Indications ésotériques transcendantales (Réponses insolites du Maître n°18)

Samaël Aun Weor

Maître. […] n’est pas nous qui faisons l’œuvre, mais le Père. Nous ne sommes rien d’autre que les ouvriers du Père ou plutôt ses instruments, n’est-ce pas ? Les instruments avec lesquels il travaille. C’est pourquoi lorsque nous TRAVAILLONS, tant dans le Mouvement gnostique que dans le Parti Socialiste Chrétien Latino-Américain, nous devons le faire avec BEAUCOUP DE SINCÉRITÉ et BEAUCOUP D’HUMILITÉ, parce que nous, que faisons-nous ? Rien ! C’est le Père qui fait avec son pouvoir.

En termes rigoureusement philosophiques, psychologiques et ésotériques, nous pouvons dire que personne ne peut rien faire, tout nous arrive : comme quand il tonne, comme quand il pleut, comme quand la Terre tremble. SEUL LE PÈRE PEUT FAIRE, seul l’Être peut faire et personne d’autre que l’Être, il est le seul qui puisse faire.

Et sinon, examine ta propre vie. Quand tu étais un petit garçon (souviens-toi quand tu étais un petit garçon), quand tu allais à l’école, toutes les choses de ta vie… et si tu examines ta propre vie, tu verras que tout t’est arrivé : tu es né, tu es allé à l’école, tu as dû te frayer un chemin dans l’existence pour travailler, par tes propres efforts, par ta propre lutte, et tout cela t’est arrivé…

Et c’est avec beaucoup de difficultés que tu t’es frayé un chemin dans la vie, parce que ta vie a été constituée de luttes, elle a été difficile, douloureuse. Tu as fini par te frayer un passage, mais tout cela t’est arrivé et arrivé, tu ne faisais rien. Que peux-tu faire si tout t’arrive ?

Disciple. Rien…

M. Et à la fin, tu es devenu un homme, tu as grandi et tout cela. En ce moment, tu travailles pour le Mouvement gnostique, tu travailles pour le Parti Socialiste Chrétien Latino-américain, c’est bien !, mais tout, dans la vie, t’est arrivé… Nous ne pouvons rien faire, seul l’Être peut faire.

Un mouvement aussi grand que le Mouvement gnostique ou le Parti Socialiste Chrétien Latino-américain qui est maintenant en marche, comment pouvons-nous certifier, de manière orgueilleuse, que c’est nous qui l’avons créé ? Nous, nous ne faisons rien. Celui qui fait, c’est Dieu, l’Être, le Père qui est en secret, c’est lui qui fait l’Œuvre, c’est lui le Seigneur, qui a vraiment le pouvoir de le faire. Nous, nous ne sommes rien d’autre que les ouvriers.

En partant du principe que nous ne sommes simplement que des ouvriers, alors nous devons TRAVAILLER EFFICACEMENT DANS L’ŒUVRE, tant dans le Mouvement gnostique que dans le Parti, être efficaces comme ouvriers, mais humbles, puisque nous ne sommes rien d’autre que les travailleurs du Père, du Seigneur.

Nous ne devons pas nous remplir d’orgueil, notre position de leader ne doit pas nous monter à la tête et nous rendre hautains, n’est-ce pas ? Non, nous devons comprendre que nous ne pouvons rien faire (c’est le Père qui fait), que nous ne sommes rien d’autre que des travailleurs, voilà ce que nous sommes. Plus nous serons efficaces et humbles, mieux ce sera pour l’Œuvre du Seigneur.

Voilà la crue réalité des faits. C’est ainsi que nous devons le comprendre : seul l’Être peut faire. Nous, nous ne pouvons rien faire, cela nous arrive, tout nous arrive : comme quand il pleut, comme quand il tonne, comme quand les éclairs et la foudre tombent… Ainsi, si on examine notre vie, on découvre que tout nous est arrivé, que l’on n’a rien fait, tout nous est arrivé. Voilà la crue réalité… Bon, et que me disais-tu ?…

D. […] alors le Maître l’a remis à sa place avec des mots durs, pas vrai ? Il lui a dit :

– Bon, Maître, et celui-ci, qu’est-ce qu’il fait avec toi ? Il lui a dit plus ou moins cela, n’est-ce pas ? :

– Toi, que sais-tu de lui ? Je sais ce que je suis en train de faire. Es-tu avec moi ?

