Discours gnostique sur les temps de la fin (Réponses aux frères brésiliens n°2)

Samaël Aun Weor

Chers frères de notre Mouvement gnostique de la république du Brésil, c’est à vous que je m’adresse. Il est l’heure de travailler de manière intense pour le Grand Œuvre du Père. Rappelez-vous, mes chers frères, que les TEMPS DE LA FIN sont arrivés…

Dans le Monde causal, j’ai fait des recherches sur l’avenir qui attend notre planète Terre. Indiscutablement, le panorama est sombre. Je veux vous dire, de façon claire, que l’humanité entière devra passer par un GRAND CATACLYSME…

Quand j’observais, dans le monde des causes naturelles, j’ai pu voir notre planète entourée de douze géants terribles. Indéniablement, ces derniers, en eux-mêmes, représentaient les DOUZE CONSTELLATIONS DU ZODIAQUE. Ils ressemblaient à douze titans de couleur noire, vive physionomie de la haine qui règne actuellement sur la face de notre monde affligé…

Évidemment, le KARMA ZODIACAL que nous avons est épouvantable. Et à mesure que je regardais dans l’Akasha pur, je pus aussi comprendre qu’il y aurait un événement extraordinaire, un événement horrible, une catastrophe cosmique…

DES GENS D’AUTRES MONDES viendront avec leurs vaisseaux pour prendre des photographies de la grande tragédie. Ils voudront conserver dans leurs musées, dans leurs bibliothèques, les vifs souvenirs d’une humanité perverse qui fut châtiée.

En observant dans l’espace, une musique délicieuse, une symphonie tragique me communiquait en détail tout ce qui doit survenir avant le cataclysme final. Cette musique, ces symphonies, bien que magnifiques, renfermaient en elles-mêmes un contenu tragique : elles me disaient qu’avant le cataclysme et pendant tout ce temps-là, il y aura des guerres et des rumeurs de guerres, des maladies inconnues, jamais vues auparavant, des révolutions à feu et à sang, les êtres humains se dresseront les uns contre les autres et tous contre tous, la barbarie se multipliera de toutes parts, il y aura des crimes inénarrables et le mal (à partir de cet instant où nous sommes en train de parler) ira de mal en pis, de pire en pire…

Le jour de la grande catastrophe, mes chers frères, tout sera réellement dévasté… Il s’agit d’un MONDE GIGANTESQUE qui vient en naviguant à travers l’espace infini, d’un monde fou, détaché de n’importe quel autre système planétaire. Les scientifiques pensent que cette planète entrera en collision avec la nôtre en l’an 2400 et quelques. La vénérable Grande Loge Blanche m’a dit que la collision se produira exactement en l’an 2500. Mais avant cette date, tout sera douleur, amertume ; à cette époque, nous ne pouvons espérer rien de bon.

Quand cette planète s’approchera de plus en plus, des vagues furieuses, jamais vues auparavant, frapperont les plages ; les radiations brûleront tout ce qui est vivant. À un moment donné (et ceci, tous les plus grands prophètes le savent) cette planète se placera entre le Soleil et la Terre. Alors, il y aura une nuit, oui, produite par une éclipse qui durera plusieurs jours, une nuit d’épouvante et d’horreur, comme personne n’en n’a jamais vue auparavant.

En s’approchant de plus en plus, cette masse gigantesque attirera le feu liquide de l’intérieur de la Terre vers la surface et des volcans jailliront de toutes parts. Ceci sera accompagné de terribles tremblements de terre et de grands raz-de-marée.

Les villes les plus puissantes tomberont en ruines comme des châteaux de cartes et il n’y aura aucune solution ; la radiation atomique contaminera toute la planète Terre. Et en dernier, en s’approchant au maximum, cette masse fera exploser le dépôt d’hydrogène planétaire et, comme dans un holocauste igné, notre monde brûlera et « La Terre et toutes les œuvres qu’elle renferme seront brûlées et les éléments, en brûlant, seront détruits ». Quand, finalement, les deux masses planétaires entreront en collision, il n’y aura plus personne de vivant.

Nous sommes donc, mes chers frères brésiliens, au début de la fin. Tout ce qui a été écrit dans « l’Apocalypse » de saint Jean est pour ces temps-ci, ne l’oubliez pas.

Un jour, ma Mère Divine Kundalini, prenant la parole, me dit :

– Tout est perdu. Le mal du monde est si grand qu’il est déjà arrivé jusqu’au ciel. Babylone la Grande, la mère de toutes les fornications et abominations de la terre, sera détruite, et de toute cette perverse civilisation de vipères, il ne restera pas pierre sur pierre… Étonné, je l’interpellais en disant :

– Alors nous sommes dans une voie sans issue, ma Mère ? Elle me répondit :

– Veux-tu faire un pacte avec moi ?

