Écrit par: Gnostic Instructor          Catégorie: Écriture

L’histoire de Noah et de son Arche est racontée depuis des siècles comme une histoire d’enfants que personne ne soupçonne aujourd’hui les vraies significations qu’elle cache. Au lieu de cela, elle est vue comme toutes les histoires d’enfants: comme quelque chose de doux et de stupide. Mais, l’histoire de Noah a été écrite dans la Bible par Moïse, non pour divertir les bébés, mais pour faire partie de la science sacrée qu’il a codée dans ses livres. Moïse, un homme qui se tenait face à face avec Dieu, ne perdait pas son temps en bagatelles. Il a écrit l’histoire de Noah pour enseigner quelque chose d’important à ceux qui souhaitaient vivre les expériences qu’il avait vécu. Rencontrer la divinité n’est pas chose facile.

«…quand [après avoir parlé avec Dieu], il descendit de la montagne, et Moïse ne réalisa pas que la peau de son visage brillait pendant qu’il lui parlait. Et quand Aaron et tous les enfants d’Israël virent Moïse, voici, la peau de son visage brillait et ils avaient peur de s’approcher de lui.» – Exode 34

Si vous ne connaissez pas l’histoire de Noah, cela est raconté dans le premier livre de Moïse, intitulé Genèse / Bereshit, chapitres 6 à 8. En bref, il explique comment la divinité, voyant la dégénérescence de l’humanité, décide de détruire tous les êtres vivants, à l’exception des rares qui sont purs, dirigée par Noah. On lui dit de construire «une Arche» (un bateau) dans laquelle il emmène sa famille et deux de chaque animal, au sein desquels ils survivent à une inondation mondiale.

Moïse n’était pas le seul à raconter cette histoire. L’histoire de Noah est plus ancienne que la Bible.

Les érudits contemporains pensent que les livres de Moïse ont été composés au VIe siècle av. J.C. Mais, l’histoire est racontée dans des livres plus de mille ans plus anciens que la Bible.

D’après les instructions de Shuruppak, Sumérien, datant de 1700 av. J.C.

«Jour après jour, debout constamment à……. Quelque chose qui n’était pas un rêve est apparu, une conversation……, …… prêtant serment en invoquant le ciel et la terre. Dans le Ki-ur, les Dieux…… un mur. Zi-ud-sura, se tenant à son côté, entendit: «Un mur latéral se tenant à mon côté gauche,…… Mur latéral, je vous parlerai avec des mots; prenez garde à mes mots, faites attention à mes instructions. Un déluge balayera le…… dans tous les……. Une décision que la graine de l’humanité doit être détruite a été prise. Le verdict, la parole de l’assemblée divine, ne peut être révoqué. L’ordre annoncé par An et Enlil ne peut pas être renversé. Leur royauté, leur mandat a été coupé, leur cœur devrait être mis au repos…» […]

«Toutes les tempêtes et les vents violents se sont levés ensemble et le déluge a balayé la……. Après que le déluge eut balayé la terre et que des vagues et des tempêtes aient secoué l’énorme bateau pendant sept jours et sept nuits, Utu, le soleil de Dieu, apparut, illuminant le ciel et la terre. Zi-ud-sura pourrait percer une ouverture dans l’immense bateau et le héros Utu entra dans l’immense bateau avec ses rayons. Zi-ud-sura le roi se prosterna devant Utu. Le roi sacrifia des bœufs et offrit d’innombrables moutons…

[…]

«Le roi Zi-ud-sura se prosterna devant An et Enlil. An et Enlil traitèrent Zi-ud-sura avec bonté……, ils lui accordèrent la vie comme un Dieu, ils lui firent vivre la vie éternelle. À cette époque, en préservant les semences des animaux et de l’humanité, ils ont établi le roi Zi-ud-sura dans un pays d’outre-mer, dans le pays de Dilmun, où le soleil se lève.»

Cette histoire est également conservée dans des écritures Hindoues aussi anciennes ou plus anciennes que la Bible.

« … Il y avait un puissant et grand Rishi du nom de Manu. Il était le fils de Vivaswan et était égal à Brahma dans la gloire. Et il surpassait de loin son père et son grand-père par la force, la puissance, la fortune et les austérités religieuses.

« … La dissolution de tout ce monde mobile et immobile est proche. Le temps pour la purge de ce monde est maintenant mûr… Tu construiras une Arche massive et forte et tu l’auras munie d’une longue corde. Tu dois y monter, ô grand Muni, avec les sept Rishis et emporter avec toi toutes les semences énumérées par Brahmanas régénéré autrefois, et que tu les conserveras séparément et avec précaution… tu agiras selon mes instructions car, sans mon aide, tu ne peux pas te sauver de cette terrible inondation.

[…]

« Et il y avait de l’eau partout et les eaux couvraient le ciel et le firmament également. … Le poisson a traîné diligemment le bateau dans le déluge pendant de nombreuses années, puis… il l’a remorqué vers le plus haut sommet de l’Himavat. Et, O Bharata, le poisson a ensuite dit à ceux qui se trouvaient à bord du navire de l’attacher au sommet de l’Himavat.» – Le Mahabharata, Livre 3: Vana Parva: Markandeya-Samasya Parva: Section 186

Il y en a plus: l’histoire du «grand déluge» a été racontée non seulement par les Hébreux, les Chrétiens, les Sumériens et les Hindous, mais aussi par les Grecs (Deukalion), le K’iche’, Maya, Lac Courte Oreilles Ojibwa, et Muisca, des gens de nombreuses cultures, de nombreux continents et de nombreuses époques.

Beaucoup interprètent les sources mondiales de l’histoire comme une preuve que l’histoire de Noah s’est produite physiquement, littéralement, et transmet un récit historique d’une inondation littérale dans le monde entier. Comme toutes les histoires anciennes, il y a des éléments littéraux. Noah était une personne. Les civilisations ont été détruites et certains habitants – ceux qui ont écouté les conseils divins – ont été sauvés. Mais, ce n’est pas la vraie importance de l’histoire. L’histoire ancienne a peu d’incidence sur nos souffrances en ces instants. La valeur de l’histoire est beaucoup plus profonde que ce que l’on peut trouver dans une interprétation littérale. Pour obtenir les vraies significations, il faut savoir lire le code.

Symbolisme et Mythe

Toutes les écritures authentiques sont allégoriques et symboliques. Ce ne sont pas des documentations littérales de l’histoire, bien que certaines figures, certains personnages décrits dans les textes sacrés aient existé. Néanmoins, leur description dans les écritures sacrées a voulu servir à représenter les principes que le dévot spirituel de toute religion cherche à développer en eux-mêmes en tant que partie du chemin menant à un développement complet. L’Arche de Noah cache cette science mystique de manière symbolique.

