Dissertation sur des thèmes variés (Interview des frères salvadoriens n°1)

Samaël Aun Weor

Disciple. […] ici, avec vous, le V.M. Samael Aun Weor.

Maître. Bon, mes chers frères du Salvador, nous allons […] avec l’immense souhait que vous compreniez à fond la Doctrine gnostique ésotérique.

Bientôt, « Le Mystère de la Floraison d’Or » sortira à la lumière publique. Cette nouvelle œuvre, mes chers frères, est extrêmement importante. Son objectif de base, fondamental, c’est que vous parveniez à comprendre en profondeur ce qu’est le Sentier de l’Autoréalisation Intime.

Il devient nécessaire maintenant d’approfondir cette intime relation qui existe entre le sexe et le processus scientifique de la dissolution de l’Ego.

Ainsi, mes chers frères, nous allons donc commencer notre entretien en […] dans un seul but, que nous pourrions définir par le terme « COMPRÉHENSION ». C’est tout.

D. Maître, une fois qu’on est parvenu à la Deuxième Naissance, est-il nécessaire de se décider ? Ou l’Initié doit-il se décider à suivre le Chemin en Spirale ou le Chemin Direct ?

M. Bon, mon cher frère, la question est assez intéressante et il vaut bien la peine d’y répondre. Il est évident que si un individu parvient à la Deuxième Naissance, c’est un Maître. Quand on arrive à la Maîtrise, on doit se définir entre deux Chemins. Je veux me référer au CHEMIN DIRECT ou au CHEMIN EN SPIRALE de type nirvanique. La Voie Directe est généralement très douloureuse et elle nous conduit à l’Absolu. C’est un chemin amer comme le fiel. Rares sont ceux qui parcourent ce sentier rocailleux.

Quant au Chemin en Spirale, je veux vous dire […] quand on choisit le Chemin en Spirale, on entre au Nirvana et on se réincarne très rarement […] des Dieux, le monde de la félicité authentique, absolue […] dans le royaume, disons, de la musique, compris ?

Or, ceux qui choisissent le Sentier en Spirale restent plus longtemps, c’est évident. Ils mettent beaucoup plus de temps à retourner à l’Absolu. Ils prennent rarement un corps physique. Par exemple, les Nirvanis qui ont pris un corps dans les première, deuxième et troisième races qui ont existé dans le monde n’ont repris un corps que maintenant pour aider l’humanité […] et après avoir apporté leur aide, ils s’immergent définitivement dans le Nirvana, c’est-à-dire […] joie, de félicité, durant tout le temps qui reste avant la nuit du Maha-Pralaya et durant les première, deuxième et troisième rondes du prochain Maha-Manvantara. En d’autres termes, ils reprendront un corps uniquement dans les trois premières races du monde qui existera après le nôtre […] Demandez […] et je vous les explique.

D. J’ai vu beaucoup d’écrivains, dernièrement […] domaine de l’ésotérisme et j’ai pensé que tous ces écrivains (soit parce que ce sont des Initiés ou parce qu’ils ont une intelligence aiguë), j’ai pensé qu’ils connaissaient votre Message. Je voudrais savoir si j’ai raison ?

M. Bon, bon, mais je vois que cette question sort du sujet. Cependant, elle aura, bien sûr, une réponse. Mais, accorde-moi la liberté de continuer d’expliquer la question des deux Chemins, même si c’est d’une manière brève, d’accord ?

D. D’accord !

M. Il est indiscutable que celui qui suit le Sentier en Spirale, nirvanique, parvient aussi à l’Absolu, mais à travers de très nombreux Maha-Manvantaras. Par contre, ceux qui suivent la Voie Directe y parviennent en une seule réincarnation…

Je donne un enseignement qui est assurément grandiose. C’est un enseignement pour la nouvelle Ère du Verseau. Il s’agit d’un message superlatif révolutionnaire.

Il est évident que certains de ces écrivains […] actuellement connaissent déjà notre message. Si nous les lisons attentivement, nous verrons qu’ils ont des idées qui nous appartiennent. Dans un futur, suivra […] notre Message […] de plus en plus, et de plus en plus, compris ?