– Oui ! lui répondis-je de manière affirmative. Elle me dit alors :

– TOI, OUVRE LA VOIE SANS ISSUE, ET MOI JE LES TUE…

Réfléchissez à ce que je suis en train de dire, mes chers frères brésiliens. Pour que la Mère Divine Kundalini (dans son troisième aspect, en tant que terreur d’Amour et Loi) parle de cette manière, il doit y avoir quelque chose de vraiment terrible, quelque chose d’épouvantable, la méchanceté doit avoir atteint le comble des combles.

Je me rappelle qu’après avoir parlé ainsi avec l’Adorable, quelques dames Initiées, qui avaient atteint la deuxième Naissance (il est clair qu’elles avaient fabriqué les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être et qu’elles rayonnaient de lumière), passèrent près de nous, mais elles ne s’inclinèrent même pas devant la Divine Mère et encore moins me saluèrent-elles, moi qui ne vaux rien. Ma Mère dit :

– Ces deux fois nées que j’ai vues maintenant, je vais devoir les examiner soigneusement. Je lui dis aussi :

– Oui, ces dames ont encore en elles des restes de la Grande Prostituée dont le nombre est 666. Elles n’ont pas dissous complètement l’Ego…

Ensuite, quelques Maîtres proches de nous s’inclinèrent avec révérence. Après qu’ils soient partis, ma Mère me dit :

– Ceux-ci sont des Fils du Soleil !

– C’est vrai ! – lui répondis-je.

Une fois ces jours écoulés, mes chers frères, j’ai vu les paroles de Devi Kundalini Shakti se confirmer : au Pakistan, il y a eu, à notre époque, un million de morts. De terribles cyclones et des tremblements de terre produisirent une très grande catastrophe. Au Pérou, ces jours-ci, il y a eu 70 000 morts avec les tremblements de terre qui se sont produits, et une eau noire et pestilentielle jaillissait de l’intérieur de la terre.

À mesure que le temps s’est écoulé, j’ai aussi vérifié les paroles de Devi Kundalini Shakti : les tremblements de terre se multiplient. En ce moment, Managua, la capitale du Nicaragua, a été détruite. Il est impossible de savoir le nombre de morts. La presse a dit 5 000 et d’autres fois 20 000. Les cadavres sont sous les ruines et ils empestent ; ils ont décidé de brûler les cadavres. Le gouvernement a ordonné à tous les habitants de quitter la ville. Les choses sont ainsi, mes chers frères…

La guerre au Vietnam s’intensifie. Les États-Unis ont dévasté des villages entiers au Viet Cong. Le Moyen-Orient brûle : aucun type d’accord n’a été possible entre les Juifs et les Arabes. De partout les difficultés augmentent et les haines se multiplient sans cesse.

Les temps passent et aussi toutes les prophéties sont en train de se confirmer, une à une : celles qui ont été faites dans les temps anciens et celles qu’il m’appartient de faire actuellement. Étant donné toutes ces choses, mes chers frères brésiliens, nous nous sommes lancés dans la formation de l’ARMÉE DU SALUT MONDIAL dans le but d’ouvrir la voie sans issue.

Voulez-vous en profiter ? Voulez-vous faire partie de cette Armée ? Êtes-vous disposés à profiter du passage que nous allons ouvrir dans cette voie sans issue ? Il n’y a pas d’autre solution : ou vous en profitez ou vous n’en profitez pas. Si vous en profitez, c’est mieux pour vous. Si vous n’en profitez pas, vous devrez passer par la Grande Calamité. Vous devez vous décider, mes chers frères. Beaucoup d’entre vous se diront en eux-mêmes : « Mais bon, si l’événement devra arriver en 2 500, qu’est-ce que ça peut faire à la science et à nous ? ». C’est ce que pensent ceux qui ont la Conscience endormie. RÉVEILLEZ-VOUS S’IL VOUS PLAÎT. Réveillez-vous !

Ceux qui vivent actuellement vivront en 2 500 ; les corps que vous avez actuellement périront mais en 2 500 vous aurez de nouveaux corps. Et vous serez témoins de la Grande catastrophe et vous y périrez.

Vous pourriez aussi me répondre : « De toute façon nous devons mourir, et alors ? ». Non, il ne s’agit pas seulement de la mort physique, mes chers frères. Il est évident que tous ceux qui périront lors de la Grande Calamité qui s’approche, lors de la collision des mondes qui viendra, entreront en INVOLUTION dans les infradimensions de la Nature et du Cosmos.

Je veux que vous sachiez que les MONDES INFERNAUX existent sous l’épiderme de la Terre et que là-bas existent aussi de terribles processus involutifs descendants ; ceux qui rentrent dans les Mondes infernaux doivent involuer dans le temps, en passant par des états animalesques, végétaloïdes et, en dernier, minéraloïdes.

