Les grottes énigmatiques de Cacahuamilpa

Samaël Aun Weor

L’origine réelle de ces grottes n’est pas encore connue de la Géologie, ni de l’Anthropologie ; on suppose qu’une rivière passait là et qu’elle a laissé ces cavernes, mais tout, en fin de compte, n’est que des suppositions, car personne ne l’a observé, personne n’a vu cela, ce sont de simples suppositions. Bien sûr, ces cavernes ont existé à l’époque des Nahuas, des Mayas, des Toltèques, etc., elles datent d’avant Cortés.

Qu’on ait découvert ces grottes il y a relativement peu de temps, nous ne le nions pas.

L’histoire de ce monsieur qui était sous-lieutenant et qui est mort, et dont le chien hurlait à la porte, est très classique, indéniable ; et il est évident qu’ici quelques délinquants se sont protégés de la justice ; tout cela est vrai.

Mais, que sait-on sur les motifs basiques ésotériques qui animaient beaucoup de gens de l’antiquité lorsqu’ils visitaient ces grottes ? Tout ce qu’on connaît, c’est seulement ce que disent les guides touristiques, mais personne ne sait rien d’autre sur ces grottes.

Au nom de la vérité, nous devons dire qu’au temps où l’Anahuac connut une époque grandiose, il y eut un culte de ce que nous pourrions appeler « LES MYSTÈRES » ; il y a eu des Mystères Toltèques, Mayas, Zapotèques, comme il y en a chez les Incas au Pérou, etc. Mais ici, fonctionnait tout spécialement une ÉCOLE D’ANAHUAC, il existait un temple…

Nous nous rendrons sur le lieu où je vous parlerai de ce temple. Je me limite seulement à vous dire que ce Temple, bien qu’il ait cessé d’exister physiquement, bien qu’il n’existe pas aujourd’hui dans le Monde Tridimensionnel d’Euclide, il continue dans la Quatrième Verticale, dans la Quatrième Coordonnée.

Ceux qui visitent les grottes voient des rochers, des images allégoriques ou symboliques, des pierres avec certaines figures, etc., mais ils ne connaissent pas réellement le motif pour lequel ces rochers ont des figures, des formes, que ce soit de lion ou d’aigle ou de visages, etc. On dit : « C’est une grotte, c’est une poule avec ses poussins, celui-ci a la forme d’un lion », mais, pourquoi ont-ils cette forme, qui la leur a donnée ?

On essaie de donner des explications purement physiques ou logiques, mais on ne dit pas les motifs pour lesquels un rocher assume une figure humaine ; on n’explique pas pour quel motif un autre rocher a la forme d’un astrologue ; on n’a jamais dit quel est l’artisan qui sait travailler la pierre aussi merveilleusement pour lui donner des figures géométriques exactes et précises. Les guides se bornent uniquement à dire : « c’est un bateau, c’est un cheval qui est en train de manger », mais ils ne disent pas qui a façonné le rocher pour qu’il ait la forme d’un bateau ; ils n’expliquent pas non plus ou ne disent pas pour quel motif un rocher a la forme d’une asperge, pourquoi celui-là, plus loin, a la forme d’un escargot. Dire que le hasard a fait cela ne me paraît pas non plus correct ; parce que si le hasard est capable de faire cela, il vaut mieux alors qu’il nous fasse un édifice dans la ville de Mexico, ou que ce hasard nous construise des merveilles, qu’il nous fasse un stade de football, qu’il nous fasse de grands auditoriums, etc., et nous éviterions ainsi de devoir payer des travailleurs. Comme ce hasard serait merveilleux !

Il s’avère même absurde de dire qu’il n’y a pas eu d’intelligence dans la construction de ces rochers, comme si on assurait que le hasard est capable de faire une horloge. Il y en a qui disent que « c’est la pure science matérialiste, sans lois, sans principes et sans rien qui a fait le monde ». Mais, quel monde aussi étonnant fait par le hasard ! Cela n’a pas de sens clair, défini ; cela vaut la peine que nous essayions de réfléchir à tout cela…

Nous savons bien que le démiurge Architecte de l’Univers, dans l’ancien langage ésotérique Nahuatl, se nommait QUETZALCOATL ; ce fut lui qui, en réalité, construisit toutes les merveilles de la grande Création.

Quetzalcoatl est l’Unité Multiple Parfaite, c’est le Divin Architecte de cette grande Création. Ce serait absurde de supposer qu’il n’y ait pas de PRINCIPES INTELLIGENTS derrière toute forme, derrière toute figure. Quetzalcoatl est le Logos Platonicien, le Démiurge de l’Univers. Il serait inconcevable que cet Univers ait pu surgir du hasard, car il a fallu des Principes Intelligents pour qu’existe la Grande Création.