D. Oui Maître. Je souhaiterais que vous m’expliquiez en quoi consiste la révolution de ce Message, du Message du Verseau que vous êtes en train de nous remettre ?

M. C’est avec le plus grand plaisir que je vais répondre à ta question […] Si tu étudies attentivement tous les livres pseudo-ésotériques et pseudo-occultistes de la fin du siècle passé et du début de ce siècle, tu verras qu’ils se basent strictement sur les lois de l’évolution de la Nature, tu verras qu’ils ont pour base […] la doctrine de la réincarnation, etc.

Nous, nous sommes allés plus loin. Nous avons passé au crible tous ces anciens enseignements pour voir ce qu’ils ont de vrai.

Permets-nous de ne pas être d’accord avec les enseignements de la fin du siècle passé et du début du siècle présent. Qu’il nous soit permis d’affirmer, de manière emphatique, que la loi de l’Évolution n’est pas tout. Nous ne nions pas que l’ÉVOLUTION soit un facteur fondamental, mais ce n’est pas tout. Il existe aussi la loi de l’INVOLUTION.

Il est lamentable que ces penseurs ultramodernes n’aient pas encore été capables de percevoir les processus involutifs à grande échelle. Ce qui est grave, c’est qu’ils veulent voir de l’évolution dans les processus destructifs et dégénératifs. Ils veulent faire rentrer tout l’ordre universel dans le dogme de l’évolution, c’est absurde.

Il est urgent de comprendre, mes chers frères, que l’évolution et sa sœur jumelle l’involution sont deux lois qui travaillent de manière coordonnée et harmonieuse dans toute la création.

Il y a évolution dans le grain qui germe, croît, se développe et se reproduit. Il y a involution dans la plante qui se fane et décroît, jusqu’à se transformer en un tas de branches sèches.

Il y a évolution dans le […] état de grossesse, dans l’enfant qui naît, qui se développe. Il y a involution dans l’être humain qui vieillit et finalement meurt.

Il y a évolution dans le monde qui surgit à l’existence. Il y a involution dans le monde qui s’étiole, dégénère, et qui, pour finir, se transforme en une lune.

Ainsi, les processus de l’évolution et de l’involution forment l’axe mécanique de toute la Nature. Mais vouloir voir uniquement le facteur évolutif en tout conduit au dogmatisme, et le dogmatisme conduit à l’embouteillement de notre mental.

Nous avons besoin, mes chers frères, de développer notre capacité analytique. Nous avons besoin de comprendre en profondeur tout ce qui se cache derrière ces deux lois d’évolution et d’involution. Nous devons connaître ce que contiennent les concepts des lois évolutives et involutives du Cosmos et de la Nature…

Il est clair qu’il existe une troisième loi : je me réfère à la RÉVOLUTION DE LA CONSCIENCE. Celui qui veut rentrer sur le Chemin de l’Autoréalisation […] doit savoir qu’il rentre sur le Chemin de la Révolution de la Conscience.

L’évolution ne peut jamais nous conduire à l’Autoréalisation Intime de l’Être. L’évolution a une limite, au-delà de laquelle suit l’involution. « Toute montée est suivie d’une descente »…

Bien que […] pour nous autoréaliser, nous avons besoin de devenir indépendants, de nous libérer de ces deux lois mécaniques de la Nature. Nous devons prendre le Chemin de la Révolution de la Conscience. C’est le Sentier dont nous a parlé le Christ quand il a dit : « Resserré est le Chemin et étroite la porte qui conduit à la lumière, et très rares sont ceux qui la trouvent ».

Les Trois Facteurs fondamentaux de la Révolution de la Conscience sont : MOURIR, NAÎTRE, SE SACRIFIER POUR L’HUMANITÉ. Il est nécessaire de mourir, de désintégrer l’Ego, de le réduire en poussière cosmique, en cendres. Nous avons besoin, mes chers frères, de naître, parce que comme Jésus l’a dit à Nicodème : « Tant que tu ne naîtras pas à nouveau, tu ne pourras entrer au Royaume des cieux ». Il est nécessaire de naître à nouveau ! Il est aussi nécessaire, mes chers frères, de nous sacrifier pour l’humanité. C’est cela l’Amour.

