été géniales ou de bonnes épouses ont dégénéré prématurément, elles ont vieilli rapidement, elles ont perdu leur potentiel sexuel, elles sont devenues de véritables victimes de la vie.

Ainsi, il est bon de comprendre tous ces aspects du sexe. Que les adolescents cohabitent, c’est absurde, car ils sont seulement des germes qui n’ont pas terminé leur développement. Le développement en lui-même et par lui-même arrive à son terme à l’âge de vingt-et-un ans. C’est alors que commence réellement l’âge de la majorité, l’âge responsable comme on dit.

De vingt-et-un à quarante-deux ans, nous devons conquérir notre place à la lumière du Soleil. De vingt-et-un ans à quarante-deux ans, notre vocation et ce que nous devons faire dans notre vie est complètement défini ; malheureusement, ceux qui ont atteint l’âge de leur majorité n’ont généralement pas eu une orientation sexuelle spécifique. Sans avoir terminé leur développement en tant que germes qui sont entrés, un jour, dans le sein maternel, ils ont gaspillé leur capital hormonal, ils ont dépensé leur puissance virile, et, en arrivant à l’âge de vingt-et-un ans, ils découvrent qu’ils ont une force mentale très faible.

Évidemment, cette force est irradiée par la glande pinéale ; mais lorsque cette glande a été affaiblie par l’abus sexuel, car, entre parenthèses, la glande pinéale et les glandes sexuelles sont intimement unies, alors, le résultat est que nous nous trouvons dans une position désavantageuse pour conquérir notre place à la lumière du Soleil et, comme conséquence ou corollaire, en n’irradiant pas puissamment nos ondes psychiques, à cause de la faiblesse de la pinéale située dans la partie supérieure du cerveau, nous échouons professionnellement ou simplement, la lutte pour le pain de chaque jour nous est rendue difficile. Nos affaires échouent et les personnes avec lesquelles nous devons avoir un contact professionnel ne sentent pas d’impulsion, ils annulent leurs projets et il nous est alors difficile d’obtenir le pain de chaque jour.

Si le germe se développait sans aucune espèce d’interventions, si le germe se développait sans aucune sorte d’interférences, s’il n’existait pas d’abus sexuels, en arrivant à l’âge de vingt-et-un ans nous posséderions une puissance énergétique extraordinaire et nous conquerrions notre petite place à la lumière du Soleil avec un grand succès.

Il est bon de savoir qu’ici, au Mexique, nous avons cinquante six millions d’habitants ; nous sommes cinquante-six millions de personnes qui luttent pour exister ; il y a douze millions d’analphabètes et il y a dix-neuf millions de personnes qui souffrent de faim et de misère. On pourrait protester contre le gouvernement ou contre les gouvernements mais nous ne résoudrions rien avec ces protestations, car, en réalité, en vérité, nous ne devons pas accuser les autres de notre mauvaise situation, nous sommes seuls responsables de la mauvaise situation économique.

Nous rejetons toujours la faute sur les divers systèmes politiques ou économiques, nous accusons toujours le président ou les présidents des nations et c’est absurde, car nous sommes les seuls artisans de notre propre destin. Il est évident que si nous entrons dans la lutte pour la vie avec de la faiblesse, si nous ne possédons pas de puissantes forces psychiques-mentales-érotiques pour nous ouvrir un passage dans l’existence, nous devrons alors souffrir de faim et de misère.

Si on permettait à ce germe qui, un jour, est entré dans le sein maternel, de se développer harmonieusement jusqu’à vingt-et-un ans, nous entrerions alors sur le chemin de la vie avec un grand succès, forts, puissants, pleins de santé, remplis d’énergie ; mais, malheureusement, nous copulons depuis la seconde enfance, nous n’avons pas permis à ce germe qui, un jour, est entré dans la matrice, de continuer ses processus de développement avec succès et sans interférences.