La Bible est un recueil d’écrits. La première partie, l’Ancien Testament, est traduite de la tradition Juive. Dans le Judaïsme, ce recueil d’écritures s’appelle le Tanakh. Plus précisément, l’histoire de l’Arche est dans la Torah, les cinq livres de Moïse. Mais, dans le Judaïsme, il y a beaucoup plus d’écritures, et toutes ne sont pas disponibles au public. En d’autres termes, il y a des niveaux d’enseignements. Le Christianisme, en revanche, a rejeté la plupart de ces autres écrits, même si le fondateur du Christianisme est un maître de ces écritures. Nous soulignons cela parce que Jésus, en tant que Juif et maître de l’Hébreu et des enseignements secrets du Judaïsme, n’a pas été suivi comme exemple par ses étudiants. Ils ont volontairement évité la connaissance nécessaire pour comprendre leur propre tradition. Un Chrétien qui connaît l’Hébreu et la Kabbale comprend beaucoup mieux Jésus et le Christianisme.

Les enseignements secrets du Judaïsme sont magnifiquement documentés dans une écriture intitulée «Le Livre de la Splendeur» (Sepher ha Zohar). À propos de la nature symbolique des Écritures, il est dit:

«Rabbi Siméon dit: «Malheur à l’homme qui dit que la Torah est venue pour raconter des histoires, simplement et clairement, et des histoires simples sur Esau et Laban, etc. S’il en était ainsi, même à l’heure actuelle, nous pourrions produire une Torah à partir de sujets simplistes, peut-être même plus agréables que celle-là. Si la Torah en est venue à illustrer des questions matérielles, même les dirigeants du monde ont entre eux des choses supérieures. Si c’est le cas, suivons-les et produisons à partir d’elles une Torah de la même manière. Il doit être que tous les éléments de la Torah sont de nature supérieure et sont des secrets primordiaux.

«Viens et vois: le monde d’en haut et le monde d’en bas sont mesurés avec une balance. Les enfants de Yisrael en-bas correspondent aux nobles anges en-haut. Il est écrit à propos des nobles anges: «qui fait des vents ses messagers» (Psaume 104: 4). Quand ils descendent, ils sont revêtus des vêtements de ce monde. S’ils n’avaient pas acquis le vêtement pour ce monde, ils ne pourraient pas exister dans ce monde et le monde ne pourrait pas les supporter. Et s’il en est ainsi pour les anges, combien plus pour la Torah qui a créé ces messagers et tous les mondes qui lui sont dus. Une fois qu’elle aurait été ramenée dans ce monde, si elle n’avait pas revêtu tous ces vêtements de couverture de ce monde, qui sont des histoires et des contes simplistes, le monde n’aurait pas pu le tolérer.»

Par conséquent, ce qui est important, c’est le message derrière le voile.

Ceux qui ne recherchent que des interprétations littérales des Écritures deviennent confus, car la Bible n’est pas un texte historique explicite. Les Écritures ont été écrites pour communiquer la connaissance spirituelle, et le meilleur moyen de communiquer ce type de connaissance est le langage spirituel, qui est ce langage de métaphore, d’allégorie et de symbolisme. Il serait absurde de croire que tout en France est bleu, blanc et rouge comme son drapeau. Mais, c’est ce que font ceux qui lisent littéralement des documents spirituels: ils interprètent les symboles littéralement. Un drapeau est un symbole. Il en va de même pour les personnages et les histoires dans les Écritures.

Ceux qui recherchent des preuves matérielles des événements décrits dans la Bible sont aussi sots que quelqu’un qui cherche à retrouver les corps de Humpty Dumpty ou de Jack et Jill. Les histoires pour enfants sont conçues pour enseigner et non pour être lues comme une histoire littérale. Les Écritures sont également conçues pour enseigner, mais à un niveau supérieur aux histoires pour enfants. Les personnages de contes pour enfants représentent des qualités, des événements, des manières de se comporter; les personnages des Écritures font de même, mais plus encore, ils représentent des étapes de développement spirituel.

Les événements mentionnés dans la Bible peuvent être tirés d’événements passés. Mais, de nombreux autres événements, personnages et lieux n’ont jamais existé. Encore une fois: chaque élément de la Bible est principalement symbolique et non littéral.

Bien que certains scientifiques croient avoir trouvé l’Arche physique utilisée par Noah dans l’Ancien Testament, cela n’est pas plausible, puisqu’un bateau en bois n’a jamais été utilisé par un homme du nom de Noah pour échapper à une inondation mondiale. L’Arche est un symbole.

Le peu d’histoire réelle de la Bible est son contenu le moins significatif. De plus, si l’on essaie d’interpréter littéralement les Écritures, il est aisé de voir que peu de choses ont un sens logique, pratique et sont souvent complètement contradictoires. Cela souligne le fait que la Bible n’est pas destinée à être interprétée littéralement.

Certains exemples de la nature symbolique des Écritures incluent la durée de vie des personnages de la Bible, avec des personnages importants vivant entre 150 et 900 ans. Il a été rapporté que Noah a vécu 500 ans, un exploit miraculeux en soi, avant même d’engendrer des enfants, qui ont également vécu jusqu’à un âge avancé. Bien que les enseignements ésotériques nous enseignent qu’au cours des époques précédentes, avant que l’humanité ne dégénère en barbarie, la durée de vie de l’être humain était plus longue qu’aujourd’hui, ces chiffres laissent néanmoins présager quelque chose de symbolique et non de littéral. Ceci est lié à l’étude de la numérologie dans le Judaïsme, connue sous le nom de Kabbale. En connaissant la Kabbale, nous pouvons interpréter ces âges comme quelque chose de représentatif des étapes du développement spirituel, dramatisé à travers des personnages Bibliques tels que Noah, sa femme et ses enfants. Ces chiffres ont une signification spirituelle, car la Bible est un livre d’instructions spirituelles et n’est pas, comme beaucoup de gens le pensent, une documentation littérale sur la durée de vie physique des personnages historiques.

Le fait est que la littérature religieuse et mystique a toujours été écrite pour un petit groupe spécialement éduqué, qui a fourni à son tour la minuscule portion qui, à son avis, pouvait aider les non-éduqués. Ceux qui n’avaient pas cette compréhension spéciale n’auraient aucune idée qu’il y avait plus de signification que ce qu’on leur disait. En fait, chaque histoire scripturaire comporte plusieurs niveaux de signification. Symboliquement, nous disons qu’il y a sept niveaux de signification dans chaque récit scripturaire. Mais, même cette déclaration est symbolique, métaphorique.

Avant de pouvoir analyser une signification importante de l’histoire de Noah, nous allons la résumer ici pour ceux qui ne la connaissent pas.

Synopsis de la Genèse, Chapitres 6 à 9

Au fur et à mesure que l’humanité s’est développée à partir de la lignée d’Adam, Eve et de leurs enfants, elle a progressivement dégénéré à travers la cruauté, la perversité et la barbarie. C’est pourquoi Dieu s’est repenti d’avoir créé l’humanité aux côtés des poissons de la mer, des animaux de la terre et des oiseaux du ciel.

