Invitation à la métamorphose intime (la métamorphose que nous devons réaliser)

Samaël Aun Weor

Un dilemme de l’Être et du ne pas être de la Philosophie. En premier lieu, nous possédons un Organisme Physique. Cet organisme est composé d’organes ; les organes sont formés de cellules ; les cellules sont formées de molécules ; les molécules sont formées d’atomes ; et les atomes sont constitués d’ions et d’électrons, de neutrons, de protons, etc. En ultime synthèse, notre corps physique est une somme d’énergies. Mais au-delà du corps physique, avons-nous quelque chose, y a-t-il quelque chose ?

Les photographies nous démontrent qu’il y a effectivement quelque chose. Les Russes ont, en ce moment, un appareil qu’ils appellent le « bioplasti… » (Tiens ! Je ne me souviens pas du nom exact), mais ils ont un merveilleux appareil électronique, atomique, de perception optique, au moyen duquel ils sont en train d’étudier le « fond » de l’organisme humain.

Grâce à cet appareil, ils ont découvert un corps nouveau : ils ont découvert qu’au-delà de la question atomique il existe le CORPS BIOPLASTIQUE ; ce Corps Bioplastique n’est pas formé de matière purement physique, mais d’un type d’énergie plus fine, pour ainsi dire éthérique ; mais malheureusement, les physiciens actuels ne veulent pas accepter la réalité de l’Éther. Cependant, comme Galilée disait : « Eppur si muove, si muove » (pourtant elle tourne, elle tourne)… moi, je dirais : « mais il existe, il existe »…

« Je pense, donc je suis » disait Descartes dans sa « Philosophie Cartésienne ou du Doute Méthodique ». Moi je dis : « J’existe parce que j’existe ; et si j’existe, je dois donc avoir un NEXUS FORMATIVUS, un principe de Vie qui me permet d’exister »…

Je ne crois en aucune manière que les éléments purement biochimiques qui servent de base à une organisation physiologique puissent garantir, par eux-mêmes, l’existence organique. Il doit y avoir un fondement pour toutes ces structures physiologiques, anatomiques, biologiques, etc., de l’organisme, car un édifice sans ciment s’écroulerait. Ainsi, un corps physique, biologique, organique, sans ciment, sans fondement, sans une base, devrait aussi s’écrouler, se convertir en poussière de la terre, en poussière cosmique…

Les scientifiques russes, avec cet appareil ultramoderne de perception électronique (qu’ils ont maintenant), ont découvert ce Nexus Formativus, qui n’est autre que le Corps Bioplastique. Ils ont pu le séparer d’un organisme vivant pour l’analyser à part ; c’est une espèce de « double » du corps physique, un double organique.

Une fois, un médium spirite, qui était en transe, projeta ce Double Organique dans la pièce, il le projeta en face de lui. Un journaliste qui était là voulut se convaincre de la réalité de ce « fantôme » matérialisé. À cet effet, il sortit son pistolet et tira sur le « fantôme » ; malheureusement, la balle vint se loger dans le coeur du médium en transe ; il est clair qu’il mourut instantanément.

Mais voyez ce qui est intéressant : supposons que votre ami qui est ici soit le médium Spirite qui a projeté son Double devant la fenêtre et que moi qui suis ici, par exemple, je sorte mon pistolet et que je tire sur ce Double qui est devant la fenêtre ; alors pourquoi la balle est-elle apparue ensuite dans le coeur du médium ? Mais ce fut ainsi !

Pour vous expliquer ce phénomène de la Quatrième Verticale, il se trouve qu’il y a, dans le monde de la Quatrième Verticale, des Lois complètement différentes de celles qui existent dans le Monde Physique, inconnues de la Physique. La réalité, alors, c’est que ce corps, ce « Double » qu’étudient les russes, est le fameux « CORPS VITAL » dont parle l’Ésotérisme ou le « Linga Sarira » dont parlent les Hindous de l’Inde. Un corps extraordinaire…