Comment se fait-il qu’étant des Initiés, ils ne connaissaient pas le rôle qu’avait joué Judas ? Parce que c’étaient des Initiés, et j’imagine… le pauvre Judas. Pourquoi Pierre fut-il surpris de voir Judas accompagner le Maître, s’il savait tout ?

D. De la jalousie, il y avait de la jalousie !

D. Je crois, Maître, malgré tout, même s’ils étaient des Initiés !, que c’est à cause de la préférence qu’ils croyaient que le Maître avait envers lui, n’est-ce pas ? Parce que cela ne s’explique pas autrement. Alors pourquoi, non pas une fois, mais à plusieurs occasions (parce qu’il y eut une ou deux occasions de plus), s’est-il plaint au Maître ? Et le Maître l’a remis à sa place, nous le savons bien. Pourquoi, s’ils étaient tous des Initiés ?

M. TOUT CELA EST SYMBOLIQUE, rien de tout cela ne peut être pris à la lettre. Ce qui est vrai, par contre et avant tout, c’est que JUDAS ISCARIOTE N’EST PAS LE TRAÎTRE que prétendent les gens, c’est complètement faux.

Il a appris son rôle et c’est Jésus qui le lui a appris, Jésus qui le lui a enseigné, de même qu’à Pierre, Jean et Jacques. Tous ont eu un rôle et Judas a eu le sien, UN RÔLE QU’IL A DÛ INTERPRÉTER dans la vie pratique, dans le Drame Cosmique de l’Initiation.

Judas ne voulait pas jouer ce rôle. Pierre s’est offert pour jouer le rôle de Judas, mais Jésus n’a pas accepté que Pierre joue ce rôle. Jésus avait choisi chacun pour son rôle respectif.

JUDAS REPRÉSENTE LA DISSOLUTION DE L’EGO, du Moi, du moi-même, du soi-même. L’Évangile de Judas est la mort du moi-même, et voilà ce qui est grandiose : sans Judas, il n’y a pas de Drame Cosmique !

Quant à PIERRE, son Évangile, c’est LE SEXE. C’est pourquoi on dit : « Petrus, Pedro, Pierre, Patar »… JEAN, c’est LE VERBE, la Parole. PAUL représente LA PHILOSOPHIE, LA GNOSE, LA SAGESSE. PHILIPPE a un Évangile extrêmement beau : celui des SORTIES ASTRALES, celui de L’ÉVEIL DE LA CONSCIENCE, celui des VOYAGES EN ÉTAT DE JINAS, celui de LA HAUTE MAGIE PRATIQUE, et ainsi de suite…

Ainsi, Judas avait donc son Évangile, celui de la dissolution de l’Ego. Sans Judas, il n’y a pas de Drame Cosmique, non. De quelle manière le Drame se serait-il déroulé s’il n’y avait pas eu un Judas ? Il fallait que le drame se déroule, mais il devait y avoir quelqu’un pour que le drame puisse commencer et cette personne, c’est Judas.

C’est pourquoi, au Moyen Âge, il y avait un groupe gnostique qui s’appelait « LES ISCARIOTES ». Ce groupe se consacrait à l’étude de l’ésotérisme de l’Évangile de Judas… les Iscariotes… Ainsi, on n’a pas rendu justice à Judas. Les gens ont interprété l’Évangile à la lettre, littéralement…

JUDAS EST LE PLUS EXALTÉ DES DOUZE, c’est l’apôtre le plus exalté, c’est celui qui est le plus « mort », le plus grand de tous (après Jésus, vient Judas), à tel point que l’on dit que le jour où le grand Kabîr, Jeshua Ben Pandira, Jésus-Christ, entrera dans l’Absolu non manifesté, Judas entrera avec lui, car il est suffisamment prêt pour entrer dans l’Absolu.

