Les enchantements du paradis terrestre

Samaël Aun Weor

Mes amis, je viens vous parler du Jardin des Hespérides, des merveilleux Champs Élysées où lait et miel jaillissent des rivières d’eau pure de vie ; je viens vous parler du Moïse biblique. Là-bas, sur le Mont Nébo, la tradition raconte qu’au moment où il parlait aux multitudes judaïques qui l’écoutaient… son visage se mit à briller terriblement devant tout le peuple hébreu et il disparut en présence de tous, on ne retrouva jamais son cadavre.

Il est évident que Moïse était parvenu à rentrer dans la « Terre Promise », et il le fit avec son corps physique.

Qu’est ce que veut la Gnose ? Vous enseigner le chemin qui doit vous emmener au Paradis Terrestre ; nous avons des méthodes, nous avons la clé pour que vous puissiez, de votre vivant, visiter le Paradis Terrestre chaque fois que vous le voulez. Voilà pourquoi je suis venu ce soir vous parler franchement ; si vous voulez la vérité, nous vous la remettrons ; mais, avant tout, nous devons être sincères envers nous-mêmes : travailler vraiment.

Passons maintenant à cette île, au large des côtes d’Espagne, qui a tant attiré l’attention du clergé catholique à l’époque du XVIIIème siècle. Je veux parler, de manière emphatique, de l’île « Nontrabada » ou « Encubierta » qui est située à quarante lieux de l’île de « Palma », vers la région nord-est. Cette île était visible en son temps ; d’énormes géants cheminaient de partout ; dans cette région, les Dieux lançaient des coups de tonnerre et des éclairs, et on disait que les multitudes qui demeuraient là étaient terriblement divines. En effet, c’est que là demeurait l’humanité divine, elle vivait là sous le Soleil ; là, elle contemplait les étoiles et faisait des calculs extraordinaires, comme ceux des astrologues de l’antique Atlantide ; ils lançaient de là-bas leurs prophéties (les habitants de « Nontrabada » ou « Encubierta » savaient bien qu’approchait l’époque du matérialisme le plus cru). Un jour, un prêtre catholique, disant la messe, resta soudain étonné. Les personnes qui y assistaient se mirent à lui parler de « Nontrabada » ou « Encubierta ». Immédiatement, le prêtre, s’adressant au clergé, lui dit : « Il faut exorciser cette île, nous la voyons à travers la fenêtre, c’est une île magique démoniaque ! ». Ainsi, tout le monde tomba à terre, accompagnant le prêtre dans ses exorcismes ; l’île disparut peu à peu dans l’enchantement extraordinaire de la Quatrième Verticale.

Plus tard, surgit le répugnant athéisme matérialiste, surgirent les Huxley, surgirent les Darwin et beaucoup d’autres acolytes, ennemis de l’Éternel ; ce fut alors que l’humanité se remplit d’incrédulité, de scepticisme, de matérialisme ; les sens de l’espèce vivante s’épuisèrent. Malheureusement, l’île « Encubierta » ou « Nontrabada » cessa d’être visible de tous. Dès lors, le scepticisme, l’incrédulité, se transmettent de père en fils ; les sens internes sont détruits : ils ne peuvent plus voir les lacs enchantés des temps anciens, ils ne peuvent plus contempler les palais d’or dont on nous a parlé dans « Les mille et une Nuits », ils ne peuvent plus voir les mers tumultueuses qui existent à l’intérieur de notre monde.

Les siècles ont passé, les enfants ne sont plus éduqués avec les contes de fées ; on dit que nous devons être pratiques, et on leur enseigne depuis tout petits à manier des pistolets, et on leur offre des canons, et on les enchante avec des jeux de bandits et de voleurs. Aujourd’hui, chers amis, l’humanité a épouvantablement dégénéré ; les sens physiques se sont altérés et non seulement les sens physiques se sont altérés, mais aussi les sens actuels continuent leur chemin vers la dégénérescence. Il est rare de rencontrer quelqu’un qui ait une vue parfaite ou l’ouïe ou l’odorat, etc. Les gens ont terriblement involué, ils marchent vers une grande conflagration mondiale. En vérité, je veux vous dire, ce soir, que cette civilisation perverse sera détruite, que de toute cette culture perverse, il ne restera pas pierre sur pierre.

