Elucidations sur la science tantrique (le tantrisme blanc)

Samaël Aun Weor

Qu’il y ait de l’amour entre époux et épouse, car l’AMOUR est la base, le fondement du GRAND OEUVRE.

Incontestablement, ce qui a trait au Grand Arcane correspond exactement à la Science Tantrique, au Tantrisme. Il existe TROIS TYPES DE TANTRISME : Tantrisme Blanc, Tantrisme Noir et Tantrisme Gris.

Par TANTRISME BLANC, on entend le Sahaja Maïthuna sans éjaculation de l’Ens Seminis. Car, comme le dirait sagement Philippe Théophraste Bombaste de Hohenheim (Auréole Paracelse) : « À l’intérieur de l’Ens Seminis se trouve tout l’Ens Virtutis du Feu ». Ainsi, dans le Tantrisme Blanc, est exclue l’éjaculation de l’Ens Seminis.

Le TANTRISME NOIR est différent. Les tantriques noirs commettent le crime de renverser le Vase d’Hermès Trismégiste durant le Sahaja Maïthuna, et c’est grave, car de cette manière ils développent l’abominable ORGANE KUNDARTIGATEUR.

Je veux que vous compreniez que c’est grâce au Tantrisme blanc qu’on obtient l’éveil du SERPENT SACRÉ de manière positive. Le serpent est le FEU ÉLECTRONIQUE SOLAIRE, le POUVOIR SEXUEL dans son état le plus subtil ; un type d’énergie transcendantal. Évidemment, ce feu sacré, cette « KUNDALINI », comme on dit en Orient, monte par le canal médullaire et, suivant son ascension, elle vient éveiller chacun des pouvoirs intimes de l’être humain.

Dans le Tantrisme Noir, tout est différent. Les tantriques noirs commettent le crime, comme je l’ai déjà dit, de renverser le Vase d’Hermès. Alors, la Kundalini, au lieu de monter, descend, elle se précipite du coccyx vers les enfers atomiques de l’homme.

Ce Feu, en se précipitant vers les bas-fonds animaux, est ce qui s’appelle l’Organe Kundartigateur, qui convertit, en fait, un individu en une personnalité ténébreuse, en un démon terriblement pervers.

Mais, il existe aussi le TANTRISME GRIS. Dans le Tantrisme gris, on ne donne pas beaucoup d’importance à la question de l’éjaculation séminale : parfois on éjacule, parfois on n’éjacule pas. Bref, en conclusion, la seule chose qu’on veut, c’est perpétuer la jouissance sexuelle, le plaisir de la « copulation chimique » dans le but de satisfaire ses sens et c’est, en fait, un délit qui ne conduit à rien ; à la longue, on devient un MAGE NOIR de la pire qualité.

Ainsi, L’IMPORTANT, C’EST LE TANTRISME BLANC, mais on doit éviter (je l’ai déjà dit) soigneusement de renverser le Vase d’Hermès Trismégiste.

Le désir réfréné fera monter, fera transformer ou TRANSMUTER LE SPERME SACRÉ EN ÉNERGIE ; et cette énergie montera par ces deux canaux spéciaux qui sont placés tout autour de l’épine dorsale. En Orient, on appelle ces canaux « IDA » et « PINGALA ».

Viendra le moment où les forces d’Ida et Pingala, c’est-à-dire les pouvoirs solaires et lunaires, s’uniront dans le TRIVENI, près du coccyx, et ensuite, comme résultat, le Serpent Kundalini s’éveillera ; il montera par la moelle épinière pour nous transformer radicalement.

Durant la pratique, il faut chanter les mantras IIII AAAA OOOO…

Disciple. À haute voix, c’est mieux ?

Maître. Si on peut chanter à haute voix, tant mieux ; si on ne peut pas chanter à haute voix, alors on chante à voix basse ; et si ce n’est pas non plus possible à voix basse, doucement, alors, on le chante mentalement ; tout dépend des circonstances.