Et cela, les gens profanes ne le comprennent pas, parce qu’ils interprètent l’Évangile à la lettre, malheureusement […]

Ils disent qu’il y en a une en Angleterre, mais en anglais. Je ne sais pas s’il y en a une aux États-Unis, mais si on en obtenait ne serait-ce qu’une, on traduirait les Évangiles Apocryphes (ceux que l’on appelle « Apocryphes »), comme « l’Évangile de Valentin » ou d’autres…

D. Comme la Bible gnostique.

M. Bon, c’est comme la Bible, mais la Bible […] Eh bien, ils parlent beaucoup de la PISTIS SOPHIA, mais la Pistis Sophia est, en elle-même, une Bible gnostique très ancienne… […] Dans son œuvre, le Popol Vuh, il dit : « J’ai pu rentrer par le trou du serpent jusqu’au centre de la Terre où se trouve la racine du ciel, et j’ai pu y entrer parce que je suis aussi un serpent »… C’est ce que dit Votan… Et nul doute que beaucoup de choses, des bois précieux et beaucoup de matériaux précieux qui ont servi à la construction du temple de Jérusalem viennent d’ici, d’Amérique.

D. […]

M. Oui, c’est ainsi […] Et le développer dans l’anatomie occulte, n’est-ce pas ? Le développer dans l’épine dorsale. Mais ce n’est pas tout. L’éveil et le développement de la kundalini ne sont que la première partie du programme, ce n’est pas tout. « IL EST NÉCESSAIRE D’ÊTRE « AVALÉ » PAR LE SERPENT », c’est ce que disent textuellement les Mayas du Yucatán, et Votan était un serpent…

D. C’est le symbole de notre blason, n’est-ce pas maître ?

M. C’est évident ! Il faut tout d’abord être « avalé » par le serpent et après avoir été « dévoré » par le serpent, alors L’AIGLE DOIT « MANGER » LE SERPENT (l’aigle est le troisième Logos). Il doit « le manger » et, après l’avoir « mangé », il se convertit alors en SERPENT EMPLUMÉ, en QUETZALCOATL.

C’est pourquoi le Quetzalcoatl de Tula revêt des caractéristiques transcendantales. On parle beaucoup du Roi de Tula, de Quetzalcoatl, mais il faut tenir compte du fait que tous les rois de Tula s’appelaient « Quetzalcoatl ». En relisant de vieilles chroniques, de manière rétrospective, on trouve toujours que le Quetzalcoatl provient d’une époque de plus en plus lointaine et que tous les Rois de Tula, de l’ancienne Tula, étaient tous des « Quetzalcoatl ». Pourquoi prenaient-ils le nom de Quetzalcoatl ? Parce que c’étaient des Serpents Emplumés… Je ne veux pas dire qu’il n’ait pas existé un « Quetzalcoatl », un « Christ » en tant que personne, il a existé, en effet…

D. 5000 ans avant le Christ Jésus ?

M. C’est ainsi, un CHRIST MEXICAIN. Il a, en effet, existé et il vit encore parce qu’il a gardé son corps, il est immortel…

D. Moi, Maître, en voyant ces idoles gigantesques de Tula, qui ont ici un… je ne sais pas comment on appelle cet ornement… cet ornement plein de petites boules qu’ils ont sur le front, je trouve qu’il ressemble à cette coiffe (ou comment appelle-t-on ce que Bouddha porte, avec les petites boules ?) qui indique le lotus aux 1000 pétales, n’est-ce pas ?

Alors peut-être que ces Atlantes ont donc été des images ou des représentations, dirions-nous, de Dieux ou d’Initiés très grands, n’est-ce pas ? Parce qu’ils portent aussi cette chose avec des petites boules sur le front et sur les yeux, au-dessus des yeux et peut-être qu’ils ont voulu représenter cela.

Parce que le nom de Tula est sacré depuis l’Atlantide, n’est-ce pas Maître ? Depuis l’Atlantide, la capitale de l’Atlantide était Tula, et c’est ainsi, n’est-ce pas ?…

M. L’émanation même de… comme je l’ai toujours dit, l’émanation du Logoï intérieur, le divin Quetzalcoatl. En d’autres termes, pensons au CHRIST LOGOS, au Logos Solaire. En se dédoublant lui-même, il donne naissance à XOLOTL, l’Ombre ou la Réflexion du Logos, du Soleil Intérieur, du Quetzalcoatl…

D. Mais si le Christ est descendu en enfer, pourquoi Quetzalcoatl n’y est-il pas descendu ? […]

M. De l’espace étoilé à l’infini du Logos, tout, tout se trouve dans les enfers, parce que LES ENFERS SONT LA MATRICE DU CIEL. Alors, ce que nous devons tous faire, c’est descendre avec Xolotl, Lucifer, n’est-ce pas ? Travailler dans les entrailles de la Terre, parce qu’en rectifiant là-bas nos erreurs, nous trouverons la Pierre Occulte, nous trouverons tous les trésors et nous trouverons le trésor des trésors qui est la Pierre Philosophale.