Est-il possible de voyager avec ce corps ? Oui, c’est possible, et je sais le faire à volonté, c’est évident ! C’est un corps extraordinaire avec lequel on peut entrer dans la Quatrième Verticale. Mais ce n’est pas tout. Bien au-delà du Double ou Principe de Vie (ce qui sert de fondement à l’Organisme Moléculaire Physique), nous trouvons l’Ego… l’Ego…

Je ne me réfère pas de manière emphatique à l’Ego Subliminal de Miers ; je ne suis pas non plus en train de faire de la démagogie pour vanter le Super-Ego ou Alter-Ego de beaucoup de mystiques pseudo-ésotériques et pseudo-occultistes ; je ne veux absolument pas non plus donner de la force à ce concept d’un Moi Supérieur dominant un Moi Inférieur et qui sert de fondement à beaucoup de doctrines, non !

Je veux simplement évoquer l’EGO comme on doit l’évoquer : comme un ensemble d’éléments indésirables que nous portons tous à l’intérieur de nous ; des éléments subconscients de notre psyché, des éléments absurdes, mais que nous portons dans notre partie inhumaine ou bestiale.

Ces « éléments » vivent à cause du Temps ; au fond, ils sont le Temps, c’est-à-dire que l’Ego, en lui-même, est le Temps ; l’Ego, en lui-même, est un livre en plusieurs tomes. L’Ego est la multiplicité d’éléments indésirables à l’intérieur de nous ; c’est, en vérité, ce que nous portons. Cette multiplicité nous rappelle la « DOCTRINE DES MULTIPLES » enseignée par les Tibétains, dans l’Himalaya.

Il n’y a pas de Bouddha de Contemplation qui n’ait eu à lutter pour éliminer de sa psyché les éléments indésirables que nous portons à l’intérieur de nous. Ainsi, en réalité et en vérité, aucun d’entre nous n’est Saint, aucun d’entre nous n’est parfait ; le seul qui soit parfait c’est le PÈRE.

Chacun de nous porte de multiples erreurs à l’intérieur ; en dehors de cela, qu’avons-nous de plus ? En dehors de cela, la seule chose que nous ayons, c’est l’ESSENCE. Et qu’est-ce que « l’Essence » ? C’est ce qu’il y a de subliminal, ce qu’il y a d’Âme ou d’Esprit (appelez-le comme vous voulez) en nous. Cette Essence vient d’en haut, de la Galaxie, des Étoiles ; elle est passée par le Soleil avec la note SOL ; elle a traversé les sept Planètes avec la note FA et elle a pénétré dans l’Organisme Physico-chimique avec la note MI…

L’Essence se trouve alors en nous, à l’intérieur de nous ; c’est ce qu’il y a de plus digne, de plus précieux en nous, mais elle est embouteillée dans la multiplicité des éléments indésirables que nous portons à l’intérieur de nous. Elle est là ! L’Essence est précieuse et elle est la chose la plus décente, la plus digne que nous ayons. Mais nous avons besoin évidemment de DÉPECER L’EGO, de le changer en poussière, de le réduire en cendres, pour que l’Essence, la Conscience resplendisse en nous, éveillée, très belle, ineffable…

Une fois l’Ego détruit, l’Essence resplendit en nous : LA LUMIÈRE JAILLIT DANS LES TÉNÈBRES ! Quelle sorte de « Ténèbres » ? Les Ténèbres que nous portons à l’intérieur de nous. Il est nécessaire que la Lumière resplendisse dans nos propres Ténèbres, et ce n’est possible qu’en détruisant l’Ego. Car l’Ego est Ténèbres en nous et la Lumière doit resplendir dans nos propres Ténèbres.

Mais, ce n’est pas tout. S’il est bien certain qu’il faut détruire l’Ego animal, il n’est pas moins certain que nous avons besoin de créer les CORPS EXISTENTIELS SUPÉRIEURS DE L’ÊTRE.

Dans tous les textes de Théosophie, de la Rose-Croix, sur le Yoga, etc., figurent les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être… On nous a dit que « l’Être a les sept Corps » ; on parle aussi de Corps plus élevés, par exemple du « Sambhogakaya », du « Nirmanakaya », de « l’Addikaya », et d’autres encore. Mais, en réalité et en vérité, si « l’animal intellectuel » ne possède même pas les Corps Astral, Mental et Causal, encore moins va-t-il posséder les Corps Supérieurs que sont le Nirmanakaya, le Sambhogakaya ou l’Addikaya (ce sont les véhicules des Dieux !).

