Expériences surnaturelles commentées par l’Avatar (expériences psychiques)

Samaël Aun Weor

Mes amis, nous allons commencer notre conférence de ce soir. Il existe indiscutablement des pouvoirs magiques chez l’être humain. En réalité et en vérité, il y a eu beaucoup d’expériences de type psychique. Je vais en raconter quelques-unes…

II y a quelque temps, à Hydesville, s’est passé un événement insolite. En présence des DEMOISELLES FOX, se produisaient les choses les plus étranges : des tables se soulevaient et flottaient toutes seules dans les airs ; des pierres étaient lancées par des mains invisibles ; des fenêtres s’ouvraient et se fermaient toutes seules, etc.

Un scientifique se résolut à faire des recherches ; il s’agissait de WILLIAM CROOKES, l’homme qui présenta la Matière Radiante dans ses tubes en verre.

Il fit une expérience formidable, extraordinaire, merveilleuse. Il mit un médium, la demoiselle Florence Cook dans une pièce parfaitement sécurisée ; il l’attacha avec des fils de cuivre ; il fit même passer des fils très fins à travers les trous de ses oreilles, de manière à ce que cette demoiselle ne puisse faire aucun truquage.

Cependant, ce qui se passa, c’est qu’en présence des scientifiques réunis pour l’expérience, un esprit nommé KATIE KING se rendit visible et tangible, il se matérialisa. C’était l’esprit d’une jeune femme de 25 ans morte depuis longtemps et qui se rendit visible et tangible devant tous les scientifiques. On fit des photographies et on constata qu’il n’y avait aucun truquage. Si ce médium (ou cette demoiselle qui servait de médium) essayait de faire n’importe quel mouvement, une sonnette résonnait. De sorte que toute possibilité de fraude était écartée ; mais cependant, le fantôme apparaissait, il se rendait visible et tangible.

Beaucoup de sceptiques, de matérialistes incrédules, venaient là pour se convaincre et ils repartaient convaincus. Ils venaient surtout dans le but de démanteler ce qu’ils considéraient comme une fraude, de démasquer la fraude, disaient-ils ; mais au lieu de démasquer une fraude, ils repartaient parfaitement convaincus.

Donc, ce fait était concret et, en présence des scientifiques, l’esprit de Katie King se matérialisa pendant trois ans. Au bout de trois ans, elle prit congé de tous en les embrassant et elle leur dit que « elle était venue dans le monde pour accomplir une mission, elle était venue leur dire que l’Âme est véritablement immortelle, elle était venue leur dire que l’Au-delà existe »…

Elle se dématérialisa lentement en présence des appareils photographiques, et, plus encore, elle leur laissa une mèche de cheveux, une boucle, en souvenir, de sorte qu’il ne subsista aucun doute.

Longtemps avant, on raconte qu’à Naples, en Italie, une femme appelée EUSAPIA PALLADINO avait des facultés médiumniques extraordinaires : en présence de cette femme, les tables s’élevaient toutes seules dans les airs et il se passait aussi des choses extraordinaires…

Les scientifiques l’attachèrent à des poteaux d’acier ; ils lièrent son corps avec des fils électriques et n’importe quel mouvement qu’elle essayait de faire faisait immédiatement résonner une sonnette, etc. (Expériences pour voir ce qu’il y avait de vrai dans ces choses métaphysiques ; et c’est ce qu’il faut chercher, qu’il faut expérimenter, pour voir ce qu’il y a derrière cela).

Le plus intéressant fut que la mère d’un certain BOTAZZI, qui était morte, est apparue au centre de la pièce et qu’elle se laissa même photographier.

Ils mirent des instruments de musique dans des caisses en acier hermétiquement fermées et ces instruments jouaient. Quelles mains les faisaient jouer ?

Ils mirent de la farine dans des assiettes, et des mains invisibles se posèrent sur la farine de ces assiettes. On examina la médium et on constata qu’elle avait un organisme normal.

Ainsi donc, des expériences de cette taille invitent à réfléchir. Comment une mandoline peut-elle s’élever toute seule dans les airs et être jouée par des mains invisibles ? C’est l’un des nombreux cas qu’il y eut en présence d’Eusapia Palladino de Naples.

Et que dire de cet autre médium français, Home (Daniel Douglas Home NdT) ? À Paris, il mettait sa figure dans des braises de charbon et il ne se brûlait pas le visage. Il lévitait, c’est-à-dire qu’il volait, avec sa chaise et tout, dans les airs ; et on le vit une fois s’élever dans les airs, sur la chaise où il était assis, et, avec sa chaise et tout, il sortit par un balcon et rentra par un autre. Et l’événement avait eu lieu à un étage élevé d’un immeuble.

Ainsi donc, il y a des phénomènes magiques qui valent la peine d’être étudiés, des phénomènes qui étonnent. Et c’est pour cela, précisément pour cela, que nous sommes venus ici. Vous êtes là pour m’écouter et je suis ici pour vous parler, et je crois qu’entre vous et moi, nous pouvons nous entendre.

Nous avons parlé de magie, nous avons parlé de spiritisme et de pouvoirs magiques. Il vaut la peine que nous discutions un peu entre nous, que nous investiguions pour voir ce qu’il y a de vrai dans toutes ces choses.

Il y a quelques mois, il y eut un cas insolite à Guanajuato : des gens étaient réunis sur la place, lorsque, soudain, une femme est apparue dans les nuages et elle est tombée au milieu de la place…

– Une sorcière ! – ont-ils tous dit -, c’est une sorcière !…

Et la foule se lança sur elle pour la lyncher. La malheureuse fut heureusement sauvée par la police, ils la mirent « en taule » et donnèrent même la permission d’aller la voir. Mais que s’est-il passé dans tout cela ?

