Facteurs déterminants pour la santé corporelle (La santé du corps physique)

Samaël Aun Weor

Nous allons donc continuer aujourd’hui avec les exercices ésotériques ayant trait à la guérison du corps physique et aussi à cette question de rajeunissement. Les jeunes ne veulent pas tous rajeunir et le plus grave, c’est qu’ils n’apprécient pas, ils ne savent pas mettre en valeur ce qu’est la jeunesse. Les anciens, eux, le savent et ils apprécient profondément ce que les jeunes sous-estiment : le TRÉSOR DE LA JEUNESSE.

Si un jeune, par exemple, devenait vieux pendant un moment (ne serait-ce qu’une heure) et qu’ensuite il redevenait jeune, je suis sûr qu’il profiterait au maximum de sa jeunesse et qu’il lutterait pour la conserver, car ce pour quoi on doit lutter, c’est pour être jeune et, en fait, se maintenir jeune, n’est-ce pas ?

Vous direz que c’est impossible, car les années passent. Mais qu’est-ce que les années qui passent » ? Le temps n’est rien de plus qu’une illusion du mental ; la réalité, c’est qu’il n’y a pas de temps ; LE TEMPS N’EXISTE PAS.

Dans le Soleil Sacré Absolu, par exemple, l’Univers existe dans sa forme complète, unitotale, dans un éternel instant (avec tous ses processus), au-delà du temps. Ce qui se passe, c’est que lorsque les différents processus de l’Univers se cristallisent, nous établissons le concept « temps » entre cristallisation et cristallisation.

Parlons du […] nous voyons que le soleil se lève et nous disons : « Il est six heures du matin ». Nous voyons qu’il se couche et nous disons : « Il est six heures du soir ». Lorsqu’il se couche, nous disons que douze heures sont passées, mais où sont ces douze heures ? Je me demande et je vous demande : d’où les avez-vous sorties ?

Je voudrais que quelqu’un m’amène ces douze heures dans un laboratoire pour les examiner, pour voir de quoi elles sont faites : si c’est du fer, du cuivre, ou de quoi ces heures sont faites.

D’où les a-t-on sorties alors ? Je me demande de quelle substance elles sont faites ? Sont-elles rondes, sont-elles carrées ou comment sont-elles ? Je voudrais les connaître, qu’on les mette dans une vitrine ou sur la table d’un laboratoire pour les regarder… Réellement, cela n’existe pas ; ce « temps » n’existe pas, c’est une invention du mental.

Ce qu’il y a eu, c’est le processus du lever du soleil et le processus du coucher du soleil, mais entre ces deux phénomènes, c’est-à-dire entre le phénomène de la naissance du soleil et le phénomène de la mort du soleil, nous plaçons nos très chères heures. Ce sont des inventions du mental ! Ces deux phénomènes (du lever du soleil et du coucher du soleil) sont deux phénomènes qui se sont succédés à l’intérieur d’un éternel instant.

Il n’y a donc pas de temps ! Le temps est complètement subjectif, il n’a pas, disons, de source objective, réelle ; c’est une invention du mental.

C’est ce qui se passe concernant la question de la vieillesse. Nous disons : « J’ai 80 ans et c’est pour ça que je suis vieux » ; oui, mais cherchez-moi les années ; où sont-elles ? J’aimerais que vous me les ameniez dans un laboratoire (ces si fameuses 80 années) pour les examiner, pour voir en quoi elles sont, de quelle substance elles sont faites.

Elles n’existent pas ! La crue réalité des choses, mes chers frères, c’est qu’il y a eu une succession de phénomènes dans un organisme : des cellules neuves ont été remplacées par de vieilles cellules, car à cause de processus erronés dans l’assimilation, dans l’élimination, etc., les neuves se sont transformées, elles sont apparemment devenues vieilles, c’est-à-dire qu’elles se sont endommagées, se sont détériorées et qu’ensuite elles ont été éliminées.

Enfin, elles supplantent les autres dans l’organisme (des cellules en voie d’élimination, des cellules usées), et nous disons alors : « Je suis un vieux de 80 ans ». Ce sont des cellules et non l’âge ; c’est une question de phénomènes, de mécanique cellulaire ! Mais les années, où sont-elles ? Ce qu’il y a là, c’est de la mécanique cellulaire, des processus mécaniques défectueux !…

Établissons des processus mécaniques harmonieux, et nous allons créer des cellules neuves, nous allons établir des rythmes parfaits dans notre organisme, faire tourner les vortex, les CHAKRAS ! (l’occipital, le frontal, le laryngien, l’hépatique, le prostatique, les deux « roues » des genoux). Bien sûr, ils sont vitaux pour l’organisme.

Et, dans l’ensemble, tous les chakras sont vitaux. C’est par là qu’entre la vie, qu’entrent les TATTVAS à l’intérieur du corps. Ces Tattvas entrent, en effet, et ils ne ressortent pas, car dans l’organisme, ils se changent en hormones. Et le mot « HORMONE » vient d’un mot grec qui signifie « SOIF D’ÊTRE », « FORCE D’ÊTRE »…

Il est intéressant que les Tattvas entrent par les portes des chakras, dans les glandes à sécrétion interne et qu’à l’intérieur de ces glandes, ils se changent en hormones. Si nous faisions tourner les chakras intensément, nous créerions alors des hormones en quantité anormale, et celles-ci (à leur tour) créeraient des tissus et des cellules neuves et nous aurions un organisme toujours neuf. Alors, que resterait-il de notre si fameuse vieillesse et de ses 80 ans ? Allons au grain, allons aux faits, mes chers frères, allons aux faits !…

Maintenant, prenez en compte (et il est bon que vous le sachiez) que les hormones les plus puissantes de l’organisme humain se trouvent dans les glandes sexuelles à sécrétion interne (dans les glandes sexuelles, je répète). Réfléchissez un moment, par exemple, à ce que sont les HORMONES SEXUELLES, les spermatozoïdes sexuels, c’est extraordinaire.

