Implications sexuelles sur le bapteme

Samaël Aun Weor

Nous allons commencer notre sermon de ce soir ; j’espère que vous allez tous y porter le maximum d’attention… Il est nécessaire de comprendre ce qu’est le baptême en lui-même. Évidemment, le Baptême est un PACTE DE MAGIE SEXUELLE.

On va baptiser l’enfant avec grand plaisir ! S’il accomplit ce pacte plus tard, le Baptême lui aura été utile ; s’il n’accomplit pas ce pacte, alors qu’en restera-t-il ?

Dans l’Église de l’Orient, le Baptême (le jour de l’Épiphanie) est associé aux Noces de Cana. Dans l’Église Occidentale (en considérant l’Épiphanie), on associe le Baptême au Mariage de Jésus avec son Église. De cette manière, tant en Orient qu’en Occident, le Baptême est associé au sexe ; dans les deux cas, il est en relation avec le Mariage.

Le Baptême est donc un pacte de Magie Sexuelle. Si on l’accomplit, le Baptême est utile ; si on ne l’accomplit pas, le Baptême ne sert à rien. C’est la crue réalité des faits !…

Je vous instruis de tout cela, pour que vous arriviez à comprendre ce qu’est la transcendance ésotérique du Baptême. Les FONTS BAPTISMAUX, par exemple, dans les Églises Chrétiennes, représentent précisément la PIERRE PHILOSOPHALE ou les organes créateurs.

Quant aux EAUX MAGNÉTISÉES ou EAUX LUSTRALES contenues dans la Pierre, elles représentent indubitablement le SPERME SACRÉ. En d’autres termes, nous dirons que l’eau est le MERCURE de la Philosophie Secrète, que le feu des bougies représente le SOUFRE de l’Alchimie ; c’est seulement au moyen du Mercure (c’est-à-dire l’Entité du Semen) et du Soufre (c’est-à-dire l’Entité du Feu), qu’il est possible de parvenir alors à la Seconde Naissance.

Qu’entendons-nous par Seconde Naissance ? Par Seconde naissance on entend la naissance de l’Homme Véritable. Rappelons-nous les paroles de Jésus à Nicodème : « Tant que tu ne naîtras pas de nouveau, tu ne pourras pas entrer dans le Royaume des Cieux ».

Parvenir à la Seconde Naissance, c’est fondamental ! Mais cette Seconde Naissance ne s’obtient pas si l’on n’a pas fabriqué les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être ; et ces Corps ne peuvent être créés de rien, car rien ne sort de rien. Ces Corps, il faut les créer à base de Mercure et de Soufre.

Le Mercure, c’est-à-dire l’ÂME MÉTALLIQUE DU SPERME, est représenté par le PAIN de la Transsubstantiation ; quant au Soufre, c’est-à-dire le FEU de l’Alchimie, il est représenté par le VIN SACRÉ.

Ainsi, le Mercure et le Soufre doivent se combiner sans cesse à l’intérieur de nous, afin de créer (grâce à eux) les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être.

En comprenant tout cela, vous vous rendrez compte du Mystère du SCEAU DE SALOMON : le triangle supérieur, vers le haut, indique le Soufre, le Feu ; le triangle inférieur, qui s’enlace avec le supérieur, indique le Mercure, c’est-à-dire l’Âme Métallique du Sperme Sacré.

Lorsque quelqu’un a terminé le Grand Oeuvre, il reçoit dans les Mondes Supérieurs un ANNEAU MERVEILLEUX qui est de Matière Divine. Il est toujours placé à l’annulaire de la main droite. Qu’est-ce qui apparaît sur cet anneau ? Le Sceau de Salomon. Qu’indique ce sceau ? Que l’Initié a obtenu, au moyen des croisements incessants du Mercure et du Soufre, la PIERRE PHILOSOPHALE.

C’est ainsi que, moyennant des croisements incessants du Mercure et du Soufre, on réussit, en premier lieu, à créer le CORPS ASTRAL ; en second lieu, à créer le MENTAL ; en troisième, à créer le CAUSAL. Celui qui possède un Corps Physique, un Corps Astral, un Corps Mental et un Corps Causal, reçoit, de ce fait, les PRINCIPES ANIMIQUES, SPIRITUELS, et il se convertit en HOMME AUTHENTIQUE, en Homme Réel, en Homme Véritable.

Ainsi donc, de celui qui est arrivé à être un Homme Véritable, on dit qu’il est arrivé à la Seconde Naissance ; parce que s’il est né en tant qu’animal intellectuel avec la Première Naissance, il arrive à naître en tant qu’Homme Véritable avec la Seconde Naissance ; la Seconde Naissance est pour les Hommes Réels. On obtient tout cela moyennant des croisements incessants du Mercure et du Soufre.

Le Baptême en est la sage allégorie. L’eau contenue dans la Pierre représente précisément le Mercure ; le feu des bougies, le Soufre de l’Alchimie. Si celui que l’on baptise sait combiner intelligemment le Mercure avec le Soufre, il obtient donc la Seconde Naissance, il entre dans le Royaume des Cieux. Mais si celui qu’on baptise ne travaille jamais avec le Mercure et le Soufre, ce Baptême ne lui servira donc à rien.

Ainsi donc, le Baptême est un pacte de Magie Sexuelle. Il faut le comprendre ainsi et pas autrement…

On dit que, dans le Baptême, la BLANCHE COLOMBE de l’ESPRIT SAINT flotte sur la tête de l’enfant que l’on va baptiser. Il est certain que l’Esprit Saint est le Mercure même de la Philosophie Secrète.