Je pense que toutes ces figures (qui « ne sont que de simples formes, des formes surgies du hasard » comme disent beaucoup de gens ignorants) ont été, en vérité, ciselées au fil du temps PAR LES PRINCIPES INTELLIGENTS de la Nature. Ces principes foisonnent et palpitent dans tout ce qui est, dans tout ce qui a été, dans ce qui sera.

Franz Hartmann, le Grand Initié allemand, nous parle des GNOMES ou PYGMÉES ; Paracelse lui-même a parlé, à son époque, de ces créatures ; mais à mesure que le temps est passé, l’humanité a dégénéré excessivement et, maintenant, elle n’est plus capable de concevoir des Principes Intelligents derrière toute forme naturelle.

Cependant, nous les Gnostiques, à la différence des sceptiques qui sont comme l’aveugle qui se guide seulement par le toucher, nous savons qu’en réalité, en vérité, derrière les rochers eux-mêmes, la […] il existe des Principes Intelligents.

Ces Principes ont été appelés en langage ancien « Pygmées ou Gnomes ». Que ce soit eux qui donnent la forme aux rochers, ce n’est pas impossible. En réalité, ce serait impossible pour les ennemis de l’Éternel, pour les matérialistes ignorants, pour ceux qui ne sont pas capables de voir plus loin que le bout de leur nez.

Mais, pour les gens cultivés, pour ceux qui n’ont pas encore dégénéré, c’est une réalité que, derrière toute forme, il doit y avoir un Principe Intelligent. Ainsi donc, si monsieur Franz Hartmann a parlé des Gnomes, il me semble qu’il ne faisait pas fausse route ; si Paracelse les a cités dans ses vieux livres, il est évident qu’il avait une bonne raison. La Nature contient en elle-même des prodiges que les gens ne sont pas capables de voir, étant donné que toutes les personnes ont la Conscience complètement endormie. Si les gens avaient la Conscience éveillée, ils pourraient découvrir par eux-mêmes les Principes Intelligents de la Nature et du Cosmos. Mais les gens dorment profondément, ils ne savent pas, et le pire, c’est qu’ils ne savent même pas qu’ils ne savent pas. Dans la Nature, tout est DIRIGÉ PAR LES MATHÉMATIQUES et, derrière les mathématiques, se trouve le GRAND MATHÉMATICIEN, le Démiurge de l’Univers : Quetzalcoatl, l’Unité Multiple Parfaite.

En réalité, en observant tous ces rochers, toutes ces formes si merveilleuses de cette grande Création, on arrive à constater par soi-même que tout l’Univers est gouverné par les principes de MESURE et de POIDS.

Le grand Logos Platonicien est réellement un Grand Géomètre car nous ne pouvons pas concevoir les merveilles de cette Création si nous rejetons la géométrie et les mathématiques.

Même en discutant avec vous tous, seul m’anime le vif désir d’un réel échange d’idées et d’opinions. Je ne veux en aucune manière obliger qui que ce soit à penser selon mes postulats, je veux seulement m’entretenir amicalement avec vous de quelques inquiétudes, et je considère vraiment que ce n’est pas un délit. Il vaut la peine que nous réfléchissions profondément sur toutes ces choses. Il est nécessaire de comprendre que cette série de grottes n’est autre qu’une porte d’accès au ROYAUME DE L’AGARTHA.

Une fois, on a dit que la Terre était creuse et les faits sont en train de le démontrer. À l’intérieur du monde, il y a une série de profondes cavernes méconnues de la Géologie ; et nous pouvons tout à fait y rencontrer des choses qui surprendraient les hommes les plus talentueux.

En Orient, on parle clairement de « MELCHISÉDECH, Roi de Salem ; sans père ni mère, ni aucun lignage connu, qui demeure Prêtre pour toujours »…

Indiscutablement, Melchisédech est le GÉNIE DE CE MONDE, comme en témoigne clairement le Grand Kabire Jeshua Ben Pandira. Il n’y a rien d’étrange à ce que la Terre ait un Génie Planétaire ; le Régent de cette planète s’appelle « Melchisédech ». Indiscutablement, dans la Bible, on parle beaucoup de Melchisédech, Roi de Salem…

On dit que lorsqu’il est revenu de la défaite des Rois de Sodome et Gomorrhe, il se trouva alors dans une vallée très profonde… Dans ce paragraphe, il est fait clairement allusion à ABRAHAM ; ce fut réellement Abraham qui a combattu contre les Rois de Sodome et Gomorrhe ; ce fut Abraham qui rencontra Melchisédech, Roi de Salem.