Vivre dans ces régions infernales n’a rien d’agréable. Généralement, les humanoïdes demeurent là-bas ou vivent là-bas pendant une période de 8 000 à 10 000 ans. Seuls les pervers, ceux qui sont très pervers, c’est-à-dire les Hitler, les Mussolini, les adeptes du tantrisme noir, les mages de la Main Gauche, etc., peuvent vivre des Maha-Manvantaras entiers dans les Mondes infernaux avant leur désintégration finale.

Le temps là-bas est terriblement douloureux et extrêmement long. Dans ces régions, les lois se multiplient et la vie est épouvantablement compliquée et amère. Là-bas règnent l’ennui, la douleur, la matérialité, la grossièreté, la souffrance la plus épouvantable…

Réfléchissez, mes frères ! Il est certain que ceux qui demeurent là-bas arrivent, pour finir, à la deuxième Mort. En effet, nous ne l’ignorons pas. Il est aussi certain qu’ils s’échappent de là avec la deuxième Mort, car là-bas l’Ego se désintègre et l’ESSENCE, c’est-à-dire l’Âme (ce que nous avons de mieux, de plus digne, de plus décent en nous) affleure, sort à la surface, à la lumière du soleil, pour recommencer une journée, pour revenir à une nouvelle évolution, pour amorcer une nouvelle progression qui doit commencer par le minéral, continuer par le végétal, se poursuivre dans l’animal et ensuite, en dernier, reconquérir l’état humain qu’elle avait perdu autrefois.

Mais, je vous le dis, mes frères, cela n’a rien d’agréable de vivre de 8 000 à 10 000 ans en involuant dans les ténèbres extérieures où l’on n’entend que des pleurs et des grincements de dents. Pensez-y, mes chers frères !…

Le mieux, c’est que nous formions l’Armée du Salut Mondial, que nous coopérions au bien commun. Il me semble que, tous unis, nous pouvons travailler dans le Grand Œuvre du Père. Il me semble que, tous unis, nous pouvons profiter de ce passage que je suis en train d’ouvrir en ce moment.

Ceux qui ne périront pas dans la Grande Tragédie, dans la Grande catastrophe, seront sauvés. Je ne me réfère pas au SALUT purement PHYSIQUE, mais aussi au SPIRITUEL (ils éviteront d’entrer dans de telles régions ténébreuses après la mort). Ceux qui ne périront pas, ceux qui sauront profiter du passage que nous ouvrons maintenant, seront emmenés sur un autre monde, sur une autre planète de l’espace, avant la catastrophe finale.

Ce que je vous dis, mes chers frères, je le sais par information directe de la vénérable Grande Loge Blanche. Heureux ceux qui savent donc profiter de l’opportunité qu’on leur offre. Ceux-là, après un certain temps, après l’écoulement d’une période de temps plus ou moins longue, qui peut durer quelques millions d’années, seront ramenés sur ce monde, mais un monde transformé. Un monde où il n’existera que l’AMOUR et la SAGESSE. Un monde qui aura totalement changé, avec une physionomie nouvelle, des mers nouvelles, des montagnes nouvelles, c’est-à-dire qu’ils seront amenés sur la « FUTURE JÉRUSALEM » dont nous parle « l’Apocalypse » de saint Jean…

Rappelez-vous que Pierre nous a aussi parlé de « nouveaux cieux et d’une nouvelle terre, car la mer qui est partie n’est déjà plus »…

Ceux qui seront sauvés vivront dans la future sixième race. Oui, et je veux que vous le compreniez. Ainsi donc, mes chers frères, choisissez le Chemin.

Frères brésiliens, aidez-nous et aidez-vous vous-mêmes ! Nous allons, entre nous tous, former l’Armée du Salut Mondial ! Allons tous par les villages et les montagnes, les villes et les bourgades, prôner le Verbe de l’Ère du Verseau, en LANÇANT AUX QUATRE VENTS L’ÉVANGILE de ce nouvel Âge !

Plus vous travaillerez en faveur de vos semblables, plus vous amènerez de gens dans nos rangs, meilleur ce sera pour vous, parce que vous serez récompensés.

Rappelez-vous que « Celui qui donne reçoit et plus il donne plus il reçoit ; c’est la loi ». Mais « Celui qui ne donne rien ne reçoit rien »…

SACRIFIEZ-VOUS POUR L’HUMANITÉ, offrez vos vies en l’honneur du Suprême Sacrifice pour tous les êtres vivants. Ainsi, mes chers frères, vous marcherez sur le Sentier, sur le Sentier rocailleux qui doit vous conduire à l’authentique et légitime félicité.

Je termine sur ces paroles, mes chers frères gnostiques brésiliens. Paix Invérentielle !

Disciple. Vénérable Maître Samael Aun Weor : nous allons profiter de l’opportunité de votre présence pour vous demander de nous expliquer la question de la viande. Initialement, dans vos livres, vous disiez qu’il était totalement interdit de manger de la viande et maintenant, dans votre dernier livre intitulé « Le Mystère de la Floraison d’Or », vous nous conseillez de manger de la viande. Par conséquent, à quoi faut-il s’en tenir ?

