Écrit par : Simeon ben Jochai   Catégorie : Sepher ha Zohar

En observant cette privation générale des mœurs et des modes de vie [dans ce monde physique, la sephirah Malkuth], il est écrit:

«Et [la psyché] du [peuple de] la terre était sans forme et vide; et les ténèbres étaient sur la surface de ce vide. Et [la sephirah Chesed] l’esprit de Elohim [notre Monade] se déplaça sur la surface des eaux [sexuelles] [de Malkuth].» – Genèse 1: 2

«Et il y eut une privation dans le pays; et Abram [Chesed] descendit en Égypte pour y séjourner ; car la privation était grave dans le pays.» – Genèse 12: 10

Ici, la question peut se poser: quelle était la raison et l’objet de la descente d’Abram [Chesed] en [Malkuth] Égypte?

Abraham_to_Egypt

C’est parce qu’à ce moment-là [comme à cette époque], l’Égypte [Mizrahim-Malkuth] était un grand centre d’apprentissage, de connaissance et de science des Mystères Divins, et était donc désignée dans les Écritures comme:

«Comme le jardin de יהוה, comme le pays d’Égypte, comme si tu venais à la repentance.» – Genèse 12: 10

«Le jardin de יהוה [est] comme le pays d’Égypte.» Parce qu’en lui [se trouve la sagesse], comme dans le Jardin d’Eden, dont il est écrit:

«Et [de Daath] un fleuve sortit du [divin] Eden [Abba et Aima Elohim Binah] pour arroser le jardin [dans Mizrahim-Malkuth-Égypte]; et de là [Daath], il se sépara et devint quatre têtes. Le nom du premier est Pison: c’est lui qui englobe tout le pays de Havilah, où il y a de l’or.» – Genèse 2: 11, 12

De Pison fluait un grand fleuve mystique de connaissance divine, très précieux et introuvable ailleurs. Abraham [Chesed] ayant pénétré dans le Jardin [supernel] d’Eden [Daath] et devenir un adepte de la doctrine secrète [de l’Alchimie], désireux de passer par tous ses degrés dans les Mystères Majeurs pour devenir «teloïos» ou parfait, [à travers la sephirah Geburah] est descendu dans [Havilah-Malkuth-Mizrahim] en Égypte où il y avait de l’or ou la sagesse cachée [de Samael].

«La terre de Havilah est notre propre corps physique, et son or est constitué des atomes solaires de notre système séminal, c’est-à-dire de l’or potable du semen.» – Samael Aun Weor

Rabbi Eleazar a déclaré: «Il est écrit:

«Et il arriva quand il fut sur le point d’entrer en Égypte.» – Genèse 12: 11

Pourquoi le mot הקריב ‘hiqarib [sacrifier]’ se trouve-t-il ici au lieu de קרב qarab [s’approcher]? L’explication est que, comme le même mot הקריב ‘hiqarib est utilisé lorsque les Israélites étaient devant la mer Rouge, il est dit:

«Et Pharaon s’approcha [הקריב hiqarib].» – Exode 41:10

Ce qui signifie que [les archétypes] d’Israël étaient enthousiastes à l’idée de se repentir avant la libération. Il en a été de même pour Abraham lors de son arrivée en Égypte, où il allait bientôt entrer en contact et interagir avec des hommes dont les mauvaises actions découlaient de leur ignorance du culte de יהוה ; cela lui a fait ressentir un plus grand besoin de la vie et du pouvoir divins pour le préserver des maux de l’idolâtrie qui prévalaient alors là-bas [comme aujourd’hui dans ce monde physique].

Note de l’Éditeur: Le culte des idoles est psychologique et non physique. Tout attachement psychologique est un culte d’idole. Les adorateurs d’idoles sont définis comme des personnes dont le mental est absorbé par tout désir, y compris le fanatisme religieux ou scientifique, qui est une intolérance excessive des points de vue opposés. Chez de telles personnes, leur fanatisme contrôle leurs pensées, leurs émotions et leurs actions, c’est-à-dire leur comportement ou leurs motivations à l’égard de leurs prochains. En général, notre estime de soi fait de nous des adorateurs de nos propres idoles égoïstes. Pire encore, lorsque quelqu’un essaie d’éveiller la Conscience mais reste un fanatique de tous les points de vue, son fanatisme influence ses expériences mystiques, puis il crée une image psychologique ou une idole avec un pouvoir terrible. Le fanatisme amène les gens à devenir pleinement esclaves en tant que adorateurs ou disciples de leur propre ego.

Le Zohar explique plus en détail:

«L’idolâtrie, l’inclination envers [les Sephiroth inversés, Klipoth, spécifiquement Chokmah / fanatisme, Binah / stupidité et Daath / Tantra noir] ce qui vient du foie [כבד chabad, orthographié Chet, Beth, Daleth ; ce sont les trois lettres Hébraïques initiales des trois Sephiroth Chokmah, Binah, Daath כבד]. L’idolâtrie vient du foie [כבד chabad], mot qui signifie dur, amer ou grave, et c’est pourquoi l’idolâtrie est appelée ou désignée service torpide.