Je vais continuer à vous expliquer quelque chose sur les Jinas, sur les mondes des Mille et une Nuits, sur les terres extraordinaires de la Quatrième Verticale.

Sans aller si loin, ici au Mexique, au milieu de la capitale, nous avons le Temple de Chapultepec, un temple en état de Jinas, un temple où on cultive la sagesse de nos ancêtres d’Anahuac ; un temple où resplendit le Calendrier Aztèque en or pur, sur la Croix bénie du Sauveur du Monde. Ce temple est en état de Jinas, invisible pour les gens, mais visible pour les Initiés (je suis moi-même membre actif de ce temple qui existe et continuera d’exister et jamais personne ne le découvrira). Il y a aussi beaucoup d’autres temples Jinas où opère la bannière de la Gnose ; d’autres temples mirifiques, divins, où resplendit le Soleil du Christ Intime. Ainsi, mes chers amis, à mesure que nous avançons, nous nous rendons compte de ce qu’est la Quatrième Verticale.

À l’époque où nous sommes, a surgi le Triangle des Bermudes ; plus de cent navires ont été avalés par la Quatrième Verticale, dans le Triangle des Bermudes. Il n’y a pas très longtemps, une escadrille de cinq avions fut dévorée par le Triangle des Bermudes, la Quatrième Verticale les a avalés ; ils ont aussi envoyé de l’aide, mais tout fut inutile. Rappelons-nous de l’avion de sauvetage qui est parti à la recherche de ces cinq avions ; cet avion fut avalé par la Quatrième Verticale !

Et que dire des innombrables passagers qui n’existent plus sur la face de la Terre, mais qui continuent de vivre dans la Quatrième Coordonnée ?

Nous avons investigué sur le Triangle des Bermudes ; il y a là une brèche ouverte vers la Quatrième Dimension ; un jour viendra où l’humanité connaîtra ce secret, cette clé qui existe dans le Triangle des Bermudes. À mesure que le temps passe, la science elle-même devra se rapprocher de la Quatrième Dimension, c’est évident.

Les hommes de l’antiquité n’ignoraient pas le « Paradis Perdu » de John Milton ; ils n’ont jamais oublié non plus le Jardin des Hespérides. Les traditions conservent encore l’existence d’un Paradis. Les hommes de l’antiquité savaient mettre à volonté leur corps physique dans la Quatrième Dimension. Il me vient en mémoire la science du Kung-Fu qui fut véritablement ésotérique et magique. Les Initiés de la science du Kung-Fu, dans l’ancienne Chine, pouvaient vraiment prendre physiquement la forme du tigre ou du serpent, etc., à volonté.

Sans aller si loin, mes amis, souvenons-nous de ces légendes qui existent dans notre pays – le Mexique – d’une frontière à l’autre, d’une côte à l’autre, des traditionnels « nahuas ».

Il est indéniable qu’il y a deux courants dans le nahuatlisme (ou nahualisme, NdT) ; les investigateurs de la science ésotérique christique ne peuvent ignorer cela. Le courant négatif est formé de Jinas noirs, de ténébreux de la « main gauche » ; mais le courant positif est formé, en réalité, en vérité, de Jinas blancs qui ne causent du tort à personne, ces créatures semblables aux Tuatha de Danann, ces créatures se soucient seulement de soigner les malades, d’étudier la sagesse divine et de bénir tout le monde.

Dans l’ancienne époque des Mille et une Nuits, là-bas, dans le pays d’Ameca, où existent quelques tribus sémites cachées à l’intérieur de la terre, on connaissait la clé qui permet aux hommes de pénétrer dans la dimension inconnue… « Impossible ! » diront certains ; « Comment est-il possible que le corps humain puisse pénétrer dans la dimension inconnue ? ».