Jésus a résumé concrètement ces trois Facteurs de la Révolution de la Conscience dans ces mots : « Celui qui veut me suivre, qu’il se renie lui-même », c’est-à-dire qu’il dissolve le Moi, l’Ego, qu’il meure en lui-même, « qu’il prenne sa croix », c’est-à-dire qu’il travaille avec le Feu et l’Eau (origine des mondes, des bêtes, des hommes et des Dieux), c’est un problème totalement sexuel.

Vous savez bien que la croix est sexuelle. Le bâton vertical est le phallus, et l’horizontal est le Ctéis féminin, c’est-à-dire l’utérus. Dans le croisement des deux se trouve la clé de tout pouvoir.

C’est seulement grâce au Sahaja Maïthuna que nous pouvons réellement fabriquer en nous l’Habit de Noces de L’Âme pour entrer dans le Royaume (je veux me référer au Grand Royaume, au Regnum Dei, au Magis Regnum), compris ?

Nous ne pouvons y entrer en habit profane. Nous devons y entrer vêtus de l’Habit de Noces de l’Âme, du To Soma Heliakon dont nous parlent les anciens Alchimistes médiévaux.

Rappelez-vous, mes chers frères, cette parabole de l’Évangile (assez célèbre, certes), dans laquelle le Seigneur, après avoir contrôlé minutieusement la salle à manger, remarqua alors, à la table de noces, quelqu’un qui n’était pas revêtu de l’habit de l’Âme. Il donna des ordres à ses serviteurs, leur disant : « Attachez-le et jetez-le dehors, aux ténèbres extérieures, où l’on entend seulement des pleurs et des grincements de dents ».

Cet Habit de Noces de l’Âme, mes chers frères, n’est autre que les Corps Solaires, compris ? Et ceux-ci ne se fabriquent que dans la Forge des Cyclopes, dans la forge Ardente de Vulcain…

Or […] doit lever la torche bien haut pour éclairer le chemin des autres. Cela, c’est le sacrifice pour l’humanité, c’est l’imitation du Chrestos, compris ?

Notre révolution consiste précisément à nous écarter des dogmes existants, à rompre […] à prendre le sentier de la Grande Rébellion, le chemin de l’insurrection mystique, le chemin lumineux du Verseau…

C’est tout, mes chers frères. S’il y a d’autres questions, eh bien, posez-les avec une entière liberté et c’est avec le plus grand plaisir que je vous répondrai…

D. Je voudrais vous demander, rien de plus, quand […] message […] ?

M. Bien, « quand » c’est un peu difficile à savoir, mon cher frère. Le message, nous allons le remettre à l’humanité dans des octaves de plus en plus élevées, et toujours plus élevées. Quand nous parviendrons à la note la plus haute, le message sera terminé, alors je m’en irai avec ma Divine Mère Kundalini pour l’éternité…

Maintenant, « Le Mystère de la Floraison d’Or » est sur le point de sortir […] Il est évident que l’humanité entière devra être très reconnaissante envers nos frères du Salvador, envers L.A.R, notre frère E.B. et, en général, envers tous, puisque vous avez tous travaillé, vous avez tous coopéré pour la Grande Œuvre du Père.

Après ce livre, sortira celui qui s’intitulera « Les Trois Montagnes ». Alors, nous dévoilerons le Chemin. Il est très intéressant de voir que toutes les religions, écoles, ordres, loges, etc., parlent du Chemin, mais que personne ne le connaît. Et ils ne peuvent pas le connaître parce qu’il n’a jamais été dévoilé, il n’a jamais été communiqué, même s’il est cité dans divers textes sacrés, il est encore occulte.

Et avec la sortie du livre « Les Trois Montagnes », je remettrai LES CARTES DU CHEMIN, avec toutes leurs étapes et les plus petits détails. Alors, les frères pourront être guidés intelligemment, parce que, dans ces cartes, seront complètement indiqués le début et la fin : où l’on commence à fouler le Chemin et où le Chemin s’achève…

Ce sera un livre qui pourra nous conduire de la vie profane jusqu’à la Libération finale. Publier les cartes du Chemin ? Cela n’a jamais été fait et c’est ce que je dois livrer, c’est ce que j’ai promis aux Gardiens du Saint Sépulcre.