Maître. C’est avec le plus grand plaisir que je vais répondre à notre frère G. et à tout le Mouvement gnostique brésilien. Indéniablement, mes chers frères, j’ai fait des expériences au sujet du SYSTÈME VÉGÉTARIEN…

Je me souviens, en cet instant, du cas concret d’un pauvre chien affaibli… Un jour, alors que j’étais totalement fanatique du système végétarien, je voulus aussi convertir ce pauvre et malheureux animal au végétarisme. Indubitablement, il apprit la leçon, en effet, et quand il l’eut bien apprise, il mourut. J’observai en détail tous les symptômes de la maladie, telle qu’elle arriva. C’est ainsi que je commençai mes expérimentations…

Plus tard, alors que j’étais dans la république du Salvador, quand je voulais monter une rue de type plutôt très incliné, perpendiculaire, je transpirais terriblement. J’étais dans un état de faiblesse terrible. Mon organisme commençait à présenter les mêmes symptômes que ceux de l’animal de notre expérience.

Ici, dans la capitale du Mexique, j’ai connu le directeur d’un Ashram, un Allemand, un végétarien fanatique, insupportable. Il présenta les symptômes du chien et, peu à peu, je le vis s’affaiblir jusqu’à ce qu’il mourût.

J’ai connu aussi un autre monsieur, du nom de Lavagni, qui se dédiait au yoga et à l’astrologie, un insupportable végétarien fanatique. Son corps s’affaiblit comme le chien, il présenta les mêmes symptômes que ceux de ce pauvre chien amaigri, qui s’asseyait toujours sur le pas de la porte poussiéreuse, au bord du chemin, pour regarder les gens qui passaient… Cet astrologue dont je vous parle mourut et ce fut regrettable… J’ai également eu connaissance d’un autre monsieur qui présenta également les mêmes symptômes que ceux du chien et qui mourut…

Quelqu’un m’appela plus tard pour que je lui fasse des guérisons de type magnétique. Il s’agissait d’une personne très importante : une dame qui jouissait d’un certain prestige, une végétarienne fanatique. Prostrée dans son lit, la malheureuse s’affaiblissait. Et quand je lui parlai du système végétarien et des symptômes du chien, et quand je lui dis que tous ceux que j’avais connus, des végétariens fanatiques, s’étaient affaiblis peu à peu jusqu’à mourir, elle me demanda :

– Quels étaient ces symptômes ? (car elle voulait les connaître). Ma réponse fut :

– Les mêmes que ceux que vous présentez actuellement…

La dame avait probablement déjà compris le sujet et elle restait donc toujours à l’écart de ses « coreligionnaires de cuisine » (je parle ainsi, entre guillemets, car beaucoup de gens ont fait du végétarisme une « religion de cuisine »). Et elle continua en me disant qu’alors, en cachette, là où ses compagnons de « religion de cuisine » ne pourraient la voir, la malheureuse mangeait toujours maintenant son bon morceau de viande, de poisson, etc., en cachant immédiatement les assiettes quand l’un de ses compagnons de restaurant arrivait.

J’ai donc vérifié à satiété que les rares végétariens qui vivaient ici, dans la capitale du Mexique, et qui s’étaient nourris durant des années avec ce régime, n’étaient pas radicalement végétariens. En cachette, là où personne ne les voyait, ils mangeaient leur petit morceau de viande ou de poisson, etc. Réfléchissez à cela, mes frères, car c’est assez intéressant…

Évidemment, nous savons qu’il existe une loi appelée « L’ÉTERNEL TROGO AUTOÉGOCRATIQUE COSMIQUE COMMUN ». Cette loi vient de l’Éternel Okidanock, Omniprésent et Omni-pénétrant.

Je veux que vous sachiez que la loi de l’Éternel Trogo Autoégocratique Cosmique Commun a deux facteurs : MANGER ET ÊTRE MANGÉ ; l’alimentation mutuelle réciproque de tous les organismes. « Le gros poisson mange toujours le petit », et tous les organismes vivent de tous les organismes. Et nous avons beau être végétarien, le jour où nous mourrons, notre corps physique sera mangé par les vers, conformément à la loi de l’Éternel Trogo Autoégocratique Cosmique Commun.

Ainsi donc, le végétarisme va, en fait, à l’encontre de cette grande loi de l’Éternel Trogo Autoégocratique Cosmique Commun. Cette loi se développe en accord avec la loi de l’Éternel Heptaparaparshinock, c’est-à-dire en accord avec la LOI DU SEPT, et aussi en accord avec la loi du saint Triamazikamno, c’est-à-dire en accord avec LA LOI DU TROIS. Nous sommes donc en train d’exposer des Lois…

Les habitants de Vénus, qui sont très avancés, beaucoup plus avancés que les terriens, qui sont en harmonie avec le cosmos infini, mangent de la viande de poisson et des fruits. Ils ne sont donc pas végétariens. Pourquoi les terriens veulent-ils maintenant corriger la loi, « trouver à redire » au Démiurge Architecte de l’univers ?

