Déclarations télévisées de l’Avatar (Interview télévisée à San Luis Potosí)

Samaël Aun Weor

PREMIÈRE INTERVIEW

Présentateur. Docteur Samael, on sait qu’il existe deux sortes de momies : les momies vivantes et les momies mortes. En quoi se différencient-elles ?

Maître. Il existe assurément deux types de momies : les « VIVANTES » et les « MORTES ». À côté des « mortes », il y a toujours, dans les sarcophages, un vase d’albâtre qui contient les viscères du défunt, alors que les momies vivantes n’ont, à côté d’elles, aucun vase d’albâtre.

Il est indéniable que les Égyptiens ont connu une science que les gens modernes ne soupçonnent pas le moins du monde. Avec des procédés exotiques, étranges, ils mettaient leur corps physique en état de catalepsie et ces « corps cataleptiques », placés dans des sarcophages et cachés dans certains endroits, ont pu conserver leurs fonctions jusqu’à nos jours (leurs fonctions sont évidemment à l’état latent). Les momies vivantes sont une merveille de la science ancienne.

Bien que vous ne le croyiez pas, actuellement, dans le monde, il y a des Maîtres, échappés de leurs sépulcres millénaires, qui vivent parmi l’humanité en plein XXe siècle. Ce type de Maîtres immortels se moque franchement de notre si fameuse civilisation moderne.

D. Dites-nous, docteur : le cas de Lobsang Rampa est-il un cas d’échange atomique entre une momie « vivante » et son corps actuel ?

M. Certainement, c’est ainsi. MARDI LOBSANG RAMPA mourut. Son corps physique fut momifié, cependant, comme le dit l’auteur lui-même, il s’est introduit dans le corps d’un anglais. Je veux dire que son Âme ou Esprit, ou comme vous voulez l’appeler, s’est introduit dans le corps physique de cette personne. Postérieurement, grâce à un échange atomique, Mardi Lobsang Rampa s’est vêtu à nouveau de son corps physique tibétain, bien que ce fût sous une forme transformée, bien sûr.

Le récit de Mardi Lobsang Rampa est magnifique. En tout cas, nous l’avons pris très au sérieux, et c’est ainsi… Il est indiscutable que les momies égyptiennes sont une chose similaire, mais bien plus avancée.

D. Docteur, les fouilles réalisées par les archéologues et les égyptologues, dans les pyramides d’Égypte, peuvent-elles mettre en danger l’évolution ou plutôt le développement des momies ?

M. Les archéologues commettent beaucoup de délits de profanation. Nous connaissons bien le cas de la momie de Toutankhamon : les 22 archéologues qui osèrent profaner cette sépulture moururent.

Que les modernes sachent que les anciens étaient très sages ! Et que c’est en vain qu’ils tenteraient de se moquer des menaces proférées par les sages de l’antiquité et écrites sur les murs invaincus de ces sépultures sacrées. En tout cas, ouvrir de telles sépultures est véritablement dangereux.

Cependant, les momies « vivantes » ne seront pas trouvées si facilement. Elles sont bien protégées par des méthodes secrètes que nous ne divulguerons jamais. Les archéologues modernes pourront trouver des momies « mortes », mais les « vivantes » sont gardées dans certains lieux pour le bien de l’humanité.

D. Les Égyptiens vivent sur le bord du Nil et l’on sait parfaitement qu’il n’y a pas de gisements d’or autour du grand trajet de ce fleuve sur ces terres. Peut-être est-ce parce que la grande sagesse et la grande maîtrise auxquelles sont parvenus les Égyptiens leur ont permis de réaliser la transmutation des métaux lourds en or ?

M. Bien sûr que les Égyptiens savaient transmuter les métaux lourds en or. Nos ancêtres, au Mexique, amassèrent également de l’or. Des Incas, nous dirons la même chose. Ainsi, il est vrai que, dans les temps anciens, il existait de véritables alchimistes capables de transmuter le plomb en or.

Il est évident que l’or, en lui-même, est un métal précieux, non seulement du point de vue de sa valeur économique, mais aussi à la lumière des vérités transcendantales de l’Esprit. Les alchimistes médiévaux connaissaient la science des transmutations métalliques : Paracelse, Nicolas Flamel, Raymond Lulle et beaucoup d’autres sont parvenus à transmuter le plomb en or. Cela a été démontré.

D. Docteur, si les Égyptiens eurent cette capacité à transformer le plomb en or, que pourrait faire une femme pour obtenir ce pouvoir ?

M. Indéniablement, la femme a les mêmes droits que l’homme et elle arrive aux mêmes hauteurs. Je connais des femmes alchimistes qui sont parvenues à la transmutation du plomb en or.

Évidemment, la femme doit étudier la science hermétique, l’art hermétique. Les Arabes apportèrent cette science en Europe. Au Moyen Âge, cette science fit fureur. Des milliers d’hommes sérieux se dédièrent à l’étude de l’alchimie. Rappelons-nous l’abbé Trithème (le maître de Paracelse et de Cornélius Agrippa, un grand alchimiste). Il y en eut aussi d’autres très célèbres comme le Seigneur Louis d’Estissac et le très notable comte de Saint-Germain.

D. Docteur, comment est-il possible que la science moderne, en étant si puissante, en réalisant des voyages sur la Lune, etc., n’ait pas été capable de découvrir le secret de la transmutation des métaux en or ?