Les POUVOIRS que possèdent les Anges, crois-tu que les Anges les ont obtenus dans le Ciel ? Cela semble incroyable, mais les pouvoirs que possèdent les Anges, ils les ont obtenus dans les Enfers. En rectifiant, nous les trouverons…

Et le Logos, crois-tu que tu vas découvrir ton LOGOÏ INTÉRIEUR en haut ? Il n’en est rien ! Il est le Trésor, la TOISON D’OR DES ANCIENS. TU LE TROUVERAS DANS LES ENTRAILLES DE LA TERRE, en rectifiant et en rectifiant (rectificando et rectificando). Alors, tu le trouveras là-bas.

En d’autres mots, l’Enfer est la matrice du Ciel. Paracelse disait : « L’Enfer est la matrice du macrocosme »… Moi je dis : « L’Enfer est la matrice du Ciel »… Nous disons plus ou moins la même chose. Non pas plus ou moins, mais exactement la même chose ! C’est en bas qu’il faut aller ! Parce que « Rectificando invenies Occultum Lapidem »…

Alors, en plongeant à l’intérieur de toi-même pour rectifier, pour accomplir la maxime : « Rectificando invenies Occultum Lapidem », tu plonges aussi évidemment dans les Enfers de la Terre, tu t’immerges évidemment dans les Mondes Infernaux, tu dois évidemment y affronter les ténébreux, comme Xolotl les a affrontés, tu devras évidemment affronter les ténébreux comme Quetzalcoatl les a affrontés et, en rectifiant là-bas tes erreurs, tu trouveras la Pierre Occulte, c’est-à-dire que tu trouveras ton Logoï Intime avec tous ses pouvoirs divins… Que me disais-tu ?…

D. La forme sous laquelle Aristote est représenté ne vient-elle pas de là : son regard tourné vers le Ciel et son doigt pointé vers le bas ?

M. Peut-être que oui, nul doute que oui. « Chaque exaltation est toujours précédée d’une humiliation ». « SI ON VEUT MONTER, ON DOIT D’ABORD DESCENDRE », pour pouvoir avoir le droit de monter.

D. Peut-être que cela voudrait indiquer la matrice du Ciel…

M. Elle est en bas. L’Enfer est la matrice du Ciel !…

D. Alors, le sépulcre d’Hiram Abiff se trouve-t-il dans la Neuvième Sphère elle-même ?

M. Eh bien, le SÉPULCRE D’HIRAM ABIFF, IL FAUT LE CHERCHER DANS NOS PROPRES PROFONDEURS ANIMALES, c’est là que se trouve le sépulcre…

D. C’est notre Christ, n’est-ce pas maître ?

M. HIRAM ABIFF EST NOTRE ÊTRE RÉEL, c’est le Seigneur, c’est le Maître secret, n’est-ce pas ? Il se trouve dans le « sépulcre », et le « sépulcre » c’est nous-mêmes, ce sont nos propres bas-fonds animaux. Là il est bien mort et IL FAUT LE RESSUSCITER…

D. Dans les textes de la franc-maçonnerie philosophique, les francs-maçons disent encore qu’ils vont trouver Hiram Abiff, mais nous, nous savons que les Maîtres ressuscités sont Hiram Abiff. Ils disent que quand ils trouveront Hiram Abiff, la franc-maçonnerie ressuscitera de nouveau. Alors qu’il est déjà en train de ressusciter en nous, parce que dans la Gnose il y a déjà des Maîtres, et ces Maîtres ressuscités sont précisément Hiram Abiff. Et eux attendent encore cet événement…

M. Eh bien, « le Roi est mort, vive le Roi ! » Le roi, Hiram Abiff, il faut le chercher en nous-mêmes et il faut le ressusciter à l’intérieur de nous-mêmes. Ainsi, tant qu’Hiram Abiff ne ressuscite pas en nous, nous sommes morts. Ce qui compte, c’est de le ressusciter.