Réfléchissez, mes frères ! Je ne veux pas vous dire de vous convertir en carnivores fanatiques, car ce serait aller à l’autre extrême…

D. Nous allons en profiter pour clarifier un peu plus ce que vous nous dites sur la loi d’Enoch, qu’à l’époque du printemps nous ne devons pas manger de viande, car celle-ci est très influencée, très chargée des forces sexuelles des animaux. Cependant, au Brésil, le printemps est à une époque différente d’ici. Alors, quelle serait la bonne période, au printemps ou après la Semaine Sainte, durant le Vendredi Saint ?

M. C’est avec le plus grand plaisir que je répondrai ici, à notre frère G., et par sa médiation à tous nos frères gnostiques de la république du Brésil. Indubitablement, au PRINTEMPS, la vie est vigoureuse et active, et l’impulsion animale est très puissante. Les passions animales, pour cette raison, se déchaînent et, évidemment, les chairs sont aussi très chargées du PRINCIPE PSYCHIQUE ANIMAL INFÉRIEUR.

En Amérique du Sud, les saisons sont inversées. Ceci n’annule pas nos affirmations. Au printemps de l’Amérique du Sud, il se passe les mêmes phénomènes que ceux qui se produisent au printemps de l’hémisphère Nord.

Je ne veux pas dire par là, de façon définitive, qu’on ne puisse pas manger un peu de viande au printemps. Je dis, de manière très marquée, que ce qui arrive, c’est qu’à cette époque les principes animalesques bestiaux s’intensifient. Alors, il est bon de DOSER UN PEU PLUS LA VIANDE, c’est tout, EN MANGER EN PLUS PETITES QUANTITÉS, c’est tout.

D. À l’époque du printemps ?

M. À l’époque du printemps, bien sûr ! Avec cela, je clarifie ce que nous avons affirmé dans quelques œuvres. C’est tout !

D. En profitant de cette opportunité, nous allons formuler à notre Vénérable Maître Samael Aun Weor une question que beaucoup de sœurs brésiliennes nous ont posée. Maître, pourquoi les femmes doivent-elles prendre un corps d’homme pour atteindre l’Initiation Vénuste ?

M. C’est avec le plus grand plaisir que je vais répondre à cette question. L’Initiation Vénuste est assurément l’octave supérieure de l’Initiation du Feu. Généralement, l’Initié qui est arrivé à la cinquième Initiation du Feu peut, dès cet instant, entrer dans l’Initiation Vénuste.

Alors, il commencera par la première Vénuste, octave supérieure de la première du Feu ; suivra, la deuxième Vénuste, octave supérieure de la deuxième du Feu ; la troisième Vénuste, octave supérieure de la troisième du Feu ; la quatrième Vénuste, octave supérieure de la quatrième du Feu ; la cinquième Vénuste, octave supérieure de la cinquième du Feu ; ensuite il continuera avec la sixième Vénuste, la septième Vénuste et la Huitième Vénuste. En arrivant là, on entre dans le Temple des Deux Fois Nés, on arrive à la cime, pour ainsi dire, de la première Montagne, qui est celle de l’Initiation.

Quant aux femmes, mes chers frères, je donnerai une explication : la femme peut aussi entièrement parcourir, très clairement, les cinq Initiations du Feu. Quand la femme (et ceci est une chose que je vais clarifier pleinement) a un corps trop usé, lourd, vieux, quand elle ne peut plus réaliser le Grand Œuvre et qu’elle a besoin d’entrer dans « la Vénuste », alors on lui donne un nouveau corps plus favorable pour le travail, un corps d’ordre masculin. Avec ce véhicule, chargé de virilité, elle peut, de fait, s’engager dans le travail de « la Vénuste » ; c’est tout.

Mais si la femme est encore forte, jeune, si véritablement elle est arrivée à atteindre les hauteurs de l’Adeptat en une seule réincarnation, elle peut aussi entrer dans « la Vénuste » avec ce corps féminin. Elle ne sera pas obligée, dans ce cas, de changer de véhicule ; elle pourra entrer dans l’Initiation Vénuste avec celui qu’elle a.

Ceci n’est pas contradictoire avec ce que je suis en train de dire. Ce qui arrive, c’est que beaucoup de dames arrivent à la cinquième Initiation du Feu lorsqu’elles sont très vieilles, quand elles doivent se désincarner. Alors, la grande Loi leur donne un corps masculin pour qu’elles poursuivent leur travail. Le cas de Blavatsky est un fait concret : elle désincarna très vieille. Alors, on lui donnera maintenant un corps masculin pour qu’elle puisse entrer avec énergie dans l’Initiation Vénuste.