M. La science moderne a des inventions merveilleuses comme le sont la télévision, la radio, etc., mais elle a oublié la science alchimique ancienne, elle l’a sous-estimée, et je considère que c’est là qu’est l’erreur.

Il vaut bien la peine que les hommes de la science moderne retournent de nouveau à l’alchimie. C’est évident : la science d’Hermès renferme des surprises extraordinaires. Il vaut bien la peine non seulement de transmuter le plomb en or, mais aussi d’obtenir le célèbre élixir de longue vie. Actuellement, il y en a qui inventent des sérums pour prolonger la vie, mais, malgré tout, les hommes les plus célèbres meurent entourés d’illustres scientifiques.

D. Docteur, finalement dîtes-nous, qu’est-ce que la « transmutation » ?

M. C’est avec le plus grand plaisir que je vais répondre à A. sur la « transmutation ». La transmutation est la science merveilleuse qui nous permet de changer une substance en une autre. Par exemple, si nous transmettons du plomb en or, là il y a transmutation.

On peut transmuter, par exemple, les forces merveilleuses du sexe en volonté, en conscience, en sagesse, en amour, etc. Sigmund Freud, dans la psychanalyse, traite de la transmutation sexuelle.

Il est aussi possible de transmuter un métal en un autre. Les scientifiques le font actuellement grâce à la science atomique, mais faire de l’or est actuellement plus cher que l’or véritable. Cependant, les alchimistes médiévaux, grâce à des connaissances secrètes (qui de nos jours ont disparu) réussissaient à transmuter du plomb en or.

D. Il y a plus de 700 ans a vécu un homme très particulier : Raymond Lulle, rien de moins que le créateur d’une machine pensante fabriquée selon les principes de la théorie kabbalistique des gnostiques et qui, en fait, ne se différenciait presque pas d’un ordinateur moderne. Est-il vrai, docteur, que Raymond Lulle vit encore, bien que 700 ans se soient écoulés ? Et si c’est ainsi, comment y est-il parvenu ?

M. Bien, Raymond Lulle connaissait la science des transmutations métalliques : il transmutait le plomb en or. Il a eu aussi en son pouvoir l’élixir de longue vie. Malheureusement, Raymond Lulle est mort avant de pouvoir utiliser cet élixir. Par contre, Nicolas Flamel, qui vécut à son époque, réussit vraiment à obtenir l’élixir de longue vie. Son épouse Pernelle réussit aussi, de sorte que ce couple vit encore en Inde et il jouit d’une parfaite santé, comme l’a déclaré il y a peu de temps un derviche en Turquie, un derviche immortel. Il y a donc des hommes immortels : Nicolas Flamel fut l’un d’eux. Raymond Lulle, bien qu’il eût le secret, n’y parvint pas parce qu’il mourut avant de pouvoir utiliser son secret.

Nous, les gnostiques, nous conservons ces secrets et il est évident que nous les enseignons à ceux qui démontrent un amour véritable pour la sagesse. Cependant, ces aspirants doivent être soumis à de rigoureuses études et à de terribles épreuves. Rien ne nous est donné en cadeau. Nous ne demandons pas d’argent, mais nous exigeons du candidat une conduite droite. Ainsi, ceux qui veulent vraiment atteindre l’immortalité peuvent y parvenir, mais ceci requiert de grandes études et de terribles disciplines ésotériques.

D. On sait parfaitement que les alchimistes ont réussi à acquérir l’élixir de longue vie. Le comte de Saint-Germain est l’un des plus grands représentants de la sagesse alchimique. On murmure qu’il a aussi obtenu l’élixir convoité et que c’est pour cette raison qu’il a pu vivre jusqu’à notre époque et que, pour éviter des problèmes dus au scepticisme et au fanatisme de son époque et de cette époque contemporaine, il a pris des personnalités comme celle de William Shakespeare et d’autres encore, pour se manifester jusqu’à la consommation des siècles. Est-ce vrai ? Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

M. Giovanni Papini porte précisément témoignage de l’existence du Comte de Saint-Germain. Il fit sa rencontre sur un bateau qui se rendait en Inde. Il l’aborda. Le Comte ne vit aucun inconvénient à montrer ses papiers d’identité à cet écrivain. Il débarqua dans un port de l’Inde et un groupe de vieillards tibétains le reçut et ils l’emmenèrent au Tibet. Cela eut lieu en 1939. Évidemment, avant la Deuxième Guerre Mondiale, le Comte rendit visite aux principaux hommes d’État, en Europe ; il les conseilla, leur suggéra l’idée de renoncer à la guerre… Le Comte vit encore malgré les innombrables siècles.

D. Un autre, parmi les alchimistes excentriques d’autrefois qui sont supposés avoir atteint l’éternité en ayant trouvé la Pierre philosophale, fut Nicolas Flamel. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

M. Bien, Nicolas Flamel, grand sage Alchimiste, a gravé sur les murs invaincus de la cathédrale Notre Dame de Paris (les arcades du cimetière des innocents, NdT), des symboles magnifiques, représentant les différentes étapes de l’alchimie. Il a enrichi l’Europe avec ses fondations, mais il est resté pauvre. Nicolas Flamel a donc été un homme énigmatique. Comme je l’ai déjà dit, il vit actuellement en Inde, avec son épouse Pernelle. Il possède l’élixir de longue vie et la Pierre philosophale. Ce que nous sommes en train de dire peut sembler exagéré à de nombreuses personnes. Évidemment, ce type de déclarations est en dehors de l’environnement dans lequel nous sommes, mais la vérité est la vérité et il faut la dire coûte que coûte.