Ainsi, il faut commencer par créer les corps qui nous donnent le droit de faire partie de l’Homme, d’être des Hommes, d’être des êtres humains dans le sens le plus complet du terme.

Il est urgent, alors, de commencer par créer l’EÏDOLON ; et qu’entend-on par « Eïdolon » ? L’Eïdolon n’est rien d’autre que le Corps Astral. Comment créer ce corps ? Commençons par réfléchir comment fut créé le corps physique…

L’Eïdolon est précieux ; après la mort, on peut matérialiser l’Eïdolon si on connaît le système, la science, et vivre dans le Monde Physique avec l’Eïdolon. Je connais des cas d’Initiés qui ont pu matérialiser l’Eïdolon et vivre après la mort comme s’ils étaient des personnes normales, communes, ordinaires : manger, se vêtir, ingérer, assimiler, etc.

Il est possible de matérialiser l’Eïdolon ; il y a des procédés qui sont encore conservés en secret au Tibet. Au moyen du SACREMENT ALMOADZIEN, n’importe quel Initié peut matérialiser l’Eïdolon après sa mort et vivre comme une personne parmi les autres, ici, dans le Monde Physique, durant un an (pas toute la vie, mais un an). Car après, en accord avec la Loi de l’Éternel Trogo Autoegocratico Cosmique Commun, le Monde Solaire l’absorbe alors.

Ainsi, l’Eïdolon est un précieux véhicule (l’Astral ou l’Eïdolon). Avec l’Eïdolon, on peut voyager d’une Étoile à une autre ; entrer dans le feu qui existe à l’intérieur de la Terre sans se brûler ; s’immerger dans les eaux sans aucun inconvénient ; traverser un rocher de part en part sans se faire mal ; avec l’Eïdolon, on peut parfaitement visiter d’autres mondes du Système Solaire, connaître d’autres humanités, se mettre en contact avec les Êtres Ineffables d’autres régions ; avec l’Eïdolon, on pourrait, par exemple, visiter Vénus (si ça nous plait) ou le Soleil lui-même, mais il faut fabriquer ce corps dans le « laboratoire ».

Je ne suis pas en train de parler d’un laboratoire comme celui où l’on fait du savon ou quelque chose du même style, non ! Je suis en train de parler du LABORATOIRE HUMAIN (car ce corps ne peut sortir du néant ; à partir du néant rien ne se fait) ; il faut fabriquer ce corps avec la même substance merveilleuse avec laquelle fut fabriqué le corps physique.

Quelle « Substance » a servi de fondement pour la création de l’organisme que nous avons ? Nous connaissons bien cet élixir extraordinaire qui réside dans les gonades, ce fameux « MERCURE de la Philosophie secrète », c’est-à-dire ce qu’on pourrait appeler « la Sève de la Vie » ou pour parler à la façon d’un Paracelse : « l’Ens Seminis ». De cette entité, est sorti, naturellement, l’organisme vivant que nous avons actuellement. Ainsi, en vérité, ce dont nous avons besoin c’est de transmuter ce sperme sacré ou, comme on dit, « l’Exiohehari ».

Il faut savoir le transmuter et le sublimer. Si nous le transmutons, si nous procédons ainsi, nous pouvons être absolument sûrs de réussir à cristalliser cette énergie extraordinaire sous forme de Corps Astral ou Eïdolon. Aujourd’hui, justement, j’ai parlé à la télévision sur ce sujet.

Donc, la TRANSMUTATION ou SUBLIMATION DE LA LIBIDO SEXUELLE est nécessaire. Si on réussit à transmuter et sublimer la Libido, il est évident que l’énergie créatrice se condense sous une forme différente : le fameux Corps Astral se condense. Cette énergie du sexe commencera à saturer les cellules organiques (que ce soit celles du cerveau ou celles du corps physique en général), et ensuite, elle arrivera à prendre définitivement la forme du Véhicule Astral. Le Corps Astral sera alors une espèce de double organisme existant à l’intérieur de notre organisme.

