Étymologies, significations et définitions des mots spirituels, religieux et philosophiques commençant par la lettre L.

Livre d’Enoch

Extrait de la Doctrine Secrète de Blavatsky : « L’histoire de l’évolution du mythe Satanique ne serait pas complète si l’on omettait de remarquer le personnage de l’Enoch mystérieux et cosmopolite, diversement appelé Enos, Hanoch, et enfin Enoichion par les Grecs. C’est de son livre que les premières notions des anges déchus ont été prises par les premiers écrivains Chrétiens. Le « Livre d’Enoch » est déclaré apocryphe. Mais qu’est-ce qu’un Apocryphe? L’étymologie même du terme montre qu’il s’agit simplement d’un livre secret, c’est-à-dire, celui qui appartenait au catalogue de bibliothèques de temples sous la tutelle des Hiérophantes et des prêtres initiés, et n’a jamais été destiné aux profanes. Apocryphe vient du verbe Crypto, [[krupto]], « cacher ». Pendant des siècles l’Enoichion (le Livre du VOYANT)) a été préservée dans la « ville des lettres » et des œuvres secrètes – l’antique Kirjath-Sepher, plus tard, Debir (voir Josué xv., 15)… Le Livre d’Enoch, en bref, est un résumé, un composé des principales caractéristiques de l’histoire des troisième, quatrième et cinquième races; très peu de prophéties de l’époque actuelle du monde; un long résumé rétrospectif, introspectif et prophétique d’événements universels et assez historiques – géologiques, ethnologiques, astronomiques et psychiques – avec une touche de théogonie à partir des archives antédiluviennes. Le livre de ce personnage mystérieux est mentionné et cité abondamment dans La Pistis Sophia, ainsi que dans le Zohar et ses plus anciens Midrashim. Origène et Clément d’Alexandrie le tenaient en la plus haute estime. Dire donc qu’il s’agit d’un faux post-Chrétien, c’est prononcer une absurdité et se rendre coupable d’anachronisme, puisque Origène, entre autres, a vécu au IIe siècle de l’ère Chrétienne, pourtant il le mentionne comme une œuvre ancienne et vénérable. Le nom secret et sacré et sa puissance sont bien et clairement décrits allégoriquement dans l’ancien volume. Du XVIIIème au Lème chapitre, les Visions d’Enoch sont toutes descriptives des Mystères de l’Initiation, dont la Vallée Brûlante des « Anges Déchus ». Peut-être que Saint Augustin avait raison de dire que l’Église a rejeté le LIVRE D’ENOCH hors de son canon en raison de sa trop grande antiquité, ob nimiam antiquitatem. Il n’y avait pas de place pour les événements remarqués en lui dans la limite des 4004 ans avant J.C. assignés au monde depuis sa « création »!

Livre des Morts

(Égyptien) Un ancien oeuvre rituel et occulte attribué à Thoth-Hermes, trouvé dans les cercueils des anciennes momies.

Livre des Morts (Tibétain)

Aussi appelé « Bardo Thodol ». En fait intitulé « Le Grand Livre de la Libération Naturelle par la Compréhension entre les Deux ». L’un des nombreux textes Tibétains destinés à être lus à la personne décédée ou mourante, et qui fournissent des conseils pour traverser consciemment différents états d’être.

« Le Bardo Thodol, le livre Tibétain qui parle des esprits du monde de l’au-delà, se détache magnifiquement sous nos yeux, nous laissant voir la crue réalité des mondes infernaux situés à l’intérieur de cet organisme planétaire sur lequel nous vivons. » – Samael Aun Weor, Les Trois Montagnes

Loge Noire

Un terme qui décrit la multitude de créatures qui cherchent le pouvoir, la gloire, la peur, l’envie, la luxure, la vengeance, la domination, etc., et utilisent tous les moyens nécessaires pour obtenir ce qu’elles veulent. Autrement dit, Elles sont gouvernées par le désir et utilisent le désir pour manipuler les autres. On l’appelle « noir » parce qu’elle est corrompu par l’ego, le désir, l’attachement, etc.

Une organisation ou intelligence qui cherche à influencer les âmes dans l’attachement au désir-sensation et à l’éveil de la conscience de façon négative qui est piégée dans le désir (luxure, colère, fierté, envie, etc.)