La Toison d’Or, il faut la chercher en bas, dans les Mondes Infernaux. Si nous ne la cherchons pas en bas, nous sommes perdus… Je me rappelle qu’il y a de nombreuses années, de très nombreuses années, quand, dans mon existence présente, j’avais commencé, j’étais retourné à nouveau sur le Chemin, sur le Sentier en fil de rasoir, j’étais arrivé dans un lieu, avec mon véhicule astral (avec l’Eïdolon, comme je l’appelle dans le livre « Le Mystère de la Fleuraison d’Or »), et il fallait que je creuse un trou pour chercher un Trésor. Mais celui-ci était gardé par un élémental, par un Deva.

J’ai affronté le Gardien, épée à la ceinture, et je l’ai obligé à se retirer. J’ai bien noté le lieu où je devais chercher le Trésor. Au début, j’ai commis l’erreur de croire que le « Trésor » était probablement un trésor physique que j’allais trouver plus tard, n’est-ce pas ? Il se trouve qu’avec le temps je me suis rendu compte, j’ai compris que le « Trésor » que je cherchais (celui que je devais chercher) se trouvait dans les entrailles du monde : c’était la Toison d’Or des anciens.

Et assurément, quand je suis revenu de nouveau sur le Chemin (dont je m’étais éloigné), j’ai dû fouiller la Terre, chercher, descendre aux Mondes Infernaux, maintes et maintes fois, pour accomplir la maxime d’HERMÈS TRISMÉGISTE : « Monte aux cieux et descend à nouveau à la Terre. Et remonte à nouveau aux cieux et redescend, et ainsi tu auras la gloire et le pouvoir absolu »… « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, formant un tout »…

C’est-à-dire que ces maximes d’Hermès Trismégiste, gravées sur sa Pierre d’Émeraude, qui ont servi de fondement aux Alchimistes médiévaux (à ceux qui se sont consacrés au Grand Œuvre), sont précisément catégoriques parce qu’elles nous indiquent qu’« il faut descendre » !

« Rectificando Invenies Ocultum Lapidem »… pour rectifier dans les entrailles de la Terre toutes nos erreurs qui s’y trouvent. « Et en rectifiant tu trouveras la Pierre Occulte »… la Pierre Philosophale. Et cette Pierre Philosophale n’est autre que notre propre Être Réel. En synthèse, on dit, par exemple, que « la Pierre philosophale, c’est le sexe », n’est-ce pas ? C’est ce qu’on dit et c’est une vérité. Mais dit de cette manière, c’est simplement la « maternelle ».

Si nous voulons parler avec maîtrise, disons, approfondir la question de la Pierre Philosophale des Alchimistes médiévaux, nous devons connaître toutes les élaborations de cette Pierre, nous devons l’élaborer avec la « Matière » du sexe, avec cette « Substance » que le sexe produit, avec ce SPERME SACRÉ, avec cette ÉNERGIE qui provient du sperme, et peu à peu, obtenir LA CRISTALLISATION en nous du TROISIÈME LOGOS.

Une fois que le Troisième Logos s’est totalement cristallisé en nous, la Pierre Philosophale est faite, et alors, on l’a bien en son pouvoir.

Ainsi, il y a deux façons de parler. À la « maternelle », nous dirions : « La Pierre Philosophale est le sexe ». En sciences supérieures, nous disons : « La Pierre Philosophale est le Troisième Logos cristallisé en nous-mêmes et à l’intérieur de nous-mêmes grâce au travail dans la FORGE DES CYCLOPES »…

D. Est-ce que ce sont les Sept Fourneaux, Maître, dans lesquels il faut purifier ?…

M. Bon, je ne te parle pas des Sept Fourneaux. Je dis qu’il faut condenser cette « Matière » qui s’appelle « Hydrogène Sexuel SI-12 », l’élaborer au moyen du SAHAJA MAITHUNA, la cristalliser jusqu’à ce que la totalité du Troisième Logos reste en nous, c’est-à-dire que la totalité de la force sexuelle se cristallise en nous. Nous aurons alors la Pierre Philosophale. Avec cette Pierre, on fait des merveilles et des prodiges, elle est la base pour faire des prodiges.

D. La Kundalini totalement développée dans les sept dimensions, n’est-ce pas ?

M. Bon, la kundalini est l’élément de base pour atteindre cela, c’est le Feu du Fourneau, n’est-ce pas ? Mais cela VA BEAUCOUP PLUS LOIN.

