Hécatombe aryenne et Êtres d’autres mondes (Le cataclysme final et les extraterrestres n°1)

Samaël Aun Weor

[…] quelque chose qui inquiète terriblement le monde : je veux me référer de manière emphatique à cette question liée précisément aux extraterrestres…

Au nom de la vérité, je dois dire qu’en cet instant précis nous sommes dans une CRISE MONDIALE : les nations se dressent contre les nations, les peuples contre les peuples, les uns contre les autres, TOUS CONTRE TOUS. Tout autour de la planète terre, il y a FAMINE, MISÈRE et DÉSOLATION ; des MALADIES INCONNUES apparaissent de toutes parts et on ne trouve en réalité aucun remède…

La MER est POLLUÉE ; des millions de poissons meurent en ce moment à cause de la pollution ; la mer s’est transformée en un grand DÉPOTOIR et ceci est lamentable. Dans peu de temps, nous ne trouverons plus aucune plage où pouvoir vraiment nous baigner dans de l’eau propre…

L’atmosphère est contaminée par le terrible SMOG et les scientifiques ont dit que « si cette pollution se poursuit, l’humanité entière périra dans moins de 40 ans »…

Les FRUITS de la terre ont été ADULTÉRÉS par des savants pédants et il n’est plus possible de manger une pomme légitime ; maintenant, on doit manger des « variétés de pommes », produit des greffes, de l’adultère…

La terre est en train de devenir STÉRILE. Les savants calculent que, dans peu de temps, notre planète sera dans l’impossibilité de nourrir toute la population humaine qui, aujourd’hui, dépasse les 4,5 milliards de personnes…

Les EXPLOSIONS NUCLÉAIRES se poursuivent, que ce soit sur Terre ou dans l’atmosphère, et cela devient de plus en plus désastreux… Rappelez-vous les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki ; les effets radioactifs de ces explosions continuent encore aujourd’hui. Des milliers de gens furent alors victimes de l’explosion atomique.

En réalité, nous sommes au COMMENCEMENT DE LA FIN. Évidemment, il y a des lamentations sur toute la rotondité de la Terre…

La Première et la Deuxième Guerre Mondiale ont été épouvantables et on attend réellement une TROISIÈME GUERRE MONDIALE… Et en cet instant où nous parlons ici de toutes ces questions mondiales, beaucoup de choses inconnues surgissent…

Les astronomes, en ce moment, braquent leurs télescopes vers l’espace ; ils ont découvert un monde géant qui s’approche de notre planète Terre à une vitesse énorme. Ils l’ont baptisé du nom de « BARNARD I ». Le grand sage NOSTRADAMUS l’a mentionné dans ses « Centuries » et il a dit que « un jour il sera visible en plein midi ».

Ainsi, en réalité, ce monde est connu depuis la plus lointaine antiquité. On nous a dit qu’il est six fois plus grand que la planète Jupiter, et vous savez bien que Jupiter est le titan des cieux. Douze Lunes tournent autour de Jupiter ; Jupiter ressemble à un système solaire dans notre système solaire d’Ors…

À mesure que nous écoutons les nouvelles, nous voyons que la question mondiale est difficile. Indéniablement, HERCOLUBUS (ou Barnard I comme l’appellent les hommes de science) est des milliers de fois plus grand que notre planète Terre ; il scintille dans l’espace infini, il resplendit, il appartient à un autre système solaire. Il s’approche dangereusement ! Et dans peu de temps nous pourrons le voir.

Évidemment, c’est une masse colossale qui, en s’approchant de notre monde Terre, produira des événements extraordinaires. Quand Hercolubus commencera à être visible à l’œil nu dans le firmament, quand on pourra le montrer du doigt en plein midi, le FEU LIQUIDE qui existe à l’intérieur de la terre jaillira à la surface ; des VOLCANS surgiront tout autour de la Terre et tout ce qui est vivant sera brûlé par le feu.

Aussi, ces jours-là, cette masse planétaire colossale attirera les vagues de l’immense mer. Alors, en vérité, on verra des VAGUES GÉANTES jamais vues auparavant et un SON ÉTRANGE jaillira du fond des océans…

Hercolubus s’approche ! Et lorsqu’il se sera approché au maximum, il se produira une RÉVOLUTION DES AXES DE LA TERRE : les pôles actuels se transformeront en équateur, l’équateur en pôles ; les mers se déplaceront et elles recouvriront les actuelles terres habitées. Alors, ces continents où nous vivons actuellement se retrouveront au fond des eaux…

En vérité, on se rapproche de la fin de cette race humaine qui peuple maintenant la face de la Terre. Nous ne sommes pas en train de parler d’une « fin du monde », ni rien de ce genre. Nous parlons d’une TRANSFORMATION GÉOLOGIQUE qui devra se produire à brève échéance. Et ce n’est pas la première transformation qui va se réaliser, ce ne sera pas non plus la dernière.