Lorsque je suis entré dans la partie la plus importante du Grand Oeuvre, je fus présenté, précisément, devant le MIROIR DE L’ALCHIMIE. Là, je vis, dans le verre, la réflexion de mon propre Mercure. Au nom de la vérité, je dois vous le dire : le Mercure donne précisément aux Grands Initiés cet aspect transcendant du GENTILHOMME.

Voyons, par exemple, des hommes comme Kout-Houmi. Cette sagesse qu’il démontre, en tant qu’homme, est due au Mercure, qui est l’Esprit-Saint lui-même dans sa manifestation. Voyons, par exemple, le Comte de Saint-Germain que je cite tant de fois comme un exemple vivant du Surhomme. C’est quelqu’un qui manie la politique mondiale si formidablement, quelqu’un qui connaît la psycho-politique et qui sait véritablement la manier, qui sait s’adapter à toutes les conditions diplomatiques du monde. Cette caractéristique est due au Mercure des Sages.

Lorsque j’ai vu se refléter mon Mercure dans le miroir, je suis resté simplement stupéfait. C’est là que je sus comment le Mercure arrive à donner à un individu la caractéristique transcendante du Gentilhomme et fait de celui-ci un Sage dans le sens le plus complet du terme…

Ainsi, mes chers frères, il vaut bien la peine de comprendre la transcendance du Baptême…

Quant au Soufre, c’est le Feu ; cela, il faut le comprendre ainsi. Évidemment, il est en relation avec LUCIFER. On n’aurait pas d’Impulsion Sexuelle si la Puissance Luciférienne n’existait pas en nous ; cette PUISSANCE SOUFRÉE est extraordinaire. Le Mercure seul ne peut rien faire, mais si le Mercure est fécondé par le Soufre, c’est-à-dire par le Feu, alors de ce mélange résultent les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être.

Il est bon d’avancer dans la compréhension de toutes ces choses pour savoir valoriser le Baptême, et il est bon de ne pas oublier pour quel motif les Églises Chrétiennes, tant en Orient qu’en Occident, sur cette question de l’ÉPIPHANIE – c’est-à-dire de l’ASCENSION DU CHRESTOS COSMIQUE en nous – relient toujours le Baptême au Mariage. Réellement, si une Église, aussi sainte soit-elle, n’enseigne pas les clés de l’Autoréalisation, elle ne réussira à sauver personne ; c’est évident.

Quand on étudie donc à fond toutes ces questions du Mercure et du Soufre, on sait valoriser le Baptême comme il doit l’être ; le Baptême est sacré dans le sens le plus transcendant du terme.

N’oubliez pas non plus que le Soleil Sacré Absolu veut cristalliser en nous les TROIS FORCES PRIMAIRES de la Nature et du Cosmos, qui sont : la Sainte Affirmation, la Sainte Négation, la Sainte Conciliation. La Sainte Affirmation est la Force Positive, celle du Père ; la Sainte Négation est la Force Négative, celle du Fils ; la Sainte Conciliation est la Force Neutre, celle de l’Esprit-Saint. En Orient, le Père est Brahma, le Fils est Vishnou, l’Esprit-Saint est le Seigneur Shiva.

L’Esprit-Saint (c’est-à-dire le Mercure de la Philosophie Secrète) se cristallise en nous lorsque nous travaillons avec le Soufre et le Mercure ; ce travail ne peut se réaliser en dehors du LABORATOIRE. Il faut savoir mélanger les différentes parties du Mercure avec les différentes parties du Soufre, mais ceci se fait à l’intérieur du Laboratoire et ce Laboratoire est l’organisme humain.

Et, de cette manière, le Mercure (c’est-à-dire l’Âme Métallique du Sperme) se combine intelligemment dans notre propre Laboratoire ; il se combine avec le Soufre ; le résultat de cette combinaison est formidable. Le premier résultat est la naissance du Corps Astral en l’Homme ; le deuxième résultat est la naissance du Corps Mental en l’Homme ; le troisième résultat est la naissance du Corps Causal en l’Homme.

Lorsque ces véhicules ont été obtenus, comme je vous l’ai déjà dit, alors advient la Seconde Naissance, c’est-à-dire que naît l’Homme Véritable ; il naît du Mercure et du Soufre ou encore de l’Eau et du Feu ; c’est ainsi qu’il faut le comprendre. C’est pour cela que le Christ a dit : «Si vous ne naissez pas de nouveau, vous ne pourrez entrer dans le Royaume des Cieux »…

Il faut NAÎTRE DE NOUVEAU. Il n’est pas suffisant d’être nés en tant « qu’animaux intellectuels », cela est très relatif. Maintenant, il nous faut naître en tant qu’Hommes, mais en tant qu’Hommes Véritables, et l’Homme Véritable naît du Soufre et du Mercure, comme on l’enseigne toujours dans le Baptême. Si on n’accomplit pas ce Sacrement, la fête du Baptême ne sert à rien. À quoi sert-elle ? à rien !