D. C’est la moelle…

M. Cela va beaucoup plus loin, c’est le Logos qui est cristallisé en toi.

D. C’est-à-dire que la Pierre Philosophale, le sexe, finit par être un point, et l’Absolu en est un autre, n’est-ce pas ?

M. OUI, C’EST DIFFÉRENT. En tout cas, je vais te dire : si tu travailles dans le Laboratorium Oratorium du Troisième Logos, il est évident que tu vas cristalliser cet Hydrogène Sexuel SI-12 dans ta vie, sous la forme des Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, etc. Mais le maximum de la cristallisation du Troisième Logos en toi, c’est lorsqu’il reste définitivement à l’intérieur de toi, dans sa totalité. C’est alors la Pierre Philosophale très correcte, convenablement préparée, avec laquelle tu peux réaliser tous les prodiges de la Haute Magie.

D. Il faut passer par les Trois Montagnes ?

M. NON, POUR LA PIERRE PHILOSOPHALE IL Y A DEUX MONTAGNES. L’Ascension est quelque chose de différent. En tout cas, il est nécessaire de cristalliser toute l’énergie du sperme en toi, c’est ainsi seulement que tu élaboreras la Pierre en toi-même, c’est-à-dire que cette Pierre s’élabore avec l’Hydrogène Sexuel SI-12, et une énergie de haute tension.

D. C’est le Perpetum Movile ou Mouvement Perpétuel ?

M. Bon, oui, LE MOUVEMENT PERPÉTUEL, OUI, cela fait partie du Mouvement Perpétuel. En tout cas, les TROIS FORCES vibrent en chacun de nous, parce que nous sommes tous pourvus de TROIS CERVEAUX. Il y a d’abord le cerveau intellectuel, le cerveau moteur et le cerveau émotionnel. Comme nous avons ces trois cerveaux, les Trois Forces primaires de la Nature s’expriment en nous et à travers nous. Malheureusement, elles ne sont pas cristallisées en nous. L’Absolu Solaire Sacré veut LES CRISTALLISER EN CHACUN DE NOUS.

La première que nous devons cristalliser en chacun de nous, c’est la FORCE SEXUELLE, la Troisième Énergie, la Troisième Force, le Pouvoir Sexuel. Plus tard, nous cristalliserons le DEUXIÈME LOGOS, le Christ, et enfin, LE PREMIER LOGOS, le Père. Ce que veut l’Absolu Solaire Sacré, c’est cristalliser en chacun de nous ces Trois Forces primaires de la Nature et du Cosmos.

C’est ce qu’il souhaite, c’est ce qu’il désire ! Et nous devons collaborer avec l’Absolu Solaire Sacré afin que ces Trois Forces merveilleuses se cristallisent en chacun de nous.

Avec la cristallisation de la Troisième Force, c’est-à-dire de la Force Sexuelle, nous en venons à posséder, de fait, la Pierre Philosophale des Alchimistes avec laquelle on réalise tous les prodiges et merveilles des Dieux. Pour cristalliser le Deuxième Logos, il est nécessaire d’apprendre à RECEVOIR AVEC PLAISIR LES MANIFESTATIONS DÉSAGRÉABLES de nos semblables. Et pour cristalliser le Premier Logos, il faut apprendre à OBÉIR AU PÈRE, tant dans les Cieux que sur la Terre. Voilà l’objectif.

Une fois que les Trois Forces seront cristallisées en chacun de nous, nous deviendrons ce que nous devons être réellement, l’ADAM KADMON des kabbalistes, l’Homme Solaire ou l’Adam Solaire, c’est-à-dire des Dieux-Hommes.

Maintenant, ce que nous devons faire, c’est élaborer la Pierre Philosophale dans le Laboratorium Oratorium du Troisième Logos, c’est notre travail urgent : élaborer la Pierre Philosophale. Avec cette Pierre, nous pouvons vraiment réaliser des merveilles […] faire de l’Or…

Je considère simplement, au nom de la vérité, que celui qui ne sait pas faire de l’Or ne sait rien. Même s’il se prend pour un grand Sage en occultisme, en théosophie, en pseudo Rose-Croix, en yoga, en astrologie, etc., mais qu’il ne sait pas faire de l’Or, il ne sait rien faire, il ne sait rien. Le plus important, c’est d’APPRENDRE À FAIRE DE L’OR, c’est ce qu’il y a de plus important et c’est le GRAND ŒUVRE, le Magnum Opus, la Grande Œuvre.