Nous savons bien que, dans le passé […] s’approcha Hercolubus (il a une orbite extraordinaire et chaque fois que notre planète Terre s’approche d’elle, survient une catastrophe). Quand Hercolubus arriva, il se produisit une révolution des axes de la Terre, les mers se déplacèrent, et l’ATLANTIDE fut engloutie par l’océan furieux. Maintenant, au fond de l’Atlantique, il y a des palais en ruine, des villes entières, et là où, jadis, brillaient l’or et l’argent, maintenant on voit des phoques, des poissons de toutes sortes…

Et que dire de ce continent qui exista jadis dans l’océan Pacifique ? Rappelons-nous la LÉMURIE (c’est très intéressant). La Lémurie fut peuplée par des hommes extraordinaires : les Géants d’autrefois… Ils eurent aussi une puissante civilisation des millions de fois plus parfaite que la nôtre.

Mais un jour, quand Hercolubus s’approcha de notre monde Terre, le feu de l’intérieur de notre monde jaillit à la surface ; des milliers de volcans apparurent de toutes parts et la Lémurie, avec toute sa puissante civilisation, sombra dans les eaux furieuses du Pacifique.

Des restes de la Lémurie ? Nous avons l’archipel de l’Océanie et l’île de Pâques, etc. Des restes de l’Atlantide ? Nous avons les Antilles, et les Canaries, du côté du Maroc, près de l’Europe. Ainsi donc, toute grande civilisation s’est achevée par une catastrophe. Celle qui vient maintenant, celle qui est à notre porte, comme nous l’ont affirmé avec sagesse les grands hommes du Mayab, se produira exactement en 2043. Mais avant que la GRANDE CATASTROPHE ne se produise, les radiations du monde Barnard I produiront indubitablement de terribles inquiétudes psychologiques ; la biologie humaine sera altérée et de nombreux peuples se lanceront en guerre. Nous verrons la troisième guerre mondiale et il y aura un grand holocauste atomique…

Ainsi donc, chers mesdames et messieurs, nous nous trouvons dans des moments épouvantables, dans des moments de crise mondiale et de banqueroute de tous les principes. Nous sommes face au dilemme de L’ÊTRE ou du NE PAS ÊTRE de la philosophie ; un pas en arrière et nous serons perdus ! Et c’est dans ces moments de crise mondiale (quand les peuples se dressent contre les peuples et les nations contre les nations) qu’en vérité est en train de se former l’ARMÉE DU SALUT MONDIAL (formée par des gens de toutes les nationalités, peuples et langues).

Nous venons vous inviter à former l’Armée du Salut mondial ; nous venons vous inviter à nous accompagner dans ces études si importantes ; nous venons vous inviter pour que LES ÉLUS aillent avec nous jusqu’à un certain lieu de la Terre où rien ne se produira et, de ce lieu, nous pourrons vraiment voir toute la grande catastrophe qui s’approche. Nous venons vous inviter à former un noyau d’hommes et de femmes de bonne volonté, duquel sortira plus tard la SIXIÈME RACE RACINE.

Assurément, il y aura un lieu du monde où il ne se passera rien et nous vivrons dans ce lieu avec nos amis. Il y aura un lieu d’où nous pourrons contempler ce qui va se produire. Plus tard, de nouvelles terres surgiront du fond de l’océan. Cela signifie que la terre actuelle retournera au chaos originel, primitif, et, de plus, c’est nécessaire.

Jusqu’à maintenant, il y a eu cinq races, la nôtre incluse ; il manque la sixième et la septième race. Au nom de la vérité, je dois vous dire que si cette grande catastrophe qui s’approche n’arrivait pas, la Terre se transformerait sous peu en une nouvelle Lune.

Rappelez-vous que la Terre actuelle est en train de devenir stérile et que dans peu de temps elle ne pourra plus nourrir 4,5 milliards de personnes. Dans un film japonais, je me rappelle que l’on montrait les hommes du futur qui se nourrissaient comme des anthropophages, c’est-à-dire en mangeant de la chair humaine sous forme de galettes.

Ce que nous disons n’est pas une exagération, les faits en parlent de manière concrète, claire et définitive. Les gens ont la Conscience endormie, profondément endormie et c’est pourquoi ils ne se rendent pas compte de ce qui est en train de se produire.