Mais, je le répète : SI LE CORPS EST JEUNE, si le corps peut supporter les ordalies de l’Initiation, si elle peut encore transmuter ses énergies créatrices, eh bien, ELLE PEUT AUSSI ATTEINDRE « LA VÉNUSTE » dans sa présente existence et avec le corps qu’elle a, c’est tout.

D. Vénérable Maître Samael Aun Weor, nous allons profiter une fois de plus de notre séjour au Mexique pour être éclairés le plus possible. Alors nous demandons au Maître : quelle est la constitution réelle de l’être humain ? Que devons-nous fabriquer, qu’est-ce que nous avons déjà ? Qu’est-ce que l’Intime, qu’est-ce que l’Être ?

M. Je comprends vos inquiétudes, frère G. et je comprends aussi les inquiétudes de tous nos frères gnostiques de la république du Brésil.

Je considère qu’il est nécessaire que soient reproduites nos œuvres « Le Mystère de la Floraison d’Or » et tout particulièrement notre dernière œuvre intitulée « Les Trois Montagnes ». Nous y avons clairement expliqué ce que l’on doit fabriquer. Évidemment, ce n’est pas l’Être que nous devons fabriquer, parce que « L’Être est l’Être et la raison d’être de l’Être est l’Être lui-même ». L’Être en lui-même n’a ni début ni fin. Il est ce qu’il est, ce qu’il a toujours été et ce qu’il sera toujours.

Alors, que devons-nous fabriquer ? Les diverses Écoles de pensée insistent sur l’idée que nous possédons tous les CORPS EXISTENTIELS SUPÉRIEURS DE L’ÊTRE. Toutes les organisations pseudo-ésotériques et pseudo-occultistes affirment que nous possédons un corps astral, que nous avons un corps mental individualisé et que nous possédons aussi le corps causal ou corps de la volonté consciente.

Arthur Powell a écrit de belles choses sur les corps internes de l’homme. M. Leadbeater à étudié en détail l’astral, le mental, le causal, etc. Helena Petrovna Blavatsky cite aussi ces véhicules dans ses diverses œuvres. Rudolph Steiner, Max Heindel, Krumm Heller, etc., mentionnent aussi ces véhicules suprasensibles.

Il est l’heure de faire le point sur de telles affirmations, de dépouiller (avec le scalpel de la critique constructive) ces valeurs pour voir ce qu’elles ont de vrai. Je pense, j’affirme clairement que ces auteurs que j’ai cités (des chercheurs compétents pour certains d’entre eux) n’ont pas donné l’enseignement complet dans ce sens.

M. Leadbeater, par exemple, voyait le corps astral et il l’affirmait ; il voyait le mental et il l’affirmait ; le causal et il l’affirmait, parce que M. Leadbeater voyait les corps astral, mental et causal des personnes qui les possèdent. Il ne s’est jamais arrêté à analyser judicieusement si toutes les personnes possèdent ces corps. Je me demande, et je vous demande à vous, dans quelle œuvre, un jour, M. Leadbeater a-t-il pointé ce problème ? Quand a-t-il fait une distinction ou une différence complète entre ceux qui ont et ceux qui n’ont pas ces véhicules ? IL A VU QUE CERTAINS POSSÉDAIENT CES VÉHICULES ET IL A PENSÉ QUE TOUT LE MONDE LES AVAIT, voilà l’erreur. C’est la même erreur que font tous les investigateurs occultistes et ésotéristes, ou disons plutôt, pseudo-occultistes et pseudo-ésotéristes.

Que M. Leadbeater m’excuse, mais je suis en train d’affirmer ce qui est vrai. Je ne veux pas dire par là que Leadbeater ne fut pas un clairvoyant authentique. Je ne nie pas non plus qu’il ait été un Maître. Bien sûr qu’il l’a été, et je connais très bien M. Leadbeater dans les Mondes supérieurs : c’est vraiment un Maître !…

Je ne nie pas non plus les facultés des différents investigateurs. Je suis uniquement en train de clarifier quelque chose qui n’a pas été clarifié. J’étudie judicieusement cette question sous un nouvel angle, de façon détaillée, minutieuse. Je regarde des facettes qu’ils n’ont pas vues et affirmer cela, le dire, n’est pas une critique destructive. Je veux plutôt compléter mes enseignements avec ces auteurs.

Ce ne sont pas tous les êtres humains, ou plutôt, pour parler clairement, je corrige le mot « humain », je dis plutôt : ce ne sont pas tous les « humanoïdes » qui possèdent ces véhicules. Du fait même qu’ils sont des « humanoïdes », ils ne peuvent pas posséder ces véhicules.

Ces véhicules appartiennent aux humains, pas aux « humanoïdes ». Il est possible que ce que je suis en train de dire dérange quelques oreilles méfiantes. Mais il faut parler clairement. Faites une différence entre humains et « humanoïdes ». Faites une différence entre HOMMES AUTHENTIQUES et « HOMONCULES RATIONNELS ».