«De plus, le foie est le siège de la rage et de la colère [Geburah Klipothique] et c’est pourquoi on dit que quiconque cède à la colère et à la passion est aussi coupable que celui qui commet un acte d’idolâtrie. Et c’est le sens des mots:

«Et Jehovah Elohim donna cet ordre à Adam, disant: «Tu peux manger librement de tous les arbres du jardin. Mais de l’Arbre de la Connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas; car le jour même où tu en mangeras, tu mourras sûrement.» – Genèse 2: 16, 17

«Ainsi, la [passion sexuelle] fornication est l’idolâtrie interdite; il a aussi interdit l’indulgence dans la colère, car ils partent d’une source commune et conduisent à verser le sang, ainsi:

«Quiconque versera le sang [דם] d’Adam [אדם], par Adam [אדם], sera versé son sang [דם]; car, à l’image d’Elohim, ils ont fait Adam [אדם].» – Genèse 9: 6

«L’inclination pour le meurtre vient du [כבד chabad] foie et est comme une épée dans la main de l’ange de la mort, ainsi:

«Et à la fin est amer comme l’absinthe, Tranchant comme une épée à deux tranchants.» – Proverbes 5: 4.

«Le mot «disant» signifie la rate, dont il est dit:

«Tel est le chemin d’une femme adultère: elle mange et s’essuie la bouche, en disant: Je n’ai commis aucune méchanceté.» – Proverbes 30: 20

«La rate n’a ni orifice ni canal, mais est une substance solide avec des veines et des artères et absorbe le sang noir venant du foie. L’adultère est donc symbolisé dans les Écritures par la rate, comme sa perpétration ne laisse aucune trace, alors que le meurtre est rapidement détecté par des traces de sang, les hommes craignent donc de commettre un meurtre plus que l’Adultère.

«Lorsque ces péchés d’idolâtrie, de meurtre, de fornication et d’adultère cesseront de prévaloir parmi l’humanité [dans Malkuth, le monde physique], en ce jour-là, il y aura un seul Seigneur [Yehidah] et son nom Un [יהוה].»

Et:

«Le meurtre ne se réfère pas exclusivement à des meurtres de sang-froid. Un bain de sang se produit également lorsque nous déshonorons ou humilions publiquement ou en privé d’autres personnes, provoquant le sang à se ruer sur leur visage par gêne. Cela inclut, par exemple, l’assassinat de personnage causé par une mauvaise langue.»

Rabbi Yehuda a dit: «Observez qu’Abraham [Chesed] est descendu en Égypte sans l’assistance divine, il a fait subir à ses descendants [archétypes] quatre cent trente ans de servitude [assujettis à la passion animale]; Il aurait dû l’obtenir [assistance divine] et tout se serait bien passé; dès la première nuit de son entrée en Égypte [première Initiation], il a dû souffrir à cause de Sara Sara = Sarah, sa femme, comme il est déclaré:

«Et il dit à Sarah, sa femme, vois maintenant que je sais [à travers l’Alchimie sexuelle] que tu es une femme belle à regarder.»

Ne le savait-il pas auparavant?; qu’elle était telle, et si oui, pourquoi a-t-il utilisé le mot «maintenant». C’était parce que jusque-là, la vie conjugale d’Abraham avait été si pure et chaste qu’il ne l’avait pas vue et contemplée face à face [dans l’Alchimie sexuelle]. Ce n’est qu’à l’approche de l’Égypte [première Initiation] que Sara a levé son voile [comme Shechinah, Kundalini], lorsque sa beauté est devenue manifestée à Abraham.

Une autre explication est que, pendant la fatigue et la lassitude d’un long voyage, le corps humain devient rétréci et affaibli, mais avec Sara, il n’en était rien, car elle avait conservé sa beauté de trait et de forme sans le moindre changement ni diminution [de chasteté]. Observant cela, Abraham utilisa le mot cité.

Une troisième et très probable raison est ce qui a été traditionnellement déclaré, qu’Abraham voyait alors la Shechinah ou gloire divine et la présence [de la Mère Kundalini] autour d’elle qui l’affectait si profondément d’un sentiment de joie et de délice qu’il s’écria: tu es belle à regarder. Connaissant également les mœurs et coutumes alors en vigueur en Égypte, il réfléchit à la manière d’éviter de lui enlever Sara et lui dit donc: «Dis, je te prie, que tu es ma sœur.» Ce mot «sœur» a un double sens, l’un littéral, l’autre allégorique ou mystique, comme dans le verset:

«Dis à la Sagesse, tu es ma sœur.» – Proverbes 7: 4

Par Sagesse, on entend ici la Shechinah, qui est aussi appelée parfois sœur. En incitant Sara à dire ainsi, Abraham était coupable de la faire tergiverser et de proférer un mensonge, comme la Shechinah était réellement avec elle et devenait comme sœur de chaque âme humaine qui entre dans la vie divine et supérieure, Il est ajouté plus loin, «afin que tout se passe bien pour moi, et que mon âme vive à cause de toi.» Abraham adressa ces paroles à la gloire divine, leur signification étant: «afin que le Saint-Esprit puisse me faire du bien et mon âme préservée et sauvée à travers toi, car ce n’est que par la grâce du Saint-Esprit qu’un homme en quittant la vie sur terre sera considéré digne de la vie éternelle.»