Après ce livre, qui s’intitulera « Les Trois Montagnes », viendra « Le Livre d’or ». Ce livre aura pour but de documenter, de manière kabbalistique, mathématique, tous les enseignements donnés, tant dans « Le Mystère de la Floraison d’Or » que dans « Les Trois Montagnes ». C’est tout, mes chers frères, je crois que vous me comprenez…

D. Maître, vous êtes en train d’arriver ou vous êtes en train de faire maintenant le travail de la Deuxième Montagne. Faut-il comprendre qu’à la fin du travail de la Deuxième Montagne, vous devrez continuer avec le travail de la Troisième Montagne ?

M. Bon, vous me demandez, mon cher frère L.O., une chose sur laquelle nos frères du Mouvement gnostique n’ont pas d’information. Cependant, j’aurai beaucoup de plaisir à vous répondre et je vais le faire.

Il existe Trois Montagnes, c’est évident, et ce sera indiqué dans notre prochain livre qui suivra « Le Mystère de la Floraison d’Or ».

Il est évident que la Première Montagne est celle de l’INITIATION. La Deuxième Montagne est celle de la RÉSURRECTION. Et la Troisième Montagne est celle de l’ASCENSION.

Malheureusement, toutes les écoles de type pseudo-ésotérique et pseudo-occultiste croient que l’Initiation est tout. Elles ne comprennent pas ce que signifie le mot « Initiation ». « Initier », c’est « commencer ». Donc, dans la Montagne de l’Initiation, nous commençons…

Dans cette Montagne, nous devons vivre tout le Drame du Christ Cosmique (mais nous devons le vivre de manière symbolique), nous convertir en le personnage central du Drame.

Dans cette Montagne, nous devons fabriquer les Corps Solaires, c’est-à-dire le To Soma Heliakon, l’habit de noces de l’Évangile biblique.

Dans cette Montagne, mon cher frère, nous devons nous convertir en Homme authentique, en Maître véritable.

Mais cette Montagne n’est pas tout. Au-delà de cette Montagne, se trouve celle de la Résurrection. Dans cette Montagne, nous travaillons avec les sphères de la Lune, de Mercure, de Vénus, du Soleil, de Mars, de Jupiter, de Saturne, d’Uranus et de Neptune.

La culmination de cette Montagne nous mène jusqu’à la Résurrection. J’entends par « Résurrection » (et c’est ainsi que vous devez le comprendre, mes chers frères), la manifestation de la Monade Divine en nous, l’incarnation de notre propre Monade, l’incarnation du Troisième Logos en nous.

Celui qui est parvenu à ces hauteurs, celui qui s’est converti en Maître ressuscité, est libéré du péché originel, absolument éveillé, avec des pouvoirs sur la vie et sur la mort…

Bien au-delà de cette Deuxième Montagne, mon cher frère, se trouve la Troisième Montagne, celle de l’Ascension. Celui qui arrive à la cime de la Troisième Montagne se libère du système solaire, il rentre dans les Mondes de Paramaphara (ce sont des Mondes de l’espace infini, des Mondes totalement spirituels).

Quand nous désincarnons, nous devons alors vivre dans ces Mondes en attendant la nuit profonde du Pralaya, la Nuit Cosmique, pour entrer dans l’Absolu (convertis, c’est clair, en véritables Dieux).

Ainsi, il y a trois Montagnes… Mais, tu veux savoir dans quelle Montagne je me trouve ? Oui, actuellement, je suis en train de récapituler, je suis au sommet de la Deuxième Montagne (et ceci, je ne le nie pas). Je dis « récapituler » parce que dans le précédent Maha-Manvantara (qui fut le Maha-Manvantara de Padma ou du Lotus d’or), je suis déjà passé par ces trois Montagnes.

