Les Mystères de Palenque Dévoilés (Le Dieu Pacal et le Katun 13)

Samaël Aun Weor

Il convient maintenant que nous dirigions nos regards vers Palenque. Il y a quelque temps, je suis allé explorer ce merveilleux tombeau. Réellement, Palenque offre de magnifiques surprises.

Tout autour de Palenque, nous avons pu trouver toute une cité funéraire qui reste encore à découvrir ; dommage qu’aujourd’hui encore il y ait là une multitude de temples et de sépulcres totalement recouverts par la forêt. Nous sommes émerveillés par tout cela ; les gens de Palenque nous ont rapporté des récits extraordinaires.

Il me vient en mémoire un cas insolite, celui d’une dame des États-Unis. Elle arriva à Palenque et consulta un de nos amis qui vivait là depuis de nombreuses années, se consacrant exclusivement à la recherche sur les Mayas. La dame requit les services de cet homme, expert en la matière, et celui-ci, naturellement, ne put lui refuser de la servir dans la mesure de ses compétences.

Elle le pria d’être son guide et il lui offrit de bonne grâce de lui servir de guide. Mais, chose curieuse, au moment où le guide s’apprêtait à monter dans son automobile, elle l’arrêta en lui disant : « Vous êtes le guide, mais vous devrez m’obéir, je vous dirai à quel endroit du bois nous devrons nous arrêter… ».

Il va de soi que l’homme resta perplexe : « Comment se fait-il qu’elle me demande de lui servir de guide, et qu’ensuite c’est elle qui doive me guider ? Finalement, qui est le guide de qui ? ». Ils montèrent dans la voiture ; en arrivant à un certain endroit, la dame, qui était accompagnée de son mari, lui ordonna de s’arrêter en disant : « C’est ici ! ». Bien sûr, notre guide était étonné ; il ne savait pas ce qui se passait. Elle descendit de l’automobile et demanda au guide de descendre aussi. Le mari descendit ; ils fermèrent le véhicule à clef et elle dit : « Nous allons entrer tout droit par ce bois et nous allons arriver à l’endroit ».

Une dame récemment arrivée des États-Unis, agissant de cette façon, il y avait de quoi rendre l’homme passablement intrigué, confus (car, en fin de compte, il ne savait pas de quoi il s’agissait).

La dame, marchant la première, ouvrit un passage à travers le bois et, tout à coup, elle s’arrêta : « C’est ici ! » dit-elle ; et ensuite, elle souleva quelques pierres et, devant le guide ahuri, apparut un squelette humain ; il y avait là un tombeau…Elle recouvrit le tombeau et dit : « Allons-nous en ! ».

Le mari et le guide la suivirent. Ils revinrent à l’automobile et retournèrent au village de Palenque. Elle paya le guide et s’en alla ; il ne sut jamais rien d’autre de cette dame…

Je me rendis également à cet endroit, au milieu de ce bois ; ce fut le guide, évidemment, qui me conduisit sur ce site et il me dit : « Il y a ici un centre magnétique. Pourriez-vous, Maître, me dire en quel lieu se trouve ce Centre Magnétique ? ».

Je sentis télépathiquement que le centre magnétique se trouvait précisément là où était le sépulcre caché par les pierres et je lui dis :

– Il y a ici plus de force magnétique…

– Ne serait-ce pas de l’autre côté ? Dit le guide.

– Bon, faisons le tour – lui dis-je. Nous fîmes le tour et je lui dis de nouveau : « Ici se trouve le pôle contraire au centre magnétique… ». Le guide s’exclama :

– Écoutez, Vénérable Maître, excusez-moi. Revenons à présent au centre. Nous retournâmes au centre ; il souleva les pierres et le squelette apparut ; c’est alors que le guide me raconta l’étrange histoire qu’à mon tour je vous relate…

Il y a ici, à Palenque, beaucoup de récits très intéressants qui retiennent beaucoup l’attention. Ce guide est en contact avec les Mayas et il s’avère très intéressant de savoir que de purs indiens Mayas sont encore vivants de nos jours.

Par exemple, on demanda à un vieillard :

– Quand croyez-vous que surviendra la GRANDE CATASTROPHE qui menace la planète Terre ? Il répondit :

– Lors du KATUN 13.