Indubitablement, durant la pratique du Sahaja Maïthuna, IL NE DOIT PAS Y AVOIR DE PASSION ANIMALE. Il faut qu’il y ait pureté de pensée. C’est […] il est indiscutable que le sexe a sa propre saveur, et c’est, disons, l’état érotique, et c’est naturel.

Mais la luxure est autre chose. La luxure est une affaire de pensées bestiales, de profanation. Car, indubitablement, lorsqu’il y a des pensées morbides, il y a de la luxure et il faut l’éviter soigneusement. Pendant la pratique, il ne faut avoir aucune espèce de pensée morbide. Il faut avoir une attitude édifiante et essentiellement digne ; il faut qu’il y ait PURETÉ EN PENSÉE, EN PAROLE ET DANS LES OEUVRES.

C’est ainsi qu’on doit travailler. Au départ, il ne convient pas de faire de longues pratiques parce que, comme l’organisme n’est pas accoutumé, on peut s’en ressentir. AU DÉBUT, il convient que les PRATIQUES soient COURTES, d’une durée de quelques minutes. À mesure que le temps passe, on peut allonger les pratiques ; c’est une question de temps.

Si, malheureusement, vient à survenir un ORGASME de type physiologique, il convient alors DE SE RETIRER DE L’ACTE et de se coucher sur le dos, par terre, de retenir son souffle (si c’est possible en contrôlant les fosses nasales avec le pouce et l’index) et, en retenant son souffle, d’envoyer le courant nerveux vers le haut, par ces sphincters qui font communiquer les glandes sexuelles avec l’urètre, pour éviter que le Sperme Sacré puisse être éliminé. Si l’effort est très grand, il faut […] et alors on n’échouera absolument pas.

Il y a chute uniquement lorsque l’orgasme a été provoqué volontairement. Mais si l’orgasme est venu de manière involontaire et si, en plus, le Tantrique s’efforce, se sacrifie, lutte, couché dans la position du décubitus dorsal, c’est-à-dire sur le dos, en réfrénant cet orgasme pour éviter que la liqueur séminale ne s’échappe, alors il n’a pas échoué.

Il y a chute, je le répète, lorsqu’on provoque l’orgasme, lorsqu’il existe, disons, un assentiment de la volonté, lorsqu’on plie devant la bête sans vouloir éviter soigneusement l’orgasme physiologique.

D. Pour les couples qui s’initient, il est important de le pratiquer avec la clé Tao, n’est-ce pas ?

M. Je n’ai pas entendu parler de cette clé, à l’exception du Maître G.K. ; je ne connais donc pas ce type de pratique, parce que comme je ne l’ai pas utilisée, je ne l’ai pas pratiquée, je ne peux pas donner mon opinion, n’est-ce pas ?

D. Dans un de vos livres, vous avez donné des dessins de différentes positions, n’est-ce pas ?

M. J’ai donné, précisément, toutes les POSITIONS SACRÉES ; celles qui sont dans « Le Mystère de la Fleuraison d’Or ». En effet, il y en a même quelques-unes qui sont illustrées. Il est bon d’étudier à fond ce livre, car, grâce à celui-ci, vous pouvez vous orienter intelligemment.

Le Maître G.K. a pratiqué avec le Tao et, bien sûr, il peut donner son opinion sur le sujet. Je ne peux pas répondre dans ce sens parce que, de fait, lorsque j’ai pratiqué le Maïthuna, lorsque j’ai travaillé avec le Maïthuna, je n’ai jamais utilisé le Tao.

Je me suis basé exclusivement sur les asanas qui ont été donnés dans le monde oriental pour la pratique du Maïthuna ; comme ils sont consignés dans certains textes sacrés de l’Inde et du Tibet.

Je ne veux pas dire que la clé du Tao ne soit pas utile, cela a donné un très bon résultat au Maître G.K., et cela a probablement donné un très bon résultat aux quelques-uns qui l’ont pratiquée. Seulement, je m’abstiens de donner mon opinion, parce que je ne l’ai pas expérimentée ; et on ne peut pas juger quelque chose qu’on n’a pas expérimenté soi-même.

D. C’est-à-dire, je crois que la plus favorable des positions peut être celle-là, car c’est avec elle qu’on court le moins de risques, je crois.