D. Docteur, on dit aussi que les derviches tourneurs de Turquie furent d’autres grands Alchimistes. Dites-nous comment ils travaillaient et quel est le but du travail dans l’alchimie ?

M. Il y a 30 derviches tourneurs immortels en Turquie. Ils se réunissent tous les 20 ans dans ce pays. Grâce à la science de l’alchimie, ils ont réussi à devenir immortels.

Tout alchimiste est un mutant. Le corps de l’alchimiste doit passer par trois étapes définies : la première : RÉINCRUDATION. La deuxième : REVITALISATION, et la troisième : MUTATION. Ainsi, tout alchimiste authentique est un mutant. Nous, les alchimistes, nous connaissons la science de la vie et nous la manœuvrons. La science officielle ne connaît pas la science de la vie, mais nous, oui, nous la connaissons et nous pouvons devenir immortels.

D. Nous tous, les Mexicains, nous sommes de grands amoureux des corridas de taureaux, sans parler de l’amour que ressentent pour cet Art des taureaux les potosinos (habitants de la ville de Potosi, en Bolivie, NdT). Malheureusement, personne n’a appris la véritable origine des grands travaux avec les taureaux. Il est bon d’expliquer, une fois pour toutes, que l’art taurin n’est pas quelque chose de mécanique, mais quelque chose de transcendantal. Docteur Samael Aun Weor, quel éclairage pouvez-vous nous fournir sur ce thème ?

M. Au nom de la vérité, nous devons affirmer que cet art est très ancien. Déjà, dans le temple de Neptune, dans l’Atlantide submergée, on pratiquait la TAUROMACHIE. Les 12 signes zodiacaux resplendissaient alors dans l’arène… Toutes les foules contemplaient l’Art Royal. Il y a là un symbolisme extraordinaire. Les APPRENTIS sont en réalité les picadors, les COMPAGNONS sont représentés par les banderilleros, et le MAÎTRE, qui a réussi à éliminer de sa nature psychologique tous les défauts psychologiques, c’est-à-dire l’ego animal, est parfaitement symbolisé par le torero. Ainsi, cet art est merveilleux. Avant d’entrer dans l’arène, le torero, avec son habit de lumières merveilleuses, s’agenouille humblement devant sa petite Vierge… Il n’est pas superflu de rappeler que les anciens toreros du Dieu Neptune rendaient toujours un culte à leur MÈRE DIVINE. Ainsi donc, cette façon de procéder se conserve par tradition et cela fait de la tauromachie une œuvre merveilleuse.

D. Comme l’explication que vous venez de nous donner sur l’art taurin est extraordinaire et merveilleuse, docteur, nous aimerions que vous continuiez à nous en parler…

M. Ah ! L’ésotérisme taurin est puissant. Les grands sages des temps anciens ont écrit des œuvres merveilleuses sur l’ésotérisme taurin. Indubitablement, le TAUREAU représente l’EGO ANIMAL, c’est-à-dire le Moi de la psychologie expérimentale que nous portons tous au-dedans et qui est un ensemble de désirs, de passions, de haines, etc. Les HABITS du torero sont aussi hautement symboliques : l’ÉPÉE, par exemple, représente la VOLONTÉ, la volonté dont nous avons besoin pour nous dominer nous-mêmes, pour contrôler nos passions animales, la CAPE représente, de manière emphatique, la SAPIENCE, la SAGESSE et, en général, tout ce qui existe dans l’art taurin est donc profondément allégorique. L’ésotérisme taurin nous mène à la sagesse.

DEUXIÈME INTERVIEW

Présentateur. On a beaucoup écrit dans des revues comme « Doute », « Témoignages de l’insolite », et d’autres encore qui circulent actuellement, en donnant une grande variété d’explications et même des affirmations contradictoires concernant l’énigme du Sphinx d’Égypte. Dites-nous, docteur, en tant que connaisseur de ces sciences anthropologiques, quelle est l’énigme que renferme le Sphinx ?

Maître. Question intéressante. Le SPHINX, bien sûr, symbolise les grands mystères ésotériques de l’antiquité : les griffes du lion représentent le FEU, les ailes représentent l’AIR, la tête d’homme représente l’EAU, les pattes de taureau représentent la TERRE.

Jadis, le Sphinx était couronné d’une couronne à neuf pointes pour symboliser la Neuvième Sphère, c’est-à-dire les mystères du sexe. Au fond, le Sphinx représente les mystères même du sexe.

Le Sphinx fut indéniablement ramené de l’Atlantide. On l’utilisait dans l’université d’Akaldana. Il se trouva au sud de l’Afrique, qui s’appelait autrefois Grabonci, et ultérieurement, il fut définitivement établi en Égypte.

Le COLLÈGE DU SPHINX se dédiait aux mystères ésotériques de la Nature et du Cosmos, c’est pourquoi le Collège du Sphinx est grandiose.

On raconte que Nostradamus a étudié dans le Collège du Sphinx. Tous les sages de l’antiquité ont connu ce Collège.

Le Sphinx représente les pouvoirs élémentaux de la Nature. On nous a dit, avec une grande justesse, que la contrepartie subtile ou spirituelle de ce Sphinx que nous voyons en Égypte est une déité très spéciale qui contient en elle-même les secrets de la vie et de la mort.

Sous le Sphinx, il existe un Temple secret dans lequel se trouvent les 22 arcanes du tarot. Très rares sont ceux qui en connaissent la porte d’entrée.