« Depuis le commencement de la vie, une grande bataille a éclaté entre les puissances de la Lumière et les puissances des Ténèbres. La racine secrète de cette bataille réside dans le sexe. Les Dieux et les Démons vivent dans une lutte éternelle. Les Dieux défendent la doctrine de la chasteté. Les Démons détestent la chasteté. Le sexe est à l’origine du conflit entre Dieux et Démons… Il existe des Maîtres de la Grande Loge Blanche, des Maîtres de la Grande Loge Noire, des disciples de la Grande Loge Blanche, des disciples de la Grande Loge Noire. Les disciples de la Grande Loge Blanche savent se déplacer consciemment et positivement en Corps Astral. Les disciples de la Grande Loge Noire savent également comment voyager en Corps Astral… Le Magicien Blanc vénère le Christ, le Magicien Noir vénère Satan, c’est le Moi, le moi-même, l’ego réincarnant. En fait, le Moi est le spectre du seuil lui-même. Il se réincarne continuellement pour satisfaire les désirs. Le Moi est le souvenir. Dans le Moi se trouvent tous les souvenirs de notre ancienne personnalités. Le Moi est Ahriman, Lucifer, Satan. » – Samel Aun Weor, Le Mariage Parfait

« Comprenez que chaque association de fornicateurs forme une loge noire et que chaque loge ou école de ce type a son chef ou son responsable qu’ils vénèrent comme un saint ou un maître. » – Samel Aun Weor, Les Mystères Majeurs

