Écrit par : Simeon ben Jochai   Catégorie : Sepher ha Zohar

Rabbi Simeon (און-שמ nom de virilité), lors d’un voyage accompagné de Rabbi Eleazar (עזר-אל assistant de Dieu), son fils, Rabbi Abba (אב Père) et Rabbi Yehuda (יחודה Unité), a dit: c’est que les gens accordent si peu d’attention à l’étude de la doctrine secrète et aux préceptes de la bonne loi. Il est écrit :

« Avec mon âme « Nephesh » je t’ai désiré dans la nuit; oui, avec mon esprit « Ruach » à l’intérieur de moi, je te chercherai de bonne heure; car lorsque tes jugements seront sur la terre, les habitants du monde apprendront la justice. » – Esaïe 26: 9

Bien que ces mots aient été commentés, nous en donnerons une nouvelle interprétation. Quand une personne se retire pour se reposer la nuit, son âme ou Nephesh quitte le corps et monte en haut. S’il est dit ainsi, toutes les âmes le font-elles, ce n’est pas le cas, car toutes ne montent pas et ne voient pas la face du roi.

Lorsque l’âme quitte le corps, sa connexion avec le corps reste intacte, au moyen de ce que l’on appelle le cordon d’argent ou le lien magnétique. Dans son ascension, elle traverse des armées d’élémentaux (tattviques) jusqu’à arriver et atteindre la région de lumière et de pureté; si elle est retrouvée intacte et sans tache par tout acte immoral ou injuste et action commise au cours de la journée précédente, elle monte encore plus haut.

Si, au contraire, elle porte la moindre marque ou souillure du mal, ces esprits élémentaires (son ego) se rassemblent autour de lui, dissuadant son ascension avec des délires agréables du bonheur futur ou des visions de ravissement qui ne sont jamais réalisées et accomplies. Dans cet état de rêve faux et trompeur (réalité relative), elle reste pendant la nuit jusqu’à ce qu’elle revienne et, rentre dans son corps, devient (physiquement) éveillé.

Heureux sont les justes à qui le Saint révèle ses secrets par vision ou rêve afin qu’ils soient avertis et préservés des jugements et des calamités à venir et en cours. Mais malheur à ceux qui font mal et du mal qui se corrompent eux-même à la fois dans le corps et l’âme.

« Notez que lorsque les purs et les non-souillés se retirent pour se reposer, leurs âmes remontant à travers toutes les (49) différentes armées et les degrés des esprits élémentaires, se dirigent vers la région des esprits purs, poussés et guidés par leurs propres impulsions intérieures et avant que le jour ne se lève, ils nouent des relations amoureuses et discutent avec des âmes sœurs et, en compagnie de celles-ci, contemplent la gloire du roi céleste et visitent ses splendides temples. Celui qui est parvenu à ce stade et à cet état de développement spirituel dans la vie supérieure et divine, trouvera une part éternelle dans le monde du devenir, et aussi que son âme devient une arche pour son Soi Réel et Esprit (Chesed) et que, une fois unifiés et fusionnés en un, l’être parfait marche sur son ascension éternelle vers le Saint, car du divin qui l’a fait, l’esprit (Chesed) vient, et à la volonté divine il revient enfin. C’est ce que le psalmiste voulait dire: « Mon âme aspire à toi dans le la nuit », c’est-à-dire, aspire à monter à sa source et ne souffrira de rien pour la détourner de son cours.

« Le mot Nephesh (âme) désigne le soi inférieur au moment du sommeil, tandis que le terme ‘Ruach’ lui est appliqué dans son état d’éveil (physique) et son activité sur le plan terrestre. Le Nephesh et le Ruach viennent d’une même origine, n’étant que les productions d’un principe, l’esprit ou le soi supérieur (Neshamah). Donc, comme l’homme est un microcosme, une copie ou un paradigme de l’univers, il est dans sa constitution un reflet de la nature divine, la Sagesse Suprême. Nephesh et Ruach sont les deux angles à la base d’un triangle et forment avec cet angle au sommet une figure entière ou parfaite. Lorsque la Neshamah, l’âme spirituelle ou le soi supérieur, prévaut et règne à l’intérieur d’une personne, elle (la personne) devient sainte et divine, car elle commence alors à se conformer à l’image ou à la ressemblance (Neshamah) du Saint. Le Nephesh est la partie inférieure de l’individualité et sa manifestation personnelle est le corps matériel extérieur. Sans l’un, l’autre ne pourrait pas exister. Comme le corps est au Nephesh ainsi est ce Nephesh au Ruach. Le Ruach est supérieur au Nephesh et il est mentionné dans les mots:

‘Jusqu’à ce que le Ruach (Esprit) soit déversé sur nous d’en haut’. – Esaïe 32: 15

Le soi inférieur, composé de Nephesh et Ruach, est susceptible de l’influence de Neshamah agissant sur lui. Ainsi, il y a un lien logique et intime entre ces trois parties de chaque individu, formant une échelle d’ascension du Nephesh au Neshamah, dont la nature et l’existence, son lien actuel avec l’âme, son propre état futur et son destin, est un mystère (tantrique) le plus profond. Au-delà de la compréhension humaine, à travers et par la Méditation, nous pouvons déduire à juste titre que tous les degrés d’existence compris entre le plus bas et le plus élevé, entre l’humain et l’animal d’une part et entre l’humain et l’archange d’autre part, bien qu’infinis en nombre, ne sont que des termes dans la série infinie de la vie organique et inorganique, dont l’intégration et la somme sont le Divin Lui-même, la vie de toutes les vies, la source de tout être.

« Notez que le Nephesh uni au corps extérieur a le même rapport que la partie la plus basse de la flamme d’une bougie à la mèche dont elle n’est jamais séparable et ne pourrait ni exister ni se manifester en dehors d’elle et former un base ou substrat de la partie supérieure et la plus brillante de la flamme à laquelle la mèche et la partie sombre ou inférieure de la flamme donnent naissance. Au-dessus de tout, imperceptible à la vision humaine, il existe une flamme plus haute et plus brillante que ses composants inférieurs, donnant une lumière claire et parfaite. La même relation ou une relation similaire existe entre les parties constitutives de chaque être individuel, dont la plus haute et invisible à l’œil humain est la Neshamah ou la partie divine de la nature et de la constitution de l’humain, et ainsi de suite lorsque Nephesh, Ruach et Neshamah sont en relation harmonique les uns avec les autres, un homme devient saint à travers la vie divine qui flue alors en lui et le qualifie pour la réception et la perception des mystères divins, comme il est écrit:

‘Il fait connaître à travers les justes qui sont sur la terre tout ce que nous souhaitons savoir de lui’ – Psaume 16: 3

« Quand Abraham entra en Terre Sainte ‘Yesod’, le Saint se manifesta à lui, ainsi qu’il est dit dans le chapitre 18 de la Genèse: ‘Et יהוה Jahavah lui (Abraham) apparut dans les plaines de Mamré (מימ רא): et…’

Ce fut sa première initiation aux mystères divins, le début de son ascension dans la vie divine, et il construisit donc un autel comme symbole du degré auquel il avait atteint, après quoi il a voyagé, se dirigeant vers le Sud (Geburah), par lequel est signifié qu’en passant par les divers degrés de cette initiation, il atteignit celui de Ruach (Chesed), Adeptitude, puis celui de la Neshamah, symbolisé par l’hexagone, qui indique l’harmonie et l’union du soi supérieur et inférieur avec le Divin. Ceci atteint, il construisit un autre autel correspondant. Cette union avec le Divin est (atteinte à travers le Tantra blanc) le mystère de tous les mystères; mais avant qu’Abraham (Chesed) puisse atteindre ce degré élevé de vie spirituelle et de connaissance, il était nécessaire de le soumettre à l’épreuve et à la probation, c’est pourquoi il descendit en Égypte (roue du Samsara); c’est-à-dire qu’il devait se mêler et entrer personnellement en contact et en relation avec (Sodome et Gomorrah) le monde pécheur, ses séductions et ses charmes, ses attractions et ses attirances pour la gourmandise sensuelle, contre laquelle Abraham résistait, ne se laissant pas abuser et ne se laissant pas séduire, se tenant ainsi ferme, inébranlable et insensible à tous les assauts, se montra fidèle aux grands principes et aux diktats de la vie divine à laquelle il était parvenu; et ensuite, comme il a été déclaré: « Il est sorti de l’Égypte vers le Sud (Geburah). Autrement dit, il est sorti de son épreuve et de sa période de probation purifié et illuminé intérieurement pour devenir considéré comme un guide et un paradigme pour toutes les autres âmes qui grimpent avec lassitude (la Première Montagne) leur chemin vers le haut sur la spirale raide et élevée de la vie divine. Il est ajouté ensuite: « Et Abraham était très riche en bétail, en argent et en or ». « Très riche » signifie l’Est (Tiphereth), bétail l’Ouest (Malkuth), argent le Sud (Geburah), l’or le Nord (Chesed), les quatre quarts (de la Croix) du monde, symbolisant la totalité de la connaissance divine (Daath) et la sagesse (Chokmah sur la Croix) ».