Il vaut bien la peine que nous étudiions toujours les mystères du Sphinx. Il reste là, dans le désert, attendant d’être déchiffré. Au fond, le Sphinx, c’est l’homme lui-même, et cela est, en soi, assez intéressant. Le Sphinx nous indique le sentier secret qui doit inévitablement nous conduire à la Libération finale. Il est conseillé de dévoiler le mystère du Sphinx. Mais rares sont ceux qui dévoilent ce mystère ! Celui qui arrive à découvrir tous les mystères du Sphinx devient un Sage.

D. Docteur, est-il vrai que les Égyptiens étaient des descendants des Atlantes et que c’est d’eux qu’ils apprirent les mystères, comme la kabbale, etc., et que, quand survint l’engloutissement, c’est-à-dire le déluge, ils transportèrent le Sphinx en Égypte ? S’il en est ainsi, comment ont-ils pu faire ?

M. Bien, certainement et au nom de la vérité, nous devons dire que le Sphinx provient de l’Atlantide. La société d’Akaldana (qui était une société de Sages) avait toujours le Sphinx en face de son édifice. Après la submersion du continent atlante dans les vagues furieuses de l’océan qui porte son nom, le Sphinx fut apporté au sud de l’Afrique, qui s’appelait alors, je le répète, le continent de Grabonci, puis il fut installé en Égypte. Cependant, nous devons affirmer, avec une grande emphase, qu’il y a aussi, en Égypte, de nombreux sphinx. Rappelons-nous de l’allée des sphinx qui a été découverte il y a peu de temps : en face de chaque sphinx blanc, il y a un sphinx noir.

D. Docteur, puisque vous êtes le fondateur et le directeur de l’association gnostique d’études anthropologiques et culturelles, que pouvez-vous nous dire concernant Tlaloc et Tlalocan, les fondateurs de Tenochtitlan ?

M. Il est certain que, nous, les Mexicains, nous possédons, dans notre pays, de véritables prodiges de sagesse ancienne. Nul doute que Tlaloc, le Dieu de la pluie, est une déité qui existe vraiment, mais la vérification de son existence ne peut être faite que par des individus qui ont développé les centres supérieurs de l’Être, c’est-à-dire la clairvoyance, l’intuition, la clairaudience, etc.

Tlaloc, pour les ésotéristes, vit normalement dans le monde des causes naturelles. Le Tlalocan est précisément un paradis moléculaire qui existe dans la cinquième coordonnée. Les anciens connaissaient bien ce paradis. Dans le Tlalocan se trouvent les créatures des eaux qui obéissent à Tlaloc. Je veux me référer aux élémentaux des eaux cités par Philippus Aureolus Theophrastus Bombastus Von Hohenheim, Paracelse.

Ainsi donc, toutes ces Déités de notre pays ont une existence réelle. Au fond, elles symbolisent exactement la même chose que les Déités chrétiennes : rappelons-nous que dans le christianisme nous avons des Anges, des Archanges, des Séraphins, etc., de même, nos ancêtres avaient leurs cortèges angéliques. Indiscutablement, toutes les Déités de nos ancêtres étaient des Anges, ce sont les Anges même du christianisme. Il vaut bien la peine que nous réfléchissions à tout cela.

Quant aux autres personnages, il faut réfléchir un peu… QUETZALCOATL, par exemple, est le Christ des Mexicains, un Homme qui incarna en lui-même le Verbe, la Parole, une vive représentation du Dieu intérieur profond.

On nous parle aussi de la grande Tenochtitlan… Indubitablement, HUITZILOPOCHTLI fut le fondateur ésotérique de la grande Tenochtitlan. Huitzilopochtli est comme un Archange pour les anciens.

Quant à nous, membres de l’association gnostique d’études anthropologiques et culturelles, nous le suivons, au fond, en nous souvenant de lui avec un grand amour, c’est-à-dire que nous lui rendons un culte dans notre cœur.

D. Il y a une phrase très courante et très connue de tous qui dit : « Qui fut le premier, l’œuf ou la poule ? » Cette phrase est reliée à la question suivante : on dit que les Mayas et les Aztèques furent les initiateurs des civilisations grecque, chinoise, égyptienne, et même tibétaine. Si tel est le cas, est-il vrai ou non que ces civilisations ont formé la nôtre ?

M. Bien, la question est intéressante. De mon point de vue et à ce que j’ai compris, les Mayas ont leurs racines dans le continent submergé Atlante (énorme continent qui existait jadis dans l’océan qui porte son nom). Les Mayas eurent alors une puissante culture. Avant la submersion de ce vieux continent, survenue avec le fameux déluge universel cité dans de si nombreuses écritures religieuses, les Mayas émigrèrent vers le Tibet, vers l’Inde, vers l’Égypte, vers le Guatemala, en Amérique centrale ou au Yucatán, etc. Ainsi donc, les Mayas furent de grands civilisateurs.

Il n’est pas superflu de rappeler que quelques pyramides qui existent actuellement en Égypte sont d’origine maya. Il n’est pas non plus superflu de rappeler que ces mots solennels que le grand Kabîr Jésus-Christ prononça sur le Golgotha : « HELI, HELI, LAMAH ZABACTANI ! » sont mayas. Traduits fidèlement en espagnol par n’importe quel indigène maya, ils veulent dire : « Je m’occulte dans l’aube de ta présence ». Jésus, le grand Kabîr, apprit le maya au Tibet. Nous ne devons jamais oublier que le NAGA-MAYA tibétain a le même alphabet. Au Tibet, le Maya est connu sous le nom de Naga. Ainsi, les Mayas furent toujours de grands civilisateurs et leur origine est atlante ; ils possèdent une sagesse unique. Aujourd’hui, la sagesse des Mayas est secrète, elle se cultive dans le silence de la nuit. Dans le futur, cette sagesse sera remise à l’humanité.