Ainsi, mes chers frères, il est bon que vous arriviez à comprendre ces choses…

Ceci dit, en tout il y a des Règles et des Mesures. La JUSTICE est quelque chose de très sacré. Et elle existe ! Les anciens Alchimistes ont représenté la Justice par une créature ineffable ; une espèce de REINE-DÉESSE avec une Balance dans la main gauche ; dans celle-là, il y a quelques poids (ils sont nécessaires pour pouvoir équilibrer la Balance). Elle est debout sur une Pierre Cubique (c’est la Pierre Philosophale) ; elle porte, naturellement, la Tunique Blanche ; par-dessus la tunique, il y a la Pourpre (le manteau) et sa tête est coiffée d’une Couronne d’Or. Dans la droite elle porte l’Épée, l’Épée de Justice ; mais ce qui est intéressant, ce sont les POIDS et MESURES de la Balance de la Justice Cosmique. I

l est clair que le travail qu’il faut réaliser dans le Laboratoire doit être en accord avec la Loi. Quelle quantité de Soufre, par exemple, se mélange avec quelle quantité de Mercure ? Cela les gens communs et courants ne le savent pas, ni même les Alchimistes en personne (ce sont des secrets de la Grande Nature). En tout cas, la JUSTICE RÉGIT LES TRAVAUX de l’Alchimiste et la Justice est la Loi.

Si un Alchimiste, par exemple, a une Épouse-Prêtresse et soudain laisse l’Épouse-Prêtresse (et étant en plein rendement sexuel, il va se mettre avec une autre femme), donc IL EST ADULTÈRE. Pourquoi ? Parce que deux courants mélangés à l’intérieur de l’Épine Dorsale s’entrechoquent. Un Alchimiste est chargé d’un courant électrique et, si après il se met avec une autre femme, alors le courant contraire se mélange avec le premier courant (avec celui qu’il portait dans son organisme), et il en résulte un court-circuit, et alors UN FIL BRÛLE, celui par où monte le Serpent Sacré ; ce Fil est le NADI CHITRA.

De sorte que si le Nadi Chitra brûle, alors le Serpent (c’est-à-dire le Soufre mélangé au Mercure, qui a la forme du Serpent) DESCEND D’UNE OU DE PLUSIEURS VERTÈBRES selon l’ampleur de la faute. L’adultère est donc très grave.

Une autre chose est grave. Qu’est-ce que c’est ? La FORNICATION. Si l’Alchimiste renverse le Vase d’Hermès Trismégiste, s’il perd le Mercure, nul doute que brûle le Nadi Chitra et que le Serpent Sacré descend.

Pour pouvoir réaliser le Grand Oeuvre, on doit être soumis à la Déesse de la Justice. Si on viole la Loi de la Balance, le travail alchimique échoue catégoriquement. On doit tenir compte de ce que la fabrication des Corps Existentiels Supérieurs de l’Être est une Oeuvre d’Alchimie, mais que cette Oeuvre doit se faire dans les canons du Droit de la Justice Cosmique. Dans le cas contraire, l’échec est inévitable.

Un autre cas très différent, et cela demande, certes, de la réflexion, c’est le cas où l’Alchimiste, par exemple, ne dispose pas d’un Vase Hermétique. Supposons que l’Alchimiste a, disons, un VASE HERMÉTIQUE DÉTRUIT, qui ne sert donc pas, qui ne fonctionne pas. Le Laboratoire, dans ce cas, se trouvera arrêté, il ne fonctionnera pas, parce qu’on ne dispose pas d’un Vase Hermétique pour la combinaison du Soufre et du Mercure.

Mais, qu’entendons-nous par Vase Hermétique ? (Ce sont des termes que les frères doivent arriver à comprendre). Le « Vase Hermétique » est ce que l’on nomme le CALICE ou la YONI féminine elle-même. C’est ce qu’on entend par « Vase Hermétique » : l’organe sexuel féminin.

Et qu’entendons-nous par « LINGAM » ? (Ce sont des termes avec lesquels les frères doivent se familiariser, surtout les Missionnaires ; car on ne va pas parler au peuple en langage vulgaire ; les choses sacrées du sexe doivent être exposées avec décence). On entend donc par « Lingam », l’organe sexuel masculin, le PHALLUS Grec.

Et observez la façon dont j’explique les Mystères du Sexe ; je ne suis en train d’utiliser aucun terme vulgaire et je le fais avec l’intention que les Missionnaires, à leur tour, lorsqu’ils enseignent, sachent enseigner ; qu’ils évitent soigneusement les termes grotesques ou, disons, inconvenants…

Si un Vase Hermétique (j’ai déjà expliqué ce qu’est un Vase Hermétique) ne sert pas, s’il a été détruit, si donc il ne sert pas pour le Grand Oeuvre, l’Alchimiste a entièrement le droit, par la Loi, de choisir un nouveau Vase Hermétique, et en cela il n’y a pas de délit. Il serait plus grave que le Grand Oeuvre reste en suspens et que l’Alchimiste échoue. Là, oui, ce serait grave ; mais même ainsi, l’Alchimiste ne doit jamais faire sa volonté personnelle, parce que s’il fait sa volonté personnelle, il échoue. L’Alchimiste doit obéir à la VOLONTÉ DU PÈRE.

Prenez en compte que l’on ne peut pas comprendre la Science du Grand Oeuvre, si avant on n’a pas reçu le DONUM DEI (le Donum Dei est le DON DE DIEU pour comprendre la Science du Grand Oeuvre). On ne peut comprendre cette Science si on n’a pas reçu le Donum Dei, le Don de Dieu, qui nous permet de comprendre, et ce Don, seul le Père de toutes les Lumières peut nous le donner ; lui seul peut nous donner le Donum Dei.

Ainsi, la Science de l’Alchimie est très sacrée…

Prendre un « Vase Hermétique » pour le travail est louable, mais toujours quand le Père de toutes les Lumières est celui qui l’ordonne, et pas nous ; parce que si on fait notre volonté personnelle, si on fait ce dont on a envie, on échoue dans le Grand Oeuvre.

Ce sont des points très importants en relation avec l’Alchimie, et des points très importants en relation avec le Baptême, car lorsqu’on parle du Baptême et de l’Alchimie, on parle de la même chose. Le Baptême est un pacte de Magie Sexuelle.