Le fond des mers est crevassé. Il y a tout un système de CREVASSES au fond du Pacifique et au fond de l’Atlantique. Vous voyez bien ce qu’est la crevasse de Saint André (qui passe près de la Californie). Les plus grands hommes de science affirment de manière emphatique que la Californie va disparaître. Et nombreux sont les gens qui partent de Los Angeles et aussi de San Francisco.

On attend ces jours-ci, en Californie, un grand tremblement de terre. Il a été annoncé par d’éminents hommes de science. À la vitesse où nous allons, il ne restera absolument rien de la Californie. Elle sombrera dans les vagues furieuses du Ponto…

Ainsi, il est bon de savoir écouter. Vous êtes venus pour m’écouter et je suis ici pour vous parler. Il me semble qu’au lieu de marcher sur notre petite Terre et au lieu de nous tourmenter misérablement les uns les autres, il vaudrait mieux que nous tâchions de nous connaître nous-mêmes, pour savoir d’où nous venons, quel est le but de notre existence, à quelle fin nous existons, pourquoi nous existons, et que devons-nous faire en ces instants de crise mondiale dans lesquels nous sommes menacés à chaque instant…

Notre vie ne vaut rien, elle disparaît à n’importe quel instant. Pas simplement à cause de catastrophes, mais par n’importe quel détail insignifiant : une balle perdue, une maladie, ça y est et adieu !…

Ainsi, nous sommes ici pour converser. Je vous explique et je vous demande au nom de la vérité de m’écouter. Il est facile de parler, mais il est difficile de savoir écouter. Parce que quand on écoute, on interprète ce que l’on écoute à notre manière, comme cela nous semble correct. Alors, on n’est pas en train d’écouter ; on écoute son propre critère mais on n’écoute pas le conférencier. Je vous demande de m’écouter.

En réalité, chers amis, nous avons besoin, en ce moment, de voir le Chemin avec plus de clarté. Nous marchons à l’aveuglette, frappant à tort et à travers, sans trouver aucun remède à nos amertumes, à nos douleurs.

Il m’est arrivé quelque chose d’important, quelque chose qui me rend inquiet et que je veux partager avec vous ce soir. Vous êtes mes amis et je veux m’entretenir avec mes amis…

Il se trouve qu’un jour parmi tant d’autres, dans le district fédéral, je marchais dans le DÉSERT DES LIONS. J’étais très content d’être là quand, soudain, quelque chose d’insolite se produisit : un de ces VAISSEAUX COSMIQUES (ou soucoupes volantes, comme on les appelle) apparut dans l’espace.

Le vaisseau atterrit dans une clairière du bois et, mû par la curiosité, je dus m’approcher. Je vis parfaitement, soutenu sur un trépied d’acier, une magnifique sphère métallique imposante, merveilleuse (un vaisseau des millions de fois plus parfait que tous ceux qu’ont inventés les terriens, propulsés par du combustible liquide)…

Une trappe s’ouvrit et un homme très distingué descendit. Je compris qu’il s’agissait du capitaine de ce vaisseau. Un groupe d’hommes (l’équipage) le suivit ; il y avait aussi deux vieilles dames d’un âge indéchiffrable… Je les ai vus, je l’ai constaté ; et je vous avertis : je n’étais ni ivre, ni fou, ni « sous l’emprise de la marijuana » ni rien de ce genre. J’avais le plein usage de mes facultés, avec mes cinq sens à leur place.

Je m’approchai du capitaine, lui tendis la main, le saluai. Et, en réalité, je fus surpris qu’il me réponde dans un espagnol parfait (on aurait vraiment dit que ces gens étranges avaient le don des langues). Je lui demandai donc de m’emmener sur une autre planète de l’espace infini. Je le suppliai, je lui dis :

– Je suis un Homme et je possède le sens de la responsabilité morale, je sais ce que cela signifie. Le capitaine resta silencieux.

Puis, l’équipage s’assit sur quelques troncs qui étaient à terre. Ensuite, une des dames se leva et dit textuellement ce qui suit :

– Si nous plaçons une plante qui n’est pas aromatique à côté d’une autre qui l’est, il est évident que la plante qui n’est pas aromatique s’imprégnera de l’arôme de celle qui l’est, n’est-ce pas ? Je répondis :

– Oui, c’est vrai. Elle dit :

– Il se passe la même chose avec les mondes : des mondes qui, dans le passé, allaient mal, avec des humanités manifestement ratées, vont maintenant très bien. C’est que ces gens, ces mondes se sont imprégnés peu à peu des radiations des mondes voisins. Et alors, ces humanités et ces mondes se sont transformés au fil du temps et de l’espace.