Indéniablement, le continent atlante eut de puissantes civilisations. Les Mayas représentent, au fond, ce grand continent. La sagesse des Mayas se trouve cachée dans les monastères tibétains ou dans les pyramides d’Égypte ou du Yucatán. Très rares sont les êtres humains qui ont pu connaître cette sagesse. Les Mayas connaissaient l’énergie atomique, etc.

D. Le monde, du point de vue de la physique, se développe fondamentalement sous la Loi du Trois, c’est-à-dire la force négative, la force neutre et la force positive. Cela a-t-il quelque chose à voir avec les phénomènes cosmiques, docteur Samael ? Et une autre question : existe-t-il une autre loi cosmique supérieure à la Loi du Trois ?

M. En réalité, la Loi du Trois est fondamentale. Nous ne devons pas oublier que le SAINT TRIAMAZIKAMNO, c’est-à-dire la Loi du Trois, s’exprime de trois manières : positive, négative et neutre. Dans l’atome, il existe la force positive, la négative et aussi la neutre. Pour qu’il y ait une création, il faut que les trois forces concordent en un point donné. Dans le cas contraire, la création serait impossible.

Ainsi, la Loi du Trois peut créer. Mais pour qu’il existe un cosmos organisé, on a besoin de la Loi de l’ÉTERNEL HEPTAPARAPARSHINOCK, c’est-à-dire de la Loi du Sept. Le trois crée et le sept organise. Au-delà des Lois du Trois et du Sept, eh bien, il y a beaucoup d’autres lois. Au fond, la Loi du Trois provient de l’Unique Loi, qui est celle du Logos Créateur, celle de l’Éternel Père Cosmique Commun. Ainsi, il vaut bien la peine de comprendre ce qu’est la Loi du Trois.

Les gens sous-estiment beaucoup la troisième loi, la Sainte Conciliation ou la force neutre, et cette force, il faut apprendre à la manipuler quand on veut neutraliser les influences dangereuses. Les forces positives et négatives sont merveilleuses, elles s’unissent pour créer, mais la troisième loi les concilie et alors la création s’effectue.

L’homme représente la force positive et la femme la force négative. La troisième force, celle de l’Esprit-Saint concilie les deux et alors une création se réalise. Mais tout doit se développer à l’intérieur de la Loi du Sept, c’est-à-dire que le Trois crée et le Sept organise. Indubitablement, l’humanité est très loin de connaître le modus operandi de la Loi fondamentale du Trois.

En tout cas, le Père est l’Un, le Fils le Deux, le Saint-Esprit le Trois. Ils sont, comme le disent les Saintes Écritures : « Trois personnes distinctes et un seul Dieu véritable ». Dieu, au fond, est l’Unique Loi, mais, pour s’exprimer, il a besoin de se dédoubler en trois aspects qui sont créateurs. Indubitablement, le Saint Triamazikamno ne reste jamais embouteillé dans les mondes, jamais. Mais il peut créer et toujours il créera.

D. Nous connaissons parfaitement l’une de ces choses et j’imagine que c’est la même chose pour les téléspectateurs… Vous avez parlé, il y a un moment, de la Loi du Sept. Il existe sept planètes. En se basant sur la phrase d’Hermès Trismégiste « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », comment ces sept planètes agissent-elles sur nous ?

M. Bien, il est évident qu’il existe sept planètes bien connues en astronomie. Mais, dans nos études ésotériques, ce sont plutôt les planètes psychologiques qui nous intéressent. « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » : le microcosme est semblable au macrocosme. En nous, dans notre intérieur, dans notre psyché, nous avons la vive représentation des sept planètes. Cependant, il existe des transmutations métalliques durant le travail de l’Autoréalisation intime de l’Être. Le Vieillard des Siècles (Saturne) doit se convertir en Enfant (la Lune). Le Jupiter tonnant que nous portons au-dedans doit se transformer réellement en Mercure des Sages, en intelligence, en sagesse. Quant au Guerrier belliqueux (Mars), il doit se convertir en nous en Vénus de l’Amour. Au centre, il y a toujours le Soleil, comme donneur de toute vie. Ainsi, certaines transmutations métalliques importantes doivent s’effectuer à l’intérieur de nous dans l’Alchimie.

D. L’un des plus célèbres écrivains ésotéristes a été Lobsang Rampa, qui a écrit sur le voyage astral. Toute la jeunesse actuelle en parle beaucoup, mais elle parle seulement de la partie pratique et expérimentale. Docteur, nous souhaiterions vous demander de nous expliquer, en définitive, si le voyage astral est une chose intellectuelle ou si c’est une chose éminemment pratique.

M. Je vais répondre avec le plus grand plaisir, A. Bien sûr que le voyage astral est une réalité, comme le dit Mardi Lobsang Rampa. L’Homme authentique possède indiscutablement un corps astral (c’est un corps merveilleux, extraordinaire) et il sait l’utiliser à volonté. La partie pratique de cette question est très facile : quand on se trouve dans l’état de transition entre la veille et le sommeil, on se lève simplement de son lit de manière très naturelle, et alors on verra, avec étonnement, que le corps physique restera dans le lit, endormi.