Dotés de ce Corps Astral, nous pouvons parfaitement visiter l’intérieur de la Terre et nous mettre en contact avec les Puissances du Feu ; ou nous immerger dans les profondeurs de l’océan pour connaître les Hiérarchies de l’Eau ; ou voyager dans les airs, comme le faisait Simon le Magicien, pour entrer en contact avec les Rois de l’Air ; ou alors visiter les régions de la fine croûte terrestre pour connaître les Princes de la Terre ; ou, avec ce Corps Astral, nous pouvons investiguer sur les Mystères de la Vie et de la Mort…

Nous pourrons pénétrer dans le Laboratoire de la Nature dans le but d’analyser, de connaître, d’expérimenter les processus de la vie. Nous pourrons nous dédier à l’étude de notre propre vie, nous souvenir de nos vies antérieures, revivre les existences passées ; ici, nous arrivons à nous rendre compte qu’avant d’exister comme nous existons maintenant, nous existions déjà dans le passé. Le Corps Astral nous permettra de constater la réalité que nous avions (d’autres existences), qu’avant de naître, nous avions vécu dans ce monde. Mais, cela n’est possible qu’en créant un Corps Astral, en le fabriquant !

Lorsqu’on a réussi la fabrication de ce Corps Astral, on est prêt à créer le CORPS DU MENTAL. Créer le Corps Mental est assurément une oeuvre d’art extraordinaire. Lorsqu’on fabrique pour son utilisation personnelle un Corps Mental, on peut, avec ce Mental, réaliser des prodiges : le Corps Mental est un corps très réceptif ; il peut capter, il peut assimiler les Énergies de l’Univers ; il peut assimiler aussi les Connaissances qui sont dispersées ça et là, dans tout le Mental Universel ; il peut recevoir des informations d’autres planètes, recevoir des informations directes d’autres mondes ; se mettre en contact avec les Seigneurs du Mental.

Mais il faut le créer et il se crée avec la transmutation de la Libido Sexuelle. Mais il ne faut pas regarder la Libido Sexuelle simplement comme un tabou, comme un motif de honte, de dissimulation, de péché, etc.

Il faut affronter la Libido Sexuelle comme elle est ; ne pas la juger à tort, ne pas la désigner sous des qualificatifs absurdes ; ne pas l’accuser par ignorance, car il existe une tendance manifeste à considérer tout se qui se rapporte au sexe opposé comme une espèce de péché très grave, comme un crime. Nous avons besoin de faire face à ces préjugés, de les démolir et de regarder alors les autres questions de la SEXOLOGIE TRANSCENDANTALE ou Subliminale avec le plus grand naturel.

Si on apprend, je le répète, à transmuter, on arrive alors, naturellement, à créer le Corps du Mental, ce Corps extraordinaire qui nous donne une véritable individualité dans la manière de penser ; qui nous rend matures dans les processus de la compréhension ; qui nous donne la Sagesse dans le sens le plus complet du terme.

C’est un CORPS RÉCEPTIF. Les gens ne savent pas utiliser leur Mental : ils veulent faire du Mental quelque chose comme un projecteur, mais il s’avère que le Mental est, en lui-même, absolument réceptif. Il faut le rendre passif et réceptif à la fois. Il doit se charger de recevoir des informations. L’objectif du Mental est de recevoir des informations ; de qui et de quoi ? Des informations qui viennent d’en haut, du Ciel d’Uranus, au travers des Centres Supérieurs de l’Être.

Si le Mental est réceptif, les informations lui arrivent au travers des Centres Supérieurs de l’Être, et il peut arriver à acquérir une claire compréhension de ces informations. Mais il faut rendre le Mental réceptif. Les gens ont tendance à le rendre projectif et il n’est pas projectif, il est réceptif par nature. Le Corps Mental est un corps féminin et, par conséquent, il est réceptif ; ce n’est pas un corps masculin mais féminin. C’est la crue réalité des faits.