La logique était irréfutable de la part de ces personnes ; moi, j’écoutais… je compris. Puis elle poursuivit :

– Nous sommes arrivés, comme vous le voyez, sur la planète Terre et ici il ne se passe pas la même chose. Qu’est-ce qui se passe ? Je répondis du mieux que je pus :

– Tout d’abord – dis-je – ceci est une erreur des Dieux. Mais ensuite, réfléchissant un peu plus, je m’exclamai : ceci est le KARMA DES MONDES (« Karma » est un mot qui signifie « Loi de cause à effet »).

La dame acquiesça ; l’autre acquiesça aussi d’un hochement de tête respectueux et tous ceux de l’équipage, d’un salut, acquiescèrent à mes paroles. Ceci arriva en plein bois, en plein « Désert des Lions »… Les hommes se levèrent, les dames aussi. Je suppliai à nouveau le capitaine du vaisseau de m’emmener sur d’autres mondes de l’espace.

– Lequel ? Me dit-il.

– Par exemple, la planète Mars…

– Mars ? répondit-il, c’est à côté, c’est tout proche !…

À cet instant, je compris qu’il s’agissait de voyageurs intergalactiques, de véritables génies, dans le sens transcendantal du terme ; des gens en provenance d’autres civilisations cosmiques, des millions de fois plus avancés que nous, les pauvres terriens. C’est ce que je saisis, c’est ce que je compris, et aujourd’hui j’ai le courage de rendre témoignage de ces questions. Parce que, quand on a découvert quelque chose, on doit avoir le courage de le déclarer, coûte que coûte ; même si les gens se moquent de nous, il faut avoir le courage de dire la vérité. Et je la dis ! En laissant à chacun la liberté d’accepter ou de rejeter, avec son mental, ce type de témoignage, ou de l’interpréter comme il veut. Chacun est chacun, et chacun est libre de penser comme il veut. Mais je donne mon témoignage avec courage (même si je m’expose à la critique, même si je m’expose à la moquerie) devant le verdict solennel de la Conscience publique. L’équipage se retira. Je fis un dernier effort avant que le capitaine ne monte dans le vaisseau, je lui fis de nouveau ma demande et il me répondit seulement de la manière suivante :

– sur le chemin nous verrons…

Je me rendis compte que ces gens parlent peu, mais disent beaucoup de terribles vérités ; qu’ils ne sont pas aussi bavards que nous les terriens. En deux ou trois mots, ils disent beaucoup…

Et ils montèrent dans leur vaisseau. Je m’éloignai. Oui, je devais m’éloigner pour ne pas être victime de la radiation. De loin, je pus contempler le vaisseau qui s’éleva jusqu’à se perdre dans l’inaltérable infini.

C’est un cas intéressant, mais ce n’est pas le seul. Rappelons-nous le cas insolite qui se produisit, il y a peu de temps, dans la république de l’ÉQUATEUR : un homme (dont je ne mentionnerai pas le nom) était affilié à une école ésotérique tibétaine. Il se concentra intensément sur un satellite de Jupiter appelé « GANYMÈDE ». Cela l’intéressait beaucoup d’étudier ce satellite. Et un jour, il prit congé de son frère qui était marié et de sa belle-sœur. Il leur dit :

– Je pars en voyage…

– Mais, où ?

– C’est un long voyage, dit-il, mais il ne voulut pas donner plus de raisons.

Il les invita à souper (sa famille) et au milieu du repas, quelque chose de lumineux, de resplendissant, descendit dans le jardin de la demeure. En observant attentivement, les assistants virent un vaisseau cosmique… Avec beaucoup d’accolades et de baisers, il prit congé des siens…

– Ne craignez rien, leur dit-il, je m’en vais de mon propre gré, personne ne m’enlève, je m’en vais pour mon plaisir. Et il monta dans le vaisseau. Celui-ci disparut quelques instants plus tard dans l’espace étoilé.

Son frère et sa belle-sœur contemplèrent le vaisseau jusqu’au moment où il se perdit dans les cieux. Beaucoup plus tard, très triste, son frère reçut une étrange visite : son frère était revenu seul quelque temps. Il donna des informations sur Ganymède et dit qu’il venait pour dire définitivement adieu.

Il avait une maison et une voiture et il les lui offrait (et c’est ce qu’il fit). Et le processus se répéta et il monta dans un vaisseau jusqu’à se perdre dans l’espace. Mais il laissa à son frère un appareil, une boîte avec des boutons très spéciaux et une technique étrange. Il lui dit qu’il pourrait communiquer avec lui s’il se concentrait sur cet appareil.

Et c’est ce qu’il fit. Et chaque fois qu’il se concentrait sur cet appareil (comme une sorte d’écran de télévision) son frère apparaissait et il pouvait discuter avec lui. Et lui, son frère, se prépara aussi pour […] jusqu’à ce qu’il pût être un jour emmené sur Ganymède.