Il est clair, et nous allons aux faits, que les testicules ont trois couches : la première COUCHE TESTICULAIRE a des cellules qui nous permettent de vivre et son activité se manifeste tout spécialement durant les 7 premières années de l’enfance ; nous passons tous alors par la régence de la LUNE.

Plus tard, de 7 à 14 ans, sous la régence de MERCURE, entre en activité la DEUXIÈME COUCHE TESTICULAIRE qui définit très bien le sexe du garçon.

Et beaucoup plus tard, de 14 à 21 ans, sous la régence de VÉNUS, entre alors en activité la TROISIÈME COUCHE TESTICULAIRE, celle qui produit d’abondants spermatozoïdes. Ces spermatozoïdes, quand ils sont produits dans la troisième couche testiculaire, montent par le testicule adjacent, continuent par le cordon spermatique en direction des vésicules séminales, jusqu’à ce qu’ils arrivent à la prostate…

Il s’avère extrêmement intéressant de savoir qu’à mesure que ces spermatozoïdes vont monter par les cordons spermatiques, ils vont s’électrifier, se charger d’une grande électricité ; et ce qui est le plus curieux et intéressant, c’est qu’ils s’aimantent, disons, du sud au nord, c’est-à-dire qu’ils fonctionnent comme une boussole : du Sud au Nord. Eux aussi s’orientent du Sud au Nord, électrifiés, aimantés…

Il est donc extrêmement intéressant de les voir passer d’un petit canal à un autre, et monter, monter, monter par les cordons spermatiques, pour arriver réellement aux vésicules séminales où se purifiera encore plus le SPERME et il S’ÉLECTRIFIE plus et se RAFFINE. Tous ces spermatozoïdes, tout ce sperme, le plus épuré, continue de monter, jusqu’à ce qu’il arrive à la PROSTATE.

Là, il y a un chakra très important, bien sûr ; indubitablement, se trouve là le CHAKRA SVADHISTHANA qui va être fondamental dans la Magie de la TRANSMUTATION SEXUELLE, et la Transmutation Sexuelle a pour base la prostate.

Le Chakra Prostatique est donc extrêmement important, extrêmement intéressant. Ce sperme se purifie réellement totalement, il devient complètement radioactif, il devient complètement subtil, électromagnétique, etc. ; il se transforme en énergie, surtout lorsqu’on travaille dans le SAHAJA MAÏTHUNA (grâce au travail avec le Sahaja Maïthuna, l’énergie se transforme complètement).

L’énergie va monter par les cordons IDA et PINGALA et ensuite les spermatozoïdes vont se décomposer en hormones. Les hormones passent à travers la membrane ; elles entrent enfin dans la circulation sanguine et stimulent activement toutes les glandes à sécrétion interne, elles les font travailler avec une intensité extraordinaire, et ensuite, elles montent, elles poursuivent leur cours ascendant jusqu’au cerveau. Là, elles montent pour mettre alors en activité les zones du cerveau qui ne travaillent plus, qui sont dégénérées ; ELLES FINISSENT PAR DYNAMISER TOUTES LES CELLULES CÉRÉBRALES, mettre en action certains POUVOIRS LATENTS chez l’homme, etc.

Malheureusement, et voilà le plus grave, mes chers frères, les gens sont dégénérés. Les hommes vulgaires, communs et courants, ne laissent même pas monter les spermatozoïdes jusqu’à la prostate : depuis les vésicules séminales, ils les rejettent, ils les éliminent, pour la satisfaction de leurs impulsions brutales.

Dans ces circonstances, le cerveau dégénère terriblement faute de l’ascension des hormones ; il ne reçoit pas d’hormones sexuelles, il perd sa capacité d’action ; les facultés latentes chez l’homme s’atrophient car il n’y a pas de stimulation suffisante des hormones sexuelles, qui sont si puissantes puisque, comme je vous l’ai dit, elles ont le pouvoir de mettre en activité toutes les glandes à sécrétion interne, pour leur faire produire toutes sortes d’hormones qui dynamisent l’organisme vivant.

En plus, il faut prendre en compte d’autres facteurs. Écoutez : c’est la Force Sexuelle qui produit (dans le foetus) le phénomène de MITOSE. Comprenez par « Mitose » la division des cellules ayant pour but la gestation humaine ou animale ou quoi que ce soit. Bien, c’est grâce à la présence de l’Énergie Créatrice que la cellule originelle, qui a, comme on le sait bien, 48 chromosomes, se divise en deux, que les deux se divisent en quatre et les quatre en huit, etc., formant ainsi les tissus, les organes et autres. C’est le processus de gestation, de formation des créatures dans le ventre maternel.

Bien, je veux vous dire maintenant, pour en revenir au domaine de la Transmutation Sexuelle, que les hormones sexuelles (actives dans le sang, chargées d’électricité et de magnétisme) vont produire dans l’organisme vivant (humain, de l’adulte) les processus de Mitose, c’est-à-dire de nouvelles divisions de cellules, qui vont naturellement être à l’origine de la création de nouveaux tissus, de chairs nouvelles. Et c’est ainsi, du point de vue, disons, biologique, que l’on atteint la complète régénérescence ou le rajeunissement de l’organisme humain.