Mais dans ce Maha-Manvantara, que l’on appelle le « Maha-manvantara du Berraco » (terme complètement sanskrit) (NdT : « Berraco » : terme colombien qui signifie « dur, fort, douloureux »), je suis donc en train de ré-ca-pi-tu-ler, compris ?

D. Compris, Maître. Maître, selon votre exemple, je peux observer que dans une vie nous pouvons faire complètement le travail des trois Montagnes. Suis-je dans le vrai ?

M. Eh bien, c’est évident, mon cher frère, c’est évident ! EN UNE SEULE RÉINCARNATION BIEN UTILISÉE, NOUS POUVONS RÉALISER TOTALEMENT LE TRAVAIL DES TROIS MONTAGNES, mais il faut travailler intensément. Nous devons donc prendre le sentier de la révolution en marche, le chemin de la révolution intime, le chemin de l’insurrection transcendantale, travailler avec les trois facteurs qui sont : mourir, naître et le sacrifice pour l’humanité. Si nous sommes disposés à donner jusqu’à notre vie pour l’Autoréalisation, il est évident que nous y parviendrons, mon cher frère. « Soyez vainqueurs, c’est tout ! », comme le dit un de nos rituels gnostiques…

D. Maître, dans les œuvres de Krishnamurti, j’ai observé que celui-ci porte surtout son attention sur l’étude de l’Ego, du moi-même, de nos défauts psychologiques. Pourriez-vous nous dire pourquoi il ne mentionne, dans aucun de ses livres, dans aucun de ses messages, le chemin, la clé pour dissoudre l’Ego. Autrement dit, pourquoi ne parle-t-il pas de l’aspect sexuel ?

M. C’est avec grand plaisir que je vais répondre à cette question parce qu’elle est assez intéressante, mes chers frères. Il est évident que Krishnamurti, par exemple, a fait un beau travail, et cela, nous ne pouvons le nier. Cependant, il manque quelque chose, beaucoup de choses, dirions-nous. Il veut que l’on dissolve l’Ego uniquement sur la base de la compréhension. Ce n’est pas possible.

Quelqu’un pourrait avoir, par exemple, le défaut de la colère et le comprendre profondément dans tous les territoires du mental, dans les 49 régions de l’infraconscient, du préconscient, de l’inconscient, etc., mais cela ne signifie pas pour autant qu’il en ait fini avec la colère. Elle continue à l’intérieur. Si l’on veut dissoudre le Moi, il faut faire appel à un pouvoir qui soit supérieur au mental. Le mental […] Krishnamurti, peut changer un défaut en le faisant passer d’un endroit à un autre, d’un département à un autre de l’entendement, d’une zone à une autre du subconscient, l’étiqueter sous différents noms, le cacher aux autres et le cacher à soi-même, mais cela ne signifie pas l’avoir éliminé.

Si nous voulons l’éliminer, nous avons besoin, je le répète, d’un pouvoir supérieur au mental. Je veux me référer, de manière emphatique, à Kundalini, le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques, le Feu Flammigère. À l’évidence, c’est seulement grâce aux pouvoirs ignés de la Kundalini que nous pouvons éliminer en nous n’importe quel défaut psychologique.

Mais il faut savoir travailler avec les armes d’Éros : durant le Sahaja Maïthuna, on doit invoquer sa Divine Mère Kundalini, lui demander d’employer la lance, c’est-à-dire d’utiliser le pouvoir électrique sexuel pour désintégrer tel ou tel défaut psychologique, pour réduire en poussière n’importe lequel de ces Mois qui personnifient nos erreurs de type psychologique. M’avez-vous compris ?

Ainsi, peu à peu, en travaillant dans la Forge des Cyclopes, en empoignant la lance de Longin, les armes de Vulcain (comme le dirait la mythologie grecque), nous réduirons en cendres chacun de ces agrégats psychiques qui personnifient nos défauts. Et à mesure que ces agrégats sont éliminés, à mesure qu’ils sont réduits en poussière, la Conscience se libère.

Il est ostensible que lorsque la Conscience se libère, elle s’éveille radicalement. Il est aussi très certain et très vrai que lorsque la Conscience réussit à s’éveiller totalement, le problème du dédoublement astral s’achève. Dès cet instant, nous pouvons voir, entendre, toucher et palper les grandes réalités des Mondes suprasensibles.

