Écrit par : Simeon ben Jochai   Catégorie : Sepher ha Zohar

Note de l’Éditeur: Pour comprendre cette Écriture, il faut d’abord comprendre le mot Torah. Beaucoup de gens associent ce mot Torah à quelques écrits en Hébreu, principalement les livres de Moïse et des Prophètes (également appelé l’Ancien Testament), mais la signification du mot Hébreu Torah est beaucoup plus profonde.

Torah: (Hébreu תורה) Littéralement, enseignement, instruction ou loi. Ce mot est synonyme du mot Sanskrit Dharma.

Ainsi, la vraie Torah n’est pas un livre ou une écriture, c’est l’enseignement même. Ceci est décrit dans le livre sacré intitulé Sepher ha Zohar…

Le Rabbi Siméon dit: «Malheur à l’homme qui dit que la Torah est venue raconter des histoires, simplement et clairement, et des contes simples sur Esaü et Laban. Si tel était le cas, même à l’heure actuelle, nous pourrions produire une Torah à partir de choses simplistes, et peut-être même plus belles que celles-là. Si la Torah est venue pour illustrer des choses mondaines, même les dirigeants du monde ont entre eux des choses supérieures. Si c’est le cas, suivons-les et produisons d’elles une Torah identique. Il doit être que tous les éléments de la Torah sont de nature supérieure et sont des secrets primordiaux.

Venez et voyez: le monde en-haut et le monde en-bas sont mesurés avec une balance. Les enfants de Yisrael en-bas correspondent aux nobles anges en-haut. Il est écrit à propos des nobles anges: «qui fait des vents ses messagers» (Psaume 104: 4). Quand ils descendent, ils sont revêtus des vêtements de ce monde. S’ils n’avaient pas acquis la robe pour ce monde, ils ne pourraient pas exister dans ce monde et le monde ne pourrait pas les supporter. Et s’il en est ainsi pour les anges, combien plus pour la Torah qui a créé ces messagers et tous les mondes, qui existent à cause d’elle. Une fois qu’elle a été livrée à ce monde, si elle n’avait pas revêtu tous ces vêtements de couverture de ce monde, qui sont des histoires et des récits simplistes, le monde n’aurait pas pu la tolérer.

Par conséquent, cette histoire de la Torah est le manteau de la Torah. Celui qui pense que ce manteau est l’essence même de la Torah et que rien d’autre ne s’y trouve, laissez son esprit se dégonfler et ne lui laisse aucune part dans le monde à venir. Par conséquent, David a dit: «ouvre mes yeux, afin que je puisse voir des choses merveilleuses de ta Torah» (Psaumes 119: 18); c’est-à-dire, regardez ce qui se cache sous ce vêtement de la Torah.

Venez et voyez: il y a une robe visible par tous. Les gens simples, quand ils voient une personne vêtue joliment, qui leur apparaît distinguée par son vêtement, n’observent plus. Ils portent leurs jugements sur lui en fonction de ses vêtements distingués et ils considèrent la robe comme le corps de l’homme et le corps de la personne comme son âme.

La Torah est semblable à ceci. Son corps est composé des commandements de la Torah appelés «corps de la Torah». Ce corps est vêtu de vêtements, qui sont des histoires de ce monde. Les ignorants du monde ne regardent que cette robe, qui est l’histoire de la Torah, et ne sont plus conscients de rien. Ils ne regardent pas ce qui se cache sous cette robe. Ceux qui en savent plus ne regardent pas la robe, mais plutôt le corps sous cette robe. Les prudents, les sages, les serviteurs du roi le plus élevé, ceux qui se trouvaient au mont Sinaï, ne regardent que l’âme de la Torah, qui est l’essence de tout, la vraie Torah. Dans le destin à venir, ils sont destinés à regarder l’âme, l’âme de la Torah.

Venez et voyez: c’est aussi comme cela en-haut. Il existe un vêtement, un corps, une âme et une âme pour l’âme. Les cieux et ses légions sont les vêtements, et la congrégation de Yisrael, qui est Malchut, est le corps qui reçoit l’âme, qui est la splendeur de Yisrael, c’est-à-dire Zeir Anpin. Malchut est donc le corps de l’âme, puisque Zeir Anpin est revêtue avec elle, comme l’âme dans le corps. L’âme dont nous avons parlé, qui est la splendeur de Yisrael, est la Torah réelle, c’est-à-dire l’âme de la Torah à laquelle les sages se tournent. C’est l’âme de l’âme qui est l’ancien Saint, sur qui ils regarderont dans le destin à venir, comme mentionné. Tout se tient l’un par l’autre. Le saint atika est vêtu de Zeir Anpin et Zeir Anpin est vêtu de Malchut et Malchut est vêtu des mondes briyah, yetzirah, asiyah et de toutes leurs légions.

Malheur à ces méchants qui disent que la Torah est simplement une histoire et rien de plus, car ils regardent la robe et pas plus. Loués soient les justes, qui regardent correctement la Torah. Le vin ne dure que s’il est dans un pichet. De même, la Torah ne dure pas, sauf dans ce manteau. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de regarder sauf ce qui est sous le manteau. C’est pourquoi toutes ces questions et toutes ces histoires sont des vêtements.

Extrait de Sepher ha Zohar, 39. Beha’alot’cha 12

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : The Real Torah

Gardien des Secrets
Zohar: Désirer les Autres
Catégories : Sepher ha Zohar