Pour être un humain légitime, dans le sens le plus complet du terme, pour être un Homme réel et véritable, il est nécessaire de posséder les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être. Celui qui ne possède pas ces corps n’est pas non plus un être humain. Il est un « humanoïde », mais pas un humain ; il est un « homoncule », mais pas un homme. Élargissons ce concept et regardons l’humanité entière. Elle est formée « d’animaux intellectuels ». Il est difficile de trouver un Homme…

Rappelez-vous cette fable de Diogène avec sa lanterne. Il parcourut toutes les rues d’Athènes à la recherche d’un Homme et il n’en trouva pas…

Ici, mon ami Alejandro Salas dit qu’il en trouva un et qu’il le découvrit en France : que c’était Marat ! Il n’y a aucun doute que Marat fut un grand Initié, c’est vrai. Tout ce groupe de la révolution française est assez intéressant…

Mais, réellement, il est difficile de trouver un Homme. Personne ne naît avec un CORPS ASTRAL, excepté les Hommes. Le corps astral, il faut le fabriquer dans la FORGE DES CYCLOPES. Il est bon de savoir que c’est dans le Sémen, dans l’Ens Seminis, dans le sperme sacré, qu’existe l’HYDROGÈNE SEXUEL SI-12.

Apprendre à transmuter l’Ens Seminis en énergie créatrice est indispensable. Savoir transmuter, disons, cet hydrogène sexuel Si-12 est urgent. Quand nous transmettons l’entité du Sperme, nous fabriquons alors le corps astral. L’hydrogène sexuel Si-12 vient tout d’abord imprégner les cellules organiques et ensuite il prend une forme concrète et définitive dans le corps astral.

Une fois que nous avons fabriqué ce véhicule si précieux, il est indispensable de posséder un MENTAL INDIVIDUEL. « L’humanoïde intellectuel » n’a pas de mental individuel. Il a des « mentals » et ceci est différent.

Quand je parle ainsi, je veux que vous réfléchissiez : beaucoup de gens ont considéré l’Ego comme quelque chose de divin, de sublime, d’ineffable. On parle du Moi Subliminal de Miers, on place l’Ego sur tous les autels, on le divinise, on le déifie. Mais en vérité, mes frères, je vous dis que l’Ego est une somme d’agrégats psychiques, un ensemble de Mois-diables qui personnifient nos désirs, nos émotions, nos passions, etc. Chacun de ces Mois, chacun de ces agrégats psychiques, possède son propre « mental » particulier.

Alors, évidemment, nous n’avons pas un mental individuel mais un ensemble de « mentals » et c’est différent.

Quand le Moi de la colère prédomine à un certain moment, l’individu pense de manière colérique. Tout ce qu’il conçoit, il croit que c’est définitif et que c’est lui qui a le dernier mot. Quand il convoite, il tire des plans et fait des projets, etc., et il croit être unique. Quand il est rempli de jalousie, il dit : « Je suis jaloux », et il croit, il sent qu’il a le dernier mot. Chaque Moi qui se manifeste à un moment donné dans notre organisme croit être le dernier, l’ultime, être définitif, mais il n’en est rien…

Chacun d’eux a son « mental » et c’est pour cette raison que nous sommes tous REMPLIS DE CONTRADICTIONS. Tantôt nous affirmons une chose, tantôt nous la nions. Tantôt nous jurons loyauté devant l’autel de la Gnose, tantôt nous violons cette loyauté. Tantôt nous jurons un amour pour une personne, tantôt nous nous retirons. Conclusion : où est l’individualité du mental ?

Chaque Moi a son « mental », ses idées propres, ses critères propres, et tous ces Mois, à l’intérieur du corps, luttent sans cesse les uns contre les autres et tous contre tous. Tous ces Mois veulent chacun contrôler notre machine organique. Alors, où est l’individualité du mental ? Il n’y a pas un mental mais des « mentals ».

Il nous faut fabriquer un corps mental et c’est possible grâce à la TRANSMUTATION DU SPERME SACRÉ EN ÉNERGIE. Quand nous transmutons l’Hydrogène Sexuel Si-12, alors nous parvenons à fabriquer ce corps mental. C’est ainsi, et ainsi seulement, que nous finissons par obtenir un mental individuel.

Beaucoup plus tard, il est nécessaire de posséder un CORPS CAUSAL, un corps de la volonté consciente. Tous les êtres « humanoïdes » ne font rien d’autre que souffrir. Réellement, les gens sont VICTIMES DES CIRCONSTANCES, personne ne sait déterminer des circonstances, ils sont victimes d’elles. Quand quelqu’un développe le corps de la volonté consciente, il peut déterminer les circonstances, il peut générer un nouvel ordre de choses, il est un maître responsable de ses actes, auparavant non ; avant c’est un irresponsable.