Parmi les données recueillies par ces gens étranges de l’Équateur, je vous dirai ce qui suit : il existe sur Ganymède une civilisation merveilleuse. Il y a de l’eau, oui, sur ce satellite, il y a de l’eau dans les volcans qui existent ; tout fonctionne à l’énergie atomique ; les villes sont construites sous le sol, sous terre. Ils ont une agriculture et une civilisation magnifique.

Les cerveaux de ces Hommes sont encore plus volumineux que celui des terriens. La glande pinéale est connectée par certains rameaux nerveux à la pituitaire ; et la pituitaire, à son tour, communique par certaines ramifications nerveuses au nerf optique. Ainsi, ces gens possèdent la capacité de voir non seulement la zone tridimensionnelle d’Euclide, mais aussi la quatrième Coordonnée. Ce sont des gens intelligents, sages, qui reçoivent une information directe des génies solaires, selon ce qu’ils m’ont dit, et cette sagesse les nourrit spirituellement.

Ils s’intéressent à la planète Terre, ils veulent aider l’humanité de manière extraordinaire. Ils savent qu’une grande catastrophe s’approche et avant qu’elle ne se produise, ils veulent donner une impulsion à l’espèce humaine qui vit sur notre monde Terre. Voilà les informations que nous avons pu recueillir sur Ganymède…

Dans la république du SALVADOR, il se produisit une chose insolite : un jour parmi tant d’autres, un ingénieur (athée, matérialiste, incrédule à cent pour cent, sceptique, disons, au plus haut degré) était assis dans un parc ; c’était la nuit. Soudain, un vaisseau cosmique atterrit près de là et il fut invité à monter dans le vaisseau. Et une fois qu’il fut à l’intérieur, ce vaisseau se perdit dans l’espace.

Il fut emmené sur la planète Jupiter ; il y trouva une civilisation puissante, extraordinaire, merveilleuse. Et quand il fut ramené sur la Terre, il décida de chercher le réel, de s’étudier lui-même, de tâcher de mieux se connaître.

Il fut invité à vivre sur Jupiter, mais voici ce qu’il répondit : « Je désire communiquer à l’humanité ce que je suis en train de vivre, d’entendre, de palper, de toucher ; je veux rendre témoignage de ces vérités »…

Ainsi, il est réellement vrai que notre planète Terre n’est pas la seule à avoir des habitants : il y a d’autres mondes habités !

Il y a encore des gens qui mettent en doute l’existence de la vie sur Mars. Les scientifiques américains ont lancé une sonde sur cette planète voisine et ils ont ensuite affirmé qu’il n’y avait pas de vie sur Mars. Cependant, nous savons bien qu’il y a de la vie sur Mars. Nous savons aussi que ces photographies n’appartiennent pas à Mars, elles appartiennent à la Lune.

Si on examine attentivement ces photographies, on pourra clairement constater que là il n’y a rien qui ressemble à Mars ; ce sont des photographies de la lune.

Il ne fait aucun doute que les hommes de science de Mars furent suffisamment intelligents pour faire dévier l’objectif terrien, au moyen d’appareils sophistiqués, supérieurs aux nôtres ; ils ont fait en sorte que les appareils des terriens, au lieu de photographier la surface de Mars, photographient la surface de la Lune.

Et la NASA n’a pas encore fait connaître les photographies complètes qui, dit-on, ont été prises sur Mars. Non, la NASA sait bien que ce sont des photographies de la lune et ils en ont même cachées quelques-unes pour ne pas se discréditer face aux terriens.

Ainsi, il est réellement vrai que les habitants de Mars ne sont en aucune manière disposés à être piétinés par la tyrannie des terriens ; ils ne sont pas disposés à perdre leur puissante civilisation ; ils ne sont pas disposés à se voir brimés et humiliés, comme Hernan Cortés a jadis humilié et brimé ce peuple glorieux de l’ancien Mexique…

Nous savons bien que si les terriens arrivaient sur Mars, ils commettraient les mêmes crimes que Pizarro au Pérou ou Hernan Cortés au Mexique. On connaît très bien les terriens dans tout le cosmos et on sait de quoi ils sont capables. Les Hommes et les Femmes de Mars possèdent une riche culture, même si vous en doutez. Il y a là-bas des villes merveilleuses, comme la ville de TANIO…

Là-bas, ils connaissent bien les terriens ; dans le futur, MARS ET TERRE s’allieront. Mais l’alliance Mars-Terre ne sera pas possible à l’époque des bombes atomiques et des vaisseaux télécommandés dans des buts destructeurs. Ce sera l’époque où les nations seront désarmées ; ce sera après la grande catastrophe, quand viendra le nouvel Âge d’Or. Rappelons-nous Virgile, le poète de Mantoue, quand il a dit : « L’Âge d’Or est arrivé et une nouvelle descendance commande »…