Cependant, Noah et sa famille ont trouvé grâce devant les yeux de Dieu, car tandis que la terre était remplie de violence et de corruption, Noah, sa femme et ses trois fils, Shem, Ham et Japheth, étaient les générations favorisées du Seigneur.

C’est pourquoi Dieu dit à Noah qu’il détruirait la terre et lui ordonna de construire une Arche en bois de gopher, enrichie en poix, d’une longueur de trois cents coudées, d’une largeur de cinquante coudées et d’une hauteur de trente coudées. L’Arche aurait une fenêtre, à côté de trois niveaux ou étages, pour loger Noah, sa famille, les épouses de ses fils et un animal mâle et femelle de toutes les espèces de la terre, y compris le bétail, les oiseaux et la chose rampante. De chaque animal pur, Noah avait pour instruction de prendre sept paires; mais de chaque animal impur, seulement deux. On lui a également dit de prendre sept paires pour les oiseaux du ciel.

Dieu a dit à Noah qu’il provoquerait de la pluie sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits, et que toute vie sur la terre serait éteinte. Noah avait 600 ans lorsque les pluies sont arrivées, le dix-septième jour du deuxième mois de l’année. Lui et sa famille ont été élevés dans l’Arche au-dessus du déluge qui a avalé la terre et le ciel, les eaux s’étant élevées à 15 coudées au-dessus de la terre. Les inondations ont prévalu sur la terre 150 jours.

Par la suite, Dieu a fourni du vent pour apaiser les inondations, en se souvenant de Noah, de sa famille, de l’Arche et des animaux qui s’y trouvaient. Les pluies se sont calmées et les inondations ont diminué, plaçant ainsi l’Arche le dix-septième jour du septième mois au-dessus des montagnes d’Ararat. Les eaux ont continué à diminuer jusqu’au dixième mois, lorsque les sommets des montagnes ont été vus.

Noah a alors envoyé un corbeau et une colombe à la recherche de terres sèches, n’ayant trouvé aucun endroit pour se reposer, à l’exception de l’Arche. Après sept jours supplémentaires, Noah envoya de nouveau la colombe à la recherche de terres sèches et, lorsque la colombe revint avec une feuille d’olivier dans son bec, il sut que les inondations avaient disparu.

Le premier jour du six cent et unième année, Noah enleva le couvercle de l’Arche et vit la terre sèche. Dieu lui a alors parlé, lui disant d’amener sa famille et les animaux de l’Arche pour être féconds et se multiplier sur la terre. Par reconnaissance, Noah a construit un autel et a offert l’holocauste de chaque animal pur. Le parfum faisait appel à Dieu, qui a déclaré qu’il ne détruirait plus l’humanité comme il l’avait fait avec le déluge.

Dieu a donc conclu une alliance avec Noah, sa famille, ses successeurs et les animaux de la terre, selon laquelle Il ne détruirait plus la terre comme Il l’avait fait auparavant et, en gage de sa promesse, montrait un arc-en-ciel représentant Son pacte avec l’homme.

L’Arche

Pour commencer à comprendre comment l’histoire de Noah est symbolique, examinons le mot «Arche».

Premièrement, il n’y a aucune référence à un bateau dans les écritures Hébraïques originales.

En Français, la Bible dit:

«Fais de toi une Arche en bois de gopher…» – Genèse / Bereshit 6:14

Selon l’interprétation populaire, cela a été compris comme «un bateau». Mais, en Hébreu, l’écriture originale, il est écrit:

«Fais-toi une tebah תבה de bois de gopher…» – Genèse / Bereshit 6:14

Tebah תבה signifie «coffre, caisse, case» ou «coque, corps». En bref, tebah désigne un conteneur. En Hébreu, il y a beaucoup de mots pour bateau ou navire, mais la tebah n’en fait pas partie.

De toute évidence, le mot tebah est assez éloigné du mot Arche. Alors d’où vient le mot Arche?

Bien que le mot Arche n’apparaisse pas dans les Écritures Hébraïques (Tanakh ou Torah), il apparaît dans les traductions Latines de la Bible comme «arca», qui se traduit par différents mots, notamment 1) un coffre, à la fois comme boîte et le tronc du corps humain, et 2) aussi comme un cercueil, comme dans lequel Joseph dans l’Ancien Testament a été placé quand il est mort.

Bien sûr, dans la Bible, il y a plusieurs types d’«Arches». Dans chaque cas, l’«Arche» est un conteneur qui protège quelque chose de sacré. Ce n’est pas un navire littéral ou un bateau; c’est plutôt comme la «coque» d’une graine: elle protège les éléments vitaux à l’intérieur.

Le mot «Arche» est évidemment lié à «arcane, arcanes» qui signifie quelque chose de caché, de secret, connu uniquement des personnes spécialement informées. Par conséquent, l’Arche de Noah fait référence à quelque chose d’inconnu du niveau public de la religion. La connaissance des arcanes a toujours été réservée à ceux qui étaient prêts auparavant à l’utiliser.

Afin de comprendre ce secret et ce que cela signifie, nous devons examiner les implications de l’histoire et la signification des mots Hébreux utilisés en elle.

L’Histoire de Noah Commence

L’histoire de Noah commence au chapitre 6 du livre de la Genèse.

«Et יהוה Iod-Chavah [Dieu] a vu que l’impureté [רע rah: pollution] d’Adam était grande sur la terre et que toute imagination des pensées de son cœur n’était que continuellement une impureté.

«Etיהוה Iod-Chavah s’est repenti d’avoir créé Adam sur la terre, et cela l’a affligé dans son cœur.

«Et יהוה Iod-Chavah a dit: Je détruirai Adam que j’ai créé de la surface de la terre; à la fois Adam et behemoth [animal, bête], et la chose rampante, et les oiseaux du ciel; car je me repens de les avoir faites.

«Mais [Noach, Noah] a trouvé grâce aux yeux deיהוה – Iod-Chavah.» – Genèse 6: 5-8

Donc, cette histoire commence réellement avec Adam.

Adam et Eve

Le premier drame de la Bible est l’histoire d’Adam et Eve [Genèse 1-4], qui vivaient d’abord dans un état de félicité et connaissaient personnellement la divinité, mais ont ensuite choisi de manger le «fruit défendu» de l’Arbre de la Connaissance «du Bien et du Mal». Ces mots importants sont écrits en Hébreu en Arabe, qui signifie «bonté et impureté». Elles impliquent que l’Arbre de la Connaissance est dual: il peut être utilisé à des fins bénéfiques à travers la pureté, ou nuisibles à travers la pollution ou l’impureté. Adam et Eve ont quitté l’Eden parce qu’ils avaient enfreint le commandement que leur avait donné la divinité. Ils ont donc été pollués par רע rah: l’impureté. C’est ainsi qu’ils ont perdu la capacité de marcher et de parler avec Elohim.