Mais, nous avons besoin de CRÉER (je répète, nous avons besoin de créer) une nouvelle chair, un nouveau sang, une nouvelle vie dans le corps et avec cela éliminer les maladies, etc. Il n’y a pas de doute que celui qui travaille dans le Maïthuna avec son Épouse-Prêtresse obtient tout cela ; et grâce au VAJROLI, on obtient aussi ce processus biologique de transmutation de la Force Sexuelle et la sage utilisation des hormones pour le bien de l’organisme humain. C’est clair, et je veux que vous le compreniez d’une manière spécifique, définie… Quelle est la différence, par exemple, entre les jeunes de la « nouvelle vague » et les vieux démodés et retardataires ? Il y en a une : la troisième couche testiculaire d’un jeune produit des hormones sexuelles en très grande quantité, des spermatozoïdes en grand nombre. Tous ces spermatozoïdes, transformés en hormones, vont au cerveau et lui donnent des idées nouvelles, un mode de pensée révolutionnaire, il « s’ouvre au nouveau », etc.

Par contre, les pauvres vieux qui ont bien gaspillé le Sperme Sacré, qui ont dégénéré à cause d’abus sexuels, sont franchement « diminués » : la troisième couche testiculaire produit très peu de spermatozoïdes ; ils attendent souvent des jours et des mois pour avoir des spermatozoïdes en nombre suffisant pour obtenir une érection facile et il est clair que, lorsqu’ils obtiennent cette érection, ils arrivent immédiatement au coït et éliminent ces spermatozoïdes… Pour attendre encore 15 ou 20 jours, ou un mois ou plus, pour accumuler de nouveaux spermatozoïdes ; une fois qu’ils les ont, ils vont immédiatement les gaspiller (pour la satisfaction passionnelle d’un moment), et ils vont passer leur vie ainsi, jusqu’à ce qu’ils meurent.

Bien sûr, ne faisant rien pour produire des spermatozoïdes en très grande quantité, ils vont atrophier totalement la troisième couche testiculaire, jusqu’à ne presque plus en produire. Ce qui se passe, c’est que la seconde, à cause de cette question, produit ses cellules ou hormones ou fluides, mais que ceux-ci n’arrivent pas à passer à la troisième couche, étant donné l’atrophie de cette dernière ; alors se produisent même certaines inflammations et enflures entre la seconde et la troisième couche, et ce qui est même pire, cela va affecter (en conséquence logique) la prostate. Ces pauvres vieux dégénérés sont presque toujours opérés de la prostate, à cause de ces abus. C’est clair, je veux que vous le compreniez de manière spécifique et définie.

Donc, les pauvres vieux, ne produisant pas de spermatozoïdes (en très grande quantité) dans leur troisième couche testiculaire, n’ont donc plus d’idées nouvelles, car leurs cellules cérébrales sont atrophiées ; certaines zones ne travaillent pas, ils restent avec ce qu’ils ont appris dans le passé et deviennent de vieux retardataires qui n’admettent rien de nouveau, des gens démodés, avec les idées périmées et maladroites d’autrefois. Bien sûr qu’ils se heurtent à la jeunesse, car comme la jeunesse produit des spermatozoïdes nouveaux, elle a des idées nouvelles et elle « s’ouvre au nouveau » ; et alors se produit le choc entre le nouveau et le vieux. Voilà la différence qu’il y a entre les jeunes de la « nouvelle vague » et les vieux. C’est une différence complètement biologique, sexuelle. Comprenez clairement… Ainsi, je veux que vous profitiez du Vajroli Mudra (tel que je vous l’ai enseigné) pour la transmutation ; et ceux qui ont une femme, qu’ils pratiquent la Magie Sexuelle.

Quant aux FEMMES, il faut dire quelque chose pour elles ; je vais dire aussi quelque chose : les femmes qui gaspillent leur énergie sexuelle « s’affaiblissent », car tout leur système osseux reçoit indubitablement des préjudices avec tant d’enfants, il est fragilisé de façon extraordinaire.

Mais si la femme transmute ses énergies sexuelles au moyen du Maïthuna ou par le biais du Vajroli, etc., elle va introduire un nombre abondant d’hormones féminines dans son sang et ces hormones vont produire le même effet : elles vont charger d’électricité certains lymphocytes, certains leucocytes (des cellules en général), pour produire des phénomènes de mitose et créer une nouvelle chair, un nouveau sang, une nouvelle vie… Ses hormones vont aussi frapper le cerveau, elles vont le fortifier, mettre au travail certaines cellules, éveiller certains pouvoirs, etc.

Mais la femme qui abuse du sexe dégénère inévitablement et vient un moment où ses OVAIRES ne produisent plus d’HORMONES FÉMININES suffisantes pour la régénérescence. Alors vient cet état horrible de la vieille femme décrépie, car elle a gaspillé ses énergies vitales.