Ainsi donc, le Baptême renferme, en lui-même, une formule : l’extraordinaire formule de l’Alchimie…

Nous, dans ces études, ce qui doit nous intéresser, c’est le Grand Oeuvre, exclusivement cela. Et dans la réalisation du Grand Oeuvre, la seule chose qui compte est la Loi de la Balance, c’est-à-dire la Loi de la Justice Cosmique. Celle-là est au-dessus de tous les faux codes de morale qui existent par ici, au-dessus de tous les préjugés et en marge de toutes sortes de sentimentalisme morbide. Ceux qui sont esclaves uniquement des préjugés, du « qu’en dira-t-on », des maximes, éthiques qui existent dans les différents codes de morale du monde, restent avec le monde, mais pas avec le Grand Oeuvre.

Si nous devons accomplir le Baptême, nous devons être sincères avec nous-mêmes et travailler vraiment pour obtenir la Seconde Naissance et, une fois obtenue la Seconde Naissance, en aucune façon nous ne pouvons nous arrêter. Celui qui est arrivé à la Seconde Naissance doit lutter intensivement pour s’intégrer à la Divinité. Si un homme ne s’intègre pas à la Divinité, tôt ou tard, il devra involuer dans les entrailles de la Terre. Les hommes qui n’éliminent pas les Agrégats Psychiques inhumains que nous portons à l’intérieur de nous ne s’intègrent pas à la Divinité.

Ces Agrégats Psychiques inhumains constituent le MERCURE SEC. Tout être humain porte beaucoup de Mercure Sec et de SOUFRE VÉNÉNEUX ou ARSENIQUÉ. Le Mercure Sec doit être éliminé ; quant au Soufre Vénéneux, il réside dans les bas-fonds animaux de n’importe quel être vivant. Si nous n’éliminons pas ce Soufre Vénéneux ou Arseniqué, nous ne progressons pas, et si nous n’éliminons pas non plus le Mercure Sec, nous ne progressons pas. Quand on élimine le Mercure Sec et le Soufre Vénéneux, alors, l’OR SE FIXE dans le Mercure.

Si nous considérons que les Corps Existentiels Supérieurs de l’Homme sont, essentiellement, des condensations du MERCURE SOUFRÉ avec un peu de SEL SUBLIMÉ, nous pourrons alors comprendre la relation qui existe entre l’Or et le Mercure. Même dans les mines, nous voyons l’intime relation existant entre l’Or et le Mercure. Les atomes d’Or doivent être fixés dans le Mercure. Normalement, le Mercure est associé à l’Or.

A l’intérieur de nous existe l’ANTIMOINE. Ce n’est pas une simple substance chimique, comme beaucoup le croient ; l’Antimoine est une des parties autoconscientes de l’Être. Cette partie est un Artisan que nous portons tous à l’intérieur de nous ; nous portons tous un Antimoine dans le plus intime de notre Psyché. Cette partie autoconsciente, cet Artisan, cet Alchimiste, est celui qui FIXE LES ATOMES D’OR dans le Mercure, c’est-à-dire dans nos Corps Existentiels Supérieurs de l’Être.

Lorsque les Véhicules Existentiels Supérieurs de l’Homme ont été constitués d’Or pur, ils servent indiscutablement à recouvrir l’ESPRIT MÉTALLIQUE que nous portons tous à l’intérieur de nous ; je veux me référer au CHRIST INTIME, au MAGNES INTÉRIEUR de la Kabbale et de l’Alchimie, au Seigneur. Ces Véhicules, se pénétrant et s’interpénétrant mutuellement entre eux, s’appellent, en Alchimie, le TO SOMA HELIAKON (le CORPS D’OR de l’Homme Solaire). Celui qui possède le To Soma Heliakon peut, évidemment, recouvrir avec celui-ci le Christ Intime. Le Christ Intime, recouvert du To Soma Heliakon, constitue la PIERRE PHILOSOPHALE. Vous voyez maintenant ce qu’est la Pierre Philosophale…

On dit que « cette Pierre peut vivre dans le Feu », qu’ « elle est fusible comme la graisse ». Mais « Gare à l’Alchimiste qui la jette à l’eau ! », parce qu’elle se dissout.

Que veut-on dire, ou que veut-on exprimer par là : « jeter la Pierre à l’eau » ? Simplement, pour celui qui renverse le Vase d’Hermès ou pour l’adultère, pour ce type d’être, il y a les « ténèbres extérieures, où l’on n’entend que des pleurs et des grincements de dents ». « Jeter la Pierre Philosophale à l’eau », c’est cela. Dans ce cas, le Métal fond et on dit que la Pierre s’évapore, c’est-à-dire que l’Esprit Métallique s’échappe, le Christ s’échappe, la Pierre se perd, elle se dissout…

La Pierre Philosophale peut passer à travers un verre, sans le rompre ni le tâcher. De la Pierre, on peut faire sortir l’ÉLIXIR DE LONGUE VIE ; de la Pierre, on peut faire sortir des POUDRES DE PROJECTION avec lesquelles on peut FABRIQUER DE L’OR, de l’Or physique, effectif, de l’Or matériel. J’explique : parce que si un Alchimiste qui a déjà la Pierre Philosophale en son pouvoir, dépose, en état d’extase, par exemple ici, dans cette eau, ses Atomes d’Or, alors cette eau se transforme, pour cette raison, en une liqueur extraordinaire, en Poudres de Projection même ; et si, ensuite, il met une petite goutte dans un creuset où il y a du plomb fondu, ce plomb devient de l’Or effectif, physique, matériel et, avec cet Or, il vit…

Le Comte de Saint-Germain, par exemple, fabriquait de l’Or physique, mais il transformait cet Or. En quoi le transformait-il ? En différents biens matériels. Quand la police française a envahi la maison de Saint-Germain, pour savoir d’où provenaient ses richesses, ils sont restés stupéfaits en voyant que tout était parfaitement en ordre : il avait ses livres de comptes ; les biens qu’il avait étaient tous correctement enregistrés, c’est-à-dire qu’on n’a pas trouvé une seule faute. Il ne réalisait jamais ses Transmutations Métalliques publiquement, toujours en secret. Si bien qu’apparemment, il vivait exclusivement de ses exploitations agricoles, de ses propriétés, fermes, biens hérités, etc., et tout était dûment enregistré.