À l’époque de l’Inquisition, en plein Moyen Âge, les SORCIÈRES étaient brûlées vives sur le bûcher. Mais, les sorcières existent-elles ? C’est ce que nous allons nous demander. « On dit que les sorcières n’existent pas, mais qu’il y en a, il y en a » ; c’est ce que dit le dicton populaire et il vaut la peine d’essayer de connaître un peu chaque chose.

Bien, continuons. Si le médium Home, celui de Paris, si célèbre, celui qui mettait son visage dans des braises de charbon, pouvait aussi flotter dans les airs, c’est donc quelque chose comme de la sorcellerie ; mais j’ai entendu dire que les saints volent aussi…

Le disciple le plus aimé de SAINT FRANÇOIS D’ASSISE le retrouvait toujours en train de flotter au-dessus du sol, lorsqu’il allait lui porter de la nourriture, alors, « pas encore ! », le saint ne pouvait pas manger car il se trouvait si haut que le pauvre disciple n’arrivait pas à atteindre ses mains pour lui donner sa nourriture.

L’histoire raconte : « Ensuite, François partait en volant dans les hêtres – dit-on – dans un bois rempli d’arbres, et il disparaissait » ; et l’histoire est remplie de saints qui volaient dans les airs. Eh bien, ceux-ci, par contre, n’ont pas été brûlés sur le bûcher…

C’est qu’il doit y avoir de tout dans cette vie ; il y a des saints et il y a des diablesses et des diables, et il y a de tout dans ce monde, tout existe dans la création ; mais il faut investiguer pour voir de quoi il s’agit, ce qui se passe ; nous devons résoudre ces énigmes.

Et c’est pourquoi je vous invite à m’accompagner un peu et à réfléchir. Je suis en train de penser à voix haute et si vous m’écoutez, cela me réjouit que vous m’écoutiez… Bon, continuons d’aller de l’avant…

L’histoire de nos ancêtres d’Anahuac contient des choses insolites : on dit que MOCTEZUMA, le puissant Seigneur d’Anahuac, convoqua un jour l’homme le plus distingué de sa cour. Il appela TLACAELEL et lui dit :

– Bon, j’ai besoin de savoir où se trouvent nos ancêtres, où se trouve le Seigneur le plus sage de tous, Quetzalcoatl ? Où se trouve la Mère de Quetzalcoatl ? Où sont tous nos anciens héros ? Et Tlacaelel lui dit :

– Seigneur, c’est très difficile de se rendre là où ils vivent. Ils vivent dans la lointaine Thulé ; et c’est si loin qu’il n’y a aucun moyen pour s’y rendre. Autrefois, on pouvait aller là-bas, mais, maintenant, le chemin s’est refermé et il est rempli de broussailles, d’épines, de chardons, de lagunes sans fond ; de sorte que c’est seulement par l’art de la Magie ou de la Sorcellerie que les gens peuvent se rendre là où vivent le seigneur Quetzalcoatl, Huitzilopochtli et la Mère de Huitzilopochtli, etc., car c’est tout un panthéon et il est difficile de se souvenir de tant de noms.

Heureusement que je n’ai pas encore oublié Tlacaelel et les angoisses dans lesquelles il se trouva pour pouvoir répondre au puissant Seigneur Moctezuma.

Bon, Moctezuma se rappelait qu’il y avait un grand sage qui vivait là-bas dans le bois et il dit :

– Je vais le consulter.

Et arrivant devant le fameux vieillard, il le salua avec une grande révérence et lui dit :

– Dis-moi, vénérable ancien, toi qui connais l’histoire de notre chère terre mexicaine, dis-moi : que sais-tu de nos ancêtres ? Que sais-tu de Huitzilopochtli ? Que sais-tu de notre Seigneur Quetzalcoatl ? Qu’en est-il de nos anciens précepteurs ? L’ancien répondit :

– Seigneur, ils vivent, bien sûr, dans la lointaine Thulé. Il est difficile d’aller là-bas, mais on peut y arriver par des moyens magiques. Le mieux, c’est que tu réunisses les 60 ANCIENS et que tu leur confies cette mission…

Moctezuma le remercia et il se retira dans son palais. Alors, il convoqua les 60 Anciens Vénérables et leur dit :

– Je veux que vous apportiez des cadeaux à nos ancêtres qui demeurent dans la lointaine Thulé. Je sais que vous êtes des Magiciens, ainsi, allez les consulter pour voir ce qu’ils pensent de nous ; et les 60 obéirent, et Moctezuma leur donna des cadeaux fabuleux pour qu’ils les apportent aux ancêtres de l’antique Mexique.

« Et les 60 – dit-on – s’enduisirent le corps de certaines substances et ils invoquèrent XOLOTL », c’est ce que dit l’ancienne tradition ; et « alors Xolotl-Lucifer-Nahua leur donna le pouvoir, et, ensuite, ces Anciens se suspendirent dans l’atmosphère », ils se mirent dans la Dimension Inconnue.

Je ne sais pas si vous avez vu le film qui s’appelle « Le Tunnel du Temps » ; si vous l’avez vu, vous pourrez déjà vous faire une idée de ce qu’est cette Dimension Inconnue, cette QUATRIÈME DIMENSION.