Nicolas Flamel, dans la CATHÉDRALE DE NOTRE-DAME de Paris, a symbolisé ou représenté le Grand Œuvre dans différentes sculptures. Les différentes PHASES DU GRAND ŒUVRE sont parfaitement représentées par Nicolas Flamel dans la cathédrale de Notre-Dame de Paris.

Ce qui est très intéressant, c’est que les portes de la cathédrale de Notre-Dame sont remplies de SALAMANDRES. Il a sculpté des salamandres sur ces portes, il a commencé par là. Voyez comme c’est intéressant ! Comme pour nous dire : « Messieurs, avant tout, il faut travailler avec le feu ! »…

Et cette cathédrale de Notre-Dame de Paris a des sculptures vraiment magnifiques ! L’une d’elles, par exemple, représente un personnage avec un CORBEAU, il porte un corbeau, symbole de la putréfaction… Nous, les Alchimistes, nous disons que « c’est de la Putréfaction que nous pouvons sortir ce qu’il y a de plus précieux »… de la Putréfaction…

[…] disons, de la Salamandre, du Feu. Il tient une salamandre dont la figurine est caressée, comme pour nous dire : « C’est avec le Feu que l’on fait tout ; sans le Feu, rien n’est possible »…

Il y en a une autre qui représente un personnage avec l’ATHANOR des Alchimistes, etc. Bref, ce qui est intéressant, c’est qu’en pleine cathédrale de Notre-Dame de Paris, dans les années… en l’an 1500 et quelques, les Alchimistes se réunissaient le samedi en pleine cathédrale, ils se réunissaient là. Il y avait une réunion de tous les Alchimistes du pays, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, pour étudier les figures de Nicolas Flamel, pour étudier le symbolisme hermétique et tout cela (cette cathédrale est hermétique, elle a été construite par des Initiés, par de grands Initiés).

D. […]

M. Oui, « LE MASSACRE DES INNOCENTS » et toute cette question. Ce « massacre des Innocents » est symbolique, n’est-ce pas ? Il ressemble beaucoup à l’Ange décapité de Samothrace.

D. La victoire…

M. L’ANGE DE LA VICTOIRE. Il faut PASSER PAR LA DÉCAPITATION. Observez qu’en Troisième Chambre, quand nous avons remis au Maître G.K. un certain pouvoir dont il avait besoin (le pouvoir de l’invocation de son Prométhée intérieur), il est apparu décapité dans le miroir (vous vous en souvenez). Il n’a pas ressenti d’effroi, mais il a dit que si cela s’était produit quelques années auparavant, il aurait ressenti une terreur épouvantable, il aurait fui, il aurait fui, épouvanté, n’est-ce pas ? Mais comme c’est déjà un Maître, il est resté serein, et cependant, il pouvait penser, malgré le fait de ne pas avoir de tête, n’est-ce pas ? Cela l’étonna beaucoup.

Eh bien, oui Monsieur, il faut DÉCAPITER L’EGO, le désintégrer, le réduire en poussière cosmique ! C’est précisément ce qui a été indiqué à G.K. dans le miroir […] Le travail à réaliser, le travail qu’il doit réaliser maintenant, il doit passer par la décapitation.

Cette « Décapitation des innocents », représentée par Nicolas Flamel dans la cathédrale de Notre-Dame de Paris, est aussi très intéressante ! Non ! Je rectifie, cela ne se trouve pas dans la cathédrale de Notre-Dame, cela se trouve sur le portail d’un cimetière de Paris – imaginez-vous – d’un cimetière, d’un cimetière de Paris, d’un vieux cimetière ! Et sur la porte, il a mis la « Décapitation des innocents » comme pour dire : « Il faut éliminer l’Ego ; regardez ce qu’il faut faire : il faut mourir ! »…