Melchisédech vivait dans une forteresse où, plus tard, s’érigea Jérusalem, la ville chérie des Prophètes. Abraham célébra l’Onction Gnostique avec Melchisédech, Roi de Salem ; il partagea le pain et le vin et reçut une COUPE SACRÉE, car Melchisédech remit à Abraham le Saint Graal, le symbole vivant de la Yoni féminine Sacrée.

Ce Saint Graal fut remis plus tard à la REINE DE SABA ; elle, à son tour, l’emmena à Jérusalem ; elle soumit le ROI SALOMON à beaucoup d’épreuves. L’une d’elles fut la suivante : elle était escortée par 25 jeunes des deux sexes, hommes et femmes. Salomon devait dire lesquelles étaient des femmes et lesquels des hommes, car les uns et les autres avaient plus ou moins le même âge et ils avaient beaucoup de ressemblances et étaient vêtus de la même manière.

Ce sage Roi ordonna qu’ils se lavent tous les mains et à la manière dont les 25 jeunes se lavaient les mains, Salomon les découvrit ; il les signalait en disant : celui-ci est un homme, cette autre est une femme, etc. Il s’en sortit victorieusement et la Reine de Saba lui remit la précieuse relique qu’Abraham le Prophète avait reçu autrefois des mains de Melchisédech, Roi de Salem. Beaucoup plus tard, cette Sainte Coupe se retrouva entre les mains de JESHUA BEN PANDIRA ; c’est avec elle que le Divin Rabi de Galilée célébra l’Onction Gnostique de la Dernière Cène.

JOSEPH D’ARIMATHIE recueillit le sang du Rédempteur du monde dans cette coupe et il l’emmena dans un Temple secret d’Espagne, le TEMPLE DE MONTSERRAT.

Aujourd’hui, cette coupe est cachée là-bas ; elle a un grand pouvoir magnétique, comme l’aurait dit un Elohim audit sénateur romain. Ainsi, voyez comment on a réussi à ce que cette Coupe soit finalement conservée pour le bien des siècles : c’est là que se trouve le Temple de Montserrat, le Montsalvat Transcendant. Ceux qui sont capables de se rendre là-bas seront très bien reçus. Précisément, on peut se rendre au Montsalvat Transcendant à travers l’Initiation Ésotérique.

Indiscutablement, Melchisédech continue d’exister au centre de la planète Terre, dans le Royaume d’Agartha, et cette série de grottes que vous voyez, ces cavernes qui n’ont pas de limites, sont une porte d’entrée à ce Royaume de Melchisédech.

Les scientifiques de la NASA veulent conquérir d’autres mondes, d’autres planètes, alors qu’ils ne connaissent même pas la planète Terre. Ils ne savent rien sur Melchisédech, le Roi de Salem : il vit avec ses Goros et tous les Bodhisattvas […] ne diraient jamais où sont ces entrées.

Nous, ici, nous sommes précisément dans ces grottes. Beaucoup de salles ont été découvertes ; aujourd’hui, nous allons arriver à une limite apparente, car à partir d’ici, il y a beaucoup de salles comme celle-ci à découvrir. Il y a peu de temps, deux salles ont été découvertes, mais il reste des milliers de salles, et cela les Géologues le savent bien.

La science devrait arriver jusqu’au Royaume de Melchisédech, Roi de Salem. Que les habitants d’Agartha conservent d’anciennes reliques de la Lémurie et de l’Atlantide, c’est quelque chose que nous savons bien.

Toutes les connaissances de la Lémurie, de l’Atlantide et des époques Hyperboréenne et Polaire sont enregistrées dans la pierre. Les CONNAISSANCES DES ANCIENS ne se sont pas perdues, elles sont enregistrées dans des livres de pierre, elles existent ! Mais les gens de cette époque ignorent tout cela.

Nous, les Gnostiques, nous ne devons pas ignorer ces questions. Un jour, chacun de vous, s’il a réellement persévéré en travaillant sur lui-même, s’il a atteint l’Annihilation Bouddhique, la destruction de tous ces éléments inhumains que nous portons à l’intérieur de nous, pourra entrer dans le Royaume de Melchisédech et vérifier, par lui-même, la crue réalité de ce que je suis en train de vous dire ici.