Ici, vous voyez cette table ; elle a trois dimensions : longueur, largeur, hauteur. Mais il y a une Quatrième Dimension, et c’est le Temps. Il y a combien de temps que le charpentier a construit cette table ? Voilà la Quatrième Dimension.

Il est évident que la Quatrième Dimension existe ; on ne peut la voir avec nos yeux de chair et d’os, mais elle existe, et si on développe ce qu’on appelle la « Clairvoyance », alors on peut la voir.

Pour continuer cette discussion si agréable avec vous, je vous disais que ces 60 se mirent dans la Quatrième Dimension (ils voyagèrent comme ces chevaliers du film « Le Tunnel du Temps » dans la Dimension Inconnue) et ils arrivèrent, bien sûr, au Pôle Nord, où l’on dit qu’il y a une Île Sacrée resplendissante, que l’on appelle « l’ÎLE DE CRISTAL », et là ils furent reçus par les ancêtres des Aztèques.

Ces Anciens remirent leurs cadeaux, mais les ancêtres des Aztèques leur dirent :

– Dites leur là-bas, à Moctezuma et à ses gens, et au Premier Ministre Tlacaelel, que s’ils ne changent pas leurs habitudes, s’ils n’arrêtent pas de s’enivrer avec tant de pulque, s’ils n’arrêtent pas leurs sacrifices humains, arriveront, de l’autre côté de la mer, des hommes blancs et barbus qui vous asserviront et vous anéantiront…

Le récit continue en disant que « les 60 retournèrent à travers l’atmosphère (par la Quatrième Dimension) à Mexico-Tenochtitlan, et qu’ils remirent le message à Moctezuma et à son Premier Ministre, Tlacaelel. Et Moctezuma et Tlacaelel pleurèrent beaucoup »…

« De plus, la Mère, précisément, de Huitzilopochtli offrit un bandage à Moctezuma » comme symbole de chasteté, et Moctezuma le reçut. Cette vénérable Matrone a donc voulu lui dire que son fils devait cesser d’être un don juan, qu’il s’amourache moins, qu’il devienne un peu plus chaste, plus pur, pour avoir plus de force, pour pouvoir gouverner l’ancien Mexico-Tenochtitlan, la Grande Tenochtitlan.

Vous voyez ces récits, et je les ai pris, je les ai lus chez un prêtre très vénérable, un Père très respectable, le Père Duran, qui est historien ; celui qui a écrit cela n’est pas un charlatan ; de sorte que si le Père Duran a dit cela, il sait pourquoi il l’a dit et comment il l’a dit.

Pour continuer avec ces choses qui sont très intéressantes, je crois que cette célèbre femme qui est tombée là-bas, sur la place de Guanajuato, et qu’ils ont mis « en taule » (une sorcière des sabbats des Mille et Une Nuits), devait évidemment avoir voyagé à travers la Quatrième Dimension, comme les chevaliers du « Tunnel du Temps ».

Par contre, ce qui a mal tourné, c’est que la pauvre ait abandonné la Quatrième Dimension pour tomber au milieu de la place. À l’époque de l’Inquisition, on l’aurait brûlée vive sur le bûcher, mais comme nous ne sommes plus à cette époque, ils se sont contentés de la mettre « en taule ».

Bon, continuons d’avancer sur ce sujet ; je continue à penser à voix haute et je vous supplie de m’accompagner aussi un peu dans mes pensées.

Qu’il y ait des facultés comme la Clairvoyance, qui peut le nier ? Elles existent et il y a une méthode simple POUR ÉVEILLER LA CLAIRVOYANCE ; je vais vous enseigner le secret pour que vous deveniez clairvoyants.

Voyez : j’ai ici ce verre avec de l’eau (je vais en boire un peu ; elle est même bonne, n’est-ce pas ?)… Regardez, on met le verre ainsi, face à soi, avec autant d’eau que vous le voyez ici. Ensuite, on se concentre sur l’eau, de manière à ce que le regard traverse le verre et tombe exactement au centre de l’eau, c’est-à-dire au centre du cercle, à l’endroit du cercle (mais que le regard traverse le verre et tombe au centre du cercle).

C’est un exercice très simple ; 10 minutes tous les jours, rien de plus, mais il est sûr qu’au bout de 15 ou 20 jours, vous commencerez à voir que l’eau a des couleurs (les couleurs de la Quatrième Dimension, qui existent et que vous pourrez voir). Ensuite, au bout de 3, 4, ou 6 mois plus tard, si une voiture passe dans la rue, vous verrez la rue comme une ceinture de lumière et dans cette ceinture de lumière, vous verrez la voiture, vous la verrez toute petite, mais vous la verrez.

Au bout de trois ans (je vous dis cela au nom de la vérité, c’est-à-dire sincèrement, car j’ai pratiqué cet exercice), viendra le moment où vous n’aurez plus besoin de ce verre d’eau, vous pourrez voir parfaitement ce qu’on appelle « l’Invisible », ce qu’on appelle la « Dimension Inconnue ».

Et il s’avère intéressant de devenir Voyant, car le Voyant peut voir ce qu’il y a là-bas, de l’autre côté, où vivent les défunts ; le Voyant peut donc voir ce qu’on appelle les Mystères de la Vie et de la Mort.

Le Voyant peut voir les Anges. Ils existent ; les Anges sont une vérité ; la Religion a enseigné la vérité ; les Anges, les Archanges, les Principautés, les Puissances, les Vertus, les Dominations, les Trônes, les Chérubins, les Séraphins existent.