Apprendre davantage: La Révolution de Belzébuth

Lumière Astrale

« Il y a eu une confusion infinie de noms pour exprimer une même chose. Le chaos des anciens; le feu sacré zoroastrien ou l’Antusbyrum des Parsis; l’Hermès-feu; l’Elmes-feu des anciens Allemands; la foudre de Cybèle, la torche allumée d’Apollon, la flamme sur l’autel de Pan, le feu inextinguible dans le temple de l’Acropole et dans celui de Vesta, la flamme du casque de Pluton, les étincelles brillantes des chapeaux Dioscures, sur la tête de la Gorgone, la barre de Pallas et le bâton de Mercure, le πυρ ασβεστον le Phtha Égyptien, ou Râ, le Zeus Cataibates (le descendant) Grec, la langue de feu de la pentecôte, le buisson ardent de Moïse; la colonne de feu de l’Exode et la « lampe allumée » d’Abram, le feu éternel du « puits sans fond », les vapeurs de l’oracle de Delphes; la lumière sidérale des Rosicruciens; le AKASA des adeptes Hindous; la Lumière Astrale d’Eliphas Levi; l’aura nerveuse et le fluide des magnétistes; l’od de Reichenbach; le globe terrestre ou météore de Babinet; la force psychod et ecténique de Thury; la force psychique du sergent Cox et de M. Crookes; le magnétisme atmosphérique de certains naturalistes; galvanisme; et enfin, électricité, ne sont que des noms divers pour de nombreuses manifestations différentes, ou des effets de la même cause mystérieuse et omniprésente – l’Archeus Grec, ou ρχαιοσ. […] Les thaumaturges de toutes les époques, de toutes les écoles et de tous les pays ont produit leurs merveilles, car ils connaissaient parfaitement l’impondérable – dans leurs effets – mais par ailleurs, des ondes parfaitement tangibles de la Lumière Astrale. Ils contrôlaient les courants en les guidant avec leur volonté. Les merveilles avaient à la fois un caractère physique et psychologique; les premiers effets embrassant produisant sur des objets matériels, le second les phénomènes mentaux de Mesmer et de ses successeurs. Cette classe a été représentée à notre époque par deux hommes illustres, Du Potet et Regazzoni, dont les pouvoirs merveilleux ont été bien attestés en France et dans d’autres pays. Le Mesmérisme est la branche la plus importante de la magie; et ses phénomènes sont les effets de l’agent universel qui sous-tend toute la magie et a produit à tous les âges les prétendus miracles. Les anciens l’appelaient Chaos; Platon et les Pythagoriciens l’ont nommée l’âme du monde. Selon les Hindous, la divinité en forme d’Æther envahit toutes choses. C’est l’invisible, mais, comme nous l’avons déjà dit, un fluide trop tangible. Entre autres noms, ce Protée universel – ou « le nébuleux Tout-Puissant » comme le dit de dérision Mirville – les théurgistes l’appelaient « le feu vivant », « l’Esprit de Lumière » et Magnes. Cette dernière appellation indique ses propriétés magnétiques et montre son caractère magique. Car, comme l’exprime véritablement l’un de ses ennemis – μαγος et μαγνες sont deux branches se développant à partir du même tronc et projetant les mêmes résultats. Le magnétisme est un mot pour la dérivation de laquelle nous devons regarder à une époque incroyablement tôt. On croit que la pierre appelée aimant doit son nom à la Magnésie, ville ou district de Thessalie, où ces pierres étaient trouvées en grande quantité. Nous pensons cependant que l’opinion des Hermétistes est la bonne. Le mot Magh, magus, est dérivé du Sanskrit Mahaji, le grand ou sage (l’oint par la sagesse divine). […] Maintenant, quel est cette substance mystique, primordiale? Dans le livre de la Genèse, au début du premier chapitre, il est appelé « la surface des eaux », qui aurait été incubé par « l’Esprit de Dieu ». Job mentionne, au chap. xxvi., 5, que «  les choses mortes se forment sous les eaux et leurs habitants ». Dans le texte original, au lieu de « choses mortes », il est écrit un Rephaïm mort (géant, ou homme primitif puissant), à partir duquel « Evolution » pourrait un jour retracer notre Race actuelle. Dans la mythologie Égyptienne, Kneph l’Éternel, le Dieu non révélé, est représenté par un emblème de serpent d’éternité entourant une urne à eau, la tête flottant au-dessus des eaux, qu’il incube avec son souffle. Dans ce cas, le serpent est l’Agathodaimon, le bon Esprit; dans son aspect opposé c’est le Kakodaimon – le mauvais. Dans les Eddas Scandinaves, le miel de rosée – la nourriture des dieux et des Yggdrasill abeilles – créatives et occupées – tombe pendant les heures de la nuit, lorsque l’atmosphère est imprégnée d’humidité; et dans les mythologies du Nord, en tant que principe passif de la création, il caractérise la création de l’univers en eau; cette rosée est la Lumière Astrale dans l’une de ses combinaisons et possède des propriétés créatrices et destructrices. Dans la légende Chaldéenne de Béros, d’Oannes ou de Dagon, l’homme-poisson, instruisant les gens, montre le monde naissant créé dans l’eau et tous les êtres originaires de cette primatère. Moïse enseigne que seules la terre et l’eau peuvent apporter une âme vivante; et nous lisons dans les Écritures que les herbes ne pourraient pas pousser tant que l’Éternel n’aurait pas fait pleuvoir sur la terre. Dans le Popol-Vuh Mexicain, l’homme est créé à partir de la terre glaise, pris de sous l’eau. Brahma crée Lomus, le grand Muni (ou le premier homme), assis sur son lotus, seulement après avoir appelé à l’existence, des esprits, qui jouissaient ainsi d’une priorité d’existence parmi les mortels, et le créa à partir de l’eau, de l’air et de la terre. Les Alchimistes affirment que la terre primordiale ou pré-Adamique, lorsqu’elle est réduite à sa première substance, en est à sa deuxième étape de transformation, comme une eau claire, la première étant l’alkaheste à proprement parler. On dit que cette substance primordiale contient en elle l’essence de tout ce qui constitue l’homme; il possède non seulement tous les éléments de son être physique, mais même le « souffle de vie » lui-même à l’état latent, prêt à être éveillé. Cela découle de « l’incubation » de l’Esprit de Dieu sur la surface des eaux – le chaos; en fait, cette substance est le chaos lui-même. C’est à partir de là que Paracelse a prétendu pouvoir faire ses « homoncules »; et c’est pourquoi Thalès, le grand philosophe de la nature, a maintenu que l’eau était le principe de toutes choses dans la nature. Quel est le chaos primordial sinon l’ether? L’éther moderne; non pas ce qui est reconnu par nos scientifiques, mais tel qu’il était connu des philosophes anciens, longtemps avant Moïse; l’Éther, avec toutes ses propriétés mystérieuses et occultes, contenant en lui-même les germes de la création universelle; Éther, la vierge céleste, la Mère spirituelle de toutes les formes et de tous les êtres existants, du sein de qui a été « incubé » par l’Esprit Divin, sont appelés à l’existence Matière et Vie, Force et Action. Électricité, magnétisme, chaleur, lumière,et l’action chimique est si mal comprise, même maintenant, que des faits nouveaux élargissent constamment la portée de nos connaissances. Qui sait où finit le pouvoir de ce géant protéiforme – Éther; ou d’où son origine mystérieuse? – Qui, entendons-nous, qui nie l’Esprit qui l’habite et en sort de toutes les formes visibles? » – H.P. Blavatsky, Isis Dévoilée