– Ton fils le verra-t-il ? Il répondit :

– Non, mon fils ne le verra pas.

– Ton petit-fils le verra-t-il ?

– Oui, mon petit-fils le verra.

– En quelle année tombe le Katun 13 ? Il répondit :

– En l’an 2043…

En réalité, une grande catastrophe est attendue et les MAYAS en sont bien informés. Quelqu’un dont je ne mentionnerai pas le nom, une haute autorité en matière d’Anthropologie purement officielle, profane, a affirmé que « les Mayas n’avaient pas de connaissances astronomiques », qu’« ils étaient des ignorants », mais la réalité des faits, c’est qu’ILS CONNAISSAIENT parfaitement L’ASTRONOMIE de manière très profonde.

Aujourd’hui encore, ils continuent à faire de GRANDS CALCULS MATHÉMATIQUES. Les Mayas ont enseigné à mon ami, le guide, un système de calcul, par exemple, à base de grains de maïs et de café, avec lequel ils effectuent des opérations arithmétiques en quelques millièmes de secondes.

Un jour, s’est présenté un grand expert en mathématiques, un grand professeur ; mon ami lui dit :

– Vous devez très bien savoir manipuler les calculatrices, vous êtes un professeur de mathématiques, mais je vous mets au défi d’effectuer une opération mathématique ; je vais utiliser les procédés mayas, avec des grains de maïs et de café, et vous vous servirez de votre calculatrice. L’homme dit :

– Vous devez certainement savoir beaucoup de choses, mais vous êtes en train de me manquer de respect.

– Non, monsieur, je n’ai pas l’intention de vous manquer de respect ; je veux seulement vous démontrer que les Mayas sont experts en mathématiques et que pendant que vous manipulez une calculatrice pour effectuer vos calculs, on fait ici les mêmes calculs plus rapidement qu’avec n’importe quelle calculatrice, et si vous voulez, nous pouvons en faire l’expérience.

Ce professeur, rempli d’un terrible orgueil, préféra garder le silence et se retira en regardant sa montre ; « il se fait tard » dit-il et il partit.

Vous voyez donc que les Mayas ne sont pas des ignorants comme le supposent les gens. Ils se trompent : en réalité, les Mayas passent leur temps à effectuer des calculs astronomiques et ils savent que se rapproche de la Terre un monde que les hommes de science eux-mêmes ont baptisé du nom de « BARNARD 1er » ; ce monde appartient à un autre système solaire ; il a une orbite énorme et se rapproche dangereusement de notre monde, la Terre.

Lorsque Barnard 1er sera visible à l’oeil nu, il se produira des événements catastrophiques extraordinaires ; les Mayas ne l’ignorent pas.

Alors, tout comme c’est écrit, lors du Katun 13, ce gigantesque monde, par force magnétique, attirera tout le feu liquide jusqu’à la surface de notre Terre et de partout des volcans jailliront et il se produira de terribles tremblements de terre, d’épouvantables raz de marée et de grands cataclysmes. Cela arrivera, selon les Mayas, au cours du Katun 13 (en l’an 2043). Ils se préparent pour cet événement et ils disent : « Mon fils ne le verra pas, mais mon petit-fils le verra ».

Ce sont des savants hors pair. Selon leurs doctrines, le cataclysme est décrit ainsi : « Au point maximum de rapprochement de Barnard 1er, il se produira une RÉVOLUTION DES AXES DE LA TERRE ; les mers changeront de lit et les terres actuelles seront englouties par les océans ; alors, il y aura un changement radical de toute la physionomie géologique de notre monde ».

Le plus étonnant, c’est que les Mayas ont jugé l’humanité actuelle depuis des temps reculés ; ils disent : « En approchant du Katun 13, on verra dans les rues de toutes les villes du monde, DES HOMMES DE DEUX JOURS qui seront la honte de cette race »…

En examinant minutieusement cette citation des « hommes de deux jours », nous avons fini par découvrir qu’il s’agissait des HOMOSEXUELS ; « Le monde entier sera perverti par l’homosexualité et le lesbianisme » (chose qui est actuellement en train de s’accomplir).