Ce qui se passe, c’est que, de nos jours, les gens sont devenus très incrédules. Que se passe-t-il lorsqu’un peuple n’a pas de Religion ? Un peuple sans Religion, parole d’honneur, c’est un échec, je vous le dis ainsi, « en le martelant », c’est un échec.

L’heure est venue d’avoir un peu plus de foi, si vous avez de la foi et que vous pratiquez quotidiennement cet exercice durant 10 minutes, vous deviendrez clairvoyants.

Rien de mal n’arrivera ; ce qu’on doit faire, c’est de cesser de s’effrayer ; si, un jour, à minuit, vous apparaît par là une petite sorcière, ne vous effrayez pas, ne vous effrayez donc pas, lancez-lui quelques bénédictions, récitez-lui ce que vous savez et vous verrez qu’il ne se passe rien.

Il existe une autre faculté, mais qui est véritablement surprenante ; je veux me référer à l’OUÏE MAGIQUE. Cette ouïe magique se trouve ici, dans la gorge. La Clairvoyance est là, mais l’Ouïe magique est ici, dans la gorge.

Pouvoir entendre les conversations des Anges, là-haut, de la terrasse en-haut, ce n’est pas mal ; pouvoir entendre à distance, donc, ce qui se passe, eh bien, c’est magnifique. Mais, ce qui arrive, c’est que les « petites commères » sont un problème, car après avoir écouté ce qu’à dit là-bas le mari ou l’ami, ça devient grave.

Mais, on peut DÉVELOPPER L’OUÏE MAGIQUE et savez-vous comment ? À l’aube (je vais vous donner cet exercice, mais pratiquez-le pour en être convaincus), à l’aube, vous devez vous concentrer profondément sur la MUSIQUE DES SPHÈRES.

N’avez-vous pas entendu parler de la musique du Ciel ? Elle existe, c’est tout à fait certain. Rappelez-vous cette chanson « Les Liseuses » qui dit : « J’aimerais être saint Jean, j’aimerais être saint Pierre pour venir te saluer avec la musique du Ciel »… Eh bien, c’est vrai, la Musique du Ciel existe ; Pythagore nous a parlé clairement de la Musique des Sphères…

Et pour vous parler, cette fois, scientifiquement, je vous dirai que tous les sons qui sont produits sur Terre, depuis celui que produit un « son grossier » de mauvais goût jusqu’à celui que produit un oiseau qui chante, tous, tous, tous forment un seul son unique, qui est la NOTE CLÉ de la Terre.

Or, les autres planètes ont aussi leur Note Clé et cela est intéressant. Lorsque ces Notes Clés se combinent, elles produisent la Musique des Sphères.

On dit qu’un jour, un saint qui parlait aux foules du haut de sa chaire est parvenu soudain à entendre cette Musique Ineffable et il entra en Extase ; mais il resta en Extase, il ne revint jamais de son Extase. Ils sortirent le pauvre de là pour l’emmener au cimetière, c’est tout ; ce fut donc grave.

Bon, je crois que vous ne resterez pas ainsi, dans cet état, n’est-ce pas ? Du moins, je ne vous le souhaite pas ; mais, par contre, vous pouvez développer le sens de la CLAIRAUDIENCE.

Or, c’est un sens merveilleux, vous pensez : avec la Clairvoyance, on peut voir, par exemple, les Êtres Ineffables, avec la Clairaudience, on peut les entendre. Voir et entendre, voyez comme c’est intéressant…

J’ai connu des clairvoyants dans ma vie ; je crois que vous aussi, vous en avez connu un de temps en temps ; il en existe de véritables. Bien sûr, il faut différencier les véritables des charlatans, naturellement ; mais, le véritable clairvoyant peut vraiment voir les Mystères de la Vie et de la Mort. Mais il faut pratiquer, si l’on ne pratique pas, quand va-t-on développer la Clairvoyance ?

On a beaucoup parlé de cette question des apparitions, des personnes qui […] cet état que l’on appelle le râle de la mort. On l’aidait à bien mourir, et, cependant, sa famille (ceux qui étaient en train de l’aider à bien mourir) sentaient qu’elle était là, dans le jardin, en train d’arroser ses fleurs comme toujours (car elle avait l’habitude d’arroser toujours ses fleurs).

Bon, vers trois heures du matin, elle souleva alors une barre (un gros bâton avec lequel on bloquait autrefois les portes, car les gens n’avaient pas de serrures aussi sophistiquées que celles de maintenant), et la chose en était là ; cependant, à cette même heure, une voisine la vit ; et elle alla jusqu’à la voisine et prit congé d’elle en lui disant :

– Je m’en vais. Et elle l’embrassa.

Elle ne se rendit pas que chez une voisine, mais ensuite chez toute sa famille, chez tous ses parents, elle prit congé de tous, elle les invita tous à ses funérailles, et le lendemain matin, sans avoir besoin de distribuer des faire-parts (et cela s’avéra moins onéreux, c’est clair), l’endroit se remplit de gens. Il ne fut donc pas nécessaire de distribuer plus d’invitations. Les gens ont commencé à venir en tenue de deuil.

C’est un fait que j’ai pu observer, concret, exact, précis ; ce n’est pas quelque chose que j’ai lu par là, dans n’importe quel livre idiot ou dans n’importe quel feuilleton ; non, c’est quelque chose qu’il m’a été donné de connaître.

Mais continuons à avancer ; on a pu démontrer qu’au moment où quelqu’un meurt, il devient visible et tangible à distance. Comment cela se fait-il ? Pourquoi ?