Une fois hors de la forme dense, on peut voyager à travers l’espace, se diriger vers une autre planète, étudier les mystères de la vie et de la mort, entrer en contact avec les Êtres ineffables, etc.

En tout cas, l’important, c’est de profiter de l’état de transition qui existe entre la veille et le sommeil et, quand on se lève, le faire avec un grand naturel. Il ne s’agit pas de se lever mentalement ou intellectuellement, comme tu dis, mais réellement, ce que je dis doit se traduire en faits.

Évidemment, durant l’état de transition qui existe entre la veille et le sommeil, les connexions qui unissent le corps astral au corps physique sont souples, et, par conséquent, quand on se lève, à ce moment-là, le détachement de l’astral se produit. Celui-ci, libre, peut voyager à travers l’Espace et la Conscience est indéniablement à l’intérieur de lui. Ainsi, nous pouvons voyager consciemment à travers l’espace étoilé. C’est très facile : il s’agit seulement de porter notre attention sur l’état qui existe entre la veille et le sommeil, c’est tout.

D. Il y a une autre question concernant tout cela. On sait parfaitement que le voyage astral se réalise dans le monde des rêves. En sachant cela, nous nous demandons aussi, en ce moment, où va ou bien où est allé ce groupe de personnes qui a disparu dans le Triangle des Bermudes, bien connu sous le nom de « triangle du Diable ». Est-il dans le plan astral ou monde des rêves, ou bien dans quel lieu se dirige-t-il spécifiquement ?

M. Bien, avant tout, nous devons reconnaître qu’il existe la quatrième Verticale, la quatrième dimension. Dans ledit « triangle », on peut se perdre dans la quatrième Verticale, c’est-à-dire dans ce « triangle » que tu as nommé. Quelques avions ont perforé la quatrième dimension, ou plutôt, ils sont entrés dans la quatrième dimension. En tout cas, c’est une porte pour entrer dans la quatrième dimension. Évidemment, celui qui pénètre par cette porte continue de vivre dans la quatrième Verticale. Cela ne doit aucunement nous surprendre si nous affirmons, avec emphase, que dans la quatrième dimension il existe une humanité complètement paradisiaque. Elle existe ! C’est certain, même si les sceptiques ne croient pas à ces choses, mais qu’importe à la science et que nous importe !

D. Docteur, finalement, j’ai observé minutieusement que le symbolisme du serpent ressort constamment, tant dans les sculptures mayas que dans celles des Aztèques. Comment l’anthropologie gnostique voit-elle ce symbole sacré des civilisations d’Amérique centrale ?

M. Le symbole du serpent est universel, bien sûr. Il n’est pas superflu de rappeler qu’au Tibet même nous avons le serpent emplumé. Évidemment, le serpent est sacré, il représente la sagesse divine.

Indéniablement, à l’intérieur de chaque être humain, il existe l’énergie créatrice. Cette énergie doit monter par l’épine dorsale jusqu’au cerveau. Cette énergie a des pouvoirs extraordinaires et elle assume, devant les yeux du clairvoyant, une forme complètement serpentine. Si les gens apprenaient à transmuter leur énergie créatrice, ils se transformeraient totalement. Le Serpent sacré nous donne la sagesse. La sagesse du serpent est puissante.

On dit au sujet de Quetzalcoatl que c’était un « Serpent de sagesse ». Les anciens Hiérophantes de Chaldée, de Perse, s’appelaient eux-mêmes des « Serpents ». Votan affirme, de manière emphatique, qu’il entra par un trou à l’intérieur de la Terre. Il dit qu’il entra par un corridor secret, par où seuls les serpents peuvent entrer. Votan lui-même s’exclame : « Je suis un Serpent ». C’est ainsi que s’exclament aussi les Celtes et les Druides.

Ainsi, le Serpent est le pouvoir igné, flamboyant, qui est intimement relié au sexe et que les hindous appellent KUNDALINI. Il monte par le canal de la moelle épinière de l’ascète gnostique jusqu’au cerveau. Quand on a foulé le sentier de la plus parfaite chasteté, alors on resplendit merveilleusement dans l’aura de l’univers. Le serpent a le pouvoir de nous donner la Sagesse.

TROISIÈME INTERVIEW

Présentateur. Pourriez-vous nous dire, docteur Samael Aun Weor, ce qu’est « l’entropie » ?

Maître. Certainement, l’entropie est un processus désordonné, involutif. Indiscutablement, l’entropie existe dans notre idiosyncrasie psychologique quand nous ne travaillons pas sur nous-mêmes, quand nous ne cherchons pas une transformation radicale, quand nous nous contentons d’être tels que nous sommes.

De nos jours, tout avance de manière descendante, désordonnée, de manière involutive. L’entropie tend à tout égaliser. Ainsi, nous voyons qu’après un long processus involutif, la mort arrive. Il n’est donc pas étrange que tout soit égal. Si nous plaçons une marmite pleine d’eau chaude près d’une autre pleine d’eau froide, il se produira évidemment un certain désordre involutif, décadent dans les deux marmites. À la fin, après tout, elles seront complètement semblables. De manière analogue, nous dirons que si nous ne travaillons pas sur nous-mêmes, si nous ne cherchons pas une transformation radicale de toute notre idiosyncrasie psychologique, à la longue, les habitants de cette planète Terre seront tous égaux, nous serons la mort même et ce sera lamentable.

D. Docteur, l’homme du XXe siècle doit-il alors suivre la philosophie du sacrifice pour pouvoir vivre de manière satisfaisante ?