Mes amis, en réalité, le corps physique n’est pas ce que croient certains scientifiques ignorants, certains scientifiques idiots. Le corps physique est une forme mentale cristallisée, tout comme la planète Terre, et c’est pourquoi la volonté peut agir sur le corps physique et le changer de forme ou le mettre dans la Quatrième Dimension. Lorsque nous accepterons que le corps physique soit une forme mentale, évidemment, nous aurons résolu le problème de la Quatrième Dimension. La Terre entière n’est autre qu’une forme mentale qui a surgi de « l’Omeyocan », du « nombril » même de l’Univers, à l’Aurore de la Création. Cette forme mentale appelée « Terre », avec tout ce qui a été, qui est et qui sera, s’est cristallisée peu à peu jusqu’à ce qu’elle prenne la forme actuelle (la cristallisation s’est réalisée en accord avec la Loi des Octaves).

C’est ainsi, en réalité, qu’un jour viendra où cette Terre, ou forme mentale appelée « Terre », commencera son mouvement vers l’intérieur et vers le haut pour se perdre ou se dissoudre à nouveau dans « l’Omeyocan ».

Le corps humain, par conséquent, est une forme mentale cristallisée, et tout le secret des Jinas n’est autre que de savoir agir sur le corps physique humain au moyen de la volonté. Si nous acceptons que c’est une forme du mental, une forme cristallisée en accord avec la Loi des Octaves, nous sommes sur le chemin correct pour agir sur le corps physique et le mettre dans la dimension inconnue. Cela est-il possible ? Oui, c’est possible ; seules sont nécessaires la volonté et l’imagination unies en vibrante harmonie ; c’est par ce chemin que nous trouverons le chemin du triomphe.

Rappelons-nous qu’à l’intérieur de nous existent les douze apôtres dont nous parle la Bible chrétienne ; ils sont à l’intérieur de nous-mêmes, ici et maintenant. Rappelons-nous qu’existe aussi, à l’intérieur de nous, le fameux PHILIPPE, celui qui a baptisé l’eunuque de l’Évangile Christique et qui, ensuite, a disparu, emporté par l’ouragan de l’orage. Ce Philippe a des pouvoirs sur la forme physique qui, comme je l’ai déjà dit, est une forme mentale cristallisée. Si quelqu’un a foi en Philippe, il pourra réussir à mettre son corps physique dans la Quatrième Dimension. Je ne me réfère pas au Philippe historique ; je ne me réfère pas à celui qui, il y a longtemps, fit pâlir les juifs en Terre Sainte ; je ne me réfère pas à ce mystique serein qui est apparu comme par enchantement magique ; je me réfère au Philippe intérieur, puisqu’à l’intérieur de nous-mêmes se trouvent les douze apôtres, les douze parties fondamentales de notre propre Être (et l’une de ces parties s’appelle Philippe).

Si quelqu’un s’invoque lui-même, c’est-à-dire s’il invoque son Philippe à l’instant où il s’endort, il obtiendra de formidables prodiges. Il suffira uniquement qu’il se lève de son lit au moment opportun, au moment où il se verra « comme s’il était gros », « comme s’il était obèse », au moment où il se sentira dans un état de volupté spirituelle extraordinaire, et ayant foi en Philippe, il se lèvera de son lit et entrera immédiatement dans le Jardin des Hespérides, dans le Jardin des Délices, dans le Paradis Terrestre.

Mais il est nécessaire de comprendre que le corps physique est une machine, une forme mentale avec laquelle nous pouvons passer d’une dimension à une autre. Quand quelqu’un accepte que le corps est une forme mentale, cette forme mentale lui obéit ; mais tant qu’on s’identifie à cette forme, tant qu’on croit qu’elle est comme elle semble être, évidemment, on ne réussira jamais à entrer dans les Terres des Mille et une Nuits où vivent, majestueux, les Moïse, les Tuatha de Danann, et tous ces êtres ineffables d’autrefois.

Ainsi, mes chers amis, je suis venu vous parler ce soir des terres des Jinas, des Paradis enchantés, des lieux saints où nous pouvons tous vivre. Des gens, des avions, des navires ont disparu à notre époque ; c’est précisément la Quatrième Dimension qui les a avalés ! Mais, cependant, l’humanité reste lourde, elle ne semble pas se rendre compte qu’on peut vivre dans des dimensions supérieures, joyeux, heureux, ou du moins visiter ces dimensions pour remplir notre coeur d’allégresse.