Ainsi, mes chers frères, c’est pour cela que lorsqu’on termine le Grand Oeuvre, on se trouve devant l’Arbre de Vie en portant dans la main droite la CORNE D’AMALTEA. Quelle est cette Corne ? Celle de l’Abondance, la Corne d’Amaltea…

Dans « L’Apocalypse » de Saint-Jean, on dit aux gens : « Tu te sens grand, tu te sens riche »…, bon, cela serait très long à citer, mais plus ou moins, je vous dis le sens des paroles : « mais tu ne te rends pas compte que tu es malheureux, pauvre, nu et misérable »… Ce sont des paroles que seuls comprennent les Initiés, personne d’autre… Dans quel sens est-on « pauvre » ou « misérable » ? Bon, je vais vous parler de quelque chose que, dans les différentes écoles, on n’a pas compris à fond : L’OR EST CELUI QUI COMMANDE, mes chers amis ; l’Or et rien de plus que l’Or…

Dans le monde physique, nous voyons qu’un individu qui a beaucoup d’argent commande avec son argent ; oui, c’est bien ce que nous disons, il commande ! Si nous n’avions pas de quoi payer cette maison, qu’arriverait-il ?…

– Qu’arriverait-il A. ? – […]

– À la rue ! On nous flanquerait tous à la porte, pas vrai ? Bon, total, c’est ça la crue réalité des faits, physiquement…

Mais bon, vous pourriez dire ; « mais qu’est-ce que cela a à voir avec l’Ésotérisme, avec le Spirituel, avec le Transcendant, avec le Divin ? Le Maître n’est-il pas en train de matérialiser ou de métalliser l’enseignement ? ». Non, mes amis, ce n’est pas cela…

La crue réalité des faits est que si nous n’avons pas d’Or dans nos Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, après les avoir fabriqués, nous sommes des malheureux, comme nous traite « L’Apocalypse » ; nus, malheureux, pauvres, misérables. C’est la vérité…

Saint-Germain n’aurait pas pu fabriquer de l’Or s’il n’avait pas eu de l’Or à l’intérieur. Où se trouvait-il ? Eh bien, dans ses Corps, dans son Aura. De l’Or de la meilleure qualité ; de l’Or qu’aucune mine de la Terre ne peut produire.

Alors, en synthèse alchimique, que voulons-nous nous-autres ? Nous sommes réunis, ici, en Troisième Chambre, que cherchons-nous ? Je vais être sincère : à Fabriquer de l’Or ! Celui qui ne sait pas faire de l’Or, ne sait rien ; même s’il s’est mis dans la tête des millions de volumes, s’il ne sait pas faire de l’Or, c’est un ignorant, il ne sait rien…

Fabriquer de l’Or ! Par où allons-nous le fabriquer ? Eh bien, dans les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être. Nous voulons des Véhicules d’Or pur, avec lesquels nous pourrons recouvrer la présence du Logos en nous ! C’est cela que nous voulons !

Chacun de nous, à l’intérieur de lui, porte un Temple. Nous avons déjà vu le cas de notre noble Petite Mère « Dolorès ». Bon, nous conversions maintenant au sujet d’un Temple ; ce Temple est à elle, elle le porte ; c’est son Temple ; n’importe qui peut le visiter.

Moi, j’ai mon Temple, je l’ai aussi, et vous en Astral, si vous vous proposez de VISITER MON TEMPLE, vous pouvez le visiter. Mais n’oubliez pas que quand vous entrez dans ce Temple, le lieu où vous êtes entrés est dans ma Conscience. Je porte le Temple ici, et il se projette dans les Mondes Supérieurs. Sous quelle forme se projette-t-il ? Comme une cathédrale, véritablement. Si je vous dis que dans cette cathédrale, donc, tous les objets sont en Or, je ne suis pas en train d’exagérer. Évidemment, c’est ainsi. Mais pour fabriquer l’Or de cette CATHÉDRALE DE L’ÂME, j’ai dû travailler dans la Forge des Cyclopes, c’est évident, dans le Laboratoire, dans le LABORATORIUM ORATORIUM DU TROISIÈME LOGOS. Je dis du Troisième Logos, ne l’oubliez pas ; pourquoi je dis du Troisième Logos ? Voyons, qui me répond ?

– L’Esprit-Saint…

Correct : l’Esprit-Saint, qui est tellement associé au Baptême ; c’est indubitable. De sorte qu’il faut savoir comprendre cela…

N’importe lequel d’entre vous peut visiter, en Corps Astral, la cathédrale du Maître Samaël Aun Weor. On la trouvera ! Elle est là-bas !

Il ne manque pas, c’est clair, de Calice sur l’Autel ; et il ne manquera jamais, sur l’Autel d’un Maître, le Calice qui est le Vase Hermétique lui-même. S’il manquait, le Temple serait triste, pauvre, misérable. Que le Saint Graal manque sur l’Autel ? Ce serait une absurdité ! Dans aucun Temple des Mystères Majeurs ne manque le Saint Graal ; c’est indubitable.