Un jour, il m’est arrivé une chose insolite, mais extraordinaire, que je vais vous raconter : je marchais sur les chemins de Villadiego, de village en village ; je n’étais pas alors aussi connu que maintenant. Bien sûr, je marchais donc avec de vieux vêtements sur mes épaules, dans un sac à dos. C’était une autre époque. J’allais à pied sur les chemins…

J’arrivai dans un village (peu importe lequel, je n’aime pas dire du mal de qui que ce soit), et je cherchais où pouvoir être hébergé. La seule chose que j’avais en poche, c’était 20 centimes. Qui allait me louer une chambre pour 20 centimes ?…

Je trouvai une salle dans une pension de famille ; là, ils louaient des lits, en effet, et si bon marché qu’avec 20 centimes en monnaie, on pouvait en avoir un ; ils étaient bon marché, très bon marché. Je dis à l’hôtesse :

– Madame, j’ai besoin que vous me donniez l’hébergement, car, franchement, je suis fatigué, j’ai assez froid et j’ai « l’estomac dans les talons », j’ai faim – lui ai-je dit -.

Bon, cette dame eut pitié de moi et me donna un lit, l’unique lit qui restait. C’était une salle remplie de lits.

Soudain, j’étais déjà prêt à m’endormir, lorsque quelqu’un frappa à la porte : un nouveau client qui demandait qu’on lui donne un lit. Cette fois, la patronne lui dit :

– Eh bien, mon ami, maintenant je n’en ai plus aucun, vous voyez que cette salle est remplie, tous les lits sont pris. L’homme la supplia également comme moi-même je l’avais suppliée ; elle lui dit : Bon, si vous voulez bien vous coucher sur le sol, eh bien, allez-y donc. Je vais vous donner une natte pour que vous dormiez…

Et elle lui attrapa une petite natte de rien du tout, une horrible toile, avec un oreiller qui paraissait plus noir que du charbon. L’homme se coucha sur le sol pour dormir ; il se retrouva face à moi, oui, complètement en face.

Et il se trouve que j’ai observé cet homme, car il se trouvait en face de moi ; je le regardais, quand, soudain, l’homme bougea d’un côté et d’autre, et j’ai vu que de ses pores, de son corps, au-dessus de son poncho, s’échappait un nuage de couleur grise, un nuage amorphe d’un gris plomb.

Mais, ensuite, ce nuage se mit debout, c’est-à-dire à la verticale, et il prit la forme du corps humain. Ainsi, il se retrouva complètement transformé en homme, il ressemblait à cet homme qui était couché là. Il me regarda et sortit. Où se dirigea-t-il ? Dieu sait où il est allé à ce moment-là, mais il est parti et le corps, lui, est resté là.

De sorte que, voyez-vous, c’est ce qui se passe pendant les heures de sommeil : ce qu’on a à l’intérieur de nous et qu’on appelle l’Âme ou l’Esprit (je ne sais pas comment on veut encore l’appeler), c’est ce qui sort du corps durant le sommeil ; et, bien sûr, le corps reste là, endormi dans le lit (ou sur le sol si l’on n’a pas de lit pour dormir), ou bien où que ce soit, mais il reste là.

Ça va mal lorsqu’il ne revient pas. Bon, mais ça, c’est précisément lors de la mort ; à notre mort, s’en va ce qu’on a à l’intérieur de nous, ce qu’on appelle l’Âme et elle s’en va pour toujours, car elle ne revient pas ; du moins, elle laisse ce corps et lorsqu’elle reviendra, ce sera dans un nouveau corps (mais bon, c’est un sujet que nous étudierons plus tard. Aujourd’hui, je vais me borner, uniquement, à parler de la question des pouvoirs magiques qu’il vaut bien la peine d’étudier).

Il y a quelque chose de très intéressant : si, durant les heures de sommeil, nous, – c’est-à-dire ce que l’on a à l’intérieur de nous, ce que l’on a d’Âme -, nous sortons de notre corps au moment où il s’endort et nous allons de l’autre côté et nous rêvons de choses et ensuite nous nous en souvenons. Que s’est-il passé ?

Simplement, ce qui s’est passé, c’est qu’on a vu les lieux où on est allé. Il est clair que si on est endormi et qu’on rêve soudain qu’on était sur la Place, et qu’on s’est réveillé sur la Place de San Luis, alors, ce qu’on a à l’intérieur de nous, cette Âme ou Esprit (comme vous voulez l’appeler), était certainement sur la Place. Elle est allée voir la Place et elle est revenue, et, au retour, on dit : « Quel drôle de rêve, j’étais sur la Place, qu’est-ce que je suis allé faire sur la Place ? ». Mais on y était vraiment.

Or, si cela arrive involontairement, je vous dis : pourquoi ne pas faire en sorte que cela arrive volontairement ? Oui, on peut, ce n’est pas laborieux. Je vais vous donner une clé très simple, vous la mettrez en pratique chez vous et vous verrez que cela va vous donner, alors, un très bon résultat ; mais n’allez pas vous effrayer, s’il vous plaît, ne vous effrayez pas…

JE VAIS VOUS DONNER LA CLÉ, c’est très simple : couchez-vous cette nuit, la tête au Nord, en décubitus dorsal, c’est-à-dire sur le dos, avec le corps bien relaxé, je veux dire avec les muscles relâchés, que vous n’ayez aucun muscle tendu, c’est-à-dire bien relâchés, de manière très simple.