M. En tous cas, je crois que dans « Le Mystère de la Fleuraison d’Or » il y a toutes les positions tantriques ou asanas tantriques qui sont utilisées dans le Monde Oriental pour la pratique du Sahaja Maïthuna.

D. Maître, quant au mantra I.A.O., si on le mantralise à haute voix, comment le mental doit-il penser que les vapeurs séminales montent ?

M. IL VAUT MIEUX QUE TU NE PENSES PAS. Ce qui monte, monte, cela monte sans qu’il soit nécessaire de penser. Il est évident que lorsqu’on réfrène l’impulsion animale, le Sperme Sacré se transforme en Énergie. Cette Énergie, à son tour, se bipolarise en courants solaires et lunaires, positifs et négatifs. Les positifs montent par Pingala et les négatifs par Ida.

En tous cas, c’est une paire de cordons nerveux qui existe dans la moelle épinière ; c’est par là que montent toujours les courants solaires et lunaires. Les atomes solaires sont positifs, les lunaires sont négatifs. Lorsqu’ils se mettent en contact dans le Triveni, près du coccyx, advient l’éveil du Feu Sacré.

D. En pratiquant le Grand Arcane, c’est aussi le moment opportun pour éliminer, n’est-ce pas ?

M. Oui, c’est certain, pendant la pratique du Sahaja Maïthuna, si on veut, on peut SUPPLIER DEVI-KUNDALINI, la Shakti Potentielle, notre Mère Cosmique particulière (car chacun a la sienne), d’éliminer de notre nature psychique telle ou telle erreur psychologique que nous avons bien comprise à fond, intégralement, dans tous les niveaux du mental.

D. Vous référez-vous à la Divine Mère Kundalini ?

M. Il faut la supplier ; les Saintes Écritures disent : « Demandez et on vous donnera, frappez et on vous ouvrira »…

D. Au moment où on est en train de pratiquer le Sahaja Maïthuna, se forme-t-il un Chérubin ?

M. Bien, durant le Sahaja Maïthuna, les forces masculines et féminines se mélangent. Et on peut naturellement utiliser une certaine puissance intérieure pour […] En tous cas, ce qui est vital, ce qui est véritablement intéressant, c’est la prière à la Shakti Potentielle, à la Mère Cosmique particulière. Dans le monde Hébraïque, on parle beaucoup, par exemple, des Séphiroths de la Kabbale. On mentionne KETHER, l’Ancien des Jours, la Vérité des vérités, la Miséricorde des miséricordes, l’Occulte de l’occulte, etc. Ensuite vient CHOKMAH ; Chokmah est le Christ Intime. Ensuite BINAH, c’est l’Esprit Saint, le seigneur Shiva, l’Archi-Hiérophante et Archi-Mage ; à son tour, le Seigneur Shiva se dédouble en la Mère Cosmique particulière de chacun de nous.

Il reste à dire que chacun de nous a son Shiva particulier, comme son Chokmah et son Kether. Incontestablement, ce Shiva particulier dédoublé en la MÈRE KUNDALINI est extraordinaire. Elle, la Mère Divine est l’Ève d’en haut, l’Ève Céleste, et ce divin couple est le fondement de tout.

Viennent ensuite les autres Séphiroths de la Kabbale, celles du TRIANGLE que nous pourrions appeler ÉTHIQUE ; tels que CHESED, l’Intime ; GEBURAH, qui est notre Âme Spirituelle, qui est féminine ; et TIPHERETH, notre Âme Humaine, qui est masculine.

Vient après, le merveilleux TRIANGLE MAGIQUE, formé par NETZAH et son Monde Mental, notre propre Mental particulier ; ensuite, HOD qui est l’Astral et YESOD qui est le Corps Vital ou Éthérique et aussi le Linga Sarira de l’Hindouisme. MALKUTH est le monde physique proprement d

Mais, ce que je veux te dire est que Lui et Elle, Shiva-Shakti (notre Père qui est en secret et notre Divine Mère), se trouvent dans la PIERRE CUBIQUE DE YESOD, c’est-à-dire dans la Neuvième Sphère, dans le Sexe. C’est là qu’ils se trouvent, là qu’ils s’unissent sexuellement. C’est là que se trouve aussi la merveilleuse Séphiroth DAATH, dont parlent les Kabbalistes Hébreux, qui est la SÉPHIROTH DE LA SAGESSE, de l’INTELLIGENCE, de la COMPRÉHENSION, et, par dessus tout, c’est (spécifiquement parlant) la Séphiroth de la SCIENCE TANTRIQUE.