Savez-vous ce qu’est le Saint Graal ? Je crois que oui, quelques-uns le savent ; c’est le Vase Hermétique lui-même. Le Saint Graal se trouve jusque dans les Temples des Dieux ; dans ce Vase Hermétique les Juifs placent la MANNE du Désert, cette Manne dont se nourrissaient les Israélites dans les sables du désert où ils sont restés durant quarante ans… Mais pourquoi la Manne du Désert dont se nourrissaient les Juifs devait-elle se trouver précisément dans le GOMOR – la Coupe, le Vase Hermétique – ? Maintenant, tenez compte de ce que ce Vase est, à son tour, placé à l’intérieur de l’ARCHE DE L’ALLIANCE. Là se trouve aussi la VERGE D’AARON, ou encore le LINGAM GÉNÉRATEUR et les TABLES DE LA LOI ; avec cela j’illustre tout ce que j’ai dit.

Quant aux CHÉRUBINS, Mme Blavatsky dit que « deux chérubins se touchaient de leurs ailes sur l’Arche de la Science », et « ils se trouvaient dans l’attitude de l’homme et de la femme pendant la copulation ». Eliphas Lévi soutient que « ce sont quatre Chérubins qui se touchaient de leurs ailes » (Masculin-Féminin). De toute manière, on est d’accord sur le fait que les Chérubins (Masculin et Féminin) se touchaient de leurs ailes et qu’ils se trouvaient dans l’attitude de la Copulation Chimique dans le Sanctum Sanctorum.

Les soldats du Roi Nabuchodonosor, lorsqu’ils envahirent le Temple de Salomon et le détruisirent (ils vivaient avant l’Arche de la Science), dirent ; « C’était le Dieu que vous les Juifs adoriez tant ? C’était le Dieu de tant de chasteté et de sainteté que vous mentionniez ? ». Bien sûr, ils en finirent rapidement avec tout, ils détruisirent le Temple de Jérusalem… Ainsi, mes chers frères, ils ne comprirent pas…

Mais bon, ne sortons pas du sujet : pourquoi la Manne dont se nourrissaient les Juifs dans le désert devait être dans la Coupe ou Gomor ?

Je vous l’explique : simplement, la Manne est le NECTAR DE L’IMMORTALITÉ ; ce Nectar Sacré n’est pas ailleurs que dans le Vase Hermétique et le Vase Hermétique est dans l’ARCHE DE LA SCIENCE.

Si les Dieux n’avaient pas la Manne du Désert (parce que la vie est un désert quand on renonce à la véritable Félicité Nirvanique), eh bien, en ayant un Corps Physique, leur Corps Physique vieillirait et ils mourraient ; alors ils ont besoin de ce Vase Hermétique dans lequel est contenue la Manne. Que ceux qui ont de l’entendement entendent, car ici il y a Sagesse !… Il faut savoir entendre !…

Il est indiscutable que l’erreur la plus grave des différents groupes d’écoles pseudo-ésotériques et pseudo-occultistes, repose précisément sur le fait de croire que l’Autoréalisation Intime de l’Être est à base de théories et ils se trompent.

Pensons un moment à la façon dont nous sommes venus à l’existence, dans ces « enchantements du Vendredi Saint »… Quelle est la racine de notre vie ? Un homme, une femme, une copulation chimique ou métaphysique ; de là est sorti notre corps physique. Qu’est-ce qui a précédé cette conception, quels instants ? Cela nous amène aux « enchantements du Vendredi Saint ». Sans aucun doute, dans tout cela il y eut, donc, de l’Amour, ÉROS fut actif, etc. Il y eut aussi les Forces Cosmiques les plus puissantes de l’Univers, celles qui ont créé précisément l’Univers. Mais… et les théories, où étaient-elles ? Tous ces millions de volumes, d’écoles, où étaient-ils ? Non, rien de cela n’existait pour nous. Alors, d’où a donc surgi ce Corps que nous avons ici ? Pourquoi est-il venu à l’existence ?

Ainsi, je vous dis aussi que c’est seulement en comprenant ces MYSTÈRES DU VENDREDI SAINT – si fondamentaux pour les travailleurs du GRAND OEUVRE – qu’on arrive à la Christification, à l’Autoréalisation Intime de l’Être.

C’est une question de SEXE, de FORCE ÉROTIQUE, d’ONDULATIONS COSMIQUES D’AMOUR, d’ÉMOTIONS TRANSCENDANTES et de GRANDE VOLONTÉ. C’est par ce chemin, en travaillant, qu’on fait de l’Or, et celui qui arrive à avoir de l’Or est immensément riche. Au moyen de l’Or, on peut commander la Nature et la Nature nous obéit ; celui qui a des Véhicules Existentiels en Or, est le Maître, Roi et Seigneur de l’Univers, selon l’Ordre de Melchisédech. Mais, si on n’a pas d’Or à l’intérieur de soi, on est malheureux, misérable, nu, même si on se croit très riche et puissant…

Ainsi donc, l’objectif de nos études est : FABRIQUER DE L’OR. On arrive à fabriquer de l’Or quand on connaît le Mystère du Baptême qui est, comme je vous l’ai dit, un pacte de Magie Sexuelle…

Bon, mes chers frères, la conférence de cette nuit s’arrête ici. Mais, par contre, vous avez tous parfaitement le droit de poser des questions, parce que je ne veux pas que vous restiez avec des doutes d’aucune espèce, et ce que vous n’avez pas compris sera expliqué…

Q. Vénérable Maître : Comment peut-on se rendre compte qu’il y a eu destruction du Lingam ou du Vase Hermétique ?

R. Les faits sont les faits, et devant les faits nous devons nous incliner ! Si, par exemple, un homme veut travailler avec son Épouse-Prêtresse et que l’état de santé ou l’état physiologique de celle-ci ne peut pas servir à cela, si elle a déjà épuisé ses fonctions sexuelles, si elle ne peut plus travailler, on dit que le Vase Hermétique a été détruit. Et ainsi le représente-t-on en Alchimie : VASE HERMÉTIQUE DÉTRUIT… Une autre question ?