Et on s’endort, mais en « contrôlant » son sommeil, en étant attentif à son propre sommeil, en « le contrôlant ». C’est facile, on va s’endormir, mais en surveillant en même temps son sommeil (mais cela ne doit pas vous empêcher de dormir, car le lendemain, il y a « le boulot », et alors, comment allez-vous faire au « boulot » ? Non).

En étant vigilant et en même temps en s’endormant, oui, c’est vraiment ainsi qu’il faut le faire. Et alors, lorsque vous commencez à avoir quelques rares rêveries, alors, la chose est très bonne…

À ce moment là, tout ce que vous devez faire, c’est de sortir vos jambes du lit (car la première chose que l’on doit faire est de sortir les jambes du lit pour s’asseoir, si on veut s’asseoir ; c’est clair). Et après cela, on s’arrête, mais en douceur.

Mais, au moment où l’on est en train de sortir ses jambes pour s’asseoir, on s’identifie avec sa propre Âme, on s’assoit en étant Esprit, on s’assoit en étant comme un nuage, comme de l’air, comme quelque chose de bizarre, et en oubliant ce corps de chair et d’os qui est si lourd.

Vous vous asseyez, oui ; et étant assis, une fois assis, vous vous levez alors doucement, vous vous arrêtez doucement, et ensuite, vous vous retournez pour regarder le lit et voir, qu’est-ce que vous voyez ? Si vous voyez que votre corps est resté dans votre lit, n’allez pas vous effrayer, non, non, non, au nom de ce que vous avez de plus cher au monde, je vous en prie, ne vous effrayez pas.

Après, marchez doucement jusqu’à ce que vous sortiez dans la rue ; une fois dans la rue, faites un saut dans le but de flotter dans l’atmosphère, vous êtes dans la Dimension Inconnue. Dans cet état, vous pouvez voyager où vous voulez et sans payer de billet ; vous pouvez aller à Paris, vous pouvez aller à Londres, vous pouvez aller en Égypte, au Tibet, vous pouvez voyager où vous voulez.

Le plus intéressant, c’est qu’en dehors du corps, vous pouvez connaître ce qu’il y a de l’autre côté. Là-bas, on peut retrouver ses parents qui se sont désincarnés il y a longtemps ; oui, ils viennent nous embrasser ; mais n’allez pas vous effrayer, car si on les touche, ils sont froids comme de la glace, c’est sûr. Et, savez-vous pourquoi les défunts sont si froids ?

Eh bien, simplement, car dans la vie, ils ne se sont jamais proposés de recevoir le FEU SACRÉ. Il y a un Feu Sacré qui est celui de l’ESPRIT SAINT, mais ils ne se sont jamais inquiétés de recevoir l’Esprit Saint.

Ils étaient si occupés qu’ils n’ont pas eu le temps de penser à ça ; ils étaient en train de penser au revenu, aux ragots de la commère, à ce que dit le copain, au crédit de la voiture, etc., résultat, ils ne se sont jamais inquiétés de recevoir le Feu Sacré de l’Esprit Saint.

Mais, en ce qui concerne les Anges, c’est autre chose ; là, c’est différent : si on s’approche d’un Ange, on sent que de lui irradie du feu, qu’il brûle.

Et, en dehors du corps physique, on PEUT vraiment INVOQUER les Anges et ils viennent. Si on invoque l’ARCHANGE RAPHAËL, par exemple, pour qu’il nous guérisse d’une maladie, l’Archange Raphaël vient. De sorte que c’est là qu’on va se rendre compte que ce qu’enseigne la Religion au sujet des Anges et des Saints est vrai, est certain.

Et si quelqu’un invoque, par exemple, l’ARCHANGE ANAEL ou URIEL, qui sont les Archanges de l’Amour, de la Musique et de la Beauté, alors ils viennent à lui. Si on demande des Enseignements à l’un de ces Êtres Divins, il les donne, et alors, on peut étudier aux pieds de cet Être Divin.

Dans la Dimension Inconnue, on peut appeler les Êtres divins et converser avec eux. Je ne vois rien de mal à cela. Quel mal y aurait-il ?

Il y a des gens qui disent que cela peut être dangereux, mais pourquoi ? Puisque, de toutes manières, lorsque le corps dort, on est ici, l’Âme est dehors, elle sort. Si l’Âme restait là, dans notre peau, je vous assure que l’on ne pourrait pas dormir.

De sorte qu’il est tout à fait certain qu’elle sort. Ainsi, apprendre à se rendre conscient de ses propres fonctions, c’est formidable, extraordinaire.

Dans la Psychologie expérimentale, on appelle ce phénomène « DÉDOUBLEMENT ». Bien sûr, certains textes l’expliquent, mais avec cinquante mille techniques, et si je me mettais à citer tous ces termes si difficiles et ampoulés, simplement, vous ne les comprendriez pas, et alors, je me retrouverais à parler tout seul, je me retrouverais à parler chinois.

Bien ; maintenant, parlons un peu de la FORCE MENTALE. Je dis que la force mentale est puissante ; grâce à la force mentale, on peut réaliser des prodiges, des merveilles.

Si, par exemple, on concentre son Mental, on concentre sa force mentale sur une personne qui veut nous faire beaucoup de mal, ces ondes du mental traversent l’espace et arrivent à la personne ; et on peut mentalement suggérer à cette personne qu’elle ne nous fasse pas de mal, lui faire voir son erreur lorsqu’elle fait du mal, car il n’est pas nécessaire qu’on se venge en « lui cassant les pieds ».