Comme nous l’avons mentionné, l’importance de ces histoires se retrouve dans la manière dont elles s’appliquent à nous maintenant. Bien qu’Adam et Eve aient une signification en relation avec le passé antique, l’éclat de Moïse est clairement visible dans la manière dont, par la grâce du divin, il a écrit des histoires très profondes et multicouches.

Adam et Eve se rapportent à nous personnellement ici et maintenant.

Adam représente notre mental, notre état psychologique. Eve, la «mère des vivants», qui apporte des êtres vivants au monde, représente nos organes sexuels. Eve, nos organes sexuels, offre le fruit défendu à notre mental, Adam. Lorsque nous «mangeons», nous quittons l’«Eden», un mot Hébreu qui signifie «félicité». Quitter l’Eden signifie abandonner cet état d’être dans lequel on connaît personnellement les Elohim. Naturellement, nous en sommes tous à l’état actuel. Si quelqu’un prétend connaître Dieu, nous pensons qu’il est devenu fou. Mais, c’était l’état primordial de l’humanité.

Caïn et Abel

Après l’histoire d’Adam et Eve, celle de leurs «enfants», Caïn et Abel. Leur histoire représente le conflit à l’intérieur de nous entre la pureté innée de la psyché (représentée par Abel) et les désirs toujours insatisfaits que nous avons (Caïn). Nos désirs «tuent» la pureté de la psyché (Caïn tue Abel). Or, Abel, cette partie de nous ne cesse pas d’exister; en «mourant» est représenté comment il est devenu presque complètement impuissant, piégé, submergé par la propagation du désir. En d’autres termes, lorsque le désir nous régit psychologiquement, Abel est rendu «mort».

Nous laissons nos désirs (Caïn) tuer notre Conscience (Abel).

«Caïn s’est levé contre Abel, son frère, et l’a tué.» – Genèse 4

Alors, que se passe-t-il ensuite dans la Bible? L’histoire de Noah.

Passons en revue. Ceci est un résumé des chapitres 1 à 4 de la Genèse, du point de vue que nous examinons:

  • 1er: Adam et Eve (mental et organes sexuels) succombent à la tentation et quittent l’état de bonheur.
  • 2e: Caïn (le désir) «tue» Abel (la pureté innée du mental), le rendant impuissant.
  • 3e: la divinité nous voit dans notre état corrompu: divorcés de l’Eden (l’état de félicité dans lequel nous connaissons directement la divinité), gouvernés par le désir (Cain), aspirant à encore plus d’impureté (ער rah). Puisque notre divinité intérieure nous aime et veut nous aider, elle regrette notre existence dans cet état.

Donc, vous voyez, ce n’est pas difficile à comprendre.

Notre état d’être actuel est celui d’Adam et Eve dans le désert: nous souffrons, nous ne pouvons pas parler à Dieu face à face, en fait nous ne pouvons même pas croire en la divinité. Cependant, si nous apprenons à rectifier cette erreur et à vaincre la tentation d’Eve, nous pouvons retourner dans l’Eden: un état de bonheur et de perception spirituelle. C’est le point de l’histoire de Noah.

La Purification de «la Terre»

Relisons donc ce passage, mais comprenons d’abord le symbole du mot «terre». La «terre» représente ce qui abrite notre psyché; la «terre» est notre corps; c’est notre «royaume», notre monde ou notre pays. Nous vivons dans notre «terre», le corps, mais ce corps n’est pas seulement physique. C’est aussi le corps que nous habitons lorsque nous rêvons, lorsque nous imaginons, rêvassons ou fantasmons. Lorsque nous rêvons, nous habitons une sorte de corps qui n’est pas physique; ce corps est aussi notre «terre». Nous appelons donc cette matière notre «terre».

La bacchanale qui est toujours en cours dans notre mental.

«Et יהוה Iod-Chavah [notre divinité intérieure] vit que l’impureté [ער rah: pollution] de [notre mental] était grande dans le [corps], et que toute imagination des pensées de son cœur n’était qu’une impureté continuellement.

«Et יהוה Iod-Chavah s’est repenti d’avoir créé [le mental qui est] dans le [corps], et cela l’a affligé dans son cœur.

«Et יהוה Iod-Chavah a dit: Je vais détruire [ce mental corrompu] que j’ai créé à partir de [l’image] du [corps]; à la fois [le mental] et [l’ego animal], et la chose rampante [éléments pervers dans notre mental], et les oiseaux du ciel [pensées distrayantes qui volent dans l’imaginaire]…» – Genèse 6

Psychologiquement, cette histoire a du sens maintenant. Aucun de nous n’est un «mouton doux» ni un «ange innocent». Notre mental est profondément corrompu par l’orgueil, la luxure, la colère, l’envie, la cupidité, etc. Tout cela existe à cause des choix que nous avons faits: tentés par le désir, nous cultivons ces éléments dans notre psychisme et les cultivons depuis des siècles. Ainsi, comme cela se produit à grande échelle dans la nature quand une région tombe malade, la nature doit la nettoyer pour empêcher la propagation de l’impureté. Notre propre divinité intérieure doit également nous purifier. Mais, cette purification n’est pas agréable. C’est le sens qui se cache derrière de nombreuses histoires dans les Écritures: l’histoire de Lot, Moïse, Adam et Eve, Job, Babylone, Égypte… montre comment notre mental – un état d’esclavage psychologique envers des éléments impurs – doit être purgé, nettoyé, et détruit, de sorte que l’élément pur – la Conscience – puisse être libérée.

La Préservation de Noah

«Mais [Noach, Noah] a trouvé grâce aux yeux de יהוה Iod-Chavah.» – Genèse 6: 8

Ainsi, parmi toute cette dégénérescence à l’intérieur de nous, la divinité voit un élément qui mérite d’être sauvé: Noah.

Le nom Hébreu נח Noah a deux lettres.

  • La première lettre, נ Nun, représente un poisson.
  • La deuxième lettre, ח Chet, est la racine du mot Chai, «vie».

Dans toutes les versions de l’histoire du déluge du monde entier, à cause de la corruption généralisée, tous les êtres vivants doivent être détruits. Cependant, pour que la vie continue, ce qui est pur est préservé en restant au-dessus des eaux. Dans les versions Hindoues de l’histoire, un Dieu en forme de poisson guide les âmes pures vers la sécurité du sommet d’une montagne.

«…le [Dieu sous la forme d’un] poisson a traîné le bateau avec diligence pendant de nombreuses années, puis… il l’a remorqué vers le plus haut sommet de l’Himavat. Et, O Bharata, le poisson [divin] a ensuite dit à ceux qui se trouvaient à bord du navire de l’attacher au sommet de l’Himavat.» – Le Mahabharata, Livre 3: Vana Parva: Markandeya-Samasya Parva: Section 186

Il est extrêmement intéressant que le nom Noah cache ces éléments mêmes: le poisson et la vie elle-même.

