Le Chaos du monde contemporain (Dégénérescence du XXe siècle)

Samaël Aun Weor

Chers amis, mesdames et messieurs, nous allons parler aujourd’hui de tous les problèmes inquiétants de l’actualité. Évidemment, nous ferons une analyse ésotérique du monde contemporain. L’heure est venue de connaître assurément ce que nous sommes et d’aller de l’avant d’un pas ferme et décidé. Incontestablement, nous sommes à l’heure de toutes les FATALITÉS. Nous nous trouvons devant le dilemme de l’ÊTRE ou du NON ÊTRE de la philosophie. Le monde est en crise. Qui peut le nier ? En ce moment, on vient d’approuver la bombe N. Savez-vous ce que cela signifie ? De partout, en ce moment, il y a des protestations. La bombe N a de dangereux pouvoirs : elle peut réduire en cendres des villes entières, des millions de créatures disparaîtraient, les plantes cesseraient d’exister là où cette bombe N tomberait, même la vie des insectes serait annihilée.

Souvenons-nous des deux explosions d’Hiroshima et de Nagasaki. On ressent encore le résultat de celles-ci dans ces endroits. À cette époque, il y a eu beaucoup de gens qui sont morts ; le Japon a dû se soumettre devant l’infamie. Il me semble que cela n’est pas du COURAGE mais de la LÂCHETÉ.

Autrefois, par exemple, ici, sur notre terre mexicaine, lorsqu’il y avait une guerre, les hommes, en tant que gentlemen, résolvaient leurs problèmes sur le champ de bataille, corps à corps.

Au Moyen Âge, il y a eu beaucoup de guerres chevaleresques en Europe. Souvenons-nous des ces batailles, au Moyen Orient, lors des Croisades, de ces luttes contre les Maures, etc. Là, on remarquait le courage des hommes, oui, des hommes et non la lâcheté ; le vaillant triomphait, jamais le lâche. Les gentlemen qui se défiaient en duel à Paris résolvaient leurs problèmes sur le champ de bataille, d’homme à homme.

Mais, le fait de faire tomber, de nos jours, une bombe atomique ou une bombe N sur une ville sans défense, remplie d’hommes, de femmes, d’enfants, de personnes âgées, cela me paraît un acte de lâcheté, là, il n’y a pas de courage, ce qu’il y a, c’est de la lâcheté. Le courage est différent. Le courage c’est celui qu’ont démontré les hommes du Moyen Âge ; le courage, c’est celui qu’ont démontré les Grecs devant les murs invaincus de Troie ou celui qu’ont démontré les Troyens en résistant à l’avancée des pillages et des […] « Arcadiens » […] chevelus aux belles armures et à la face obscure.

Mais, parler de courage par rapport à ce qui se passe maintenant, parler de courage par rapport au résultat de la bombe atomique ou de la bombe « N », une bombe qui tombe sur autant d’individus, qui tue autant de gens qui ne sont pas sur les champs de bataille, cela me paraît de la lâcheté portée à son maximum. Et comme si cela n’était pas suffisant, nous voyons l’état de dégénérescence actuelle : au Canada, par exemple, les homosexuels se marient entre eux, il leur suffit de se présenter au tribunal pour que le juge les marie ; un homme se marie avec un homme. Les femmes se marient aussi entre elles ; les lesbiennes se présentent aux tribunaux pour que le juge les marie. Qu’est-ce que cela ? De la DÉGÉNÉRESCENCE au sens le plus complet du terme. Les faits sont les faits et devant les faits nous devons nous incliner.

Ainsi, mes amis, nous sommes en train de marcher sur le chemin de l’involution. Ceux qui affirment que nous sommes arrivés au maximum de la perfection sont aussi absurdes que ceux qui sont maintenant en train de dire que l’homme vient du rat. Il paraît que l’on s’est fatigué du frère singe « on n’est plus des descendants des singes » – disent-ils – mais on descend du rat. C’est ce que disent les sages.

Comme ils sont drôles ces sages modernes ! Maintenant, c’est possible que le rat se convertisse en un grand monsieur, on devra lui mettre un smoking, le vêtir élégamment, parce que selon les scientifiques de ces temps, le frère rat est notre ancêtre.

Voyez comme elle est folle cette humanité du XXème siècle. Est-ce de la culture ou quoi ? Et pour le comble des combles, au Canada, on est en train de lutter, précisément en ces temps de crise mondiale, pour légaliser rien moins que l’inceste. De sorte que cette question est en procédure au gouvernement canadien, et s’il arrivait que cela soit approuvé dans ce pays, le père se marierait avec la fille, le fils avec la mère, le frère avec la sœur, l’oncle avec la nièce, etc. Voilà la Sodome moderne et la Gomorrhe moderne. Jusqu’où est arrivée cette humanité ? Je suis en train de vous parler de cas concrets, clairs et définitifs.

Pensons maintenant à la situation dans laquelle se trouve le globe terrestre. Cette pauvre planète Terre est soumise en ce moment à une AGONIE lente et épouvantable ; l’air est totalement pollué et on continue à le polluer. Il y a déjà quelque part un de ces scientifiques cinglés de notre époque qui dit que si on n’a pas résolu le problème du SMOG d’ici quarante ans, plus de la moitié de l’humanité périra. Il se peut que cette fois ces pseudo-scientifiques aient raison parce que la situation est vraiment grave.

Vous voyez, vous qui visitez le District Fédéral, où en est la question du smog : la ville est enveloppée de cette atmosphère si pesante, si horrible. Comme résultat ou conséquence, des multitudes de maladies sont en train d’apparaître, le cancer se multiplie horriblement, le diabète, etc. Le plus grave, c’est que même l’atmosphère des campagnes est polluée.

Je me souviens très bien, il y a environ 50 ans en arrière, nous les anciens, nous voyions le ciel bleu inviolé ; c’était merveilleux de contempler l’atmosphère. Maintenant, ce panorama n’est plus possible. Même dans les forêts les plus profondes, si on regarde vers le ciel, ce que l’on voit est un ciel plombé, un bleu grisâtre.

Ainsi donc, vraiment, la pollution augmente de partout : au Nord et au Sud, à l’Est et à l’Ouest du monde. Les poisons de la pollution pénètrent dans le sang, ils entrent dans les poumons, ils détruisent le foie, ils provoquent des dommages au cœur, et les nouvelles générations sont en train de s’affaiblir épouvantablement. À cette allure, il est vrai qu’il ne nous reste pas beaucoup de temps à vivre. C’est ainsi…

Il me semble, sauf si l’un d’entre vous qui saurait mieux que moi aurait une meilleure idée, qu’il serait possible de canaliser la pollution. J’estime que de même qu’on canalise l’éclair au moyen du paratonnerre ou la voix à travers le téléphone ou l’eau noire dans les canaux ou le gaz dans les canalisations des États-Unis d’Amérique, il serait également possible de canaliser la pollution […]