Indiscutablement, Daath est le tantrisme. Ce n’est qu’au moyen du tantrisme que nous pouvons obtenir l’AUTORÉALISATION INTIME DE L’ÊTRE. Sans le tantrisme, sans Daath, il ne serait pas possible d’arriver à l’Autoréalisation.

Il existe différentes écoles qui pensent qu’il est possible d’éveiller la Kundalini, par exemple, au moyen du Pranayama. Cette opinion n’a pas de base fondamentale. Ceux qui ont préconisé cette idée si erronée, ne sont pas de véritables initiés, ou, pour le moins, ils ne sont pas parvenus à l’Illumination.

D. Est-ce qu’ils appellent la pratique pour célibataire « le Pranayama » ?

M. Eh bien, le PRANAYAMA est le système qui existe pour la transmutation des énergies sexuelles au moyen de la respiration ; une pratique pour célibataires. Indiscutablement, le Pranayama est utile pour nettoyer les canaux Ida et Pingala. Il arrive généralement que s’échappent quelques étincelles de ce centre du coccyx, de ce centre où est enfermé le Feu Serpentin et qui montent par le canal de Sushumna, c’est-à-dire le canal médullaire, et produisent quelques illuminations ou éveils.

Mais, il arrive que ceux qui ne sont pas dûment autoréalisés, ou ceux qui ne sont pas réellement […] pour parler plus clairement, sans peur d’ambiguïtés d’aucune espèce, croient que du fait qu’une étincelle s’est éveillée, le Feu Kundalini s’est éveillé et ce n’est pas certain. Le Serpent Sacré KUNDALINI NE S’ÉVEILLE QU’AU MOYEN DE LA SCIENCE TANTRIQUE, au moyen de la sage combinaison des pouvoirs masculins et féminins. Le propre fait psycho-physiologique que ce chakra ou centre magnétique où est enfermée la Kundalini se trouve entre les organes sexuels et l’anus nous l’indique fortement, n’est-ce pas ?

Et si on observe ensuite minutieusement la forme de ce chakra, on peut y voir, au centre, une Yoni, une Yoni féminine (bien sûr, parce que la Yoni est féminine) et, dans la Yoni, au centre, il y a un Phallus, c’est-à-dire un Lingam ; et sur ce Lingam ou Phallus (qui veut dire la même chose) est enroulé le Serpent Sacré.

Le fait qu’il existe un Lingam-Yoni de manière ésotérique, mystique ou magique, au centre de ce chakra, c’est intéressant, n’est ce pas ? C’est quelque chose qui doit nous faire réfléchir.

N’oublions pas que le Lingam est le phallus et la Yoni est l’utérus ; et je répète, nous devons beaucoup méditer sur le fait que le Serpent Sacré est enroulé trois fois et demi, précisément, sur ce phallus magique, qui est au centre du chakra et à l’intérieur du Lingam. Cela nous indique que ce n’est qu’au moyen du Lingam-Yoni qu’il est possible d’éveiller le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques.

N’importe quel autre système pour éveiller la Kundalini s’avère, de ce fait, absurde, contraire à la constitution physiologique ou plutôt psycho-physiologique du Chakra Muladhara.

Ainsi, c’est seulement au moyen de l’érotisme sexuel transcendantal qu’on obtient l’éveil du Serpent Igné de nos pouvoirs magiques. Il monte par le canal médullaire et, dans son ascension, il éveille chacun des centres de l’épine dorsale, il ouvre chacune des SEPT ÉGLISES.

La première qui s’ouvre est, évidemment, l’ÉGLISE D’ÉPHÈSE, qui nous donne des POUVOIRS À L’INTÉRIEUR DU RÈGNE MINÉRAL.