Je veux que vous compreniez tout cela en profondeur, mes chers frères, que vous vous occupiez de la dissolution du Moi, que vous compreniez l’intime relation qui existe entre l’énergie sexuelle et le processus de la désintégration de l’Ego. Nous désintégrerons rapidement l’Ego si nous utilisons l’énergie sexuelle. C’est tout… Je suis disposé à continuer à répondre à des questions… Donc, parlez !

D. Maître, pourriez-vous nous dire quel est le pourcentage de Conscience éveillée que nous avons jusqu’à maintenant ?

M. Bon, mon cher frère, il est indubitable que cette pauvre humanité ou ce type « d’homoncule rationnel » a seulement 3 % DE CONSCIENCE ÉVEILLÉE, et il me semble que les individus n’ont pas tous ce pourcentage. Il y a des gens qui ont seulement 1 %, d’autres 2 %. Si les gens avaient ne serait-ce que 10 % de Conscience éveillée, il n’y aurait plus de guerres sur la face de la Terre.

Mais, il est clair qu’à mesure que nous désintégrons nos défauts, c’est-à-dire qu’à mesure que nous détruisons les Mois qui personnifient nos erreurs psychologiques, la Conscience se libère, parce que la Conscience est engloutie, plongée dans ces Mois et, à mesure que nous les brisons, que nous les détruisons, elle se libère. Et ainsi, le pourcentage de Conscience augmentera et le moment viendra où nous aurons non plus 3 % mais 4, 5, 6, 10 %, etc.

Et à mesure que le pourcentage de Conscience augmente (de Conscience éveillée), il est évident que nous nous éveillons. À mesure que la Conscience s’émancipe, je le répète, nous nous éveillons, à mesure que le pourcentage de conscience augmente, eh bien, nous nous éveillons.

Un individu qui a cent pour cent de Conscience éveillée est un Mahatma illuminé, un Hiérophante, un Guruji, un Agnishvatta, un Kumara. Compris ?

D. Maître, auriez-vous la bonté de nous expliquer quelle est la véritable origine de l’Ego ?

M. Eh bien, c’est avec le plus grand plaisir que je vais répondre à cette très intéressante question.

Il ne fait aucun doute que l’Ego a pour origine LE FEU SINISTRE DE L’ABOMINABLE ORGANE KUNDARTIGATEUR. Dans les livres, vous apprendrez que l’abominable Organe Kundartigateur est la queue de Satanas, la queue de Satan.

Vous allez me dire : « Qu’est-ce que cette chose a à voir avec l’autre, n’est-ce pas ? ». Vous avez raison, tout le monde est libre de penser et de se poser des questions, mais comprenez-moi…

Il y a un Feu électronique solaire qui est enfermé dans le chakra Muladhara, dans le centre coccygien (quand ce Feu merveilleux monte le long de l’épine dorsale, nous nous convertissons en Dieu), et il s’appelle Kundalini. Mais quand ce Feu se précipite du coccyx vers le bas, il devient un appendice abominable, notre Ego, notre Moi, et cette queue, c’est le Kundartigateur.

Maintenant, je veux te dire que cet abominable Feu descendant se trouve non seulement dans l’Ego, mais qu’il se trouve aussi dans le fond vital, le Linga Sharira des théosophes, et s’il se développe, se précipitant du coccyx vers le bas, je le répète, il forme la queue de Satan.

Est-ce que cette abominable queue existe chez les êtres humains ? Oui, elle existe, elle est latente dans toute créature humanoïde, bien que la queue de Satan, c’est-à-dire le Kundartigateur, ne soit pas développée chez tout le monde. Cependant, le feu sinistre du Kundartigateur est bien latent.

Il monte des organes créateurs, s’accumule dans la région du plexus et voilà que l’IDÉOPLASTIE prend forme dans la région du ventre au moyen de ce feu Kundartigateur, et l’Ego surgit à l’existence.