J’ai parlé clairement et je crois que vous m’avez compris. Cette ample explication du Vajroli était nécessaire aussi, du point de vue scientifique…

Bien, passons maintenant, mes chers frères, à un autre aspect. Analysons un peu cette question du VIPARITA-KARANI-MUDRA (nous avons déjà expliqué quelle est la position du Viparita-Karani-Mudra). Nous savons que le premier des SIX RITES commence en tournant de gauche à droite comme les aiguilles d’une horloge (c’est la DANSE DES DERVICHES, des Derviches Tourneurs). Nous savons qu’après, l’étudiant se couche sur le sol, pieds et bras ouverts en croix ; tout cela, accompagné de la méditation, de la prière, etc. Après, vient le moment où l’étudiant dévot lève les jambes, en maintenant la tête (sans oreiller) sur le sol, sur une natte, sur le lit, sur une couverture, sur un tapis, ou comme il sent que c’est le plus commode pour lui. Bien, ensuite (bien sûr) avec cette position les jambes levées et la tête en bas, le sang monte donc à la tête.

Maintenant, pensez à ce qu’est un sang enrichi d’hormones sexuelles, eh bien, c’est extraordinaire ! Un sang de ce type va faire travailler différentes zones du cerveau, divers centres ; il va faire sortir la LYMPHE STAGNANTE (lymphe qui doit passer dans les réservoirs d’en bas, du bas-ventre, etc.) qui va être distribuée par ses canaux corrects. Et le plus intéressant de tout (et c’est ce que je veux que vous sachiez), c’est que ce sang va préparer le TRÔNE, écoutez bien, le Trône pour le Soleil resplendissant, pour un SOLEIL ATOMIQUE, LOGOÏQUE, qui existe réellement à la naissance du nombril. Pensez à ce que cela signifie, mes chers frères, c’est extraordinaire !…

J’ai ici une certaine carte dont je vais maintenant me servir pour enseigner aux frères ; une certaine carte Zen très utile… Mais, pour l’instant, je me limite seulement à dire que ce sang enrichi, en coulant vers le cerveau, prépare le Trône. Où est le Trône ? Il est exactement dans le pédoncule cérébral, dans le CENTRE COLLECTEUR DES IMPULSIONS AFFÉRENTES qui contrôle tous les mouvements nerveux organiques, etc., de l’organisme physique.

Bien, lorsque ce Soleil resplendissant (qui se trouve à la naissance du nombril) monte pour occuper sa place dans le pédoncule cérébral, dans le centre collecteur d’impulsions afférentes, le mental se retrouve alors sous le contrôle de ce Soleil resplendissant, illuminé de l’intérieur, avec un soleil à l’intérieur (pensez à ce que c’est d’avoir un SOLEIL SPIRITUEL À L’INTÉRIEUR), et la LUNE (qui occupe aujourd’hui ce centre collecteur d’impulsions afférentes et qui nous gâche l’existence, en conditionnant le mental, en le rendant lourd, pesant, réactionnaire, stupide) descend inévitablement pour occuper la place qui est occupée aujourd’hui par le Soleil à la naissance du nombril.

Il y a alors un changement : le Soleil à la naissance du nombril passe au pédoncule cérébral ; la Lune qui est dans le pédoncule cérébral passe à la naissance du nombril. CE CHANGEMENT DU SOLEIL ET DE LA LUNE dans l’organisme est donc précisément, mes chers frères, ce qui SE NOMME « VIPARITA-KARANI-MUDRA »…

Le Mental est, normalement, ce qui torture le plus la vie de tous les étudiants, de tous les néophytes, de tous les aspirants au Chemin ; ce qui fait que la vie est réellement amère comme le fiel, car personne n’est heureux avec le mental.

Si le mental est contrôlé par le Soleil Spirituel, alors nous nous libérons, nous sortons de ce malheur, nous devenons totalement illuminés. Mais, aujourd’hui, qu’est-ce qu’il y a dans le mental ?

Ce qui est situé dans ce pédoncule cérébral, dans ce centre collecteur d’impulsions afférentes, dans la racine même du palais, c’est malheureusement une LUNE ATOMIQUE, lourde comme toutes les lunes, grossière comme toutes les lunes, morte comme toutes les lunes, remplie d’impulsions fornicatrices épouvantables, horribles, de scepticisme, de matérialisme, de grossièreté…

Sortir cette Lune du cerveau et la placer à la naissance du nombril, c’est beaucoup mieux ; et sortir le Soleil qui est en bas, à la naissance du nombril, et lui faire occuper la place que cette Lune occupe aujourd’hui, c’est-à-dire au centre même du cerveau, à la racine du palais, dans le pédoncule cérébral, dans le centre collecteur d’impulsions afférentes, est donc un grand triomphe, car on va alors devenir illuminé à l’intérieur (radieux, actif, dynamique, rempli de splendeur et de félicité), et on peut y arriver grâce au Viparita-Karani-Mudra. Oui !

Mais, au moment où l’on fait cette pratique, il faut PRIER LE LOGOS, parce que c’est le Logos qui se trouve au fond du Soleil, derrière le Soleil physique qui nous illumine. C’est lui qui peut véritablement amener la lumière à notre cerveau, c’est lui qui peut attraper ce Soleil qui est situé à la naissance du nombril et le faire passer au pédoncule cérébral. C’est lui qu’il faut supplier.

Heureusement, nous avons un médiateur, quelqu’un qui PRIE POUR NOUS. Je veux me référer expressément à la DIVINE MÈRE KUNDALINI, au Serpent Igné de nos pouvoirs magiques. Indubitablement, Elle (Elle, je le répète) prie alors pour nous. Nous pouvons la supplier durant le Viparita-Karani-Mudra pour qu’elle intercède pour nous, pour qu’elle supplie le Logos, dans son Langage pur, dynamique, d’Or ; pour qu’elle l’appelle, pour qu’elle l’invoque, pour qu’il vienne réaliser cette opération en nous.