La seconde est donc à la hauteur de la prostate ; c’est l’ÉGLISE DE SMYRNE. Comme la femme n’a pas de prostate, alors nous dirons que chez la femme, elle est à la hauteur de l’utérus. Chez la femme, au lieu du Chakra Prostatique, elle a un Chakra Utérin, ce qui est pareil (Chakra Prostatique ou Utérin, c’est pareil) ; elle a de toute manière son chakra. C’est l’Église de Smyrne qui donne des POUVOIRS SUR LES EAUX DE LA VIE.

La Troisième ÉGLISE à s’ouvrir est celle de PERGAME ; elle est située dans la région du Plexus Solaire. Celle-ci nous donne le POUVOIR DE LA TÉLÉPATHIE et aussi le POUVOIR SUR LE FEU UNIVERSEL.

Et la Quatrième ÉGLISE à s’ouvrir est celle de THYATIRE, qui est dans le coeur, dans le cardias. Une fois ce chakra éveillé, nous pouvons ENTRER ET SORTIR DU CORPS PHYSIQUE à volonté ; une fois ce chakra éveillé, nous pouvons aussi manier les ÉTATS DE JINAS.

Lorsqu’on met le corps physique dans la Quatrième Dimension, dans la Quatrième Coordonnée, dans la Quatrième Verticale, on est en train d’utiliser naturellement les pouvoirs du Cardias.

D. […]

M. […] Certainement, je parle en général du chakra cardiaque, du chakra Anahata, qui n’est autre que l’Église de Thyatire.

Si nous passons un petit peu plus haut, nous entrons dans la Cinquième Église, qui est celle de SARDES. Oui, lorsque le Feu arrive à la hauteur du Larynx Créateur, s’ouvre cette merveilleuse Église et nous acquérons ensuite la CLAIRAUDIENCE.

Lorsque le Feu arrive à la hauteur de l’entre-sourcils, s’ouvre l’ÉGLISE DE PHILADELPHIE et nous acquérons la CLAIRVOYANCE.

Lorsque le Feu arrive à la hauteur de la glande pinéale s’ouvre l’ÉGLISE DE LAODICÉE et nous acquérons alors la POLYVOYANCE, l’INTUITION. C’est précisément dans l’Église de Laodicée que doivent se réaliser les épousailles de Shiva-Shakti.

La Shakti, c’est-à-dire la Mère Divine, doit monter comme un serpent, comme une vipère le long du canal médullaire ; et c’est ici, précisément dans la pinéale, qu’elle finit par épouser formellement le Seigneur Shiva. C’est pourquoi dans la tête, il y a un Tattva qui vibre intensément ; le TATTVA SHIVA-SHAKTI. Et le Feu, pour finir, vient nous transformer radicalement.

Indiscutablement, le FEU A SEPT DEGRÉS DE POUVOIR, c’est évident. Il est nécessaire de développer chacun de ces degrés de Pouvoir du Feu. Cependant, nous devons parler clairement : on arrive à profiter totalement des Pouvoirs de Kundalini ou de la Kundalini, lorsqu’elle, LE SERPENT, NOUS DÉVORE totalement. Elle doit avaler l’ÂME, elle doit dévorer l’ESPRIT. Lorsqu’elle aura réussi à nous dévorer, nous arriverons véritablement à jouir des Pouvoirs du Serpent. Avant cela, nous passons par des stades purement préparatoires. À son tour, un jour viendra, sur le chemin ésotérique, où l’AIGLE AVALERA LE SERPENT (cela représente un travail plus avancé). L’Aigle est le Troisième Logos, l’Esprit Saint, le Seigneur Shiva, l’Archi-Hiérophante, l’Archi-Mage. Lorsqu’il avale le Serpent, alors, évidemment, demeure en nous exclusivement le SERPENT EMPLUMÉ, pourquoi ?