Lorsque Rabbi Simeon cessa de parler, Rabbi Eleazar, avec les autres étudiants, le salua avec des sentiments de respect et de révérence les plus profonds. Rabbi Abba, profondément ému, parla et dit: « Quand tu nous quitteras, où trouverons-nous un autre maître comme toi qui vas nous enseigner et nous endoctriner dans le sens ésotérique de la doctrine secrète? Heureux ceux qui ont le privilège d’écouter les enseignements et les instructions qui procèdent de tes lèvres. »

« L’organisme humain, en synthèse finale, est constitué de milliards et de milliards de Monades infinitésimales.

« Il y a plusieurs types et ordres d’éléments primaires de toute existence, de tout organisme, comme des graines (germes) de tous les phénomènes de la nature; on peut les appeler Monades, (employant le terme de Leibnitz, en l’absence d’un terme plus descriptive) pour indiquer la simplicité de l’existence la plus simple.

« Un atome, comme véhicule d’action, correspond à chacun de ces génies ou Monades.

« Les Monades s’attirent, se combinent et se transforment pour donner forme à chaque organisme, monde, micro-organisme, etc.

« Il existe des hiérarchies parmi les Monades: les Monades Inférieures doivent obéir aux Supérieures. C’est la Loi. Les Monades Inférieures appartiennent aux Supérieures.

« Tous les milliards de milliards de Monades qui animent l’organisme humain doivent obéir au propriétaire, au chef, la Monade Principale (Chesed).

« La Monade régulatrice, la Monade Primordiale (Chesed), permet l’activité de tous ses subordonnés à l’intérieur de l’organisme humain, jusqu’à la date indiquée par la Loi du Karma.

« Lorsque des milliards ou des trilliards de Monades ou de germes vitaux abandonnent le corps physique, la mort est alors inévitable.

« Les Monades sont en elles-mêmes indestructibles; elles abandonnent leurs anciennes relations pour en effectuer brièvement de nouvelles.

« Le retour dans ce monde, la rentrée, la reconstitution, seraient impossibles sans le travail des Monades. Elles reconstruisent de nouvelles cellules avec leurs perceptions et leurs sensations; elles reconstruisent de nouveaux organismes. Lorsque la Monade primordiale est totalement développée, elle peut se permettre d’utiliser ses trilliards de Monades pour créer un monde, un soleil, une comète, et ainsi devenir une Monade régulatrice de toute Étoile, mais c’est quelque chose des Dieux. » – Samaël Aun Weor

APPRENEZ DAVANTAGE AU SUJET DE LA KABBALE

Alchimie et Kabbale dans le Tarot

La connaissance pratique et spirituelle cachée dans les profondeurs de chaque grande religion et tradition mystique.

L’Enfer, le Diable, et le Karma

Confirmez par vous-même la réalité des niveaux inférieurs de la vie, et comment les éviter.

Le Message du Verseau

La seule explication authentique des mystères Gnostiques cachés dans le célèbre livre de l’Apocalypse.

Le Tarot Éternel

Ensemble de Cartes et de Livres de Tarot

Les Enseignements Secrets de Moïse

Voyez les significations cachées dans les écritures Juives et Chrétiennes.

Les Trois Montagnes

L’Autobiographie de Samaël Aun Weor

Tarot et Kabbale

Obtenez des Réponses de la Divinité à l’Intérieur de Vous

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : Zohar: Kabbalistic Philosophy of the Soul

Zohar: Quatre Éléments, Quatre Directions
Zohar: Que la Lumière Soit
Catégories : Sepher ha Zohar