C’est seulement à cette époque, quand une nouvelle humanité apparaîtra, issue de nouvelles terres, que l’alliance Mars-Terre sera possible. Mais ainsi, tels que nous sommes : destructeurs, tels que nous sommes avec toute notre perversité, il n’est pas possible que s’établisse l’alliance Mars-Terre. La réalité, c’est que nous sommes à une époque catastrophique, à une époque de crise morale et de banqueroute de tous les principes. Paris, Londres, New York, etc., sont corrompues jusqu’à la moelle. Avec une telle humanité, l’alliance Mars-Terre n’est pas possible.

Notre système solaire, en vérité, voyage autour de la CEINTURE ZODIACALE (ceci est démontré scientifiquement, les astronomes le savent). Une race ne dure pas plus que le temps d’un voyage du système solaire autour de la ceinture zodiacale et c’est tout.

Ce voyage a commencé après la catastrophe de l’Atlantide. Il a débuté dans la constellation du Verseau et il s’achève avec le retour de la Terre dans la constellation du Verseau. Je veux vous dire, de manière emphatique, que la Terre est déjà revenue à la constellation du Verseau. Ainsi, la fin de cette race Aryenne qui peuple les cinq continents est en vue.

Chez les Mayas du Yucatan, ils parlent du KATUN-13. On a demandé à un vieillard Maya :

– Ton petit-fils le verra-t-il ? Il répondit :

– Oui, il le verra !

– Ton fils le verra-t-il ?

– Non, mon fils ne le verra pas !

En réalité, les Mayas ne se sont jamais trompés avec leurs Katunes. Les 12 Katunes se sont accomplis au pied de la lettre et le Katun-13 est sur le point d’arriver, celui de la grande catastrophe. La face de la Terre brûlera, elle sera totalement calcinée, et de toute cette puissante civilisation de vipères, il ne restera pas pierre sur pierre !

Autrefois, les leaders de l’Atlantide ont parlé comme je suis en train de vous parler, ils ont alors averti le peuple de la catastrophe qui s’approchait et tous se moquèrent d’eux, personne n’y croyait […] merveilleux. Et du jour au lendemain, il y eut une révolution des axes de la Terre, les mers se déplacèrent, le feu des volcans entra en éruption et l’humanité entière périt. Maintenant, nous sommes face à la même chose.

Rappelons-nous ce merveilleux Temple atlante des temps anciens où des milliers de personnes se réunirent en appelant Ramu (un prêtre atlante). Et des foules apparurent aussi sur la scène, vêtues d’une manière splendide, parées de riches bijoux d’or et d’argent, etc. Elles dirent :

– Ramu, sauve-nous ! Ramu répondit :

– Vous périrez avec vos femmes et vos esclaves, vos enfants et vos richesses. Je vous avais avertis et vous ne m’avez pas cru. Maintenant vous allez mourir !…

Les dernières paroles de Ramu furent étouffées par la fumée et les flammes. C’est ainsi que sombra l’Atlantide dans les vagues tempétueuses de l’océan qui porte son nom.

Des témoignages ? Il y en a des tas. Des données ? Il y en a une merveilleuse, précisément à Lhassa, la capitale du Tibet. Là on raconte ce qui s’est passé ; et on a aussi trouvé des données extraordinaires dans certaines ruines d’Amérique centrale et dans de nombreux codex Aztèques et Mayas.

Avant que Ramu ne disparaisse, avant d’être étouffé par la fumée et les flammes, il dit : « Et de vos cendres naîtra une nouvelle humanité. Mais s’ils font ce que vous avez fait, ils périront »…

Et c’est cela, c’est précisément ce que nous sommes en train de faire en ces temps de dégénérescence morale ; c’est ce que nous sommes en train de faire en ces temps de décrépitude, en ces temps de guerre et de désolation. La fin de cette race perverse est en vue ! Et de toute cette perverse civilisation de vipères, il ne restera pas pierre sur pierre !

Je vous appelle à la RÉGÉNÉRATION, je vous invite à étudier la Sexologie Transcendantale, je vous invite à partager avec nous ces connaissances. Beaucoup d’entre vous pourront aussi amener des informations dignes d’études. Dans cette maison d’étude, il est évident que nous vous écouterons. Nous ne voulons pas nous transformer en dictateurs de la parole. Évidemment, vous avez aussi des raisons et des préceptes, des idées magnifiques que vous pourrez exposer ici, dans cette salle.