Quant au sexe féminin, je dois dire que le germe termine ses processus de développement à l’âge de dix-huit ans ; c’est-à-dire que la femme se développe plus rapidement que l’homme, c’est pourquoi elle peut réellement se marier plus jeune ; mais qu’un homme ou qu’un enfant qui n’est pas encore un homme, mais un germe en processus de développement, se marie avant d’avoir vingt-et-un ans, copule depuis quatorze ans, c’est absurde, manifestement criminel, monstrueux dans le sens le plus complet du terme.

Après quarante-deux ans, c’est-à-dire après que soit passée l’influence solaire, durant laquelle nous devons conquérir notre petite place à la lumière du Soleil, nous entrons dans l’époque de MARS, qui va de quarante-deux à quarante-neuf ans.

Celui qui ignore ces cycles cosmiques qui se répètent dans le Microcosme-Homme ne sait indubitablement pas profiter du cycle de Mars et il va se créer une vieillesse misérable. Il est bon que nous pensions un peu à la vieillesse, mes chers frères, il est bon que nous nous préparions pour la vieillesse ; il n’est pas correct que nous attendions d’être des personnes âgées pour essayer ensuite d’arranger notre existence.

De même qu’enfants, nous avions un berceau, un foyer, un père, une mère, de même, une fois vieux, nous avons aussi besoin d’une maison, nous avons besoin d’un foyer, nous avons besoin d’avoir une source de revenus économiques suffisants pour ne pas mourir de faim et de misère.

A partir de quarante-deux jusqu’à quarante-neuf ans, c’est le cycle de Mars ; alors, durant cette époque, nous devons travailler au maximum de manière très intense. C’est de quarante-deux à quarante-neuf ans que nous devons donner une forme concrète à ce foyer que nous devons avoir pour notre vieillesse. C’est de quarante-deux ans à quarante-neuf ans, sous l’influence de Mars, que nous devons créer une source de revenus absolument sûre pour notre vieillesse.

Mars nous aide avec sa puissance énergétique, mais, malheureusement, beaucoup ont abusé du sexe durant les cycles de Vénus et du Soleil, et, en arrivant au cycle de Mars, au lieu de recevoir alors l’influence de cette planète, ils sont épuisés par leur manière de vivre au niveau sexuel, par leurs abus et ils ne savent absolument pas profiter de ce potentiel partiel comme ils devraient en profiter, et ensuite le résultat finit par être lamentable, faute de n’avoir pas profité comme il se doit du cycle de Mars. Comme conséquence ou corollaire, vient alors une vieillesse misérable, la vieillesse finit par nous trouver sans aucune source sûre de revenus, et alors, au lieu d’être utiles d’une certaine manière, même si c’est pour nos petits-enfants, nous allons devenir indubitablement un obstacle pour tout le monde. Tout cela, pour n’avoir pas su vivre ! Pour n’avoir pas su vivre ! Pour n’avoir pas su vivre !

Après quarante-neuf ans, c’est-à-dire entre quarante-neuf et cinquante-six ans, JUPITER, le terrible Jupiter, entre dans notre vie ; il donne le sceptre aux rois, le bâton aux patriarches, la corne d’abondance à celui qui le mérite ; mais si nous n’avons pas vraiment lutté durant le cycle de Mars ou si nous avons lutté avec des inconvénients dus à l’abus sexuel, si nous n’avons pas laissé se développer harmonieusement ce germe qui entra un jour dans la matrice maternelle, alors, l’influence jupitérienne, au lieu de devenir positive, au lieu de nous remettre le sceptre des rois, va nous mettre dans la misère.

Prenez en compte que chaque planète a un double aspect, positif et négatif. En effet, Jupiter tonnant a un double aspect, positif et négatif ; si Jupiter tonnant a l’Ange Zachariel comme Régent, il a aussi son antithèse ténébreuse qui est Sanagabril. Faites la distinction entre Zachariel et Sanagabril, ils sont différents ; faites la distinction entre la corne d’abondance et le bâton du mendiant. Il est évident que celui qui a épuisé sa puissance sexuelle, celui qui a épuisé ses valeurs vitales, celui qui a gaspillé son capital cosmique, récolte les résultats ; misère, pauvreté, humiliation dans le cycle de Jupiter.