Car elle est le Serpent, et l’Aigle est le Troisième Logos. Lorsque le Troisième Logos avale le Serpent, nous possédons alors le Serpent Emplumé Quetzalcoatl. C’est-à-dire l’Homme Autoréalisé, l’Homme Parfait, l’Homme Ressuscité, l’Homme-Dieu.

D. Les artistes ont peint l’Aigle avalant le Serpent, est-ce la même chose ?

M. Précisément, dans le symbole que nous avons ici, sur le drapeau national, cela est représenté : l’Aigle, le Troisième Logos, doit avaler le Serpent. Mais, le Serpent doit d’abord nous dévorer, dévorer notre Âme, dévorer notre Esprit, l’avaler ; et lorsqu’on est parvenu à cela, alors le Troisième Logos, l’Aigle, le dévore.

D. Ce moment où le serpent avale l’Âme, avale tout, est-ce lorsqu’on a détruit tous les défauts, les mois, les egos ?

M. C’est évident, car la MÈRE DIVINE NE MANGE PAS D’ORDURES, ne mange rien d’indigne. Elle, le Serpent Sacré ne pourrait jamais rien dévorer d’indigne. Pour qu’elle puisse dévorer l’Âme, l’Esprit, tous nos Principes Supérieurs Conscientifs, etc., nous devons alors avoir éliminé radicalement les divers éléments subjectifs des perceptions, tous les éléments inhumains. Tant que nous n’aurons pas éliminé tout ce qu’il y a d’inhumain à l’intérieur de nous, il sera impossible que la Vipère Sacrée nous dévore. Je le répète, elle ne mange rien d’indigne, elle ne mange pas d’ordures ; lorsque le Serpent nous dévore radicalement, nous nous retrouvons transformés en Serpent. C’est pourquoi VOTAN, le Grand Maître du Mexique, dit : « Je me suis mis dans le trou du Serpent, un trou qui part du centre de la Terre jusqu’à la racine du Ciel ; et j’ai pu entrer dans ce trou, dans ce passage du Serpent, parce que je suis un Serpent »…

Rappelons-nous que tous les Grands Hiérophantes qui existent en Babylonie, en Grèce, etc. […]

C’est évident, les AILES IGNÉES qu’on distingue sur l’épine dorsale des Anges, sont les propres ailes dont je suis en train de parler ; elles sont toujours ouvertes par le Fohat ; ce sont les ailes du Caducée de Mercure. De sorte que l’important est d’arriver à être avalé par la Couleuvre.

D. Maître, au sujet de la pratique du Grand Arcane ; le seul fait que l’homme et la femme soient unis, sans luxure (avec amour, mais sans luxure), produit-il tout type de phénomènes, ou est-il nécessaire d’y mettre quelque chose de plus quant au mental, quant aux mantras ; ou la simple union est-elle suffisamment forte ?

M. LA SIMPLE UNION de l’homme et de la femme EST PLUS QUE DÉCISIVE, car, pendant ce temps, Adam-Ève sont un seul Être, ils sont un Androgyne Parfait. Indiscutablement, à ce moment-là, ils sont entourés d’une extraordinaire lumière magnétique ; s’ils ne commettent pas le crime de renverser le Vase d’Hermès, ils retiendront alors cette lumière et avec elle ils pourront se transformer, se purifier. Il existe deux Arbres à la base de la vie ; l’un, l’ARBRE DE LA SCIENCE DU BIEN ET DU MAL ; et l’autre, l’ARBRE DE LA VIE. L’Arbre de la Science du Bien et du Mal est le SEXE ; l’Arbre de la Vie est formé des DIX SÉPHIROTHS de la Kabbale hébraïque. Ce sont toutes ces régions suprasensibles que les ésotéristes appellent Kether, c’est-à-dire le MONDE DU PÈRE ; Chokmah, le MONDE DU CHRIST ; Binah, le MONDE DE L’ESPRIT SAINT ; Chesed, le MONDE D’ATMAN l’Ineffable, l’Esprit Universel de Vie ; le Monde de Geburah, qui est le MONDE BOUDDHIQUE ou INTUITIONNEL ; le MONDE CAUSAL de Tiphereth ; le Monde de Netzah ou MONDE MENTAL ; le Monde de Hod, c’est-à-dire l’ASTRAL ; le Monde de Yesod, la question sexuelle, MONDE ÉTHÉRIQUE ; et Malkuth, le MONDE PHYSIQUE. Ces régions forment l’Univers, c’est ce qu’on appelle « Arbre de la Vie ».