« Le grand incendie universel », pronostiqué par Nostradamus, était déjà écrit dans le Katun 13 des Mayas ; ils disent que « le feu s’embrasera de toutes parts, comme du sang », et que « tout ce qui possède vie brûlera ». Ainsi, les Mayas n’ignorent rien de tout ce qui va arriver.

Je me suis rendu au sépulcre du DIEU PACAL ; il m’a paru extraordinaire. Ce sépulcre comporte évidemment un grand couvercle de pierre, gravé, ciselé, comme il se doit. Don Pedro Ferriz (un homme distingué qui s’est consacré à de grandes recherches en matière de soucoupes volantes, un homme sérieux dans ces études) suppose que cette dalle de pierre qui recouvre le sépulcre indique que le Dieu Pacal des Mayas était un astronaute ou un voyageur de l’espace.

Par contre, malgré l’admiration que je porte à Pedro Ferriz, je regrette de ne pas être en accord avec lui, car j’ai examiné attentivement cette grande dalle de pierre et j’ai pu alors vérifier directement par moi-même que le Dieu Pacal n’était pas un habitant d’une autre planète, comme le suppose Don Pedro…

Sur cette pierre qui pèse plusieurs tonnes et qui recouvre le sarcophage, apparaît une grande CROIX FORMÉE DE TIGES DE MAÏS et ceci nous invite à la réflexion…

Chez les Mayas, de même que chez les Nahuas, Zapotèques, Toltèques, etc., le MAÏS est sacré ; c’est l’allégorie, le symbole de la SEMENCE humaine.

Par exemple, en Chine, en Inde, au Japon, etc., la semence humaine a pour allégorie ou symbole le RIZ ; et chez les peuples chrétiens d’Europe et du Moyen Orient, la semence a eu comme symbole ou allégorie le BLÉ.

La croix, faite de tiges de maïs, se révèle évidemment extrêmement significative, car nous savons bien que la croix est un instrument de libération et non uniquement de martyre. En réalité, l’insertion du PHALLUS VERTICAL dans le CTÉIS HORIZONTAL forme une croix…

Et si cette croix est faite de tiges de maïs, cela nous indique quelque chose d’extraordinaire : il est évident que dans l’ENS-SEMINIS, à l’intérieur duquel est contenu l’ENS-VIRTUTIS DU FEU, existent des pouvoirs extraordinaires. L’Ens-Seminis ou Entité du Semen ou Sperme Sacré de l’être humain contient des POUVOIRS MYSTIQUES TRANSCENDANTAUX, formidables, que les Mayas ont analysé minutieusement dans leurs études, non seulement à Palenque, mais aussi à Cancun, à Chichen Itza, etc.

Si les gens connaissaient le pouvoir qui existe dans l’Ens Seminis, jamais ils ne gaspilleraient stupidement leur énergie pour la satisfaction brutale de passions animales ; au lieu de cela, ils apprendraient à la transmuter.

Les Mayas ont connu cette science ; ils savaient par exemple, que si l’ON NE RENVERSAIT PAS LE VASE D’HERMÈS, c’est-à-dire si l’on ne commettait pas l’erreur d’éjaculer l’Ens Seminis, celui-ci se transmutait en ÉNERGIE CRÉATRICE. C’est ainsi que le cerveau se séminise et que le sémen se cérébralise.

Comme résultat ou conséquence de cette façon de procéder s’éveille en nous une Troisième Force qui est profondément divine (je me réfère au FEU SACRÉ). Lorsque celui-ci monte par l’épine dorsale de l’Homme, il nous transforme radicalement et nous convertit en véritables SURHOMMES, comme le Dieu Pacal…

Nous avons descendu les petits escaliers qui conduisent au sépulcre du Dieu Pacal ; une pierre triangulaire scellait l’entrée (maintenant cette pierre est placée sur un côté) ; le fait que cette pierre soit triangulaire nous invite à penser aux nombreuses PIERRES TRIANGULAIRES des cathédrales gothiques d’Europe. Cette pierre triangulaire représenterait, pour le monde chrétien, le PÈRE, le FILS et l’ESPRIT SAINT, c’est-à-dire, les Trois Forces de la nature : la Sainte Affirmation, la Sainte Négation et la Sainte Conciliation ; la Force Positive, la Force Négative et la Force Neutre.