La vieillesse proprement dite commence vers les cinquante-six ans avec SATURNE, le Vieux des Cieux, et se termine à soixante-trois ans. Cela ne veut pas dire forcément qu’à soixante-trois ans nous devons tous mourir ; non, mais qu’à proprement parler, le premier cycle de Saturne commence à cinquante-six ans et se termine à soixante-trois ans.

Après viennent d’autres cycles ; le cycle d’URANUS suivrait, par exemple, mais il n’y a que les individus développés intérieurement, les grands Initiés qui pourraient le capter. Le cycle de NEPTUNE, avec ses sept ans, serait pour les grands Hiérophantes ; le cycle de PLUTON pour les Mahatmas ; au-delà, suivraient deux cycles transcendantaux, et, en dernier, des harmonies exquises pour ceux qui auraient obtenu l’élixir de longue vie.

Mais, pour parler concrètement, le cycle de Saturne, pour les personnes communes et courantes, dure sept ans ; c’est en arrivant à soixante-trois ans que le cycle de Saturne se termine ; alors viennent d’autres combinaisons ; Saturne avec la Lune, Saturne avec Mercure ; tous les sept ans, il y a un changement de l’un d’eux, Saturne avec Vénus, etc., c’est pourquoi nous voyons les vieux changer en avançant en âge ; un petit vieux, par exemple, de soixante-trois à soixante-dix ans, combinant en lui Saturne avec la Lune, devient infantile dans sa manière d’être, et de soixante-dix à soixante-dix-sept ans, il se trouve avoir certaines inquiétudes mercuriennes, une certaine envie d’étudier ou de savoir, etc., et ainsi de suite.

En tout cas, durant toute la vieillesse, Saturne se combine d’une manière ou d’une autre avec les autres mondes. Il est évident que Saturne, le Vieux des Siècles, est l’épée de la justice qui descend du Ciel pour nous atteindre. Si nous savions vivre harmonieusement avec chacun des cycles planétaires, nous récolterions évidemment les résultats avec le Vieux Saturne, l’Ancien des Cieux.

Ainsi, mes chers frères, ces extraordinaires transformations vitales de notre propre existence sont merveilleuses. Les gens normaux, communs, ordinaires, pensent qu’en arrivant vers vingt-et-un ans ils ont atteint la majorité. Normalement, si le germe qui est né ou qui est entré un jour dans le ventre de l’existence et qui, ensuite, est né à la vie termine son développement vers les vingt-et-un ans, ça c’est exact ; mais si nous accomplissions le devoir cosmique, tel que le faisaient nos ancêtres, les Lémures et les Atlantes, nous nous convertirions en Hommes véritables et en Dieux.

Qu’est-ce que le devoir cosmique ? Je vais vous dire ce que c’est ;

Premièrement, NE PAS PERMETTRE QUE LES CONCEPTS INTELLECTUELS PASSENT PAR NOTRE MENTAL DE MANIÈRE MÉCANIQUE ; je dirai, en d’autres termes, nous rendre conscients de tous les actes intellectuels venant du mental. Comment nous rendre conscients de ces données ? Au moyen de la méditation ; si nous lisons un livre, méditer sur lui, essayer de le comprendre.

Deuxièmement, les émotions. NOUS DEVONS NOUS RENDRE CONSCIENTS DE TOUTES LES ACTIVITÉS DU CENTRE ÉMOTIONNEL ; il est lamentable que les gens agissent sous l’impulsion des émotions de manière complètement mécanique, sans aucun contrôle ; nous devons nous rendre autoconscients de toutes les émotions.