D. On […] les Sept Corps. Le Corps Mental, le Corps Vital, le Corps Astral ?

M. Bien, mais il est clair que l’humanoïde n’a pas cette constitution ; l’humanoïde commun, ordinaire, croit qu’il les a, mais il ne les a pas encore.

D. Il faut les créer !…

M. L’UNIQUE CHOSE QUE POSSÈDE L’HUMANOÏDE commun, ordinaire, C’EST LE CORPS PLANÉTAIRE, et à l’intérieur du Corps Planétaire, oui, se trouve l’ASSISE VITALE (qui soutient les principes organiques, qui sert de fondement aux principes vitaux), et un peu plus profondément, ce que possède l’humanoïde, c’est l’EGO, le Moi, le moi-même.

Il y a aussi quelque chose de très décent dans l’humanoïde : l’ESSENCE ; mais cette Essence animique n’est autre qu’une fraction, disons, de Tiphereth, une fraction embouteillée, encastrée, emboîtée dans tous ces agrégats psychiques qui forment l’Ego, le moi, le moi-même, le soi-même. Ainsi, « l’animal intellectuel » s’arroge des choses qu’il n’a pas ; il prétend avoir un Véhicule Sidéral, posséder un Corps Mental, Causal, et je ne sais quoi d’autre, mais il ne les a réellement pas encore fabriqués. Pour les avoir, il faut les créer ; et il est seulement possible de les créer au moyen de la transmutation du sperme en énergie.

À d’autres époques, la vie était très différente ; à l’époque, par exemple, de la Lémurie, les gens vivaient en accord avec le PRINCIPE FULASNITANIEN. Ce Principe Fulasnitanien permettait aux êtres humains de vivre très longtemps, ils atteignaient jusqu’à 12 à 15 siècles. Chaque être humain pouvait vivre 12, 15 siècles ; temps suffisant pour pouvoir créer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, au moyen de l’accomplissement du DEVOIR PARLOCK. Quel est le Devoir Parlock de l’Être ? Le Devoir Parlock de l’Être est le DEVOIR COSMIQUE, et il faut accomplir ce devoir ; les habitants de la Lémurie accomplissaient aussi ce devoir ; ils prolongeaient alors la vie jusqu’à 12 à 15 siècles, temps plus que suffisant pour créer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être.

Mais, lorsque « l’animal intellectuel » oublia l’accomplissement du Devoir Cosmique, c’est-à-dire du Devoir Parlock, lorsqu’il développa l’abominable organe Kundartigateur, sa vie s’écourta et il resta alors soumis à une loi très différente, la loi qui régit la vie de tout animal : le PRINCIPE ITOCLANOS.

Depuis lors, ce principe étant posé, « l’animal intellectuel » meurt quand il y pense le moins ; sa vie dure 60, 80 ans et il meurt ; il n’a plus le temps de créer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, à moins qu’il se consacre vraiment à cela. Lorsque l’être humain vivait en accord avec le Principe Fulasnitanien, il était différent, car, alors, il accomplissait à merveille le Devoir Cosmique. Ce Devoir Cosmique ou Devoir Parlock de l’Être consiste, précisément, à SE RENDRE CONSCIENT DE TOUTES LES ACTIVITÉS des cinq cylindres de la machine organique.

Nous savons, par exemple, que « l’animal intellectuel » a normalement cinq cylindres dans sa machine organique ; le premier cylindre est le CENTRE INTELLECTUEL. Les habitants de la Lémurie n’acceptaient, dans leur mental, dans leur intellect, aucune information, aucune donnée dont ils n’avaient pas pleine conscience. Si un habitant de la Lémurie, par exemple, étudiait un livre, il mettait des années entières pour l’étudier parce qu’il devait se rendre pleinement conscient de chaque parole du livre ; il devait le vérifier dans les Mondes Supérieurs de Conscience Cosmique avant de pouvoir l’accepter, accepter le livre ; on étudiait toujours à fond avec la Conscience.