Les puissantes connaissances des civilisations archaïques existent encore, comme je l’ai dit, gravées sur les pierres des grandes cryptes souterraines. La Science de la Lémurie et de l’Atlantide existe, mais elle n’est pas connue des gens qui vivent à la surface de la Terre. Le Royaume de Melchisédech est un Royaume de Sagesse.

Une fois, Ossendowski, le grand explorateur Polonais, a rencontré le Roi du Monde (cet homme est arrivé à une Lamaserie des terres sacrées du Tibet). C’était de nuit, le ciel était couvert de denses nuages, d’éclairs et de coups de tonnerre qui faisaient trembler les neiges perpétuelles. Quelqu’un frappa dans les ténèbres nocturnes […] les Lamas de différentes Lamaseries. Les moines donnèrent l’hospitalité aux cavaliers qui étaient arrivés ; tous s’assirent dans la salle principale où il y avait un trône et il arriva soudain quelque chose d’insolite : l’un de ceux du cortège qui venait d’arriver s’assit sur ce trône.

Les membres de cette Lamaserie le reconnurent : c’était Melchisédech, le Génie de la Terre. Évidemment, ils devaient se prosterner et c’est ce qu’ils firent ; il fallait admirer, à cet instant, la vénération que tous ces Lamas ressentaient pour le Roi de cette planète.

Ossendowski était étonné, car il ne savait vraiment rien à ce sujet. Il vit le Génie de la Terre : un Homme fort, puissant, les pommettes saillantes et le regard pénétrant ; son nez était droit comme la Tour de Sion ; son front ample comme les murs invaincus de l’antique Jérusalem ; ses dents étaient solides comme celles du lion ; tout son corps était majestueux. Il bénit les assistants et prit congé sans rien dire de plus. Immédiatement, les nouveaux venus comprirent qu’ils devaient se retirer et ils partirent avec lui.

Ainsi, Melchisédech, le Génie de la Terre, sort de temps en temps pour aller prophétiser dans les villes et dire ce qui va se passer sur cette planète Terre ; il a parlé des catastrophes qui approchent et a cité aussi la Grande Catastrophe. Les gens profanes de notre époque non seulement ignorent, mais, de plus, ils ignorent qu’ils ignorent. Si un profane nous écoutait, il pourrait très bien se moquer de nous, car des sujets comme ceux-là ne sont pas accessibles à « l’animal intellectuel » appelé à tort « Homme ».

Il y a bien longtemps qu’ils ont oublié les Lois de l’antique Arcadie ; il y a bien longtemps qu’ils ont oublié ces histoires de Nymphes et de Fées ; pour eux tout cela a seulement un goût de fantaisie. À cette époque décadente, on parle seulement de guerres, de drogues, d’alcool, de prostitution et de gros durs, etc.

En ces temps décadents, il est interdit de dire aux enfants qu’existent les Gnomes, les Sylphes des airs, les Ondines des eaux agitées du Ponto tumultueux ou les Salamandres du Feu Universel. Maintenant, il faut – dit-on – enseigner aux enfants des choses de cette époque décadente ; il faut leur offrir comme jouets des canons et des mitrailleuses ; il faut leur écrire des contes dégénérés pour détruire leur mental. On ne veut plus rien de la Sagesse des temps passés, ni des réminiscences des Fils de l’Aube du Mahamanvantara, ni des légendes qui concernent la Lémurie ou l’Atlantide de Platon. Maintenant, on enseigne seulement le matérialisme grossier sans aucune sorte de bases empiriques ; c’est ainsi qu’est ce monde involutif et décadent.

Ici, nous nous trouvons au seuil d’un grand mystère ; des gens vont et viennent et, cependant, personne ne comprend les figures extraordinaires de la grande Nature, les figures allégoriques. Ici, nous nous trouvons vraiment au seuil du mystère ; mais, que savent toutes ces multitudes qui entrent et sortent ? Ont-elles, par hasard, quelques notions des merveilles du monde et du Cosmos ? Elles dorment toutes profondément ; la Conscience dans les êtres humains, embouteillée dans le moi-même, dans l’Ego, agit en vertu de son propre conditionnement ; elle ne sait rien des merveilles de cette Grande Création ; elle dort terriblement, elle dort !

Si on parle du ROI ARTHUR et de ses CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE, cela provoque le rire chez les professeurs des temps modernes ; ils rient, oui, ils rient, ils rient épouvantablement comme des fous à lier, comme de véritables idiots, ils rient. Mais il est écrit que « celui qui rit de ce qu’il ne connaît pas est en passe de devenir idiot »…

Nous devons lutter pour NOUS ÉVEILLER ; c’est seulement en éveillant notre Conscience que nous pouvons connaître les merveilles de cette Grande Création.