Troisièmement, les habitudes, les coutumes du centre moteur. NOUS DEVONS NOUS RENDRE AUTOCONSCIENTS DE TOUTES LES ACTIVITÉS, DE TOUS NOS MOUVEMENTS, DE TOUTES NOS HABITUDES, ne rien faire de manière mécanique.

Quatrièmement, nous devons NOUS RENDRE MAÎTRES DE NOS PROPRES INSTINCTS ET LES SOUMETTRE ; nous devons les comprendre à fond, intégralement.

Cinquièmement, TRANSMUTER L’ÉNERGIE SEXUELLE ; au moyen du Sahaja Maïthuna, nous transmuterons sans cesse nos énergies sexuelles. Ainsi, si nous accomplissons notre devoir cosmique, il est évident que notre vie se développera harmonieusement, que se formeront en nous les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, et ainsi, en harmonie avec l’infini, en accord avec la Grande Loi, nous pourrons arriver à la vieillesse remplis d’extase et nous pourrons atteindre la maîtrise et la perfection.

Avant que la grande catastrophe atlante ait totalement changé la physionomie du globe terrestre, et même plus, avant que l’abominable organe Kundartigateur du continent MU se soit développé, les être humains accomplissaient leur devoir cosmique, et alors, mes chers frères, ils pouvaient vivre mille ans.

Lorsqu’on accomplit son devoir cosmique, la vie s’allonge. Malheureusement, l’animal intellectuel dégénéra totalement lorsqu’il développa, dans sa constitution intime, l’abominable organe Kundartigateur dont nous avons tant parlé. Il est évident qu’après avoir perdu cet organe, en restèrent les conséquences ; l’Ego, le Moi, le moi-même, le soi-même, à l’intérieur de nous ; avec de telles conséquences, nous sommes devenus pervers, nous n’avons plus voulu continuer à accomplir le devoir cosmique, et la vie a été misérablement écourtée.

Autrefois, lorsque l’humanité n’avait pas dégénéré, lorsqu’elle accomplissait encore le devoir cosmique, il est clair que l’existence était longue, n’importe quel être humain pouvait aller jusqu’à atteindre mille ans en moyenne, et le résultat, c’est que les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être se formaient en chaque créature ; et c’est à cette époque que surgirent sur la face de la terre beaucoup d’Hommes solaires, beaucoup de Dieux, beaucoup d’Hommes divins.

Aujourd’hui, on ne voit presque plus de ces êtres, car les gens ne savent pas accomplir le devoir cosmique. Il est donc nécessaire de vivre en accord avec l’infini, d’accomplir notre devoir cosmique, de nous rendre conscients de nous-mêmes, de ne pas gaspiller nos énergies sexuelles, d’enseigner à nos enfants à transmuter le sperme en énergie, de les avertir que c’est un malheur, que c’est une monstruosité de cohabiter avant vingt-et-un ans. Faire savoir aux adolescents qu’ils n’ont pas encore terminé leur processus de développement et que c’est monstrueux qu’un germe soit en train de cohabiter. Les germes sont des germes et ils doivent se développer.

Ainsi donc, mes chers frères, réfléchissez à tout cela, utilisez l’Alchimie en vous-mêmes afin de pouvoir réaliser ces transmutations des planètes métalliques à l’intérieur de chacun de vous.

C’est au moyen de l’Alchimie, c’est au moyen de l’accomplissement du devoir cosmique que nous pouvons transformer le Vieux Saturne en la Lune divine, en l’enfant. C’est au moyen de cette Alchimie Sexuelle, comme je l’ai déjà dit, que nous pouvons convertir le mercure de la philosophie secrète en le Jupiter tonnant ; c’est au moyen de l’Alchimie que le Mars belliqueux peut se transformer en une créature d’amour, et qu’ainsi nous naîtrons véritablement comme des adeptes ; l’important, c’est, je le répète, que le germe se développe harmonieusement et qu’il continue ensuite avec les processus d’ultra-développement pour atteindre l’Autoréalisation Intime de l’Être.

C’est tout, mes chers frères.