Prenons le cas de quelqu’un qui sent un accès de colère, par exemple, contre une autre personne. Alors l’idéoplastie prend, dans ce cas, la forme de la personne (une forme métaphysique, je veux dire), elle prend forme dans la région du plexus, c’est-à-dire qu’un Moi se forme dans la région du plexus solaire, dans la région du ventre.

Comment se forme-t-il ? Au moyen de l’abominable Organe Kundartigateur, ou plutôt, au moyen du Feu Kundartigateur. Et après avoir pris forme dans cette région, il surgit à l’existence en tant que Moi, tandis que, dans ce Moi, se trouve enfermée une substance : la Conscience.

C’est ainsi que les Mois surgissent dans la région du ventre. C’est ainsi que naît le Moi, le moi-même, qui n’est autre qu’une somme de Mois, un ensemble d’entités sinistres qui personnifient nos erreurs, un groupe d’entités noires dans lesquelles la Conscience est embouteillée. Comprenez-vous ? Comprenez-vous cela ?

D. Maître, je considère que pour en finir avec ce sinistre Organe Kundartigateur, selon vos sages enseignements, la seule manière de le détruire, c’est de dissoudre l’Ego même et de travailler dans la Forge des Cyclopes, en couple légitimement constitué…

M. Bon, il faut comprendre, comprendre… Indéniablement, le mot « Kundalini » (c’est-à-dire le Feu Solaire dirigé vers le haut, le long de l’épine dorsale) nous dit tout. « Kundalini » se compose de deux mots (c’est un mot composé) : KUNDA nous rappelle l’abominable Organe Kundartigateur, et LINI veut dire fin. De sorte que KUNDALINI SIGNIFIE : FIN DE L’ABOMINABLE ORGANE KUNDARTIGATEUR. Quand un homme éveille la Kundalini, quand il la fait monter le long de l’épine dorsale, alors survient la fin de cet abominable feu, de l’Organe Kundartigateur, le Kundartigateur prend fin, m’avez-vous compris ?

D. Maître, j’ai posé la question « de travailler en couple légitimement constitué », parce qu’il est bon de l’éclaircir, car certains peuvent croire qu’on peut pratiquer la magie sexuelle avec n’importe quelle femme…

M. Je comprends ta question, mon cher frère. Il est clair que la Mère Divine Kundalini ne va pas récompenser ceux qui pratiquent l’adultère. LE SERPENT SACRÉ de nos pouvoirs magiques monte par l’épine dorsale SELON LES MÉRITES DU CŒUR. Mais ce n’est pas un serpent automatique, mécanique, irresponsable. Non, mon cher frère ! Pour que le Serpent monte, il faut avoir les mérites du cœur.

Si on pratiquait la magie sexuelle avec n’importe quelle femme qui passe dans la rue, il est clair que ce serait un adultère. On se convertirait en tantriste noir. Dans ce cas, la Kundalini ne monterait jamais par l’épine dorsale.

Si on s’unissait sexuellement à une femme, comme cela, parce que c’est comme ça […] mais sans l’aimer, comme une chose technique, froide, mécanique, il est évident que la Kundalini ne se prêterait pas à ce type d’actes criminels contre l’Esprit-Saint.

Croyez-vous, par exemple, que l’on puisse pratiquer la magie sexuelle avec XX (n’importe quelle dame) mais sans l’aimer, uniquement par contrat, pour travailler dans le but de faire monter le Serpent ? Les gens qui pensent ainsi se trompent, parce que la Kundalini ne se prête pas à ce type de contrat adultère et sale.

Pour que la Kundalini monte par l’épine dorsale, IL FAUT UN AMOUR VÉRITABLE entre l’homme et la femme. C’est pourquoi la Magie Sexuelle ne peut se pratiquer qu’entre époux et épouse, dans des foyers LÉ-GI-TI-ME-MENT CONS-TI-TU-ÉS. C’est tout.

Mes chers frères salvadoriens, nous avons enregistré cet entretien entre trois amis. Nous l’avons fait dans le but que vous puissiez donc l’écouter. Recevez donc mon salut gnostique, mes chers frères salvadoriens, que la paix la plus profonde règne dans vos cœurs. Paix Invérentielle !