Il est clair, mes chers frères, que ce processus ne se réalise pas du jour au lendemain ; ce n’est pas comme « souffler pour faire des bouteilles », ce n’est pas comme prendre un verre d’eau ; tout coûte un sacrifice.

Le Viparita-Karani-Mudra, bien entendu, est une pénitence. Oui, une PÉNITENCE TRÈS SACRÉE, au moyen de laquelle nous pouvons ÉLIMINER BEAUCOUP DE KARMA SUPÉRIEUR (je ne me réfère pas au Karma inférieur, commun et courant, mais au Karma Supérieur, à celui qui appartient à la LOI DE LA KATANCE, à celui qui a d’autres tribunaux, à celui-ci qui, pour finir, juge les Dieux). Mais tout le monde a du Karma Supérieur et nous pouvons l’éliminer. Et lorsqu’il est enfin complètement éliminé, il est alors évident que se réalise le changement Soleil-Lune, que se réalise ce que nous pourrions appeler « le changement de polarités », le « Viparita-Karani-Mudra ».

Le Viparita-Karani-Mudra est donc une pénitence. Nous ne devons pas dédaigner la pénitence. Nous utilisons non pas l’ancienne pénitence de l’Âge du Poisson, mais la nouvelle pénitence, celle de l’Ère du Verseau : une pénitence scientifique, ésotérique, mystique, artistique, hautement transcendante et transcendantale, qui opère des changements et des merveilles dans tous les centres psychophysiologiques de notre organisme. C’est ainsi qu’est l’Ère du Verseau !

Pensez à la pénitence du point de vue scientifique, pas à cette pénitence absurde des gens du Moyen Âge, non, mais à celle qui est scientifique. Rappelez-vous que l’Autoréalisation Intime de l’Être n’est possible que par le biais de TRAVAUX PATIENTS, DE TRAVAUX CONSCIENTS ET DE SOUFFRANCES VOLONTAIRES. Ainsi donc, travaux conscients et souffrances volontaires, je le répète.

Bon, tout comme il existe, par exemple, le Vajroli Mudra court, doux, celui que pratiquent les hommes et les femmes qui sont mariés (un léger massage sur les organes créateurs, accompagné d’exercices de respiration, tel que je l’ai enseigné ici à E. V. Q.), il est certain aussi, et même très certain, qu’il existe un VIPARITA-KARANI-MUDRA LONG ET UN AUTRE COURT.

Le court se pratique chaque fois que l’on fait la série des Six Rites, mais il y en a un long qui se pratique exclusivement la nuit, avant de se coucher. Ce long est très fort : il s’agit de maintenir les jambes à la verticale durant TROIS HEURES, c’est dur, n’est-ce pas ? Oui, vous pouvez vous aider d’un mur. On s’asseoit près du mur, juste au bord du mur, contre le mur dirions-nous, on lève ses jambes et on les maintient, aidé du mur. Je répète : mais sans oreiller, pas d’oreiller, pour que le sang se précipite à la tête…

Indubitablement, personne ne pourrait commencer pendant trois heures, non ! Personne ne tiendrait autant. On commence la pratique pendant une minute et on l’allonge peu à peu, au fil du temps et des années, jusqu’à ce qu’un jour, enfin, on puisse pratiquer trois heures quotidiennement.

Celui qui arrive à pratiquer quotidiennement trois heures le Viparita-Karani-Mudra, eh bien, je vais vous dire : il CONQUIERT LA MORT, il devient immortel, à condition de pratiquer une absolue chasteté, n’est-ce pas ? vous m’avez compris ? Et il réalise, c’est clair, plus de merveilles et de prodiges, mais il faut commencer par une minute chaque jour, lentement, peu à peu. C’est clair, mes chers frères… Pendant qu’on pratique le Viparita-Karani-Mudra, on fait une méditation et une prière, en suppliant, en priant la Divine Mère Kundalini d’invoquer le TROISIÈME LOGOS, de l’appeler, de lui demander qu’il réalise le changement pour que le Soleil qui est à la naissance du nombril passe au centre du cerveau, à la racine même du palais, dans les profondeurs où se trouve le pédoncule cérébral, le centre collecteur d’impulsions afférentes.

On la supplie aussi d’implorer le LOGOS, de lui demander de sortir cette Lune, qu’il l’arrache du pédoncule cérébral et qu’il la fasse passer à la naissance du nombril car nous voulons être illuminés, transformés, avec un mental qui ne nous torture plus l’existence, avec un mental au service de l’Esprit. Compris ?

Après six mois de cette pratique, les personnes d’un certain âge doivent se réjouir un peu, car un processus magnifique commence alors : les cheveux blancs vont disparaître, les rides aussi, avec le temps et les années, vont disparaître, jusqu’à ce qu’arrive enfin le moment où il n’y a plus ni rides ni cheveux blancs, c’est clair ! Ce que ces personnes ne voient pas, c’est que leur sang enrichi en hormones va fortifier leur cerveau, enrichir toutes ces zones du cuir chevelu pour que leurs cheveux blancs disparaissent. Un sang riche enrichit aussi la chevelure. Les tissus usés (qui forment les rides) se transforment par la création de nouvelles cellules, car le sang afflue vers tout ce qui est la tête, le visage, etc., et se convertit en un processus de rajeunissement. Donc, ceux qui veulent rajeunir, qu’ils rajeunissent. Ici, ils ont les pratiques !…

De sorte que là interviennent deux aspects : le rôle purement physique de RAJEUNISSEMENT de l’organisme, et le rôle psychique, le CHANGEMENT DE POLARITÉS. Par conséquent, ces exercices servent à l’ÉVEIL DE LA CONSCIENCE. C’est pourquoi j’ai toujours dit que nous sommes éminemment pratiques, que nous luttons pour l’éveil de la Conscience et que nous avons des méthodes et des moyens appropriés, efficaces pour l’éveil.