DANTE, dans sa « Divine Comédie », nous parle des NEUF CERCLES DANTESQUES et il est évident que les gens de cette époque décadente supposent que ce que Dante […] florentin.

Toutes les grottes de la Terre, dans la Quatrième Dimension, ou disons plutôt dans la Première Sphère Submergée (pour employer un langage un peu plus occulte), forment, en réalité, les LIMBES, cette Région des Âmes qui dorment, des Âmes inconscientes, cette Région des défunts, où demeurent ceux qui n’ont jamais éveillé leur Conscience, où vivent les gens à la Conscience hypnotisée, endormie.

En réalité, la Terre a trois aspects : l’un correspond à la ZONE TRIDIMENSIONNELLE d’Euclide ; mais, au-dessus de cette zone, se trouvent les RÉGIONS SUPÉRIEURES de la Nature ; en dessous de cette zone, se trouvent les RÉGIONS INFÉRIEURES de la Nature. Évidemment, les Dimensions Inférieures ou les Infradimensions de ces cavernes profondes correspondent précisément au Neuf Cercles Dantesques de Dante le Florentin.

Ici, nous sommes, du point de vue ésotérique, dirions-nous, dans les limbes. Dans des zones plus profondes, nous trouverions les Neuf Cercles Dantesques ; en ces temps de crise mondiale et de banqueroute de tous les principes, des millions d’Âmes entrent dans l’Involution Submergée des Neuf Cercles Dantesques.

Un jour, ces Âmes passeront par la SECONDE MORT. C’est-à-dire, les forces centrifuges de la Nature annihileront leur cher Ego. Cela leur permettra de ressurgir à la surface, sous la lumière du Soleil, pour amorcer les processus Évolutifs. Il est indéniable qu’ils devront commencer par le Minéral, continuer par le Végétal, poursuivre par l’Animal, jusqu’à la reconquête de l’État Humain.

J’ai parlé dans tous mes livres, j’ai dit clairement que l’on assigne 108 EXISTENCES à chaque Âme. De nos jours, presque tous les êtres humains sont déjà arrivés à la 108ème, c’est une raison plus que suffisante pour affirmer, de manière emphatique, que des vagues de vie humaine rentrent, en ces instants de crise mondiale, dans les entrailles vivantes de la planète où nous vivons.

Mais, il est bon que vous compreniez que, tout comme il existe les Infradimensions où sont situés les Neuf Cercles Dantesques, il existe aussi les Dimensions Supérieures, où se trouvent les Mystères de la Fraternité Blanche Universelle.

Ainsi, notre planète Terre doit être considérée dans ses trois aspects : le premier, le Physique ; le second, celui des Dimensions Supérieures ; le troisième, celui des Dimensions Inférieures.

Le Génie de la Terre est dans le Physique, dans la zone centrale ; il demeure dans ses cavernes avec un corps physique ; il est accompagné des Goros et des Bodhisattvas survivants de la Lémurie et de l’Atlantide. Le Génie de la Terre et ses habitants, ses disciples, ont aussi des VAISSEAUX COSMIQUES avec lesquels ils peuvent voyager à travers l’inaltérable infini.

Voyez donc les trois aspects de la Terre, ne les confondez pas ; un, je le répète, le purement physique, l’autre, les Dimensions Supérieures où sont cultivés les Mystères, et l’Inférieur, le dernier, les Infradimensions où se trouvent situés les Neuf Cercles Dantesques ; ce sont les trois aspects du globe planétaire.

Vous ne devez pas oublier ce que je suis en train de vous expliquer, vous devez le comprendre profondément et dans tous les Niveaux du Mental. Il est nécessaire que vous vous éveilliez pour connaître véritablement ce qu’est le Monde, ce qu’est l’Univers. Tant que vous continuerez avec la Conscience Endormie, vous ne saurez rien de toutes ces choses.

Il est urgent, impératif, d’annihiler sans retard l’Ego, de le réduire en cendres pour que la Conscience s’éveille. Indiscutablement, la Conscience Éveillée peut voir, entendre, toucher et palper les grandes réalités de l’Univers ; mais il faut s’éveiller !

J’ai dit qu’il faut une didactique et une dialectique pour s’éveiller, je l’ai donnée dans mon livre « La Psychologie Révolutionnaire » et dans « La Grande Rébellion ».

Vous avez besoin d’étudier ces oeuvres et de travailler en accord avec les axiomes qui y sont précisés pour parvenir un jour à l’éveil.

Je m’arrête ici, mes chers amis. Paix Invérentielle !