Rabbin Yessa a dit: «Bien qu’Abraham [Chesed] soit au courant des mœurs lubriques et de l’absence de chasteté des [egos ou démons rouges des] Égyptiens, il ne craignait pas d’emmener sa femme là-bas, car la Shechinah était avec elle et par conséquent il ressentait aucune appréhension de l’avenir.»

Rabbi Yehuda dit: «Et les Egyptiens virent la femme [la sagesse] qu’elle était très belle.» Abraham avait dissimulé sa femme dans un coffre [cryptique] qui, lorsqu’il a été ouvert par les officiers Égyptiens chargés de l’accise, a projeté une lumière aussi brillante que celle du soleil. On dit donc qu’elle était très belle. Ce qu’ils ont vraiment vu est une forme autre que celle de Sara qui est restée visible après l’avoir sortie du coffre [des symbolismes]. Ceci explique les expressions un peu pléonastiques et similaires: «les Égyptiens voyaient la femme qu’elle était très belle», et «les princes du Pharaon l’ont également vue et l’a recommandé auprès du Pharaon,» Genèse. 12:15 parce que, comme le dit la tradition, ils ont vu la Shechinah demeurer avec Sara.»

Rabbi Isaac a dit: «Malheur aux âmes méchantes et incroyantes! Qui ne savent rien, et ne veulent pas comprendre les faits et les actes du Saint-Esprit, elles ne s’aperçoivent donc pas que tout événement qui se produit dans le monde est organisé et ordonné d’avance par celui qui voit le commencement et la fin de toutes choses avant qu’elles n’arrivent, comme il est écrit:

«Déclarant le plus réculé depuis le commencement et depuis les anciens temps les choses qui ne sont pas encore fait.» – Isaïe 46:10

Remarquez que si Sara n’avait pas été emmener devant le Pharaon, il n’aurait pas été visité avec de grandes plaies, semblables à celles qui ont affligé les Égyptiens après des années. Dans les deux cas, le même terme «gedolim [grand]» leur est appliqué.

«Et le Seigneur tourmenta Pharaon et sa maisonnée avec de grands fléaux [negaaim gedolim] et le Seigneur révéla des signes et produisit de grands [Gedolim] et redoutables miracles et blessa l’Égypte, le Pharaon et toute sa maisonnée.» – Deutéronome 6:22

En utilisant le terme «grand», on peut en déduire que les fléaux [épreuves karmiques] infligées à Pharaon à l’époque d’Abraham étaient les mêmes en nombre [qu’à cette époque de la fin], si elles ne revêtaient pas le même caractère que celles de l’époque de Moïse, et dans les deux cas ont été faites pendant la nuit [l’obscurité était sur la surface de l’infra-Conscience].»

Rabbi Isaac a dit: «Il est écrit:

«Mais toi, ô Seigneur, es un bouclier pour moi, ma gloire et l’élévateur de ma tête.» – Psaume 3: 4

David [qui représente la perfection de Nephesh, âme animale] a dit ces paroles au Seigneur: «Même si tous les hommes doivent se tenir debout contre moi, je ne crains rien, car tu es mon protecteur [un bouclier devant moi]». Remarquez ici l’utilisation du mot «un bouclier [magen]».

David a déjà dit au Saint: «Maître du monde, pourquoi ne trouve-t-on pas une forme ou une prière de bénédiction se terminant par mon nom comme celui d’Abraham que les enfants d’Israël adressent au ciel et se terminant par «Béni sois tu, oh Seigneur, protecteur d’Abraham.» À quoi le Saint répondit: «Abraham, en endurant de longues épreuves, s’est révélé fidèle et parfait.» Alors David a dit:

«Si cela est la raison, examine-moi, oh Seigneur, et éprouve-moi et sonde mes reins et mon cœur.» – Psaume 26: 2

Après son péché en lien avec Bathsheba, David se souvint de ces paroles qu’il avait dites au Saint et s’écria: «Tu as éprouvé mon cœur, tu m’as visité dans la nuit sans constater – oh, que je n’avais jamais parlé! J’ai dit sondes-moi et tu m’as éprouvé; sonde mes rênes et mon cœur comme par le feu, et tu l’as fait et ne m’as pas trouvé comme je le souhaitais ou devais être. Mieux, si j’avais gardé le silence et n’avais pas demandé à être testé et sondé.»

Cependant, malgré la faiblesse et la fragilité de David [dans Nephesh], une prière de bénédiction se termine par: «Béni sois-tu, oh Seigneur, protecteur de David». C’est pourquoi il a dit: «Oh, Seigneur, tu es mon protecteur [magen], ma gloire et l’élévateur de ma tête» qu’il a estimé plus que sa couronne ornée de bijoux et son sceptre royal.»

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : Zohar: Abraham and Initiation

Zohar: Adam et Noah
Catégories : Sepher ha Zohar