Bon, une fois ce sujet du Viparita-Karani-Mudra compris, nous allons faire des démonstrations. Je vais enseigner ici à E. V. Q. comment se pratique le Viparita-Karani-Mudra long, d’une longue durée (il se pratique une seule fois par jour, n’allez pas le pratiquer deux fois par jour), long, je répète ; court, oui, à chaque fois que l’on fait la série (mais, entre parenthèses, toute cette série de six Rites se pratique 21 fois par jour).

Il est clair que personne ne va commencer à pratiquer 21 fois par jour, car le corps n’y est pas accoutumé. Certains commenceront à pratiquer (la série de six) uniquement une fois. On peut ensuite continuer avec deux, au fil du temps avec trois, mais il arrive un jour (bien que ce soit après de nombreuses années) où l’on pratique les 21 fois par jour, c’est-à-dire qu’on répète la série de Six Rites 21 fois par jour lorsqu’on est devenu très pratique, cela arrive lorsqu’on est très entrainé. Il faut faire tout cela petit à petit, avec calme, avec patience, en progressant dans la durée et dans l’intensification des exercices.

Mais le Viparita-Karani Mudra, je peux seulement vous conseiller de le faire une fois, au moment de se coucher, le soir, avant de se mettre au lit. On le pratique comme je l’ai dit ; on commence par une minute et peu à peu on allonge le temps, jusqu’à ce qu’au bout de quelques années, on puisse le pratiquer les trois heures demandées, indiquées (et cela, c’est vraiment pour de véritables athlètes de l’Ésotérisme).

Je vais vous en faire ici la démonstration, devant E.V.Q. Vous devrez ensuite faire la même chose pour l’apprendre. Il faut l’apprendre en même temps. Cela ne s’apprend pas avec des notes et encore des notes, comme vous êtes tous habitués à le faire. Cela ne me plaît pas d’enseigner cela avec des « notes »…

E.V.Q. a eu la chance d’avoir amené un magnétophone et c’est pour cela qu’il a appris une fois pour toutes, mais s’il avait voulu apprendre en prenant des « notes », je lui aurais donné le cours, mais dans le Temple, pas dans la maison.

E.V.Q. Nous vous remercions, Vénérable Maître.

M. Je vais donc faire l’expérience devant lui ; allons, commençons… Je commence donc par m’asseoir près de ce mur (je vois ici à cent pour cent le diplôme que nous a offert notre compagnon du Temple, le Souverain Commandeur pour l’Amérique Latine, J.M.V., c’est-à-dire le V.M. G.K… Je vois aussi, sur ce diplôme, la signature de J.C., Secrétaire Général du Summum Supremum Sanctuarium, et je vois aussi la signature de F.C., Secrétaire du Suprême Conseil. Très bien, le diplôme est ici sur le mur, je le vois, n’est-ce pas ? La signature de I.A., Ah ! lui c’est un Grand Paladin, il est rien moins que le frère de J.A., nous dirions le troisième d’entre nous, dans l’ordre hiérarchique ésotérique, Président du Suprême Conseil, et le Maître de tous les Missionnaires du Mouvement Gnostique, il s’agit d’un vétéran, et qui est déjà très éveillé ; très éveillé, il a un grand pourcentage de Conscience éveillée ; bien, bien, bien…

Nous allons maintenant faire l’expérience ici, tout près, je vais m’asseoir ; oui, je vais m’asseoir ici très calmement. Je suis assis sur ce tapis, sur le sol. Je commence par me placer bien assis contre le mur. Tu vas voir, ainsi, n’est-ce pas ? Dans quelle position me vois-tu couché, voyons ? Dis-le aux frères par l’intermédiaire de ce magnétophone.

E.V.Q. Je le vois presque horizontal contre le sol, mais totalement parallèle au mur.

M. Très bien. Maintenant, retiens ce que je suis en train de faire, regarde et dis ce que je vais faire.

D. Maintenant, il monte les pieds vers le mur, en plaçant le dos sur le sol, et ce que nous appelons les fesses, contre le mur. La taille reste toujours sur le sol formant un sommet vers le haut et les chevilles, les jambes totalement verticales, les talons des pieds appuyés sur le mur, les mains parallèles au dos. La tête vers l’arrière, sans coussin, totalement tournée vers l’arrière, regardant vers le haut, le plafond, ou « le faux plafond » de la maison. C’est la position qu’occupe le Maître en ce moment-même.

M. Bon, vous voyez là une équerre complète.

D. Oui Maître…

M. Puisque les jambes sont contre le mur, contre la paroi, les fesses sont contre la même paroi, et, sur le plancher, sur le sol, le tronc est entièrement étendu. Je suis en train de regarder vers le haut, vers le toit. Donc, c’est une ÉQUERRE complète. Il faut rester ainsi trois heures. On commence par une minute ; ensuite, peu à peu, au fil des ans, on va progresser, jusqu’à ce qu’un jour on arrive au maximum trois heures. Je répète : celui qui arrive à ces hauteurs vainc donc véritablement la mort, il la conquiert, et cela, en soi, est merveilleux, n’est-ce pas ? D’autre part, avec cet exercice (après un certain temps), les cheveux blancs et les rides devront disparaître. Mais, ce qui me semble le plus extraordinaire, franchement, c’est d’arriver à ce changement des polarités SOLEIL-LUNE, n’est-ce pas ? Qu’en penses-tu E.V.Q. ?