Des événements formidables vont se produire ; au fil du temps, vont survenir des faits inusités ! En ce moment, précisément, la Terre est sur le point d’entrer dans la ceinture majestueuse d’Alcyone !

Comprenez, mes amis, que nous sommes des habitants des Pléiades ; comprenez que ce Soleil qui nous illumine et nous donne vie est l’un des sept Soleils des Pléiades et que ces sept Soleils tournent autour d’Alcyone. Alcyone a des anneaux comme ceux de Saturne ; mais ses anneaux sont radioactifs et pas purement physico-chimiques comme ceux de cette planète que je viens de citer. Tous les 10 000 ans, la Terre doit traverser les anneaux d’Alcyone et elle est sur le point d’y entrer. Depuis l’année 1962, entre deux et trois heures de l’après-midi, nous nous rapprochons des anneaux d’Alcyone ; ce sont des anneaux radioactifs qui apportent de véritables surprises aux hommes extraordinaires des sciences Jinas.

Lorsque la Terre entrera dans les anneaux d’Alcyone, on verra des choses incroyables : toute la matière deviendra phosphorescente, les molécules altéreront leurs mouvements ; par conséquent, les formules mathématiques, que ce soit dans le domaine de la biologie ou dans le domaine de la chimie ou de la physique, seront altérées ; la médecine devra changer ses remèdes car ils ne serviront plus ; de nouvelles espèces d’animaux surgiront, et cela est inévitable. La matière sera puissamment radioactive, beaucoup de gens ne résisteront pas à la radiation des anneaux d’Alcyone et ils mourront.

Nous sommes sur le point d’entrer, je le répète, dans ces anneaux. Si c’est le Soleil qui entre en premier, il y aura une obscurité qui durera, en réalité, 110 heures. Si c’est la Terre qui entre en premier dans les anneaux d’Alcyone, alors la Terre semblera ardente, mais ce sera seulement la couleur du feu. D’un moment à l’autre, la Terre va entrer dans ces anneaux d’Alcyone.

Nous allons voyager, avec cette Terre, à travers l’inaltérable infini, et évidemment, surviendront des faits insolites qui étonneront même les scientifiques. Il y a peu de temps, relativement peu de temps, des astronautes qui étaient en orbite ont vu une radiation extraordinaire et ils l’ont communiqué à leur base (c’était la radiation d’Alcyone). Un jour très long viendra, un jour qui durera, en réalité, 2 000 ans. Cela signifie que la nuit disparaîtra et que la radiation lumineuse d’Alcyone pénétrera dans toutes les cavernes ténébreuses de la Terre ; elle enveloppera la planète de toutes parts, elle resplendira miraculeusement, et ses effusions et émanations causeront aussi de la stupéfaction aux autres gens des mondes habités de l’inaltérable infini. C’est ainsi qu’entrera l’éclat mirifique des étoiles ; il viendra sous les mélodies du Macrocosme… Il surgira un monde étrange dans peu de temps ; ce monde s’appelle Terre !

Il est bon de comprendre l’imminence de moments extraordinaires ; avant la grande catastrophe qui s’approche, la Terre devra pénétrer dans ces anneaux d’Alcyone.

Notre monde, en réalité, n’aurait aucune base s’il n’existait pas une Quatrième Dimension, une Quatrième Verticale. C’est dans cette Quatrième Verticale que vivent encore beaucoup d’Elohim qui travaillent pour l’humanité, qui viennent en aide aux êtres humains.

Mes amis, ce Soleil qui nous illumine et nous donne vie, ce Soleil qui resplendit dans l’espace, nous baignant de ses infinies splendeurs, n’est pas tout ! Derrière ce Soleil, se trouve le Soleil Spirituel, le Soleil des Pléiades. Notre Terre tourne autour du septième Soleil des Pléiades ; cela signifie, mes chers amis, que nous sommes vraiment des habitants des Pléiades. Dans tout l’incommensurable infini existent les Pléiades que les astronomes voient avec leurs télescopes, et nous, les terriens, vivons dans un petit monde insignifiant appelé Terre, qui tourne autour du septième Soleil des Pléiades. Et c’est un Soleil situé dans la Quatrième Verticale, le Soleil Spirituel des Pléiades, qui nous gouverne. Ainsi, notre monde est dirigé depuis la Quatrième Verticale, et non seulement celui-ci, mais toutes les Pléiades.