Q. Vénérable Maître : Vous avez dit que le Mercure Sec, ce sont les Mois, et dans le cas du Soufre Arseniqué, qu’en est-il et comment réussit-on à détruire cela ?

R. Le SOUFRE ARSENIQUÉ est le Feu Vénéneux Animal que tout le monde porte dans ses Enfers Atomiques ; un feu bestial, immonde, abominable. Tout être humain le porte, et dans ce type de Feu Animal il y a beaucoup d’agrégats psychologiques vivants qui appartiennent au Monde des 96 Lois ou Monde Infernal. Comment élimine-t-on ce Soufre Vénéneux ou Arseniqué ? Eh bien, en travaillant de façon pure et propre. En éliminant ce même Mercure, par le même chemin se trouve éliminé le Soufre Vénéneux. Quand le Mercure Sec s’élimine, le Soufre Vénéneux est en fait éliminé. C’est tout !

Q. Vénérable, si le Vase Hermétique d’une personne est détruit et ne peut être réparé, comment cette personne peut-elle travailler dans le Grand Oeuvre ?

R. Que l’on comprenne par Vase Hermétique, dans le cas de l’Alchimie, la Yoni qui, comme l’on sait, n’est pas le LINGAM…

Q. Je me réfère à la Yoni…

R. Une YONI détruite ne sert pas pour le Grand Oeuvre. Si un Alchimiste a dans son laboratoire un Vase et qu’il se casse, alors il doit obtenir un nouveau Vase. Mais comme les Lois sont très sacrées, il arrive que le premier Vase soit chargé d’une certaine Force, d’une certaine Radiation, et cette Radiation a imprégné l’Alchimiste. Il est nécessaire que passe un certain temps, pas moins de TROIS ANS, pour que l’Alchimiste puisse obtenir un VASE NEUF, s’il ne veut pas avoir un court-circuit dans son Système Central-Spinal, parce qu’un court-circuit peut brûler un fil du Laboratoire ; et dans ce cas, le Feu, le Soufre et le Mercure descendent, et il y a même une RÉDUCTION MÉTALLIQUE. En d’autres termes, on dit que l’Alchimiste est allé la tête la première à l’Abîme.

Q. Et dans le cas, Maître, où, physiquement, il possède son Vase, mais endommagé ; comment peut-il travailler dans le Grand Oeuvre ?

R. Répète avec plus de clarté.

Q. C’est-à-dire, l’élément féminin a ses organes créateurs, disons, endommagés, ils sont atrophiés, ils sont abîmés, mais alors, cette personne, cet élément féminin est en train de travailler dans le Grand Oeuvre. Comment peut-elle continuer si ses organes, donc, sont endommagés ?

R. Ce n’est pas possible, elle ne peut pas, elle ne peut pas continuer ! C’est comme si l’élément masculin, l’Alchimiste, détruisait son Lingam Générateur. Dans ce cas non plus, il ne peut pas travailler dans le Grand Oeuvre. Comment ferait-il ? Il aurait besoin de changer de corps pour travailler. C’est-à-dire, si le Lingam Générateur est détruit, comment travaille-t-il ? Ou comment travaillerait, par exemple, un individu que l’on a castré ? Dans ce cas, donc, il y a un échec.

Q. Pourquoi le Vase Hermétique s’abîme-t-il ?

R. Il peut s’abîmer par accident, il peut s’abîmer avec l’âge, il peut s’abîmer par le karma. Et si ce Vase ne sert pas pour le Laboratoire, eh bien l’Alchimiste doit utiliser un nouveau Vase Hermétique, et en cela il n’y a pas de délit. Il y aurait délit si l’Alchimiste ayant un Vase Hermétique correct sous-estimait ce Vase et le jetait dehors pour en prendre un nouveau. En cela oui, il y aurait délit.

Q. Vénérable Maître, et si c’était le cas contraire et que, pour la femme, il y ait un dommage au Lingam pour travailler ?

R. Donc, dans ce cas, si la femme est en train de travailler avec un homme approprié, tout marche bien, mais si l’homme ne lui sert pas, alors tout marche mal.

Q. Et elle opérerait également, comme opérerait l’Alchimiste dans le cas cité, non ?

R. Eh bien la Loi, la Justice humaine elle-même, a ses postulats. Si un homme, par exemple, est impuissant et que la femme se plaint devant la Loi, alors indubitablement il reçoit une lettre de divorce ; c’est évident. Si un homme n’accomplit pas ses devoirs envers la femme, ses DEVOIRS SEXUELS, et que la femme se plaint, c’est un motif plus que suffisant pour divorcer.