Évidemment, sans ces trois forces il ne peut y avoir aucune création ; quand ces trois forces s’écoulent dans différentes directions, il n’y a pas de création ; quand ces trois forces s’unissent en un point donné, une création se réalise, une nouvelle Unité Cosmique surgit dans l’espace infini.

La même chose se produit dans le MARIAGE PARFAIT : l’homme est la force positive, la femme la force négative, et la troisième force, la Sainte Conciliation, unit les deux autres. CES TROIS FORCES UNIES RÉALISENT UNE NOUVELLE CRÉATION et un nouvel enfant, un nouveau rejeton vient au monde.

Les Mayas comprenaient tout cela et le fait que la pierre qui scelle le sépulcre, la pierre qui scelle l’entrée du sépulcre du Dieu Pacal soit triangulaire s’avère intéressant…

Sur la poitrine de Pacal apparaît un PECTORAL très bien fait ; on peut compter NEUF COLLIERS qui représentent le NEUVIÈME CERCLE DANTESQUE, « le Puits de l’Univers » dans l’organisme humain, « le Puits Humain », les ORGANES CRÉATEURS qui indiquent que le Dieu Pacal était un homme qui transformait le Sperme Sacré en Énergie Créatrice ; qu’il était un Homme totalement chaste, droit, au sens le plus complet du terme ; un Homme qui n’a jamais été adultère, un Homme qui n’a jamais forniqué…

À son cou apparaissent TROIS autres COLLIERS représentant les TROIS FORCES primaires de la Nature et du Cosmos ; ils indiquent que le Dieu Pacal est parvenu à cristalliser, dans sa nature, la force du Père, la force du Fils, la force de l’Esprit Saint : la Sainte Affirmation, la Sainte Négation et la Sainte Conciliation. C’est-à-dire que Pacal est parvenu à rassembler ces trois forces à l’intérieur de lui-même…

Pacal a dix anneaux, un à chaque doigt : ceci nous indique les DIX SEPHIROTHS de la Kabbale hébraïque, c’est-à-dire un Homme rempli de vertus extraordinaires, un Homme magnifique, un véritable Avatar ou Messager pour l’humanité de cette époque. Un Homme qui a livré aux Mayas de grandes connaissances.

Dans l’une de ses mains, apparaît UN CUBE, une Pierre Cubique, et dans l’autre, UNE SPHÈRE. La Pierre Cubique nous indique qu’en réalité cet homme était si sage qu’il possédait la PIERRE PHILOSOPHALE, c’est-à-dire la Pierre de la Vérité ; c’était un homme qui avait incarné la Vérité, qui avait découvert la Vérité. Quant à l’autre, la Sphère, elle nous indique qu’il était un HOMME PARFAIT, un homme qui avait éveillé sa Conscience, un Homme qui jouissait d’une Sagesse infinie…

Mais il y a une chose effrayante dans tout cela, une chose stupéfiante, épouvantable : il se trouve qu’il a été enseveli avec SIX DÉCAPITÉS. Cela représente quelque chose de purement symbolique, mais les six décapités sont bien un fait concret : six hommes ont été décapités et ils ont été enterrés avec lui ; il est clair que c’est pour transmettre un message à la postérité.

Cependant, nous devons reconnaître que la façon de transmettre ce message a été très sanglante : six hommes décapités ! À travers ceci, les Mayas ont voulu dire que cet Homme avait ÉLIMINÉ TOUS SES DÉFAUTS de type psychologique ; en effet, si nous consultons la Kabbale hébraïque, nous voyons L’ÉTOILE à SIX POINTES du Roi Salomon : les six pointes sont masculines et les six angles, entre chaque pointe, sont féminins ; les DOUZE RADIATIONS se décomposent, selon l’Alchimie, en les douze constellations du Zodiaque : ainsi, apparaît le Zodiaque…

Mais, sans aucun doute, le nombre six nous rappelle aussi « l’AMOUREUX », l’Amour, la Passion, etc., c’est-à-dire que cet Homme a éliminé de lui-même tous ses défauts passionnels, tous les agrégats psychiques qui l’enlaidissaient ; il est parvenu au maximum de la Perfection ; et les six décapités en ont été le témoignage destiné à la postérité… Si l’on ne connaissait pas un peu la Kabbale hébraïque, il serait alors impossible de trouver la signification des six corps décapités…

Le tombeau du dieu Pacal est formidable ! Il porte un MASQUE DE JADE qui a été reconstitué par le Musée d’Anthropologie ; ce masque de Jade nous indique, alors, que son visage était si parfait qu’on devait le voiler aux profanes (LE VISAGE D’UN HOMME-DIEU)…

On a donc érigé tout un Monument pour ensevelir ce grand Avatar ou Messager des Mayas qui s’appelait « Pacal ».