Ainsi donc, mes chers frères, une fois que l’on a fabriqué les Corps Existentiels de l’Être, alors, oui, on peut s’offrir le luxe d’incarner ce principe subtil appelé « ÂME HUMAINE » et c’est ainsi seulement que nous nous transformons réellement en HOMMES AVEC UNE ÂME, en individus véritables, en individus légitimes, en Hommes authentiques, en humains réels.

Observez le panorama de toutes les choses : la seule chose que nous voyons dans le monde, ce sont des créatures irresponsables, « des animaux intellectuels », des « humanoïdes rationnels ». Il est rare de trouver un Homme réel, un Homme authentique.

Dans les Mondes Internes, nous pouvons voir quels sont ceux qui possèdent les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être et quels sont ceux qui ne les possèdent pas. Ainsi donc, je le répète : ce n’est pas l’Être que nous avons besoin de fabriquer. L’Être est l’Être et il est éternel, il n’est pas nécessaire de le fabriquer. Ce qui est nécessaire, c’est de créer les Corps Existentiels Supérieurs pour l’Être, et c’est différent. Compris ?

D. Maître, et le processus d’incarner ou de recevoir ou de nous lier aux trois principes supérieurs d’Atman, Bouddhi et Manas ? Qu’est-ce que l’Âme humaine et qu’est-ce que L’Âme Divine ?

M. Je vais donner une réponse à cette question : la Trimurti hindoue est une terrible réalité. ATMAN, c’est l’INTIME, l’Être. BOUDDHI, c’est l’ÂME SPIRITUELLE et elle est féminine. MANAS SUPÉRIEUR, c’est l’ÂME HUMAINE et elle est masculine.

Ainsi donc, l’Intime, l’Être, a deux Âmes. La première est l’Âme spirituelle qui est féminine (je le répète). La deuxième est l’Âme humaine qui est masculine (je le répète). Quand nous avons créé les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, grâce à l’accomplissement du DEVOIR PARLOCK, c’est-à-dire du Devoir Cosmique, alors nous incarnons en nous l’Âme humaine et nous nous transformons en Hommes légitimes et véritables (bon, si c’est une dame adepte qui fait l’Œuvre, elle incarne évidemment son Âme humaine et elle se transforme donc en être humain Authentique, légitime et véritable. Ce que je suis en train de dire s’applique aux deux sexes, masculin ou féminin).

Mais, Bouddhi est différente ; Bouddhi, l’Âme spirituelle, est quelque chose de distinct : pour incarner l’Âme spirituelle, la Bouddhi, il faut être passé au-delà de l’Initiation Vénuste. Seul celui qui a réalisé le travail dans la Sphère Lunaire peut incarner la Bouddhi. C’est un travail d’ordre supérieur qui est au-delà des initiations, qui correspond à la deuxième Montagne (entre parenthèses, nous savons qu’il y a Trois Montagnes : la première est celle de l’Initiation, la deuxième celle de la Résurrection et la troisième celle de l’Ascension).

Pour pouvoir fabriquer – dis-je –, pour pouvoir incarner (je clarifie) l’Âme spirituelle, la Bouddhi, il faut avoir travaillé dans la Sphère Lunaire. Seuls ceux qui ont réalisé intégralement les travaux de la Sphère Lunaire (travail qui correspond à la deuxième Montagne, à celle de la Résurrection) peuvent incarner leur Âme spirituelle.

« Dans l’Âme spirituelle, qui est comme un vase d’albâtre fin et transparent, brûle la flamme de Prajna », c’est-à-dire la flamme de l’Être, de l’Intime.

Celui qui incarne son Âme spirituelle incarne évidemment l’Intime, car il se trouve à l’intérieur de l’Âme spirituelle, de la même manière qu’une flamme très pure se trouve dans le réceptacle qui la contient, dans une lampe, disons. C’est pourquoi, dans la « Voix du Silence », Blavatsky parle clairement en disant : « Dans la Bouddhi, comme dans un vase d’albâtre fin et transparent, brûle la flamme de Prajna », c’est-à-dire l’Intime. Il est évident qu’en incarnant la Bouddhi (à l’intérieur de laquelle se trouve la flamme de Prajna, l’Intime), on se convertit en Ange, on s’élève à l’État Angélique, bien que l’on ait un corps humain. Peu importe que l’on ait un corps d’homme ou de femme.

LA FEMME A LES MÊMES DROITS QUE L’HOMME ! Et cela, il faut le préciser, le dire clairement. Et si nous pouvons nous élever à l’état angélique, la femme a les mêmes droits, elle peut aussi le faire dans cette même existence, ici et maintenant.

Ainsi donc, incarner la Bouddhi est assez intéressant. Mais nous devons commencer par créer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, pour incarner tout d’abord l’Âme humaine et ensuite la Bouddhi. Alors, nous nous convertissons en Ange ; et il est indispensable que nous nous convertissions en Ange. C’est tout…