Quand on pense à quelqu’un, on émet des ondes, des ondes mentales ; ces ondes traversent l’espace et voyagent d’un cerveau à un autre, ce sont des ondes du mental. Ces ondes du Mental, bien qu’elles soient invisibles à nos yeux de chair, elles existent et peuvent prendre des formes humaines.

Il me vient en mémoire, à cet instant, le cas d’une dame qui s’appelait DAVID-NEEL. Elle est allée au Tibet et a vécu 10 ans chez les moines tibétains.

Un jour, elle se proposa de créer avec cette substance du Mental (qui est une substance qui sort de l’intérieur de soi, du cerveau, de ce qu’il y a de plus profond en nous, mais qu’on ne peut voir avec les yeux de la chair), elle se proposa de créer, avec cette substance, la forme d’un moine et, tous les jours, elle visualisait le moine, elle le visualisait et le visualisait ; elle le visualisait avec l’Imagination et le créa. Le plus grave, c’est que ce moine arriva à prendre de la force, et lorsque quelqu’un venait chercher David-Neel, la dame française, il se retrouvait face à face avec ce moine.

Mais David-Neel s’est retrouvée avec un grave problème, elle s’est mise dans de drôles de draps. Savez-vous ce qui s’est passé ? Il arriva un moment où ce moine mental ne lui obéissait plus, il commença à « faire des siennes », et il devint même agressif, alors cela devenait grave…

La dame eut tellement peur, elle fut si horriblement épouvantée qu’elle alla consulter à ce sujet l’Abbé d’un monastère. Tous les moines de ce monastère durent beaucoup lutter ensemble pour désintégrer cette forme mentale qu’elle avait créée ; ils mirent environ six mois à lutter pour désintégrer cette forme mentale ; et que se serait-il passé s’ils ne l’avaient pas désintégrée ? Je vous assure qu’il lui aurait aussi ôté la vie ; David-Neel serait devenue victime de sa propre invention et cela n’a rien d’agréable, n’est-ce pas ?

Ainsi donc, la force mentale est prodigieuse, formidable, merveilleuse ; il vaut la peine de développer cette force, mais pour faire le bien, pour soigner les malades, pour suggérer aux gens qui nous haïssent qu’ils cessent de nous haïr, pour repousser les dangers, etc.

Si on sait qu’un assassin arrive pour nous tuer par balles, eh bien, on se concentre sur cet assassin en lui disant : « Pourquoi veux tu commettre cette folie ? Rends-toi, va t’en ailleurs avec tes balles et laisse-moi en paix »… Et je suis sûr que celui qui […] avec cette force mentale, nous ferons fuir l’assassin.

Il y a des secrets pour SE RENDRE INVISIBLE ; ils existent vraiment. Rappelez-vous que JÉSUS DE NAZARETH, le Christ, se rendit invisible lorsqu’ils allaient le lapider, il passa au milieu de tous en se rendant invisible ; de sorte que l’on peut se rendre invisible à volonté. Bien, tous ces phénomènes sont extraordinaires, ce sont des choses, des pouvoirs que l’on peut développer.

Maintenant, que dire au sujet du fait de METTRE LE CORPS DANS LA QUATRIÈME DIMENSION, pour voyager comme ces chevaliers du « Tunnel du Temps », dans la Dimension Inconnue ? On peut, on peut…

Mais, il me vient à l’instant le souvenir d’un cas curieux : ICARE ; on dit qu’à Rome, il voulait voler et il demanda qu’on lui fasse des ailes en cire. Et il s’avère qu’il annonça à tout le monde, à Rome, qu’il allait voler, et il fit un saut, mais au lieu de s’élancer vers le haut, il s’élança vers le bas et là le pauvre s’écrasa, donc…

L’autre jour, on m’a raconté le cas d’un apprenti sorcier ; on lui a dit qu’il devait monter sur la terrasse d’une maison et se jeter de là, à minuit. C’est ce qu’il a fait, le pauvre ; il s’est jeté de la terrasse, mais il s’est tué…

Ainsi donc, je suis en train de vous parler de choses qui semblent vraiment plaisantes, sympathiques, mais, passons maintenant aux faits…

Est-il possible de mettre le corps physique dans la Quatrième Verticale ? Bien sûr que c’est possible. PANTAJALI, par exemple, est un grand Yogi ou fut un grand Yogi de l’Inde. Il enseigna à ses disciples comment mettre leur corps physique dans la Quatrième Dimension. Ceux-ci pouvaient marcher sur le feu sans se brûler ; bien sûr que leur corps se trouvait dans la Quatrième Verticale, il n’y a donc pas de problème ; c’est un fait.

Si seulement vous pouviez faire de même. Bon, moi je peux ; franchement, je ne le nie pas ; j’ai appris à le faire, et vous pouvez aussi l’apprendre, cela ne coûte pas d’effort ; un an d’entraînement, c’est tout, et en un an on l’apprend.

Pantajali disait la chose suivante : « qu’il fallait pratiquer un SANNYASIN »… (c’est un mot bizarre, et c’est la première fois que, dans cette conférence, j’emploie un mot bizarre). « Un Sannyasin – disait-il – se compose de trois parties : premièrement concentration ; deuxièmement méditation ; troisièmement extase »…

Mais, je vais vous expliquer cela : CONCENTRATION signifie fixer le Mental sur une seule chose, cela s’appelle « concentration ». Si, par exemple, je fixe mon Mental sur ce vase, je suis concentré. La méditation, c’est se mettre à penser, donc, de quoi est faite cette chose sur laquelle je me suis concentré ; si je me concentre sur ce vase et que je vois qu’il contient un peu d’eau, je suis concentré, car j’ai mon Mental posé là.