« Il y a une substance vitale dans la nature sur laquelle toutes choses subsistent. C’est ce qu’on appelle l’archæus, ou force vitale, et est synonyme de la Lumière Astrale ou de l’air spirituel des anciens. Eliphas Levi a écrit au sujet de cette substance: « La lumière, cet agent créateur, dont les vibrations sont le mouvement et la vie de toutes choses; la lumière, latente dans l’éther universel, rayonnant autour des centres absorbants, qui, saturée de la sorte, projette mouvement et vie à leur tour, formant ainsi des courants créateurs; la lumière astralisée dans les étoiles, animalisée chez les animaux, humanisée chez l’homme; la lumière, qui végète toutes les plantes, scintille dans les métaux, produit toutes les formes de la Nature et les équilibre par les lois de la sympathie universelle – c’est la lumière qui présente les phénomènes du magnétisme, divinisés par Paracelse, qui teintent le sang, est libérée de l’air lorsqu’il est inhalé et déchargé par le soufflet hermétique des poumons. » (Histoire de la Magie.) Cette énergie vitale a son origine dans le corps spirituel de la terre. Chaque chose créée a deux corps, l’un visible et substantiel, l’autre invisible et transcendant. Ce dernier consiste en une contrepartie éthérique de la forme physique; il constitue le véhicule de l’archæus et peut être appelé un corps vital. La gaine d’ombre Éthérique n’est pas dissipée par la mort, mais reste jusqu’à ce que la forme physique soit complètement désintégrée. Ces « doubles éthériques », vus autour des cimetières, ont donné lieu à une croyance en des fantômes. Étant beaucoup plus fin dans ses substances que le corps terrestre, le double éthérique est beaucoup plus susceptible aux impulsions et aux inharmonies. Ce sont les perturbations de ce corps de lumière Astral qui causent beaucoup de maladies. Paracelse a enseigné qu’une personne ayant une attitude mentale morbide pouvait empoisonner sa propre nature éthérique et que cette infection, détournant le flux naturel de la force vitale, apparaîtrait plus tard comme un mal physique. Toutes les plantes et tous les minéraux ont une nature invisible composée de cet « archæus », mais chacun le manifeste de manière différente. […] La pratique de la magie – blanche ou noire – dépend de la capacité de l’Adepte à contrôler la force de vie universelle – ce qu’Eliphas Levi appelle le grand agent magique ou Lumière Astrale. La manipulation de cette essence fluidique produit les phénomènes du transcendantalisme. Le fameux Bouc hermaphrodite de Mendès était une créature composite formulée pour symboliser cette Lumière Astrale. Il est identique à Baphomet, le Panthéos mystique de ces disciples de la magie cérémonielle, les Templiers, qui l’a probablement obtenue des Arabes. » – Manly P. Hall, Les Enseignements Secrets de Tous les Âges

« La Lumière Astrale est le dépôt de toutes les formes passées, présentes et futures de la grande nature. La Lumière Astrale est l’Azoth et la Magnésie des anciens Alchimistes, le Dragon Volant de Médée, l’INRI des Chrétiens, le Tarot des Bohémiens. La Lumière Astrale est un formidable feu sexuel qui jaillit du nimbe du Soleil et est fixé à la Terre par la force de la gravité et le poids de l’atmosphère. Le Soleil attire et repousse une lumière aussi charmante. La Lumière Astrale est le levier d’Archimède. Le vieux sage a dit: « Donnez-moi un point d’appui et je soulèverai l’univers. » Le semen est le liquide astral de l’être humain. Le semen est la Lumière Astrale. Le seman est la clé de tous les pouvoirs et la clé de tous les empires. La Lumière Astrale a deux pôles, l’un positif et l’autre négatif. Le serpent ascendant est positif. Le serpent descendant est négatif. » – Samael Aun Weor, Le Mariage Parfait

« La Lumière Astrale est le champ de bataille entre magiciens blancs et noirs. La Lumière Astrale est la clé de tous les empires et la clé de tous les pouvoirs. Il est le grand agent universel de la vie. Toutes les colonnes d’anges et de démons vivent dans la Lumière Astrale.… » – Samael Aun Weor, La Révolution de Belzébuth

« Les âmes des défunts vivent dans la Lumière Astrale. La Lumière Astrale est la lumière de tous les enchantements et sorts magiques. La Lumière Astrale est liée à l’air; nous la mangeons, nous la respirons, mais nous ne pouvons la voir qu’avec les yeux de l’âme. » – Samel Aun Weor, Les Mystères de la Vie et de la Mort

Catégories : Glossaire