Pacal est un Homme qui a travaillé avec le Maïs, c’est-à-dire avec la Semence. Sur la dalle ou couvercle de pierre qui recouvre la tombe de Pacal, celui-ci semble descendre de la croix ; alors cet Homme n’est pas en train de manoeuvrer quelque appareil capable de voyager à travers l’espace, comme le pense Don Pedro Ferriz.

On peut voir aussi ici un symbole de la PLANÈTE MARS, pour nous indiquer que le Dieu Pacal était en relation, d’une certaine façon, avec la planète Mars : mais je ne veux pas dire par là qu’il était un habitant de Mars ou un extraterrestre venu de Mars, mais un HOMME INFLUENCÉ PAR LA RADIATION MARTIENNE, un Homme de caractère, un Homme énergique, un Homme fort qui a su enseigner sa doctrine aux Mayas.

En faisant donc des investigations sur toutes ces questions Mayas, sur tous ces aspects anthropologiques, nous devons nous plonger dans de profondes réflexions…

Selon les Mayas, nous sommes maintenant tout proches de la grande catastrophe. « Avant que ne vienne au monde la grande catastrophe », disent les Mayas, « il y aura des guerres sur toute la surface de la Terre », et c’est aussi ce qu’affirment les prophéties de différents Sages. De partout, nous voyons des guerres : le Moyen-Orient, par exemple, se trouve en ce moment dans l’imminence d’une nouvelle guerre ; il y aura des tas de calamités, avant que n’arrive le Katun 13.

Pensons que le fond des mers est crevassé ; il y a des crevasses tellement profondes, dans le Pacifique, par exemple, que l’eau est en contact avec le feu liquide qui se trouve à l’intérieur de la Terre ; comme conséquence ou corollaire, des pressions et des vapeurs sont en train de se former à l’intérieur de la Terre ; ces vapeurs et ces pressions provoqueront, en fait, de terribles tremblements de terre de tous côtés et ils provoqueront aussi de grands raz-de-marée.

À l’évidence, la Terre subit une longue agonie ; les scientifiques le savent bien. Par exemple, la réserve de poissons de l’immense océan est en train de s’épuiser, à cause de la contamination ; l’air est contaminé et beaucoup d’êtres humains tombent malades à cause de la POLLUTION DE L’ATMOSPHÈRE…

Certains hommes de science disent que « Si nous ne parvenons pas à corriger le SMOG (Fumée-Brouillard : contraction de SMOke et fOG, NdT), au moins la moitié de l’humanité aura péri avant 40 ans ».

En ce moment, les TERRES sont en train de devenir STÉRILES, car elles ne sont plus capables de produire tout ce dont l’humanité a besoin. Nous devons savoir que sur la face de la Terre existent 4 500 millions d’êtres humains (avant 1978, NdT) ; ainsi, la Terre est en ce moment dans une longue agonie…

Les FRUITS de la terre ont été ADULTÉRÉS par les soi-disant savants. Ceux-ci, avec leurs savanteries, ont incontestablement causé un grand préjudice : ils ont greffé des plantes sur d’autres plantes, ce qui donne des fruits qui réjouissent la vue, mais qui ne possèdent pas les mêmes pouvoirs vitaux que les vrais fruits et, de fait, il est absurde d’essayer de corriger la nature, car elle sait ce qu’elle fait…

Ainsi, mes chers amis, après avoir parcouru les terres du MAYAB et avoir pris connaissance de ce qui surviendra dans le monde au Katun 13, j’ai voulu m’entretenir avec vous ce soir, pour vous dire que les Mayas n’étaient absolument pas des ignorants et que tous les peuples du Mexique étaient dotés d’une immense sagesse…