Écrit par Samael Aun Weor          Catégorie: Médecine Ésotérique et Magie Pratique

Actuellement, il existe d’innombrables systèmes de diagnostic qui, en profondeur, ne sont que de simples guides pour les aveugles. Ces systèmes guident les aveugles fanatiques de différentes facultés de médecine à travers leurs voies complexes et tortueuses de la symptomatologie de l’organisme.

Quatre-vingt dix pour cent des gens meurent en ignorant la cause de leur maladie.

Nombreux sont ceux qui disent que l’être humain est un microcosme. Mais, rares sont ceux qui comprennent ce que cela signifie.

Tout comme l’univers est un organisme avec toutes ses constellations, de même, l’être humain est un monde en lui-même. Tout comme le firmament visible (l’espace) n’est gouverné par aucune créature, de même le firmament qui est à l’intérieur de l’être humain (le mental) n’est soumis à aucune autre créature. Ce firmament (sphère mentale) dans l’être humain a ses planètes et ses étoiles (états mentaux), ainsi que ses élévations, conjonctions et oppositions (états d’être en relation avec les sentiments, les pensées, les émotions, les idées, l’amour et la haine) et peut être étiqueté comme vous le souhaitez.

De même que tous les corps célestes de l’espace sont unis les uns aux autres par des liens invisibles, de même les organes de l’être humain ne sont pas entièrement indépendants les uns des autres, mais ils sont subordonnés entre eux à certains degrés.

« Le cœur est un Soleil, le cerveau est sa Lune, la rate est son Saturne, le foie son Jupiter, les poumons son Mercure et les reins sa Vénus. » – Paramirum III, 4, Paracelse

Ésotériquement, le soleil de notre organisme est Saturne, Mercure est la poitrine et les « Fior » sont les organes sexuels. La carte des étoiles se trouve dans l’organisme humain. Saturne est le soleil qui régit le ventre. Pour plus de détails, lisez notre Cours Zodiacal.

Les organes, les nerfs, les muscles, etc. ne sont que les instruments physiques de certains principes et pouvoirs sur lesquels repose leur activité.

Pour diagnostiquer exactement une maladie, la clairvoyance est nécessaire. Chaque maladie a ses causes dans l’univers intérieur de l’être humain. Ainsi, pour pénétrer dans cet univers intérieur profond, il faut être clairvoyant.

Freud a abordé cette réalité avec sa psychanalyse. Cependant, il ne s’y plongea pas complètement, car il lui manquait le développement de sa clairvoyance ou de son sixième sens.

Le diagnostic par percussion et auscultation est déjà très archaïque. Par conséquent, un grand nombre de médecins l’abandonnent.

L’iridologie, si proclamée par le grand iridologue Vidarrauzaga, est également déficiente, car les lignes de l’iris sont si extrêmement fines que même avec des lentilles six fois grossies, elles peuvent facilement induire le médecin en erreur.

La chirologie médicale, ainsi proclamée par le Dr Krumm-Heller (Huiracocha), présente les mêmes défauts que l’iridologie, puisque les lignes des mains présentent des signes de maladies très complexes et très difficiles à diagnostiquer. Celles-ci sont déroutantes et intraduisibles dans de nombreux cas.

Nous tenons compte de l’événement scandaleux qui s’est produit il y a quelques années dans un collège de Bogota, en Colombie. Une commission de médecins, écœurés par la passion charnelle, se présenta dans un collège pour filles afin d’effectuer des examens sexuels. C’est alors que le Dr Laureano Gomez a protesté énergiquement au nom de la société à cause de ce genre d’infamie.

Ceci nous révèle clairement à quelle limite le sadisme de ces faux apôtres de la médecine a atteint. Leur luxure raffinée ne respecte même pas la pureté des filles innocentes.

Les médecins des hôpitaux de charité ont transformé ces institutions en centres de corruption.

Les femmes enceintes dans les maternités sont dépouillées de leurs robes et, de la manière la plus sadique et la plus criminelle, leurs organes sexuels sont exposés publiquement. C’est pour ces groupes d’étudiants de rat de bibliothèque de l’université (qui sont remplis d’angoisse cachée de copulation) d’étudier et d’exciter leurs propres passions devant le triste spectacle de leurs victimes sans défense.

Les crimes les plus horribles sont exécutés quotidiennement dans les cliniques avec tous leurs instruments chirurgicaux. Un médecin qui profitait de ses patients au profit de publicités en les exposant au moment suprême de la délivrance des enfants devant des personnes étranges, a dû s’échapper de la ville de Cali.