Ils possédaient la RAISON OBJECTIVE, leur raisonnement se fondait fondamentalement sur les différents processus de la conscience.

Aujourd’hui, les choses sont différentes ; aujourd’hui les gens lisent de manière machinale, automatique. Si nous observons les personnes qui lisent les journaux, nous sommes étonnés, ils ressemblent à des entités mécaniques, c’est la même chose avec les livres, la même chose avec tout ; c’est pourquoi la raison de ces gens est purement subjective. Lorsque « l’animal intellectuel » cessa d’accomplir le Devoir Parlock, il dégénéra.

Mais, allons un peu plus de l’avant. Après le Centre Intellectuel, nous avons le CENTRE DES ÉMOTIONS ; ce Centre Émotionnel est fondamental. Malheureusement, les gens n’ont pas conscience de leurs émotions. Observez la foule dans une arène, les aberrations qui se produisent : les femmes enlevant leur lingerie intime, la lançant aux toréros ; finalement, des actes de barbarie ; qu’est-ce que cela indique ? Elles se laissent aller aux émotions violentes, elles n’ont aucun contrôle sur leurs émotions. Comme les habitants de la Lémurie savaient accomplir le Devoir Parlock de l’Être, ils étaient conscients de leurs émotions, ils n’acceptaient jamais les émotions inconscientes.

Quant au CENTRE DU MOUVEMENT, nous savons bien que celui-ci est en relation avec nos actes, nos coutumes, nos attitudes, etc. Les habitants de la Lémurie étaient conscients de leurs actes, ils pouvaient les modifier à volonté ; ils n’acceptaient pas les actes automatiques, inconscients et ils savaient accomplir leur Devoir Cosmique.

Quant au CENTRE INSTINCTIF, ils étaient conscients de leurs instincts (il existe beaucoup d’instincts en nous), et ces gens qui savaient accomplir leur Devoir Cosmique ne se laissaient pas mener de manière mécanique par les instincts, ils avaient conscience de tout.

Et, pour finir, nous avons le Cinquième Centre : le CENTRE SEXUEL. Ils étaient conscients des activités du sexe, ils ne commettaient pas la bêtise d’extraire le Sperme Sacré de leur organisme ; auparavant, ils le transmutaient pour profiter de l’Hydrogène Sexuel Si-12.

Cet Hydrogène était passé à une octave supérieure et il se développait avec les notes do, ré, mi, fa, sol, la, si ; il se cristallisait alors sous la forme splendide du CORPS ASTRAL, ils créaient l’Astral. Amenant l’Hydrogène Sexuel Si-12 à une seconde octave de type supérieur, apparaissait alors le CORPS MENTAL, il parvenait à se cristalliser avec les mêmes notes musicales. Et en l’amenant à une troisième octave d’ordre supérieur, apparaissait le CORPS DE LA VOLONTÉ CONSCIENTE ; il se cristallisait avec les notes do, ré, mi, fa, sol, la, si… Il n’était pas nécessaire de les chanter ; ils n’avaient pas besoin de les chanter. Ces sons se perpétuent d’eux-mêmes durant la transmutation même, sans qu’on les provoque.

Ainsi donc, leurs Véhicules Existentiels Supérieurs se cristallisaient, ils les créaient ; ils recevaient ensuite, dans leur nature intime, le Principe Animique, l’ÂME CAUSALE ou l’Âme Humaine et ils devenaient des Hommes.

Mais, tout changea lorsque l’abominable Organe Kundartigateur se développa dans l’espèce humaine, il s’établit un DÉSORDRE DANS LA PSYCHÉ, une anomalie ; et après que cet organe eût disparu, il resta dans notre nature les mauvaises conséquences de cet organe ; les cristallisations mêmes de toutes nos erreurs, de toutes les mauvaises conséquences de cet organe.

Il est évident que l’Essence, le Principe Animique, resta donc embouteillé dans les mauvaises conséquences de cet abominable organe Kundartigateur…