Au nom de la vérité, je dois vous dire que le moment est venu d’investiguer. Je crois que ces fusées propulsées par un combustible liquide et envoyées sur la Lune ne sont pas précisément les plus adéquates pour la conquête de l’espace. Nous avons besoin de fusées meilleures, nous avons besoin de fusées propulsées par l’énergie nucléaire. Et mieux encore, nous avons besoin de fusées propulsées par l’énergie solaire. Après la seconde guerre mondiale, 60 savants partirent dans les forêts profondes de l’AMAZONIE ; c’étaient des disciples de MARCONI. Ils décidèrent d’étudier l’énergie solaire, de l’accumuler et d’apprendre à l’utiliser.

Ils construisirent un laboratoire souterrain et, un jour, un groupe de vaisseaux cosmiques apparut dans l’espace. Les savants lancèrent des ondes radio ; au début, ils ne reçurent pas de réponse ; plus tard, la réponse arriva quand cinq de ces vaisseaux atterrirent en pleine Amazonie.

Les terriens invitèrent les navigateurs de l’espace (qui, selon ce qu’on a su, venaient de Mars) à voir, à visiter le laboratoire et leurs installations.

Ces hommes s’adaptèrent à la planète Terre : ils apprirent à manger nos aliments et ils apprirent à connaître notre psychologie ; et ils enseignèrent à ces derniers disciples de Marconi la science de la navigation interplanétaire.

Ensuite, plus tard, il y eut une excursion sur Mars et, là-bas, nos amis furent reçus par les habitants de Tanio. Parmi les navigateurs terriens, il y avait aussi un prêtre catholique. Nul doute que […] dans les forêts profondes de l’Amazonie.

Au TIBET, il y a aussi un groupe de Lamas tibétains qui ont des vaisseaux cosmiques ; ils les gardent très secrètement dans une petite vallée de l’Himalaya. Ce groupe de gens est en contact avec les extraterrestres et il voyage sur d’autres planètes de notre galaxie.

Il se forme des GROUPES SÉLECTIONNÉS d’hommes et de femmes de bonne volonté, qui sont disposés à en finir avec leur perversité ; il se forme des groupes scientifiques, des groupes qui ont la capacité d’investigation ; ils se forment déjà dans les forêts d’Amérique, dans l’Himalaya, etc., à part, très à part de notre perverse civilisation.

Si nous nous transformions, SI NOUS ÉLIMINIONS NOS DÉFAUTS PSYCHOLOGIQUES et notre goût pour la destruction, nous pourrions bien entrer en contact avec les extraterrestres. Il suffirait de nous concentrer terriblement sur Ganymède et, un jour, nous recevrions la réponse.

Mais il ne faut pas qu’il arrive ce qui s’est produit, il y a peu de temps, dans un endroit de PORTO RICO : la radio lança aux quatre vents des phrases comme celle-ci : « Nous voulons communiquer avec les extraterrestres. S’ils existent, qu’ils se montrent, nous lançons ici les ondes dans l’air ! » Un jour, le gérant d’une de ces radios entendit des bruits sur la terrasse. En y montant, il rencontra un vaisseau cosmique et quelques extraterrestres. Le pauvre est presque mort de peur et il a fui, terrorisé.

Alors, pourquoi se mettent-ils à invoquer ce à quoi ils ne peuvent faire face ? Ils ont peur des gens. Est-ce cela, par hasard, la civilisation, ou quoi ?

Les ONDES MENTALES que nous lançons dans l’espace peuvent être dirigées vers les extraterrestres ; si nous lançons notre force mentale vers Ganymède, un jour nous recevrons une réponse. Mais ne partons pas en fuyant comme l’homme de notre histoire. Il faut un grand courage pour recevoir la visite des Hommes véritables qui sillonnent l’espace infini.

Pourquoi avons-nous peur d’eux ? Parce que nous ne sommes vraiment rien d’autre encore (comme le disent quelques professeurs universitaires) que de simples « mammifères intellectuels », nous ne sommes pas encore des HOMMES dans le sens complet du terme.

Si nous en étions, nous n’aurions pas peur des extraterrestres ; si nous en étions, nous nous dédierions à nous connaître nous-mêmes ; si nous en étions, nous nous lancerions à la conquête d’une Science supérieure : la science des extraterrestres ! Mais non : nous fuyons ou nous nous moquons, parce que cela nous est encore plus facile ; nous sommes devenus cyniques, pour notre malheur.

Ainsi, vous qui m’écoutez ce soir, vous avez été invités à ces études. Nous avons des inquiétudes et nous voulons les partager avec vous. Dites-nous ce que vous avez expérimenté ; nous vous dirons aussi ce que nous avons expérimenté. Et ainsi, vous et nous, nous partagerons ces inquiétudes pour le bien de l’humanité entière.