Les systèmes innovants de diagnostic dans les laboratoires n’ont atteint que le nombre croissant de maladies et de décès. Les invalides des hôpitaux de charité sont bafoués et humiliés comme s’ils n’étaient pas des êtres humains, mais des parias.

Ces « gentlemen médecins » civilisés ont converti l’organisme humain en une simple « chose » pour l’expérimentation, pour un essai, pour un test.

Ce manque de respect pour le corps de nos semblables est enraciné dans l’ignorance de l’existence des véhicules internes.

Les nouveau-nés sont séparés de leur mère au moment de la naissance, sous prétexte d’hygiène. Ces « médecins » ignorent que le nouveau-né a besoin de l’aura vitale de sa mère pour le développement de la biologie de son corps en formation. Ces « scientifiques » ignorent que lorsque le nouveau-né est placé loin de l’irradiation du Corps Vital de sa mère, il tombe malade et est en danger de mourir.

Vouloir corriger la Nature est pédantisme. C’est une imbécillité impardonnable.

Si nous observons la création dans son intégralité, nous verrons alors chaque mère dormir avec sa créature nouveau-née. La poule déploie ses ailes et couvre ses poussins pendant la nuit. Tous les animaux donnent chaleur et protection à leurs enfants.

Seuls les scientifiques dérangés veulent corriger l’œuvre de Dieu. Le placenta de la mère, qui doit être enterré dans un endroit chaud pour éviter les conséquences, est souvent jeté dans les fumiers. Ces « médecins » ignorent la relation bio-électromagnétique intime qui existe entre le placenta et l’organisme de la femme malade. Un placenta qui est poussé dans le fumier ou dans l’eau est la cause de maladies multiples et futures de l’utérus et d’autres organes.

Par conséquent, lorsque ces pauvres mères se présentent pour demander santé et médicaments au sein des cliniques, les médecins, avec leur faux diagnostic, leur prescrivent d’innombrables remèdes qui, au lieu de les guérir, les rendent encore plus malades.

Lorsque les médecins Arhuaco ont besoin d’exciter leur sixième sens pour diagnostiquer, ils boivent une décoction médicinale spéciale qui met alors leur pouvoir clairvoyant en activité totale. Les formules sont les suivantes:

Procurez-vous une bouteille de rhum, dix centigrammes de graine interne de verveine citronnelle, une graine de l’intérieur du fruit du bac à sable (Hura crepitans DC., « Jabilla ») et cinq feuilles de sauge. Le tout est laissé macérer pendant plusieurs jours. Cette boisson a le mérite d’élever le sang vers la tête pour donner de la force aux glandes où se situe le sixième sens. Nous, les Gnostiques, n’avons pas besoin de cette boisson. Ces plantes peuvent être trouvées dans l’état de Magdalena, en Colombie.

Dans les systèmes de diagnostic de la sagesse médicale, le magicien utilise un appareil appelé clairtéléidoscope pour observer par clairvoyance l’organisme. Cette lentille est construite de la manière suivante: à l’intérieur d’un tube d’acier d’une vingtaine de centimètres de long et de cinq centimètres de diamètre, deux petites boules de cristal avec des rayures de couleurs bleues, vertes, jaunes et rouges doivent être insérées. Cette lentille est pour la clairvoyance comme le microscope est pour le nerf optique du médecin.

Ce clairtéléidoscope doit être doté d’une branche de pin et trois fruits de « cadillo mono » doivent être suspendus à ses côtés comme des boules. Le « cadillo mono » est une plante qui pousse un ou deux mètres de haut en Colombie.

Le médecin Gnostique emmènera la personne malade dans son sanctuaire de guérison. Puis, avec son sixième sens et à l’aide de son clairtéléidoscope, il effectuera l’examen correspondant de l’organisme. Ainsi, il donnera un diagnostic exact.

Au sein de ce sanctuaire, les jeunes femmes n’auront pas besoin de se déshabiller. Ils ne divertiront aucune personne passionnée. Les femmes n’auront pas non plus besoin de renoncer à leur intégrité pour se soumettre à l’examen de toute personne sexuellement insatisfaite, car ici, seuls la sagesse et le respect existeront.

Ce chapitre est tiré de Médecine Ésotérique et Magie Pratique (1978) par Samael Aun Weor. Les éditions imprimée et numérique de Glorian Publishing (une organisation à but non lucratif) sont illustrées pour vous aider à comprendre et comprennent des fonctionnalités telles qu’un glossaire et un index. Achetez le livre, et vous-même et les autres en bénéficierez.