Le poisson est un symbole fondamental dans toutes les religions, en particulier le Christianisme. Le symbole principal des premiers Chrétiens n’était pas la croix – c’était un poisson. Mais, peu savent pourquoi. Jésus lui-même a souligné son importance lorsqu’il a pointé du doigt Jonah et l’histoire du grand poisson (le nom Jonah contient également la lettre Nun, le poisson). Un des grands miracles de Jésus est celui des pains et des poissons, autre événement symbolique important. Il y a de très profonds mystères ésotériques liés au poisson, des mystères complètement ignorés par les interprétations modernes des Écritures.

Dans chaque cas, le poisson représente la force de vie dans les eaux. Clairement, c’est ce qui est indiqué par le nom Noah même: נ Nun (poisson) + ח Chet (vie). Où trouvons-nous cela en nous-mêmes? Pour cela, nous nous tournons vers la source de nos vies: l’énergie sexuelle. Le spermatozoïde et l’ovule sont des «poissons» dans les «eaux» de la sexualité. Lorsque qu’ils sont combinés, la vie émerge. La seule façon de créer de la vie est de travailler avec ces «graines».

Ainsi, «Noah» est une graine cachée à l’intérieur de nous. Noah est la «graine de l’âme».

Noah représente la vraie nature de notre psyché, connue dans différentes traditions sous des noms tels que la Conscience, l’âme, le jiva, la «nature du Bouddha» – une étincelle pure, sans tache, naturellement rayonnante et consciente du divin, qui à travers une science spécifique peut devenir un maître à part entière, un ange ou un Bouddha (quel que soit le nom que vous souhaitez utiliser). En fait, le nom Noach signifie «repos». Si vous avez étudié l’Hindouisme ou le Bouddhisme, vous verrez immédiatement que cela correspond au but ultime de ces traditions: le Nirvana, qui signifie «repos, cessation». C’est pourquoi l’Écriture continue avec:

«Ceux-ci sont le résultat de Noah: Noah était un איש iysh [feu masculin] juste et parfait dans sa génération [issue sexuelle], et Noah marchait avec Elohim [Dieux et Déesses]. Noah engendra trois fils: Shem, Ham et Japheth.» – Genèse 6: 9-10

Si vous ne le saviez pas, le mot Hébreu Elohim est pluriel: il signifie «Dieux et Déesses». Il est étrange que des gens prétendent que le Judaïsme et le Christianisme sont monothéistes, alors que les Écritures ne le sont pas.

«Elohim [Dieux et Déesses] créa donc Adam à leur image, à l’image d’Elohim [Dieux et Déesses] ils les créèrent: homme et femme ils les créèrent.» – Genèse 1:27

Ne nous écartons cependant pas trop loin.

Nous expliquions que Noach représente la graine de l’âme. Ceci est clairement expliqué dans le passage suivant de l’Écriture.

La Création de l’Âme

«Ceux-ci est le résultat de Noah: Noah était un איש iysh juste et parfait dans sa génération, et Noah marcha avec Elohim [Dieux et Déesses]. Noah engendra trois fils: Shem, Ham et Japheth.» – Genèse 6: 9-10

Les trois «fils» de Noah sont symboliques des trois parties de l’âme pleinement développée.

En dépit de la dégénérescence qui nous a tous corrompus, «Noah» doit survivre pour que l’âme puisse se développer.

Si cette idée de développer l’âme vous semble nouvelle, c’est peut-être parce que cet aspect du Christianisme a été supprimé de l’enseignement. Néanmoins, Jésus a dit:

«Avec patience, vous posséderez [éventuellement] vos âmes.» – Luc 21:19

L’âme développée est représentée par le vêtement de noce mentionné par Jésus, le char d’Ézéchiel, le char de Krishna, le bateau solaire des Égyptiens, le corps d’or des Grecs et de nombreux autres symboles mythologiques.

Tiré du Mahabharata, Krishna (Christ) conduit le char (Corps Solaires) d’Arjuna (l’Âme Humaine).

L’âme ne peut être créée que par le biais d’une «seconde naissance», enseignée par Jésus comme résultant du Saint-Esprit (feu) et d’une eau vive secrète, qui ont toutes deux été longuement discutées par Jésus et cachées symboliquement dans les Écritures.

«Jésus répondit et lui dit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut pas voir le royaume de Dieu.

«Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il entrer une seconde fois dans le ventre de sa mère et naître?

«Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau vive et d’Esprit [Saint, qui est feu], il ne peut pas entrer dans le royaume de Dieu.

«Ce qui est né de la chair est chair [physique]; et ce qui est né de l’Esprit est esprit [en d’autres termes: âme].» – Jean 3

La naissance est sexuelle, qu’il s’agisse d’une naissance physique ou d’une naissance spirituelle. L’âme doit être faite, naître. Nous n’avons pas de véritable âme avant d’en avoir fait une. Nous avons la graine de l’âme, le potentiel de naître, mais nous ne sommes pas «nés de nouveau» jusqu’à ce que l’âme soit née.

Personne ne naît en disant des mots ou en croyant quelque chose. La naissance est une affaire sexuelle.

Noah est la graine de l’âme et l’étincelle qui allume le feu.

«Noah un איש [iysh] juste…» – Genèse 6: 9

Le mot איש peut être traduit par «homme», mais le symbolisme de ce mot est accablant: c’est le mot אש esh, «feu», avec la lettre י Iod au milieu. י Iod a tellement de significations que nous avons donné plusieurs conférences à ce sujet: il représente un homme, l’alliance entre l’homme et Dieu, la circoncision, le phallus et bien plus encore. Ainsi, איש peut être compris comme représentant quelqu’un qui respecte les commandements, obéit au pacte de feu (pureté sexuelle), qui «se tient au milieu du feu de la fournaise et n’est pas brûlé» (voyez Daniel 3, où les trois hommes, les parties de l’âme, debout dans le feu de la fournaise avec un mystérieux quatrième homme, comme Noah et ses trois «fils». Vous devez également savoir que «fournaise» est étymologiquement liée au mot «fornication».)

En synthèse, en préservant notre Noah intérieur, notre divinité peut purger l’impureté qui nous emprisonne dans la souffrance. Ce feu intérieur, Noah, doit être protégé dans l’Arche-anum – la connaissance secrète – dans laquelle il va flotter sur les eaux qui consument toute impureté. Vous voyez: l’eau et le feu travaillent ensemble.

La Corruption de la Terre

L’écriture continue:

«La terre [corps] était également corrompue devant Elohim [les Dieux et les Déesses], et la terre [corps] était remplie de méfaits.