Il existe aussi un autre Soleil que nous devons entendre et comprendre ; je me réfère au Soleil Central. Celui-ci est véritablement rempli de splendeurs ineffables ; ce Soleil Central qui dirige toutes les activités de cette Galaxie spiraloïde, se déroule précisément dans le Cosmos extraordinaire. Évidemment, toute la Galaxie tourne autour du Soleil Spirituel Sirius ; nous ne le nions pas, c’est ainsi. Nous ne nions pas non plus que les régents de cette constellation vivent précisément dans ce monde. Toute la Voie Lactée, en dernière synthèse, est réellement gouvernée par le Soleil Central, un Soleil Spirituel, un Soleil qui n’est pas physique. Voyez qu’il y a des mondes, qu’il y a des soleils qui ne sont pas de cette région tridimensionnelle d’Euclide.

Que dire du Soleil Central Spirituel ? Nous savons bien que toutes les galaxies vues à travers les télescopes sont, en réalité, gouvernées par le Soleil Central Spirituel. Il existe un infini, nous ne le nions pas ; cet infini splendide et merveilleux dans lequel nous vivons, nous nous déplaçons et avons notre Être, a une limite. Souvenons-nous, en ce moment, d’Einstein, lorsqu’il a dit que « l’espace est courbe », lorsqu’il a dit que « l’infini tend à une limite ». Il est certain que cet infini a aux alentours de cent mille galaxies et chaque galaxie une somme de cent mille soleils. Mais tout cet infini dans lequel nous vivons, nous nous déplaçons et avons notre Être, a une limite ; au-delà de cette limite, il y a un espace vide, et bien au-delà de cet espace vide, s’ouvre un autre infini, et bien au-delà de cet autre infini, il y a un autre espace vide ; et ensuite un autre infini, et ainsi à tout jamais.

Mes amis, comprenez que tout cet infini illimité dans lequel nous vivons, nous nous déplaçons et avons notre Être est gouverné par le Soleil Central Spirituel, par le Soleil Sacré Absolu, qui n’est pas physique ; que dans ce Soleil demeurent les intelligences divines qui gouvernent l’espace cosmique. Or, en réalité, celui qui apprend à pénétrer avec son corps physique dans le Jardin des Hespérides pourra vérifier directement par lui-même l’existence de ces soleils majestueux qui éclairent extraordinairement l’espace qui n’a jamais de limites.

Celui qui apprend à voyager avec son corps physique en état de Jinas pourra se mettre en contact avec les Dieux ineffables de l’Aurore du Mahamanvantara ; celui qui apprend à voyager avec son corps physique pourra parler face à face avec les Elohim, avec les Prajapatis, avec les Rishis des anciens Vedas ; celui qui apprend à voyager avec son corps physique pourra se mettre en contact avec notre seigneur Quetzalcoatl et expérimenter par lui-même que Quetzalcoatl est un « Logos » platonicien, qu’il est le « Démiurge » grec, qu’il est le Verbe, qu’il est la parole… Jean dit précisément dans son Évangile : « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu ; par lui toutes les choses furent faites et sans lui, rien de ce qui est fait n’aurait pu être fait ».

L’heure est venue pour vous de lutter pour vous échapper de ce monde tridimensionnel d’Euclide où seule règne l’amertume. Le moment est venu pour vous d’apprendre à visiter les Champs Élysées pour vous jeter aux pieds des Maîtres, afin de pouvoir écouter la parole perdue du premier instant. Le moment même est venu pour vous de connaître à nouveau les mystères de l’ancien Mexique et la sagesse des mystères d’Eleusis et le divin courant héroïque qui a jailli des anciens mystères des Rishis de l’Inde.