Ainsi donc, si une femme est en train de travailler dans le Grand Oeuvre et que l’Alchimiste ne sert pas, qu’elle ne dispose pas d’un Lingam Générateur, d’une LANCE pour les Mystères, d’une Lance avec laquelle elle peut combattre les agrégats psychiques, d’une Lance avec laquelle elle peut blesser le côté de LUCIFER, eh bien, dans ce cas, elle se trouve devant un dilemme : soit de devoir se marier de nouveau avec un Alchimiste approprié, soit de devoir attendre jusqu’à une future existence. Dans ce cas, n’importe laquelle de ces deux résolutions s’avère juste ; ceci est évident.

Q. Si ce cas se présente par Karma, Vénérable Maître, peut-on attendre jusqu’à ce qu’une de ces personnes solde la dette ?

R. Oui, on peut attendre parfaitement bien. Et un Alchimiste qui a perdu le Vase Hermétique peut attendre également, s’il le veut, jusqu’à sa future existence ou attendre cinquante existences jusqu’à ce qu’il trouve un bon Vase, mais cela serait le comble des combles, non ? Le mieux c’est que l’Initié laisse toutes sortes de sentimentalisme morbide et prenne un Vase Hermétique approprié pour le travail dans le Laboratoire. Nous devons laisser ici les attitudes pessimistes, le TAMAS de l’inertie, dirons-nous, cette espèce de paresse mentale ou spirituelle qui abonde tant dans les écoles de type pseudo-ésotérique et pseudo-occultiste ; c’est clair…

Q. Maître, dans le cas où le Vase Hermétique est bon, mais où la dame ne veut pas collaborer dans la Forge, et si cela fait déjà un certain temps qu’elle ne collabore pas avec l’époux ; dans ce cas, que peut faire l’époux si le Vase est bon ?

R. Bon, si le Vase est bon, mais si elle ne veut pas travailler dans le Grand Oeuvre, si elle ne le lui donne pas pour travailler… (J’allais dire un terme un peu plus dur, mais on sortirait du concept de la chaire…), naturellement, il ne reste pas d’autre remède à l’Alchimiste que de chercher un Vase Hermétique approprié qui serve, quelqu’un qui collabore, qui coopère. Mais cela, il ne peut le faire qu’après plusieurs années de dures prières et de suppliques à l’Épouse-Prêtresse pour qu’elle coopère. Parce qu’il est écrit que c’est SEULEMENT POUR CAUSE DE FORNICATION qu’on doit demander à la femme le divorce ; s’il y a fornication. Il est vrai que si la femme fornique, il a le droit. Si une femme veut que l’Alchimiste fornique et que l’Alchimiste veut s’autoréaliser, et elle, ce qu’elle veut, c’est forniquer, là on doit lui envoyer une lettre de divorce immédiatement pour qu’elle fornique avec un autre, mais pas avec l’Alchimiste. Là, il faut choisir entre deux choses : soit nous nous résolvons à entrer dans le Royaume d’assaut, soit nous échouons. Le Royaume se prend d’assaut ; les vaillants l’ont pris. Si l’on ne procède pas ainsi, on échoue…

Me trouvant précisément moi-même dans les Mondes Supérieurs de Conscience Cosmique, j’ai dû solliciter du Père qu’il me montre la synthèse de mes travaux les plus récents dans la Forge Ardente de Vulcain. Alors le Père m’a emmené dans une grande ville, une de ces VILLES JINAS ou VILLES MAGIQUES, comme il y en a quatre importantes en Europe ; nous autres, nous en avons une dans le Yucatan fondée anciennement par les TUATHA DE DANANN qui furent, entre autres choses, de grands voyageurs, des Voyageurs Jinas…

Bien, là je rencontrai beaucoup d’Adeptes, des Adeptes de différents degrés de splendeur, jusqu’à ce que je rencontre un ADEPTUS EXEMPTUS. Savez-vous ce qu’est un Adeptus Exemptus ? Cela signifie : Adepte exempt de Karma, qui ne doit pas de Karma (en Ésotérisme on dit : Adeptus Exemptus). Alors, entre nous tous, nous avons organisé une excursion à la cime de la Montagne de l’Être ; grandiose fut cette excursion ! Dans les Mondes Supérieurs de Conscience Cosmique on passe par des expériences transcendantes, divines, formidables…

Quand nous avons réussi à atteindre la cime, animés du désir de rencontrer IOD-HEVE, l’ANCIEN DES JOURS, alors nous avons eu la gratifiante surprise de le trouver transformé en palmier très haut (la PALME est le symbole de la victoire, la VICTOIRE DU CHRESTOS).

Tous les Adeptes se prosternèrent à terre pour rendre un culte à Iod-Heve. Je savais que ce Palmier était mon Être Réel, l’Ancien des Jours, c’est-à-dire, l’INTÉRIEUR DE MON INTÉRIEUR, pour vous parler cette fois dans le langage de la Pistis Sophia qui est un langage ésotérique, symbolique, allégorique…

J’avançais, c’est clair. Comme le Corps Astral a une certaine élasticité, une ductilité, il ne me fut pas difficile d’augmenter sa taille pour prendre ce Palmier par ici, comme on dit, « par le cou », et le tirer avec force jusqu’à moi, jusqu’à ma poitrine, et caresser ses feuilles, ses branches…

Ces Adeptes vénérables, très vénérables, me regardèrent avec terreur ; on n’entendit plus qu’une clameur. Ils s’étonnaient de voir comment, de quelle façon je prenais – rien de moins – que l’Ancien des Jours. Mais ensuite, le Palmier se transforma en une GRANDE TOUR, la Tour de mon Temple Intérieur, de ma propre cathédrale. Cette Tour correspond à la tête du Divin. Elle était tatouée, toute pleine de pierres précieuses. Les yeux étaient ceux de cette Divinité elle-même et elle avait des bras comme des bras d’homme, mais c’était des bras de Dieu…