«Et Elohim [les Dieux et les Déesses] regardèrent la terre [corps], et voici, elle était corrompue; car toute chair avait corrompu son chemin sur la terre.

«Et Elohim [les Dieux et les Déesses] dirent à Noah: La fin de toute chair est venue devant moi; car la terre [corps] est remplie de méfaits à travers eux; et voici, je les détruirai avec la terre [corps].» – Genèse 6: 11-13

Cela ne signifie pas qu’en détruisant le corps physique, la libération est obtenue. La corruption de la «terre» est plus profonde que cela: c’est une corruption qui dépasse le seul corps physique. La mort ne nettoie pas votre mental des impuretés. La purification dont nous avons besoin ne peut être obtenue par la simple mort physique. C’est pourquoi les Dieux doivent intervenir.

Nous avons expliqué que la «terre» n’est pas simplement le corps physique: c’est notre matière, qui s’étend au-delà du monde physique. Lorsque vous vous sentez en colère, cette qualité s’empare de votre mental, de votre cœur et de votre corps physique. Tout cela ensemble est votre «terre». Donc, pour détruire cette colère, il est nécessaire de la détruire son lieu de résidence: dans le mental même. Lorsque vous rêvez, vous rêvez de cette colère. Votre corps physique n’est pas là ; il dort dans son lit. Pourtant, dans votre rêve, vous êtes toujours sur votre terre, mais pas votre terre physique. Ainsi, la corruption de la terre s’étend au-delà du corps physique. Le nettoyage dont nous avons besoin doit également aller au-delà de la simple physicalité. C’est pourquoi l’enfer existe: il nettoie le mental. Mais, si l’on devient propre en premier, il n’est pas nécessaire d’y aller.

La Graine dans la Coquille

En fait, nous avons besoin du corps physique pour parvenir à la libération. Vous voyez, en plus d’être lié à la véritable nature de notre Être, Noah est également lié à des éléments en nous physiquement. Pour être sauvé du déluge, Noah doit être préservé dans l’Arche.

Nous avons expliqué que l’Arche n’est pas un bateau, mais un symbole profond avec de nombreuses significations qui se chevauchent. L’Arche représente l’enseignement: l’arcane. L’Arche représente également le corps physique. Caché secrètement dans le corps, se trouve un élément divin précieux, source de vie. En d’autres termes, votre corps est la coque (tebah: coque) de la graine (Noah), et à l’intérieur de celle-ci se trouvent les éléments bruts à partir desquels quelque chose de grand peut être créé. Cette graine est votre propre Noah intérieur (Manu).

Chaque graine contient un archétype. Remarquez les mots: Arche-etype. Un archétype est un schéma directeur, un plan, un potentiel. Le mot archétype vient du Latin archetypum, du Grec arkhetypon «motif, modèle, figure sur un sceau», de arkhetypos «premier moulé», de arkhe «premier».

À l’intérieur de la graine d’une plante se trouve le potentiel de devenir cette plante. De même, à l’intérieur de la graine humaine (spermatozoïde et ovule) se trouvent des archétypes: des potentiels – mais, dans notre cas, ce potentiel n’a pas été pleinement exploité. Nous avons une forme humaine, mais nous ne ressemblons pas à Noah, Moïse, Manu, Zi-ud-sura. Mais, nous avons ce potentiel: il se trouve dans notre Arche, notre graine.

Construire l’Arche

Donc, si l’Arche est la science secrète et aussi le corps physique, pourquoi Noah doit-il la construire? Parce que l’Arche représente les stades de développement de ce corps.

La traduction Française commune dit,

«Fais-toi une Arche de bois de gopher; tu feras des chambres dans l’Arche, et tu l’enduiras à l’intérieur et à l’extérieur avec du poix.» – Genèse 6:14

Il n’existe pas de tel bois appelé «gopher». Les spécialistes ont débattu de son identité, mais ne le découvriront jamais, car ce n’est pas un bois littéral.

En Hébreu, ce passage est עצי־גפר. Les deux premières lettres עץ ets peuvent être interprétées comme «bois» ou «arbre». Il y a deux arbres importants dans la Bible, tous deux écrits avec עצ:

  •  עץ החיים: l’Arbre de Vie
  • עץ הדעת טוב ורע: l’Arbre de la Connaissance du bien et du mal

Toute cette histoire a commencé avec l’abus de l’Arbre de la Connaissance. C’est pourquoi Adam et Eve ont dû quitter le jardin. Ainsi, le moyen de revenir est par le même arbre. De même, il est alors logique de traduire עצ de ce passage non pas par «bois», mais par «arbre».

Le mot Hébreu גפר gopher est raccourci de גפרית, gophriyth, soufre (appelé dans la Bible «soufre»). En Alchimie, le soufre est le symbole du feu. Ainsi, ce passage dit en réalité:

«Fais-toi un tebah [conteneur] de l’arbre sulfureux…» – Gen 6:14

L’arbre sulfureux est le même que le «buisson ardent» vu par Moïse. C’est une «allumette», du bois recouvert de soufre et utilisé pour allumer des feux. C’est l’Arbre de la Connaissance.

Dans la Bible, «connaissance» ou «connaître» est sexuel:

«Maintenant, l’homme connu sa femme Eve et elle conçu et porta Caïn…» – Genèse 4: 1

«Et l’ange lui dit: Ne crains pas Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Et voici, tu concevras dans ton ventre, tu feras naître un fils, et tu l’appelleras JÉSUS…

«Alors Marie dit à l’ange: Comment cela se passera-t-il alors que je ne connais aucun homme?» – Luc 1: 30-34

Dans la Bible, la connaissance implique la connaissance sexuelle. De plus, elle est liée au feu: le désir sexuel est une énergie «brûlante». C’est une sorte de feu qui, s’il est utilisé judicieusement, peut être très constructif. Mais, si utilisé bêtement, peut être très destructeur. «L’Arbre de la Connaissance du bien et du mal» est dualiste, ce qui signifie que la connaissance sexuelle peut être bonne ou mauvaise. Naturellement, pour construire l’Arche, pour retourner à l’Eden, il faut savoir utiliser l’arbre dans le bon sens.

Cette phrase continue:

«… Qenim tu feras dans la tebah…» – Genèse 6:14

En Français, qenim est traduit par «chambres», mais en réalité, il est pluriel pour roseaux, cannes et tiges. Le roseau, la canne, le bâton ou la verge est un ancien symbole de la colonne vertébrale d’une personne spirituellement développée. Les anciens maîtres portaient des bâtons non pas pour la mode, mais comme un symbole du feu développé dans leur colonne vertébrale. C’est pluriel ici parce que le travail de création de l’Arche est une collaboration entre un homme et une femme.

John Collier a peint ce portrait d’une Baccante Grecque avec ses éléments symboliques: la peau du désire animal tué, la guirlande de la victoire sur sa tête, et dans sa main, le bâton surmonté d’une pomme de pin, symbole de la glande pinéale éveillée, le «siège de l’âme», «l’œil de Brahma» ou, en d’autres termes, la source de la vision spirituelle.