Mes amis, le brûlant Soleil de l’Esprit resplendit de partout ; souvenez-vous que le corps physique n’est rien d’autre qu’une forme mentale, apprenez à manier cette forme mentale, faites-la changer de lieu à volonté, faites-la glisser comme le faisaient les Tuatha de Danann, dans l’antique Eleusis, sur les mers majestueuses de la Quatrième Dimension !

Mes amis, le moment est venu pour vous de connaître le Génie de la Terre, ce Melchisédech extraordinaire qui gouverne notre monde ! Un jour, si vous apprenez à manier la science des Jinas, vous pourrez entrer à l’intérieur de la Terre ; vous expérimenterez alors directement par vous-mêmes que cette Terre est creuse ; vous pourrez connaître aussi là-bas beaucoup de survivants de la Lémurie et de l’Atlantide, de vénérables anciens qui ont pratiqué le culte des divins mystères dans leurs temples ; de vénérables prêtresses qui, comme les « Cléopâtre » du Nil, dispensaient leurs enseignements aux peuples qui les aimaient. Quand vous pourrez pénétrer dans le lieu où demeure Melchisédech, vous pourrez alors connaître la sagesse des anciens ; vous expérimenterez directement par vous-mêmes qu’autrefois la sagesse hermétique resplendissait à la surface de la Terre ; quand vous pourrez, avec votre corps physique, visiter l’intérieur de notre monde, vous vous trouverez face à face avec Melchisédech, Roi de Salem, dont Jésus de Nazareth rendit témoignage ; le Roi de notre monde.

Il y a quelque temps, il s’est produit quelque chose d’extraordinaire : il s’agissait d’un défilé militaire, rien moins que devant le Roi Georges VI. Ce Roi Georges, qui avait des connaissances si extraordinaires, ne manqua pas de passer par une surprise. Le défilé devant le Roi, devant la famille royale et devant son cortège, fut vraiment splendide. Quel orgueil on sentait dans la vie de l’Empire ! Mais, quelque chose d’extraordinaire eut lieu… Un éléphant blanc devant l’armée anglaise ? Qui montait cet éléphant ? Qui ? Un étrange personnage Oriental ! Les troupes rendirent un culte au Roi Georges, et cet étrange cavalier, monté sur l’éléphant, était à la tête des bataillons.

Les soldats ne furent absolument pas étonnés ; cela leur parut très naturel, car ils connaissaient très bien la vie de l’Inde puisque, autrefois, ce précieux joyau indien était seulement l’un des territoires de la Monarchie anglaise. Voir un Hindou monté sur un éléphant, devant les armées, semblait parfaitement normal. Mais quelque chose causa de l’étonnement : le cavalier ne rendit pas hommage au Roi Georges VI. « Que se passe-t-il ? – demanda le Roi – qui est ce personnage ? » On lui répondit : « Le Génie de la Terre, Seigneur ! ». Par miracle, ce monarque ne perdit pas connaissance sur le sol. L’éléphant disparut comme par enchantement. Ainsi, sachez que cette Terre possède une Quatrième Verticale et un Roi ; ce roi s’appelle Melchisédech, et Jésus de Nazareth lui-même rend témoignage de l’existence du monarque Melchisédech. Le jour où vous apprendrez à manier les états Jinas, c’est-à-dire quand vous saurez pénétrer dans la Quatrième Dimension, vous pourrez visiter le Royaume de Melchisédech.

C’est pourquoi je suis venu ce soir vous dire comment faire et je répète la clé : couchez-vous la tête au Nord, et ensuite concentrez-vous sur Philippe, en lui demandant de vous mettre dans la Quatrième Dimension ; endormez-vous un peu et lorsque vous sentirez que votre corps est comme rempli d’une volupté spirituelle extraordinaire, lorsque vous verrez que vous êtes rondelets, comme si vous étiez enflés, levez-vous du lit et, en le suppliant, priez Philippe de vous emmener sur la Terre Sacrée des Anciens, au Paradis Perdu de Milton, au Jardin des Hespérides, où lait et miel jaillissent des rivières d’eau pure de vie, dans cette région extraordinaire où vivent les Princes du Feu, de l’Air, de l’Eau et de la Terre… C’est pourquoi je suis venu ce soir, pour vous inviter tous à entrer à volonté dans le Paradis Perdu de Milton !