E. V.Q. Bon, Maître, en réalité, celui qui atteint ce but, de faire cette transplantation, de changer le négatif par le positif dans le cerveau […] ou doit être le maximum de Félicité intérieure que peut expérimenter l’Initié qui fait ce processus.

M. Bon, eh bien vous avez l’indication exacte. Maintenant, tu vas faire la même expérience que celle que j’ai faite, d’accord ?

D. Oui, Maître.

M. Bon, passe ici pour le faire.

D. Parfaitement Maître…

M. Oui, à ce stade, il faut prier la Mère Divine Kundalini, la supplier d’invoquer elle-même, avec ses mots, le TROISIÈME LOGOS, l’ESPRIT SAINT (puisque c’est son époux), pour lui demander qu’il vienne, le supplier qu’il vienne pour qu’il te prépare une fois pour toutes, qu’il te fasse le changement des polarités SOLEIL-LUNE. Compris ?

D. Oui, Maître…

M. Tout cela est pure méditation, pure prière, pure supplique. À chaque asana, correspondent, bien sûr, des milliers de suppliques, d’oraisons et de prières à la Mère Divine Kundalini et aussi au Troisième Logos. À Elle, on lui demande, on lui demande d’invoquer le Troisième Logos, et on parle aussi au Troisième Logos.

D. Maître, et ne serait-il pas convenable que ceux qui se dédient exclusivement à ces exercices fassent faire une sorte de vêtement spécial ?

M. Bon, je comprends ce que tu veux dire. Indubitablement, les hommes savent bien qu’ils peuvent faire leurs exercices à la maison avant de se coucher, en pyjama, etc., les femmes peuvent aussi faire leurs pratiques avec leur pyjama. Mais, dans le Temple, il faut pratiquer pour apprendre. Et lorsque les groupes savent suffisamment les pratiques à fond dans le Temple, ils peuvent les faire à la maison, n’est-ce pas ? Mais dans le Temple, les hommes d’un côté et les femmes de l’autre, pas mélangés, et les femmes avec un pantalon d’homme, pour qu’il y ait plus de pudeur, plus de moralité, plus d’honnêteté, compris ?

D. Oui, Maître…

M. Comme cela c’est bien. Là, tu as bien fait la pratique, tu as bien vu comme elle est… Cette question de changement de polarités (Soleil-Lune), je l’ai réalisée sur le Continent Lémur ou Lémurien. Je me rappelle lorsque le Troisième Logos m’a sorti cette ÉTOILE À CINQ POINTES (c’est la forme que possède ce Soleil qui est à la naissance du nombril) et il l’a faite passer au pédoncule cérébral (dans le continent Mu ou Lémurie). Je me rappelle aussi lorsqu’il a sorti cette Lune lourde, horrible, avec cette auréole fatale, grisâtre, plombée, et qu’il l’a arrachée du pédoncule cérébral et l’a mise à la naissance du nombril.

Ce changement de polarités m’a totalement transformé et m’a converti en HOMME SOLAIRE. Plus tard, j’ai commis l’erreur (et cela, par contre, a été mauvais) de m’être laissé tomber sur le Plateau de l’Asie Centrale, cela fait un million d’années. Bien sûr que maintenant je me suis relevé, je suis debout, je suis triomphant et victorieux, comme on dit. Mais, il y a un million d’années, je me souviens que j’ai commis cette erreur, et alors il est clair que cette Lune qui se trouvait à la naissance du nombril, occupa de nouveau sa place dans le pédoncule cérébral, et que ce Soleil resplendissant retourna alors à la naissance du nombril (vous voyez comme « j’ai commis une gaffe »). De sorte que si quelqu’un se laisse tomber, il perd le travail. […] vous servent maintenant, au XXème siècle, par des expériences, car je vous le raconte par expérience, pour que vous agissiez avec cette expérience. Celui qui s’y met, qui travaille à cela, ne doit jamais se laisser tomber. Parce que, dans le cas contraire, il perd misérablement son travail. Compris ?

D. Oui, Maître…

Bon, maintenant que nous parlons un peu de cela, puisque nous avons approfondi les explications, je veux vous dire aussi quelque chose concernant le MAYURASANA.

Indubitablement, le Mayurasana (c’est le nom sanscrit) est pratiqué par beaucoup de gens, ici au Mexique, non seulement par des femmes et des hommes, mais aussi dans les écoles militaires du Mexique, etc. (Mais ils l’ont indubitablement sorti de l’ancien ésotérisme). Nous, nous le faisons en combinaison avec la prière, avec la méditation, etc., mais ces gens ne savent pas cela, ils voient uniquement l’aspect purement physique et ils l’appellent simplement « PETIT LÉZARD », et c’est tout.