Au nom de la vérité, je veux vous dire qu’en ces instants précis on continue à faire des découvertes merveilleuses. Des radiations viennent de divers mondes de l’infini et le jour n’est pas loin (je vous avertis) où nous devrons remettre à l’humanité un certain type d’APPAREILS, mieux que la radio et que la télévision, et qui permettront une COMMUNICATION claire et spécifique AVEC LES EXTRATERRESTRES.

Nous sommes sur la piste de l’investigation. Alors une révolution culturelle se produira dans le monde entier, car ce seront précisément les extraterrestres qui, avec ces appareils (qui se fabriqueront par milliers), devront INSTRUIRE MASSIVEMENT LES TERRIENS ; et les principes scientifiques qui existent aujourd’hui, qui sont aujourd’hui en vogue, tomberont en miettes devant une sagesse supérieure.

Ainsi, la Terre a une quatrième dimension, et cela, la science officielle commence à le deviner. Que dire, par exemple, du MESON-K ? Pourquoi n’obéit-il pas à la loi de la parité ? On nous a dit que c’est précisément dû à l’interférence d’une quatrième dimension, d’un univers parallèle. Ici, il y a des univers parallèles, les uns à l’intérieur des autres.

On parle aussi beaucoup, ces temps-ci, de la MATIÈRE et de l’ANTIMATIÈRE. Les hommes de science affirment que « Quand la Matière et l’Antimatière entrent en contact, de grandes explosions atomiques se produisent », comme celle qui se produisit en Sibérie au début de ce siècle.

L’Antimatière existe. Par conséquent, nous pouvons dire qu’existent l’Étoile et l’Anti-étoile, l’atome et l’anti-atome, etc.

Pour naviguer à travers l’espace infini, pour précisément conquérir l’espace, il faut quelque chose de plus que du combustible liquide ; il est nécessaire en vérité de conquérir la quatrième dimension.

Nul doute qu’au-delà de la zone tridimensionnelle d’Euclide se trouve la quatrième Verticale. Et tant que nous ne conquerrons pas la quatrième Verticale, la conquête de l’espace sera une chose plus qu’impossible.

La quatrième dimension est formidable : il y a des yogis, dans les terres sacrées de l’Inde, qui, au moyen de la force du mental, savent rentrer avec le corps physique dans la quatrième dimension.

Ce dont nous avons besoin, c’est de tracer la quatrième coordonnée. Le jour où nous y parviendrons, nous arriverons alors, pour cette raison, à créer une GÉOMÉTRIE À QUATRE DIMENSIONS. Avec cette géométrie, il sera facile d’élaborer une PHYSIQUE TÉTRADIMENSIONNELLE ; et avec une Physique Tétradimensionnelle, nous fabriquerons des vaisseaux qui pourront traverser instantanément la barrière de la vitesse de la lumière. Alors oui, nous pourrons dire que nous aurons conquis l’espace.

Au-delà de la barrière de la vitesse de la lumière se trouve la quatrième dimension. Des vaisseaux merveilleux, tétradimensionnels, voyageant dans la quatrième dimension et propulsés par l’énergie solaire, pourront se rendre vers n’importe quelle galaxie.

Mais avec ces fusées à combustible liquide et avec toutes ces acrobaties de cirque pour débarquer sur la Lune, la conquête de l’espace infini est une chose plus qu’impossible.

Dans les Évangiles, on parle précisément de phénomènes extraordinaires qui ne pourraient se produire sans une quatrième dimension. Rappelons-nous cette histoire où Pierre, en prison, condamné à la peine de mort, s’échappa, en laissant ses chaînes là-bas. Nul doute que Pierre savait manier la quatrième Verticale.

Rappelons-nous aussi JÉSUS DE NAZARETH marchant sur les eaux de la vie sur la mer de Galilée. Quand ses disciples le virent, comme ils crurent que c’était un fantôme, le Nazaréen s’exclama :

– N’ayez pas peur, c’est moi ! Alors Pierre dit :
– Si tu es le Seigneur, permets-moi d’aller à ta rencontre en marchant sur les eaux… Et Jésus lui dit :
– Viens ! Et Pierre marchait sur les eaux. Mais la foi lui manqua et il commença à s’enfoncer. Alors, Jésus de Nazareth l’attrapa et le remit dans la barque en disant :
– Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?…

Ainsi, le grand Kabîr Jésus a donné la clé pour mettre le corps physique humain dans la quatrième Verticale. Il ne fait aucun doute que si une personne se concentre terriblement sur son corps physique, elle peut parvenir à la Méditation et ensuite à l’Extase. Ainsi, en état d’Extase, elle pourra entrer dans la quatrième dimension…