Et il faut le créer, car l’humanité ne possède pas ce corps ; bien que les Théosophes, bien que Annie Besant, bien que Mr Leadbeater, bien que cette… Blavatsky, etc., bien que […] qui écrivit des oeuvres si précieuses, aient dit que « l’être humain possède déjà le Corps Mental », c’est faux ; il ne le possède pas encore ; il doit le fabriquer et c’est tout !

Un peu plus au fond, nous trouvons le CORPS CAUSAL. Ce corps, en lui-même, est splendide. Les gens ne le possèdent pas. Dans le Monde Causal, ils ont chacun un « exposant animique », une espèce « d’équation arithmétique » qu’il faut résoudre, ou un germe qui peut être susceptible de se développer. Mais ils ne possèdent pas véritablement le Corps de la Volonté Consciente, c’est-à-dire le Corps Causal.

Le Corps des Causes Naturelles, il faut le créer par transmutation et sublimation de la Libido Sexuelle. En créant ce corps, nous nous convertirons en de véritables Hommes, nous allons atteindre l’authentique IMMORTALITÉ de l’Homme et nous l’acquerrons dans le Monde des Causes Naturelles.

Quand quelqu’un a créé le Corps Astral, quand il s’est donné le luxe de fabriquer le Corps Mental et, pour finir, a donné forme au Corps des Causes Naturelles, en lui-même, il se convertit de fait en une Créature-Homme, il reçoit les PRINCIPES ANIMIQUES ET SPIRITUELS qui font de lui un HOMME, un Homme dans le sens le plus complet du terme, un Homme, un Roi de la Création, un Homme véritable.

Mais, en tant qu’Homme, il n’est pas compris par ses semblables ; il a une autre façon de procéder que ses semblables méjugent ; on le juge de façon erronée. Il s’avère que ses semblables ont de faux codes moraux, des éthiques erronées, et lorsqu’ils voient un Homme, ils le jugent comme ils sont eux-mêmes, ils se trompent.

L’Homme est différent de « l’animal intellectuel » : il manie des forces que « l’animal intellectuel » ignore ; il a une conduite que « l’animal intellectuel » confond avec la sienne. C’est pourquoi on attribue à l’Homme les erreurs que « l’animal intellectuel » porte en lui ; on le calomnie, on le juge de façon absurde.

Pour toutes ces choses et d’autres encore, il est important que vous réfléchissiez. « L’animal intellectuel », erronément appelé « Homme », n’est pas l’Homme. La véritable Immortalité n’est pas autre chose que de se convertir en Homme ; et l’Homme véritable est l’Homme Causal, l’Homme qui se change en Homme dans le Monde Causal, car il s’est fabriqué un Corps Causal.

Lorsqu’il arrive au stade d’Homme, il crée le CENTRE DE GRAVITÉ DE L’HOMME, fermement établi dans le MONDE CAUSAL. Il y reste fermement établi ; cependant, il se projette depuis le Monde Causal jusqu’au Monde du Mental et jusqu’au Monde Astral, et enfin, jusque dans le Monde Physique, pour vivre et exister ici.

Mais son Centre de Gravité est établi dans le Monde Causal, c’est-à-dire dans le Monde des Causes Naturelles. Voilà donc le Chemin qui conduit à l’Homme ; mais ce n’est pas tout d’arriver à l’Homme. Pour pouvoir se convertir en Homme, nous avions dit qu’il fallait avoir de la DISPONIBILITÉ POUR L’HOMME, et très rares sont ceux qui restent fermement sur le Sentier qui conduit à l’Homme…

« Je crois au SURHOMME ! » ; mais il est évident que pour arriver à l’état de Surhomme, il est nécessaire de FUSIONNER AVEC LA DIVINITÉ. Si on ne réussit pas à fusionner avec la Divinité, on ne peut non plus atteindre le Stade du Surhomme.

Nous aspirons au Surhomme et nous sommes sur le Sentier qui conduit au Surhomme, mais le Chemin est difficile, il est rempli de chardons et d’épines, et il est très rare que quelqu’un se convertisse en Surhomme. Si se convertir en Homme est en soi déjà difficile, combien ce sera plus difficile d’atteindre la stature d’un Surhomme ? C’est épouvantablement difficile ! La Voie qui conduit au Surhomme s’écarte du commun…