Vous savez bien (je vous l’ai déjà expliqué) qu’on se place à la façon d’un petit lézard, sur les mains et les pieds, et qu’on fait des mouvements de « panse », c’est-à-dire d’estomac ou de « ventre » (comme vous dites ici), vers le bas et vers le haut. Indubitablement, avec cet exercice, on arrive, mes chers frères, à éliminer l’horrible « panse » (c’est très laid de marcher avec la fameuse « courbe du bonheur » : un « ventre » bien gros, qui ne rentre nulle part). Non, nous, les gnostiques, nous devons avoir un corps sain, fort, beau, bien svelte, pas trop gros, non ; il faut brûler la graisse, elle ne sert à rien. Et donc, avec cet exercice du Mayurasana (c’est-à-dire du « petit lézard »), on brûle alors toute cette horrible graisse et l’estomac se retrouve en harmonie avec tout le corps physique.

Bon, avant tout, je veux que vous ne perdiez pas de vue la méditation et la prière. Ce n’est pas un simple HATHA-YOGA physique, car le Hatha-Yoga physique exclut complètement la méditation, la prière, etc. ; c’est pour les gens qui se consacrent à l’aspect purement matériel, grossier. C’est pourquoi le pur Hatha-Yoga physique a été considéré comme de la « Magie Noire », et ça, il est clair que vous devez le comprendre.

Si vous voulez donner un nom à ce que nous vous disons, sachons donc que cela vient d’une Lamaserie Tibétaine. Dans le Monde Oriental, en Inde, on pourrait très bien faire entrer cela dans le LAYA-YOGA ou dans le KUNDALINI YOGA. En Turquie, les « DERVICHES TOURNEURS » le connaissent, et pour eux, c’est l’affaire des Soufis Mahométans. Mais, finalement, c’est une synthèse du Christianisme, du Mahométisme, du Lamaïsme, etc., mais une synthèse d’une perfection extraordinaire… Il est nécessaire d’avoir un corps sain, un mental sain et un coeur simple. Compris ?

De plus, durant toutes ces pratiques, comme je l’ai déjà dit, VOUS POUVEZ VOUS SOIGNER, car vous suppliez la Divine Mère Kundalini, lui demandant qu’elle vous soigne un organe déterminé, la priant qu’elle amène le Troisième Logos pour qu’il vous soigne. Je vous ai déjà beaucoup expliqué cela et je crois qu’il est superflu de le répéter encore.

Mais, passons à la question du jeûne. Il est nécessaire, au moins une fois l’an, de faire un JEÛNE SCIENTIFIQUE dans le but de laver l’estomac. Si vous voulez une forme de jeûne ésotérique et scientifique, exact (pour dépurer l’organisme, le laver de tout type de pourriture, de putréfaction et de saletés), faites-le de la manière suivante : sept jours (écoutez bien) chaque année, une fois par an. Durant le jeûne, vous mangez de l’AIL, mais de l’ail pur, lavé, sans le cuisiner ; ainsi, nature, cru, avec un JUS DE CITRON.

Les hommes pourront prendre le jus de citron pur, sans le mélanger avec de l’eau, une fois par jour, et le reste du temps, ils peuvent mélanger de l’eau avec du citron. Les femmes, de l’eau pure avec du citron mélangé, pas du citron pur, mais mélangé avec de l’eau. Elles utiliseront moins de citron et plus d’eau. Car il s’avère que la femme est un peu délicate pour le citron ; le corps de la femme ne réagit pas de la même façon que celui de l’homme face au citron. Tout au plus quelques gouttes de citron dans l’eau et c’est tout, rien de plus.

Je ne veux pas non plus que vous commenciez par un long jeûne, non. Par exemple, vous pouvez pratiquer (si vous le voulez au début de l’année, l’année 1973) un jeûne de ce type, un seul jour, rien de plus. Durant la journée, vous ferez vos trois bons repas avec seulement des gousses d’ail, une forte boisson de citron au lever et le reste de la journée, de l’eau avec du citron ; les femmes, seulement un peu, quelques gouttes de citron dans de l’eau et elles passent la journée avec de l’eau, du citron et des gousses d’ail. Une seule fois, un jour, pas plus.

Il est clair que le citron et l’ail vont éliminer toutes les putréfactions qui se forment dans l’intestin, produites par les divers aliments ; ils vont éliminer les parasites intestinaux qui se trouvent en masse dans l’estomac, dans les intestins, etc. ; faire un nettoyage de la chaudière, parce que l’estomac est comme la racine dont se nourrit tout l’arbre de l’organisme et qu’il faut le nettoyer.

Commencez donc par un jour de jeûne durant l’année 1973 ; en 1974, deux jours (avec ce type de jeûne) ; en 1975, trois ; et ainsi, chaque année, vous augmentez d’un jour pour arriver à neuf. Après neuf ans, soit dans dix ans, vous pouvez alors continuer avec des jeûnes de neuf jours, chaque année ; chaque année neuf jours… chaque année neuf jours à base de citron et d’ail, et je vous garantis que vous pouvez réussir à rajeunir votre organisme, et ceux qui sont jeunes peuvent se maintenir jeunes et ainsi rester toujours jeunes durant de nombreuses années.

Cette histoire de la vieillesse n’est qu’une usure et rien de plus qu’une usure des cellules organiques, ou disons plutôt : on use nos cellules, on les détériore misérablement et on ne reconstruit pas notre organisme par ignorance. Mais en ayant la sagesse, on peut parfaitement créer de nouvelles cellules et se maintenir jeune, et si l’on est vieux, retrouver sa jeunesse.

N’oubliez pas que vous pouvez choisir sept jours ou neuf jours de jeûne. Choisissez, choisissez, lorsque vous arriverez au maximum !