M. Évidemment ! Sans sacrifice, il ne pourrait y avoir de transformation. Nous devons nous sacrifier si nous voulons nous transformer.

Précisément, en ce moment, notre Terre entière marche en accord avec la loi de l’entropie, cela est indiscutable, indubitable. Il est clair qu’un « grand sacrifice » va être nécessaire afin que cette Terre se transforme, et ce sacrifice sera une grande catastrophe.

Le sacrifice en soi est grandiose. Par exemple, le pétrole est, disons, sacrifié dans la locomotive, sur l’autel de la force motrice et de la vitesse.

Dans le sacrifice, une force inférieure se transforme en une force supérieure. Si nous ne sacrifions pas nos désirs animaux, nos passions brutales, nos haines, nos égoïsmes, notre violence, nous ne pourrons pas nous transformer. Ainsi, dans le sacrifice il s’effectue un phénomène de transformation. C’est grâce au sacrifice que nous pouvons nous libérer totalement de la loi de l’entropie. Sans le sacrifice, nous devrons marcher de manière descendante, involutive, décadente, et ceci inévitablement. L’heure est donc venue de comprendre la grandeur du sacrifice, c’est évident.

D. Puisque l’on parle de catastrophes, de prophéties et d’autres choses étranges qui terrorisent l’humanité, pourriez-vous nous parler de Michel de Nostradamus, docteur Samael Aun Weor ?

M. Avec grand plaisir. MICHEL DE NOSTRADAMUS fut un grand médecin astrologue du Moyen Âge. Il s’instruisit dans la sagesse des Égyptiens. On dit « qu’il passait des nuits entières à regarder fixement et sans cligner des yeux l’eau contenue dans une casserole en cuivre ». Certains affirment que « dans cette eau lucide, il a pu voir, avec une entière clarté méridienne, les événements du futur ». Ainsi, Michel de Nostradamus fut un grand voyant. Cela, personne ne peut le nier. Jusqu’à maintenant, toutes les prophéties de Michel de Nostradamus se sont accomplies mathématiquement.

Il prophétisa aussi la Deuxième Guerre Mondiale et donna même le nom de Hitler à l’exception d’une lettre fausse (entre parenthèses, je crois plutôt que ceux qui se sont trompés, ce sont les traducteurs) et il ne fait aucun doute que la terrible prophétie du futur devra s’accomplir : celle du fameux 1999. Il pronostiqua aussi la Troisième Guerre Mondiale et beaucoup d’autres événements de caractère extraordinaire. De mon point de vue et à ce que j’ai compris, nous sommes dans les temps de la fin. Les gens croient que les temps de la fin auront lieu dans je ne sais combien de millions d’années, mais ils se trompent.

D. Docteur, puisque vous avez mentionné la Troisième guerre mondiale et que les scientifiques modernes en parlent beaucoup, est-il vrai qu’il y aura une Troisième Guerre Mondiale terrible ?

M. C’est indéniable ! Michel de Nostradamus a prophétisé la première, la deuxième et aussi la troisième. De grands sages du passé avaient déjà prophétisé trois guerres mondiales pour notre présent siècle. Je crois que la pire va être celle qui vient, la troisième. Ce sera un véritable holocauste atomique, épouvantable, les principales villes du monde disparaîtront avec les explosions nucléaires. Le plus grave de tout, c’est la contamination radioactive. Avec la Troisième guerre mondiale, l’atmosphère sera contaminée de manière épouvantable, la radioactivité infectera complètement l’air, l’eau et, en général, tout ce qui existe. Les pluies, par exemple, que nous aurons seront radioactives, les récoltes seront gâchées et elles seront gâchées simplement parce que personne ne pourra les utiliser, c’est tout. Le fait de devoir manger des aliments contaminés par la radioactivité, c’est extrêmement grave ! Mais cela se passera ainsi. Nul doute que nous sommes au seuil de cette Troisième Guerre Mondiale.

D’autre part, il y a actuellement la famine, la désolation, une misère épouvantable, une crise des valeurs, etc., tout cela nous rapproche peu à peu de la Troisième guerre mondiale. Indiscutablement, chacun de nous porte en lui les facteurs qui produisent les guerres, l’égoïsme, la haine, etc.

D. Pourriez-vous nous dire, docteur Samael Aun Weor, comment vont intervenir maintenant les extraterrestres dont on parle tant en ce moment, en ces temps de crise mondiale, vont-ils intervenir en notre faveur ou au contraire vont-ils davantage aider à notre destruction ?

M. Bon, les gens ont tellement d’opinions à propos des extraterrestres qu’il vaut bien la peine de les analyser ne serait-ce qu’un peu. Au nom de la vérité, nous dirons que les extraterrestres existent, bien que les sceptiques en doutent. Cette question des extraterrestres a été complètement démontrée.

Maintenant, en ce qui me concerne, je vous dirai que j’ai vérifié l’existence des extraterrestres parce que j’ai eu un contact personnel, dans le District Fédéral, dans le Désert des Lions, avec un vaisseau de voyageurs intergalactiques.