Il est très important que toute cette description apparaisse dans le chapitre six de Genèse / Bereshit. Premièrement, parce que le nom du livre signifie «commencement» et explique ainsi comment commencer le chemin spirituel. Deuxièmement, parce que le nombre six en Hébreu est la lettre ו Vav, qui représente la colonne vertébrale. Donc, ce chapitre se rapporte au travail avec notre colonne vertébrale.

Pourquoi la colonne vertébrale est-elle importante spirituellement? C’est le conduit qui transmet toutes les énergies de nos systèmes nerveux et soutient les canaux énergétiques entre nos organes sexuels et notre cerveau. Le caducée de Mercure le représente symboliquement, de même que le bâton surmonté d’une pomme de pin portée par les maîtres de jadis (la pomme de pin représente la glande pinéale, dont le nom même contient pin en lui).

«… Et tu l’enduiras à l’intérieur et à l’extérieur avec du poix.» – Genèse 6:14

L’«enduit» se réfère à la manière dont le navire est hermétiquement fermé, afin d’empêcher la pénétration des eaux impures.

Continuant:

«Et tu feras cette Assiah…» – Genèse 6:15

Dans la Kabbale, nous étudions Quatre Mondes. Assiah est le quatrième. Elle se rapporte à l’état final d’un travail de création, lorsque celui-ci est terminé et réalisé. Assiah peut aussi se référer au corps physique. (Assiah est mentionné dans le livre de l’Apocalypse, mais mal traduit par «Asie».)

«La longueur de la tebah sera de trois cents coudées, sa largeur de cinquante coudées et sa hauteur de trente coudées.» – Genèse 6: 15

Chaque lettre Hébraïque est aussi un nombre. Donc, ces nombres sont en réalité des lettres:

  • 300: ש Shin, qui représente le feu
  • 50: נ Nun, qui représente un poisson
  • 30: ל Lamed, qui représente un bâton

Ces lettres représentent le travail à accomplir dans le corps physique pour parvenir à la libération.

La lettre ש Shin se rapporte à la trinité, les trois forces primaires. C’est le feu créateur à la base de la vie. C’est le feu qui a enflammé le buisson ardent devant Moïse. ש Shin représente le pouvoir de création inhérent à chaque atome, un pouvoir que nous devons exploiter et diriger vers la libération, plutôt que d’utiliser nos énergies pour nous dégénérer davantage.

La lettre נ Nun est une vie en mouvement, le «poisson» ou le pouvoir vivant de la sexualité. Comme déjà mentionné, le poisson réside dans nos eaux sexuelles. En mobilisant cette force, nous pouvons réaliser la «deuxième naissance». Jésus a souvent parlé de «l’eau vive».

La lettre ל Lamed est le bâton de Moïse, la verge d’Aaron, qui représente le feu créateur de la lettre ש Shin «élevée sur un poteau» comme un serpent d’airain, comme le faisait Moïse. Ce feu créateur élevé sur la colonne vertébrale «a guéri les Israélites» (voyez Nombres 21). Plus précisément, il s’agit du qenim (roseau, canne) du versé précédent, mais développé, enflammé. En Orient, cela s’appelle Kundalini. Dans le livre des Actes, il est représenté par le feu qui se pose sur la tête des apôtres (après avoir remonté leurs colonnes vertébrales).

L’illumination spirituelle est produite par une abondance de lumière intérieure. Cette lumière est émise par le feu, la lettre ש Shin, qui représente la trinité fondamentale des forces en toutes choses, et qui se trouve à l’intérieur du bois sulfureux de l’Arbre de la Connaissance.

L’histoire de Noah représente un processus alchimique de transmutation, dans lequel la matière première est purgée et purifiée et une matière perfectionnée peut être élaborée.

Le reste de l’histoire – le déluge, les quarante jours et nuits, la mort de l’impur – est lié aux transformations psychologiques que nous devons subir sur le chemin spirituel.

L’avancement spirituel est accompli à travers la purification et la transformation. Tout ce qui est impur en nous doit mourir, tandis que la pureté doit être développée et perfectionnée.

Lorsque nous étudions la Kabbale, nous savons que תבה Tebah, l’Arche, est le corps physique. Ce corps reçoit les forces de la divinité, connues sous le nom de יהוה Iod-Chavah or Jehovah dans l’Ancien Testament, qui peuvent être activées si l’on connaît le secret, la méthode, l’Arche ou l’Arcane. Les écrits religieux tout au long de l’Antiquité ont fait référence au besoin de purification dans le corps, «ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez de Dieu et que vous n’êtes pas le vôtre?» 1 Corinthiens 6:19). Lorsqu’il y a de la souillure dans le corps et dans l’âme, les flots de dégénérescence la détruisent. Mais si l’âme connaît la science secrète, l’Arche ou le Grand Arcane, alors elle peut se développer comme Noah pour être juste et favorisée par la divinité.

Cependant, dans le Livre de la Genèse, nous constatons que l’humanité a abusé de ces énergies pour ses propres caprices égoïstes personnels.

Le Déluge et la Terre

La divinité, à travers toutes les traditions, a demandé aux prophètes et aux guides de l’humanité de respecter l’utilisation du corps et du mental, car c’est un temple qui peut abriter les forces de Dieu. Ce n’est que lorsque les êtres humains ont perdu de vue le dessein divin de leur temple qu’ils sont tombés dans la dégénérescence et le péché.

L’Arche, ou corps physique, était autrefois considérée comme sacrée par toutes les anciennes traditions religieuses, et c’est le stock de principes spirituels qui peut libérer l’être humain.

«L’Arche est l’Argha sacré des Hindous. On peut donc facilement en déduire le lien qu’elle entretient avec l’Arche de Noah en apprenant que l’Argha était un vaisseau oblong, utilisé par les grands prêtres comme un calice sacrificiel dans le culte d’Isis, Astarté et Vénus-Aphrodite, qui étaient toutes des Déesses des pouvoirs générateurs de la nature ou de la matière, représentant donc symboliquement l’Arche contenant les germes de tous les êtres vivants.» – HP Blavatsky, Isis Dévoilée

Les animaux de l’histoire de Noah représentent ces germes de tous les êtres vivants, le spermatozoïde et l’ovule contenus dans le corps physique. Ces germes chez l’homme et la femme sont représentés par les «animaux mâles et femelles» stockés dans «l’Arche». Ces éléments racines primordiaux peuvent fournir une vie physique ou une vie spirituelle, selon leur utilisation. C’est le principe caché derrière le livre de la Genèse, qui a traditionnellement été lu comme une histoire des «générations» d’Adam et Eve – une histoire littérale – mais les symboles signifient en réalité le processus de génération, de création et de purification de l’âme.