La MÉDITATION, ce sera que je me mette à réfléchir sur ce qu’est ce vase, sur ce qu’est l’eau. Mais il y a une troisième phase : l’EXTASE. Quand on arrive à comprendre que ce vase, cette eau, tout ce qui existe dans la Création existe parce que Dieu a voulu que cela existe, alors, on adore Dieu et on l’adore tellement qu’on entre dans l’extase des Saints.

Eh bien, ce sont les trois facteurs dont se compose un Sannyasin. Si on se concentre sur son corps physique, si on médite sur son corps, et si l’on pense ensuite que ce corps existe parce que Dieu nous l’a donné, on entre en extase, en gratitude envers Dieu, en adoration.

Si on réussit à entrer dans cette extase des Saints, alors on peut réaliser des merveilles ; car Pantajali dit que « à ce moment là, le corps devient comme du coton, parce qu’il pénètre – dit-il – dans la Dimension Inconnue ».

Une fois le corps immergé dans la Dimension Inconnue, on peut marcher sur le feu sans se brûler, marcher sur les eaux sans couler, traverser une montagne de part en part sans se faire aucun mal, ou flotter sur les nuages ; ce sont des merveilles ; en Inde, il y a des Yogis qui le font, le Yoga fait des merveilles, c’est formidable ; il y a des Yogis qui lévitent, qui flottent dans les airs ; c’est extraordinaire.

Je me souviens de MILAREPA, ce fut un grand Yogi du Tibet. Cet homme sortait de sa caverne en état d’extase, avec le corps dans la Quatrième Dimension, et il flottait au-dessus des montagnes de l’Himalaya couvertes de neige ; les gens le voyaient ; c’était une réalité ; et après avoir voyagé ainsi, dans l’Himalaya, il revenait dans sa caverne.

David-Neel nous parle des ASCÈTES SEMI-VOLANTS du Tibet, qui parcourent d’énormes distances avec leur corps dans la Quatrième Verticale ; ils marchent à moitié et flottent à moitié et, en quelques instants, ils se transportent d’un lieu à un autre, ils traversent d’énormes distances en quelques minutes. De sorte que c’est une réalité, cela existe.

Dans la science ésotérique, savez-vous comment cela s’appelle ? On l’appelle « ÉTATS DE JINAS » ou Science des Jinas. On dit qu’il y a des lagunes qui sont enchantées, des montagnes enchantées, car ce sont des lagunes et des montagnes qui sont dans la Quatrième Dimension, c’est tout, mais qui existent, qui existent.

Au Mexique, à CHAPULTEPEC, dans le District Fédéral, nous avons un Temple en état de Jinas, un Temple qui se trouve dans la Quatrième Verticale.

Bien, les anciens codex disent que « Les CHEVALIERS TIGRES arrivaient à ce Temple sous forme de tigres, qu’ensuite ils assumaient la forme humaine pour entrer dans le saint lieu »… Et c’est parce que les Chevaliers Tigres mettaient leur corps physique dans la Quatrième Verticale, c’est tout, et ils savaient le faire à merveille. De sorte que je vous parle de faits, de faits concrets.

Dans ce Temple de Chapultepec, il y a quelque chose de très sacré : là se trouve rien moins qu’une copie du SAINT GRAAL. Savez-vous ce qu’est le Saint Graal ? C’est cette coupe dans laquelle Jésus a bu du vin lors de la Dernière Cène.

On dit que JOSEPH D’ARIMATHIE réussit à cacher cette coupe. Mais, ce qui est intéressant, c’est qu’avant de la cacher, il s’était trouvé, avec la coupe, au pied du Golgotha, et il avait rempli cette coupe du Sang du Rédempteur du Monde.

Après, il recueillit aussi la lance avec laquelle Longin avait blessé le côté du Seigneur. Et, aussi bien la coupe que la lance, il les emporta chez lui et les enterra, les cacha. Lorsque la police romaine alla chercher ces joyaux, elle ne les trouva pas. Joseph d’Arimathie ne voulut pas rendre ces reliques. Pour ne les avoir pas rendues, la police le mit en prison ; mais lorsqu’il sortit de prison où il était resté de longues années, il partit à la recherche des Chrétiens de Rome ; mais, en arrivant à Rome, il trouva la persécution de Néron contre les Chrétiens.

Alors, il continua à marcher sur les bords de la Méditerranée. Et une nuit, en rêve, un Ange lui apparut et lui dit :

– Cette coupe est très sacrée car en elle est contenu le Sang du Rédempteur du monde, enterre-la là-bas, et il lui montra, en vision clairvoyante, rien moins que la Montagne de Catalogne, LA COLLINE DE MONTSERRAT, en Catalogne (en Espagne).

Joseph d’Arimathie s’en alla donc là-bas, avec le calice et la lance, et là il y avait un temple.

On dit que Joseph d’Arimathie garda le calice et la lance dans ce temple. Mais, ce temple fut immergé dans la Quatrième Dimension, il devint invisible aux yeux de la chair, il devint intangible pour les mains physiques. Dès lors, il demeura invisible…

Durant le Moyen Âge, une multitude de chevaliers sont toujours partis à la recherche de la Coupe sacrée, et, dans les croisades, on a cherché le Saint Graal. Durant les croisades, beaucoup de gens se rendirent en Terre Sainte à la recherche du Saint Graal et du Saint Sépulcre et […]