D. Il faut mourir !…

M. Ce NICOLAS FLAMEL est prodigieux comme alchimiste et IL VIT ENCORE avec le même corps qu’il avait à cette époque-là ! Nicolas Flamel vit en Inde avec son épouse Pernelle, il vit là-bas et il se porte très bien. Il a réussi la parfaite transmutation du Plomb en Or, IL A RÉALISÉ LE GRAND ŒUVRE et comme il a élaboré la Pierre Philosophale, il a obtenu l’Élixir de Longue Vie. C’est avec la Pierre Philosophale qu’on l’obtient. Que celui qui a de l’entendement comprenne, parce que là il y a Sagesse… Vous avez tout cela devant vous. Si vous le voulez, c’est prêt : travaillez ! Et vous pourrez faire la même chose que Nicolas Flamel…

Il me semble que Nicolas Flamel est allé plus loin que Raymond Lulle, bien que Raymond Lulle soit un Docteur Illuminati. Mais Nicolas Flamel, dans le Grand Œuvre, a été l’homme le plus extraordinaire que l’on ait jamais vu : il a réussi la complète transmutation du Plomb en Or.

Maintenant, si vous désirez savoir à quel Or je me réfère, je vais vous l’expliquer. Non pas d’une manière vague, comme l’expliquent tous les textes, ou d’une manière incohérente, imprécise, non, moi je peux vous l’expliquer de manière claire et précise. Chacun de nos véhicules doit SE TRANSFORMER EN OR PUR avant la Résurrection.

Le corps astral, par exemple, doit se transformer en Or pur, avant d’être « dévoré » par le Serpent, il doit se convertir en un Véhicule d’Or massif, en Or, en Véhicule d’Or, d’un Or de la meilleure qualité ! Le corps mental, de même, doit se convertir en un Véhicule d’Or, c’est-à-dire que nous devons parvenir à avoir un mental en Or, avant qu’il puisse être « avalé » par le Serpent. Le causal doit se convertir en un Véhicule d’Or pur avant de pouvoir être « avalé » par le Serpent. Le bouddhique, pareil, et l’atmique, pareil.

Quand tous ces véhicules ont véritablement été « avalés » par le Serpent, vient le maximum des maximums : l’Aigle « avale » le Serpent et alors l’Œuvre est réalisée, la Toison d’Or des anciens est à l’intérieur de nous-mêmes, ici et maintenant : c’est-à-dire que le Logos vit comme un Homme parmi nous, l’Œuvre est réalisée, le Magnum Opus est effectué… Nicolas Flamel a réalisé le Grand Œuvre…

Maintenant, pour que ces véhicules deviennent en Or pur, il est nécessaire d’avoir éliminé de chacun d’eux jusqu’à l’élément inhumain le plus insignifiant. Il ne peut pas rester le moindre atome de « poussière » dans un véhicule quand la Mère Divine doit « l’avaler ».

Par exemple, si le corps astral doit être « dévoré » par la Mère Divine, mais qu’il a encore ne serait-ce qu’un atome de « poussière », il est encore inutile. Il doit être en Or et sans un atome, sans une tâche, sans un atome de « poussière ». Réfléchissez à ce que cela signifie…

Nicolas Flamel a réussi. Il a eu de la chance : un livre lui est tombé dans les mains […] Un livre juif. Quelqu’un le lui a vendu et celui qui le lui a vendu l’avait volé à des Juifs (c’est à peu près l’histoire). Et il s’est alors rendu à Saint-Jacques-de-Compostelle…

D. Certes, ils croyaient que […]

M. Eh bien, c’est un rabbin qui le lui a donné et il est parti chercher le rabbin à Saint-Jacques-de-Compostelle. Ce Saint, ce saint Jacques, est très intéressant, n’est-ce pas ? Il tient un bâton à la main et sur le bâton, il y a deux serpents qui forment le Caducée de Mercure…

Alors bien sûr, il est entré en contact avec ce Maître, avec ce Rabbin, et quand il a rendu visite au rabbin, le rabbin lui a donc remis la clef, il lui a expliqué le livre et lui a remis la plus grande clef qui existe : LE GRAND ARCANE que nous divulguons maintenant publiquement pour le bien de l’humanité !

Il l’a reçue et, ce qui est intéressant, c’est que ce rabbin a livré ce secret de bouche-à-oreille à Nicolas Flamel et qu’il est mort. Nicolas Flamel, une fois la clef en main, commença à travailler et il réalisa complètement, totalement le Grand Œuvre. Et son épouse Pernelle collabora très bien avec lui. Aujourd’hui, Nicolas Flamel vit avec le même corps en Inde, c’est un Immortel…