Quand Dieu dit: «Soyez féconds et multipliez-vous sur la terre» dans la Genèse, c’est une référence à la conservation et à la propagation de ses forces vitales et spirituelles. Cependant, ces influences divines ne peuvent s’épanouir en nous qu’en construisant l’Arche: en pratiquant la science secrète ou mystérieuse. Ceux qui ne pratiquent pas les enseignements secrets donnés dans les Écritures sont avalés par les eaux de destruction.

Cette histoire est un formidable avertissement concernant le comportement de l’humanité en ce jour – si les gens continuent à s’adonner à la passion, à la violence, à la cupidité, à la promiscuité et à la guerre – les Elohim n’auront alors d’autre choix que d’annihiler cette humanité par compassion pour l’âme, afin qu’elle puisse entrer en résonance avec les lois divines après sa purification. Cette destruction n’est pas simplement physique, mais psychologique et spirituelle, car lorsque le corps physique meurt, la psyché se poursuit à des niveaux plus subtils de matière, d’énergie et de Conscience. La mort physique ne garantit pas la purification et le salut, puisque c’est quelque chose d’intérieur, au-delà du monde physique.

Il est nécessaire de comprendre qu’il y a deux manières pour la divinité de purifier la psyché.

«Voici, je mets devant vous le chemin de la vie et le chemin de la mort.» –Jérémie 21: 8

Quoi qu’il en soit, la psyché doit être purifiée. Cependant, si nous choisissons de ne pas nous purifier volontairement comme Noah, alors la nature le fera pour nous, à travers le processus que les religions appellent «enfer». Ce chemin d’échec est un chemin de grandes souffrances et ne fournit finalement aucun développement pour l’âme. D’autre part, nous avons le chemin de la vie, de la réunion avec le divin qui aboutit à l’embellissement, à la sanctification, à la connaissance et à l’harmonie avec la divinité. Il est représenté dans la vie des prophètes, des saints, des Bouddhas, etc.

Malgré les souffrances, les difficultés et les sacrifices inhérents à la marche sur ce chemin, c’est la seule qui aboutit au développement complet et à la libération de l’âme, car, comme Jésus de Nazareth l’a enseigné:

«Entrez par la porte étroite; car large est la porte, et spacieux est le chemin qui mène à la destruction [Gehenna], et il en existe beaucoup qui entrent par là:

«Parce qu’étroite est la porte, et resserré le chemin qui mène à la vie, et il y en a peu qui le trouvent.» –Matthieu 7: 13-14

Ce «chemin droit et étroit» vers le ciel, un pur état d’être, est introduit par ceux qui aspirent à obéir à la divinité et qui travaillent volontiers sur leurs défauts pour être purifiés, développant ainsi la vertu, l’humilité, la compassion et l’amour comme résultat du fait d’approcher la divinité. La plupart de l’humanité à travers les âges a choisi d’être nettoyée par la nature, comme en témoignent les mythologies et les Écritures du monde. Bien qu’il y ait une composante physique à la destruction de l’humanité, le processus le plus douloureux se situe dans les dimensions inférieures du cosmos, connu sous le nom de l’enfer, la Gehenna, où les âmes désincarnées continuent à souffrir de leurs propres afflictions et désirs jusqu’à ce qu’elles soient nettoyées et recyclées à travers les pouvoirs destructeurs de la nature.

Avant ce processus de purification en enfer, l’humanité doit d’abord être annihilée à travers des catastrophes physiques. Alors que le texte Biblique expliquait que les Elohim ne détruiraient pas l’humanité comme par le passé, d’autres catastrophes naturelles se produisent actuellement à une échelle exponentielle, telles que tsunamis, tremblements de terre, tremblements de mer, volcans et tempêtes dévastatrices. Plusieurs milliers de personnes sont déjà mortes et les survivants sont forcés de subir de grandes tribulations résultant de la destruction et de la pauvreté.

C’est une souffrance énorme sur le plan physique, mais l’âme des morts continue à vivre à d’autres niveaux de matière, d’énergie et de Conscience, avec les mêmes préoccupations, inquiétudes, souffrances et haines qu’elles avaient physiquement vivantes. Cependant, dans les dimensions inférieures de la nature, auxquelles on peut accéder quand on s’endort pour rêver, de telles souffrances sont de loin plus intenses que ce que l’on peut expérimenter dans notre monde physique.

De tels cataclysmes sont un prélude doux à une catastrophe bien pire qui a été évoquée par les prophètes et les enseignants de toutes les grandes religions et traditions spirituelles du monde et qui est symboliquement cachée dans l’histoire de Noah. Si nous voulons éviter les destructions prophétisées mentionnées dans tous les grands écrits religieux, nous devons apprendre et pratiquer cette science mystérieuse. Cependant, peu sont entrés sur le chemin de la vie, qui est le chemin suivi par Jésus, Bouddha, Mahomet et les grands guides spirituels. Pour le suivre, il faut un courage immense, car il nécessite la destruction complète de son impureté psychologique.

Beaucoup de personnes «spirituelles» veulent vivre dans le nouveau ciel et la nouvelle terre mentionnés dans le Livre de l’Apocalypse, mais ils ignorent que c’est avant tout un symbole – une référence à un état de mental pur. Pour habiter le nouveau monde, le mental et le cœur doivent être nettoyés. Ceci est impossible à accomplir sans connaître la science secrète de Noah, car ceux qui sont recyclés par la nature ne gagnent que de la souffrance et n’auront pas le privilège de peupler le monde nouvellement purifié.

Ce n’est qu’une fois que notre crassement psychologique interne est éradiqué par les eaux de pluie de la pratique spirituelle qu’Elohim peut établir un nouveau ciel et une nouvelle terre, ce qui signifie: une nouvelle vie pour le pratiquant de la vraie religion, les cieux représentant un état de Conscience pure et la terre se référant à la pureté dans la physicalité et le mental – le temple du divin.

«Maintenant, apprenez une parabole du figuier [ou du Gopher]; quand sa branche est encore tendre et qu’il mettra des feuilles, vous saurez que l’été approche: de même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez qu’il est proche, aux portes même.

«En vérité, je vous le dis, cette génération [d’humanoïdes] ne passera pas tant que toutes ces choses ne seront pas accomplies. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas.

«Mais de ce jour et de cette heure, personne ne connaît, même les anges du ciel, sauf mon Père seulement.

«Mais comme les jours de Noah, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. Car, comme avant, le jour du déluge, ils mangeaient et buvaient, se mariaient et donnaient en mariage, jusqu’au jour où Noah entra dans l’Arche, et n’ont pas su jusqu’à ce que le déluge soit venu et les ont tous emporté, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme.» – Matthieu 24: 32-39

Apprendre Davantage

Quand le Monde se Terminera-t-il?
Que signifie «Soyez Féconds et Multipliez-vous»?
Catégories : Écriture