Je n’ai jamais raconté ces choses, parce que je ne vois pas la raison de raconter cette histoire à tout moment. Or, ce que je veux vous dire, à vous, de manière emphatique, c’est qu’ils veulent nous aider et qu’il n’est aucunement étrange qu’ils doivent intervenir au moment où nous nous précipitons dans le grand holocauste atomique. Ils ont toujours aidé l’humanité. Ils sillonnent l’espace entier. Ce n’est pas la première fois qu’ils nous rendent visite, ils nous ont toujours rendu visite et ils continueront toujours à nous rendre visite. Indéniablement, ils ne peuvent pas nous abandonner, ils devront intervenir pour nous aider. Ce sont des Hommes dans le sens le plus complet du terme, et des Hommes Véritables. J’insiste avec emphase sur cette affirmation, car nous, les Terriens, nous sommes plutôt des « animaux intellectuels », et c’est tout.

D. Docteur, on parle beaucoup de la planète Hercolubus ou planète rouge, appelée ainsi par les scientifiques. Est-il vrai que cette planète percutera la Terre ?

M. Bien, ce que vous dites est déjà parfaitement vérifié dans tous les observatoires du monde, mais je veux clarifier que le choc sera du type électromagnétique. Ce n’est pas un choc physique, de masses, mais il est clair que si la planète Hercolubus passe trop près de notre planète Terre, une catastrophe devra se produire.

Il se trouve qu’Hercolubus est un monde gigantesque. Nous pourrions affirmer qu’il est plusieurs fois plus grand que Jupiter, le titan de notre système solaire, et en passant proche de notre monde, il produira une révolution des axes de la Terre. Alors, les mers changeront de lit et les terres actuelles seront submergées au fond même de l’océan.

Mais avant que cette catastrophe (de la révolution des axes de la terre) ne survienne, le feu entrera en activité. Indiscutablement, à mesure qu’Hercolubus s’approchera, le feu liquide qui existe à l’intérieur de notre monde sortira à la surface, et alors, des volcans en éruption apparaîtront de partout accompagnés de forts tremblements de terre, et toutes les grandes villes du monde tomberont : New York, Paris, Londres, Buenos Aires et même notre cher District Fédéral de Mexico, rien n’échappera à l’hécatombe !

Ceux qui n’y croient pas, eh bien, qu’ils n’y croient pas, les faits sont les faits et devant les faits ils devront s’incliner. Ainsi, Hercolubus s’approche et il est déjà visible par tous les observatoires du monde. Il existe déjà des cartes stellaires où l’on nous montre l’orbite d’Hercolubus. Il appartient à un système solaire appelé « Tylo » et il est évident qu’il passera très près de nous. Ce monde est tout à fait gigantesque et il doit produire, dans notre Terre, de terribles convulsions.

Ainsi, Hercolubus apportera le duel du feu et de l’eau dans notre monde et tout ce qui existe actuellement cessera d’exister dans peu de temps. Que les gens n’y croient pas, qu’ils se moquent, peu importe à la science et peu nous importe ! Il est écrit que : « Celui qui rit de ce qu’il ne connaît pas est en passe de devenir idiot ». C’est une terrible affirmation. Ainsi, au nom de la vérité, je dois vous dire qu’Hercolubus est proche.

D. Pourriez-vous nous dire, docteur Samael Aun Weor, selon vos travaux vraiment intéressants, en quoi consistera la catastrophe mondiale de 1999 ?

M. Il vaut bien la peine de répondre à cette question. Indiscutablement, Michel Nostradamus, le célèbre astrologue, dit que lorsque Hercolubus s’approchera, on verra comme deux soleils dans le ciel et que cela alarmera les foules.

Avec l’approche d’Hercolubus, les gens deviendront excessivement nerveux. Évidemment, les ondes électromagnétiques de ce monde sont puissantes. Lorsque cela aura lieu, la Troisième guerre mondiale se sera déjà produite. Alors, à cette époque, notre planète sera chargée d’une grande radioactivité.

Michel de Nostradamus dit qu’avec l’arrivée d’Hercolubus, tout ce qui existe actuellement cessera d’exister. Il affirme aussi clairement que les astronomes de cette époque, incapables de comprendre la profonde signification que renferme ce mouvement stellaire, feront des plans enjolivés pour le futur, ils auront de beaux sophismes de distraction, et alors, les gens, trompés par les savants terriens, n’auront pas la moindre chance de se défendre.

Or, chaque fois qu’Hercolubus est arrivé près de la Terre, une catastrophe s’est produite. Il est arrivé à la fin de la race Lémure et alors les feux de ce continent entrèrent en éruption et nous savons bien que la Lémurie sombra au bout de 10 000 ans de tremblements de terre. Il est arrivé à la fin de l’époque atlante et nous savons bien que les habitants de l’Atlantide périrent avalés par les eaux, c’est ce qui est dit du Déluge universel, selon ce que mentionnent les historiens des religions de tous les âges et de toutes les époques. Il vient maintenant, précisément à la fin de notre race aryenne, pour mettre un point final à cette civilisation dégénérée et décadente.

L’humanité est maintenant amplement mûre pour recevoir le « châtiment final ». C’est la crue réalité renfermée dans les terribles prophéties de Nostradamus, telles qu’elles sont écrites dans son célèbre livre intitulé « Les Centuries ». Et que ceux qui nous écoutent aient la bonté d’étudier cette œuvre et ils verront que mes affirmations y sont confirmées.

Ainsi, la base fondamentale de la grande catastrophe résidera dans l’arrivée d’Hercolubus. Les astronomes peuvent le voir actuellement avec leurs télescopes, et dans tous les observatoires du monde la catastrophe est déjà tracée, elle est dessinée dans les diverses cartes cosmiques. Si actuellement on ne fait pas une grande publicité à ce propos, c’est pour éviter la psychose collective.